La haute toxicité de l’identité arabo-musulmane

 

Les Nord-Africains sont ignorants de leur propre histoire . Ils sont convaincus que leurs vrais ancêtres sont les Arabes. Comme si un mort était fasciné par son fosdoyeur.  Ils sont dans le déni de leurs racines pensant que c’est le meilleur gage d’allégeance et de soumission pour d’attirer la reconnaissance des bourreaux de leurs ancêtres. Ils se voient héritiers de Mahomet en insultant la mémoire de leurs grands hommes. Plutôt que d’emprunter la voie de Saint Augustin ils font le choix de la barbarie.

Jamais ils n’ont effectué le moindre travail d’analyse critique des conquêtes destructrices  de leur culture,  de leurs  civilisations  de leur memoire historisue et de leur identité originelle.

Les dangers de l’arabo-islamisation doivent les faire réfléchir  sur la fameuse identité arabo-musulmane qui menace aussi bien la France , une escroquerie intellectuelle de la pire espèce. » Il y a effectivement des risques à ce que les mêmes causes, arabisation à une époque ré-islamisation aujourd’hui, ne produisent les mêmes effets.

Ainsi ce virus mortel qui se propage tel un cafard risquerait de rendre de nouveau son sol [TUNISIE] infertile à la civilisation à tout jamais. Le pays deviendra champ de ruine et un océan de larmes et de sang. Les hydres islamistes pourraient se nourrir de sa terre impropre à la consommation humaine. Ibn Khaldoun disait tout pays conquis par les Arabes est bientôt ruiné, plutôt métastasé.

On peut dire ainsi que l’ arabisation sape les fondements des civilisations et des cultures et que l’islamisation achève et anéantit. Quoi qu’elle fasse la Tunisie ne peut s affranchir du sceau de la tutelle arabo-musulmane. » extrait d’un article daté du mois de septembre 2011

Pourquoi les Arabes et leurs sujets nord-africains ne jurent que par les complots?

A quoi on reconnaît un arabe et son fac-similé nord-africain ? A l’évidence, ce n’est ni à leur courage, ni à leur loyauté et encore moins à leur contribution aux biens communs de l’humanité. Ils sont les seuls au monde à passer leur vie à crier au loup imaginaire.

Les seuls à le voir dans leurs délires paranoïaques au point qu’ils ont fait de la théorie du complot leur seule raison d’être et de vivre. Pris dans un tourbillon de spéculation conspirationniste qu’ils sont capables de se muer en premiers ennemis d’eux-mêmes tellement ils sont obsédés par leur état névrotique voire psychotique de victimes. Leur univers est peuplé d’ennemis de l’ombre qui leur veulent du mal. Immatures et souffrant des vrais troubles de comportement, paralysés par la phobie de se de penser et d’agir par soi, ils se fabriquent un adversaire imaginaire pour justifier leurs propres échecs et leurs graves carences psycho-affectives et identitaires.

Ni coupables, ni responsables,  car Allah prend tout pour lui et les dédouanes de toutes leurs dérives et âneries, toujours la faute à l’autre, c’est certainement ce qui explique leur tendance maladive à faire allégeance à l’autre souvent contre ses propres intérêts et son propre frère. L’autre est pour eux une figure tutélaire, un Totem pour devenir eux-mêmes un tabou.

Toute leur existence tourne autour de cette relation fantasmagorique tissée avec cet autre qui leur sert de bouc-émissaire pour combler leur insuffisance et remédier à leur incapacité pathologique de prendre en main leur destin humain contrairement à un Luxembourgeois ou un Suisse. Ils se diluent dans cet autre pour pouvoir supporter l’amertume de leur vie.

Ils voient la main de l’autre partout, ce n’est jamais leur faute, s’ils en sont là, ils n’y sont pour rien.  On leur veut du mal, paranos incurables,  ils sont incapables d’assumer leurs torts et de reconnaître que les causes de leurs échecs sont eux. Mais plutôt que de remettre en question et de se regarder dans le vrai miroir de leur histoire, ils préfèrent se draper dans leur kamis de victimes  et appellent au feu qu’ils ont pourtant allumer eux-mêmes et font de l’autre l’incendiaire, généralement, e juif, le franc-maçon, l’illuminati, le reptilien, l’occidental,

Pourquoi n’y a t-il pas l’équivalent d’un B.H.L. arabe ou  fac-similé chez eux pour  manipuler les Juifs  par exemple ? Pourquoi ce sont toujours les Arabes et leurs fac-similés qui sont les cocus du service et qui sont sous influence éternelle de leurs propres ennemis ou supposés tels ?

Leurs territoires ont été façonnés par leurs anciens colonisateurs qui font la pluie et le beau temps chez eux. Pourquoi s’entretuent-ils entre eux comme des bêtes féroces pour le compte des grandes puissances ? Au lieu de faire de l’autre la cause de tous leurs tourments, n’est-il pas pas plus responsable de reconnaître et d’assumer que le vrai mal est en soi et si les autres tirent les ficelles ce n’est que le résultat d’un manque flagrant de personnalité.

Il n’y a que les déficients intellectuels et les malades qui sont victimes d’abus de faiblesse, des laquais, des marionnettes et des  pions sur l’échiquier des pervers.

Quand on est des éternels dominions, niais, vénaux, renégats, frivoles, érigeant la luxure intrigants, perfides et couards, on devient une proie facile pour des plus malins que soi.

Le drame des Arabes et de leurs fac-similés est leur manque de personnalité et leur absence de courage de se regarder dans le miroir de l’histoire. Ils ont toujours voulu s’imposer à l’autre par la violence et la cruauté, ils sont aujourd’hui entrain de périr de leurs propos maux. Une véritable aubaine pour leurs ennemis. Ils n’ont pas besoin d’être victimes de complots puisqu’ils ne peuvent pas exister sans leurs délires paranoïdes et schizoïdes.

Les Arabes et leurs fac-similés sont comme ces chameaux qui les symbolisent dont ils ne possèdent pas les attributs mais qui comme eux ils ont peur de regarder leur bosse pour ne pas se couper le cou

Pour éradiquer le péril musulman il faut interdire le Coran

 

Peut-être que j’ai tort de ne pas croire aux vertus non-violentes de l’islam, mais j’ai beau chercher des mots rassurants et apaisés dans la lexicographie coranique hélas pour moi je n’ai rien trouvé  ?

Cette image que certains d’entre nous restituent de l’islam n’est que la traduction fidèle du verbe guerrier et de la pensée raciste, antisémite, intolérante, ethnocentriste, suprémaciste, ultra-haineuse, inhumaine du Coran. De quel message humaniste et pacifiste le Coran est-il porteur ?

Est-ce celui de la Sourate de la Fatiha, introduction, qui annonce d’entrée de jeu les couleurs ou celui de la Sourate de la Vache, la plus importante en terme de volume dans le Coran ? Des deux choses l’une soit les musulmans reconnaissent que le Coran est un manifeste ultra-violent et y renoncent pour leur bien et le nôtre soit il faut interdire le Coran quel qu’en soit le prix. La vraie cause du terrorisme est le Coran lui-même.

Il n’y a pas de radicalisme religieux, il y a la mise en oeuvre des préceptes coraniques. par des croyants qui ont compris le vrai sens du mot musulman.Il ne peut y avoir un islam sans l’application stricte du Coran et de musulman qui transige sur son enseignement. Un musulman radical est tout simplement un musulman imprégné de la lecture du Coran et qu’il doit traduire par les actes. Il ne doit en comprendre le sens ni l’interpréter. C’est un bon soldat qui doit exécuter les ordres dans le cas d’espèce, ceux de son soi-disant divin.

L’islam est-il un catalyseur de criminalité ?

En France, selon la loi informatique et liberté de 1978 il est interdit de détenir des fichiers statistiques en raison des origines « ethniques », rie que l’usage de ce terme dénote de l’hypocrisie de la loi, et appartenance « religieuse », comme si l’individu est propriété de la religion, pourquoi alors l’Administration Pénitentiaire recenserait-elle la population carcérale sur la base de ces critères en question sinon comment les médias pouvaient-ils savoir qu’à Fleury Mérogis par exemple plus de 70% de détenus sont musulmans voire davantage aux Baumettes ?
Une question aux musulmans, y-a-t-il une relation de cause à effet entre religion et criminalité ? On ne peut que s’interroger, en effet, sur l’existence d’une corrélation frappante entre une certaine religion dont l’évocation du nom est aujourd’hui un sujet tabou et les comportements transgressifs et déviants relevés chez ses adeptes.
La bien-pensance républicaine prétend que l’on doit chercher la ou les cause(s) ailleurs que dans la religion, mais on a vu au temps où ladite religion dans les années 70 et 80 n’était pas trop « prégnante » et était une affaire de vie privée, ses adeptes malgré leurs conditions de vie difficile et étaient quasi marginalisés par leur mode d’habitat vivaient dans le respect des lois de la république. Mais avec l’expansion galopante de cette religion en France caractérisés par la prolifération des mosquées, un prosélytisme hyper agressif, les apparions trop visibles des signes religieux, le halal et le recul de la laïcité dans les écoles et les espaces publics, on constate comme une forte poussée d’une vague sans précédent dans l’histoire de la criminalité en France où la religion joue un rôle déterminant dans les dérives criminelles et délictuelles chez ses adeptes.
Nonobstant le fait que les pouvoirs publics ont fait preuve d’ irresponsabilité coupable en lui abandonnant des pans entiers du territoire, lui laissant la main libre dans l’organisation et la gestion des affaires communautaires.
Y a-t-il des germes criminogènes dans cette religion plus que chez les autres et chez ceux qui ne déclarent aucune croyance ?
Un parallèle serait le bienvenu afin que l’on soit éclairé sur l’incompatibilité de cette religion avec les lois de la République.
Là où d’autres groupes « religieux »éduquent leurs membres au respect, des us et coutumes de leurs pays d’accueil, il semble que c’est loin d’être le cas avec le sien.
La pauvreté ne créé pas des voyous et des monstres d’inhumanité jusqu’à preuve du contraire, le coupable est la religion elle-même. Là où elle sévit sévit le crime à l’image des pays soumis à ses dogmes. Un pays comme la Tunisie comptait plus de 60 000 détenus dans ses prisons avant 2011 pour une population totale d’à peine 11 millions et d’après des sources non-vérifiées les repris de justice dans ce pays atteindraient un chiffre record.

Avoir du respect pour l’islam reviendrait à respecter le nazisme

27 mai 2013 ·

Pourquoi a-t-on peur de mes écrits ?

De plus en plus j’entends ici et là qu’on ose pas partager mes humbles écrits parce que je ne ménage pas l’islam comme si on pouvait témoigner de respect pour une idéologie bien pire encore que le nazisme et dont le nom est synonyme de peur, d’angoisses et de terreur. Ces personnes font surtout de leur couardise un argument de censure.

Elles me reprochent toutes mon hostilité irréductible à l’islam, sans rien comprendre aux raisons profondes qui font partie de ma liberté de conscience et d’opinion et qui motivent par conséquent mon rejet de l’islam en tant que système idéologique totalitaire, ultra réactionnaire, ethnocide et son caractère sectaire et hégémonique .

En effet, l’islam qui se veut dine, dawla et donia, ce que mes censures incultes et analphabètes ignorent, ne se contente pas de son seul statut de religion dont il n’a que les apprences, il se veut un nouvel ordre mondial et un mode de gouvernement politique de la cité. C’est lui-même qui en voulant quitter le champ du « sacré » pour envahir le champ du profane auquel il veut imposer ses propres normes et sa vision barbare de monde qui suscite en immanquablement la riposte virulente de certains d’entre nous.

Ce n’est de la part des adversaires de cette idéologie totalitaire, mortifère, raciste et liberticide, qu’un juste appel à la vigilance citoyenne contre l’hydre musulmane.

C’est lui-même qui nous tend le gourdin pour le combattre non pas dans sa dimension cultuelle mais dans sa déclinaison politique qui le place dans la catégorie des modes de pensée politique néfastes à l’humanité au même titre que le nazisme et encore.

Qu’il apprenne à rester dans sa sphère « spirituelle » et la donne changera.

Autrement, personnellement je n’aurai de répit tant qu’il continue à vouloir coloniser notre vie, à vouloir être notre maître, la seule voie de la vie, en dehors de laquelle il n’y a point de salut.

Oubliant que la suffisance est un pêché capital.

C’est l’islam qui à force de vouloir tout englober et régir se met en difficulté lui-même et devient l’objet de critiques circonstanciées. Il est tel le chien qui se mord la queue et qui gémit de la blessure qu’il s’est infligée lui-même.

En se comportant comme une vulgaire doctrine politique en interdisant par exemple à un musulman de voter pour un non-musulman, dévoile lui-même son vrai visage le rendant ainsi inéligible dans un espace républicain, il ne peut donc se prévaloir de son exception religieuse pour nous empêcher de dénoncer ses dérives ultra-violentes et destructrices pour l’humanité.

C’est trop facile de crier au feu qu’on a allumé soi-même.

L’islam veut créer sa propre race humaine comme le nazisme voulait créer la sienne

Afficher l'image d'origine

Le Führer A. Hitler l’héritier naturel de Mahomet voulait créer une nationalité fondée sur la pureté du sang, les islamistes veulent une nationalité fondée sur le seul lien religieux, sur le modèle wahhabite saoudien.

C’était dans ce sens que la secte polymorphe  et anthropomorphe d’Ennahdha avait le nouveau projet de code nationalité que les islamistes djihadistes traîtres à la patrie vont vous concocter. Aussi le jus solis ou le jus sanguinis c est à dire Le droit de sol et le droit de sang n existeront plus.

Seule la foi en Allah fixe la filiation aux pays de l’Oumma islamique. Une patrie dédiée à Allah et peuplée de ses seuls fidèles. Et ceux qui y sont étrangers à , la charia les exclura du champ de la nationalité tunisienne. Tous ceux qui ne sont plus qualifiés de musulmans tunisiens tels que les Juifs, les chrétiens, les athées, en perdront le bénéfice pour impureté islamique. Ainsi la Tunisie ressemblera à la planète des singes peuplée par des islamistes djihadistes du monde entier.

Grâce à la réforme de son code de nationalité où la foi forge la citoyenneté, la Tunisie post-Ben Ali rendra à sa façon hommage aux Lois Raciales du Führer Hitler adulé par les pères fondateurs de la secte des Frères musulmans qui aurait pu être le père fondateur de l’ hégémonisme islamiste raciste et antisémite dont le système juridique, à supposer que ses lois aient ce caractère, est la négation absolue et criminelle des lois nées des assemblées des hommes.

Aux termes de ce projet  en violation flagrante de la Déclaration Universelle des Droits de l’homme et du Citoyen jamais adoptée ni ratifiée par les Etats membres de l’O.C.I. qu’ils jugent comme contraires au Coran et à la charia et qui ont préférer se doter le 5 août 1990  au Caire de leur propre Charte  appelée pompeusement Déclaration des droits de l’homme en islam, qui consacre la main mise de la religion sur la vie des hommes, des inégalités des droits entre les sexes, la prohibition de la liberté de conscience et la non-transmission de la nationalité à ses enfants par une femme musulmane mariée à un non-musulman.

Ainsi l’attribution de la nationalité dans les pays musulmans est déterminée par l’identité religieuse de la personne. Et jamais on se trouve porteur de la nationalité d’un Etat musulman on est cantonné au statut de dhimmi, national de seconde zone avec tous les interdits que cela implique dont l’exercice d’une activité politique, judiciaire et le service militaire.

La création du lien national doit répondre aux principes du Coran et de la Charia, soit par naissance  soit par allégeance (on ne se convertit pas à l’islam ).

Tout se passe comme si  la qualité de musulman  est synonyme de pureté nationale et ne pas l’être est un acte ignominieux.

NB LA NOTION DE CITOYENENTENEXISTE PAS DNS L ISLAM CE QUI VA DE SOI. Télécharger : La nationalité du musulman c’est la Foi. [Pdf, word, doc]

La laïcité expliquée aux islamistes et à leurs frères siamois musulmans

Rached Ghannouchi feint de découvrir que la laïcité n’est pas l’ennemie de l’Islam
Le dimanche 04 mars 2012 –

Le terroriste tunisien jamais repenti Rached Ghannouchi l’homme fort de la Tunisie post-Ben Ali feint de découvrir que la laïcité n’est pas l’ennemie de l’Islam

Le terroriste jamais repenti et apprenti-sorcier Rached Ghannouchi semble enfin avoir compris que la laïcité n’est pas l’ennemie de l’islam comme si elle pouvait l’être alors que c’est ce dernier qui est un système politique totalitaire et liberticide,  connu pour son caractère ultra-possessif et présente de graves troubles schizoïdes-paranoïdes qui ne tolère pas la cohabitation avec tout autre système susceptible de lui faire de l’ombre et de le renvoyer à ses propres faiblesses.

Passé maître dans l’art de l’esbroufe et de la duperie de son auditoire, manipulateur né, une girouette qui tourne au gré du vent,  il  dit ce qu’il ne pense pas et laisse croire ce en quoi il ne croit pas lui-même et en tant qu’adepte de la taqiyia, Rached Ghannouchi ne cesse depuis son retour de son exil doré londonien sur le sol tunisien de  semer des leurres et les médias locaux les avalent avec gloutonnerie.

Il parle de la laïcité  sans savoir de quoi il parle lui-même et sans que jamais personne ne lui demande d’en donner la définition qui est de surcroît jugée comme une plaie occidentale au même titre que le sécularisme et  la démocratie qui n’a pas sa place dans un Etat islamique soumis à la loi du divin (la charia) et gouverné par un Calife.

Ghannouchi a beau afficher des idées réformistes et modernises qui se démarquent légèrement de la ligne idéologique de sa maison mère, histoire de ne pas effrayer la majorité des Tunisiens hostiles à un régime politique de nature théocratique et qui se représentent l’islam comme culte et pas comme un système global amalgamant le sacré et le profane, il reste un ennemi viscéral de la laïcité et de la séparation des pouvoirs.

Difficile d’imaginer Ghannouchi  et ses sbires se muer en fervents défenseurs des valeurs importées de l’Occident blasphématoires à l’égard de l’islam et dont l’enracinement dans le paysage politique et social local peut nuire à la pérennité de l’islam lui-même.

Drapé dans ses habits du bon berger, guide, (morched d’où son surnom d’opérette de Rached) pour ramener les Tunisiens dans la voie de l’islam, il se veut apaisant et rassurant pour tromper leur vigilance et défiance vis-à-vis de la doctrine liberticide et criminelle des Frères musulmans qui irrigue son mouvement qui prône entre autres:

-La connaissance et le pouvoir sont exclusivement des dons d’Allah et ne s’exercent qu’à travers  le Coran et la charia.

-Les musulmans ne doivent obéissance  qu’à l’ordre divin (charia),  régi et administré par le Califat qui demeure une priorité absolue comme l’a rappelé Hamadi Jébali à Sousse en 2012.

-Le djihad qui est placé dans la hiérarchie des commandements qui pèsent sur les musulmans en seconde position après la foi, un domaine qui est devenu la marque de fabrique de la Tunisie depuis le coup d’Etat islamiste le 17 janvier 2011 maquillé en Révolution alors que le peuple lui-même était le premier surpris par le départ burlesque de Ben Ali.

Perfides, retors et affabulateurs, les islamistes ont le don revêtir un mensonge du sceau de la vérité. Ils dissent le tout et son contraire et n’avancent jamais à visage découvert, faisant souvent semblant de se démentir entre eux histoire de créer le buzz et d’embrouiller l’opinion afin de faire diversion et détourner son attention de leur vrai projet politique sectaire,  mafieux, fasciste, raciste, despotique,  inspiré par leur gourou illuminé Ibn Taymyya, jurisconsulte  sunnite du XIII e siècle et  véritable père de l’islamisme moderne,  qui a façonné la pesée de Hassan al-Banna et Sayd Qoutb, les figures de proue sinistres et nazillonnes de la Confrérie des Frères musulmans (al akhwan muslimoune).

A cet effet, je leur propose la définition suivante: vous qui éprouvez une aversion pathologique pour la laïcité à la française et les droits fondamentaux de la République au point que votre état de troubles psychiques vous fait croire que la laïcité rime avec l’athéisme.

La laïcité est avant tout une attitude, une posture et non un système de croyance religieuse ou un mode de pensée, dont vous faites même la religion de la République alors que la laïcité est une soupape de sécurité, une ligne Maginot, de nature juridique de façon à délimiter le champ de chaque sphère d’activité publique, privée et spirituelle.

Elle est ainsi garante de vos propres libertés de culte et de conscience et les prémunissant contre toute influence ou agression extérieure. Si la laïcité, cette clé de voute de tout système démocratique moderne est incompatible avec votre système de pensée politique d un autre âge et dans l intérêt de votre bien être spirituel, il vous est recommandé de nouvelles destinations plus accueillantes et surtout respectueuses de la vie humaine ainsi que des vôtres, ce qui est loin d’être avéré, pour vos esprits torturés par la haine de l’incroyant, des laïques, des infidèles; des femmes; des homosexuels, des juifs, des démocrates, bref de tous ceux qui ne vous ressemblent pas et dont l’ humanité est le fruit de la raison et non de la passion hystérique et bestiale: la Somalie, le Soudan, l’ Afghanistan, le Pakistan. Ni la Turquie, à cause de ses lois laïques, ni l’Arabie saoudite votre maitre esclavagiste, à cause de l impureté de vos origines.

Vous êtes sans savoir qu’on n’est pas saoudien par le sang, le jus sanguins, alors que pour vous on est frères musulmans et jamais compatriotes, le jus religiosis. Vos maîtres vous assimilent à des êtres inférieurs, abd, alors que la France vous respecte en tant qu’êtres humains et vous accorde le gite et le couvert. La gratitude n’est pas islamiste à cause de votre mentalité de tout nous est dû. Ce qui va de soi, la gratitude est une vertu humaine, on dit même qu’elle est la mémoire du cœur. Je doute fort que vous en connaissiez le sens et que vous ayez cet état d’émotions qui est au cœur de toutes les spiritualités et sagesses. Henri Lacordaire disait qu on ne peut régner sur les hommes quand on ne peut pas régner sur leur cœur.

La voie qui est la vôtre celle de la violence ciblée au caractère hautement inhumain, raciste et antisémite enrobée de mysticisme nauséabond, Hitler vengeur d’Allah comme le proclame Al Qaradhaoui le Goebels djihadiste, ne sera pas la tombe de l’humanité, elle sera inexorablement la vôtre. Qui veut du mal périra de son propre mal. C’est votre égo surdimensionné, votre suffisance, votre arrogance, vos délires psychotiques, vos pulsions meurtrières, vos penchants pédophiles, votre racisme, votre antisémitisme, votre misogynie, votre félonie, votre fanatisme, votre bigotisme, votre fourberie, votre sectarisme, sont autant d’ingrédients pour transformer vos vies en véritables cimetières de la mort.

Aveuglés par votre haine de l’Occident humaniste et des vraies lumières pas celle de votre religion qui a éteint la lumière de la vie sur les peuples islamisés, un terme dont vous ne connaissez pas le sens à cause de son caractère impie, vous abhorrez la laïcité dont vous êtes les premiers bénéficiaires lors de vos exils dorés en terre mécréante comme vous l’appelez. Assimiler une norme juridique protectrice des libertés des cultes entre autres à une idéologie est comme si vous confondiez Mahomet avec votre apôtre ibn Taymiyya mort en prison pour apostasie à Damas en 1328. Une hérésie qui n’émeut guère les musulmans qui s’indignent pour des caricatures mais jamais sur la prétendue récupération de leur religion par les islamistes .