Il n’y a pas plus raciste que le vote des tunisiens de France pour Ennahdha

Les 40000 tunisiens de France qui ont voté pour Ennahdha et contre la démocratie ne sont ni racistes ni fachos, mais les millions de français qui ont voté pour le Front National et exprimer leur ras-le-bol de l’islamisation rampante de la France le sont n’est-ce pas ? Quels sont les plus racistes d’entre eux  ceux qui vomissent la laïcité  et qui sont les premiers à profiter de ses bienfaits pour imposer leur culte au nez et à la barbe de la République et en colonisant son territoire  ou ceux qui défendent leur France contre le péril musulman et qui ont envie de vivre leur humanité en toute liberté ? 

Nous sommes tous conscients que ce n’est pas le FN  héritier de Maurras qui va protéger la République, c’est une piqûre de rappel lancinante aux partis républicains pour cesser leur angélisme républicain et adopter une politique ferme et sans concessions face à l’islam et ses desseins hégémoniques. 

6 hommes sont aujourd’hui menacés de mort à cause de leur engagement indéfectible contre le fascisme vert. Pas une ligne dans les médias tunisiens et les médias français dits républicains. Pas la moindre manifestation de solidarité de la part des tunisiens sauf dénigrement et mépris. Qui a fait écho de cette affaire, je vous le donne dans le mille, les sites que la bien pensance capitularde  accuse de racistes et sionistes.

C’est trop facile d’étiqueter l’autre de ce qu’on est soi-même. Vous-mêmes vous défendez les valeurs de l’islam, laissez les français le soin de défendre leur France sans les crucifier. On ne cloue pas l’autre qui défend sa patrie au pilori du racisme tout en cultivant chez soi le racisme, l’intolérance et l’antisémitisme.

La percée du Front National aux Municipales va-elle enrayer le processus de l’islamisation galopante de la France ?

 

Je ne vais pas me réjouir de la montée du FN qui a su jouer la carte du parti de la résistance face à l’invasion musulmane et capter les voix des  Français atteints de la phobie de l’islam, je me réjouis surtout du coup d’arrêt électoral et politique de l’islamisation galopante de la France. 
Ce scrutin ne marque en aucun cas le retour du racisme en France, bien le contraire. Il s’agit de sauver la France, son histoire, son identité républicaine et laïque contre le péril raciste, communautariste et hégémonique musulman. 
Quel front républicain et pourquoi faire alors que le feu musulman est en train d’embraser la Maison France ? 
Ce vote pro FN n’est pas un vote contre la France c’est un vote pour la France en voie de disparition à cause de l’esprit capitulard et collaborationniste de la droite et de la gauche parlementaires.
Il exprime le ras-le-bol des français face aux concessions républicaines octroyées à un ennemi dont le seul but est de détruire la République et de se substituer à elle.
Nul n’est en droit de stigmatiser ces électeurs auxquels on rendra un jour hommage pour leur geste héroïque et leur attachement indéfectible à la France. Il était plus qu’urgent d’enrayer le processus fatal de l’islamisation de la France et brandir le carton rouge aux pseudos partis républicains qui sont en réalité plus antipatriotes que républicains. 
Le message envoyé par les électeurs pro FN est très clair : Aujourd’hui l’islam est le premier enjeu électoral en France. Il doit être clairement intégré dans la stratégie électorale de tous les partis politiques en France. Plus aucune élection désormais ne se gagnera sans positionnement patriotique par rapport à l’islam. 
Au-delà de la percée du FN qui ne va certainement pas se faire du jour au lendemain par la magie des urnes une virginité républicaine et apparaître ainsi aux yeux des français comme le Nouvel Ange gardien de la patrie, il doit être analysé en termes d’inquiétudes grandissantes des français contre les menaces mortelles que représentent l’islam et le comportement anti-républicain et transgressif d’une minorité musulmane.
Des pans entiers du territoire français qui ressemblent de plus en plus à des micros émirats où sévissent des caïds drapés dans leurs nouveaux habits de chefs religieux qui leur servent de paravents pour couvrir leurs pratiques criminelles et délictuelles. C’est de cela que les Français n’en veulent plus. Comme ils ne veulent plus des prières des rues et de la dictature de la nourriture halal dans les cantines scolaires et l’imposition aux familles d’accueil d’enfants musulmans de prendre en compte la spécificité musulmane des enfants accueillis. 
Les Français n’en peuvent plus de voir leur paysage urbain perdre son âme tricolore et ces calculs bassement électoralistes et angélisme républicain qui creusent la tombe de la France.

La Tunisie a perdu son honneur depuis le jour où elle a été vendue à Ennahdha

 

J’ai un sentiment mitigé envers les tunisiens versatiles et opportunistes mais  pas pour  les tunisiennes sauf celles qui insultent leur humanité en se voilant la face et qui courbent l’echine devant les dogmes ultra sexistes et misogynes de leur religion.

C’est grâce aux voix des femmes que le pays a pu se dedébarrasser du guignol pourri de Carthage.

Les hommes tunisiens s’illustrent surtout pour leur complexe de l’étranger. Le Qatar, l’Arabie Saoudite et la Turquie pour les uns et pour l’Occident pour les autres. La Tunisie n’existe guère pour eux. Leur pays s’enlise chaque jour dans un bourbier sans fin et ils se font les don qui chotte de la cause palestinienne. Le pire sont les Tunisiens qui louent leurs services aux wahhabites pour détruire la Syrie au nom du djihad dans la voie d’Allah comme si ce pays etait une terre à conquérir

Depuis 2011 les Tunisiens ont défiguré la reputation de leur pays pour en faire le premier exportateur de terroristes au monde.

Après avoir été vendue aux islamistes par la girouette Kamel Jemdoubi l’homme qui a menti sur ses diplômes la voici aujourd’hui prise dans les mailles du filet wahhabite et surtout leur rampe de lanceent pour atteindre la cible algérienne.

Les Tunisiens sont plus préoccupés de servir de chair à canon que de soutenir les leurs en proie menaces de mort ou victimes d’attentats terroristes.  A quoi ça sert d’être un million aux obsèques de Chokri Belaid sans qu’il y ait eu une continuité populaire à leur action jusqu’à ce que la vérité éclate sur son assassinat ?

Dans notre cas ils nous accusent carrément d’être à l’origine de la création de la liste noire pour nous créer un buzz médiatique  plutôt que de nous témoigner de leur solidarité.

Qu’ils sachent qu’aucun d’entre nous ne cherche à se faire un coup de pub avec cette affaire de liste noire. Qu’ils se demandent pourquoi nos noms y figurent et pas les leurs ?

Comme par hasard sur cette liste figurent les noms deux ennemis déclarés de l’islam Jalel Brick et moi-même et dont les vies ne valent pas chères dans les pays musulmans.

En ce qui me concerne, je n’ai pas besoin de cette liste, mon nom est passé dans la postérité dans le dictionnaire de l’islamophobie comme étant le digne héritier du grand Kamel Atatürk et faisant partie des 4 principales figures de l’islamophobie française. La ligue de défense judiciaire des musulmans m’a pris pour cible pour incitation à la haine de l’islam et cherche à me faire condamner.

Lu dans plus de 140 pays dans le monde et traduit dans plusieurs langues.

Mes modestes écrits parlent d’eux-mêmes. Soyons sérieux, je n’ai rien en commun avec mes malheureux colistiers auxquels je rends hommage pour leur courage et l’amour de leur patrie. Aucun d’entre n’a fabriqué cette liste. A moins que nous soyons tous des affabulteurs.

J’ai suffisamment de preuves à produire mais je n’ai pas le droit de les rendre public. J’ai même l’identité complète des 3 terroristes chargés de nous liquider. Pourquoi cherche-t-on à nous discréditer à ce point ?

Le jour où ils auront nos cadavres, ils auront leurs larmes de crocodiles à verser sur nous.
Pauvre peuple, insensible à sa propre tragédie.
En nous tuant ses ennemis tuent la Tunisie qui est en nous. Je ne suis pas fier de voir ma tête menacée pour un peuple qui a perdu tout sens de solidarité et de l’honneur.

Plutôt  que de nous soutenir les tunisiens préfèrent nous calomnier et nous salir. Que peut-on attendre de ces hommes qui ne jurent que par le duo infernal Allah et son créateur Mahomet plutôt que de défendre la souveraineté de leur pays  ?  

Le coupable est l’islam lui-même qui pourrit la vie des siens et la nôtre

Lettre ouverte à ceux qui combattent les enragés de l’islam par leur propre rage

Le seul fait de blasphémer et de caricaturer le grand ami de la petite enfance qui a fait de la perversion morale un dogme religieux, est sévèrement puni dans les pays de la douceur de crever à bouche ouverte. Le seul fait aussi de vouloir ôter le carcan de l’islam vous vaut un billet aller sans retour dans le Royaume de 1000° Fahrenheit.
Alors profaner, piétiner, critiquer, dénoncer, désacraliser, démystifier, démasquer, ébranler, démythifier, quelle est la peine encourue ?
On doit laisser de côté nos saillies contre-productives du Coran, des Hadiths et de la Sira et leurs caractères apocryphes et mensongers, ce que l’on doit surtout dénoncer c’est la criminalisation de toutes les pseudos atteintes aux dogmes de la foi misérable et scélérate qui mérite d’être déclassée en tant que telle à cause de son apparentement au nazisme.
Si l’islam est tolérant, pourquoi tous ceux qui le critiquent sont traités comme des pestiférés et sont condamnés à mort ? Il faut surtout les prendre au piège de leurs propres contradictions et les interpeller sur leur arsenal juridique répressif en matière des libertés humaines et des droits de l’homme et du citoyen.
Eux qui revendiquent la liberté de culte en Occident, pourquoi la refusent-elle chez eux ? Il faut leur renvoyer à chaque fois leurs revendications à la figure. Quand ils se plaignent de la censure et de la discrimination, il faut leur mettre sous le nez les lois nazillonnes et racistes de leurs pays d’origine ?
Ils réclament les libertés au nom de la laïcité, il faut leur demander pourquoi chez vous vous condamnez ses principes ?
Il faut que les musulmans comprennent eux-mêmes que les libertés ne sont pas à géométrie variable et ne peuvent être licites ici et illicites chez eux. Tant qu’ils n’ont pas mesuré eux-mêmes que leur lois sont incompatibles avec les exigences de l’universalisme, il n’y a aucun espoir de les voir intégrer réellement la communauté internationale.
Ils doivent être qu’il n’y a pas de concession sans contrepartie et dialogue sans remise en question de ses propres prétentions.
Qu’ils comprennent que le suprématisme est le pire ennemi du bien vivre ensemble et de l’humanisme. Il faut les mettre en face de leurs responsabilités. Ne leur donnons jamais l’occasion de jouer à la victime en les couvrant d’infamie. Cela n’a aucun sens.
Que Mahomet soit ceci ou cela cela ne change rien au fond du problème, ce n’est pas ses tares supposées ou réelles qui vont faire avancer les échanges avec eux surtout qu’ils ont majoritairement une connaissance fragmentée et très superficielle de l’islam, il faut les amener à réfléchir par eux-mêmes s’ils en ont la capacité sur sur les injustices, les inégalité et l’état de sous-développement chronique de leurs sociétés d’origine, leur faire toucher du doigt la cruauté et l’inhumanité des lois qui régissent leurs sociétés et dont ils sont les premières victimes et qu’ils veulent transposer dans les les lois de la république.
On ne doit jamais aller sur le même terrain qu’eux. Plutôt que de leur dire que l’islam est liberticide, pourquoi vos lois qui protègent l’islam le sont-elles ?. Qui en est la source ? Evidemment que c’est l’islam lui-même. Ne répondons pas à leurs délires névrotiques par nos propres délires haineux à l’image de certains d’entre nous qui croyant bien faire, se comportent de manière pire encore que les égarés dans la jungle effrayante de l’islam.
On ne calme jamais un chien enragé par notre propre rage.

Alors que nous sommes en danger de mort, il y en a un qui se plait à nous lapider

Je ne sais pas quoi penser de cette affaire de liste noire des hommes à abattre qui sont passés de 4 à 7  que je m’efforce de ne pas exagérer la portée ?  Il n’en demeure pas moins que des noms circulent et pourquoi ces noms tout particulièrement ?  Quel danger représente-t-il pour les nazislamistes tunisiens ?  Pourquoi personnellement mon figure sur cette liste alors qu’il n’a rien qui me relie à mes compagnons d’infortune ?
Mais le plus navrant et troublant  dans cette histoire est le comportement irrationnel, délirant et ambigu d’un homme dont le nom figure sur cette liste noire, comme s’il avait peur que les 6 autres compagnons malgré eux lui volent la vedette et le froissent dans sa toute puissance névrotique et égocentrique . Ce serait lui faire trop d’honneur de citer son nom.  Plutôt que de faire preuve d’un esprit de corps il s’est laissé aller à sa diatribe triviale coutumière. Ne sachant exister que dans la violence verbale et la calomnie.  Semblant oublier que ses propos injurieux tombent sous la coupe des lois de la République, celle qui le protège et vis-à-vis de laquelle il a des devoirs. En premier lieu de ne pas tenir publiquement  des propos diffamatoires à l’encontre d’autrui ( loi  du 29 juillet 1881).

Il doit certainement confondre liberté d’expression et injures aggravées et récurrentes attentatoires à l’honneur et au crédit du tiers.  Il y a tout lieu de croire qu’il bénéficiera des circonstances atténuantes au regard de son état psycho-médical.  Fort probablement, il ne devrait pas jouir de toutes ses facultés de discernement. Si j’étais un être insignifiant à ses yeux pourquoi parle-t-il de ma personne alors dans ses vidéos ?   Inconscient qu’il participe d’une certaine manière à me populariser.  Je me passerais   de ses services.

Que ce Monsieur sorti de nulle part, charrié par le torrent nauséabond de la pseudo révolution sache qu’en me dénigrant, il se dénigre lui-même.  Qu’il apprenne qu’on ne gagne pas du crédit en discréditant autrui. L’injure ne grandit pas, elle rabaisse. ‘il a encore les capacités intellectuelles de comprendre le sens des mots,

Qu’il se rassure personne ne saura rivaliser avec lui sur les terrains de la trivialité et de l’ingratitude. C’est pourquoi, je ne saurais rien attendre de cet homme dont la vertu première est de vouloir tirer des boules puantes sur ses bienfaiteurs. Je lui laisse le soin, s’il en est capable, de méditer sur le sens de ce proverbe : » Quand la hache pénétra dans la forêt, les arbres dirent : « Son manche est des nôtres. »

Pour l’avoir appris à mes dépens, il ne connaît l’action collective que l’intérêt pécuniaire qu’il en tire. Imbu de sa personne et aveuglé par son ego surdimensionné, il a fait de l’obscénité un mode d’expression politique, dans laquelle se reconnaît les masses tunisiennes incultes et frustes comme lui. Je ne puis que regretter de voir mon nom associé au sien dans cette affaire périlleuse pour sa vie et les nôtres. En effet, c’est la pire insulte qui puisse m’être infligée.  Il était comme un chien errant le jour où j’avais volé à son secours,  chose qu’il ne pourrait nier.

Quel comité de soutien puis-je suggérer pour des hommes dont deux d’entre eux, toujours cette même personne et un autre colistier se livrent à un pugilat public  ?    Ainsi, la bataille des chiffonniers semble prendre le pays sur le danger mortel  qui nous menace tous et qui exige des uns et des autres apaisement et solidarité ?  Au lieu de combattre pour notre propre survie et de faire bloc, certains préfèrent se saborder eux-mêmes et faciliter la tâche à ceux qui complotent contre nos vies.

Quant aux médias tunisiens, toujours aussi lâches et peureux qu’au temps de Ben Ali comme si nous étions pour eux des pestiférés. Aucun d’entre eux n’a rien relayé cette affaire de liste noire et dire que certains d’entre eux ont été les premiers à avoir profité de mes articles ? Même s’il s’agit d’un non-événement on peut toujours se demander pourquoi cette liste noire ? Pourquoi y fait-on figurer ces noms spécialement et pas d’autres ? A qui profite-t-elle ? Le fait qu’elle a été rendue publique ce n’est pas en soi une mise en danger de la vie d’autrui quand bien serait-elle fantaisiste ? Indépendamment des doutes que les uns et les autres sont en droit d’avoir, ceci n’empêche pas de se poser des vraies questions de fond sur le caractère politico-terroriste et pas seulement de cette liste noire ? Ce sont aussi des questions que j’aurais aimé aborder avec mes compagnons du couloir de la mort.

Plutôt que de faire cause commune chacun veut défendre sa chapelle avec un individu qui joue aux-trouble-fêtes comme s’il était à la solde de nos bourreaux.

 

Quel comité de soutien puis-je suggérer pour des hommes qui ne cherchent pas à faire bloc pour leur propre survie ? Manque de chance, FB vient de me bloquer pour les demandes d’ajouts et l’envoi des messages privés ? Il n’empêche qu’ils peuvent très bien se manifester eux aussi auprès de ma personne.
Je suis très déçu par leur attitude respective. Quel tunisien a envie de travailler avec le pire « islamophobe » que le Tunisie ait jamais produit ?
Espérons que je me trompe là aussi.

Les musulmans n’ont de sens du dialogue que l’assassinat des opposants à l’islam

L’islam ne supporte pas l’opposition, il lui est intolérable qu’ils puissent avoir des voix contraires à la sienne. Ses adeptes cons comme des manches à balai ne peuvent pas comprendre quand on est dans l’opposition, il y aura toujours une opposition à l’opposition. L’islam n’est en rien différent du nazisme ni du bolchevisme. Si ces deux derniers ne furent qu’une parenthèse cauchemardesque dans l‘histoire de l’humanité, celle de l’islam ne s’est jamais refermée.
En effet le culte satanique de la mort n’a jamais cessé de s’abreuver du sang de ses opposants. Insatiable et jamais repu. Son cycle de violence infernale fut inauguré avec les assassinats les poètes Abu Afak et Asma Bint Marwan sur ordres du chef de la meute Mahomet. 
Qu’aujourd’hui des musulmans jouant aux justiciers d’Allah pour mériter les prébendes promises, donner du sens à leur vie misérable et nourrir la bête immonde qui vit en eux avide de chair humaine, veulent me faire subir le même sort qu’à Tahar Djaout et Farag Foda, c’est dans la logique même de la nature sanguinaire de leur religion.
Mohamed ne les a jamais exhortés au dialogue avec les opposants, il leur a ordonné de tuer tous ceux qui s’opposent à lui. 
Peur eux-mêmes de subir le sort des ennemis de leur religion s’ils se laissent aller dans la voie de la raison et pour ne se trouver ainsi en situation d’inéligibilité au paradis, ils n’ont guère d’autre alternative que de faire taire par la lame du couteau tous ceux qui osent les ébranler dans leurs convictions. 
Par conséquent, dialoguer avec les opposants de leur culte de la mort de la vie ne leur est pas seulement interdit, mais c’est un sacrilège qu’aucun musulman n’oserait commettre.
Le paradis est au prix du sang des opposants.

Menacé de mort pour mes écrits par les vengeurs de l’islam et alors ?

« Ceux qui combattent l’islam par leur plume périront par la lame du couteau ». Une phrase que nos amis algériens connaissent par coeur et dont Djaout, Maktoub et tant d’autres combattants irréductibles de l’obscurantisme colonial arabo-musulman en ont font les frais au prix de leur vie. Des milliers de vies humaines ont été fauchées partout dans le monde mortifère musulman à cause de leur défiance intellectuelle à l’égard de cette religion qui n’en est pas une pire que le nazisme. D’autres ont trouvé leur salut en Occident. Ne dites jamais qu’ils sont lâches, ils joignent toujours l’acte à la parole. Notre naïveté est leur meilleure alliée. Ils ne reculent devant rien pour mettre à exécution la sentence. Les justiciers de l’islam sont une véritable 5 e colonne composée de dizaines de millions d’hommes tapis dans l’ombre prêts à tout pour venger l’honneur de l’islam dès que l’ordre leur est donné. Il suffit que des cheikhs illuminés ou des prétendus gardiens des dogmes de l’islam et des ulemas, comme si l’islam était une science fondamentale, décrètent tel individu comme ennemi de l’islam et son sort est scellé et sa mort rendue licite et irréversible.
Depuis l’avènement de cette doctrine totalitaire et néfaste pour l’humanité tous ceux qui osent s’attaquer à l’islam que le Coran qualifie d’insolents doivent payer de leur vie l’affront qu’ils lui font. L’honneur de l’islam ne peut être lavé que dans le sang de ses outrecuidants.
Ce n’est certainement pas Mahomet, pionnier en matière d’assassinat des intellectuels qui dirait le contraire avec les meurtres ordonnés de la grande poétesse arabe Asma Bint Marwan dont le seul crime , à supposer qu’il en soit un, est d’avoir condamné le meurtre du vieux poète Afak à Yéthrib ( l’actuel Médine)
Censés appliquer à la lettre les recommandations de Mahomet et s’inscrire dans la continuité idéologique de son action, ils ne peuvent en aucun cas commettre la moindre entorse à leur feuille de route s’ils ne veulent pas finir eux-mêmes dans les feux ardents de l’enfer. Nourris de sa Sira, ils doivent veiller à préserver leur religion contre toute attaque que ses imams et cheikhs jugent comme hostile et inamicale contre leur foi. Leurs seuls mots d’ordre, venger, punir, châtier, décapiter, crucifier et broyer les os de tous ceux qui sèment la discorde et jettent le discrédit sur leur religion. Et comme le leur ordonne Mahomet : » Tuez mes ennemis, mes ennemis sont aussi les vôtres? tuez-les »
Les assassins de Farag Foda en 1992, totalement analphabètes qui n’ont jamais lu un traître mot de son oeuvre n’avaient pas eu besoin de faire preuve de discernement et d’évaluer la conséquence de leurs actes. Les gardiens du Temple musulman, ordonnateurs des crimes contre l’intelligence et le savoir lumineux, leur avaient offert une opportunité inespérée en les désignant comme étant les exécutants privilégiés de l’oukase (fatwa) émis à l’encontre de Farag Foda qui leur vaudrait la reconnaissance éternelle d’Allah et le bénéfice de sa villégiature paradisiaque.
Des illustres intellectuels comme le libanais Mustapha Jéha tombé sous leurs balles et le grand Naguib Mahfoudh,qui avait échappé à une tentative d’assassinat l’avaient appris aussi à leurs dépens. 
Les vrais musulmans n’ont peur de rien sauf de rater le rendez-vous du Jugement dernier. Il serait illusoire de croire qu’ils vont faire preuve de compassion et se montrer magnanimes en sursoyant à l’exécution d’un fatwa décrété contre les pourfendeurs de leur religion.
Ce que Mahomet avait fait, ils doivent le faire eux aussi. Aucune loi ne peut leur être opposée car il n’y a qu’une seule loi à laquelle ils sont tenus celle qui exprime la volonté d’Allah. 
Il est absurde et irresponsable de croire que la voix de la raison finira par guider leur action et que la menace de mort dont je fais l’objet personnellement serait une vue de l’esprit et l’oeuvre d’un esprit enfiévré.
C’est justement parce que l’islam lui-même est la cause de cette fièvre délirante que le danger ne doit pas être sous-estimé.