A force de jouer avec la feu wahhabite pour brûler le mode, les américains vont finir par s’embraser eux-mêmes

A la différence du fondamentalistes juif ou chrétien, le fondamentalisme musulman dans son expression wahhabisme  combine les pouvoirs religieux, politiques et financiers et se veut comme un modèle sociétal.  Agressif, violent, hégémonique et prosélyte, il dispose de ses propres milices paramilitaires qui ont pour mission d’imposer par la terreur leur vision rétrograde de l’islam aux quatre coins de  la terre avec la bénédiction de ses protecteurs américains qui l’utilisent comme leur cheval de Troie pour s’accaparer les ressources minières et énergétiques des pays musulmans .

Fort de la complaisance bienveillante de ses maîtres qui l’ont désensablé en 1945, il mène au reste du monde une véritable guerre terroriste sans relâche avec  depuis une trentaine d’années  amorcée avec l’attentat de 1993 du World Trade Center et qui a connu son point d’orgue le 11 septembre 2001 pour servir d’ alibi aux américains pour envahir l’Afghanistan et l’Irak et redessiner leur politique  à l’égard du monde arabo-musulman et du terrorisme lui-même.  

Plutôt que de lui mener la chasse aux ennemis de l’ombre, les américains ont sorti de l’ombre les cinquièmes colonnes qui menacent leur propre sécurité en en faisant des alliés de circonstance pour contenir leurs ardeurs velléitaires d’une part et d’autre part  les recycler comme  supplétifs dans le cadre de la lutte contre le terrorisme moyennant leur intronisation comme acteurs politiques de premier rang sur la scène nationale de leurs pays. Les américains ne savent pas qu’un fauve pourrait dévorer aussi son dresseur et qu’on a fait jamais d’un allié celui qui a juré votre perte.

Un calcul sordide et aux conséquences imprévisibles dont ils avaient eu déjà des avant-goûts, les américains murés dans leur certitude et leur arrogance sont convaincus en main de maître la bête féroce wahhabite, créée par l’occupant britannique en 1742 en adoubant Mohammed Ibn Abdelwahhab, psychopathe narcissique et illuminé qui se voyait plus prophète que le prophète lui-même.

 Un Hitler avant l’heure, apôtre d’une nouvelle religion dont la finalité est de se substituer à l’islam lui-même  dont il est le nouveau guide  auquel les britanniques avaient fait endosser les habits messianiques  pour asseoir leur pouvoir en Arabie et porter le coup de grâce au Califat Ottoman, l’homme malade.

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.