Avec son livre sur le « racisme des islamophobes » Charb avait raté son grand retour à titre posthume

En voulant écrire un pamphlet anti-islamophobes, contre mes amis et moi-même, Charb ne se rendait pas compte qu’il faisait involontairement ou par pure islamophilie l’apologie du terrorisme musulman. Défendre l’islam reviendrait à défendre le nazisme ou les Khmers rouges.
Il devait savoir quoi qu’il eût fait il n’aurait pas échappé au sort réservé par le Coran aux mécréants et aux insolents.Il n’avait rien compris au sens du combat de ceux qu’il qualifiait de racistes anti-musulmans et leurs mises en garde au péril de leur vie contre la haute nocivité de l’islam.
Les musulmans ne sont pas le Dr Jekill dont il brossait le tableau, ils sont Mr Hide, une hydre à plusieurs têtes, n’avancent jamais à visage découvert, s’affublant du masque du gendre idéal façon Tarek Ramadan pour mieux endormir la vigilance de leur victime et lui porter le coup de grâce généralement en l’attaquant dans le dos comme leur recommande le Coran.
Au nom de son anti-racisme de la gauche bobo-caviar-tout-le-monde-est-beau-tout-le-monde-est-gentil, il se faisait le défenseur des racistes de la pire espèce.

Encore un chantre de l’islam paix, amour et tolérance qui emporté par son zèle épistolaire et de brosse à reluire s’était couvert de ridicule symptomatique de son impatience à adopter son statut de dhimmis mais hélas pour lui les justiciers de l’islam ne l’entendaient pas de cette oreille et ont vengé l’offense qu’il avait faite un jour à leur satanique prophète.
Tous les croyants et les non-croyants ont droit au respect à condition qu’ils soient loyaux et eux-mêmes respectueux des lois de leur pays d’accueil ce qui est loin d’être le cas des musulmans qui ne reconnaissent que les lois de l’islam, se voulant les maîtres du monde et son nombril, connus pour leur esprit pervers, haineux, malfaisants, sournois, ethnocentriques, antisémites, ultra-violents, belliqueux, intolérants, négateurs du droit à la différence …
Cet homme ne devait pas ignorer que c’est l’islam et les musulmans qui alimentent le fonds de commerce des « racistes islamophobes » qui sont en réalité des islamo-incompatibles, des « vigiles » de la liberté, et nourrissent les peurs et les angoisses chez les non-musulmans.
Ce ne sont pas les « racistes anti-islam », comme si l’islam assimilé à une nationalité ou un groupe ethnique, qui ont enlevé les pauvres gosses lycéennes nigérianes. Ce ne sont pas ses souffre-douleurs non plus qui violent et réduisent les femmes et les enfants yazidis en état d’esclaves, les assimilant à un butin de guerre comme au temps de Mahomet. Ce e ne sont ceux qu’il croyaient qu’il était de leur camp et qu’il avait jeté en pâture aux chiens enragés musulmans pour leur témoigner de son allégeance à leur toute-puissance qui sèment la mort et la terreur partout dans le monde au nom de l’islam et qui font peser une lourde hypothèque sur la pérennité de l’humanité.
Charb avait péché soit par ignorance ou soit par complaisance, quoi qu’il en soit il croyait se racheter aux yeux de ses ennemis en leur léchant les babouches, ce n’était pas à son honneur il s’était rendu coupable d’une grave faute morale en diabolisant ceux qui luttent pour la survie des libertés et des droits fondamentaux en danger de mort avec l’islamisation galopante de l’Occident en donnant un quitus d’honorabilité à ceux agents de la propagande islamique qui oeuvrent à transformer la France en Emirat-bananier islamique.
Je n’oserais pas le comparer à Dieudonné et Soral mais quand même, c’est un peu fort de café à mon goût. Je considère toute tentative de victimisation des musulmans, de blanchiment de l’islam de ses crimes contre l’humanité, d’occultation de son idéologie hégémonique et génocidaire et raciste Certains d’entre nous sont menacés de mort par les fous d’Allah et Charb n’avait pas trouvé mieux que de se faire l’avocat du diable musulman.
Tout indique que ce n’est pas par hasard que Charlie Hebdo n’avait pas fait écho du dictionnaire de l’islamophobie, un recueil de fatwas de mort à l’encontre des principales figures de l’islamophobie en France où je figure en première place avec Houellebecq, Redeker, Buckner, Sami Aldeeb, mes amis de Riposte Laïque, pour ne pas citer tout le monde.
Ni Charlie ni le FN ni aucune autre voix ne s’est élevée en France contre la publication de cette liste noire des femmes et hommes à abattre.
Le devoir de mémoire implique le respect absolu de l’idéal de la liberté. Je ne saurais honorer la mémoire d’un homme qui avait bafoué cet idéal en caressant la bête immonde dans le sens du poil.

Une réflexion sur « Avec son livre sur le « racisme des islamophobes » Charb avait raté son grand retour à titre posthume »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s