L’islam n’est pas dévoyé ni par les radicaux ni par les modérés, c’est lui qui corrompt et pervertit tout sur son chemin

Le Coran; les Hadiths, la Sira, la vie du prophète-voyou sans foi ni loi, un être abominable, assassin, criminel, pilleur, égorgeur, bandit des quatre chemins, incestueux, pédophile, violeur, sanguinaire, intolérant, despotique, coléreux, tyrannique, ne supporte pas la contradiction et pervers sexuel, l’archétype du contre-modèle à ne jamais suivre et fréquenter, l’antithèse de l’image que l’on pourrait se faire des guides qui seraient envoyés par Dieu pour éclairer la voie des êtres humains, ne sont-ils pas autant de preuves irréfutables quant au caractère absolument barbare, sauvage, cruel, ultra-violent, inhumain, dangereux pour la paix et la sécurité dans le monde, viscéralement raciste et antisémite, et monstrueux de l’islam ?

Ce pseudo-prophète qui a créé un dieu à son image ne doit être être l’exemple à suivre pour personne sauf pour les criminels, les délinquants, les détraqués sexuels, les scélérats, les gredins, les voleurs, les hors-la loi qui cherchent à donner libre-cours à leurs pulsions violentes, lubriques, immorales, bestiales et délictuelles.

En suivant son exemple comme les y invite fortement le Coran :vous avez dans le Messager d’Allah un excellent modèle [à suivre], pour quiconque espère en Dieu et au Jour dernier et invoque Dieu fréquemment. (Sourate al-Ahzab: 21) , ils y trouvent un alibi moral à leurs agissements et comportements transgressifs.

Les musulmans ne sont pas tous des galapiats et des truands, mais l’islam est la religion qui exerce le plus d’attraits et fascine les femmes et les hommes qui cherchent une échappatoire et une légitimité idéologico-théologique pour se déresponsabiliser de leurs dérives morales, djihad di nikah, et criminelles, braquer une banque pour financer le djihad. En empruntant la voie de l’islam, le mal est un bien et le bien est un mal, on adhère à des nouvelles lois en inadéquation avec lois humaines, mais à cause de leur soi-disant essence divine, elles se trouvent dotées d’un statut intrinsèque supérieur  leur offrant ainsi la possibilité de rejeter en toute logique dogmatique ces lois non-édictées par Allah« Ô vous qui croyez ! Obéissez à Allah, obéissez au Messager et à ceux qui détiennent le commandement. »
« Ô les croyants ! Obéissez à Allah et obéissez au Messager et à ceux d’entre vous qui détiennent le commandement. Puis, si vous vous disputez en quoi que ce soit, renvoyez-là à Allah et au Messager, si vous croyez en Allah et au Jour dernier. Ce sera bien mieux et de meilleur interprétation (et aboutissement). »(Sourate 4 verset 59)
Abû Hureyra rapporte que le Messager d’Allah a dit :
« Celui qui m’obéit, obéit à Allah ; et celui qui me désobéit, désobéit à Allah. Celui qui obéit à son émir, m’obéit ; et celui qui désobéit à son émir, me désobéit. »
.En toute évidence, convaincus plus que jamais qu’ils peuvent se délier de tout respect des lois humaines, ils ont avec l’islam un cadre religieux qui les libère de la répression  de la justice humaine et qui leur confère  des sentiments d’impunité et de déculpabilisation. Les interdits humains ne sont plus des interdits, il n’y a que ceux qui sont stipulés par Allah qui font loi.

Les musulmans sont persuadés que l’islam est la loi pour tous les hommes. On peut imaginer ce que peut être l’état de désordre moral et juridique qui y régnera à travers les exemples de la nébuleuse salafo-djihadiste qui illustre de belles manières les valeurs immorales et contraires à la raison humaine de l’islam.

Daech et Boko Haram sont le véhicule fidèle de cet islam cosmique et impérial que ne saurait renier Mahomet lui-même s’il devait ressusciter.

Savent-ils que les prisons partout dans le monde y compris dans les pays musulmans sont devenues des véritables villégiatures de vacances pour les esclaves d’Allah.

Rien qu’en Tunisie il y avait plus de 60 000 hôtes dans ses geôles à la veille de la chute du grand mafieux Ben Ali dont la plupart sont venus grossir les rangs des migrants clandestins en Europe. Je ne saurais dire que l’islam est criminogène pourquoi les musulmans sont les premiers transgresseurs des lois humaines dans le monde ? Ce n’est pas de l’anti-islam que de dire ça, c’est un constat dont les facteurs sont connus des seuls musulmans à cause du matraquage idéologique subi de la naissance jusqu’à la mort exaltant la toute-puissance et la suprématie du musulman et diabolisant et stigmatisant les non-musulmans et leurs systèmes de valeurs jugés comme impurs et corrompus. Si on les éduquait dans le respect des droits humains et de la vie en seraient-ils là aujourd’hui ?

Force est de constater que les musulmans sont à contre-courant de l’humanité et sont des inadaptés sociaux, accusant des retards flagrants dans tous les domaines à cause d’un endoctrinement  ultra-violent et sectaire qui flatte leur ego frustre et primaire. Murés dans leur certitude, enfermés plutôt dans leur bunker mental, d’appartenir à la plus belle communauté jamais envoyée sur terre ( sourate 3, verset 110). Une communauté d’élus d’Allah selon l’imposteur Mahomet, au lieu et place du peuple juif, tombé en disgrâce pour avoir enfreint ses lois contrairement aux musulmans:. »les adeptes du Coran sont les élus d’Allah et ses amis privilégiés » ( rapporté par Nassaï).

Tout est parfait pour ceux qui ont choisi la voie de l’islam et de n’obéir qu’à ses lois qui sont les meilleures  de toutes et qu’ils sont les maîtres du monde, le restant de l’humanité doit ainsi leur faire allégeance et se plier à leur volonté. Oubiant que les esclaves qu’ils sont, avant de briguer le statut de seigneurs de l’humanité  doivent rompre les chaînes de leur état de prison mentale et recouvrer leur dignité humaine.

Aveuglés par leurs délires de puissance impériale et du suprématisme absolu de leur religion, ils ne se rendent pas compte que là où l’humanité non-musulmane à chaque fois qu’elle fait un pas en avant, ils en font mille pas en arrière. Mais de cela ils en ont cure tant que les fantasmes de l’érection éternelle et des beuveries à ne plus en avoir soif meublent leurs rêves.

Infantilisés, lobotomisés, déresponsabilisés, ils n’ont aucune notion de la morale humaine qui est une hérésie aux yeux des dogmes de la foi islamique qui pervertit le icite en illicite et vice-versa. De toutes les religions monothéistes, l’islam  qui a toutes les caractéristiques d’une imposture et une escroquerie intellectuelle, est celui  qui a légitimé  l’appropriation des biens des infidèles, l’insitutionnalisation du butin, du mariage pédophile,  le viol des femmes captives, la décapitation des otages non-repentis, le mépris de la vie et de soi, la violence licite, le pillage et la moralisation des comportements attentatoires à la dignité humaine et criminels, ne peut produire que des délinquants et des monstres d’inhumanité.

Un jour ou l’autre l’islam finira par subir le même sort que le nazisme

Aux musulmans de France et d’alleurs qui ne rêvent que d’une chose faire de la terre le royaume d’Allah et imposer la dictature de l’islam à toute l’humanité, vous pourrez toujours vous murer dans votre délires psychotiques, votre folie de grandeur, vos ambitions hégémoniques et votre indifférence indécente et coupable pour les victimes de la barbarie musulmane que vous vous voulez faire passer pour des discrédits jetés sur l’islam, mais sachez qu’un jour ou l’autre vous finirez par connaître le sort des nazis et des bolchéviques.
A force de semer le vent de la mort vous récolterez la tornade qui vous emportera.
Le monde ne restera pas indéfiniment les bras ballants à vous regarder faire, sa riposte sera encore plus féroce que vous ne puissiez l’imaginer. Sa patience n’est pas un sauf-conduit et un permis de décapiter soyez-en assurés, elle n’est rien d’autre que l’expression d’un spectateur qui se délecte et s’amuse de l’agonie de son ennemi jusqu’au jour où il lui portera lui-même le coup de grâce. Vous n’allez pas sortir indemnes de cette effusion de sang devenue votre lot quotidien. Vous croyez que vous allez pouvoir exterminer l’humanité non-musulmane détrompez-vous vous serez déjà morts avant d’y arriver.
Jamais le monde ne sera anéanti par l’islam, c’est vous-mêmes qui êtes entrain d’écrire votre histoire de fin que des malins tels les américains et les anglais ont su s’engoufrer dans la brêche béante de vos divisions et votre haine de la vie afin que le sale boulot soit fait par ceux là-mêmes, c’est-à-dire vous autres les musumans, qui nourrissent des desseins apocalyptiques pour l’humanité.
Vous n’échapperez pas au destin que votre ignoble et abominable livre pseudo sacré réserve à ce que vous appelez criminellement infidèles. Les vrais infidèles sont ceux qui trahissent leur serment humain pour servir la cause d’une idéologie mortifère et génocidaire. Il n’y a pas par conséquent plus mécréants et infidèles que les êtres humains qui tuent et égorgent sous les cris hystériques et insoutenables d’Allah Akbar.

Pourquoi les américains ont joué la carte des islamistes pluôt que des démocrates ?

Dans ce contexte d’essoufflement voire des menaces de périclitement de l’Empire américain,  la prépondérance et la relance de la machine impériale américaine ne peuvent aboutir sans le renforcement de mise sous domination américaine des peuples méditerranéens islamisés avec l’aide active des islamistes les nouveaux agents indiens chargés de veiller sur les intérêts de leurs maîtres, parvenus au pouvoir par le jeu pervers du printemps arabe.
Les américains au lieu de livrer une guerre à l’issue incertaine contre les islamistes considérés par l’ OTAN comme étant l’ ennemi total  en 1999 par Willy Claes alors secrétaire général essayent de jouer habilement la carte des islamistes en en faisant des alliés stratégiques sous haute surveillance plutôt que des ennemis potentiels en utilisant pour la circonstance leurs affidés qataro-turco-wahhabites.
Les visites remarquées, intrigantes et de plus en plus visibles à Washington des agents terroristes tunisiens  dont certains figurent sur la liste noire des terroristes au Canada, depuis le 14 janvier 2011, date de la chute rocambolesque du mafieux Ben Ali, devenus des figures incontournables et fréquentables de ce nouvel ordre politique impulsé par les américains sont un signe qui en dit long sur les desseins hégémoniques américains.  
Entre la démocratie et la dictature religieuse, les Américains ont choisi la deuxième option. Comme au Chili en 1973 avec la tragédie humaine qui en a découlé. 

Dans la culture musulmane c’est aux victimes demander pardon à leurs bourreaux

Le révisionnisme est l’art de faire de la victime un coupable et du coupable une victime. C’est à cette nouvelle figure de style ubuesque que s’attellent les laudateurs invétérés de l’ex Néron tunisien. Aveuglés par leur antipatriotisme et frustrés d’avoir perdu leurs privilèges de sous-fifres et de petites mains de l’ancien régime, ils se livrent aujourd’hui à une campagne scélérate et ignominieuse de réhabilitation de Ben Ali afin d’en faire l’ultime recours pour sauver son peuple du bourbier islamiste. Ce peuple parait-il auquel l’ex Néron vouait un amour infini. Un amour certainement vache. Il n’ya pas effectivement mieux qu’un pyromane pour éteindre le foyer de feu qu’il a allumé.
Au lieu de réclamer à leur chef mafieux de restituer tous les avoirs dont il a délesté le peuple, ses partisans s’emploient à vanter ses qualités de patriote et d’homme intègre. Dans leur logique discursive, aussi incohérente que leur perversité intellectuelle, laissant croire que tout ce qu’il a fait, il l’a fait dans un esprit de grande magnanimité pour préserver la dignité et l’ honneur du peuple.

En d’autres termes, Ben Ali aurait mis la Tunisie sous sa coupe réglée rien que par amour de son peuple. Tous ces milliards volés n’ont pas été volés, ils ont simplement été soustraits de l’appétit gargantuesque du peuple afin de lui épargner les risques de la surcharge pondérale, cause de morbidité importante. Il n’a fait que voler pour le bien de son peuple. Travestir la réalité pour vider la Révolution des indignés de toute sa substance et la réduire au simple stade d’un incident de parcours, si insignifiant qu’il serait dérisoire d’en faire un symbole de la fierté nationale retrouvée. Foin de révolution, et regrets éternels d’avoir creusé sa propre tombe.

La réhabilitation de Ben Ali devient une sorte d’opération de rachat pour les Tunisiens ingrats, déloyaux et non-reconnaissants. S’ils ont été appauvris à son profit et celui de sa clique mafieuse tout compte fait par simple nécessité thérapeutique.

Asséner une contre-vérité d’une violence intellectuelle inouïe de telle sorte à ce qu’elle devienne une vérité absolue. Nier les évidences et rabaisser les Tunisiens, en vue de susciter en eux une amnésie collective et une contrition pour solliciter le pardon à Ben Ali pour l’humiliation qui lui a été infligée. Imputant ainsi au peuple tunisien les des crimes et les forfaits commis à son préjudice par la mafia Ben Ali-Trabelsi.  La victime n’a qu’à se résigner à son sort de victime et laisser les coudées franches à son affameur de l’affamer encore et toujours jusqu’à ce que mort s’en suive.  Sinon elle devient coupable d’avoir cherché à briser les chaînes de l’indignité et de l’oppression.  Il est vrai que ce grand ami du peuple tunisien a fait preuve d’une morale politique au-dessus de tout soupçon et d’un comportement irréprochable qui n’auraient jamais dû provoquer le séisme politique qui l’avait emporté.  Ce peuple ingrat aurait dû se laisser faire et rester les bras croisés afin de pas se rendre coupable d’outrages à sa majesté Ben Ali connu pour la modestie de son train de vie, le double de celui de Sarkozy pendant sa mandature élyséenne qui n’avait pourtant pas la réputation de prendre soin de l’argent des contribuables français.

À les entendre, il serait innocent tous les crimes économiques et de droit commun que lui et ses agents macoutes avaient perpétrés. Comme si eux-mêmes n’étaient pas ses nervis et qui pouvaient se targuer d’avoir les mains propres. Ne sont-ils pas justement eux aussi ces innocents aux mains sales. Son régime aux relents duvaliéristes évidents est devenu de comme par un tour de prestidigitation un régime des plus honorables et fréquentables.

À croire que le peuple et  serait responsable de tous ses maux passés et présents dont la plus vaste opération de rackette jamais connue dans l’histoire humaine dont il était l’objet. S’il en est là, il n’a que ce qu’il mérite. Une contre-vérité implacable qui en dit long sur l’état d’esprit malveillant, pernicieux et pervers des séides benaliens qui sont aujourd’hui comme des caves qui se rebiffent. Se réjouissant par la descente aux enfers de la Tunisie, comme si elle pouvait être imputable à ce peuple tant meurtri et marqué dans son âme et sa chair par 23 années de despotisme mafieux. Aux yeux de ces zélateurs-nostalgiques-complices de l’ex Néron, il n’y a pas lieu de mettre Ben Ali sur le banc des accusés. La partie civile serait plutôt Ben Ali et le coupable est le peuple lui-même qui n’a pas su pérenniser le système mafieux mis en place depuis le 7 novembre 1987.

L’épée de Damoclès censée coupée la tête de Ben Ali et de tous ces nervis est actionnée contre le peuple tunisien, tel est le sens de cette manoeuvre éhontée et criminelle. Innocenter Ben Ali pour inscrire au passif des Tunisiens tous les cadavres et les affaires de détournements de fonds, de spoliation, de corruption, de népotisme, d’évasions de capitaux, d’enrichissements indus, d’expropriations arbitraires, d’abus de privilèges, de disparitions mystérieuses, d’actes de piraterie maritime, de meurtres maquillés en suicide, de favoritisme, de clientélisme, de malversations, de rackets érigés en mode de gouvernement, des royalties versées en monnaie sonnante et trébuchante aux agents de la propagande benalienne en France comme ailleurs, les sites protégés déclassés, les terrains offerts généreusement aux serviteurs les plus zélés, etc.. Comme si Ben Ali avait géré le pays en bon père de famille, avec un souci du bien commun et d’impartialité rare. Tous ces morts et ces blessés ainsi que tous les grondements du volcan tunisien qui tonnaient depuis 1978 avec des points d’orgue en 2008 et le 17 décembre 2010 et le don de sa vie pour la dignité de son peuple de Mohamed Bouazizi auquel je rends hommage en ce jour du 19 août 2012, n’étaient pas un signe avant-coureur de l’éruption du volcan tunisien qui a enseveli par sa larve la mafia Ben Ali-Trabelsi en attendant celle Dieu dont le sort est scellé.

Nombreux ex-rcdistes ont voté Ennahdha pour une mise en scène d’une mort programmée de cette secte des bas fonds wahhabites en vue de faire apparaître Ben Ali comme l’unique sauveur du pays après l’avoir pourtant liquéfié. Ses partisans commencent d’ores et déjà à chanter ses louanges et le victimiser pour aviver les regrets des Tunisiens d’avoir manqué de discernement. Du tragique de 1987-2011 au comique de la réhabilitation indécente de Ben Ali qui constitue une véritable offense à tous les morts, blessés et disparus sous son règne. Le dénigrement dont ils font preuve à l’égard de la Révolution tunisienne n’est rien d’autre qu’une manoeuvre irrévérencieuse pour la Tunisie afin draper Ben Ali dans les habits de la dignité et jeter l’opprobre sur le peuple qui selon eux serait indigne et ingrat. Leur message peut se résumer comme suit : après avoir tué le père qu’il fut, ressuscitez-le pour votre rédemption.

En conclusion, les Tunisiens après avoir dégagé Ben Ali et ses acolytes sauront faire subir le même sort à leurs nouveaux prédateurs-affameurs. Un peuple qui a su briser les chaînes du despotisme une fois, saura le faire une nouvelle. Réhabiliter Ben Ali revient à infliger une nouvelle mort à La Tunisie et raviver toutes ses blessures passées et présentes. La Tunisie ne retrouvera sa véritable dignité que le jour où Ben Ali et tous ses affidés seront jetés du haut de la Roche tarpéienne.

Aux médias français : vous êtes pitoyables et pathétiques avec votre islam modéré

Pourquoi donne-t-on la parole aux adorateurs de Mahomet l’homme qui se rêvait en maître de l’humanité et qui décapitait ses victimes pour les faire taire. Qui avait ordonné de tuer les captifs non-repentis et de réduire à l’état d’esclaves sexuelles leurs femmes et vendre leurs enfants comme un vulgaire bétail ? Ce n’est pas l’Abbé Pierre à ce que je sache.
Les musulmans doivent être interpellés, questionnés sur le contenu raciste, haineux, antisémite, fabulateur, féminicide, pédophile, ultra-machiste, ultra-violent, cosmique, ethnocentrique, génocidaire, négateur de la vie, hégémonique, impérialiste, terroriste, mortifère et djihadiste du Coran.

A chaque fois qu’on leur tend le micro c’est une arme qu’on leur offre pour la retourner un jour contre l’humanité insoumise à l’islam. Il n’y pas pire crime que de vouloir réhabiliter les auteurs et leurs complices des exactions barbares perpétrées sous les cris effrayants d’Allah Akbar.

Au lieu d’intenter enfin un véritable procés procès de l’islam et des musulmans et les renvoyer à leur histoire jalonnée de massacres et de déportations des populations par centaines millions depuis l’avènement de cette idéologie mortifère, inhumaine, figiste et totalitaire pire que le nazisme, les médias se complaisent dans le rôle d’avocats du diable qui un jour leur fera regretter de lui avoir tenu le crachoir et lui avoir servi de brosses à reluire..
Savent-ils qu’en jouant au Monsieur Propre de l’islam et des musulmans ils infligent une nouvelle mort à David, Hervé, Steven, James et l’avocate irakienne Samira Saleh Naimi ? A moins que l’argent qatarien ait fini par avoir raison de leur déontologie.

Il est impératif de mettre fin à ce cirque malsain et indécent des larmes de crocodiles déversées par les musulmans sur les plateaux de télévision qui sont en réalité le poison qui dégouline de leurs yeux sur les « infidèles ».
Un musulman qui compatit pour ses victimes non-musulmanes qui est un acte impensable dans l’islam considéré comme un sacrilège est comme un bourreau une fois qu’il a ôté la vie au supplicié savoure jusqu’aux larmes la joie d’avoir ajouté un nouveau trophée à son tableau de chasse.

A trop vouloir caresser l’hydre musulmane dans le sens du poil, on y laissera et sa vie et son honneur.

Et si les musulmans de France étaient la cinquième colonne ?

Photo non datée de Hervé Gourdel

C’est incroyable combien les musulmans soft défendent l’image de leur islam. Des millions de musulmans de France, on ne dit jamais pourtant les laïcs de France par exemple, vont sortir cet après-midi dans les rues après le grande prière du vendredi non pas pour défendre l’image de l’islam qui serait ternie par les islamistes mais pour condamner expressément les décapitations.

Mais c’est trop beau pour être vrai, ils ne seront guère que quelques uns à s’indigner des dérives sanguinaires de leurs coreligionnaires radicaux.  Quand ils manifestent c’est pour protester contre l’amalgame fait entre l’islam et l’islamisme sans pour autant être capables eux-mêmes de faire la différence entre les deux et s’adonner à leur exercice favori de veuves affligés histoire d’apitoyer l’opinion publique sur leur sort.  Jamais les musulmans ne condamneront les décapitations  des captifs commises au nom de leur religion. Ils ne sont pas suicidaires au point de désapprouver publiquement ce qu’Allah par la bouche de Mahomet ordonne.

A leur place je ferais une lecture publique des versets qui fondent l’action terroriste des leurs. C’est plus parlant et honnête. Dissimuler la vérité est un dogme religieux chez eux. Ils peuvent toujours battre le pavé avec leurs babouches mais ils ne peuvent tromper personne quant à la nature criminelle et barbare de leur religion. 

Ne soyons pas dupes des bonnes paroles des figures médiatiques de l’islam de France, une véritable insulte à l’islam lui-même, qui ne sont en réalité que de vulgaires agents de communication pour faire redorer son blason taché du sang de James, Steven, Hervé et David. 
L’opinion publique a besoin de gages concrets sur la réelle volonté des musulmans de s’intégrer dans l’espace républicain et leur renoncement à la violence terroriste telle qu’elle est stipulée dans le Coran. .

Il ne suffit pas de seriner que les musulmans de France sont attachés aux valeurs de la république et que l’islam est la religion de la paix, comme si la paix avait besoin de l’islam comme porte-drapeau, il faut que les musulmans de France fassent un choix entre l’islam et la république à cause de l’incompatibilité organique entre les deux. Si vraiment ils étaient fiers de leur francéité, pourquoi se définissent-ils tous musulmans d’abord avant d’être français ?
Est-ce à dire qu’ils sont prêts à trahir la France au profit de l’E.I. par exemple ? 

Hervé Gourdel n’a-t-il pas été livré aux djihadistes algériens par son propre compatriote mais qui était avant tout musulman. Son guide présenté comme étant franco-algérien, une avbarration juridique, était surtout infidèle à la France, « terre mécréante et donc de conquête », et fidèle à ses coreligionnaires terroristes dans le pur respect des prescriptions coraniques.

La majorité musulmane silencieuse est bien l’alliée naturelle des djihado-terroristes

Les musulmans murés dans leur silence sont les alliés naturels des terroristes djihadistes

Des milliers de décapitations, des dizaines de millers d’attentats terroristes dont le Tsunami djihadiste cosmopolite d’une violence inouie qui fait des ravages en Syrie et en Irak et qui frappe tout particulièrement les minorités ethniques et religieuses  sont à l’actif des musulmans depuis ce jour funeste du 11 septembre 2001. Ce sont bien souvent les musulmans eux-mêmes qui sont les premières victimes de cette déferlante qui sonne comme le prélude du Grand Effroi coranique .

Le monde semble s’installer dans une banalisation du terrorisme qui remplit son quotidien au point que les attentats terroristes sont commentés comme des simples rencontres sportives;Comme si l’on cherchait à relativiser leur portée, pour occulter les vraies causes qui les fondent et reléguer au second plan moins les acteurs que leur idéologie fortement imprégnée de religion.

Rarement on s’interroge sur la nature toxique de la source à laquelle s’abreuvent les acteurs terroristes. Alors que tous se revendiquent de la religion musulmane à laquelle ils dédient leurs forfaits comme s’ils étaient des trophées de guerre, ou plutôt un trophée sportif appelé à être rangé dans l’inconscient collectif de leurs frères musulmans.

Les Merah, les Ben Laden, les Omar Bachir, grand génocidaire devant Allah et grand ami du nouveau Calife Musulman l’Emir du Qatar, les Ghannouchi, nouvel Emir de la Tunisie malgré son pedigree terroriste, les frères Tsarnaev font figure de héros dans l’imaginaire de leurs coreligionnaires. Eux qui n’ont fait que venger l’affront fait à l’islam par cet Occident qui un jour finira lui aussi par se plier à la loi de l’islam.
En effet, les musulmans connus pour leur état d’altération intellectuelle et leur absence de discernement ont l’art de se déculpabiliser en imputant à leurs victimes la cause de leur propre mort.

Adulés et admirés comme s’ils avaient remporté la médaille d’or olympique, ils avaient fait flotter le drapeau musulman, de couleur noire portant mention de la profession de foi chère au coeur de chaque musulman, au plus haut mât de la victoire. Celle sur le mécréant ou pas tout-à-fait musulman.
Le terrorisme est vu comme un jeu, ses auteurs sont promis à la gloire éternelle sur terre comme dans l’au-delà quant à leurs victimes, elles sont considérées comme une question de détail, comme des adversaires vaincus sur le champ sportif.
Personne ne va compatir sur leur sort. Surtout qu’en leur qualité de non-musulmans, elles ont payé le prix de leur insoumission au Dieu des musulmans.

Tant que perdure la culture du martyr puisant ses sources dans le Coran lui-même, le terrorisme dans le sens du djihad armé a encore de belles années devant lui. Qu’ils soient collectifs ou isolés, il est une composante essentielle de l’islam, une obligation cultuelle qui pèse sur les musulmans.

Rien ne saura par conséquent l’enrayer. A peine, les feux des projecteurs commencent à se détourner des attentats de Boston, ils ont été aussitôt rallumés par ceux qui ont visé l’Ambassade de France à Tripoli et celui évité de justesse à Toronto.

Au-delà de la nationalité des auteurs, c’est la religion qu’ils professent qui doit interpeller l’opinion publique. Il ne s’agit ni de faire le procès des musulmans et de leur imputer la responsabilité collective des crimes commis par leurs frères, ni de les stigmatiser, mais de les mettre en face de leur propre responsabilité morale et intellectuelle pour qu’ils cessent de surfer sur la victimisation de leur religion.

Qu’ils sachent que c’est au nom de l’islam que tous ces crimes sont commis et qu’ils ne font rien eux-mêmes pour enrayer cette spirale infernale.

Qu’ils admettent que l’islam présente un réel péril pour la paix dans le monde et qu’en se murant dans leur déni de la réalité ils ne font qu’alimenter la phobie de l’islam.

Qu’ils se rendent à l’évidence que tous les milliers d’attentats qui émaillent la scène mondiale et empoisonnent leur propre quotidien ne sont pas l’oeuvre d’athées, de « mécréants » ou de moines bouddhistes et qui ne font que conforter la thèse liant violence et islam.

L’amalgame ce sont les musulmans eux-mêmes qui le font en ne démarquant pas officiellement des agissements de leurs coreligionnaires et les bannir de leur sein. Comme s’ils avaient peur de commettre un sacrilège et d’enfreindre l’enseignement coranique. Belliciste et haineux.

Cette majorité qui soi-disant est étrangère à ces attentats qui sont devenus la préoccupation majeure de la communauté internationale, sait-elle que par son attitude trouble et ambiguë, elle ne fait qu’apporter de l’eau au moulin de tous qui doutent du caractère pacifiste de l’islam ?

Est-ce que par exemple les tunisiens, les jordaniens ou les libyens sont-ils sortis dans la rue pour manifester leur opposition à l’envoi des djihadistes en Syrie pour tuer leurs propres frères musulmans ?

Oserions-nous imaginer un jour entendre les musulmans partout dans le monde crier leur rejet de la barbarie qui est devenue la marque de fabrique de leur islam qu’ils se plaisent à draper dans les habits immaculés de la vertu qui n’a jamais été la sienne ?

Comme aussi les imaginer organiser des journées de jeûne et de prières en guise de protestation contre le djihad qui répand la mort et brise des destins et surtout symptomatique du Grand Effroi coranique ?

Sont-ils capables d’envoyer un message fort au monde entier et surtout à ceux qui soufflent sur la braise de la violence et excitent les pulsions terroristes latentes chez les musulmans : stop à la récupération de notre religion à des fins terroristes ?

Il est grand temps que les musulmans comprennent que s’ils veulent réellement défendre leur religion, ce n’est pas en se voilant la face et continuer à s’enfermer dans leur déni mental qu’ils vont pouvoir y arriver.

Qu’ils fassent la même lecture littéraliste des sources que leurs frères intégristes mais de manière objective, distanciée et rationnelle afin qu’ils réalisent d’eux-mêmes que les lois de leur religion sont incompatibles avec les standards des lois humaines.

Il ne s’agit pas de réformer l’islam, mission impossible à mener, mais il s’agit d’extraire le ver venimeux du fruit musulman et que s’ils ne font rien pour y remédier, il va finir par se muer en cancer à l’état de métastase mortel pour eux-mêmes et leur religion.

L’Occident héritier de Machiavel qui feint sa bienveillance à l’égard de l’islam est entrain en réalité de lui faire subir le même sort qu’il a fait subir aux fascistes et aux communistes qui ne jouent pas dans la même catégorie qu’eux pourtant, mais que l’Occident a vaincus.

Que dire alors de ces potiches musulmans, éternels dominions, des marionnettes, consuméristes pathologiques, fatalistes, abrutis et avachis par leur religion, plus préoccupés par le tourments de la tombe et les prébendes divines que par les bienfaits de la vie terrestre que l’Occident n’a même pas besoin de combattre puisqu’il y a longtemps qu’ils lui ont abandonné la partie ?

Diaboliser pour mieux achever. Il revient aux musulmans de sauver leur religion en témoignant de leur volonté de vivre en paix et en harmonie avec le reste du monde.

Mais ont-ils cette force mentale avec une religion qui a fait de la soumission un marqueur génétique ?