Lettre ouverte aux inquisiteurs musulmans qui veulent décapiter la liberté d’expression

Au lieu de chercher à étouffer ma voix, à censurer mes écrits, à m’injurier, me menacer ou me vouer aux feux ardents de l’enfer, dites-moi en quoi ai-je tort  ?

Argumentez plutôt que de me condamner sans management ni procès. Vous recourez à la violence comme si c’était votre seule arme pour ôter la lumière de la vie qui éclaire la pensée « mécréante ». Vous ne savez faire que tuer l’intelligentsia chez vous en dignes héritiers de votre saigneur de prophète qui se servait de son glaive plutôt que de sa langue pour décapiter les poètes et les opposants. Vous avez tué Tahar Djaout en Algérie, Farag Foda en Egypte après avoir tenté d’assassiner Néguib Mahfoudh.

En Occident, vous jouez aux légalistes en vous  servant des lois que vus rêvez de détruire au nom des vôtres pour tuer la liberté d’expression surtout celle qui met à nu la nocivité de votre religion.

Vous vous embrasez comme des torches vivantes pour des supposées atteintes à votre sacré qui n’a de sacré que le vernis pour camoufler l’immoralité et l’impudeur de votre foi de votre morale religieuse qui rend licite ce qui ne l’est pas et illicite ce qui l’est.  Un sacré qui une offense à la raison humaine.

Jamais vous ne sortez dans les rues pour condamner les crimes barbares commis par les vôtres qui appliquent fidèlement la feuille de route de Mahomet, ce criminel de guerre et génocidaire patenté, mais toujours prêt à brandir votre sabre pour intimider les libres-penseurs qui osent troubler vos certitudes bâties sur du sable à l’instar de votre religion qui ne repose sur aucun pilier digne de ce nom. 

A cause de la naïveté et la veulerie des hommes politiques occidentaux on vous a taillé des lois sur mesure pour réprimer les critiques de votre mauvaise foi leur vie en péril d’une part au nom de la défense judiciaire des musulmans en recourant aux lois antiracistes alors que l’islam n’est pas une race, mais un dogme religieux de la pire espèce qui humaniserait le nazisme.

Si vous avez du respect pour ces lois, pourquoi vous ne faites rien pour éduquer vos coreligionnaires à leurs devoirs civiques ?
Vous êtes tellement inaudibles et aphones quand il s’agit de condamner leurs atteintes répétées aux symboles de la république.
Que faites-vous pour endiguer le fléau du djihad qui ébranle les cités ? Votre silence ne fait que confirmer l’essence violente de votre religion à laquelle vous voulez redonner une virginité à bon compte en obtenant les jurisprudences pour clouer au pilori la liberté d’expression dérange sa Suffisance Majesté.

Vous ne devez pas ignorer que les lois de la république ne reconnaissent pas le délit de blasphème. Vous voulez vous prévaloir des jugements républicains pour conférer un statut de droit commun à votre sacré qui n’a de sacré que la définition que vous lui accordez, l’interdit de l’interdit.

Vous n’avez pas besoin du concours des juges pour ce faire, le fait que vous rendez public le nom de celui qui ose ébranler les musulmans dans leur croyance, cela suffit en soi pour en faire la victime expiatoire offerte en Holocauste pour la rédemption de vos âmes.

Après avoir vous-mêmes fait preuve  d’un comportement pour le moins répréhensible et pour le moins dérangeant pour l’ordre républicain, vous voilà devenus nobles djihadistes de la vertu musulmane, histoire de vous repentir, même si ce mot n’existe pas dans votre répertoire musulman, et faire acte de contrition pour vous racheter aux yeux de cette divinité qui est le mal et le bien à la fois, qui enseigne la violence et le mépris de l’autre et qui a fait de la mort la tombe de la vie.

La religion n’est pas une cause pour laquelle on dit militer, il n’y a de cause que la cause de l’homme, celui qui est différent de soi que votre religion voue aux bûchers de l’enfer pour n’avoir pas suivi la voie de l’islam.

Sous prétexte de défense, une défense inquisitoriale, vous établissez la liste noire des « ennemis » de l’islam. Vous êtes sans savoir qu’être ennemi de l’islam un crime punissable des pires châtiments.
Pour un supposé né musulman, c’est encore pire et ça vous ne devriez pas l’ignorer, cela équivaut à un acte d’apostasie et qui vaut à son auteur la peine de mort que n’importe quel musulman soucieux de l’honneur de sa religion doit accomplir dans le respect de l’enseignement de son prophète : « quiconque renonce à sa religion, tuez-le  »
Vous prononcez un verdict avant que la justice républicaine n’ait à se prononcer sur la recevabilité de votre dépôt de plainte pour atteintes au sacré, c’est de cela qu’il s’agit. Vous semblez oublier que nous ne sommes pas dans un pays musulman.
Quand vous jetez le nom de vos opposants en pâture à vos chiens affamés, vous ne faites qu’attiser la braise de la haine jamais éteinte chez vous depuis 1435 ans. Comme les appels aux meurtres et les agitations hystériques sont contre-productifs, vous avez changé de fusil d’épaule pour vous donner une illusion républicaine.

« La Charia est au droit ce que la barbarie est à la civilisation »

Si l’islam était amour pourquoi tuerait-on en son nom ?

 

L’islam a réussi à transformer la psyché, à façonner la pensée  et à moduler l’humanité de ses fidèles  comme s’il était devenu lui-même une nouvelle entité bio-génétique conférant aux natifs de cette religion et à ceux qui choisissent de s’y soumettre un ADN spécifique.

Etre musulman c’est appartenir ainsi à un peuple partageant le même patrimoine génétique. Faire partie d’une race qui ne ressemble en rien aux autres humains dont elle serait la seigneur et maîtresse à cause de la pureté de son sang d’origine supra humaine fabriqué par Allah lui-même et dont il a irrigué le corps de ses fidèles conçus de surcroît par lui. Tous les musulmans sont par définition son bien, sa propriété de plein de droit. C’est lui qui qui les engendre,  les vrais pères géniteurs ne sont pas des pères ils ne font qu’accomplir sa volonté de déposer la semence dans le champ de labour que représente le corps de la femme.

L’homme musulman est dépourvu de toute pensée critique adoptant un comportement identique à  celui de ses coreligionnaires. S’habille pareil, accomplissant les mêmes faits et gestes quotidiens que tous ses semblables, ne vivant que par et pour l’islam, n’écoutant que les paroles d’Allah et de Mahomet.  Prier, apprendre et réciter le Coran du matin au soir sans rien comprendre au sens des mots. Abêti et lobotomisé qui attend son heure, un signe d’Allah pour partir dans le sentier du djihad.  Un musulman ne fait le choix de rien c’est Allah qui l’inspire et guide ses pas et ses mains.  Né pour servir la cause Allah  et jamais la cause des hommes dépourvu de tout sentiment humain au coeur rempli de rancoeur et de haine pour tous ceux que son livre satanique désigne comme ennemis de sa religion. Sans jamais se poser la question sur le simple fait que de ne partager les idées de Mahomet ne fait pas du juif, du chrétien des porcs, des singes, des êtres maléfiques à abattre et exterminer.  Un homme unidimensionnel sans humanité, ni réflexion personnelle, incapable de raisonner et de pourvoir à ses propres besoins contrairement à  d’Herbert Marcuse consumériste mais à même d’oeuvre pour la satisfaction de ses besoins par la force de son travail.

L’islam est bien passé ces dernières décennies du stade d’une manufacture artisanale qui fabrique quelques spécimen coomme Ben Laden, Omar Tourabi, Rached Ghannouchi, au stade d’une industrie lourde capable de produire des Moamed Merah et des Nemmouche par millions.

Cette transmutation de la personnalité n’est pas sans rappeler celle opérée par le nazisme et le fascisme.
L’islamisme qui est à l’islam ce que l’hitlérisme est au nazisme qui se veut l’Islam authentique à juste raison, est une réactualisation de l’islam des origines, régissant de la manière la plus totalitaire et la plus rigoriste tous les aspects de la vie sociale, cultuelle, politique, personnelle de ses adeptes dans le moindre et détail jusqu’à dans les alcôves et leur vie intime, est entrain aujourd’hui d’engendrer une nouvelle espèce humaine que j’ai appelée dans un de mes articles l’homo wahhabitus.

Doté de sa propre personnalité, dépourvue de tout sentiment humain, frustré, primaire, agressif, asocial, velléitaire, bourru, mystique, immature, incapable de penser et de réfléchir par lui-même, idolâtre et iconoclaste. Il est le tout et son contraire, mais à condition que les icônes passées aient un caractère musulman. C’est un vrai cas clinique qui présente un danger pour lui-même et surtout pour la société, sa pathologie incurable est de nature contagieuse.
Seule mise en quarantaine est la thérapie indiquée.

Atteint de délires dédoublement de personnalité doublés d’angoisses existentielles et de pulsions mystificatrices , il s’ s’invente un personnage qui le substitue au sien,vivant dans la peau d’un autre qu’il se veut lui-même, convaincu d’être investi de mission divine pour défendre, protéger la pureté originelle de la religion et établir la souveraineté d’Allah sur tous les hommes.
Guidés par leur seule vision cosmique et impériale du monde : ré-islamiser, sous forme de wahhabisation et islamiser par la propagation de sa doctrine aux quatre coins du monde par tous les moyens y compris la purification ethnique et religieuse comme c’est le cas en Irak, le Nigéria et un degré moindre l’Egypte.

En tout état de cause, les mécanismes idéologiques de caractère prophétique et messianique, ne peuvent qu’impacter, conditionner outrageusement et influence leur état psychologique uniforme qui les fait distinguer du commun des mortels,
Je n’ai pas la prétention d’analyser la psychologie des islamistes, mais chercher tout au moins à esquisser un portrait à partir des éléments d’observation tels que nous restituent leurs troubles de comportement, leurs excès de prosélytisme agressif et envahissant nos cités, piétinant notre espace laïc, leurs incohérences verbales, leurs onomatopées, leurs évocations récurrentes à Dieu, son manichéisme outrancier, leurs convulsions pathogènes, leurs crises de démence dont certaines préfigurent du Grand Fracas Coranique, leur procession, leur aversion du genre humain, vomissant nos lois et brûlant nos codes et nos drapeaux, leur état pathologique de confusion mentale et leur absence de discernement.

Il en résulte que les islamistes ne semblent pas avoir de caractère humain dans le sens humaniste du terme qui fait de l’homme acteur de sa vie et ce pour les raisons suivantes : ils sont psychopathes, schizophrènes, messianiques, fascistes, racistes, antisémites,, ethnocentristes , mégalomanes, phallocrates, à la misogynie érigée en dogme, pervers, adepte de la magie noire, gourous, affabulateurs, haineux, nocifs, pour l’écosystème humain, ultra-violents, ultra-réactionnaires, paranoïaques, illuminés sectaires, atteints du syndrome du borderline, idolâtres, profanateurs de mosquées, hérétiques, terroristes, bellicistes, impérialistes, génocidaires, rêvant de faire de la terre le royaume d’Allah purifié du genre humain tels que les athées, les démocrates, les laïcs, les infidèles qu’ils sont censés tuer tous un par un jusqu’au dernier, notre destin sera islamistes ou il ne le sera pas telle que le prévoit leur prophète.

Déferlant sur les cités urbaines tels des meutes de loup, battant le pas comme s’ils rejouaient une scène martiale sur le modèle des escadrons de Waffen SS dans lesquels s’étaient enrôlés leurs aïeux. Ne laissant ainsi subsister aucun doute quant aux accointances idéologiques entre leurs leur idéologie et le nazisme. Vouant comme eux un véritable culte a leur chef cette figure centrale et tutélaire, une sorte de guide suprême comme un duce, un Führer, un Ayatollah ou un Habib Allah à l’exemple de ce Gourou illuminé qui en train de mettre la Tunisie sous sa coupe réglée.

Leurs ressentiments féroces et maladifs font d’eux des êtres voraces, charognards, archaïques, névrotiques, barbares, sanguinaires, assoiffés de sang humain avides de notre chair, faisant de la terreur leur foi et de leur loi canonique une arme de destruction massive, Hitler et Staline passeraient pour des humains à coté d’eux, leur bave et venimeuse. Ils sont pour notre humanité ce que furent les Banu Hilal et leurs alliés les Banu Souleiem pour la Tunisie.

Ils prolifèrent et se propagent comme des cafards, ils sont sans foi ni loi, arrogants et suffisants, lâches et pervers, régressifs et rétrogrades faisant de la pédophilie et de la polygamie un projet de gouvernement, ennemis du genre humain, renégats, traîtres, félons, antipatriotes, vénaux, cupides et parasites, assistés chroniques, opportunistes, incultes, pathologiques, ils rêvent de conquête cosmique, imposteurs et apostats selon la religion dont ils se réclament alors qu’ils se comportent avec elle comme s’ils étaient les fils de Satan que les vaillants djihadistes d’Allah comme ils le prétendent.

Ils ne respectent ni Allah qui est pourtant leur maître-esclavagiste ni leurs coreligionnaires qui rêvent de vivre leur humanité  qui sont souvent les premières victimes de leur déferlante tsunamienne et encore moins l’humanité non-musulmane. Ils sont des exterminators, Pol pot est plus humain qu’eux.

Leur humanité est le produit de leur psyché un mélange de Dracula de Jack L’éventreur et de Frankenstein. Ils sont tout simplement des Islamistes. A coté d’eux, les hydres d’Hercule seraient moins effrayantes et épouvantables.

Des figures cauchemardesques devenues le cauchemar éveillé de l’humanité, laissant apparaître les.croque-mitaines comme des archanges. Sources d’angoisses et de peur, ils préfigurent le monde des ténèbres dans lequel ils veulent entraîner le commun des mortels. Incarnation vivante de cette vision apocalyptique du monde celle du Grand Effroi. Leurs évocations incantatoires sont autant d’exaltation du démon qui irrigue leurs artères et nourrit leur cerveau. Dépossédés de leur propre humanité, ils ne vivent que dans la haine destructrice de ceux vivent leur état d’humanité;
se

L’homme musulman a fait de son état de dégénérescence mentale une arme de destruction massive

 

Chez les peuples tourmentés par leur vie dans l’au-delà, portant le deuil de leur mort au cours de leur vie, il n’y a d’amour de sa patrie que dans sa disparition au profit de l’Oumma islamique. Tout doit rester figer dans la pierre noire à laquelle, ils vouent un véritable culte païen. Le passé se conjugue au présent, le futur est absent. La langue arabe ignore le temps à venir. Seul le passé-présent est leur motus-vivendi. Même quand ils font, ou on leur fait croire, qu’ils ont fait des révolutions, c’est pour renouer avec le passé et ré instaurer un ordre ancien sur le modèle fasciste.

Contrairement au bolchevisme, l’islam n’offre aucune perspective à ses fidèles d’un monde meilleur sur terre. C’est en soi une hérésie. Aucune mutation sociale, politique et humaine n’a lieu d’être. Tout est basé sur le principe de l’immuabilité absolue. Alors que le bolchevisme prône le changement et la rupture avec l’ordre ancien. L’islam est dépourvu d’une vision dynamique. du monde. Ses adeptes ont pour seule obligation d’adopter la même posture, de s’inscrire dans la continuité de leurs vaillants aïeux, auxquels ne les lient aucune parenté ethnique et culturel. Mais tout doit fonctionner sur le modèle ‘un schéma sectaire où les membres sont liés par des liens occultes et mystiques qui font office de chaînes les rattachant les uns aux autres pour en faire un corps uniforme et aggloméré.

Censés s’agréger les uns aux autres pour former un même corps, oumma, aucun membre, n’est en droit de rompre cet ordonnancement voulu par Allah, sous peine d’en essuyer les foudres suprêmes. Imbriqués et emboîtés les uns aux autres, avec un ordre hiérarchique toutefois entre les morceaux du puzzle, musulman, chacun doit veiller à conserver la place qu’Allah lui a réservée. Il ne doit y avoir par conséquent aucun mouvement dynamique. Tout doit rester immuable avec une interdiction d’intervertir l’ordre voulu par Allah. Pour attiser la colère d’Allah, et exciter ses pulsions mortifères et violentes, au lieu de résilier, les musulmans se résignent..

Tout changement est assimilé à une malédiction divine, une Fitna, qu’ils ne sont pas prêts d’affronter. Rares sont les peuples qui se soulèvent et s’insurgent contre les injustices et la dégradation infamante de leurs conditions de vie parce qu’ils ne font qu’assumer ce que dieu leur a octroyé. Seules l’obéissance et la soumission à sa volonté sont leur moteur de vie. L’homme n’est pas doté d’une volonté propre, il est sur terre pour suivre la voie que dieu pour les uns et les esprits chez le autres tels les haïtiens qui pratiquent le culte à l’esprit avec le monde invisible.

Que ces peuples soient tournés vers le monothéisme ou le paganisme et parfois voire souvent, ils s’adonnent à des rituels syncrétiques combinant les deux comme en Tunisie avec les rituels maraboutiques e d’occultisme basés sur le culte de la personnalité, l’idolâtrie, la sanctification de la personne, la magie noire, l’envoûtement, la possession,l’invocation des esprits, la sorcellerie, on ne rêve pas de changer sa vie et d’un monde meilleur pour soi et les générations futures, on rêve de ce que sera de sa vie à sa résurrection. Quand à leur désespoir sur terre, il n’est qu’un espoir pour une vie meilleure dans l’au-delà.

Dans un monde gouverné par la main invisible toutes tentatives de tourner la page du passé deviennent un sacrilège et s’évanouissent dans les méandres de la pensée. Les poids des traditions qui font office de loi de la pesanteur annihilent toute volonté de rupture et freinent ainsi les populations dans leurs désirs d’abandonner leurs pratiques culturelles ancestrales qui sont leur matrice maternelle au profit de nouvelles valeurs étrangères libératrices des énergies et et qui portent en elles les germes des libertés et de dignité humaine.

A l’accès et l’exercice aux droits fondamentaux, on préfère la soumission aux obligations cultuelles et s’enfermer mentalement dans un monde hallucinatoire et anxiogène où la réflexion repose sur des mécanismes irrationnels, superfétatoires, nourrie essentiellement par la rémission à dieu et aux esprits malins inspirés par Satan et la magnificence divine et les Saints protecteurs auxquels les nazi-islamistes vouent une haine féroce, de peur qu’ils ne fassent de l’ombre au Démiurge. Ignorant tels qu’ils sont de la place de ses saints dans l’identité tunisienne, qui sont la preuve vivante d’un islam contextualisé et adapté aux us et coutumes des pays où il s’était implanté. Dans un tel environnement culturel et cultuel où le mode de vie des gens, leur mode de pensée et leurs comportements sociaux sont dépourvus de toute rationalité et d’objectivisme, fondés sur le négativisme social social où les processus sociaux sont pré déterminés , préconçus et inspirés par un système de croyance les rendant immuables et trans temporel.

Cette psychopathologie sociale propre aux sociétés conservatrices s’accompagnent généralement par des symptômes du repli sur soi, la peur du changement, les délires mystico-paranoïdes, la passivité, violence pour extérioriser ses frustrations, troubles de la personnalité, la sclérose identitaire, l’incurie intellectuelle, l’immobilisme, la nostalgie du passé, les troubles de conscience et d’affirmation de soi, les troubles des conduites sociales, la mise en scène hystérique collective où les sujets miment, simulent et se défoulent sur cet autre, le bouc-émissaire, leur souffre-douleur, l’objet fantasmé de leur courroux, diabolisé et honni.

Le mal qui est en soi se trouve toujours projeté sur l’autre. Cet autre que l’on jalouse et envie intérieurement mais qui les obsède et les tourmente inconsciemment du fait de leur intolérance pathologique à la différence. Quelque part cet autre comble le vide sidéral qui est en eux et que pour leur propre survie ils se doivent de le faire exister pour assouvir leur aversion d’eux-mêmes. Toute manifestation de haine vis-à-vis d’autrui est en réalité symptomatique de la haine de soi et une forme avouée d’auto suicide.

Comme la société est par définition un agrégat d’individus, il est évident qu’elle ne qu’être que leur produit, contaminé et irradié par leurs symptômes  le fidèle reflet, le miroir qui réfléchit tous les signes en usage dans une société, en l’occurrence la société tunisienne. Le remède que veut lui appliquer ces nombreux charlatans et gourous qui prospèrent sur le terreau de son ma- être est plutôt la cause principale des graves troubles psychiques et névrotiques qui gangrènent le corps social tunisien, on ne pas peut soigner l’origine du mal par les symptômes du mal profond inhérent à une culture liberticide, oppressante, castratrice, culpabilisante  négatrice de l’individu fondée sur un système de croyance totalitaire et fascisant régissant tous les aspects de la vie des gens dans leur moindre petit détail dans toutes les étapes de la vie et jusqu’à la mort.

Les espaces de libertés sont prohibés au nom du sacré et que fait de l’interdit la seule norme de vie sociale et individuelle. Socialement et individuellement tout doit s’articuler autour des schémas de pratiques cultuelles rythmant l’organisation sociétale et personnelle. Comme cela se produit souvent, plus les peuples sont enfiévrés par la religion, plus ils sont enclins aux croyances surnaturelles et para naturelles que les confréries sectaires et maraboutiques leur distillent pour remédier à leurs carences psycho-affectives et à ce besoin de réponses perceptibles, palpables et immédiates à leurs questionnements existentiels. Paradoxalement, ces peuples à défaut de rêver s’illusionnent sur le déroulement des évènements futurs comme si cela correspondrait à un besoin thérapeutique absolu. Besoin de s’en remettre à l’autre, à Dieu mais rarement à soi.

La solution n’est pas en soi, la clé est souvent entre les mains du tiers, ce tiers soit invisible soit visible qui prend la forme d’un gourou ou de marabout, une figure tutélaire et idolâtrée tel l’illuminé R. Ghannouchi, et charognard terroriste, l’artisan majeur des assassinats politiques en Tunisie, dont celui de Chokri Belaïd. pourvoyeur de chair à canon pour la Syrie et que tout donne à penser qu’il serait impliqué dans l’attaque terroriste contre les 2 sites gaziers dans le Sud Ouest algérien.

Un des principaux maîtres à penser du terrorisme djihadiste, et interface attitré entre l’Emir du Qatar, Dr Jekyll en Occident et Mr Hyde en Orient, faute d’être un Calife, il a gagné ses galons de Calife de la corruption, et la nébuleuse islamiste. Depuis son retour ubuesque en Tunisie, il se comporte comme le sauveur ou le messie attendu en usant d’artifices ésotériques charismatiques, de manœuvre de manipulations mentales qui sous-tendent généralement les actes de terrorisme mental pour rallier et haranguer les foules, en exaltant leur ego fruste et frustre un peu comme le faisait Hitler en Allemagne nazie.

En conclusion, on ne peut pas élaborer un diagnostic fiable de tous les signes observés dans le champ social tunisien depuis le 14 janvier 2011 et surtout révélés au grand jour par sa Révolution sans recours à la sémiologie psychiatrique.

L’Islamie son univers impitoyable et ses fidèles psychopathes

Nombreux sont ceux qui n’aiment pas ma façon de penser et d’écrire sur cette inhumaine et monstrueuse religion ce qui est tout-à-fait leur droit tant que leur rejet n’est pas l’expression de leur état de cécité mentale et d’incurie intellectuelle.

N’étant pas psycho-rigide ni muré dans mes certitudes,  j’aimerais  tout simplement qu’ils me proposent un procédé de leur création pour masquer sa laideur répugnante.

C’est trop facile de vouloir me lyncher sur les réseaux sociaux et tout heureux d’exhiber leurs crocs venimeux pour me dépecer pour assouvir leur haine de tout ce qui est différent de soi en toute logique dogmatique  et en toute lâcheté que de me prouver avec justesse, objectivité et clarté mais je doute qu’ils en aient la capacité en quoi ma photographie de l’islam est erronée, édulcorée et fallacieuse ?
Je suis un modeste anthropologue qui se nourrit de son observation et de son écoute  qui cherche à dresser le tableau ethnographique l plus fidèle à partir des données cueillies sur le terrain. tout en ayant l’avantage de connaître mieux que quiconque de l’intérieur  le mode de vie du groupe observé, ses moeurs, son substrat religieux, ses rapports au sacré et à l’autre, ses motivations et orientations idéologiques,  l’image surfaite de soi, sa sémiologie,  ses représentations, luttes intestines et les conflits de pouvoir qui le mine, son incapacité à assumer ses erreurs et se remettre en question.  Il peut toujours s’offrir la plus belle des façades mais qui ne peut tromper que ceux qui n’ont pas baigné dans son univers impitoyable et avoir pu mesurer de très près  les mentalités arrogantes, suprématistes, méprisantes, racistes de ses membres.

En aucun moment je n’ai travesti et manipulé les informations et les images récoltées sur l’islam et les musulmans, j’essaye d’être le plus neutre possible. Il n’y a rien de mes écrits qui dénaturent cette idéologie qui instrumentalise la religion à des fins politiques et de la colonisation de la vie de l’homme dans ses moindres petits détails et dans tous les domaines de la vie.

Je ne vois pas en quoi je fabule quand je traite des sujets de la décapitation, du racisme, de l’antisémitisme, de l’intolérance, de la pédophilie, du statut de la femme, des juifs et des chrétiens, du despotisme, du culte de la violence, du meurtre des apostats, de la dilution de l’être humain dans un bain d’acide, et de bien d’autres thèmes qui classent l’islam dans le chapitre des doctrines politiques les plus inhumaines et liberticides qui soient
J’aimerais que ces vierges effarouchées  s’inquiètent du sort des jeunes captives nigériennes et des chrétiens d’Irak et de de Syrie plutôt que de jeter leur fiel sur moi. Quand on a pas la force de la raison il reste la passion de la violence.

Les loups solitaires nouvelle arme psychologique et terroriste de l’islam dans sa conquête du monde

 

La multiplication inquiétante des attentats terroristes  accomplis au nom d’Allah Akbar  aux quatre coins de la planète de Sydney à Peshawar, en passant par New York, Glasgow, Nantes, Dijon et Joué-les-Tours,  leur intensité et leur simultanéité ne sont pas l’oeuvre de loups solitaires ou de psychopathes même si l’islam favorise ce type de pathologie mentale, contrairement à ce que les médias et les autorités françaises en proie pourtant à 3 attaques terroristes en 48 heures serinent à tout va.

Ils pensent pouvoir dissiper les inquiétudes légitimes de leur opinion publique quant à la montée du péril musulman sans tout en occultant la vraie question pourquoi ces actes qui seraient l’oeuvre d’individus présentant des antécédents psychiatriques et aux convictions idéologiques non-avérées  ont-ils justement  choisi la période des fêtes de Noël pour passer à l’acte ?  Un Noël qui n’a jamais autant été décrié par les laïcards pro-musulmans en France.

Ce n’est pas parce que ces individus agissent seuls qu’ils sont pour autant isolés de la meute et qu’ils sont aussi psychopathes qu’on veuille nous le faire croire. Il s’agit du nouveau mode opératoire, d’une nouvelle stratégie de la terreur préconisé par la Qaïda qui consiste à ne pas sacrifier une meute de loups d’un seul coup, en lâchant à chaque fois un seul loup qui pourrait se faufiler plus facilement entre les mailles du filet sécuritaire pour se fondre dans le public en causant plus  de dégâts que s’ils étaient à plusieurs avec  une probabilité de réussite moindre.  Plusieurs loups agissant de concert et en même se font plus facilement remarquer et neutraliser, or, un loup seul  peut passer facilement inaperçu, capable comme un caméléon de se fondre dans son environnement, possédant une bonne connaissance du terrain voire un familier des lieux pour ne pas attirer l’attention sur lui.  Un espèce de loup de proximité.

Une telle stratégie offre un avantage indéniable quand à la préservation du secret de l’opération est que le loup ne saurait se trahir lui-même contrairement à une opération conduite en meute où les risques de fuite, de trahison et d’infiltration sont énormes.  Il suffirait que la Qaïda ou l’Etat Islamique poste sur les réseaux sociaux un message  à l’adresse de tous les musulmans du monde entier pour les exhorter à tuer les « infidèles »  pour que n’importe quel activiste musulman se considérant comme le destinataire légitime du message le mette en exécution.

Partout où il y a des foyers musulmans en France il y a forcément des loups solitaires dormants qui attendent les appels de leurs chefs de meutes de la Qaïda et de l’E.I.  pour passer à l’acte.  Ces deux derniers ont compris tout l’intérêt d’utiliser les ressources humaines locales et « bien du coin » à l’image des 6 auteurs des attentats de Glasgow, Nantes, Dijon, New York, Sydney, et Joué-les-Tours plutôt que de recourir à des éléments allogènes qui n’offrent pas les mêmes garanties de réussite de l’opération.

De plus en plus de jeunes musulmans extrémistes  s’adonnent à entraînements de commandos sauvages, à des exercices de tir clandestins ou dans des clubs ayant pignon sur rue,  des activités physiques intenses, aux sports de combat  voire à des sports extrêmes et ce pour se préparer mentalement et physiquement pour le jour où ils sentent que leur heure est arrivée pour écraser les infidèles.  Il aurait plus judicieux et parlant de s’intéresser aux loisirs sportifs déclarés ou secrets des auteurs desdits attentats que d’enfumer l’opinion publique avec leur antécédents psychiatriques comme si on cherchait à leur  accorder les circonstances atténuantes alors que jusqu’à preuve médicale du contraire ils sont parfaitement responsables de leurs actes.  Tous les psychopathes   de France comme d’ailleurs ne sont pas des terroristes potentiels.  A supposer qu’il y ait un lien avéré entre le terrorisme et la psychopathie ce dont il est permis de douter, n’est-il pas paradoxal que tous ces psychopathes en question sont des musulmans ?

Il est absolument incongru et impossible d’imaginer un seul instant que les auteurs de ces attentats aient été guidés par leurs seules pulsions émotionnelles et auto-destructrices.  Rien que les cibles choisies, le choix des quartiers, les symboles à deux fois ce sont les forces de l’ordre, le moment d’agir ce n’était pas en plein jour, la personnalité des auteurs,  sont autant de preuves qui se suffisent d’elles-mêmes et surtout les signes avant-coureurs du Tsunami terroriste qui ne saurait tarder sur l’Occident qui plutôt que d’en prémunir se plaît à le minimiser et en occulter l’extrême gravité pour ne pas froisser les musulmans dans leur croyance en désignant l’islam comme étant la vraie source du terrorisme qui sévit dans le monde et qu’il doit être combattu  au même titre que de toutes les idéologies qui présentent un péril pour la paix et la sécurité internationale.

Les loups solitaires sont pour la Qaïda et l’E.I. un atout-maître dans leur offensive terroriste contre le reste du monde, ils peuvent surgir de nulle part, frapper quand ils veulent et où ils veulent. Convaincus que leurs actions incessantes et répétées finis services de lutte antiterroristes les plus aguerris. « Ce qui effraie [le FBI], l’empêche de dormir la nuit et d’aller en paix le jour: les loups solitaires d’Al-Qaïda » selon les termes d’un participant djihado-salafiste à un forum  clandestin à Tampa en 2007 sur les loups solitaires de  Qaïda.

Les deux fers de lance de l’islam hégémonique et cosmique sont conscients qu’ils n’ont aucune chance pour mener à bien leurs desseins impériaux dans une guerre frontale, d’où leur modus operandis  des loups solitaires,  une arme psychologique redoutable et efficace qui nécessite quasiment aucune logistique  de quelque sorte que ce soit.  Juste qu’un musulman se sente en état de se transformer à un moment précis en un loup pour dépecer ses semblables. Tuer et se tuer pour l’islam est le but ultime pour chaque musulman jaloux de sa foi.

L’islam a vaincu Byzance par la ruse, ils croient pouvoir dominer le monde par ses loups solitaires.  Cette recrudescence des attentats terroristes a un seul objectif : créer un état de psychose permanente dans les pays de dar al harb,  les pays non-islamisés.  Miner le moral des populations, les faire paniquer et douter jusqu’à ce qu’elles finissent venir d’elles-mêmes vers l’islam en voyant en lui leur sauveur ou plutôt son fossoyeur.

L’islam n’est pas une chance ni pour les siens et encore  moins pour le reste du monde. A force de semer la terreur il finira il finira lui-même par être enseveli par la tempête de la mort  qu’un jour où l’autre il récoltera.

La Qaïda et l’E.I. ces créatures monstrueuses pur produit de l’Apocalypse coranique que les américains ont instrumentalisée à des fins géostratégiques et géo-énergétiques peuvent toujours se réjouir  de leur capacité  de donner le tournis au monde entier et de danser sur les corps de leurs victimes pendant que les médias et les gouvernements spéculent sur l’état de santé mentale des auteurs des attentats.

Les terroristes sont sains de corps et d’esprit c’est notre naïveté et notre lâcheté qui sont leurs meilleures alliées.

Grâce aux islamistes on sait désormais que l’islam est une pathologie mentale

Les islamistes font assimiler l'Islam à une pathologie mentale

A cause des angoisses phobiques qu’ils suscitent chez les non-musulmans et leurs propres coreligionnaires aspirant à une vie apaisée et humaine les islamistes font tomber les masques de l’islam et le font assimiler à une pathologie mentale qui frappe essentiellement les sujets musulmans les plus endoctrinés et les néo-soumis à l’islam qui présentent généralement un profil psychotique qui pensent du sens à une existence qui n’a déjà pas de sens.

Le Figaro inquiet du sort des chrétiens d’orient, du Maghreb ainsi que du Nord du Nigéria consacrait sa une du 4 janvier 2012 : peur de l’Islam.

Une militante tunisienne des droits de l’homme m’a rapporté Un jour que des non-musulmans de sa connaissance lui confiaient leur peur de l’Islam depuis le déclenchement du processus insurrectionnel dans les pays arabes.

Des amis tunisiens vivant en Tunisie me font aussi part de leurs angoisses et inquiétudes oppressantes de se trouver à vivre dans une société dominée par l’Islam  dans sa variante radicale ultra-rigoriste tendance culs bénis,wahhabite et qu’ils envisagent de quitter le pays pour des cieux moins islamisés. Comme s’ils pouvaient en exister.

Plus aucun endroit au monde n’est épargné par cette peur qui frappe de plus en plus les non-musulmans, voire les musulmans eux-mêmes. Ces derniers font toutefois la différence entre l’Islam et l’islamisme. Alors que les premiers n’établissent aucun distinguo entre les deux. Ce qui est somme toute logique puisque dans l’esprit il n’ y a pas de religion qui s’appelle l’islamisme et qu’il ne peut s’agir que de la religion musulmane.

On ne saurait les accuser de faire l’amalgame entre les deux et mettre en cause leur bonne foi. Qui pourrait dire que les islamistes ne sont pas musulmans et qu’ils professent une religion différente de l’Islam dans sa théologie, son culte, son rituel, sa profession de foi et ses dogmes. Comment peux-t-on les assurer et les rassurer en leur disant que les islamistes sont pour l’Islam ce que sont les intégristes pour le Christianisme ?

La différence entre les intégristes musulmans et les intégristes chrétiens est que ces derniers ne se mettent pas au-des lois de leurs pays et que le Vatican est toujours là pour sévir contre leurs dérives dogmatiques tandis que les premiers n’obéissent à aucune autorité ni religieuse, ni républicaine.

L’intégriste chrétien sait à quoi il s’expose (excommunication et la prison), l’intégriste musulman n’a pas de limite.