L’islam peut être tranquille, Facebook « décapite » ses critiques au nom du délit de blasphème

Afficher l'image d'origine

Il ne faut plus dire que le délit de blasphème a vécu. Il est plus que jamais en vigueur grâce au Tribunal d’inquisition islamo-facebookiene. Plus jour qui passe sans que les bourreaux de la pensée ne s’illustrent en décapitant à tout va les articles qui ébranlent les musulmans dans leur mauvaise à mettent à nu la perversité morale et l’imposture de l’islam, la pire idéologie politique et totalitaire ait jamais existé.

De tous les modes de pensée qu’ils soient matérialistes ou spiritualiste, l’islam est le seul à bénéficier d’une véritable omerta sur ses desseins impériaux, sa nature belliciste et hautement raciste et antisémite et sur son lourd passé génocidaire. Encensé, adulé, flatté, glorifié, comme s’il était une chance pour l’humanité alors qu’il est l’incarnation du Grand Mal. Mais tout se passe comme s’il était un modèle de paix et de fraternité entre les hommes de toutes les origines et de toutes les croyances, drapé dans sa vertu et malheur à c eux qui osent violer le tableau idyllique défendu le glaive à la main par ses encenseurs et à leur tête Facebook le plus grand lèche-babouches que la terre n’ait jamais produite.

Avec ce grand champion de la décapitation de la critique de l’islam et de ses textes fondateurs nauséabonds et qui dépassent en monstruosités le nazisme lui-même, il est de plus en plus fréquent que ce réseau social devenu gardien du Temple de la pensée islamique ne mette un point de déshonneur liberticide à supprimer les articles démystifiant l’islam et clouer au pilori leurs auteurs faisant régner ainsi un climat de chasse à la sorcière.

Afficher l'image d'origine

Au nom de ses soi-disant standards communautaires, une formule abscons et abracadabrantes qui laisse sous-entendre que les membres de sa communauté, l’oumma, sont régis par des règles spécifiques qui sont au-dessus de l’article 19 l’inviolabilité de la liberté de pensée telle qu’elle est définie par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1948 dans et articles 10 et 11 de la Déclaration des Droits de l’Homme de 1789 qui ont aboli la notion de blasphème comme tel, offrant ainsi la liberté de religion. Il ne peut y avoir de sanction que lorsqu’il y a abus ou trouble à l’ordre public : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi » (article X) ; « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté, dans les cas déterminés par la loi » (article XI).

La défense de l’islam n’a de prix que le mépris des lois des pays des membres de sa pseudo-communauté. Son glaive vient de nouveau de s’abattre sur moi en décrétant sans aucune forme de procès et le plus arbitrairement du monde mon interdiction de publication sur mon compte Facebook pour 30 jours et la suppression abusive de l’article ci-après dont le seul tort est de dénoncer le suprémacisme musulman et de rétablir la vérité sur la fable de l’islam des lumières.

Afficher l'image d'origine

J’invite mes amis lecteurs en quoi l’article ci-après est injurieux et irrévérencieux à l’égard des musulmans  dont la religion ne doit pas être exempte de critique comme toutes les autres obsédés par la peur de la vérité sur leur sinistre idéologie qui est pire encore que le nazisme lui-même: « Nous avons supprimé cette publication car elle n’est pas conforme aux Standards de la communauté Facebook » :
Musulmans, vous n’êtes en rien les meilleurs vous êtes les derniers de la classe https://t.co/YCtF8yUX0L via @sabenam93
Musulmans, vous n’êtes en rien les meilleurs vous êtes les derniers de la classe
Si la vantardise avait une religion ce serait incontestablement l’islam. Le dernier des derniers des musulmans se veut supérieur au meilleur des meilleurs des non-musulmans ….

2 réflexions sur “ L’islam peut être tranquille, Facebook « décapite » ses critiques au nom du délit de blasphème ”

  1. «  »Art. 11. La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi. » »

    Le gouvernement et le Président de la république Française nous préparent un texte de loi pour 2016. Nul doute que la Liberté d’expression va encore subir l’islam et ses islamocollabo-rateurs.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s