L’islam est surtout victime de lui-même et du vent de la mort qu’il sème

Ben Ammar Salem

L’islam ne doit s’en prendre qu’à lui-même. Le mal est en lui et non pas dans le rejet dont il se plaint que ses laudateurs qualifient indécemment de racisme anti-islam, alors qu’il connaît en rayon en la matière.

Quand il ne passe plus un jour  dans le monde sans qu’il n’y ait de crimes abominables associés à son nom, c’est à lui de se poser les vraies questions quand à la relation de cause à effet entre la violence apocalyptique et son image désastreuse auprès de l’opinion publique mondiale  non-musulmane.

A force de semer la vent de la mort partout où il sévit, l’islam ne doit s’attendre à recevoir un jour ou l’autre la tornade qui va le balayer de la surface du globe.

Peut-être veut-il que l’on se voile la face comme ses disciples  pour le caresser dans le sens du poil et se prosterner devant lui en hommage…

View original post 455 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s