Tous les tunisiens se rêvent en généraux d’armée mexicaine et Ennahdha peut se frotter les mains

La Tunisie n’est pas seulement la première manufacture mondiale du djihad de la terreur et du sexe, elle est aussi recordwoman du monde en matière de vocations politiques. Tous les tunisiens ou presque se bousculent au portillon du Palais de Bardo pour profiter du banquet royal offert gracieusement par le bon petit peuple tunisien.
En effet, plus 15.700 candidats se verraient bien mener la belle vie aux dépens du pauvre contribuable tunisien appauvri par Ben Ali et anéanti par Ennahdha briguent aujourd’hui les 217 sièges de la future assemblée nationale tunisienne pour un corps électoral de moins de 8 millions d’électeurs dont 5 300 000 inscrits. En comparaison avec la France aux dernières législatives françaises de 2012 : 6611 postulans pour 577 sièges pour un corps électral de 44 300 000 dont 40 000 000 inscrits.
L’intérêt supérieur du pays est loin d’être la motivation première chez les tunisiens connus pour leur esprit de lucre, leurs délires de chefferie, leur avidité et leur vénalité.
Dévorés par leurs ambitions démésurées qui leur font perdre le sens des réalités, enfermés dans leur bulle du Roi Ubu et ma binette-reine, jamais repus, corrompus jusqu’à l’os de la moelle, ils se rêvent tous en généraux d’armée mexicaine.
Tout le monde veut être chef, sans savoir-faire, ni savoir, ni compétences, ni formation à l’exemple de Kamel Jendoubi un sous-fifre propulsé président de l’I.S.I.E. ou ce borderline et marginal, une sangsue notoire au CV aussi vide et creux que son personnage farfelu, tourmenté et grotesque qui se verrait fuur despote de droit facebbokien de la Tunisie.
Tant qu’ils ont l’ivresse du pouvoir et les privilèges que cela procure, peu important les conséquences désastreuses de leur irresponsabilté sur le destin de leur pays.
Amnésiques et atteints de cécité mentale alors que le principe d’union doit être la règle d’or afin de ne pas retomber dans les erreurs de 2011 ils préfèrent jouer au mauvais général qu’au bon soldat et se regrouper sous la bannière d’un front commun contre l’obscurantisme et le djihad.
Cette multitude de candidats ne se rend pas compte qu’elle signe l’arrêt de mort définitif du pays et qu’elle est la pire ennemie de la Tunisie en ouvrant un boulevard royal devant Ennahdha qui est sûre de gagner la bataille des urnes même avec 10% de suffrages obtenus. On ne gagne pas la guerre dans la désunion et la dispersion.
Les tunisiens doivent se préparer à un bail ad vitam aeternam avec Ennahdha. Ils ne pourront s’en prendre qu’à eux-mêmes d’avoir fait le choix de l’ego plutôt que de la patrie.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.