La France est trop naïve pour contenir les velléités hégémoniques de l’islam

 Afficher l'image d'origine

Pourquoi s’étonner que l’association culturelle sert de cache-sexe à des activités cultuelles ? Dans l’islam il n’y pas de différence entre le profane et le sacré, toutes les sphères quelles qu’elles soient se confondent entre elles. Elles s’imbriquent les unes dans les autres et se confondent entre elles.

La mosquée n’est pas plus sacrée qu’une salle de sport, elles sont des instruments de la propagande musulmane. Quand des musulmans s’approprient l’espace public à des fins cultuelles, en réalité ils n’ont violé aucune règle d’ordre public, ils ont tout simplement marqué par cet acte la prééminence des lois d’Allah sur celles des hommes qui n’a pas besoin des autorisations préfectorales pour marquer son territoire afin que ses fidèles puissent lui manifester leur ferveur en toute liberté dogmatique.

Ainsi, la puissance publique elle-même ne peut intervenir pour rétablir l’ordre public sous peine d’ébranler les musulmans de France et de Navarre dans leur sublime et incroyable foi pour avoir porté atteinte au bon déroulement de leur prière, le deuxième pilier de l’islam.

Les musulmans ne manifestent jamais leur colère et expriment leur indignation et quand leurs propres coreligionnaires brûlent les mausolées de leurs saints et commettent des attentats suicides au sein de leurs propres lieux de culte provoquant parfois des centaines de morts et y détruire tous les symboles de leur « sacré », mais ils ont cette fâcheuse manie de pleurnicher comme une madeleine, à se demander si ne sont pas des larmes de crocodile, dès lors qu’un kafar, un mécréant, ose investir brutalement et impromptement leurs lieux de culte. Le pire sacrilège qui puisse y avoir leurs yeux. Il leur est intolérable qu’un être impur ait osé profané des lieux frappés du sceau du sacré.

Peu importe si ces lieux sont clandestins et donc hors-la-loi, ils sont dédiés à leurs devoirs cultuels et c’est en soi la condition nécessaire et suffisante pour leur conférer un statut d’édifice sacré au sens musulman du terme même s’ils sont officiellement affectés à un tout autre usage.

Avoir trompé l’administration, ce n’est pas un délit il est licite selon la Charia car accompli pour le bien de l’islam. La fin justifie les moyens tant que c’est au profit de l’islam.
Il n’y a pas de détournement de destination des lieux qui tienne ni de respect des règles d’hygiène et sécurité pour tous les lieux accueillant le public, Allah est leur seul juge et guide de leurs actions. Ils ne font qu’accomplir sa volonté et oeuvrer pur sa gloire.

Ce n’est pas à la France, terre de koffars, qui va leur imposer les règles du jeu, c’est Allah qui a décrété que toutes les salles de prières clandestines en France passent du domaine du profane au sacré.
La France n’a toujours pas compris qu’il n’y a de loi pour les musulmans que la loi d’Allah. Soit elle se soumet elle-même à sa volonté, soit elle se démet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s