L’islamisme est un avant-goût de ce que l’islam mijote pour l’humanité

Afficher l'image d'origine

« Sr5.33. La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et Son messager, et qui s’efforcent de semer la corruption sur la terre, c’est qu’ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu’ils soient expulsés du pays. Ce sera pour eux l’ignominie ici-bas; et dans l’au-delà, il y aura pour eux un énorme châtiment, »

Pour les musulmans de tous bords et de toutes les étiquettes quand bien même il n’y a qu’un islam pour tous, sauf ceux qui sont dans la voie d’Allah et qui sont les vrais musulmans appelés à tort  islamistes pour déresponsabiliser l’islam pour incitation aux crimes de guerre et crimes contre l’humanité , et leurs idiots utiles, l’islam est dévoyé par l’islamisme mais en quoi l’est-il ? Juste dans les délires fantasmagoriques de ses illusionnistes-affabulateurs.

Pourquoi alors les islamistes, ces « transgresseurs » de l’islam, n’ont jamais été condamnés pour hérésie voire apostasie ? Ils ne peuvent pas l’être et ne le seront jamais. Ils appliquent ce qu’Allah ordonne. Ils ne trahissent aucun enseignement coranique. Il n’existe aucune base théologique ou juridique, chariatique, pour motiver leur mise à mort pour atteintes aux fondements de l’islam d’une part et d’autre part, ils sont ceux qui vivent à 100% l’islam, dévoués jusqu’à la mort et que contrairement aux musulmans hypocrites, ils sont les mieux instruits des commandements de l’islam et savent parfaitement le bon usage qu’il faut en faire.

C’est eux qui donnent un sens réel aux préceptes coraniques et  traduisent le mieux dans les faits la Tradition mahométane, la sunna, qu’aucune autorité religieuse telle qu’Al-Azhar, la gardienne du temple de l’orthodoxie musulmane, ne saurait leur jeter l’anathème et crier au sacrilège de peur de se trouver elle-même en porte-faux avec les textes fondateurs de l’islam.

L’islamisme promeut par le feu et le sang l’islam pur et authentique, celui de la foi qui fait loi régi par la Charia, irréformable, invariable, fermé sur lui-même,  et immuable, qui est celui-là-même que défend et prône justement Al-Azhar qui ne va pas désavouer ce que ses meilleurs élèves prêchent et répandent au bruit des bombes.  Il n’est pas le loup dans la bergerie musulmane, pas plus que l’islam politique qui est un non-sens un oxymore, un enfumage de l’opinion, une escroquerie intellectuelle grotesque et fantaisiste.

L’islamisme oeuvre activement à l’expansion de l’islam au son des bombes et milite avec un zèle qui ferait la joie de Mahomet pour un retour sans concession  à l’islam des origines et la ré-instauration du Califat  intégrant les musulmans dans l’Oumma, une sorte de Reich sectaire à l’échelle planétaire, placés sous la même bannière politique aux couleurs de l’islam et soumis à la Charia, concentrant entre ses mains tous les pouvoirs.

Il n’est pas l’islam politique, il est l’islam mis à la lumière de jour qui abat toutes ses cartes se sentant  en fin en mesure de reprendre sa marche en avant depuis sa chute à Grenade et sa mise sous tutelle par les puissances coloniales occidentales.  De dominion, il se voit bientôt dominateur surtout que ses ennemis jurés semblent en phase de déclin et ne cessent de lui baliser le terrain chez eux sans contre-partie et comme s’ils avaient peur de lui.

L’islamisme ne marque pas seulement le retour en force de l’islam sur la scène mondiale par la voie du terrorisme, il est l’islam sur les devants de la scène. Celui qui en impose  et veut s’imposer au monde  par la violence extrême. Semant les peurs et frayeurs dans le camp de ses ennemis, un  islam qui ne recule devant rien, jusqu’au- boutiste. Après avoir été spectateur de l’histoire, il veut en devenir l’acteur majeur et ne fait plus mystères de ses velléités hégémoniques et destructrices. il est tel un cave qui se rebiffe si ce n’est la grenouille qui se voit aussi grosse qu’un boeuf.

Il n’en demeure pas moins que l’islamisme qui est la renaissance de l’islam, ce volcan qu’on croyait éteint mais qui se réveille progressivement en crachant ses laves brûlantes laissant des cratères béants à leurs passages.  Sa puissance de feu est en réalité dérisoire et insignifiante sur le plan militaire.  Mais pour compenser son handicap abyssal par rapport à la force de frappe colossale et destructrice de l’Occident, il lui mène une guerre psychologique permanente en le frappant à travers sa population civile vulnérable pour la plonger dans un climat permanent de psychose terroriste. Le harceler jusqu’à l’épuisement et l’effondrement. Un tactique aux résultats aléatoires et qui finira par se transformer en piège mortel qu’il avait créé pour lui-même.

L’islamisme a l’immense mérite de révéler au monde la vraie nature de l’islam et ses projets désastreux pour l’humanité. Grâce à l’islamisme, plus personne ne peut dire que ce n’est pas ça l’islam, il est bien plus que ça, il est incarné par la constellation des mouvements djihadistes opérant partout dans le monde avec des figures médiatiques comme tous ces pseudos « islamologues d’opérettes » et cet essaim de guêpes mortelles affublées du titre d’imams qui sont les véritables colonnes vertébrales des réseaux dormants qu’ils nourrissent à longue de journées de préceptes coraniques, un poison mortel pour l’humanité.

En créant une dissemblance sémantique avec la diptyque islam et islamisme, qui sont l’un à l’autre ce que l’hitlérisme est au nazisme, deux faces d’un même miroir, l’Occident se fourvoie lamentablement et joue le jeu de son pire ennemi. Il ne sait pas qu’en drapant l’islam dans ses vertus pacifistes qu’il lui aiguise le couteau de boucher dont il se servira pour l’égorger avec.

Plutôt que de s’en prémunir et le combattre, il se fait son avocat le plus farouche au point de faire pâlir de jalousie les musulmans hypocrites. L’islam n’est pas malade de l’islamisme, c’est l’Occident lui-même qui est malade de l’islam et qui souffre d’un véritable syndrome de Stockholm.

La personnalité duale de l’islam n’est pas symptomatique de troubles schizophréniques, il est cohérent  avec lui-même et rusé comme un renard, dans la vie publique il offre le visage du gentil Dr Jeckyll et dans les coulisses où il est à l’abri des regards, il est Mr Hyde, pendant que l’un séduit et endort la vigilance des proies  potentielles pour les attitrer dans son antre, une fois qu’elles sont sous griffes, il a tout le loisir de les dépecer et leur montrer ainsi son vrai visage mais elles ne seront plus là pour en témoigner.

L’islam est le masque de l’islamisme et tant que l’Occident n’en a paris conscience, l’islam continuera à le tuer à petit feu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s