Les terroristes musulmans devraient être jugés comme les criminels de guerre nazis

Nul n’est présumé coupable sans avoir été jugé et qu’ont été épuisées toutes les voies de recours – mais je suis pour la présomption de culpabilité dans le cas des djihadistes, qui ne sont pas des criminels comme les autres.

La justice musulmane ne reconnaît pas ce principe fondamental du droit humain. Elle condamne avant de juger et elle juge sur des simples présupposés. Il suffit de ne pas être musulman pour mériter la peine de mort.

L’islam divise le monde en deux camps, le sien et celui qui mécroit en lui, qui est l’ennemi à combattre, et à abattre.

Les musulmans n’ont guère le choix : celui qui n’est pas comme moi est un ennemi auquel il faut mener une guerre totale et sans merci jusqu’à sa reddition, sa soumission à l’islam ou son anéantissement. « Et combattez-les jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’association [incitation à l’extermination des non-musulmans] et que la religion soit à Allah seul [ la fin du pluralisme religieux et politique]. » (2, 193).

Il est du devoir de chaque musulman digne, de payer de sa personne et de ses biens pour étendre la bannière de l’islam aux quatre coins de la terre.

De la même façon que le Coran fait un distinguo tranchant entre les fidèles musulmans et les incroyants, il fait de même entre les musulmans-guerriers, va-t-en-guerre, et les musulmans « pacifiques », bisounours. « Ne sont pas égaux ceux des croyants qui restent chez eux […..] et ceux qui luttent corps et biens dans le sentier d’Allah. Allah donne à ceux qui luttent corps et biens un grade d’excellence sur ceux qui restent chez eux […..], et Allah a mis les combattants au-dessus des non-combattants en leur accordant une rétribution immense, des grades de supériorité de sa part ainsi qu’un pardon et une miséricorde. » (4,95-96).

C’est la force de frappe de l’islam. Les intrépides et téméraires combattants d’Allah ne reculent devant rien pour accomplir la mission assignée à chaque musulman pour faire triompher l’islam et purifier la terre de la présence de ceux qui ont commis un crime irréparable aux yeux d’Allah : ne pas faire allégeance à son messager.

Les djihadistes doivent répondre de leurs crimes de guerre et contre l’humanité selon le Statut de Rome devant une cour martiale et non pas une juridiction pénale spéciale comme ce sera le cas de Salah Abdeslam.

  • Ils sont des prisonniers de guerre d’un type nouveau, sans qu’ils ne relèvent de la Convention de Genève de 1949.
  • Ils n’appartiennent pas à un corps armé conventionnel d’un Etat clairement identifié, ils sont issus de plusieurs nationalités qui sont des nationalités d’opportunité.
  • Ils ne sont pas non plus des traitres coupables de collusion avec l’ennemi, ils font partie d’une nébuleuse guerrière au service d’une idéologie qui instrumentalise le religieux à des fins politiques et hégémoniques.
  • Ils militent pour une cause qui puise sa légitimité dans le Coran qui est une véritable déclaration de guerre contre l’humanité non-inféodée à l’islam.
  • Ils ne sont pas plus terroristes que les divisions des Waffen SS nazis ou les conquérants arabes déferlant sur les rivages méridionaux du bassin méditerranéen.

Guidés par les préceptes coraniques, la terreur pour eux n’est pas une fin en soi, elle est une nécessité militaire absolue qui ne doit connaître aucun répit jusqu’à la victoire finale.

Mettre constamment la pression sur les adversaires par des actes qui sèment la frayeur, la crainte et l’effroi dans leur coeur est leur mission devant Allah.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

Une réflexion sur “ Les terroristes musulmans devraient être jugés comme les criminels de guerre nazis ”

  1. Ce sont les grands dirigeants génocidaires, de l’envergure d’un Talaat Pacha ou d’un Adolf Eichman, qui devraient répondre de leurs crimes selon le Statut de Rome devant la Cour pénale internationale.

    Les terroristes « ordinaires », embrigadés dans l’Islam avec des motivations diverses, ne sont pas des criminels de droit commun mais des lampistes intrépides, capables de risquer ou de sacrifier leur vie dans le but de contribuer à éroder l’ennemi (l’Occident).
    Ils sont des équivalents des bachi-bouzouks qui périrent dans la première vague d’assaut contre la citadelle de Constantinople, pendant la nuit du 28 mai 1453.

    *** « Ils sont des prisonniers de guerre….. »
    –> Il s’agit de la guerre Islam-Occident, qui perdure (avec des variations dans ses modalités et son intensité ), depuis exactement 1380 ans, car on peut dater précisément son début en l’an 636, ( victoires du Yarmouk et de al Qadisiya).

    *** « Ils n’appartiennent pas à un corps armé conventionnel d’un Etat clairement identifié… »
    –> Cela n’a absolument pas a entrer en ligne de compte à en croire les théoriciens modernes des guerres irrégulières :
    Gérard Chaliand, François Géré, Arnaud Blin, Elie Tenenbaum, Hervé Coutau-Bégarie, Charles Lacheroy… qui sont d’ailleurs les lointains continuateurs de Sun Tzu (544–496 av. J.-C.).

    *** « Ils ne sont pas non plus des traitres coupables de collusion avec l’ennemi…. »
    –> Ce sont plutôt des agents dormants infiltrés, qui gardent généralement la possibilité d’entrer en action de leur propre initiative.

    *** « Ils militent pour une cause qui puise sa légitimité dans le Coran…. »
    –> L’islam est une catastrophe pour l’humanité, mais c’est à nous tous (religieux, laïques, athées, libres-penseurs…etc.), les défenseurs des valeurs occidentales d’être dignes de nos valeurs.
    C’est à dire schématiquement :
    – En répliquant par une guerre sans haine, (cf. les préconisations des généraux Benoît Royal, Jean-René Bachelet….etc.).
    – En traitant avec égards et respect les soldats ennemis prisonniers rendus inoffensifs (Ce qui est faisable, du fait de notre supériorité militaire indéniable).

    *** « Ils ne sont pas plus terroristes que les divisions des Waffen SS nazis ou les conquérants arabes…. »
    –> L’intérêt de cette comparaison me semble faible.
    Les divisions SS, ainsi que les différents conquérants lancés sur les sentiers d’Allah depuis 14 siècles, étaient encadrés par une hiérarchie militaire stricte et structuré, (d’où, d’ailleurs, une « efficacité certaine).
    Les massacres destinés à dominer par la terreur découlaient soit d’un ordre explicite (cf. Tamerlan), soit le plus souvent, en donnant carte blanche à des groupes de combats réputés pour être sanguinaires.

    En revanche, l’Islam étant une idéologie performante, n’a pas un grand besoin d’un état major suprême autoritaire, style OKW ou STAVKA, pour organiser son expansion et ses offensives militaires ou psychologiques.
    Avec sa législation interne (exemple : mise à mort des apostats) et son système de propagande et d’endoctrinement coranique, il lui suffit de laisser libre cours aux initiatives de ses croyants les plus consciencieux émergeant d’une masse humaine énorme.

    Un inconvénient tactique est qu’il en résulte des opérations pouvant parfois être contreproductives, (cf. L’attentat réussi du Bataclan, le 13/11/2015, favorise t-il l’islamisation de la France ?).
    Le gros avantage est que la combattivité dans l’affrontement s’entretient et se développe indéfiniment et automatiquement, de générations en générations, quelques soient les revers de l’Histoire.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s