En s’étant débarrassé des despotes éclairés et laïques, l’Occident a fait son propre malheur

Ben Ali, Kadhafi, Bachar, Saddam, le shah d’Iran, Moubarak, heureusement que les Egyptiens se se sont rattrapés, étaient tous des despotes droit humain, mais voilà un jour les maîtres du monde avaient décidé qu’ils ne l’étaient pas assez à leurs goûts et qui présentaient comme par hasard un profil laïc et les ont remplacés par des plus despotes qu’eux, des despotes de droit divin, qui leur paraissaient plus fiables pour enfermer davantage les peuples dans le bunker de la religion.

Si le Shah d’Iran n’était pas éjecté du pouvoir, il y aurait faire à parier que l’Iran serait aujourd’hui au moins du même niveau que le Brésil, un pays qui n’est plus chasse gardée des E.U. depuis qu’il s’est démocratisé. L’Occident a-t-il peur que la démocratie ne féconde des peuples dignes, responsables, éveillés, mâtures, et maîtres de leur destin politique qui ne se laissent pas compter et des simples consuméristes ? Une hypothèse qui n’est pas aussi farfelue que cela quand on sait que là où la démocratie progresse, l’Occident perd de son pouvoir d’influence et des parts de marché, ce qui n’est pas sans conséquences sur son économie et la santé financière de ses multinationales.

Avec l’avènement du BRICS, il a plus que jamais besoin pour sa propre survie d’un modèle de pays à l’exemple de l’Arabie Saoudite mise sous la coupe d’une oligarchie théocratique,rentière qui plutôt que d’investir les recettes des hydrocarbures en faveur de l’émancipation du peuple,les emplois à des fins de son aliénation aux dogmes de l’obscurantisme religieux. Les Américains ont marqué le pas en Amérique du Sud depuis le jour où le pouvoir de l’Eglise s’est étiolé. Le meilleur allié du grand capital reste la religion qui est un verrou de premier ordre pour étouffer les velléités de liberté, de justice et de dignité des peuples. Plus on leur donne de la religion, plus on écarte les risques de révolte. Une éducation religieuse pour émousser leur intelligence et les transformer en légumes est un excellent filet protecteur des intérêts du grand capital.

Avec les despotes de droit humain, paradoxalement l’éducation a un caractère hautement civil à cause de l’hostilité des despotes à l’égard du pouvoir religieux. Ce qui en d’autres termes laisse profiler des chances de résilience chez les peuples et voir naître chez eux des aspirations démocratiques.

Kadhafi, n’a pas ouvert des écoles religieuses, il a rendu l’enseignement obligatoire pour les les garçons comme pour les filles avec un taux d’alphabétisation de plus 92%. même si son projet n’était pas d’ouvrir son peuple à la démocratie mais il n’en demeurait pas moins qu’il avait cherché à édifier une société libyenne future plus moderne, adulte et moins malléable.

Bourguiba et dans son sillage Ben Ali en avaient fait autant en Tunisie. Des politiques qui ne font pas la part belle à la religion ne sont jamais du goût du grand capital qui semble affectionner les peuples ignorants, indifférents à leur destin humain , bercés par les illusions d’un paradis fantasmagorique,, totalement déconnecté des réalités du monde, soumis à la dictature de la religion qui n’ont aucun pouvoir de contrôle sur leurs richesses naturelles et le bon usage qu’ils pourraient en faire.

Des peuples qui troquent leur vie terrestre contre leur vie céleste et à aux prédateurs les mains libres pour piller leurs richesses.
L’Occident peut se réjouir de l’étendue des dégâts des révolutions de l’hiver pourri wahhabite où il avait résolument choisi le camp des obscurantistes contre les forces éduquées et modernistes.

Sans son aventurisme aveugle et mercantiliste, des pays comme la Tunisie, la Libye, l’Irak, la Syrie ne seraient pas en proie au Tsunami islamo-terroriste et ses dommages collatéraux sur eux eux-mêmes.

2 réflexions sur “ En s’étant débarrassé des despotes éclairés et laïques, l’Occident a fait son propre malheur ”

  1. L’islam étant par essence incompatible avec la démocratie, comment s’étonner que ( sauf erreur ou omission …) il n’y ait aucun pays dans le monde , de religion islamique, qui soit démocratique . La Tunisie ayant à bord la vermine ennahdha ne pourra pas s’en sortir sans les faire disparaître d’une manière ou d’une autre …. (…)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s