Voilà pourquoi Ennahdha est plus dangereuse que jamais

En matière de propagande politique, ce n’est pas propager soi-même son propre message, c’est le faire porter indirectement par les autres en faisant parler de soi. La critique est leur meilleure alliéé car elle leur fait gagner de la notoriété.

En faisant déplacer le curseur d’une extémité à l’autre, ils s’empressent toujours à le recenter pour rester les maîtres du débat politique.

Passés orfèvres dans la manipulation de l’opinion, ils excellent dans le jeu du contre-pieds et  l’art du volte-face et de la pirouette. Ils jouent constamment aux pompiers pyromanes. Occuper le terrain, créér l’événement, être au coeur du débat, le susciter, faire monter les enchères afin d’obtenir les concesions les plus inespérées de la part des leurs rivaux. Habiles, pervers et fins stratèges, ils savent que le terrain leur est favorable, ils  se fondent dans le paysage pour mieux surprendre leurs proies et les dépecer. Ils ne sont pas Dr Jeckill et Mr Hyde. Ils sont polymorphes et se déclinent en qutre variantes: jihadiste, salafiste, qoutbiste de Said Qotb et wahhabite véritable mître d’ oeuvre de l’islamisme impérial et hégémonique.

Les islamistes quels qu’ils soient puisent leur source idéologique dans la pensée anthropomorphe et spéculative d’ibn Taymmya  ressemblent à ces serpents des marais de la mythologie grecque, qu’on appelle les hydres.

On ne saurait les juguler et les contenir si on se garde de les dissocier et ainsi établir un distinguo coupable entre les salafistes et les nahdhaouistes en Tunisie. Ils sont les deux faces d’un même miroir. C’est pourquoi l’organisation sectaire  mytico-mafieuse d’ ennahdha est néfaste pour la République Tunisienne.

Elle est la première ennemie des droits fondamentaux et des libertés démocratiques. Sa présence sur la scène tunisienne est annonciatrice d’un avenir sombre pour le pays. Sa haute toxicité sur l’état de santé mentale des masses et sa nocivité sur le  devenir et civilisationnel des masses frustrées de libertés publiques, individuelles, politiques, cultuelles  depuis plus de 1400 ans.

Des populations vivant sous la domination étouffante et asphyxiante d’un système idéologique qui utilise la religion comme un moyen de gouvernement y compris celui de la pensée individuelle. On ne saurait nier que l’islam n’a jamais été une source de bien-être social et économique. Nul ne peut prétendre que cette religion comme toutes les autres est un catalyseur des luttes sociales et politques. Les populations musulmanes dans leur immense majorité ne sont pas rompues aux combats pour le changement. Elles s’ accommodent plus que d’autres de leur sort fût-il le plus injuste au nom de la prédestinée.

Toute tentative de reprise en main de ses conditions de vie est asimilée à une hérésie.  Ainsi, l’islamisme-collaborationniste du fait de son passé nazi qui fait son retour fracassant entre autres sur la scène tunisienne a pour principale mission d’assurer la propagation de ce syème totalitaire de caractère théocratique et  maintenir la population opprimée par l’ancien régime despotique  par tous les moyens sous l’emprise totale et absolue sous le joug wahabbite en les enserrant dans les mailles acérées du filet.

La propagande wahhabite et ses vernis islamistes tunisiens ne lésinent pas sur ls moyens pour dévoyer l’esprit de la Révolution et la rendre évanescente aux Tunisiens. Abusant de la crédulité, surfant sur le sentiment de peur et de culpabilté des damnés de la terre (les laissés pour compte de l’ancien régime et de la tendance facheuse chez certains à vendre leur âmes au diable, ils mijotent leur cuisine électorale avec des ingrédients simples mais hautement toxiques pour les règles du jeu démocrtique: soudoiement,corruption, exaltation de l’âme musulmane, glorification de la splendeur islamqiue, libération de la Palestine, stigmatistion de la laicité et des droits de la femme, remises en cause de la citoyennenté tunisienne, réinstauration de l’ oumma, exorcisme, idolâtrie, achat des voix, intimidation , menaces physiques et verbales, oukases religieux, anathèmes, pogroms etc…

Leur technique de propagande de nature sectaire repose sur deux piliers qu on peut résumer aini: nourrir les fantasmes des foules frustrées et opprimées d’une part et d’ autre part verser l’obole (bakchich) aux partisans.

Dans un pays où la corruption était érigée en système de gouvernement, les islamistes ne font que perpétuer et respecter les moeurs du pays.

Les Tunisiens qui ont fait pourtant une  révolution pour la dignité, le pain gagné à la sueur de son front, et la probité sont en train de passer outre tous les symboles attachés à ladite révolution pour se laisser soudoyer et corrompre par les agents du jihadisme islamique. Une révolution censée permettre au peuple de s’ identifer  aux  valeurs de paix, de dignité, de tolérance et de générosité  ressemble de plus en plus à une cour des miracles et de propagande religieuse. Les mosquées se sont transformées en espaces d’ instrumentalisation de la religion pour assouvir les desseins hégémoniques des Wahhabites qui ne lésinent pas sur les moyens pour faire de leurs mercenaires tunisiens les futurs maîtres de la Tunisie.

Le processus démocratique entamé depuis le 14 janvier 2011 s’ est en réalité mué en procesus de vassalisation de la Tunisie, de sa wahhabisation rampante à laquelle s’ attelle l’organisation sectaire et terroriste d’ennahdha.

La révolution des indignés est désormais une contre-révolution de l’indignation et de la félonie. Le projet d’invitation de l’Emir du Qatar un pavé jeté dans la marre de la Révolution tunisienne, qui symbolise la théocratie politique et de l’hégémonisme arrogant et impérial fossoyeur des révolutions arabes n’est pas dénuée de fondement politico-juridique. Elle est le prélude du  nouveau destin politique de la Tunisie qui de la République risquerait fort de basculer dans le camp du VI ème Califat.

A défaut de nouvelles institutions républicaines, il y a tout lieu à penser que son éventuelle présence, qui par nature est anti-républicaine et une atteinte à la souverainté nationale, porte en elle les prémisses des institutions de droit canon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s