On ne lutte pas contre le fléau terroriste musulman avec la déchéance de la nationalité

Afficher l'image d'origine

Le vrai péril qui pèse sur la France est l’islam et non pas ceux qui sont porteurs de la double nationalité. Plutôt que de mettre en place un véritable rempart politique et législatif contre ses desseins impériaux, on jette les binationaux en pâture aux chiens de tous bord. La bonne question que nous devons tous nous poser pourquoi les pires ennemis de la France sont des fidèles musulmans qu’ils soient de naissance ou convertis ?

http://www.lepoint.fr/monde/syrie-les-djihadistes-francais-vomissent-leur-haine-de-la-france-30-12-2015-2006211_24.php

Il est à rappeler  que les auteurs des attentats de Charlie et du 13 novembre n’ont pas eu besoin d’être déchus de leur nationalité, ils s’en sont eux-mêmes chargés en se sacrifiant pour l’ignoble cause d’Allah ils ont éteint ainsi par eux-mêmes l’action publique et épargner aux contribuables les frais de justice. Si la France a le respect de sa citoyenneté; elle devra les déchoir à titre posthume. Elle aurait déjà refuser pour commencer à ce que les auteurs des attentats terroristes contre ses citoyens soient enterrés en France. En acceptant de leur donner des sépultures chez elle, elle reconnaît explicitement l’existence des liens inaliénables entre elle et ces créatures infâmes.
Aucune digue juridique ne peut arrêter ces individus suicidaires qui n’ont pas peur de la mort, devenue pour eux un idéal de vie, sculptés dans le moule de la haine de l’autre et des valeurs de la république, fantasmant sur l’érection éternelle et les rivières de vin, et pour qui il il n’y a ni Etat-nation ni patrie, ni identité nationale, ni citoyenneté, en dehors de l’islam,
La France n’a toujours pas compris que le théâtre de la guerre est chez elle et qu’elle est la cible à abattre et ce n’est pas la parade versaillaise prévue dans quelques semaines qui va faire faire battre les djihadistes en retraite et lui permettre à obtenir leurs redditions. C’est du placébo.

Il ne suffit pas non plus de graver la loi de 1955 sur l’état d’urgence dans le socle constitutionnel pour espérer vaincre l’hydre djihadiste.
Elle mène sa guerre terroriste au sein même du territoire français, elle peut frapper quand elle veut et où elle veut.

Les djihadistes n’ont que faire du projet de réforme de la Constitution de 1958, ils savent que la France est dans une fuite en avant et ne sont pas dupes que ce projet est le dernier chant de sirène avant la chute finale.

Là où l’on s’attend à une véritable union sacrée indéfectible des familles politiques toutes sensibilités confondues on assiste à une foire à empoigne au sein de la gauche dont certains dirigeants sont plus préoccupés du sort des musulmans que de la France en proie aux coups de boutoir mortels de l’hydre djihadiste.

La France n’avance pas en rangs serrés à la grande joie des forces conquérantes djihadistes qui se réjouissent par autant de brèches béantes dans la stratégie de défense et de savoir qu’elles peuvent compter sur la complicité objective de ceux qui bataillent vent debout contre ce projet.

Quand bien même, il n’est pas la bonne réponse au problème terroriste, il doit servir d’unité de mesure de la solidarité nationale. Or, on est très loin du compte si ce n’est pour stigmatiser les binationaux, alors qu’ils sont français à part entière et sur lesquels on fait peser aujourd’hui des soupçons de déloyauté et de complot contre la souveraineté nationale.
On règle les problèmes en en créant d’autres pendant que le vrai problème persiste et s’affermit de plus en plus.

L’hydre djihadiste doit savourer dans ses mosquées les joies de la défaite programmée de la France « mécréante » et ce n’est pas le Congrès de Versailles qui compromettre l’issue de son combat : (2.189 / K) Combattez-les jusqu’à ce que vous n’ayez point à craindre la tentation, et que tout culte soit celui du Dieu unique. S’ils mettent un terme à leurs actions, plus d’hostilités. Les hostilités ne seront dirigées que contre les impies.

Autre version :

(2.193 / U) Et combattez-les jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’association et que la religion soit entièrement à Allah seul. S’ils cessent, donc plus d’hostilités, sauf contre les injustes.

Le gouvernement mondial sous l’autorité de l’islam est le but ultime et le djihad armé est le moyen pour y arriver. C’est donc plus qu’un délit c’est un crime contre la paix et contre l’humanité, contrairement à ce qu’allègue M. Cazeneuve, ils n’ont que faire des conséquences juridiques que cela pourrait avoir sur leur engagement messianique et guerrier dans la voie d’Allah.
En brandissant cette menace de déchéance qui existe déjà dans le code civil comme un spectre, il en faut pour les dissuader. qui sont prêts à tout pour détruire la France et faire triompher la cause de l’islam, ce n’est pas avec des mesurettes législatives que l’on va calmer leurs velléités terroristes pour calmer les inquiétudes de l’opinion publique qui attend de ses gouvernants des mesures radicales comme par exemple:
-la reconsidération du statut de l’islam en tant que religion,
-la suspension sine-die des procédures de naturalisation,
– l’arrêt des constructions des mosquées,
-l’expulsion de tous les musulmans condamnés pour des délits et crimes de droit commun, qui présentent un vivier de premier ordre pour le djihad,
-obliger les musulmans à renoncer publiquement aux sourates ultra-violentes,
-réformer le code de nationalité en restreignant le droit du sol,
-extension de la déchéance de la nationalité française aux islamistes avérés,
-faire un véritable travail de vulgarisation sur les liens intrinsèques entre le terrorisme et l’islam,
-en finir avec les concessions sur la laïcité faite aux musulmans,
-interdiction effective et réelle de tous les signes ostentatoires avec possibilité de retrait de la nationalité française aux récidivistes et expulsions des résidents étrangers,
-définir un cadre juridique aux musulmans pour le respect du bien vivre ensemble

Le vrai péril qui pèse sur la France est l’islam et non pas ceux qui sont porteurs de la double nationalité. Plutôt que de mettre en place un véritable rempart politique et législatif contre ses desseins impériaux, on jette les binationaux en pâture aux chiens de tous bord. La bonne question que nous devons tous nous poser pourquoi les pires ennemis de la France sont des fidèles musulmans qu’ils soient de naissance ou convertis ? Je rappelle que les auteurs des attentats de Charlie et du 13 novembre n’ont pas eu besoin d’être déchus de leur nationalité, ils s’en sont eux-mêmes chargés en se suicidant pour Allah ils ont éteint ainsi par eux-mêmes l’action publique et épargner aux contribuables les frais de justice. Si la France a le respect de sa citoyenneté; elle devra les déchoir à titre posthume. Elle aurait déjà refuser pour commencer à ce que les auteurs des attentats terroristes contre ses citoyens soient enterrés en France. En acceptant de leur donner des sépultures chez elle, elle reconnaît explicitement l’existence des liens inaliénables entre elle et ces créatures infâmes.

Aucune digue juridique ne peut arrêter ces individus suicidaires qui n’ont pas peur de la mort, devenue pour eux un idéal de vie, sculptés dans le moule de la haine de l’autre et des valeurs de la république, fantasmant sur l’érection éternelle et les rivières de vin, et pour qui il il n’y a ni Etat-nation ni patrie, ni identité nationale, ni citoyenneté, en dehors de l’islam,

La France n’a toujours pas compris que le théâtre de la guerre est chez elle et qu’elle est la cible à abattre et ce n’est pas la parade versaillaise prévue dans quelques semaines qui va faire faire battre les djihadistes en retraite et lui permettre à obtenir leurs redditions. C’est du placébo.
Il ne suffit pas non plus de graver la loi de 1955 sur l’état d’urgence dans le socle constitutionnel pour espérer vaincre l’hydre djihadiste.

Elle mène sa guerre terroriste au sein même du territoire français, elle peut frapper quand elle veut et où elle veut. Les djihadistes n’ont que faire du projet de réforme de la Constitution de 1958, ils savent que la France est dans une fuite en avant et ne sont pas dupes que ce projet est le dernier chant de sirène avant la chute finale.

Là où l’on s’attend à une véritable union sacrée indéfectible des familles politiques toutes sensibilités confondues on assiste à une foire à empoigne au sein de la gauche dont certains dirigeants sont plus préoccupés du sort des musulmans que de la France en proie aux coups de boutoir mortels de l’hydre djihadiste.

La France n’avance pas en rangs serrés à la grande joie des forces conquérantes djihadistes qui se réjouissent par autant de brèches béantes dans la stratégie de défense et de savoir qu’elles peuvent compter sur la complicité objective de ceux qui bataillent vent debout contre ce projet.
Quand bien, il n’est pas la bonne réponse au problème terroriste, il doit servir d’unité de mesure de la solidarité nationale. Or, on est très loin du compte si ce n’est pour stigmatiser les binationaux, alors qu’ils sont français à part entière et sur lesquels on fait peser aujourd’hui des soupçons de déloyauté et de complot contre la souveraineté nationale.
On règle les problèmes en en créant d’autres pendant que le vrai problème persiste et s’affermit de plus en plus.
L’hydre djihadiste doit savourer dans ses mosquées les joies de la défaite programmée de la France « mécréante » et ce n’est pas le Congrès de Versailles qui compromettre l’issue de son combat : (2.189 / K) Combattez-les jusqu’à ce que vous n’ayez point à craindre la tentation, et que tout culte soit celui du Dieu unique. S’ils mettent un terme à leurs actions, plus d’hostilités. Les hostilités ne seront dirigées que contre les impies.

Autre version :

(2.193 / U) Et combattez-les jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’association et que la religion soit entièrement à Allah seul. S’ils cessent, donc plus d’hostilités, sauf contre les injustes.

Le gouvernement mondial sous l’autorité de l’islam est le but ultime et le djihad armé est le moyen pour y arriver. C’est donc plus qu’un délit c’est un crime contre la paix et contre l’humanité, contrairement à ce qu’allègue M. Cazeneuve, ils n’ont que faire des conséquences juridiques que cela pourrait avoir sur leur engagement messianique et guerrier dans la voie d’Allah.
En brandissant cette menace de déchéance qui existe déjà dans le code civil comme un spectre, il en faut pour les dissuader. qui sont prêts à tout pour détruire la France et faire triompher la cause de l’islam, ce n’est pas avec des mesurettes législatives que l’on va calmer leurs velléités terroristes pour calmer les inquiétudes de l’opinion publique qui attend de ses gouvernants des mesures radicales comme par exemple:
-la reconsidération du statut de l’islam en tant que religion,
-la suspension sine-die des procédures de naturalisation,
– l’arrêt des constructions des mosquées,
-l’expulsion de tous les musulmans condamnés pour des délits et crimes de droit commun, qui présentent un vivier de premier ordre pour le djihad,
-obliger les musulmans à renoncer publiquement aux sourates ultra-violentes,
-réformer le code de nationalité en restreignant le droit du sol,
-extension de la déchéance de la nationalité française aux islamistes avérés,
-faire un véritable travail de vulgarisation sur les liens intrinsèques entre le terrorisme et l’islam,
-en finir avec les concessions sur la laïcité faite aux musulmans,
-interdiction effective et réelle de tous les signes ostentatoires avec possibilité de retrait de la nationalité française aux récidivistes et expulsions des résidents étrangers,
-définir un cadre juridique aux musulmans pour le respect du bien vivre ensemble

C’est quoi et c’est qui l’islam ?

« Ce n’est pas ça l’islam et ceux qui tuent en son nom ne sont pas musulmans » répètent en choeur les musulmans, connus pour ne jamais être pourtant d’accord entre eux.

S’ils ne sont pas musulmans qui sont-ils ? Quelle religion professent-ils  s’ils en ont une ?  A quel enseignement doctrinaire se référent-ils pour accomplir leurs forfaits ? Quel est leur modèle d’homme, est-ce Hitler, Jésus, Bouddha, Gandi, Mandela, Staline, Marx, Mao ou l’Abbé Pierre ?

Des questions qui resteront sans réponses en toute évidence car pour eux l’humanité tout entière doit suivre l’exemple de Mahomet alors que sa sira le fait classer au hit-parade des pires ennemis du genre humai. Ce qui est vérité pour eux est une vérité opposable à l’humanité tout entière. La parole d’un musulman est elle-même vérité, nul besoin pour son auteur de la démontrer ni de l’étayer et elle n’a pas à être débattue avec des contradicteurs qui sont dans l’erreur.

C’est pourquoi on doit accepter leur vérité sur l’islam comme l’on accepte leur vérité sur les vertus thérapeutiques de l’urine du chameau.  On doit avaler leurs grosses couleuvres son rechigner. Dire amen à toutes l’islam leurs allégations des plus insensées aux plus mensongères sans jamais en discuter car ils ont une hantise obsessionnelle de se prendre les pieds dans le tapis de leur mauvaise foi dogmatique.

Personne n’a de grâce à leurs yeux. Leur verdit est sans appel et pas besoin d’être motivé et explicité. Nous devons savoir que Daech, acronyme arabe de l’Etat islamique n’est pas l’islam, les coranistes ne sont pas l’islam, l’Arabie Saoudite n’est pas l’islam, Boko Haram n’est pas l’islam, la Qaïda n’est pas l’islam, les Frères musulmans ne sont pas l’islam, les Shebabs somaliens ne sont pas l’islam, Ennahdha n’est pas l’islam, le FIS n’est pas l’islam, les Talibans ne sont pas l’islam, les salafistes ne sont pas l’islam, le soufisme n’est pas l’islam, Hezballah n’est pas l’islam, l’Iran des Ayatollahs n’est pas l’islam, les sunnites ne sont pas l’islam, les chiites ne sont pas l’islam, les musulmans tièdes ne sont pas l’islam, mais alors c’est qui et c’est quoi l’islam ? Quesaco ? A-t-il un visage, une identité propre ? Une religion qu’il n’est pas ? Est-il un serpent de mer ? Est-il un serpent de marais ? Est-il un avatar ? Est-il un virus mortel ?  Est-il une idéologie politique qui se sert du sacré pour avilir les hommes ? Est-il un suicide mode d’emploi ? Est-il un une idéologie totalitaire ?

Tout le monde en parle mais personne ne connaît que même celui qu’on appelle Allah ignore tout de lui. Quant à celui que l’on présente comme la figure sublime de cette espèce d’homos islamicus-erectus- obscurantus, il ne pourra pas plus que ses congénères éclairer notre lanterne sur l’islam qui n’a plus de mystère pour personne sauf pour les musulmans intoxiqués par les émanations de ses gaz toxiques.

Les musulmans et leurs délires de persécution

Afficher l'image d'origine

Ce n’est pas la faute au Coran si des jeunes musulmans français et belges basculent dans le radicalisme qui est en réalité un renouement strict avec les vraies valeurs de l’islam débarrassés de toutes les scories extérieurs en l’occurrence occidentale, un retour aux sources, c’est la faute à l’ostracisme et  dont ils sont victimes en Occident ne cessent de le répéter en boucle les musulmans et leurs idiots utiles.

Une thèse qui tiendrait la route si le phénomène de radicalisation n’était pas le propre d’une bonne partie de la jeunesse musulmane dans les pays arabes et qui devrait les inciter à revoir leur système de défense. Les auteurs des attentats-suicides en Tunisie en 2015 ne souffraient pas du racisme, ils étaient surtout nourris aux sourates diaboliques et de la haine du juif et de l’occidental.

Des musulmans qui font leur examen de conscience et se livrent à un travail d’introspection ne sont plus musulmans, d’où leur besoin pathologique de s’inventer un bouc-émissaire pour ne pas assumer la responsabilité de leurs échecs et d’admettre que les racines du mal sont dans leur modèle culturel et éducatif occulter sculpté dans le moule de leur religion.

L’Occident n’est pas responsable des dérives ultra-violentes de leurs jeunes, il n’est pour rien dans leur embrigadement et endoctrinement religieux littéraliste, comme si c’était lui qui exaltait et sanctifiait le djihad dans la voie d’Allah et ordonnait de tuer à son nom. C’est peut-être l’Occident aussi qui avait écrit le Coran qui n’est plus révélé que Mein Kampf, à l’origine de la propagation des germes de la destruction de l’humanité, du racisme et de l’antisémitisme, c’est l’islam lui-même qui est la cause de tous les maux de l’humanité et dont les musulmans sont les premiers complices.

Plutôt que de se faire violence et d’affronter la réalité en face, et surtout se comporter en adultes responsables de ses actes, ce que les musulmans sont incapables de faire, car tout ce qu’ils font c’est Allah qui le fait pour eux,  ils préfèrent se murer dans leurs dénégations fantaisistes et mensongères.

Tant qu’ils persistent dans la voie de la déresponsabilisation et se conduisent comme des enfants dans une cour de récréation et se cacher derrière leurs petits doigts, il y a peu de chance pour qu’un jour les musulmans fassent leur  mea-culpa  et puissent apporter leur pierre à l’édification d’un monde apaisé et pacifié

Jamais les musulmans ne se poseront les bonnes questions sur les causes de l’image déplorable de leur religion ni  identifier et s’expliquer les vraies raisons de leur rejet partout dans le monde. Ils sont convaincus qu’ils n’y sont pour rien, c’est la faute aux autres qui leur mettent les bâtons dans les roues pour les empêcher conditions de se relever et retrouver leur lustre d’antan.  Alors que s’ils en sont là c’est la faute à l’islam, à leurs dirigeants politiques, aux plaies endémiques qui gangrènent les sociétés musulmanes et à eux-mêmes fatalistes et défaitistes.

Le vrai responsable c’est soi, la courbe de la violence n’est pas prête de s’infléchir et les sergents-recruteurs d’Allah auront tout le loisir de puiser dans le vivier d’une jeunesse plus éprise de la mort que de la vie.

La France est trop naïve pour contenir les velléités hégémoniques de l’islam

 Afficher l'image d'origine

Pourquoi s’étonner que l’association culturelle sert de cache-sexe à des activités cultuelles ? Dans l’islam il n’y pas de différence entre le profane et le sacré, toutes les sphères quelles qu’elles soient se confondent entre elles. Elles s’imbriquent les unes dans les autres et se confondent entre elles.

La mosquée n’est pas plus sacrée qu’une salle de sport, elles sont des instruments de la propagande musulmane. Quand des musulmans s’approprient l’espace public à des fins cultuelles, en réalité ils n’ont violé aucune règle d’ordre public, ils ont tout simplement marqué par cet acte la prééminence des lois d’Allah sur celles des hommes qui n’a pas besoin des autorisations préfectorales pour marquer son territoire afin que ses fidèles puissent lui manifester leur ferveur en toute liberté dogmatique.

Ainsi, la puissance publique elle-même ne peut intervenir pour rétablir l’ordre public sous peine d’ébranler les musulmans de France et de Navarre dans leur sublime et incroyable foi pour avoir porté atteinte au bon déroulement de leur prière, le deuxième pilier de l’islam.

Les musulmans ne manifestent jamais leur colère et expriment leur indignation et quand leurs propres coreligionnaires brûlent les mausolées de leurs saints et commettent des attentats suicides au sein de leurs propres lieux de culte provoquant parfois des centaines de morts et y détruire tous les symboles de leur « sacré », mais ils ont cette fâcheuse manie de pleurnicher comme une madeleine, à se demander si ne sont pas des larmes de crocodile, dès lors qu’un kafar, un mécréant, ose investir brutalement et impromptement leurs lieux de culte. Le pire sacrilège qui puisse y avoir leurs yeux. Il leur est intolérable qu’un être impur ait osé profané des lieux frappés du sceau du sacré.

Peu importe si ces lieux sont clandestins et donc hors-la-loi, ils sont dédiés à leurs devoirs cultuels et c’est en soi la condition nécessaire et suffisante pour leur conférer un statut d’édifice sacré au sens musulman du terme même s’ils sont officiellement affectés à un tout autre usage.

Avoir trompé l’administration, ce n’est pas un délit il est licite selon la Charia car accompli pour le bien de l’islam. La fin justifie les moyens tant que c’est au profit de l’islam.
Il n’y a pas de détournement de destination des lieux qui tienne ni de respect des règles d’hygiène et sécurité pour tous les lieux accueillant le public, Allah est leur seul juge et guide de leurs actions. Ils ne font qu’accomplir sa volonté et oeuvrer pur sa gloire.

Ce n’est pas à la France, terre de koffars, qui va leur imposer les règles du jeu, c’est Allah qui a décrété que toutes les salles de prières clandestines en France passent du domaine du profane au sacré.
La France n’a toujours pas compris qu’il n’y a de loi pour les musulmans que la loi d’Allah. Soit elle se soumet elle-même à sa volonté, soit elle se démet

Les musulmans sont autant coupables que l’islam lui-même

Afficher l'image d'origine

Pendant que des musulmans tuent pour la grandeur d’Allah sans que jamais ils soient condamnés par les tribunaux de la foi islamique, d’autres nous font le coup du Poker menteur avec leurs fameux atouts-maîtres pour embrouiller leurs adversaires, point de contrainte en religion lâ ikrâha fî-d-dîn ( S, 2, v. 256) , et celui qui tuerait un innocent tuerait tous les hommes5.32. C’est pourquoi Nous avons prescrit pour les Enfants d’Israël que quiconque tuerait une personne non coupable d’un meurtre ou d’une corruption sur la terre, c’est comme s’il avait tué tous les hommes. Et quiconque lui fait don de la vie, c’est comme s’il faisait don de la vie à tous les hommes. En effet Nos messagers sont venus à eux avec les preuves. Et puis voilà, qu’en dépit de cela, beaucoup d’entre eux se mettent à commettre des excès sur la terre.

Deux versets dignes de la propagande nazie. Hautement trompeurs et dénués de toute vérité. Dans un cas, il ne s’agit nullement de tolérance ou de libre-arbitre, car en arabe, le mot la ikrah ne se traduit guère par contrainte mais par rejet, dégoût et aversion, et qu’un musulman n’a pas à exprimer des ressentiments vis-à-vis de sa religion. Dans :le deuxième cas, ils ont escamoté complètement le verset qui s’adresse en réalité au peuple d’Israël auquel il était prescrit de ne pas tuer les hommes non-corrompus.

Ce qu’on doit garder dans l’esprit ce sont les sourates violentes  qui portent en elles toutes les germes destructrices de l’humanité qui ne se plie pas aux lois de l’islam. Ils peuvent toujours continuer à chanter en choeur mais la vérité des textes fondateurs de l’islam est le meilleur démenti que l’on puisse apporter à des allégations  purement fantasmagoriques et de mauvaise foi.

Traiter les juifs et les  Chrétiens de singes et de porcs en dit long sur la volonté de l’islam de purifier la terre tout entière de toute présence non -musulmane.

Les écrits et les faits sont têtus comme en témoignent le Coran, les Hadiths et la Sira et l’histoire de l’expansion musulmane faite au prix des larmes et du sang des peuples conquis  et ce ne sont pas les belles paroles des brigades propagandistes musulmanes qui vont muer l’islam en ange de la vie.

Les musulmans doivent définir une autre stratégie de communication que de proclamer à hue et à dia l’innocence de l’islam et ses supposées vertus pacifistes.  A supposer que ce soit vrai,  les appels au meurtre et à la discrimination des non-musulmans devraient les inciter à faire preuve de distance intellectuelle  et d’objectivité et non pas de jouer aux arracheurs de dents.

S’ils avaient un minimum de lucidité et de rigueur morale ils devraient citer les sourates non-abrogés et sans équivoques quant à cette violence consubstantielle  à l’islam. L’islam est incompatible avec les valeurs de la vie. C’est une idéologie qui veut régner sans partage sur le monde. Il ne reconnaît pas le droit à la différence, il n’a d’amour que pour lui-même et même pas pour ses fidèles qui tuent et se font tuer pour lui.

Il est pire qu’un mari jaloux qui a beau déclarer par écrit votre flamme à à dulcinée mais au passage il lui  glisse des mots menaçants et intimidants.

A votre avis que retiendront les juges ? Si le Coran se contredit c’est son problème, le nôtre est de s’en tenir aux appels à la mort et à la haine de l’autre. Qu’il n’y ait pas de contrainte dans la foi, cela n’a aucun sens quand on interdit à une musulmane de choisir l’élu de son coeur. µ

Peu importe qu’il soit meilleur que le prétendant musulman, c’est un infidèle et donc un ennemi de l’islam.Si un musulman veut tourner le dos à l’islam, il devient l’homme à abattre, la peste à éradiquer.
Mahomet n’a jamais appelé au respect des juifs et des chrétiens auxquels ils vouent une haine viscérale, sauf s’ils sont des dhimmis, sous contrat, une source de revenus qu’il ne faut pas tarir. Si la vie humaine avait du sens dans l’islam, certains musulmans n’auraient pas fait de leur corps une bombe humaine.
L’islam n’est pas un hyper marché où l’on vient s’approvisionner selon ses besoins, c’est tout le supermarché que l’on doit mettre dans son caddie sans discuter de la nécessité de tous les produits.C’est Allah qui les a choisis pour eux, en faire le tri c’est offenser Allah.

Seuls les djihadistes sont les vrais musulmans. Ils ne se posent guère de questions, ils doivent exécuter la feuille de route mahométane qui ne tolère aucun écart et promet le pire châtiment aux transgresseurs.

 

La seule et vraie réforme est la mise à plat du code de la nationalité

Pour ceux qui ne le savent pas la déchéance de la nationalité n’est pas une nouveauté juridique, elle est déjà prévue dans l’article 25 du code civil et a été mise en application à plusieurs reprises.
Il n’y a pas de quoi indigner les opposants au projet de la réforme constitutionnelle portant sur l’extension de la déchéance de la nationalité pour les binationaux, comme si juridiquement ce statut avait du sens, et réjouir ses partisans.
S’il y a une réforme urgente à mener est le durcissement des conditions d’octroi de la nationalité française par le droit du sol et le mariage en exigeant des demandeurs de renoncer à leur nationalité d’origine. On ne peut être français juste par commodité administrative.
On ne peut pas être tunisien et français à la fois. L’un ou l’autre. On doit témoigner de son engagement indéfectible et sans équivoque de son adhésion à sa nouvelle communauté dont l’abandon de sa nationalité d’origine doit constituer le premier préalable.
On doit être français en France et dans son pays d’origine. Notamment pour éviter toute situation ubuesque en cas de crimes et délits commis sur le territoire d’un des deux pays par un individu porteur des deux nationalités. Imaginons que cet individu en question se rend coupable d’un délit sexuel sur enfant mineur en France se réfugie dans son pays d’origine . Il ne sera ni extradé en France en vertu du principe de la non-extradition des nationaux en cours dans la majorité des de pays musulmans ni poursuivi pour ce type de délit non-qualifié comme tel dans ces pays.
J’ai pris cet exemple extrême pour montrer les aberrations juridiques de la bi-nationalité.
D’autres exemples non moins révélateurs quant au caractère inique de la double-nationalité, un individu ressortissant français tout en conservant sa nationalité yéménite par exemple peut être aussi bien être polygame dans son pays d’origine et dont ses épouses ont moins de 15 ans et monogame en France, sans enfreindre aucune loi. Ces enfants issus desdits mariages contraires au droit français peuvent devenir français par filiation.
Si la France veut être en cohérence avec ses propres valeurs et sa culture juridique de droit positif, elle doit revoir de fond en comble son code de nationalité pour ne pas favoriser la prolifération d’une catégorie de Français de papiers, à la citoyenneté ne dépassant pas l’épaisseur de leur C.N.I.
On ne doit pas focaliser l’attention des Français sur cette seule mesure pendant que l’on continue faire de la nationalité française une passoire, une aubaine pour tous ceux qui rêvent de s’en servir un jour pour l’achever.
Pour que tout cela ait encore du sens on doit l’étendre à tous ceux qu’on désigne par ce vocable inepte de binationaux qui prônent la charia et la haine de la France et de l’Occident chez eux à l’exemple de certains islamistes tunisiens tout en étant citoyens français.
De même que la France doit s’inquiéter sérieusement de la montée du péril terroriste chez ses « enfants »convertis à l’islam et qui deviennent ses pires ennemis et pour lesquels il y une nécessité absolue de définir un garde-fou juridique.
Mais comme on ne veut pas attaquer le mal à ses racines, il est à craindre que cette affaire de déchéance dont on fait un enjeu politique majeur ne soit qu’un coup d’épée dans l’eau.
La lutte contre le terrorisme ne se réduit pas à la seule déchéance de la nationalité française en réunissant les deux assemblées à grands frais à Versailles, elle a besoin d’actions politiques fortes et de moyens législatifs efficaces et concrets:
-en finir avec le laxisme actuel du droit du sol qui fabrique des français à la chaîne,
-suspension des procédures de naturalisations en cours,
– retrait de la nationalité française aux membres de l’U.O.I.F,
-dissolution de cette organisation, filiale de la Confrérie des frères musulmans, principal organe terroriste au monde,
-retrait de la nationalité française aux militants et les élus islamistes dans leurs pays d’origine,
-révision des conditions d’attribution de la nationalité française par mariage,
-imposer un pacte républicain aux musulmans qui passe par leur renonciation aux sourates violentes,
-définir un nouveau statut à la Mosquée de Paris qui ne doit cesser d’être une sorte d’Ambassade cultuelle en France du pouvoir algérien.

Ce n’est pas le sionisme qui a enfanté les djihado-terroristes, c’est l’islam

On cherche un ou des commanditaire(s) aux attentats terroristes qui viennent d’endeuiller la France et lui infliger l’un des pires chocs traumatiques de son histoire, alors qu’il aurait suffi d’interroger le Coran lui-même pour comprendre que c’est lui et lui seul qui constitue la source de motivation des auteurs desdits attentats.

Les djihadistes ne sont pas les enfants de Satan, ils sont la créature d’Allah et de Mahomet. Nourris au biberon de la haine et de l’effroi du berceau jusqu’à la mort. C’est en leurs noms qu’ils accomplissent leurs forfaits et non pas aux noms de Yahvé et Bouddha.

Ils sont les armées de l’islam dans sa conquête du monde qui dure depuis 1436 ans et qui ne s’achèvera que le jour où l’islam sera le nouvel ordre mondial pour toute l’humanité. Mus pour un seul idéal détruire l’humanité non-musulmane afin d’instaurer les lois de l’islam aux quatre coins de la terre et introniser Allah comme le Roi de l’Univers.

Le nom du vrai commanditaire des attentats du 13 décembre 2015 ne fait pourtant pas l’ombre d’aucun doute. Il est connu de tout le monde mais on continue à le draper dans sa vertu et le faire passer pour la véritable victime. Comme si on avait peur de lever le voile sur son visage, de commettre un sacrilège ou de violer un tabou. Mais on préfère user de grosses ficelles et de balancer des noms des lampistes comme ce Belge combattant au sein de Daech qui aurait télécommandé le carnage parisien,et que les médias ne cessent d’insister curieusement sur sa nationalité d’Outre-Quiéverain, sans jamais oser dire que le prétendu cerveau de ces attentats est tout simplement musulman et qu’il suit rigoureusement la feuille de route mahométane qui n’est pas un hymne à la vie ni une ode d’amour et de paix.

Les djihadistes que le Coran appelle moujahiddounes, soldats d’Allah, sont qu’il n’en déplaise aux zélateurs de l’islam sont les vrais musulmans au sens mahométan du terme. Fidèles aux prescrits coraniques qui ordonnent aux musulmans de prendre les armes contre les « infidèles » dont le meurtre est licite et n’engage aucunement la responsabilité de leurs auteurs couverts par Allah pour leurs agissements criminels (sourate 9, verset 30), de les pourchasser jusqu’au dernier, d’irriguer la terre de leur sang et d’installer dans leur coeur l’effroi.

La source du djihad armé est le Coran lui-même.Il y a suffisamment de sourates qui font froid au dos et légitiment l’interdiction du Coran, comme les sourates d’Al-Imrane, Al-Anfale, le Butin, la Baqqara, la Vache, An-Nissa, les femmes, Al-Fatah,la Victoire éclatante. Mais nos hommes politiques et les médias serviles mettent une sourdine sur la vérité sur l’islam et l’endoctrinement coranique qui mute un chien de compagnie en put-bull.

Que leur faudrait-il de plus que les textes fondateurs de l’islam, à savoir le Coran et les Hadiths, même s’ils sont sujets à controverse. Selon Abou Oumama ,le Prophète a dit : « Celui qui n’a pas combattu, ou n’a pas équipé un combattant, ou encore n’a pas remplacé un combattant dans sa famille, subira une calamité de la part de Dieu avant le jour du Jugement. » (Abou Dawud)
Des propos parmi tant d’autres qu’il est superflu de les énumérer tous mais qui sont édifiants sur la place du djihad armé dans l’islam, glorifié et encouragé par le fondateur de l’idéologie islamique lui-même, pour en finir avec le bal des vautours qui rôdent sur les corps de nos victimes ?

Ils se font un malin plaisir pour tendre l’oreille aux imams qui sont les premiers à semer les graines de la violence, le nihilisme destructeur et l’abomination des non-musulmans et les apostats dans les coeurs de leurs condisciples.

Les morts de cette nuit de Cristal parisienne conçue, écrite et mise en scène par l’islam, cet objet de fascination de nos gouvernants, ne sont que des mécréants qui ont eu le sort qu’ils méritent selon le Coran qui réserve la place de choix à ses « héros »tombés sur le champ de bataille (sourate Al-Imrane, verset 169 ): « Ne pense pas que ceux qui ont été tués dans le sentier d’Allah, soient morts. Au contraire, ils sont vivants, auprès de leur Seigneur, bien pourvus ».

Les djihadistes ne sont pas victimes du système ils sont surtout et avant tout les purs produits de l’idéologie musulmane qui les a façonnés, formatés et modelés pour les besoins de sa cause. Jouant sur leur crédulité et leur état d’immaturité psychologique. C’est pourquoi l’islam doit être plus que jamais mis sur le banc des accusés pour incitation aux crimes contre la paix et contre l’humanité. Le terrorisme est un des piliers de l’islam, il en a fait la valeur suprême de sa foi et le stade ultime pour tous les croyants s’ils veulent bénéficier de la meilleure place au paradis et s’attirer les grâces d’Allah qui ne jure que par les djihadistes qui ont toutes ses faveurs contrairement à cette masse de mollassons musulmans que nos médias aux ordres appellent modérés :
(Sourate 4, versets 76/74) : « A : Que ce personnage combatte, dans le Chemin d’Allah, ceux qui troquent la [Vie] Dernière contre la Vie Immédiate !
B : Que combattent, dans le Chemin d’Allah, ceux qui troquent la Vie Immédiate contre la [Vie] Dernière.

A ceux qui, combattant dans le Chemin d’Allah, sont tués ou sont vainqueurs, Nous donnerons une rétribution immense.»

(Sourate 4, versets (97/95à98/96) : « (…) A tous, Allah a promis la très belle [Récompense, mais] Allah a mis les Combattants au-dessus des non-combattants, en [Sa] rétribution immense, dans la hiérarchie [qu’ils occupent ] , par rapport à lui, [dans Son] pardon et [Sa grâce]. Allah est absoluteur et miséricordieux.»

Mr Hollande, le vrai ennemi de la France n’est pas Daech qui n’est qu’un de ses multiples masques, vous trompez de cible, il faut s’attaquer à l’hydre elle-même qu’est l’islam. A chaque fois qu’on lui coupe une tête, il a vite faite de se faire repousser une nouvelle. Hier c’était la Qaïda, aujourd’hui Daech, vous n’avez toujours pas compris qu’ils sont des effigies.