L’humanité à été ébranlée par le nazisme et l’islam risque de l’achever si on le laisse faire

La lutte contre l’idéologie totalitaire, terroriste, liberticide, hégémonique et génocidaire musulmane  est au-delà des partis politiques, des cultures et des peuples. Elle n’a ni couleur, ni frontières, elle est nationale, transnationale et internationale.  Elle ne se limite pas à une aire géographique et humaine particulière. Aucune frontière n’est assez hermétique pour enrayer la propagation de la pandémie virale mortelle islamique. Son éradication implique une mobilisation mondiale sans précédent.

L’ennemi fait des ravages partout dans le monde et caresse le projet d’étendre ses tentacules à toute la planète. C’est pourquoi la lutte ne peut pas  être locale et pseudo identitaire, elle est mondiale ou elle ne l’est pas.

En 1939-45 le salut de l’humanité n’était pas venu de la seule Europe, il ne pourra pas en être autrement si l’on veut éradiquer le péril musulman. Il y autant de « musulmans » malgré eux qui aspirent à vivre leur humanité affranchie de la tutelle de la religion et en bonne concorde avec le reste du monde. Les exclure du champ de lutte contre la déferlante islamiste c’est se priver de la seule pièce maîtresse capable de miner l’islam de l’intérieur. De plus en plus de voix s’élèvent au sein du monde dit musulman pour mettre en garde l’humanité sur les dogmes mortifères, inhumains et liberticides  de cette croyance négatrice de la vie elle-même.

On doit plus que jamais d’unifier les résistants à la prolifération du virus létal musulman dont les « transfuges »de l’islam qui ne doivent pas servir de caution politique et « morale » à des groupuscules extrémistes  qui y trouvent une aubaine pour exprimer ce qu’ils n’ont pas le courage d’exprimer eux-mêmes de peur d’être taxés de « racistes ». Or, ni l’islam ni les musulmans ne constituent un groupe ethnique ou une nationalité pour justifier un tel qualification et exposer ainsi les contrevenants à des poursuites pénales prévues à cet effet.

Tant qu’on a pas compris que la lutte contre le péril musulman doit être dénuée de toute motivation idéologique, ethnique et identitaire, il y a peu de chance que l’on puisse sauver notre humanité des coups de griffes mortelles de l’hydre islamique.

Le combat doit avoir une assise mondiale impliquant toutes les femmes et tous les hommes qui ne veulent pas d’un monde islamisé, uniformisé, standardisé, asservi et assujetti à la Charia. Un monde qui fait du passé des bédouins arabes son avenir.

Il y a une nécessité absolue de créer un front commun pour sauver notre humanité du naufrage qui va la faire échouer dans les fonds abyssaux de l’humanité.

Aujourd’hui, la lutte contre la pandémie mortelle musulmane ne passe pas par le seul cordon sanitaire européen, car l’Europe n’est qu’un îlot dans cet océan tumultueux secoué par la houle verte et qui abrite de surcroît la 5 e colonne musulmane, un véritable péril intérieur, il en faut sur les 5 continents. Là où la pandémie sévit ou susceptible de le faire, il faut créer des foyers anti-viraux pour la contenir et l’éradiquer.

C’est un problème de salubrité humaine et un devoir qui doit peser sur chaque humain épris de liberté, de paix et d’amour pour ses semblables et qui veut laisser en héritage aux générations futures un monde non-dominé par l’utopie musulmane. Un monde libre et libéré.

Si le fascisme brun a ébranlé le monde et a coûté la vie à plus de 80 millions de personnes et a failli écrire la fin de tout un peuple, le totalitarisme « mémoricide » musulman va finir par l’achever  si on ne fait rien contre son appétit génocidaire, tuez-les partout où vous les trouverez.

Une lutte qui ne doit pas céder aux boules puantes que les nazislamistes et leurs collabos vont immanquablement lui envoyer.

 

I

 

Daech massacre, viole et décapite les chrétiens d’Orient au nom de l’islam comme Mahomet autrefois

Salem Ben Ammar

View original post 729 mots de plus

Et si la fin de l’islam venait des musulmans eux-mêmes à force de se massacrer entre eux

Afficher l'image d'origineArticle paru le 11 janvier 2013 dans Riposte Laïque

Les White Anglo-Saxon Protestant (WASP) ont mieux compris que toutes les autres puissances coloniales et néo-coloniales et avant tout le monde le bon usage que l’on peut faire de l’Islam dans sa déclinaison fondamentaliste à des fins hégémoniques et politiques.

En effet depuis leur adoubement du wahhabisme en 1744 pour affaiblir l’Empire Ottoman, l’Homme Malade, en vue de faire tomber l’Arabie dans leur escarcelle coloniale, ils savent que pour mieux appâter et séduire les musulmans afin de les inféoder et en faire des alliés serviles et fidèles comme lors des 2 premières guerres mondiales, il faut faire preuve de perfidie et de roublardise. Aussi au lieu de les vilipender et les mépriser ou surtout leur mener une guerre frontale dont l’issue est incertaine, il faut les faire étriper entre eux, en faire des fauves de cirque comme on le voit aujourd’hui en Syrie, attiser les braises de la haine latente dans la religion musulmane elle-même.

Du fait de son caractère violent et belliqueux, l’Islam est une source de tensions permanentes, incapable d’apaiser et de pacifier le comportement de ses adeptes qui se vouent une aversion mutuelle depuis la mort du prophète. La Fitna, la division, a fait éclater l’unité musulmane apparente, plutôt arabe pour l’époque, pour donner naissance au sunnisme, l’orthodoxie musulmane, et le chiisme, en référence à l’Imam Ali, cousin et gendre du prophète dont ses 2 fils furent assassinés à Kerbala au VIIème siècle.

Ainsi, les WASP n’ont besoin de semer les graines de la discorde au sein du monde musulman, ils n’ont fait exploiter le schisme endémique à l’Islam qui est son cancer. De tout temps l’Islam a généré lui-même ses propres maux qui ne cessent de le gangrener et l’affaiblir, au point que l’Islam est devenu synonyme de sectarisme religieux, d’idéologie politique, de violence terroriste, de troubles, de délinquance, de peurs phobiques, de péril pour la paix et la sécurité dans le monde. Nombreux sont les musulmans amnésiques et qui se complaisent dans la victimisation ignorant tout aussi bien qu’ils se sont eux-mêmes administrés le virus létal qui prospère en eux depuis le VII e siècle que leur auto-flagellation et auto-lamentation sont symptomatiques de leur état de troubles psychiques qui les empêchent de se regarder dans leur propre miroir.

Celui que leurs fondamentalistes cherchent à briser aujourd’hui, comme ils sont entrain de détruire la ville d’Alep, la plus vieille ville au monde, ou ont démoli les statues de Bouddha de Bâmayan, les mausolées de Tambouctou inscrits sur liste du patrimoine universel de l’UNESCO, et plus graves encore menacent de détruire les Pyramides.

Comme si se regarder dans le miroir vivant de l’histoire est un acte impie à moins que ce miroir ne soit le reflet de ce déchirement intérieur qui les mine et qui les empêche d’assumer cette part d’humanité qui est en eux. Les musulmans après avoir été acteurs de l’histoire sont devenus depuis le 12ème siècle spectateurs de leur propre histoire, ce n’est ni la faute à la Perfide Albion ni aux Américains qu’ils en sont réduits au stade des cancres des nations et de loubards de la cité mondiale.

Incultes et analphabètes, plus préoccupés par leur libido et la défense de leur religion et l’adoration de leur prophète qu’ils en oublient leur propre condition humaine, ils ignorent les apports scientifiques, philosophiques, architecturaux des musulmans surtout en qualité de transmetteurs et de commentateurs pendant les 5 premiers siècles de leur civilisation au développement de laquelle avaient contribué les juifs, les chrétiens, les syriaques, les perses, les hindous et les berbères.

Ce sont eux-mêmes qui ont offert aux WASP l’opportunité d’être des objets manipulables, influençables, des godillots et des pantins, des marionnettes que font valser les marionnettistes en chef. Ce ne sont pas les WASP et encore moins les sionistes tant décriés par eux, le bouc-émissaire de toute leur misère mentale, matérielle, intellectuelle, de leur sous-développement chronique, de leurs carences psycho-affectives, de leur absence de contrôle de soi et de leur impulsivité pathologique, ils doivent se livrer à leur propre introspection plutôt que de mettre l’autre sur le banc des accusés et d’expurger le ver venimeux qui est dans le fruit musulman. L’organisme musulman souffre d’une maladie orpheline rare qui est la fitna, la discorde, une maladie congénitale chez eux.

Ibn Khaldoun disait que les arabes, plutôt les musulmans, se sont mis d’accord à ne jamais se mettre d’accord. Quand des hommes sont prédisposés culturellement à la zizanie et la désunion, ils se font eux-mêmes les meilleurs alliés de leurs ennemis. Un effet d’aubaine pour les WASP qui n’auront aucun mal à précipiter les musulmans du haut de la Roche Tarpéienne.

Les musulmans qui ont été toujours rongés par leurs querelles sur le nombre des houris qu’Allah réserve à ses fanatiques et fervents adorateurs et pris dans le tourbillon de leurs luttes intestines larvées et violentes méritent le bonnet d’âne des peuples les plus stupides de la terre, et pire encore ils sont entrain de sabrer eux-mêmes leur propre religion. A force de jouer avec le feu, ils sont les premiers à se cramer avec.

Le vrai ennemi de l’islam est le musulman lui-même. Il rentre vivant dans la mosquée, il en sort les deux pieds devant enveloppés dans son linceul qu’il garde toujours sur lui. La première cause de mortalité chez les musulmans est la violence religieuse. Un musulman a plus de haine pour son coreligionnaire que pour ses ennemis dont bien souvent il en est l’instrument. L’islam n a pas failli en tant que religion, il a failli dans la formation des hommes et le développement de leur personnalité. Là où le reste du monde avance dans le sens de l’aiguille d’une montre, les musulmans cherchent à inverser le courant de l’histoire. Et quand on prend la route à contre-sens, on multiplie les risques de se faire marcher dessus et de servir de nourriture pour les vers de terre.

Voilà pourquoi les musulmans ne cessent de s’entretuer et se massacrer entre eux en Syrie, Irak, Algérie dans les années 90, Libye, Afghanistan comme ailleurs.

Plus M. Valls se fait l’avocat de l’hydre musulmane plus il fait monter le FN

Afficher l'image d'origine

Mahomet lui-même le père-gourou-fondateur de l’islam qui n’est qu’un système politique qui se sert du « sacré » pour aliéner les hommes pour en faire sa chair à canon en vue d’imposer sa dictature aux quatre coins du monde, n’a jamais osé demander autant à ses sectateurs  alors qu’ils sont sa petite chose et sa pâte à modeler que M. Valls aux Français devenu plus le plus fervent zélateur de cette religion qui ne connaît de n’a plus d’amour pour les non-musulmans voire pour les siens que le nazisme n’en avait pour les Juifs et les non-Aryens.

En effet, il ne rate plus une occasion pour exhorter ses concitoyens de valoriser l’image de l’islam, de le rendre compatible avec la démocratie, ce serait un miracle s’il pouvait arriver car autant concilier l’obscurantisme musulman avec le rationalisme scientifique.

M. Valls qui mériterait à coup sûr de voir son nom graver sur la Ka’aba  n’est jamais à court d’idées pour servir la cause de l’islam qui est devenue une priorité quasi absolue pour lui et ce  malgré ses performances morbides de 2015, 150 morts et près de 400 blessés  outre les coûts financiers des attentats,  il est le seul ou presque à vouloir lui redonner une virginité qui n’a jamais été la sienne. Alors que tout plaide en faveur d’une politique de fermeté extrême à l’égard de cette idéologie mortifère, M. Valls est convaincu que l’on peut draper l’islam dans sa vertu en dépit de sa réputation exécrable.Afficher l'image d'origine

Peu lui importe que la majorité des Français est résolument hostile à l’islam  et qu’il suscite peur, méfiance, suspicion et rejet, à juste titre, il n’en a cure de tout cela. Quand on aime on ne compte pas, ni on ne s’attarde sur les faits et méfaits de l’être aimé qui peuvent pourtant changer le cours de l’histoire.  Pris dans l’ivresse du tourbillon amoureux et on a toujours les yeux embrumés par les fumées des soupirs.

M. Valls comme s’il était d’islamolite aiguë, est dans le déni de la réalité. Pour lui l’islam est victime d’une cabale,  injustement décrié et stigmatisé, il préconise quelques remèdes thérapeutiques pour rendre l’islam fréquentable et un bon parti pour la France. :

-l’aider à  grandir comme s’il était atteint de nanisme, n’est-il pas plus approprié de lui prescrire un traitement à bases d’hormones de croissance ?, peut-être veut-il entendre par là l’aider à étendre ses tentacules empoisonnés pour attraper sa proie française;

  • lui faire une place en France, alors qu’il y en a que pour lui couvé et courtisé comme un Emir débarquant dans un palace parisien, veut-il que les Français lui lèchent les babouches pour qu’ils puissent être promu comme leur  prochain Vizir ?
  • et à la surprise générale, il les appelle à prouver que l’islam est compatible avec la démocratie.  Si tel était le cas, pourquoi la greffe démocratique n’a jamais pu prendre dans les pays musulmans condamnés de vivre sous la dictature de l’islam ?M. Valls n’a pas appris que l’islam est foi et loi, il se veut un système fusionnel englobant toutes les sphères de pouvoirs. S’est-il donné au moins la peine de lire ne serait-ce quelques sourates coraniques pour être éclairé sur la nature inhumaine de l’islam ?  A moins qu’il prenne sur son temps pour lire Ibn Khaldoun.  En se faisant l’avocat de l’islam il prêche dans le désert.

M. Valls n’est pas conscient que son islamophilie maladive est contre-productive sur tous les plans et ne fait que précipiter la chute de la république et la montée des extrémismes de tous bords. Il n’a pas compris qu’il n’y a pas de grandeur que la France dont il doit être un digne représentant et un farouche défenseur. Sa mission n’est pas de bonifier l’islam, c’est de protéger ses concitoyens contre les germes destructeurs de cette idéologie hégémonique, impériale, expansionniste, cosmique, totalitaire incompatible avec tout, car elle se veut elle-même une réponse à tout et une loi pour tout l’univers.

 

Le problème de la France est l’islam

Des petites divas capricieuses menacent de quitter la France si jamais le FN gagne la partie. Une attitude qui se passe de tout commentaire et en dit long sur la mentalité défaitiste, démissionnaire, irrespectueuse pour les électeurs, antidémocratique et fascisante des pleurnicheuses boboïsées.

Ils ne cessent de brandir le spectre de leur expatriation sous des cieux où ils pourraient couver leur honte, leur couardise et leur félonie à l’abri des regards réprobateurs. Ils auront toujours les pays gouvernés par la Charia pour les accueil, mais ils n’y mettront jamais les pieds car ils veulent pas d’une France qui s’islamise mais pas vivre dans en terre musulmane où la vie est un cimetière à ciel ouvert.

Ces enfants gâtés de la star system se trompent de cible, mais ce n’est pas étonnant de la part des décérébrés de leur genre. Le problème de la France n’est pas le FN, les islamo-incompatibles. C’est l’islam et ses adeptes qui mettent la France à feu et à sang.

Si le FN apparaît comme le seul recours contre l’islamisation galopante de la France, point de vue que je ne partage point, il le doit à l’islam et ses desseins hégémoniques et à cette politique de dhimmitude des partis de gouvernement depuis la loi de 1976 sur le regroupement familial sous le septennat de Giscard d’Estaing. Que ceux qui veulent se tirer de la France le fassent car si le FN est en haut de l’affiche, ils y sont pour beaucoup.

En effet, c’est cette culture du politiquement correct et de leur collusion coupable et antipatriotique avec l’Hydre nazislamiste qui a poussé les électeurs dans les bras du FN. Ils sont avec l’islam les meilleurs agents électoraux du FN et ses rabatteurs de service. À chaque fois qu’ils donnent la parole à un musulman pour lui donner l’occasion de faire la promotion de son idéologie mortifère et criminelle ce sont des nouvelles voix qui tombent dans l’escarcelle de ce parti.

S’ils avaient l’amour de la France en eux et étaient conscients de la haute toxicité de l’islam le FN ne serait pas une force politique attractive aujourd’hui et être perçu par des Français de plus en plus inquiets par l’OPA hostile de l’islam sur leur pays comme le chevalier blanc qui empêchera sa dilution dans l’oumma, cette entreprise mafieuse planétaire.

Qu’ils partent ils ne seront pas les premiers rats à quitter le navire France. L’histoire ne leur pardonnera jamais leur lâcheté.

Le mirage du miracle turc

L’arlésienne du miracle turc – par Salem Ben Ammar

Webdo 4 juin 2013

 Afficher l'image d'origine

En effet, cette visite inopportune et surannée ne peut que témoigner surtout de son mépris pour son peuple. Aucun chef de gouvernement au monde ayant le sens du devoir ne se serait permis d’effectuer une tournée à l’étranger en pleine tourmente politique dans son pays.
Il y a tout lieu de croire qu’il se comporte comme un V.R.P. de luxe plus préoccupé par la réussite de sa campagne publicitaire que par l’environnement politique défavorable.

Il semble plus préoccupé en tout état de cause par la réussite de son opération de séduction auprès de ses anciens dominions que le climat insurrectionnel qui frappe son pays où l’on vient d’enregistrer le premier mort.
Il va vouloir assurément leur vendre les bienfaits du miracle turc que seuls y croient les crédules et les naïfs.

Un miracle qui devient de plus en plus une calamité pour le peuple turc, synonyme de la boucherie syrienne et du retour néocolonial de l’Empire Ottoman en Tunisie avec des tentatives d’incursion en Libye, en Algérie et au Maroc.

Pourquoi parle-t-on de miracle, alors que le tableau de bord de l’état économique, social et des libertés publiques et individuelles de la Turquie est suffisamment éloquent quant aux performances quantitatives et qualitatives de ce pays tombé sous le joug des islamistes qui n’ont de la modération que le costume-cravate ?

Comme si c’était un fait un inédit, insensé, inattendu, surprenant, inexpliqué qui serait d’origine surnaturelle, échappant à la raison humaine. Là où l’on doit parler d’une tragédie turque tout au moins pour les populations qui ne sont pas turkmènes.

Un miracle qui se conjugue avec le cauchemar du peuple turc. De ses femmes, de ses opposants laïcs, de ses artistes, de ses minorités ethniques et religieuses et de la petite enfance. Un miracle qui vaut à la Turquie de détenir le record du monde en matière d’atteintes à la liberté de la presse et de détention de journalistes juste devant l’Iran, l’Erythrée et la Chine. 76 journalistes ayant été emprisonnés en 2012 selon le Comité pour la Protection des journalistes. Un pays où l’on condamne pour délit de blasphème.

Une Turquie qui a vendu son âme et perdu son honneur pour l’attrait de l’appât du gain que lui font miroiter les pétromonarchies wahhabites, est-ce cela le vrai sens du miracle turc ? Servir de vitrine au wahhabisme arrogant et impérial.
Une Turquie qui se veut un pays phare dans le monde musulman et pièce maîtresse dans le puzzle de l’O.C.I. mais incapable d’éclairer la voie de son peuple et de passer définitivement du Moyen-Age à la modernité.

Un miracle des disparités économiques régionales insolentes avec un rapport de richesse de 1 à 10, des inégalités sociales criantes qui la placent au second rang des pays de l’O.C.D.E et de la corruption érigée en mode de gouvernement qui lui vaut la palme d’or du pays le plus corrompu de l’O.C.D.E.
Le miracle turc qui a toutes les tares d’un régime d’apartheid digne de l’ancienne Afrique du Sud, dont font les frais les Kurdes d’Anatolie, les parias de la Turquie d’Erdogan avec les Roms dont le revenu médian par tête d’habitants représente le tiers de celui d’Istanbul.Afficher l'image d'origine

Un miracle turc qui n’offre aucune sécurité aux enfants non-trucs surtout charriant tel un torrent de boues des dizaines de milliers d’enfants de rues à Istanbul et Ankara.
Un miracle qui n’est pas tout le monde et surtout pas pour les minorités non-turques, où des enfants kurdes et roms sont sacrifiés sur l’autel du capitalisme sauvage, déréglementé et méprisant des conventions internationales sur le droit de la protection de petite enfance et l’âge obligatoire au travail de 15 ans tel que le fixe l’Organisation Internationale du Travail.

Est-ce encore cela le miracle turc qui met en péril la santé et la sécurité des enfants et qui discrimine en déscolarisant les enfants non-turcs de préférence comme le relève l’observatoire de la vie politique turque dans sa livraison du 15 avril 2013 ? « En 2011, 16% de la population vivait sous le seuil de pauvreté. Chez les travailleurs agricoles, ce chiffre atteignait 40% en 2008. Les zones rurales sont, en effet, particulièrement exposées à la pauvreté. Celle-ci incite les familles à faire travailler leurs enfants. Et si le travail infantile a tendance à baisser en Turquie, il reste important et représente 18% de la force de travail du pays.

Avec une inflation à deux chiffres et un chômage endémique est-ce qu’un taux de croissance économique à deux chiffres a du sens ?
Une concentration de richesse de plus de 75 % autour des seules régions d’Istanbul et de la région égéenne est significative du développement inégal entre les régions.
Le secteur agricole emploie plus de 30% de la population active pour même pas 10% du PIB et c’est à lui seul une illustration parfaite du mythe du miracle turc.
Un Tsunami à retardement le jour où il sera soumis à la concurrence européenne où le taux de chômage atteindra des sommets himalayens;

Sa prospérité apparente est certainement le prix de son inféodation aux deux colonies américaines le Qatar et l’Arabie Saoudite, héritiers du wahhabisme qui est, ironie du sort, le virus létal que les anglo-saxons avaient inoculé dans le corps musulman dès le 18e siècle pour achever l’Empire Ottoman. C’est comme si l’histoire était en train de se répéter.

A force de brasser le vent du sirocco, les musulmans vont finir par se balayer eux-mêmes

Afficher l'image d'origine

 

Les musulmans ont tout, absolument tout bien plus que les nazis en leur temps, l’islam, cette belle et sublime religion de désamour pour l’humain qui n’est pas tombé dans son filet radioactif, Allah, un devin plus devin que tous les charlots que le monde ait eu à connaître, Mahomet, le prophète des pédophiles, ce personnage d’un tout autre calibre qu’Attila, Staline, Hitler et Pol Pot, l’homme que tous les musulmans rêvent de lui mettre dans son lit,leurs femmes, filles, mères, concubines et objet des fantasmes lubriques de tous les musulmanes. Un être hors du commun plus parfait que parfait qui ferait de l’ombre à Hitler lui-même, unique en son genre tellement il a brillé par ses talents de saigneur des Juifs, des chrétiens et de ses opposants, le Coran, où tout y est, absolument tout pas besoin de laboratoires de recherche et d’innovations techniques et technologiques, les Hadiths et la Sira, la lumière de la vie outre-tombe, la joie de mourir pour profiter de l’érection éternelle et se noyer dans les rivières de vin de datte.

Que du bonheur pour eux ce qui leur vaut l’honneur d’occuper la première place à l’échelle des espèces vivantes juste avant l’ordre des blattoptères.

Ils ne sont pas pour rien férus de l’urine de chameau qui a la particularité de jeter son urine en arrière, c’est pourquoi ils avancent dans le sens contraire de l’aiguille d’une montre.

Compétiteurs morts avant d’être nés, ils trustent toutes les médailles d’or noir des tocards de l’humanité, raflant tous les prix de la fanfaronnade et les palmiers d’or de l’inscience et du charlatanisme. Ils sont les plus grands génies de l’ânerie humaine que le monde ait jamais connu .

Travailleurs acharnés à brasser le vent et à irriguer les pissenlits du sang de ceux qui ne sont pas enchantés par leur hymne au bonheur après la mort.

Industrieux comme des fourmis à labourer les corps de leurs congénères féminines, à l’origine de la vie hors de ma vue Industrieux comme des fourmis à labourer les corps de leurs congénères féminines, à l’origine de la vie hors de ma vue 4e9f0-6a01156fb0b420970c017d42bf386b970c-pi

et auxquels on doit toutes les découvertes  coperniciennes, imprimerie, industrielles, informatiques, nanotechnologiques,  les théorie du Big Bang et de Boson de Higgs, la lumière, les satellites, le laser, les traitements du cancer, l’aspirine, l’écran digital, la cybernétique, la conquête de l’espace, enfin tout ce qui est à nous est à eux.

Grâce à eux l’humanité est passée de l’histoire à la protohistoire. Il est grand temps que l’humanité leur érige un monument à l’effigie du roi Mytho en sable du désert d’Arabie.

1437 ans d’avancées intellectuelles, architecturales,  artistiques, politiques, urbaines, sociales, productivistes, humaines, droits de l’homme, libertés publiques, liberté de la femme, égalité entre les sexes, les droits de la petite enfance, l’école pour tous, la séparation des pouvoirs etc… Que des acquis qui ont changé la face du monde au point auxquels ils ont tourné le dos par impudeur et vanité.

Nous devons leur être reconnaissants pour leurs actions en faveur de la paix dans le monde, celle du cimeterre pour une place dans la Géhenne et soumets-toi où je libère de ta vie.

Ils ont de la chance d’être musulmans, initiés aux secrets de leur religion ils ont atteint le stade suprême de la néantisation de l’être. Que veulent-ils de plus ?  Il n’y a qu’eux qui le savent, mais ils ne nous le diront jamais car il faut être musulman comme eux pour le savoir et mériter du titre de docteur ès qualité en islamologie genre le petit nazillon Tarek ou Tarik Ramadan. Il y aura toujours un Cheikh pour faire un gros chèque pour vous payer une chaire où vous pourrez exercer vos talents d’enfumeur professionnel. Allah agrée tout surtout les hâbleurs et les naïfs.

Comme le vrai bonheur n’a de sens que s’il est partagé et magnanimes qu’ils sont, ils se démènent comme des forcenés pour nous l’imposer contre notre plein gré.

Chez eux culte et culture sont les deux faces d’un même miroir. En épousant leur culte pour pouvoir jouir de la vie, on plonge dans une culture désinhibitrice pour les hommes tirée vers les sommets jusqu’alors inconnus dans l’amour de la mort par Daech. Boko Haram, les Talibans, la Qaida, les Shebabs, le F.I.S. et toutes ces étoiles qui donnent un éclat particulier au ciel islamique qui impressionnerait Thanatos lui-même qui sont les modèles à suivre pour l’humanité envoûtée par l’élixir de l’islam.

En tombant sous le charme de l’islam nous avons des témoignages vivants qui préfigurent le monde de demain