La haute toxicité de l’identité arabo-musulmane

 

Les Nord-Africains sont ignorants de leur propre histoire . Ils sont convaincus que leurs vrais ancêtres sont les Arabes. Comme si un mort était fasciné par son fosdoyeur.  Ils sont dans le déni de leurs racines pensant que c’est le meilleur gage d’allégeance et de soumission pour d’attirer la reconnaissance des bourreaux de leurs ancêtres. Ils se voient héritiers de Mahomet en insultant la mémoire de leurs grands hommes. Plutôt que d’emprunter la voie de Saint Augustin ils font le choix de la barbarie.

Jamais ils n’ont effectué le moindre travail d’analyse critique des conquêtes destructrices  de leur culture,  de leurs  civilisations  de leur memoire historisue et de leur identité originelle.

Les dangers de l’arabo-islamisation doivent les faire réfléchir  sur la fameuse identité arabo-musulmane qui menace aussi bien la France , une escroquerie intellectuelle de la pire espèce. » Il y a effectivement des risques à ce que les mêmes causes, arabisation à une époque ré-islamisation aujourd’hui, ne produisent les mêmes effets.

Ainsi ce virus mortel qui se propage tel un cafard risquerait de rendre de nouveau son sol [TUNISIE] infertile à la civilisation à tout jamais. Le pays deviendra champ de ruine et un océan de larmes et de sang. Les hydres islamistes pourraient se nourrir de sa terre impropre à la consommation humaine. Ibn Khaldoun disait tout pays conquis par les Arabes est bientôt ruiné, plutôt métastasé.

On peut dire ainsi que l’ arabisation sape les fondements des civilisations et des cultures et que l’islamisation achève et anéantit. Quoi qu’elle fasse la Tunisie ne peut s affranchir du sceau de la tutelle arabo-musulmane. » extrait d’un article daté du mois de septembre 2011

Pourquoi les Arabes et leurs sujets nord-africains ne jurent que par les complots?

A quoi on reconnaît un arabe et son fac-similé nord-africain ? A l’évidence, ce n’est ni à leur courage, ni à leur loyauté et encore moins à leur contribution aux biens communs de l’humanité. Ils sont les seuls au monde à passer leur vie à crier au loup imaginaire.

Les seuls à le voir dans leurs délires paranoïaques au point qu’ils ont fait de la théorie du complot leur seule raison d’être et de vivre. Pris dans un tourbillon de spéculation conspirationniste qu’ils sont capables de se muer en premiers ennemis d’eux-mêmes tellement ils sont obsédés par leur état névrotique voire psychotique de victimes. Leur univers est peuplé d’ennemis de l’ombre qui leur veulent du mal. Immatures et souffrant des vrais troubles de comportement, paralysés par la phobie de se de penser et d’agir par soi, ils se fabriquent un adversaire imaginaire pour justifier leurs propres échecs et leurs graves carences psycho-affectives et identitaires.

Ni coupables, ni responsables,  car Allah prend tout pour lui et les dédouanes de toutes leurs dérives et âneries, toujours la faute à l’autre, c’est certainement ce qui explique leur tendance maladive à faire allégeance à l’autre souvent contre ses propres intérêts et son propre frère. L’autre est pour eux une figure tutélaire, un Totem pour devenir eux-mêmes un tabou.

Toute leur existence tourne autour de cette relation fantasmagorique tissée avec cet autre qui leur sert de bouc-émissaire pour combler leur insuffisance et remédier à leur incapacité pathologique de prendre en main leur destin humain contrairement à un Luxembourgeois ou un Suisse. Ils se diluent dans cet autre pour pouvoir supporter l’amertume de leur vie.

Ils voient la main de l’autre partout, ce n’est jamais leur faute, s’ils en sont là, ils n’y sont pour rien.  On leur veut du mal, paranos incurables,  ils sont incapables d’assumer leurs torts et de reconnaître que les causes de leurs échecs sont eux. Mais plutôt que de remettre en question et de se regarder dans le vrai miroir de leur histoire, ils préfèrent se draper dans leur kamis de victimes  et appellent au feu qu’ils ont pourtant allumer eux-mêmes et font de l’autre l’incendiaire, généralement, e juif, le franc-maçon, l’illuminati, le reptilien, l’occidental,

Pourquoi n’y a t-il pas l’équivalent d’un B.H.L. arabe ou  fac-similé chez eux pour  manipuler les Juifs  par exemple ? Pourquoi ce sont toujours les Arabes et leurs fac-similés qui sont les cocus du service et qui sont sous influence éternelle de leurs propres ennemis ou supposés tels ?

Leurs territoires ont été façonnés par leurs anciens colonisateurs qui font la pluie et le beau temps chez eux. Pourquoi s’entretuent-ils entre eux comme des bêtes féroces pour le compte des grandes puissances ? Au lieu de faire de l’autre la cause de tous leurs tourments, n’est-il pas pas plus responsable de reconnaître et d’assumer que le vrai mal est en soi et si les autres tirent les ficelles ce n’est que le résultat d’un manque flagrant de personnalité.

Il n’y a que les déficients intellectuels et les malades qui sont victimes d’abus de faiblesse, des laquais, des marionnettes et des  pions sur l’échiquier des pervers.

Quand on est des éternels dominions, niais, vénaux, renégats, frivoles, érigeant la luxure intrigants, perfides et couards, on devient une proie facile pour des plus malins que soi.

Le drame des Arabes et de leurs fac-similés est leur manque de personnalité et leur absence de courage de se regarder dans le miroir de l’histoire. Ils ont toujours voulu s’imposer à l’autre par la violence et la cruauté, ils sont aujourd’hui entrain de périr de leurs propos maux. Une véritable aubaine pour leurs ennemis. Ils n’ont pas besoin d’être victimes de complots puisqu’ils ne peuvent pas exister sans leurs délires paranoïdes et schizoïdes.

Les Arabes et leurs fac-similés sont comme ces chameaux qui les symbolisent dont ils ne possèdent pas les attributs mais qui comme eux ils ont peur de regarder leur bosse pour ne pas se couper le cou

Pour éradiquer le péril musulman il faut interdire le Coran

 

Peut-être que j’ai tort de ne pas croire aux vertus non-violentes de l’islam, mais j’ai beau chercher des mots rassurants et apaisés dans la lexicographie coranique hélas pour moi je n’ai rien trouvé  ?

Cette image que certains d’entre nous restituent de l’islam n’est que la traduction fidèle du verbe guerrier et de la pensée raciste, antisémite, intolérante, ethnocentriste, suprémaciste, ultra-haineuse, inhumaine du Coran. De quel message humaniste et pacifiste le Coran est-il porteur ?

Est-ce celui de la Sourate de la Fatiha, introduction, qui annonce d’entrée de jeu les couleurs ou celui de la Sourate de la Vache, la plus importante en terme de volume dans le Coran ? Des deux choses l’une soit les musulmans reconnaissent que le Coran est un manifeste ultra-violent et y renoncent pour leur bien et le nôtre soit il faut interdire le Coran quel qu’en soit le prix. La vraie cause du terrorisme est le Coran lui-même.

Il n’y a pas de radicalisme religieux, il y a la mise en oeuvre des préceptes coraniques. par des croyants qui ont compris le vrai sens du mot musulman.Il ne peut y avoir un islam sans l’application stricte du Coran et de musulman qui transige sur son enseignement. Un musulman radical est tout simplement un musulman imprégné de la lecture du Coran et qu’il doit traduire par les actes. Il ne doit en comprendre le sens ni l’interpréter. C’est un bon soldat qui doit exécuter les ordres dans le cas d’espèce, ceux de son soi-disant divin.

L’islam est-il un catalyseur de criminalité ?

En France, selon la loi informatique et liberté de 1978 il est interdit de détenir des fichiers statistiques en raison des origines « ethniques », rie que l’usage de ce terme dénote de l’hypocrisie de la loi, et appartenance « religieuse », comme si l’individu est propriété de la religion, pourquoi alors l’Administration Pénitentiaire recenserait-elle la population carcérale sur la base de ces critères en question sinon comment les médias pouvaient-ils savoir qu’à Fleury Mérogis par exemple plus de 70% de détenus sont musulmans voire davantage aux Baumettes ?
Une question aux musulmans, y-a-t-il une relation de cause à effet entre religion et criminalité ? On ne peut que s’interroger, en effet, sur l’existence d’une corrélation frappante entre une certaine religion dont l’évocation du nom est aujourd’hui un sujet tabou et les comportements transgressifs et déviants relevés chez ses adeptes.
La bien-pensance républicaine prétend que l’on doit chercher la ou les cause(s) ailleurs que dans la religion, mais on a vu au temps où ladite religion dans les années 70 et 80 n’était pas trop « prégnante » et était une affaire de vie privée, ses adeptes malgré leurs conditions de vie difficile et étaient quasi marginalisés par leur mode d’habitat vivaient dans le respect des lois de la république. Mais avec l’expansion galopante de cette religion en France caractérisés par la prolifération des mosquées, un prosélytisme hyper agressif, les apparions trop visibles des signes religieux, le halal et le recul de la laïcité dans les écoles et les espaces publics, on constate comme une forte poussée d’une vague sans précédent dans l’histoire de la criminalité en France où la religion joue un rôle déterminant dans les dérives criminelles et délictuelles chez ses adeptes.
Nonobstant le fait que les pouvoirs publics ont fait preuve d’ irresponsabilité coupable en lui abandonnant des pans entiers du territoire, lui laissant la main libre dans l’organisation et la gestion des affaires communautaires.
Y a-t-il des germes criminogènes dans cette religion plus que chez les autres et chez ceux qui ne déclarent aucune croyance ?
Un parallèle serait le bienvenu afin que l’on soit éclairé sur l’incompatibilité de cette religion avec les lois de la République.
Là où d’autres groupes « religieux »éduquent leurs membres au respect, des us et coutumes de leurs pays d’accueil, il semble que c’est loin d’être le cas avec le sien.
La pauvreté ne créé pas des voyous et des monstres d’inhumanité jusqu’à preuve du contraire, le coupable est la religion elle-même. Là où elle sévit sévit le crime à l’image des pays soumis à ses dogmes. Un pays comme la Tunisie comptait plus de 60 000 détenus dans ses prisons avant 2011 pour une population totale d’à peine 11 millions et d’après des sources non-vérifiées les repris de justice dans ce pays atteindraient un chiffre record.

Avoir du respect pour l’islam reviendrait à respecter le nazisme

27 mai 2013 ·

Pourquoi a-t-on peur de mes écrits ?

De plus en plus j’entends ici et là qu’on ose pas partager mes humbles écrits parce que je ne ménage pas l’islam comme si on pouvait témoigner de respect pour une idéologie bien pire encore que le nazisme et dont le nom est synonyme de peur, d’angoisses et de terreur. Ces personnes font surtout de leur couardise un argument de censure.

Elles me reprochent toutes mon hostilité irréductible à l’islam, sans rien comprendre aux raisons profondes qui font partie de ma liberté de conscience et d’opinion et qui motivent par conséquent mon rejet de l’islam en tant que système idéologique totalitaire, ultra réactionnaire, ethnocide et son caractère sectaire et hégémonique .

En effet, l’islam qui se veut dine, dawla et donia, ce que mes censures incultes et analphabètes ignorent, ne se contente pas de son seul statut de religion dont il n’a que les apprences, il se veut un nouvel ordre mondial et un mode de gouvernement politique de la cité. C’est lui-même qui en voulant quitter le champ du « sacré » pour envahir le champ du profane auquel il veut imposer ses propres normes et sa vision barbare de monde qui suscite en immanquablement la riposte virulente de certains d’entre nous.

Ce n’est de la part des adversaires de cette idéologie totalitaire, mortifère, raciste et liberticide, qu’un juste appel à la vigilance citoyenne contre l’hydre musulmane.

C’est lui-même qui nous tend le gourdin pour le combattre non pas dans sa dimension cultuelle mais dans sa déclinaison politique qui le place dans la catégorie des modes de pensée politique néfastes à l’humanité au même titre que le nazisme et encore.

Qu’il apprenne à rester dans sa sphère « spirituelle » et la donne changera.

Autrement, personnellement je n’aurai de répit tant qu’il continue à vouloir coloniser notre vie, à vouloir être notre maître, la seule voie de la vie, en dehors de laquelle il n’y a point de salut.

Oubliant que la suffisance est un pêché capital.

C’est l’islam qui à force de vouloir tout englober et régir se met en difficulté lui-même et devient l’objet de critiques circonstanciées. Il est tel le chien qui se mord la queue et qui gémit de la blessure qu’il s’est infligée lui-même.

En se comportant comme une vulgaire doctrine politique en interdisant par exemple à un musulman de voter pour un non-musulman, dévoile lui-même son vrai visage le rendant ainsi inéligible dans un espace républicain, il ne peut donc se prévaloir de son exception religieuse pour nous empêcher de dénoncer ses dérives ultra-violentes et destructrices pour l’humanité.

C’est trop facile de crier au feu qu’on a allumé soi-même.

L’islam veut créer sa propre race humaine comme le nazisme voulait créer la sienne

Afficher l'image d'origine

Le Führer A. Hitler l’héritier naturel de Mahomet voulait créer une nationalité fondée sur la pureté du sang, les islamistes veulent une nationalité fondée sur le seul lien religieux, sur le modèle wahhabite saoudien.

C’était dans ce sens que la secte polymorphe  et anthropomorphe d’Ennahdha avait le nouveau projet de code nationalité que les islamistes djihadistes traîtres à la patrie vont vous concocter. Aussi le jus solis ou le jus sanguinis c est à dire Le droit de sol et le droit de sang n existeront plus.

Seule la foi en Allah fixe la filiation aux pays de l’Oumma islamique. Une patrie dédiée à Allah et peuplée de ses seuls fidèles. Et ceux qui y sont étrangers à , la charia les exclura du champ de la nationalité tunisienne. Tous ceux qui ne sont plus qualifiés de musulmans tunisiens tels que les Juifs, les chrétiens, les athées, en perdront le bénéfice pour impureté islamique. Ainsi la Tunisie ressemblera à la planète des singes peuplée par des islamistes djihadistes du monde entier.

Grâce à la réforme de son code de nationalité où la foi forge la citoyenneté, la Tunisie post-Ben Ali rendra à sa façon hommage aux Lois Raciales du Führer Hitler adulé par les pères fondateurs de la secte des Frères musulmans qui aurait pu être le père fondateur de l’ hégémonisme islamiste raciste et antisémite dont le système juridique, à supposer que ses lois aient ce caractère, est la négation absolue et criminelle des lois nées des assemblées des hommes.

Aux termes de ce projet  en violation flagrante de la Déclaration Universelle des Droits de l’homme et du Citoyen jamais adoptée ni ratifiée par les Etats membres de l’O.C.I. qu’ils jugent comme contraires au Coran et à la charia et qui ont préférer se doter le 5 août 1990  au Caire de leur propre Charte  appelée pompeusement Déclaration des droits de l’homme en islam, qui consacre la main mise de la religion sur la vie des hommes, des inégalités des droits entre les sexes, la prohibition de la liberté de conscience et la non-transmission de la nationalité à ses enfants par une femme musulmane mariée à un non-musulman.

Ainsi l’attribution de la nationalité dans les pays musulmans est déterminée par l’identité religieuse de la personne. Et jamais on se trouve porteur de la nationalité d’un Etat musulman on est cantonné au statut de dhimmi, national de seconde zone avec tous les interdits que cela implique dont l’exercice d’une activité politique, judiciaire et le service militaire.

La création du lien national doit répondre aux principes du Coran et de la Charia, soit par naissance  soit par allégeance (on ne se convertit pas à l’islam ).

Tout se passe comme si  la qualité de musulman  est synonyme de pureté nationale et ne pas l’être est un acte ignominieux.

NB LA NOTION DE CITOYENENTENEXISTE PAS DNS L ISLAM CE QUI VA DE SOI. Télécharger : La nationalité du musulman c’est la Foi. [Pdf, word, doc]

La laïcité expliquée aux islamistes et à leurs frères siamois musulmans

Rached Ghannouchi feint de découvrir que la laïcité n’est pas l’ennemie de l’Islam
Le dimanche 04 mars 2012 –

Le terroriste tunisien jamais repenti Rached Ghannouchi l’homme fort de la Tunisie post-Ben Ali feint de découvrir que la laïcité n’est pas l’ennemie de l’Islam

Le terroriste jamais repenti et apprenti-sorcier Rached Ghannouchi semble enfin avoir compris que la laïcité n’est pas l’ennemie de l’islam comme si elle pouvait l’être alors que c’est ce dernier qui est un système politique totalitaire et liberticide,  connu pour son caractère ultra-possessif et présente de graves troubles schizoïdes-paranoïdes qui ne tolère pas la cohabitation avec tout autre système susceptible de lui faire de l’ombre et de le renvoyer à ses propres faiblesses.

Passé maître dans l’art de l’esbroufe et de la duperie de son auditoire, manipulateur né, une girouette qui tourne au gré du vent,  il  dit ce qu’il ne pense pas et laisse croire ce en quoi il ne croit pas lui-même et en tant qu’adepte de la taqiyia, Rached Ghannouchi ne cesse depuis son retour de son exil doré londonien sur le sol tunisien de  semer des leurres et les médias locaux les avalent avec gloutonnerie.

Il parle de la laïcité  sans savoir de quoi il parle lui-même et sans que jamais personne ne lui demande d’en donner la définition qui est de surcroît jugée comme une plaie occidentale au même titre que le sécularisme et  la démocratie qui n’a pas sa place dans un Etat islamique soumis à la loi du divin (la charia) et gouverné par un Calife.

Ghannouchi a beau afficher des idées réformistes et modernises qui se démarquent légèrement de la ligne idéologique de sa maison mère, histoire de ne pas effrayer la majorité des Tunisiens hostiles à un régime politique de nature théocratique et qui se représentent l’islam comme culte et pas comme un système global amalgamant le sacré et le profane, il reste un ennemi viscéral de la laïcité et de la séparation des pouvoirs.

Difficile d’imaginer Ghannouchi  et ses sbires se muer en fervents défenseurs des valeurs importées de l’Occident blasphématoires à l’égard de l’islam et dont l’enracinement dans le paysage politique et social local peut nuire à la pérennité de l’islam lui-même.

Drapé dans ses habits du bon berger, guide, (morched d’où son surnom d’opérette de Rached) pour ramener les Tunisiens dans la voie de l’islam, il se veut apaisant et rassurant pour tromper leur vigilance et défiance vis-à-vis de la doctrine liberticide et criminelle des Frères musulmans qui irrigue son mouvement qui prône entre autres:

-La connaissance et le pouvoir sont exclusivement des dons d’Allah et ne s’exercent qu’à travers  le Coran et la charia.

-Les musulmans ne doivent obéissance  qu’à l’ordre divin (charia),  régi et administré par le Califat qui demeure une priorité absolue comme l’a rappelé Hamadi Jébali à Sousse en 2012.

-Le djihad qui est placé dans la hiérarchie des commandements qui pèsent sur les musulmans en seconde position après la foi, un domaine qui est devenu la marque de fabrique de la Tunisie depuis le coup d’Etat islamiste le 17 janvier 2011 maquillé en Révolution alors que le peuple lui-même était le premier surpris par le départ burlesque de Ben Ali.

Perfides, retors et affabulateurs, les islamistes ont le don revêtir un mensonge du sceau de la vérité. Ils dissent le tout et son contraire et n’avancent jamais à visage découvert, faisant souvent semblant de se démentir entre eux histoire de créer le buzz et d’embrouiller l’opinion afin de faire diversion et détourner son attention de leur vrai projet politique sectaire,  mafieux, fasciste, raciste, despotique,  inspiré par leur gourou illuminé Ibn Taymyya, jurisconsulte  sunnite du XIII e siècle et  véritable père de l’islamisme moderne,  qui a façonné la pesée de Hassan al-Banna et Sayd Qoutb, les figures de proue sinistres et nazillonnes de la Confrérie des Frères musulmans (al akhwan muslimoune).

A cet effet, je leur propose la définition suivante: vous qui éprouvez une aversion pathologique pour la laïcité à la française et les droits fondamentaux de la République au point que votre état de troubles psychiques vous fait croire que la laïcité rime avec l’athéisme.

La laïcité est avant tout une attitude, une posture et non un système de croyance religieuse ou un mode de pensée, dont vous faites même la religion de la République alors que la laïcité est une soupape de sécurité, une ligne Maginot, de nature juridique de façon à délimiter le champ de chaque sphère d’activité publique, privée et spirituelle.

Elle est ainsi garante de vos propres libertés de culte et de conscience et les prémunissant contre toute influence ou agression extérieure. Si la laïcité, cette clé de voute de tout système démocratique moderne est incompatible avec votre système de pensée politique d un autre âge et dans l intérêt de votre bien être spirituel, il vous est recommandé de nouvelles destinations plus accueillantes et surtout respectueuses de la vie humaine ainsi que des vôtres, ce qui est loin d’être avéré, pour vos esprits torturés par la haine de l’incroyant, des laïques, des infidèles; des femmes; des homosexuels, des juifs, des démocrates, bref de tous ceux qui ne vous ressemblent pas et dont l’ humanité est le fruit de la raison et non de la passion hystérique et bestiale: la Somalie, le Soudan, l’ Afghanistan, le Pakistan. Ni la Turquie, à cause de ses lois laïques, ni l’Arabie saoudite votre maitre esclavagiste, à cause de l impureté de vos origines.

Vous êtes sans savoir qu’on n’est pas saoudien par le sang, le jus sanguins, alors que pour vous on est frères musulmans et jamais compatriotes, le jus religiosis. Vos maîtres vous assimilent à des êtres inférieurs, abd, alors que la France vous respecte en tant qu’êtres humains et vous accorde le gite et le couvert. La gratitude n’est pas islamiste à cause de votre mentalité de tout nous est dû. Ce qui va de soi, la gratitude est une vertu humaine, on dit même qu’elle est la mémoire du cœur. Je doute fort que vous en connaissiez le sens et que vous ayez cet état d’émotions qui est au cœur de toutes les spiritualités et sagesses. Henri Lacordaire disait qu on ne peut régner sur les hommes quand on ne peut pas régner sur leur cœur.

La voie qui est la vôtre celle de la violence ciblée au caractère hautement inhumain, raciste et antisémite enrobée de mysticisme nauséabond, Hitler vengeur d’Allah comme le proclame Al Qaradhaoui le Goebels djihadiste, ne sera pas la tombe de l’humanité, elle sera inexorablement la vôtre. Qui veut du mal périra de son propre mal. C’est votre égo surdimensionné, votre suffisance, votre arrogance, vos délires psychotiques, vos pulsions meurtrières, vos penchants pédophiles, votre racisme, votre antisémitisme, votre misogynie, votre félonie, votre fanatisme, votre bigotisme, votre fourberie, votre sectarisme, sont autant d’ingrédients pour transformer vos vies en véritables cimetières de la mort.

Aveuglés par votre haine de l’Occident humaniste et des vraies lumières pas celle de votre religion qui a éteint la lumière de la vie sur les peuples islamisés, un terme dont vous ne connaissez pas le sens à cause de son caractère impie, vous abhorrez la laïcité dont vous êtes les premiers bénéficiaires lors de vos exils dorés en terre mécréante comme vous l’appelez. Assimiler une norme juridique protectrice des libertés des cultes entre autres à une idéologie est comme si vous confondiez Mahomet avec votre apôtre ibn Taymiyya mort en prison pour apostasie à Damas en 1328. Une hérésie qui n’émeut guère les musulmans qui s’indignent pour des caricatures mais jamais sur la prétendue récupération de leur religion par les islamistes .

On ne fait pas de tri sélectif dans l’islam comme pour les déchets ménagers

 Afficher l'image d'origine

 

Vrai islam, faux islam, islam des parents, islam radical, islamisme, mais il y en a qu’un c’est l’islam tout court, à prendre ou à laisser mais en aucun cas accommodé aux goûts de tout un chacun : « Croyez-vous donc en une partie du Livre et rejetez-vous le reste ? Ceux d’entre vous qui agissent de la sorte ne méritent que l’ignominie dans cette vie, et au jour de la Résurrection ils seront refoulés au plus dur châtiment, et Allah n’est pas inattentif à ce que vous faites. » (S.2, V.85).

Nulle place au libre-arbitre,  travail d’analyse, d’introspection, de conscientisation et  personnalisation de ses rapports avec le divin.  On ne badine pas avec le code de la route islamique si l’on ne veut pas finir cramé en enfer et essuyer les foudres d’Allah. Il est immuable, inamovible et figé dans le temps et l’espace.

Que l’on soit au pôle Nord ou au pôle Sud, Esquimau ou Maori, chamelier ou citadin, lettré ou illettré, déficient mental ou surdoué, sauvage ou civilisé, terroriste ou humaniste, grand ou petit, gros ou maigre, l’islam est un prêt-à-porter standard pour toute l’humanité rien que ça. Allah pourtant totalement ignorant de la géographie humaine est convaincu que le costard taillé pour ses Arabes est un uniforme parfait pour toute l’humanité qui se doit de l’adopter pour son salut.

L’islam est une pièce unique invariable, non retouchable ni adaptable ni modulable, inflexible aux épreuves du temps, à l’évolution des moeurs et de l’intelligence humaine, des mutations génétiques, biologiques, morphologiques, urbaines et climatiques. Le monde doit être comme les Arabes au VII e siècle. Une sacrée référence pour l’humanité comme autant faire des peuplades primitives de coupeurs de tête son modèle idéal.

Mais l’islam est convaincu que le futur est dans la résurgence du passé de la société arabe des origines de l’islam, son âge d’or. Un islam brut comme un diamant disent les sunnites. Celui des trois premières générations de l’islam, le salaf salih, les preux ancêtres,  qui n’avait pas été plus tendre avec les Juifs, les Chrétiens, les polythéistes et les opposants à l’islam que le nazisme avec des non-aryens. Un islam raciste, barbare, ultra-violent, suprémaciste, haineux, criminel, pédophile, belliciste, liberticide, destructeur, vandale, lubrique, immoral et pervers. L’islam pur et le dur  des salafo-wahhabites  dont sont issus la Qaïda, Daech, la Confrérie nazillonne des Frères musulmans la maison-mère de l’.U.O.I.F., les Talibans, Boko Haram, Ennahdha, le F.I.S, et toutes les organisations djihado-terroristes.Afficher l'image d'origine

Aux musulmans qui pensent le contraire, en quoi les salafo-wahhabites ne sont-ils pas musulmans alors qu’ils sont les vrais héritiers de l’islam mahométan ? En quoi d’ailleurs sont-ils éloignés des dogmes de l’islam ?

Quand à ceux qui veulent faire du Coran leur seule feuille de route, ils sont complètement à côté de la plaque, ils ne savent pas qu’ils sont eux aussi des salafistes. Comme si le Coran n’était pas la source de l’islam à laquelle s’abreuve mes grands amis salafistes. Avec eux au moins les choses sont claires et limpides, on sait parfaitement à quoi s’en tenir contrairement au courant coraniste qui se veut moderniste qui sont comme un non-voyant au volant. C’est pourquoi ils sont hyper dangereux. Imprévisibles, hypocrites, couards,  félons, renégats et versatiles.

La fascination coupable de la France pour l’islam


N’est-il pas temps que la République même si la situation est fort compromise et le mal fait des ravages  indicibles se comporte enfin en tant que République, forte, fidèle à elle-même,  jalouse des valeurs et cesse de lécher les babouches de l’hydre islamique qui lorgne sur elle depuis Poitiers ?

La République doit mettre l’islam  sous haute surveillance et de procéder d’ores et déjà à la  suspension sine die des constructions des mosquées et du régime alimentaire halal dans les cantines scolaires jusqu’à ce que les musulmans expurgent de leurs pseudos textes sacrés les versets ultra-violents, haineux, racistes et antisémites et qui présentent un réel danger pour sa propre pérennité et celle de l’humanité toute entière.

Elle ne doit plus lui céder le moindre pouce de terrain  car à chaque fois qu’elle accède à ses prétentions c’est un pan entier de son pouvoir qui s’écroule et s’effrite  pour finir par devenir une chasse gardée islamique où la charia fera loi.

C’est un prédateur à l’appétit féroce et insatiable. Jamais repu, il n’a de cesse tant qu’il n’aura pas tout englouti.

Il n’admet pas qu’il puisse exister un autre monde en dehors du sien. Il ne reconnaît qu’une seul ordre politique et juridique que celui qui émane de ses lois soi-disant d’essence divine, qui sont plus l’oeuvre d’un mystificateur-imposteur. Suprématiste, essentialiste et foncièrement raciste et antisémite, négateur des droits humains et intolérant aux libertés les plus élémentaires, allergique aux libertés d’expression et de conscience et aux égalités de droit, l’islam n’offre aucune garantie d’intégration dans l’espace républicain, et pourtant la république masochiste et faiblarde n’en a cure de tout cela.

Coloniser, anéantir, envahir, islamiser et détruire ce sont ses seuls mots d’ordre. Ne pas en tenir compte, c’est signer son arrêt de mort inexorable.

Au lieu de mettre les musulmans en face à leurs devoirs citoyens et leur faire comprendre que l’islam n’a pas à envahir l’espace public,  la République se complaît à avoir pour lui les yeux de Chimène, à faire la belle qui cherche à séduire la bête, au lieu de s’en prémunir et s’en protéger. Grâce à sa mansuétude, son laxisme, sa bienveillance et sa sollicitude toute républicaine, l’Hydre musulmane se sent de plus en plus renforcée dans son sentiment de toute-puissance, lui conférant un statut juridique, social et politique comparable à celui dont jouissait l’Eglise au Moyen Age.

A se demander si la France n’a pas chassé l’Eglise pour lui substituer  la Mosquée ne serait-ce au vu de la fascination de sa classe politique et ses élites pour l’islam et le traitement privilégié dont bénéficient les musulmans devenus les enfants gâtés de la République complaisante à leur égard.  Toujours prompte à les caresser dans le sens du poil et plaider leur cause en dépit de leur comportement en inadéquation totale avec ses lois. Comme si elle éprouvait une certaine jouissance dans la déferlante de violence incessante qui porte la signature de l’islam.

En ne cantonnant pas l’islam dans sa sphère cultuelle, la République ne trahit pas seulement ses idéaux mais surtout elle se fait sa première alliée et crée subrepticement   les conditions de l’islamisation inexorable de la France dont les premiers signes se font sentir d’ores et déjà dans une bonne partie de son territoire à dominante musulmane.

Trop faible pour enrayer sa progression et lutter contre les signes religieux ostentatoires et la dictature du halal, elle laisse faire pensant que c’est le meilleur moyen pour acheter la paix sociale.

L’islam a tout loisir de  gouverner la vie des siens dans tous  les domaines, social, légal, judiciaire, politique, intime, personnel, et économique, en attendant qu’il puisse imposer un jour sa loi à toute la France.

Or, la majorité desdits domaines sont censés relever du champ des lois républicaines, se trouve de facto entre les mains de l’islam, obligeant la république de s’y accommoder et de lui consentir des pans entiers de sa souveraineté pour ne pas le heurter et se trouver accusée de racis((me anti-musulman.

Comme s’il revenait à la république de s’adapter aux moeurs et lois de l’islam, mais la peur qui est la mère de la lâcheté l’inhibe et l’empêche de créer des garde-fous anti-islam.

Elle doit savoir que l’islam est velléitaire, cosmique, religion, conquérant, impérial, culte Etat et monde, mu par des desseins hégémoniques, totalitaires et expansionnistes qui se rêve en un futur Etat mondial pour toute l’humanité qui naîtra sur ses propres cendres et de tous les pays qui ont livré naïvement à l’islam les armes avec lesquelles il les a achevés.

L’erreur fatale est d’assimiler l’islam à une religion inoffensive et pacifique comme naguère la même république avait drapé dans les années le nazisme de vertus humanistes alors qu’il n’avait pourtant mystère de sa politique barbare, dictatoriale, fasciste, raciste et génocidaire.

Toujours atteinte de la même cécité mentale et aveuglée par son angélisme, la république fait délibérément le lit à son ennemi qui ne manquera pas un jour d’en faire le lit de mort de cette république défaillante et capitularde.

On ne fait pas entrer impunément un charognard dans la bergerie sans risque de finir par être dévoré par lui.

Tant que la république n’a pas appliqué le principe élémentaire de précaution à l’égard du péril musulman, elle devient la meilleure alliée de l’islam et l’ennemie d’elle-même.

Musulmans, vous n’êtes vraiment rien sans les « mécréants » que vous haïssez tant

En terre « mécréante » comme si la mécréance pouvait avoir une terre mais pour les musulmans c’est la terre qu’il faut purifier de son « mal » en la mettant à feu et sang,  on prend soin du bien-être des humains dont ils sont les premiers bénéficiaires tout en lui témoignant haine et ingratitude.

En terre pseudo sacrée dédiée au culte maléfique mahométan, il y en a que pour l’innommable Allah et son abominable et criminel gourou et jamais rien pour les hommes qui n’ont de salut que dans la négation de leur vie.

Là où la vie est foi et le respect des droits humains est loi, chez eux c’est tout le contraire.

Ils construisent des mosquées pharaoniques qu’ils appellent les maisons d’Allah, qui sont en réalité des hauts lieux d’élevage des cellules souches du cancer métastatique pour détruire l’humanité.

On a que faire de la santé des hommes, de leurs toits alors que certains d’entre eux élisent domiciles dans les cimetières, de l’amélioration de leurs conditions de vie, de leurs besoins vitaux, de leur liberté, et de leur épanouissement personnel, seule importe la gloire de l’islam.

Le développement humain est un péché mortel dans l’islam, changer l’homme c’est changer l’islam, autrement dit signer son arrêt de mort. Il n’y a qu’Allah  qui conçoit, élabore, innove, crée, décide et choisit pour ses esclaves. C’est pourquoi  le vrai musulman est condamné  à l’immobilisme et l’esclavagisme éternels et l’islam et n’a pas à agir et modifier le cours de son destin.  Toute tentative de résilience et de rébellion est punissable des feux de l’enfer.  Plus ils sont abêtis, abrutis, inhibés dans leur volonté de briser les chaînes de leur aliénation aux dogmes et endoctrinés, plus l’islam a des chances de se pérenniser et continuer à propager son virus mortel.

« L’islam est contraire à l’esprit scientifique, hostile au progrès ; il a fait des pays qu’il a conquis un champ fermé à la culture rationnelle de l’esprit.«  (Ernest Renan / 1823-1892 / conférence à la Sorbonne, 1883)

L’avenir chez eux eux n’est pas celui que les mécréants tant honnis par eux préparent aujourd’hui pour les générations futures, il est le passé qu’ils veulent imposer à l’humanité et leur vie dans un monde illusoire où ils pourraient donner libre-cours à leurs instincts bestiaux qu’un gourou violeur et pédophile leur a  fait miroiter s’ils mettent en oeuvre ses desseins mortifères et génocidaires pour l’humanité.

Le bon musulman est celui qui craint le jugement denier, qui se résigne à son sort,   n’est-il pas aussi celui qui échange sa vie sur terre pour gagner la vie éternelle comme l’enseigne le Coran ?

Quel est le sens de son existence si c’est pour faire de sa vie un don pour une hypothétique vie après sa mort non sans avoir fait au passage un cauchemar de la vie de ses semblables humains ?

Si la vie est pour eux un idéal de la mort pourquoi sont-ils dans le monde des vivants ?

L’islam, ce culte du mensonge sacré

« Abraham n’était ni juif ni chrétien. il était entièrement soumis à Allah (musulman). Et il n’était point du nombre des associateurs. » (S.3, V.67.). Et les juifs et les chrétiens  qui vivent dans la crainte de Dieu sont tous musulmans qui s’ignorent. Ils n’ont pas besoin de le savoir et de le revendiquer Allah le sait mieux qu’eux.

Pourquoi sont-ils alors l’objet de sa haine en tant qu’héritiers fidèles d’Abraham  ? D’un côté il les maudit  et les rejette et d’un autre  il se les approprie et sont musulmans dans le sens abrahamique du terme.

Si tout ce qui est sur terre appartient à Allah soit-disant sage et omniscient (S.4, V.170)   et tous les prophètes d’Adam à Jésus en passant par Moïse, Abraham, Ismaël, Isaac et Noé  avaient prêché l’islam avant que Mahomet le meilleur d’entre tous, à tout imposteur et fabulateur tout honneur, ne s’en charge lui-même où est le mal de croire en eux puisqu’ils sont aussi des inféodés à Allah et donc musulmans et par conséquent ni chrétiens ni juifs ?  Et comme c’est Mahomet en personne qui le hulule dans un hadith rapportés par ses biographes Al-Boukhari et Mouslim  pas plus authentique que son message révélé les musulmans ne peuvent qu’y souscrire s’ils ne veulent pas se priver des joies de leur fardaous bordélique : « Tous les prophètes appartiennent à une seule religion. Les prophètes sont des frères de mères différentes. Et il n’est pas d’homme plus digne que moi pour se réclamer du fils de Marie car il n’y a entre lui et moi aucun prophète. »

Exit le christianisme et le judaïsme car leurs prophètes ne sont pas leurs prophètes en vérité et n’ont de religion que l’islam, la seule agréée par Allah, proclament les musulmans atteints pourtant de graves incuries intellectuelles qui font de la falsification de l’histoire un dogme religieux, ce qui va de soi quand on a le cerveau perché au dessous du nombril et les versets hallucinogènes à la place du cerveau.

On sait désormais que l’islam préexistait aux autres religions monothéistes  dont il se revendique tout en les niant et à lui-même.

Mahomet lui-même était esprit avant Adam et Eve avant de se matérialiser des milliers d’années après.

Nulle preuve à fournir, la parole d’ un Allah, ignare, escroc, falsificateur, imposteur, et menteur se suffit d’elle-même. Rusé comme un renard et de peur d’être pris au piège de ses délires mythomaniaques, il a mis une chape de plomb sur la critique en ordonnant aux musulmans à condition qu’ils croient avec certitude afin que le Coran puisse pénétrer leurs âmes de prendre ses insanités pour une vérité absolue.
Il est clair que l’islam ne s’adresse qu’aux faibles d’esprit, des sujets incapables de discernement,,benêts, naïfs et bornés qui ne se posent jamais des questions sur la véracité de la parole pseudo infaillible d’Allah.

Le vrai miracle de l’islam  est d’avoir réalisé la plus grosse entreprise de manipulation mentale de tous les temps en faisant du mensonge et de l’insensé des dogmes de la vérité.

Si sa parole est vérité, a-t-il besoin d’affirmer que sa littérature nauséabonde et indigeste ne doit soulever aucun questionnement ni décryptage : »C’est le livre au sujet duquel il n’y a aucun doute » ? Et pour dissiper le doute il joue à l’exterminateur de l’histoire afin qu’il n’y ait pas de preuves pour tordre le cou à ses gros mensonges et ses fabulations burlesques et bouffonnes.

 

La charia pour les femmes est pire que l’apartheid et les lois raciales nazies réunies

. Selon un dissident iranien: « être née femme  dans les sociétés musulmanes [ pas toutes ] est à la fois un crime capital et une sentence de mort. »                          …

Source : La charia pour les femmes est pire que l’apartheid et les lois raciales nazies réunies

Le coup de Poker menteur américain des révolutions du printemps arabe

Article daté du 25 octobre 2011

Qui peut affirmer que la Révolution libyenne a toutes les caractéristiques d une révolution alors qu’elle a tous les attributs d’une contre- révolution ? Les Libyens ont juste servi d’alibi ou plutôt de chair à canon. Des simples pions sur l’échiquier américano-wahhabite véritable maître d’oeuvre des opérations militaires et de lobbying international.

On a concocté une habile mise en scène en laissant croire en apparence que le premier rôle était conjointement tenu par la France, la Grande-Bretagne et le C.N.T Libyen. Ceux qui occupaient les devants de la scène n’ étaient en réalité que des figurants ayant pour figure de proue le philosophe (?) séditieux-va-t-en-guerre B.H.L.  Histoire de créer un écran de fumée médiatique et diplomatique et surtout de ne pas susciter la défiance et l’hostilité des opinions publiques occidentales voire arabes.

On a fait endosser perfidement au C.N.T. l’uniforme de pilote alors qu il n est qu’un une simple marionnette pour justifier l’agression militaire sous couvert des Nations Unies.

La déclaration d’intention de nature  constitutionnelle du C.N.T qui ne laisse subsister aucun doute quant à la couleur idéologique de la soi-disant révolution libyenne en date du 24  octobre 2011 : »En tant que nation musulmane, nous avons adopté la charia islamique comme source du droit », a déclaré le président du Conseil National de Transition, dimanche à Benghazi. A l’occasion de son discours de la « libération », Moustapha Abdeljalil a ensuite précisé, devant des dizaines de milliers de Libyens : « toute loi qui violerait la charia est légalement nulle et non avenue ».

http://www.europe1.fr/international/la-charia-bientot-appliquee-en-libye-783515

Au-delà de tous les dessous  la mascarade révolutionnaire qui est une mise en scène pour renverser Khadhafi cet ennemi viscéral des wahhabites et têtes de turc des puissances occidentales et cette intervention militaire et impériale contre la souveraineté nationale de la Libye, on se doit nécessairement de retenir que l’exemple libyen est la parfaite illustration de la collusion entre le wahhabisme impérial et l’Occident en proie à la crise de la dette souveraine. 

A se demander même si avec la question libyenne, si l’on est pas en train d’assister à l’émergence de nouveaux acteurs sur la scène internationale avec un nouvel ordre international où les puissances occidentales en phase de déclin se muent en puissances-mercenaires  monnayant leurs services au profit des  monarchies pétrolières qui se découvrent des  appétits hégémoniques sur les pays musulmanes.

En contribuant à l’expansion du wahhabisme dans l’espace musulman y compris en son sein, il n’est pas farfelu d’imaginer que l’Occident puisse y trouver un fabuleux vivier économique et un nouveau relais de croissance pour ses économies en bout  de souffle. La logique de guerre néocoloniale sera le prélude de la colonisation économique de cet espace.                                                                                                                                                              

 En effet, tout indique que la déclaration d’intention qui témoigne du processus de la wahhabisation de la Libye ainsi que les visites saugrenues, impromptues et inopportunes alors que la situation sur le terrain est loin d’être normalisée, des deux V.R.P. Sarkozy et Cameron, les nouveaux Chamberlain et Daladier ne peuvent que conforter notre thèse quant à la complicité active et fortement intéressée de l’ Occident dans la mise en oeuvre et la réalisation du  projet impérial wahhabite.  

Quant aux Tunisiens qui semblent transformer leurs acquis révolutionnaires en des symboles de l’ indignité nationale et de la déchéance  morale,tout laisse à penser qu’ au vu de l’état exsangue du pays ils sont en train de céder inexorablement aux cris des faucons  wahhabites dont les agents locaux sponsorisés par le Qatar et bénéficiant de la couverture médiatique de la chaîne de la propagande wahhabite à la sauce nazislamiste des Frères musulmans d’Al-Jazira ne cessent  d’en louer les mérites dans les mosquées du pays qui prennent  pour l’occasion les allures pour certaines de véritables foires de campagne.

On se doit de reconnaître qu’ au vu  des rapports de force  inégaux en tout point de vue entre l’ organisation sectaire et terroriste d’Ennahdha et les autres forces politiques et qu’il y a fort à parier que la Révolution des Indignés ne soit un marche-pied pour l’ instauration de l’hégémonie wahhabite sur le pays en attendant que viennent les tours respectifs de la Syrie et de l’Egypte et pourquoi pas l’Algérie ?

Le wahhabisme n’ aura qu à tendre la main pour cueillir la souffrance et la misère des populations brimées, meurtries et opprimées par des siècles de despotisme théocratique. Favorisé pour cela par le manque de repères culturels des populations musulmanes, de leurs états de mal-être, de dénuements intellectuels et économiques, de leurs conditions psycho-sociologiques des éternels opprimés et soumis, avec la main mise totale de la religion sur leur vie, ce qui les rend réceptifs aux thèses bigotes et fanatiques véhiculées par les activistes islamistes. Il est saugrenu d’ imaginer que des forces démocratiques modernes et républicaines vont réussir à aider ces masses frustes et frustrées à briser les chaines de leur état pathologique de dépendance vis-à-vis de la religion qui elle-même se prévaut du statut d’ idéologie politique.

Et par conséquent, du fait de sa position de première force politique dominante, elle ne saurait se résoudre à contribuer à l’ éclosion de la démocratie au sein des sociétés où elle est souveraine.

Dans un contexte où la religion est foi et cité  et dont les gardiens du temple de la théocratie musulmane se font fort de renforcer le pouvoir politique de l’islam sur la communauté des croyants (Oumma musulmane telle qu’elle figure dans l’article premier de la Constitution qatarie), il est évident qu’ aucun  parti politique non islamique ne peut contrecarrer les desseins impériaux des wahhabites qui grâce à leur essaimage idéologique dans le monde musulman constituent aujourd’hui la première force politique en Tunisie comme ailleurs. Nonobstant sa gigantesque force de frappe financière. ainsi, les bailleurs de fonds attitrés qu’ils soient qataris ou saoudiens dépensent sans compter pour contrer la marche en avant vers la démocratie des pays inféodés à l’islam.

Quoiqu’il en soit ce sont bien les islamistes libyens sponsorisés par le Qatar qui vont devenir les nouveaux maitres politiques de la Libye avec des perspectives très sombres pour le pays à cause de la forte configuration tribale de la société libyenne. Il n’en demeure pas moins qu le nouveau  gouverneur militaire de Tripoli est un ancien jihadiste ex pensionnaire du camp de Guantanamo.

Les islamistes libyens de même que les Tunisiens ne font pas mystère de leur reconnaissance probable de l’Etat hébreu dont les wahhabites sont les vrais alliés objectifs à cause de l’ Iran. La Libye  wahhabite se veut demain le premier fournisseur de gaz naturel à Israël.

A n’en pas douter que  les faucons israéliens et les islamistes oeuvrent de concert afin que les peuples arabisés deviennent un jour acteurs de leurs projets politiques et économiques et entrent en fin à l’âge adulte où ils pourront avoir un droit de regard et de contrôle du bon usage de leurs richesses naturelles et énergétiques.

Il semblerait que l’organisation terroriste tunisienne ait bénéficié d’un financement occulte de l’ordre de 12 millions de dollars. Les uns comme les autres se livrent à un jeu de rôle pour créer une diversion, un jeu de fausse piste.

Tous le deux poursuivent les mêmes desseins aidés pour cela par leur protecteur commun américain, étouffer l’éveil démocratique dans les pays soumis au diktat de la religion musulmane dans son expression politique.

La démocratie ne sera qu’un voeu pieux du  fait de son incompatibilité avec l’islam, un mirage dans cet univers aride et liberticide à cause de cette muraille étanche  érigée par les forces obscurantistes, rétrogrades, régressives et félonnes. A défaut d’accès à la  citoyenneté, les peuples arabisés pourront jouir de leur nouveau statut de sujets de seconde zone dans la nouvelle cité impériale wahhabite gouvernée par les suzerains qataro-saoudiens sous le regard approbateur de leur protecteur américain.

Il n’y a qu’un seul islam celui qu’appliquent les djihadistes dans toute sa rigueur

L’islam est radical, inflexible, hyper rigide et intransigeant par essence, dogmatiquement ultra-violent totalitaire et dictatorial, intolérant,  négationniste, génocidaire et incompatible avec le monde du vivant. Par là où il passe tout est champs de ruine et mornes plaines. Il est la mort faite culte. C’est se soumettre ou se démettre, l’islam ou la mort, sinon il n’est pas islam et vouloir chercher à déradicaliser autrement dit sevrer  ces jeunes pseudos endoctrinés autant prêcher l’amour du juif, du chrétien et de l’apostat pendant le pèlerinage à la Mecque.

Sauf que les socialos n’ont d’yeux que pour l’islam et les musulmans, et tout doit être fait pour les rendre fréquentables aux yeux des Français en usant de la grosse ficelle de l’innocence de l’islam qu’il faut sauver des griffes des rapaces des cités en mettant en place un programme placebo de déradicalisation.

900 000 € d’argent public soit 900 emplois payés au SMIC pendant une année pleine pour une opération d’enfumage de l’opinion publique et de afin de lui faire avaler la grosse couleuvre de l’islam est victime de l’islamisme radical, c’est-à-dire de lui-même.

Et pour ce faire qui mieux qu’une musulmane pour dépolluer ses petits frères et pas n’importe laquelle, Donia Bouzar,érigée en experte de déradicalisation placebo, connue pour être une proche de Tariq Ramadan, une figure notable de taqiya qui à défaut d’avoir réussi sa mission perdue d’avance pourtant en a fait une affaire familiale en y associant ses deux filles dont les compétences ne sont pas plus avérées que celles de leur mère.

Mais comme nous sommes désormais en république bananière, nous devons nous garder d’y voir des délits de favoritisme, népotisme, conflits d’intérêts et mélange des genres..

les bailleurs de fonds n’ont que faire du bon usage des deniers publics.

Ce qui importe est d’innocenter l’islam et laisser apparaître les jeunes djihadistes victimes eux-mêmes d’un enseignement étranger à l’islam alors lors que le ver djihadiste est dans le fruit musulman lui-même.

Ces jeunes ont juste appris , compris et pris conscience que s’ils ne veulent pas servir de combustible au feu d’Allah qu’il n’y a pas d’islam light adapté à leurs besoins, à demi ou quart de mesure, on prend tout ou on laisse tout. On ne transige pas avec ses règles.

Mahomet a laissé en héritage à ses sectateurs une feuille de route qui ne tolère aucun aménagement personnel ni discussion, qu’ils doivent appliquer dans son intégralité sans réfléchir ni en douter : « (…) Croyez-vous donc en une partie du Livre et rejetez-vous le reste ? Ceux d’entre vous qui agissent de la sorte ne méritent que l’ignominie dans cette vie, et au jour de la Résurrection ils seront refoulés au plus dur châtiment, et Allah n’est pas inattentif à ce que vous faites. » (S.2, V.85).

On ne modère pas sa consommation de l’islam comme on modère sa consommation de l’urine de chameau ou de cannabis.

Comme si les préceptes coraniques n’encourageaient pas les musulmans à s’engager dans la voie de la violence et la haine du « mécréant »: « Combats donc dans le sentier d’Allah, tu n’es responsable que de toi-même, et incite les croyants au combat. Allah arrêtera certes la violence des mécréants. Allah est redoutable en force et plus sévère en punition. » (S.4, V. 84).

En quoi ces jeunes qui ont reçu le message coranique 5/5 se radicalisent-ils alors qu’ils ne transigent plus guère dans leurs rapports avec leur religion ? Ils sont tout simplement des fidèles musulmans qui troquent leur vie sur terre pour une place au lupanar paradisiaque.

Contrairement à ce qu’allèguent les idiots utiles de la candeur de l’islam, ces jeunes ne sont victimes d’aucune entreprise de manipulation mentale qui les a déréglés psychologiquement et les a déconnectés d’eux-mêmes, ces jeunes sont devenus les musulmans qu’ils auraient dû toujours être.grâce à la lecture approfondie du Coran et la biographie de leur modèle Mahomet qui a prescrit aux musulmans le combat à mort contre les mécréants: » Il y a trois hommes qu’Allah soutiendra : celui qui combat dans le chemin d’Allah(…), hadith rapporté par Trimidhi.

Plutôt que de faire d’un charognard un canard sauvage et de victimiser les criminels de guerre et contre l’humanité, les fayots de service auraient été plus avisés de recenser les versets et hadiths qui fondent le terrorisme et structurent la pensée et modulent le comportement de ces jeunes étaient avant qu’ils ne découvrent le vrai sens de l’islam des brebis égarées et après qu’ils se sont instruits de son enseignement, ils ont fini par réintégrer l’antre de l’ogre musulman.

Il est fallacieux de les qualifier de radicaux alors qu’ils ont remis leur curseur musulman au bon endroit.

L’islamo-naïveté est bien le problème.

Même annulée, l’invitation du rapeur Black FM à Verdun est un acte anti-Français

A quoi jouaient les organisateurs de la commémoration du 100e anniversaire de la bataille de Verdun en invitant le rappeur Black M ? Déshonorer de sa présence la mémoire de 300 000 morts ? Insulter la France ? Cracher sur son passé ? Réduire Verdun dans les mémoires à un clip vidéo ?

Pour rendre hommage aux héros de Verdun, il existe d’autres modes d’expression musicale plus appropriée que le rap qui pour moi est à la musique ce que l’islam est à la paix.

Cet individu est-il représentatif de la jeunesse française patriotique, civique, studieuse et travailleuse ou de celle qui comme lui déverse son torrent de boue haineuse et nauséabonde sur la France, les juifs, les homosexuels, les femmes et les non-musulmans ?

Quelles sont les valeurs véhiculées par ses « chansons » ?

Ces questions auraient dû interpeller les organisateurs, avant d’inscrire son nom dans le programme des cérémonies, à moins qu’ils n’aient cherché l’occasion de faire sortir Jean Marie le Pen de son silence pour le faire apparaître comme le chevalier blanc de la défense des valeurs de la République ?

Tant sur la forme que sur le fond, les organisateurs ont failli sur toute la ligne et ont commis une grave erreur de casting. On n’invite pas un chanteur de rap, membre d’un groupe dont le sigle, S.A. renvoie à une page  noire de l’histoire mondiale qui évoque la Shoah.

Un mec vomissant la France pour honorer la mémoire des poilus ? Il fallait vraiment le faire ! Mais comme disait Audiard, les cons ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnait.

Au-delà de la personnalité trouble et sulfureuse du chanteur, j’avoue mon incompréhension et mon étonnement quant à la signification symbolique de sa présence, qui ne peut qu’acter du suicide de la France.

Que son grand-père soit mort pour la France ne change rien au fond du problème, car s’il en était digne, il aurait respecté les valeurs de la République et celles pour lesquelles son grand père s’est battu et sacrifié.

L’honneur échoyait à ce grand-père tombé sur le champ de bataille, certainement pas à un petit-fils qui rêve de voir un jour la France soumise à la Sharia.

On peut se demander, à l’examen des paroles de ses « chansons », ou plutôt de ses logorrhées diarrhéiques qui ne sont de toute évidence pas une ode d’amour pour la France, ni un hymne à la tolérance et au vivre ensemble, ce qui arriverait si un jour il devait prendre les armes pour la défendre. Ne les retourneraient-il pas contre elle ?

Tous ses semblables dont des parents et grand-parents morts pour la France sont loin d’offrir des garanties de loyauté patriotique et n’ont jamais raté une occasion pour le démontrer.

Il est grand temps de cesser de récupérer la mémoire des tirailleurs sénégalais et nord-africains pour voiler la haine de la France. La citoyenneté est ce qu’on est soi-même et non pas l’héritage ou supposé tel dont on s’en prévaut.

Que ses défenseurs de tous bords qui se sont indignés pour sa déprogrammation nous expliquent en quoi les Français qui s’opposent à sa présence sont des fascistes et des racistes ? Est-ce que défendre l’honneur de la France est une infamie ?

Le vrai raciste anti-français, c’est celui qui déroule le tapis rouge aux pieds de ses ennemis.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

Tout ce que vous avez voulu toujours savoir sur l’Oumma, le Reich musulman

Afficher l'image d'origine

J’aurais tant et tant aimé brosser un tableau des plus flatteurs de cette Oumma favorite d’Allah, une communauté pour âmes perdues et désespérées de l’existence, la matrice-mère de tous les musulmans qui sans elle ils seraient comme un porc perdu, mais je n’ai pas le don de travestir la sa nature hautement toxique et ultra-violente  et de manipuler les images apocalyptiques dont cette infâme Oumma nous abreuve au quotidien.  C’est vrai qu’ailleurs le raisin a un  goût d’acidité, mais le sien est encore pire que l’on puisse imaginer, il porte en lui tous les germes létaux pour notre humanité.

Plutôt que de fédérer tous ses sectateurs sous la même bannière du dieu Thanatos, elle n’a fait qu’ attiser les feux de la haine, des divisions et de la sédition. Mort-née en 632 le jour de la disparition de son ignoble gourou, mais elle continue à nourrir leurs fantasmes comme si elle était leur liquide rachidien.

Prétentieuse, arrogante, suprématiste, narcissique, inhumaine, obsédée par son ethnocentrisme et aveuglée par sa propre haine d’elle-même qu’elle projette de manière récurrente sur le miroir de l’humanité.

Une Oumma qui à défaut d’avoir conquis le monde par ses qualités humaines, scientifiques, pacifistes, technologiques, culturelles, industrieuses, industrielles, médicales, etc. occupe aujourd’hui les rubriques des faits divers de tous les médias du monde.

Une Oumma dont les disciples sont surreprésentés dans les milieux carcéraux en Europe  et coupables de plus de 99% des attentats terroristes au monde depuis le 11 septembre 20001.

Une Oumma qui affiche la vertu halal sur les frontons des commerces exploités par ses fidèles mais qui pratique le vice derrière le hijab, transformant ces lieux en espaces d’approvisionnement en produits illicites en tous genres  mais dont la commercialisation est compatible avec les dogmes de la foi islamique velléitaires et hégémoniques.

Une Oumma qui n’a d’amour que pour le duo infernal Allah et son lieutenant de basses besognes et qui flatte les bas instincts bestiaux de ses fidèles.

Une Oumma codifiant leur vie dans ses moindres petits détails jusqu’à dans les alcôves, un bagne dont ne sort jamais vivant où il n’y a de place que  pour les rapaces.

Une Oumma qui s’enivre du sang de ses victimes et se nourrit de leur chair qui fait d’un voyou des banlieues une bombe humaine.

Une Oumma qui fait de la mort un culte de la vie et qui fait de la violence sur soi et sur les autres la voie de la félicité.

Une Oumma qui bannit la femme et l’homosexuel et légitime la pédophilie où les pauvres doivent se résigner et les riches peuvent continuer à s’engraisser en leur faisant l’aumône, la zakat.

Une Oumma où l’on préfère les constructions des mosquées pharaoniques comme au Maroc et en Algérie et laisser les miséreux sans toits ni soins.

Une Oumma  de l’ignorance sacrée, une morne plaine et une rivière de larmes, où l’amour de l’humain est un sacrilège et qui n’a même pas d’amour pour elle-même, bourrue et misanthrope et qui éprouve une aversion pathologique à tout ce qui se détourne d’elle.

Une Oumma qui se rêve en maîtresse de l’univers, qui appelle à la mort du juif, du chrétien, de l’apostat, du polythéiste, de l’athée,  mais qui n’est même pas capable d’être maîtresse de ses actes et qu’à chaque fois elle se réfugie derrière le paravent de la théorie des complots.

Une Oumma  régie par la seule loi monstrueuse et scélérate de la charia, et qui se veut le nombril du monde et son nouvel ordre alors qu’elle est un pion, une marionnette, un godillot, un essuie-pieds pour les maîtres du monde.

Une Oumma qui se veut l’alternative aux autres systèmes politiques et économiques qui gouvernent le monde, alors qu’elle est incapable de se gouverner elle-même, éternelle dominion qu’elle est.

Une Oumma qui se veut un remède aux maux du monde alors qu’elle est la source de tous les maux dont souffre notre humanité et responsable de toutes ses plaies : terrorisme, insécurité, violence, intolérance, racisme, antisémitisme, xénophobie, homophobie, pédophilie, pogroms, autodafés, oukases de mort, etc.

Une Oumma qui veut faire de l’autre un dhimmi, un sous-homme, un infra-humain,  une portion congrue, un pestiféré, un être impur, n’est pas seulement nazie, elle est avant tout musulmane.

Une Oumma qui se prétend un sanctuaire pour les femmes, alors qu’il ne passe pas un instant sur sa terre aussi sacrée que les camps de la mort nazis, sans qu’une femme ne soit victime de viol, et jugée  coupable de son viol et son violeur innocenté.

Une Oumma qui à défaut d’être une chance pour les musulmans, est une tombe à ciel ouvert. Du Yémen à l’Afghanistan en passant par l’Irak, la Syrie et le Pakistan le sang humain coule à flot au nom d’Allah Akbar.

L’Oumma musulmane est l’archétype d’une société de barbarie humaine. Elle n’est pas une communauté de croyants, elle est une méga organisation criminelle de type sectaro-mafieux sous couvert de la religion.

Liberticide et génocidaire.

On doit faire le procès de l’islam et pas des islamophobes

Ce ne sont pas les islamophobes, c’est-à-dire ceux qui ont la phobie de l’islam  qui font du mal à ce qui est lui-même le plus grand mal de tous les temps et qui est de surcroît la source première  de leur peur anxiogène.

Plutôt que de s’attaquer à la cause de leurs troubles psychiques les pouvoirs publics préfèrent criminaliser les sujets atteints de la phobie de l’islam comme s’ils étaient responsables des actes de cruautés extrêmes perpétrés par les musulmans eux-mêmes.

Le coupable n’est pas celui qui est l’origine de leur phobie, c’est ceux dont la phobie est induite par le coupable lui-même.  L’islam est innocent et les musulmans sont des colombes de paix.

A croire que tout ce spectacle apocalyptique pourtant 100% musulmans dans ses moindres petits détails  n’est en fin de compte qu’une imposture dont les vrais auteurs et acteurs seraient  les sujets frappés par la phobie de l’islam.

Pourquoi ne seraient-ils pas aussi les auteurs du Coran lui-même et de la sunna mahométane pour rester en cohérence avec la politique absurde et inique de répression de l’islamophobie ? 

Un subterfuge pernicieux qui permet de substituer  au sentiment de peur de l’islam qui n’est en a aucun cas délictuel le sentiment de haine des musulmans, et pas de l’islam qui est en réalité une critique de cette croyance qui ne l’est pas qui découle de la liberté  d’expression, qui est effectivement répréhensible  et condamnable.   

Voilà comment on est en train aujourd’hui de baliser en France la voie du retour au délit du blasphème  à la grande joie de l’islam et des musulmans et leurs idiots-utiles engraissés par les subventions publiques qui ne ratent plus une occasion de chercher à décapiter la liberté d’expression devant les instances judiciaires sous couvert de la loi de 1881 sur la presse.

Et pendant que l’on cloue au pilori les sujets qui verbalisent leurs hostilités à l’égard de l’islam et se font fort de mettre en garde l’opinion publique sur sa parenté idéologique congénitale avec le nazisme, les escadrons de la mort agissant dans le sentier d’Allah continuent à  donner libre-cours à leurs pulsions bestiales et mortifères dans le pur respect des préceptes coraniques et de la tradition mahométane.

 Mais on doit garder le silence sur les crimes de guerre et contre l’humanité consubstantiels à l’islam pour ne pas troubler les musulmans dans leurs élucubrations fantasmagoriques et hallucinatoires sur l’innocence de l’islam si l’on veut pas subir le couperet de la justice. Et à cause des dhimmis de service à la tête de l’Etat il est désormais permis de plonger l’humanité dans l’horreur et de la mettre à feu et à sang avec les honneurs de la République et interdit d’identifier les sources de ses maux  et de désigner les vrais criminels sous peine de se faire accuser de « terrorisme intellectuel » anti-musulman et anti-islam. 

Au lieu de s’inquiéter et de traiter cette nouvelle forme de pathologie mentale qu’est devenue l’islam dans son mode d’expression djihadiste qui
puise ses sources dans le coran lui-même, on fait ainsi le procès de sujet traumatisé et effrayé par les images barbares et insoutenables véhiculées par les extrémistes musulmans jamais condamnés par leurs coreligionnaires qui brillent par un cynisme et une mauvaise foi consternants.

Qui fait de la mauvaise publicité à l’islam qui s’en charge lui-même par ailleurs, est-ce ceux qui dénoncent les abominations inhumaines qui sont la matrice idéologique des musulmans et le premier pilier de leur dogme ? En quoi l’islamophobie alimente le discours du prédicateur musulman qui prêche la pédophilie sur des bébés en couche, mufakhadhat, ou celui qui prône la nécrophilie, ou cet autre qui rend licite la zoophilie, ou le viol des non-musulmanes ou le philo-nazi notoire Qaradhaoui, l’apôtre des Frères musulmans dont l’U.O.I.F. est la force de frappe idéologique en France, qui appelle à l’extermination des syriens, des laïcs, des juifs, des chrétiens, etc…. ?

 

 

Jamais la Tunisie ne sortira du guêpier musulman à cause de son peuple de félons

Article daté du 14 mai 2013

Je m’indigne contre les indignés tunisiens

Honte à votre indifférence et votre antipatriotisme

Vous vous êtes indignés, paraît-il, contre Ben Ali, c’est à votre honneur quoique je demeure réservé et dubitatif au vu de l’état d’esprit déplorable et pathétique dont vous faites preuve

Le pays part à la dérive et tangue comme un bateau ivre à cause de la secte-Etat d’Ennahdha que vous avez choisie pour le piloter en ce jour maudit du 21 octobre 2011 en contre-partie d’une promesse d’un sésame pour le paradis

Faute d’avoir concrétisé vos idéaux « révolutionnaires », vous avez avez transformé votre pays en un nouvel Afghanistan et une base-arrière des terroristes du monde entier

Vous devez vous réjouir de savoir que cette terre des hommes et de tous les hommes indépendamment de leurs origines et croyances est désormais le premier pays exportateur de main d’oeuvre terroriste et sexuelle halal au monde

Vous avez signé un chèque en blanc à votre Qaïda maison comme si elle était pour vous l’A.N.C. de Mandela pour plonger votre pays dans le monde des ténèbres

Obsédés par l’érection éternelle et les rivières de vin de date promises aux musulmans qui troquent leur vie sur terre contre celle dans l’au-delà vous en avez cure des malheurs de votre pays

Vous avez fait d’un pays de la joie de vivre un enfer sur terre et une nouvelle jungle humaine

Vous n’avez d’yeux que pour l’islam et obsédés par l’Oumma, le Reich islamique, et de la haine pour votre patrie

Vous êtes tout heureux d’héberger à grands frais au Palais de Carthage un agent de la wahhabisation de la Tunisie et le pire félon de son histoire

Vous avez sacrifié Chokri Belaïd,votre enfant le plus méritant, sur l’autel de votre allégeance au vrai islam

Vous pouvez vous enorgueillir de la médaille d’argent emportée par une fornicatrice-nymphomane précoce, âgée de 13 ans aux Jeux Olympiques du djihad du sexe halal en Syrie.

La fausse morale musulmane

Les sociétés musulmanes sont les reines de la tartufferie humaine. Elles sont le modèle vivant de ce que Molière dénonçait en son temps dans Tartuffe: « Couvrez ce sein que je saurais voir. Par de pareils objets les âmes sont blessées. Et cela fait venir des coupables pensées. »

Elles projettent sur l’Occident tous leurs vices et tares. Autant en Occident, au nom de la transparence et l’équité démocratiques on ne met pas une chape de plomb sur les crimes sexuels et on réprime les violences et les atteintes sexuelles faites aux femmes et aux mineurs par ses ressortissants et étrangers résidant habituellement sur son territoire, de même que les infractions liées à la cyber-pédo-pornographie.

Personne n’est au-dessus des lois et tout est fait pour prévenir et protéger pénalement l’intégrité physique et psychique des citoyens les plus vulnérables contre les prédateurs sexuels. On ne laisse pas non plus les victimes livrées psychologiquement à elles-mêmes face leur traumatisme.

On ne s’inquiète jamais du sort des victimes, on étouffe les scandales surtout sexuels pour ne pas salir la réputation de la famille. Comme si la famille était elle-même la coupable en endossant la responsabilité d’un crime qu’elle n’avait pas pourtant commis mais qu’elle préfère étouffer pour préserver son honorabilité accordant ainsi une impunité au coupable qui pourrait être issu bien souvent du cercle familial ou clanique de sa victime.

L’individu n’a pas d’existence propre pour que l’on puisse s’inquiéter des conséquences psychiques et physiques du préjudice subi. Il n’y a que son groupe d’appartenance qui prévaut, aucune mesure de prise en charge de sa souffrance et de réparation à envisager sauf lui imposer le mariage avec son violeur par exemple.

Une véritable omerta règne autour des crimes sexuels dont sont victimes les femmes et les enfants. Et quand bien même ils font l’objet de poursuites judiciaires comme cette affaire du prédicateur saoudien qui viole et tue sa fillette de 5 ans dans des conditions atroces, condamné à une peine légère de prison, car en Arabie Saoudite un homme ne peut pas être condamné pour le meurtre de son enfant ou de son épouse.

Combien de cas de maltraitance physique, psychologique et sexuelle infligée aux enfants qui sont légion en Arabie Saoudite qui touche 80% des enfants ( chiffre Oumma.com du 5 février 2016) et dans les autres pays pseudo rigoristes ! combien de viols conjugaux qui ne sont pas reconnus comme tels ! combien de crimes incestueux ! combien d’esclaves et de domestiques sexuelles et de fillettes adoptées à des fins sexuelles ! combien d’abus sexuels sur des enfants dans les écoles coraniques, dans les écoles,dans les vestiaires, les internats! combien de viols et d’agressions sexuelles, combien de mariages pédophiles et combien de mariages forcés qui sont des viols licites ! On ne connaîtra jamais la réalité de l’ampleur des chiffres qui ne pourrait qu’être que le reflet du poids des tabous qui pèsent sur les crimes sexuels. Il ne faut surtout pas en parler, sitr en arabe.

Et quel enfant oserait en parler alors que sa parole n’est pas audible et crédible dans cette jungle de la loi du silence ?  Voiler la vérité au mépris des droits de la victime.

Après tout, c’est son maktoube on ne va pas aller contre le cours du destin.  C’était écrit disent-ils ou encore  « personne ne peut lire ce qui est inscrit sur le front ». On doit accepter ce qu’Allah a choisi pour ses hommes le bien comme le mal.  Quand la victime est une femme, elle l’a forcément cherché et elle a eu la châtiment qu’Allah lui réserve. Elle peut même être jugée coupable de son viol et le violeur s’en trouve innocenté comme ce fut le cas à Dubaï, en Turquie, en Tunisie ou au Pakistan.

La honte, a’ar, pèse toujours sur la victime qui subit la double peine. Celle que lui inflige son agresseur et la sanction sociale. Prise ainsi entre le marteau et l’enclume, elle doit se résigner à son sort et vivre dans la souffrance toute sa vie durant à moins que poussée par son instinct grégaire et qu’elle ne devienne elle-même prédatrice pour finir par rassembler à son outrageur.

Elles se veulent des sociétés parfaites sous prétexte que l’islam les immunise des tentations du mal alors que l’islam est lui-même le Grand Mal, il a fait de l’amoral un ordre moral. Convaincues qu’elles sont toutefois irréprochables dans leurs conduites morales et ce en dépit des goûts prononcés de certains d’entre eux pour des pratiques sexuelles avec des enfants en bas-âge avant 9 ans, les moufakhadha, l’entre-cuissage,  à l’image de Mahomet qui s’était adonné bestialement et ignominieusement à cette pratique sur Aïcha entre 6 et 9 ans en frottant son organe sexuel entre ses cuisses.

Mais les musulmans sont comme un dromadaire, ils n’arrivent  jamais à voir leurs bosses,  il leur est plus aisé de jouer aux pères fouettards avec les occidentaux afin de paraître comme des êtres au-dessus de tous soupçons. Alors qu’ils sont tout le contraire de ce qu’ils allèguent et se voilent pour dissimiler leur véritable nature, celle de la sunna mahométane. Ils se murent  dans le déni de la réalité et prêchent la vertu tout en assouvissant leurs vices derrière le hijab.

 

En criminalisant l’homosexualité les musulmans se condamnent eux-mêmes

La tartufferie des sociétés musulmanes est sans limite. Puritaines, vertueuses, pudiques, rigoristes et conservatrices, des saintes nous dit-on, malgré qu’elles trustent les premières places au palmarès mondial des consultations des sites pornos, pédopornographiques,homos, sado-masos.

http://izitech.ma/…/03/24/arabe-top-10-consommation-conten…/

Lhttp://www.europe-israel.org/…/selon-google-six-pays-les-p…/

Mais il ne faut surtout pas que cela se sache, s’ébruite, s’étale  sur la place publique et alimente les commérages.Ils sont comme ça les musulmans sinon ils perdent leur verni mahométan. Il n’y a de morale que dans les apparences et derrière le hijab, tissu de voile qui sert de cloison, tout est permis comme sodomiser sa chèvre, ou sa poule et pratiquer l’échangisme entre partenaires du même sexe.

Leur hantise est de se faire prendre la main dans le pot de confiture par leurs congénères. Le crime moral chez eux est moins dans la violation des interdits et les tabous que d’avoir dévoilé leur véritable nature celle qu’on cache et qu’on a pas envie que cela se

sache.https://youtu.be/m7QtAVO18G8?list=PLNmSJsVuWos8TYkaNLuwfgstz30JTAMhS

L’excès de pudibonderie n’est jamais innocent et anodin.  Plus elles y ont recours et en abusent et mettent une chape de plomb sur leurs pratiques morales des plus douteuses et perverses, plus il y une volonté manifeste d’occulter ce qu’on est soi-même et noyer le poisson de leurs conduites et penchants en totales contradictions de l’ordre moral revendiqué.

Sournoises et pernicieuses, elles n’existent qu’à travers de ce qu’en dira-t-on, qu’en vont penser les voisins et la censure sociale  Elles arborent l’effigie de la chasteté comme voile à leur identité transgressive et vicieuse. Faire le démon derrière le hijab, rideau, et l’ange dehors.

C’est pourquoi comme tous bigots qui se respectent, ils sont toujours enclins à se scandaliser, s’ameuter hystériquement et se sentir offensés par les comportements  » sexuellement anormaux » des leurs qui ne font que mettre à nu leurs propres souillures et penchants sexuels..

Les homosexuels révèlent leur vraie nature sexuelle  qui n’est pas aussi hétérosexuelle qu’ils ne le prétendent, et nombreux parmi eux ont dû s’adonner à des pratiques sexuelles avec des personnes du même sexe à cause de la non-mixité sexuelle et la sacro-sainte règle de la virginité. Pour la contourner des nombreuses jeunes filles offrent leur anus en guise de vagin.

Chez eux l’homosexuel est celui qui est chevauché. Mais on stigmatise, on discrimine, on condamne, on emprisonne, on jette aux orties le sodomisé mais pas le sodomisant. On peut aller jusqu’à le tuer pour ne pas se reconnaître en lui. Et comme le résume parfaitement un adage tunisien, combien mes défauts sont vils quand je les retrouve chez autrui.

Il est le témoin de ce qu’ils sont eux-mêmes. Et par sa disparition ils accomplissent leur rédemption. Effacer la trace de ce qu’ils ont été eux aussi à un moment de leur histoire de vie. Ils sont désormais honorables et il n’y aura ainsi  plus personne pour leur rappeler leur déviances passées.

Pédophiles et homophobes. Leur violence à l’égard des homosexuels dénote de leur fragilité psychologique, de leur mal-être profond et de leur incapacité à assumer leurs orientations sexuelles, à maîtriser et à canaliser leurs pulsions sexuelles bestiales.

N’étant pas des enfants désirés et fruits de l’amour de leurs parents, les enfants appartiennent à Allah et nés de sa volonté, ils ne peuvent s’investir dans une relation affective normale et concevoir qu’ils puissent avoir des codes sexuels qu’ils doivent respecter et accepter.

Et leur attitude irrespectueuse et violente ainsi que leurs écarts de conduite ne sont que le reflet de leur mal-être psychologique et leur déficit psycho-affectif. Ils font de leur déni le masque de la vertu.

Ils ont beau avoir eu des rapports avec des partenaires du même sexe, mais ils ne considèrent pas pour autant comme homosexuels car pour eux l’homosexuel, le miboune en arabe, est celui qui est dans la position passive, jamais celui qui exerce sa virilité  sur lui (et pas avec). Ils se veulent hétérosexuels incapables d’assumer leur identité bisexuelle.

A se demander si leur homophobie n’est pas l’expression de leur propre sexualité duale niée.

Plus les musulmans criminalisent l’homosexualité plus ils sont dans le refus de leur identité bisexuelle

La tartufferie des sociétés musulmanes est sans limite. Puritaines, vertueuses, pudiques, rigoristes et conservatrices, des saintes nous dit-on, malgré qu’elles trustent les premières places au palmarès mondial des consultations des sites pornos, pédopornographiques,homos, sado-masos.

http://izitech.ma/…/03/24/arabe-top-10-consommation-conten…/

Lhttp://www.europe-israel.org/…/selon-google-six-pays-les-p…/

Mais il ne faut surtout pas que cela se sache, s’ébruite, s’étale  sur la place publique et alimente les commérages.Ils sont comme ça les musulmans sinon ils perdent leur verni mahométan. Il n’y a de morale que dans les apparences et derrière le hijab, tissu de voile qui sert de cloison, tout est permis comme sodomiser sa chèvre, ou sa poule et pratiquer l’échangisme entre partenaires du même sexe.

Leur hantise est de se faire prendre la main dans le pot de confiture par leurs congénères. Le crime moral chez eux est moins dans la violation des interdits et les tabous que d’avoir dévoilé leur véritable nature celle qu’on cache et qu’on a pas envie que cela se sache.

L’excès de pudibonderie n’est jamais innocent. Plus elles y ont recours et en abusent et mettent une chape de plomb sur leurs pratiques morales des plus douteuses et perverses, plus il y une volonté manifeste d’occulter ce qu’on est soi-même et noyer le poisson de leurs conduites et penchants en totales contradictions de l’ordre moral revendiqué.

Sournoises et pernicieuses, elles n’existent qu’à travers de ce qu’en dira-t-on, qu’en vont penser les voisins et la censure sociale  Elles arborent l’effigie de la chasteté comme voile à leur identité transgressive et vicieuse. Faire le démon derrière le hijab, rideau, et l’ange dehors.

C’est pourquoi comme tous bigots qui se respectent, ils sont toujours enclins à se scandaliser, s’ameuter hystériquement et se sentir offensés par les comportements  » sexuellement anormaux » des leurs qui ne font que mettre à nu leurs propres souillures et penchants sexuels..

Les homosexuels révèlent leur vraie nature sexuelle  qui n’est pas aussi hétérosexuelle qu’ils ne le prétendent, et nombreux parmi eux ont dû s’adonner à des pratiques sexuelles avec des personnes du même sexe à cause de la non-mixité sexuelle et la sacro-sainte règle de la virginité. Pour la contourner des nombreuses jeunes filles offrent leur anus en guise de vagin.

Chez eux l’homosexuel est celui qui est chevauché. Mais on stigmatise, on discrimine, on condamne, on emprisonne, on jette aux orties le sodomisé mais pas le sodomisant. On peut aller jusqu’à le tuer pour ne pas se reconnaître en lui. Et comme le résume parfaitement un adage tunisien, combien mes défauts sont vils quand je les retrouve chez autrui.

Il est le témoin de ce qu’ils sont eux-mêmes. Et par sa disparition ils accomplissent leur rédemption. Effacer la trace de ce qu’ils ont été eux aussi à un moment de leur histoire de vie. Ils sont désormais honorables et il n’y aura ainsi  plus personne pour leur rappeler leur déviances passées.

Pédophiles et homophobes. Leur violence à l’égard des homosexuels dénote de leur fragilité psychologique, de leur mal-être profond et de leur incapacité à assumer leurs orientations sexuelles, à maîtriser et à canaliser leurs pulsions sexuelles bestiales.

N’étant pas des enfants désirés et fruits de l’amour de leurs parents, les enfants appartiennent à Allah et nés de sa volonté, ils ne peuvent s’investir dans une relation affective normale et concevoir qu’ils puissent avoir des codes sexuels qu’ils doivent respecter et accepter.

Et leur attitude irrespectueuse et violente ainsi que leurs écarts de conduite ne sont que le reflet de leur mal-être psychologique et leur déficit psycho-affectif. Ils font de leur déni le masque de la vertu.

Ils ont beau avoir eu des rapports avec des partenaires du même sexe, mais ils ne considèrent pas pour autant comme homosexuels car pour eux l’homosexuel, le miboune en arabe, est celui qui est dans la position passive, jamais celui qui exerce sa virilité  sur lui (et pas avec). Ils se veulent hétérosexuels incapables d’assumer leur identité bisexuelle.

A se demander si leur homophobie n’est pas l’expression de leur propre sexualité duale niée.

 

 

Aussi bien les femmes que les hommes, on doit jamais laisser , plus elles cherchent à dissimuler leurs moeurs à l’exemplarité douteuse Reines de la tartufferie, elles sont le modèle vivant de ce que Molière dénonçait en son temps dans Tartuffe: « Couvrez ce sein que je saurais voir. Par de pareils objets les âmes sont blessées. Et cela fait venir des coupables pensées. »

Elles projettent sur l’Occident tous leurs vices et tares. Autant en Occident, au nom de la transparence et l’équité démocratiques on ne met pas une chape de plomb sur les crimes sexuels et on réprime les violences et les atteintes sexuelles faites aux femmes et aux mineurs par ses ressortissants et étrangers résidant habituellement sur son territoire, de même que les infractions liées à la cyber-pédo-pornographie.

Personne n’est au-dessus des lois et tout est fait pour prévenir et protéger pénalement l’intégrité physique et psychique des citoyens les plus vulnérables contre les prédateurs sexuels. On ne laisse pas non plus les victimes livrées psychologiquement à elles-mêmes face leur traumatisme. On autant dans les pays islamisés on observe une véritable omerta sur les crimes sexuels dont sont victimes les femmes et les enfants qui restent souvent impunis. Comme cette affaire du prédicateur saoudien qui viole et tue sa fillette de 5 ans dans des conditions atroces, condamné à une peine légère de prison, car en Arabie Saoudite un homme ne peut pas être condamné pour le meurtre de son enfant ou de son épouse. Combien de cas de maltraitance physique, psychologique et sexuelle infligée aux enfants qui sont légion en Arabie Saoudite qui touche 80% des enfants ( chiffre Oumma.com du 5 février 2016) et dans les autres pays pseudo rigoristes ! combien de viols conjugaux qui ne sont pas reconnus comme tels ! combien de crimes incestueux ! combien d’esclaves et de domestiques sexuelles et de fillettes adoptées à des fins sexuelles ! combien d’abus sexuels sur des enfants dans les écoles coraniques, dans les écoles,dans les vestiaires, les internats! combien de viols et d’agressions sexuelles, combien de mariages pédophiles et combien de mariages forcés qui sont des viols licites ! On ne connaîtra jamais la réalité de l’ampleur des chiffres qui ne pourrait qu’être que le reflet des tabous qui entourent les crimes sexuels. Il est impudique et insolent d’en parler. On ferme l’oeil pour ne pas
Et les familles des victimes préfèrent garder le silence de peur que le déshonneur ne réagisse sur elle d’une part et d’autre part on n’accorde guère une once de crédit à la parole de l’enfant abusé sexuellement. Tout est fait pour protéger les prédateurs sexuels. Quant aux victimes qui ne bénéficient d’aucun soutien psychologique ADN ni de soutien psychologique pour les victimes.

les Une maladie qui frappe seulement les infidèles. L’islam les immunise contre ce fléau par la grâce d’Allah. Un filet protecteur contre les tentations du mal. Des sociétés parfaites dans le déni d’elles-mêmes surtout et dans la persécution des homosexuels parce qu’ils sont les révélateurs de ce qu’elles sont véritablement. Sauf que chez elles, n’est homosexuel que celui qui est passif qui se fait sodomiser. L’actif est un mâle viril, un rjouli dans leur lexique populaire.
Deux homosexuels marocains viennent de subir un véritable lynchage public. Non seulement ils ont été, molestés et agressés violemment chez eux, traînés nus dans la rue, humiliés et frappés par la foule, mais en plus l’un d’eux a été condamné à 4 mois de prison ferme pour pratiques sexuelles contre-nature en attendant que le deuxième passe en jugement le dimanche prochain. Pour marquer le coup, la justice marocaine qui juge au nom d’Allah qui promet pourtant des éphèbes à ses musulmans les plus pieux, a prononcé deux peines de prison avec sursis de deux mois. Quasiment le même tarif que pour les meurtriers d’un autre homosexuel au cours du dernier ramadan.
A se demander si dans ces pays, le cafard n’a pas plus de droits que les homosexuels.

Si les musulmans « modérés »avaient un fond d’humanité en eux ils devraient quitter l’islam

Il n’y a que les musulmans qui veulent tordre le cou à la réalité des faits. Ils peuvent toujours brandir à chaque fois que leurs  frères djihadistes plongent le monde dans l’horreur leurs  fameux versets de paix et de respect de la vie humaine pour faire leur numéro d’illusionnistes ,  mais ils ne peuvent plus duper personne, car ces versets  sont d’une part contredits et abrogés  par d’autres qui portent en eux tous les germes destructeurs de l’humanité et d’autre part ils sont une grosse couleuvre qu’ils veulent faire avaler à l’opinion publique de plus en plus réfractaire et hostile à l’islam.  Une fable mahométane.

C’est l’islam qui appelle à la mort des infidèles et remplit de haine le coeur.  des siens.  C’est lui qui arme la main de leurs frères djihadistes et qui fait d’un voyou un monstre d’inhumanité et une bombe humaine. Ce sont des musulmans qui mettent en péril la pérennité de l’humanité. L’islam ordonne et les musulmans exécutent.

En se proclamant de lui, ils sont  tout autant coupables que les leurs qui mettent en musique les préceptes coraniques.

Leur silence et leurs dénégations pathétiques  quant à la haute toxicité de leur bolet de Satan islamique sont autant d’aveux  de culpabilité et les preuves morales de leurs implications directes dans les plus de 30 000 attentats terroristes  depuis le 11 septembre 2001.

En faisant le choix de la voie de l’islam et d’y rester,  ils doivent assumer les crimes des leurs qu’ils sont tenus de leur venir en aide et les soutenir, comme couvrir leur cavale de Salah Abdeslam  Molenbeek par exemple,  victimes ou coupables,  comme leur enjoint leur modèle Mahomet, ce prophète du carnage, de la terreur, de la perversion morale, du racisme, de l’antisémitisme, du pillage, de l’intolérance, du nombrilisme,  et du crime contre l’humanité.

Abjurer l’islam, faudrait-il qu’ils soient lucides,  dotés d’esprit critique, rationnels,  jouissant de leurs facultés de  discernement et se comportent en êtres raisonnables et raisonnés, pour y arriver, et encore moins le courage et la volonté de le faire.  L’islam a tué chez eux le sens de valeurs  humaines  et du respect de la vie et a anéanti leurs facultés de résilience.  Faisant de la résignation le chemin de la félicité et de la mort un idéal de vie.

Le vrai musulman est celui qui ne s’oppose pas aux injonctions divines et doit les appliquer à la lettre et quand bien même elles pourraient le heurter il n’est pas en droit de faire jouer sa clause de conscience dont il est de surcroît dépourvue. Que ce soit mal ou bien,  il n’a pas à décider de ce qu’il doit faire ou non,  Allah est maître de son choix  : « Il se peut que vous détestiez quelque chose alors que c’est un bien pour vous. Et il se peut que vus aimiez quelque chose alors qu’elle vous est néfaste. C’est Allah qui sait, alors que vous vous ne savez pas »( S. 2, V. 216 ).

Comme tout bon serviteur, il n’a pas à comprendre le sens du message ni en mesurer les conséquences sur lui et son entourage.  S’il ne veut pas subir le sort réservé aux mécréants,  il n’a point de salut que dans l’obéissance  (S. 8.V.13).

Quelle que soit la gravité de son acte, il n’a pas à en assumer la paternité.  Il a l’absolution et l’immunité  d’Allah.  Il peut avoir commis les crimes les plus abominables,  il est épargné par le jugement d’Allah : »Ce n’est pas vous qui les avez tués, mais c’est Allah qui les a tués ».  (S.8, V.17)

On peut en déduire ainsi quand un terroriste musulman pose une bombe dans une gare, ce n’est pas lui qui l’a fait, c’est Allah en personne qui l’a fait.

Ainsi, il est permis  d’en déduire en toute logique coranique que c’est lui qui est le véritable poseur des bombes ce de jour à l’Aéroport de Bruxelles et la station de métro de Molenbeek. pour un bilan provisoire de 28 morts et 150 blessés.

En résumé, Allah est un terroriste autoproclamé, qui a la franchise de ne rien cacher sur sa nature ultra-violente et ses pulsions meurtrières, contrairement à ses esclaves qui ne sont ni  responsables ni coupables.  Ils s’effarouchent dès qu’ils sont mis en cause  et nient tout en en bloc en dépit de toutes les preuves qui les accablent.  Ils sont comme ça sinon ils ne sont pas musulmans. Ils  sont   persuadés que le mensonge n’est pas mensonge quand ils se le répètent d’abord à eux-mêmes, et plus il est gros, grotesque et grossier, plus ils sont convaincus qu’il est vérité et qu’ils peuvent la rendre ainsi opposables à autrui qui doit l’accepter en l’état pour ne pas froisser leur bonne foi

Elevés dans la culture de la falsification de l’histoire,  de l’affabulation et de l’imposture, ils n’acceptent pas la contradiction et la vérité des faits et quand ils se font attraper le couteau de boucher à la main et la victime agonisant à leurs pieds baignant dans une marre de sang, ils clament leur innocence et crient au complot.

Eternelles victimes, mais de leur propre mauvaise foi, de leurs délires hallucinogènes dus à leur intoxication quotidienne par leur bolet de Satan  et de leur idéologie criminogène.

Asont pas en réalité l’oeune des médias pas pour leurs découvertes scientifiques, technologiques ou exploits sportifs mais pour leurs crimes abominables et les menaces qu’ils font peser sur l’humanité ?
Leurs coreligionnaires n’ont pas le droit de nous emberlificoter avec leurs airs du petit Rom dans les métros parisiens qui quémandent une pièce aux passagers tout en cherchant de les délester de leurs portefeuilles, ils doivent cesser de se mentir à eux-mêmes et nous dire que ces performeurs des crimes contre l’humanité, il est difficile de qualifier autrement les actes terroristes, qu’ils n’ont rien à voir avec leur religion. Alors nul n’est en droit dans leur religion d’établir un verdict de cette nature qui est du seul pouvoir de leur grand maître.
Ils ne peuvent nier qu’ils s’abreuvent aussi bien qu’eux aux mêmes sources et mettent en musique la même feuille de route qu’eux.
La réalité est toute autre et c’est celle qu’ils veulent nous dissimuler, ceux qu’ils désignent par transgresseurs sont le MISSILE et eux ils en sont la RAMPE de LANCEMENT.

A chacun ses fonctions et son rôle dans cette guerre non-conventionnelle contre le reste du monde.

Si vraiment ils avaient le souci du bien-être commun de l’humanité, ils devraient être non seulement les premiers à nettoyer leurs écuries nauséabondes et avec un peu de courage et de lucidité ils auraient quitté cette idéologie infâme trop lourde à porter. Ils devraient avoir d’eux-mêmes et de se proclamer des valeurs mises en lumière par des soi-disant intrus et égarés qui défigurent leur ignoble foi.

L’islam, l’antithèse de la vie

Pourquoi cette obsession pathologique chez les musulmans à  avancer à contre-courant de l’histoire et chercher à conjuguer au présent le passé des Arabes du temps de Mahomet négateur de la vie humaine ? Qu’ont-ils à y gagner en le réactualisant ?  A trop vouloir courir derrière l’ombre du passé ils ont fini par devenir eux-mêmes des ombres de la mort.  à courir derrière le mythe de la pureté originelle   ?

D’un passé sans lumière ils en font un phare pour leur traversée des mers de sables où ils se sont embourbés depuis 1437 ans.

Si lumière il y avait en Arabie, c’était celle de l’ère pré-islamique  que Mahomet avait éteinte à tout jamais  sur cette région du monde qu’il faisait passer comme étant celle du monde des ténèbres, la jahiliya. Projetant en réalité sur elle  ce qu’est l’islam lui-même, la barbarie érigée en dogme religieux.

L’islam a l’art de jeter un voile épais sur l’histoire qui n’est pas la sienne afin d’apparaître comme une chance pour l’humanité alors qu’il est tout le contraire de ce qu’il prétend. Quant à cette société pré-islamique tant décriée, honnie et dénigrée par Mahomet comme s’il avait une revanche à prendre sur elle, elle ferait rêver n’importe quel musulman  aspirant à vivre sa modernité.

Les femmes n’étaient ni soumises, ni reléguées,  ni bannies elles occupaient une place de choix dans tous les domaines à l’image de Khadija et Asma Bent Marwan, la plus grande poétesse arabe de l’histoire assassinée sur ordre de Mahomet pendant son sommeil.  Elles étaient libres et émancipées contrairement aux femmes musulmanes d’aujourd’hui qui portent le deuil de leur mort de leur vivant.

Tout parallèle avec ces dernières et les femmes arabes d’avant l’islam est une insulte à la condition humaine.  Entre des femmes vivantes et des macchabées, c’est la différence entre la vie et la mort.

La femme est à l’islam  ce que le non-musulman est au Coran. A se demander si Mahomet ne l’a pas créé pour nier à la femme son humanité.  Il n’a fait que répandre  sur elle le souffle de la mort  pour la réduire à un corps inerte sans vie afin de servir de poupée gonflable à son laboureur.   Mais de peur de briser les chaînes pour ne pas finir de combustibles en enfer, elle  voile son malheur et son profond mal-être tout en espérant qu’elle ferait partie des 72 houris promises aux prédateurs sexuels d’Allah. ,

Que l’on enveloppe la femme dans son linceul pour soi-disant préserver sa vertu et sa chasteté et que l’on soit obsédé par un retour aux sources de l’islam il y a matière effectivement à se poser des questions sur l’état de santé mentale des musulmans.  Est-ce que cette phobie du présent et de la liberté de la femme sont-elles symptomatique  de troubles psychotiques  ? Comme s’ils veulent marquer un mur de 14 siècles entre eux et le monde contemporain.  Une antithèse de la modernité.

Et à supposer que leur rêve de renouer avec ce passé halluciné se réalise au péril de la pérennité de l’humanité, et qu’ils retrouvent retrouver leur logiciel originel, vont-ils y rester ou continueraient-ils à faire leur travail de rétrospective jusqu’à Adam et Eve qui eux-mêmes n’ont jamais existé ?  En retrouvant leur état primitif, ils ne pourraient pas échapper aux lois de la nature et le plus fort dévorera le plus faible jusqu’à leur propre extermination.  Ils n’ont pas besoin d’attendre des milliards d’années pour y arriver puisque l’islam est la seule religion qui autorise le cannibalisme selon une fatwa d’Al-Azhar.

Au cas où M. Valls ne le sait pas l’islam est une apoptose

 

On a plus de chance de faire d’un âne un cheval de course que de rendre l’islam compatible avec la république, à  supposer qu’on y arrive un jour si jamais on y arrive mais c’est pourquoi faire ? Vous y gagneriez quoi ? Des voix qui sont de balles tirées dans le dos de cette pauvre France martyrisée par vos protégés.

L’islam est foi et loi, l’un ne peut fonctionner sans l’autre. Ce qui est possible avec le judaïsme et le christianisme, qui ne mélangent pas les genres et notamment pour le christianisme, je ne vois comment Valls peut séparer les deux faces d’un même miroir sans les briser en même temps. L’islam est à la fois culte, Etat et monde. Lui-même ne peut concevoir ses rapports avec son environnement autrement qu’à travers son prisme tripolaire. Il est hégémonique, dominateur et totalitaire. Le musulman n’est pas un Yogi, il est soldat, prédicateur, prosélyte, et propagandiste .et ne doit suivre qu’une voie, pas celle que Mr Valls veut lui imposer, c’est celle qu’il doit lui-même imposer aux autres,

Il est là pour islamiser la terre et installer Allah dans son trône. Il peut faire semblant de se fondre dans le paysage mais simplement pour tromper la vigilance des sentinelles. Il ne se plie pas aux lois, il manoeuvre pour les faire fléchir en attendant que le rapport de force en sa faveur lui permette de les détruire.

Que Mr Valls nous cite un seul exemple de pays pris dans les griffes de l’islam qui a pu préserver son identité historique et qui brille de tous ses éclats dans le firmament des pays où il fait bon d’y vivre.
L’islam n’a que faire de la spécificité culturelle des peuples, de leur indépendance nationale, des frontières politiques, de leurs milieux géographiques et climatiques, de leur richesse patrimoniale, de leur diversité biologique et ethnique, il est une matrice commune à tous, leur oumma.

Qu’ils soient Maoris ou Lapons, ils sont d’abord, ensuite et enfin des fidèles musulmans obéissant à la loi de l’islam et accomplissant les mêmes devoirs cultuels. Obsédés par le paradis et ses réjouissances lubriques

On accommode pas l’islam à ses goûts et avec les ingrédients du terroir comme s’il était un plat de couscous, l’islam a le don de modifier la biologie du terroir. C’est pourquoi la terre musulmane est partout la même frappée par la misère, la relégation des femmes, la corruption, la violence et le fanatisme.

L’islam est une mort programmée des cellules humaines. Au cas où Mr Valls ne le sait. ,

Autant humaniser le nazisme que de dissoudre l’islam dans la démocratie

 

La Tunisie est en pleine déliquescence morale, politique, sociale et économique. Elle était au bord du gouffre aujourd’hui elle se trouve plongée dans le fond du gouffre. Comme si les tunisiens ont cassé ce fil tenu qui les sépare de l’anti-histoire. En pensant écrire une nouvelle histoire de leur pays, ils lui font emprunter un chemin qui va à contre-sens de l’histoire.
En effet, les tunisiens qui se sont soulevés un jour comme un seul homme dans un grand sursaut d’orgueil et de fierté nationale en espérant redonner la dignité nécessaire à leur pays, or, c’est bien tout le contraire qui s’est produit. Pire qu’avant, qu’au point -je demeure convaincu- que certains tunisiens doivent regretter l’ère de Ben Ali et leur relative sécurité matérielle et tranquillité d’esprit (ils ne vivaient pas dans l’angoisse de vivre dans l’islam régentant tous les aspects de leur vie).
Aujourd’hui en guise d’espoir d’une vie meilleure ici-bas, leurs nouveaux gouvernants plus préoccupés par l’application des décrets canon que par l’intérêt public leur font miroiter sous la contrainte et l’opprobre l’espérance d’une vie meilleure dans l’au-delà.
Manoeuvre pernicieuse pour masquer leurs incompétences. Instrumentaliser la religion est une ficelle grossière surtout symptomatique de la confiscation pouvoir, de l’octroi des privilèges et de l’accaparement des richesses par des gouvernants qui faute de légitimité politique se servent de Dieu pour asseoir leur domination sur leurs peuples. Les tunisiens sont tombés dans le piège du nouveau messianisme politique tel que l’incarne la coalition tripartite au pouvoir.
Leur pays prend l’allure d’une mosquée géante à ciel ouvert où prédomine les signes ostentatoires de l’appartenance à des groupements communalistes sectaires. l’espace public est devenu le champ de l’exercice de pouvoir du sacré. Où l’interdit est devenu la seule norme sociale et la vie des gens doit être en conformité avec les prescrits de la religion. Ni sphère privée, ni sphère publique.
Tout s’entremêle et se confond. Seule l’obéissance à la Loi de la religion doit être leur seule guidance. Ce qui laisse augurer un avenir des plus sombres et inquiétants à la démocratie car elle est contraire aux dogmes de l’Islam alors que c’est elle qui lui a remis les clés du pouvoir en Tunisie. Ce qu’on peut qualifier des effets pervers de la révolution tunisienne.
Eux qui croyaient améliorer leurs conditions matérielles de vie sur terre, brisant les chaînes du despotisme pour instaurer un nouvel ordre social et politique en totale rupture avec l’ancien en s’attaquant aux causes de leurs maux voilà que ceux dont les urnes de l’avanie démocratique ont désigné comme nouveaux maîtres du pays leur font prendre le chemin de l’indignité, du mépris et de l’ignominie.
Au lieu de s’inscrire dans la logique de l’esprit de la révolution tunisienne, ils préfèrent d’ores et déjà dévoiler aux tunisiens leur vrai visage anti-national, anti-patriotique et en décalage avec l’identité plurielle tunisienne. Au lieu de faire de la politique citoyenne, ils se mettent à vilipender, vitupérer et invectiver la femme tunisienne responsable et indépendante qui a fait le choix de sa liberté d’esprit et de conscience en tenant à son propos des paroles blessantes et intolérables qui touchent à sa dignité et sa probité morale tel que le terme de safirate employé par le Président fantoche et homme luge d’Ennahdha.
Ils jettent l’anathème sur tous ceux qui ne font pas publiquement allégeance à leur système de valeur régressif et réactionnaire. La censure religieuse et morale s’est substituée  à la liberté. Ils menacent de les envoyer dans les bûchers de l’enfer s’ils ne se soumettent pas à loi naturelle des choses. Celle qui assimile la résignation à son sort comme soumission à la volonté de Dieu et la résilience comme un sacrilège. Celle qui interdit toute revendication pour une meilleure justice sociale. Les règles du jeu politique et social sont prédéterminées, les cartes sont attribuées à l’avance, tout un chacun se doit de les conserver et les préserver même si les modalités de distribution sont ésotériques, irrationnelles, injustes, arbitraires, dégradantes et humiliantes pour la condition de vie humaine. Peu importe les frustrations que cet ordre inégalitaire et partial peut induire, seule chose qui importe est le respect total de la Charte abscons et déséquilibré qui lie les joueurs qui errent sur le terrain du jeu comme des âmes perdues, ne comprenant objectivement pas grand-chose aux mécanismes obscurs et qui verrouillent les rapports de force entre eux car il rend a fortiori le jeu impraticable et la partie injouable. Dans une partie de jeu cartes où les règles de jeu sont définies par les joueurs eux-mêmes , on peut concevoir et imaginer des stratégies pour gagner les cartes et de son adversaire et modifier l’équilibre du pouvoir, or dans une partie où les joueurs ne sont pas partie prenante dans l’élaboration de ses règles et dont l’issue est connue d’avance par tous les joueurs dont le seul rôle consiste in fine à remplir leur rôle de figurant.
La frénésie, la montée de l’adrénaline, l’ivresse de la victoire, les émotions fortes, le chagrin de la défaite, l’esprit de compétition, la concurrence loyale, l’esprit de combat, la ténacité, le sens du défi, la non-résignation à la défaite, prendre l’adversaire dans son propre jeu, croire en ses chances, renverser les pronostics sur la base du principe qu’une partie n’est jamais joué d’avance, renverser la vapeur, ne jamais s’avouer vaincu, se prendre en mains, ne pas se laisser gagner par le doute, se révéler à soi dans l’adversité, performances, exploits, réussite, l’égalité des chances entre les joueurs, autant d’ingrédients qui donnent à une partie de jeu de cartes où les joueurs sont ses vrais concepteurs et acteurs toute sa saveur, sa richesse et sa beauté dont ils essayent à chaque fois d’en améliorer le contenu et de la portée.
Une partie où l’incertitude n’est pas de mise, où chaque joueur doit se cantonner à al place qui lui est fixée d’avance sans savoir si cela correspond à sa vocation, à ses désirs et ses envies, lui interdisant toute possibilité de remise en cause du rôle qui lui est assigné et surtout l’empêchant de contrer l’adversaire surtout quand ledit adversaire jouit de privilèges exorbitants sous prétexte que c’est Dieu qui l’aurait doté ainsi, il ne reste à ce joueur qu’une seule alternative se remettre à la volonté de celui a élaboré lesdites règles. Renoncer au combat et se laisser gagner par la fatalité de l’échec au nom de l’ordre de droit canon reste aujourd’hui pour le joueur, en l’occurrence le fidèle, la seule issue possible qui donne du sens à sa vie. Il ne peut avoir pour lui un autre vecteur pédagogique que celui qui lui enseigne le refus de toute forme de combat visant à lui conférer le statut d’acteur et non de serviteur. Par voie de conséquence, leurs gouvernants qui sont censées les arbitrer et les guider dans leur quête de Graal spirituel, les considérant comme des joueurs immatures, dépourvus facultés de discernement et incapables de réfléchir et penser par eux-mêmes, se font fort d’employer des méthodes de gouvernement attentatoires à la dignité humaine et oppressantes, en leur rappelant que le curseur musulman ne doit pas être déplacé du centre de gravitation de la vie des musulmans. Voile intégral pour les femmes comme le recommande le nouveau Président d’opérette en Tunisie et dévotion à Dieu. En dehors de cela, point de salut. Ni progrès social, ni démocratie, , ni progrès humain, ni libertés politiques, ni conscience de soi, ni libertés individuelles, ni égalitarisme, ni générations futures, ni bien-être. Imaginer et concevoir la Tunisie du futur c’est comme si on demandait à un musulman de concevoir sa vie sans l’Islam.
Seule perspective qui s’offre aujourd’hui à ce peuple frustré des libertés depuis la destruction de Carthage est la consolidation de la voie qui le mènera au paradis en contre-partie de l’enfer sur terre.

Plus hypocrites que les musulmans sont les musulmans eux-mêmes

Se représenter sa religion comme  étant une religion de paix et du respect du droit à la vie pour celui qui est différent de soi est une chose,  mais en faire la démonstration sur le terrain c’en est une autre.

Le monde attend toujours que les musulmans mettent leurs actes en adéquation avec leurs belles paroles pour pouvoir enfin se faire une idée précise quant à leur réelle implication dans la construction d’un monde où la valeur de l’humain n’est pas définie par sa croyance mais par ses mérites et ses apports au bien commun de ses semblables.

Pour l’instant, on a juste le droit à chaque fois que leurs coreligionnaires sèment la terreur et brisent des destins au nom d’Allah Akbar,  à des processions de pleurnicheurs professionnels pour plaider l’innocence de l’islam et la victimisation des musulmans.

Tout ce se passe comme si les victimes du terrorisme musulman ne valent pas plus que les cailloux lancés sur le diable, (ramy al jamarat, ), pendant leur rituel fétichiste de lapidation à l’occasion de leur pèlerinage en ces lieux malsains appelés la Mecque.

A se demander si leur numéro de danse macabre avec le Coran à la main comme s’ils brandissaient les têtes des victimes ne seraient pas en réalité une manifestation de leurs regrets que leurs massacreurs  de service appliquant fidèlement les préceptes sataniques n’aient  pas massacré davantage des « mécréants ».

Jamais les musulmans ne sauront se mettre à la place de leurs victimes et se poser la question en quoi est-ce un crime de ne pas être musulman pour mériter la peine de mort ?  Les musulmans sont convaincus qu’ils sont des humains à part qui ne peuvent s’imaginer un seul instant qu’il auraient pu être chrétiens, juifs, apostats de l’islam, athées, libéraux, agnostiques, laïques ou progressistes.

Ils doivent savoir  que leur silence est un blanc seing aux forces du Mal qui sévissent dans les pays musulmans, réprimant, opprimant, massacrant leurs semblables humains qui ne sont pas de leur bord religieusement et politiquement parlant mènent en réalité un vrai programme génocidaire, exterminateur et de nettoyage religieux sur le modèle de celui mené par les nazis dans les années 30 et qui s’était terminé dans la pire boucherie humaine que le monde avait connu depuis le génocide de l’Hindou Kush, plus de 80 millions de victimes, totalement nié, sur lequel on a mis une pierre tombale pour l’éternité et complètement occulté de la mémoire collective humaine dont le nom est associé à la barbarie apocalyptique musulmane.

Ils doivent être conscients que les témoins oculaires et spectateurs d’aujourd’hui ne sont pas que complices par leur silence et leur indifférence coupables, sont les victimes potentielles de demain, comme celles qui avaient subi le déferlement du Tsunami nazi alors qu’elles croyaient être à l’abri et qu’il ne visait que les minorités ethniques nationales allemandes. Si au moins elles s’étaient demandées est-ce qu’un juif avait choisi d’être  juif et si j’étais moi-même juif qu’eût été mon sort ? La vraie question que tout un chacun de nous devait se poser en y ajoutant tout simplement que le nazisme en tuant le juif  tuait cette part d’humanité qui est en moi et qu’à force de carnage massif des juifs, il finirait par m’achever moi-même.

Le crime n’était pas un crime contre les juifs c’était un crime indéniablement contre l’humanité si on avait justement conscience de la sienne.

Aujourd’hui, chaque vie humaine fauchée par les exterminateurs musulmans est  aussi notre propre vie qui se meurt à petits feux. Ne pas se sentir concerné et impuissant par ce spectacle de fin du monde, est un aveu de refus de notre humanité et de notre démission ainsi que notre consentement à nous offrir en victime consentante et expiatoire en Holocauste à nos bourreaux qui portent le masque de l’islam des ténèbres.

Les meilleures alliées de l’islam sont notre lâcheté et la vénalité de nos gouvernants

Plus on persiste dans notre posture de l’autruche, plus on manifeste notre soutien et notre encouragement aux musulmans perpétuer leurs exactions et persévérer dans la voie de la terreur. Notre résignation symptomatique, notre lâcheté et de la peur de soi, est la meilleure alliée des cavaliers noirs de l’Apocalypse musulmane.

Un ami disait que l’avenir se lit dans l’histoire des événements passés, or les mêmes événements et faits survenus en Allemagne nazie et devant lesquels le monde libre dont on ne sait de quelque contrainte si ce n’est de son manque de solidarité et d’humanisme, sont en train de se dérouler sous nos yeux dans une atmosphère capitularde et ô combien analogue à celle qu’avait connue le monde dans les années 30.

Pour des intérêts que rien ne saurait justifier, sordides et bassement mercantiles les pays de l’OTAN et à leur tête les E.U. sacrifient honteusement et obséquieusement   la démocratie et les minorités religieuses principalement les chrétiens en Egypte et en Syrie, après avoir délibérément jeté en pâture aux prédateurs islamistes celles d’Irak.

Si le monde et en premier lieu le monde musulman est aussi la première victime de l’offensive violente et guerrière du radicalisme musulman  financé par les saoudiens et les qatariens depuis les attentats du 11 septembre 2011, on ne le doit pas seulement aux agissements des activistes musulmans, il est également la résultante du soutien trouble des E.U. à ces deux foyers source de la gangrène qui mine le corps musulman et par ricochets le monde dans son ensemble.

Nul ne peut ignorer le rôle actif des américains à l’islamisme wahhabite  qu’ils avaient réactivé en ce jour du 14 février 1945 dans le cadre d’un pseudo accord  entre le roi Ibn Saoûd et le président Roosvelt, appelé le Pacte de Quincy  qui mettait sous tutelle américaine le royaume hérétique et collaborationniste saoudien.

Une alliance contre nature et néfaste pour l’humanité entre l’aigle et le faucon qui a atteint son paroxysme avec les attentats du 11 septembre 2011 dont les américains furent les premiers à en faire les frais et que l’Arabie Saoudite avait réparé les dégâts en dédommageant les familles des victimes sous prétexte que sur les 18 membres du commando terroriste 15 étaient porteurs de passeports saoudiens. Surtout que ce sont ces attentats aux motivations obscures ont ouvert la voie à l’état de chaos permanent dans le monde musulman culminant avec les révolutions du Tchernobyl arabe et au bain de sang dans lequel ne cessent de baigner les populations musulmanes et les minorités religieuses qui avaient toujours en toute sécurité avec leurs compatriotes musulmans. .

Il est plus que jamais urgent de dénoncer  cette alliance périlleuse et ses effets tragiques pour la pérennité de l’humanité.et freiner sa progression.

A cause de cette alliance de l’épée et du dollar l’équilibre ethnique et fragile du monde musulman est mis en danger de mort. Est-ce que vous avez idée des risques que les démocrates et les minorités religieuses encourent en Tunisie, en Libye, en Irak, en Syrie ou en Egypte où on a frôlé le pire sans le sursaut salutaire du peuple égyptien qui avait mis fin à l’aventurisme criminel des Frères nazislamistes ?

Le président Bachar Assad, présenté par l’Occident comme étant tortionnaire et sanguinaire notoire se trouve paradoxalement à être le meilleur rempart contre l’appétence islamiste et partant de là le défenseur en Syrie des minorités ethniques et religieuses. Voire le sauveur un jour de l’Occident lui-même en éradiquant chez lui les forces dihadistes cosmopolites.

Que l’on tire tous les enseignements de l’histoire passée si nous ne voulons pas que le monde finisse par être enseveli par les laves gigantesques ardentes du volcan  islamo-wahhabite provoqué par ceux-là-mêmes qui font semblant d’étouffer son éruption tout en cherchant à en tirer les meilleurs profits à des fins hégémoniques au péril de la vie des peuples.

Les menaces sont réelles, et notre silence en est le meilleur catalyseur si on se mure dans notre déni de la réalité

Marine le Pen, la babouchka stalinienne

La vraie purge au sein du FN est de changer de nom qui renvoie aux origines troubles du mouvement né sur les cendres d’Ordre Nouveau, et la charte du partiaux relents fascistes et populistes. Il ne suffit pas de faire la chasse aux sorcières des militants restés fidèles à son fondateur pour pouvoir tourner la page des années le Pen. Son héritage est toujours là même si en apparence il n’est plus. Aussi bien les apparatchiks que les dissidents ont occupé les devants de la scène médiatique et de ce qui aurait pu être un non-évènement est devenu en se 1 er mai un évènement majeur.

Je pense que les Français ont bien d’autres préoccupations beaucoup plus importantes que cette chikaya entre les néo-lepenistes et les crypto-lepénistes.

Marine le Pen peut toujours se donner la plus belle des images, la vraie image est la renonciation à l’héritage idéologique, systémique et financier de son père. Pour l’instant, elle patauge dans une bouillasse schizophrénique.

Quand on veut changer la France et l’apaiser selon son nouveau slogan choc qui sonne trop la France tranquille de François Mitterrand, il est à douter qu’elle ait payer les droits d’auteur à ses héritiers.on doit commencer par révolutionner le cours de l’histoire de son parti. Si elle veut vraiment tuer le père ce n’est pas en l’expulsant de la maison, qu’elle fasse table rase totale du passé lepéniste de son parti et qu’elle crée tout simplement le sien. Elle se veut une femme du changement  et rassembleuse alors qu’elle a du mal à rassembler ses troupes sauf en jouant à la babouchka stalinienne, qu’elle commence d’ores et déjà à couper le cordon avec son père.

Elle s’inscrit dans la continuité de son père, n’en déplaise à ses sympathisants.
Et ce n’est certainement pas en faisant du FN un club de transfuges d’ex chevénementistes et gauchistes qu’elle s’imagi

Les terroristes musulmans devraient être jugés comme les criminels de guerre nazis

Nul n’est présumé coupable sans avoir été jugé et qu’ont été épuisées toutes les voies de recours – mais je suis pour la présomption de culpabilité dans le cas des djihadistes, qui ne sont pas des criminels comme les autres.

La justice musulmane ne reconnaît pas ce principe fondamental du droit humain. Elle condamne avant de juger et elle juge sur des simples présupposés. Il suffit de ne pas être musulman pour mériter la peine de mort.

L’islam divise le monde en deux camps, le sien et celui qui mécroit en lui, qui est l’ennemi à combattre, et à abattre.

Les musulmans n’ont guère le choix : celui qui n’est pas comme moi est un ennemi auquel il faut mener une guerre totale et sans merci jusqu’à sa reddition, sa soumission à l’islam ou son anéantissement. « Et combattez-les jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’association [incitation à l’extermination des non-musulmans] et que la religion soit à Allah seul [ la fin du pluralisme religieux et politique]. » (2, 193).

Il est du devoir de chaque musulman digne, de payer de sa personne et de ses biens pour étendre la bannière de l’islam aux quatre coins de la terre.

De la même façon que le Coran fait un distinguo tranchant entre les fidèles musulmans et les incroyants, il fait de même entre les musulmans-guerriers, va-t-en-guerre, et les musulmans « pacifiques », bisounours. « Ne sont pas égaux ceux des croyants qui restent chez eux […..] et ceux qui luttent corps et biens dans le sentier d’Allah. Allah donne à ceux qui luttent corps et biens un grade d’excellence sur ceux qui restent chez eux […..], et Allah a mis les combattants au-dessus des non-combattants en leur accordant une rétribution immense, des grades de supériorité de sa part ainsi qu’un pardon et une miséricorde. » (4,95-96).

C’est la force de frappe de l’islam. Les intrépides et téméraires combattants d’Allah ne reculent devant rien pour accomplir la mission assignée à chaque musulman pour faire triompher l’islam et purifier la terre de la présence de ceux qui ont commis un crime irréparable aux yeux d’Allah : ne pas faire allégeance à son messager.

Les djihadistes doivent répondre de leurs crimes de guerre et contre l’humanité selon le Statut de Rome devant une cour martiale et non pas une juridiction pénale spéciale comme ce sera le cas de Salah Abdeslam.

  • Ils sont des prisonniers de guerre d’un type nouveau, sans qu’ils ne relèvent de la Convention de Genève de 1949.
  • Ils n’appartiennent pas à un corps armé conventionnel d’un Etat clairement identifié, ils sont issus de plusieurs nationalités qui sont des nationalités d’opportunité.
  • Ils ne sont pas non plus des traitres coupables de collusion avec l’ennemi, ils font partie d’une nébuleuse guerrière au service d’une idéologie qui instrumentalise le religieux à des fins politiques et hégémoniques.
  • Ils militent pour une cause qui puise sa légitimité dans le Coran qui est une véritable déclaration de guerre contre l’humanité non-inféodée à l’islam.
  • Ils ne sont pas plus terroristes que les divisions des Waffen SS nazis ou les conquérants arabes déferlant sur les rivages méridionaux du bassin méditerranéen.

Guidés par les préceptes coraniques, la terreur pour eux n’est pas une fin en soi, elle est une nécessité militaire absolue qui ne doit connaître aucun répit jusqu’à la victoire finale.

Mettre constamment la pression sur les adversaires par des actes qui sèment la frayeur, la crainte et l’effroi dans leur coeur est leur mission devant Allah.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

Si la mythomanie pouvait avoir une religion ce serait l’islam

Un musulman est supérieur à un non-musulman.
Un musulman est élevé au-dessus d’une musulmane.
Un combattant dans le sentier d’Allah est installé sur la première marche du podium contrairement au musulman resté au chaud chez lui.
L’islam est la plus parfaite des religions.
Le prophète de l’islam, l’être le plus sublime jamais enfanté.
Le Coran est meilleur que tous les autres livres « révélés ».
La culture musulmane est tout ce qui se fait de mieux au monde.

L’humanité n’est rien si l’islam n’était pas là.
La femme voilée est plus chaste et vertueuse que la non-voilée.
La pensée islamique est plus féconde que la philosophie grecque, indienne et chinoise réunie.
L’art militaire musulman vaut tous les arts militaires enseignés dans les plus grandes académies militaires.
La charia est la loi la plus juste jamais donnée à l’homme.
Le modèle économique musulman est le plus pertinent qui soit.
Le modèle social musulman est le plus juste que l’humanité ait pu connaître.
L’éducation musulmane est la plus performante de tous les temps.
Les sciences coraniques valent leur pesant d’or par rapport aux sciences imparfaites des mécréants.
Les savants musulmans sont champions du monde hors catégorie.
La médecine musulmane a tout apporté à l’humanité.
Le système politique musulman est le mieux abouti pour répondre aux attentes des hommes.
L’islam dominera le monde.
L’islam est le meilleur filet protecteur des droits humains, de la femme et de l’enfant.
L’islam est un remède à tous les maux de l’humanité.
L’islam est tout et les autres ne sont rien.

Si l’affabulation avait une religion, ce serait l’islam. Mahomet savait ce qu’il faisait en ayant jeté aux orties les Dix Commandements