L’islam, l’antithèse de la vie

Pourquoi cette obsession pathologique chez les musulmans à  avancer à contre-courant de l’histoire et chercher à conjuguer au présent le passé des Arabes du temps de Mahomet négateur de la vie humaine ? Qu’ont-ils à y gagner en le réactualisant ?  A trop vouloir courir derrière l’ombre du passé ils ont fini par devenir eux-mêmes des ombres de la mort.  à courir derrière le mythe de la pureté originelle   ?

D’un passé sans lumière ils en font un phare pour leur traversée des mers de sables où ils se sont embourbés depuis 1437 ans.

Si lumière il y avait en Arabie, c’était celle de l’ère pré-islamique  que Mahomet avait éteinte à tout jamais  sur cette région du monde qu’il faisait passer comme étant celle du monde des ténèbres, la jahiliya. Projetant en réalité sur elle  ce qu’est l’islam lui-même, la barbarie érigée en dogme religieux.

L’islam a l’art de jeter un voile épais sur l’histoire qui n’est pas la sienne afin d’apparaître comme une chance pour l’humanité alors qu’il est tout le contraire de ce qu’il prétend. Quant à cette société pré-islamique tant décriée, honnie et dénigrée par Mahomet comme s’il avait une revanche à prendre sur elle, elle ferait rêver n’importe quel musulman  aspirant à vivre sa modernité.

Les femmes n’étaient ni soumises, ni reléguées,  ni bannies elles occupaient une place de choix dans tous les domaines à l’image de Khadija et Asma Bent Marwan, la plus grande poétesse arabe de l’histoire assassinée sur ordre de Mahomet pendant son sommeil.  Elles étaient libres et émancipées contrairement aux femmes musulmanes d’aujourd’hui qui portent le deuil de leur mort de leur vivant.

Tout parallèle avec ces dernières et les femmes arabes d’avant l’islam est une insulte à la condition humaine.  Entre des femmes vivantes et des macchabées, c’est la différence entre la vie et la mort.

La femme est à l’islam  ce que le non-musulman est au Coran. A se demander si Mahomet ne l’a pas créé pour nier à la femme son humanité.  Il n’a fait que répandre  sur elle le souffle de la mort  pour la réduire à un corps inerte sans vie afin de servir de poupée gonflable à son laboureur.   Mais de peur de briser les chaînes pour ne pas finir de combustibles en enfer, elle  voile son malheur et son profond mal-être tout en espérant qu’elle ferait partie des 72 houris promises aux prédateurs sexuels d’Allah. ,

Que l’on enveloppe la femme dans son linceul pour soi-disant préserver sa vertu et sa chasteté et que l’on soit obsédé par un retour aux sources de l’islam il y a matière effectivement à se poser des questions sur l’état de santé mentale des musulmans.  Est-ce que cette phobie du présent et de la liberté de la femme sont-elles symptomatique  de troubles psychotiques  ? Comme s’ils veulent marquer un mur de 14 siècles entre eux et le monde contemporain.  Une antithèse de la modernité.

Et à supposer que leur rêve de renouer avec ce passé halluciné se réalise au péril de la pérennité de l’humanité, et qu’ils retrouvent retrouver leur logiciel originel, vont-ils y rester ou continueraient-ils à faire leur travail de rétrospective jusqu’à Adam et Eve qui eux-mêmes n’ont jamais existé ?  En retrouvant leur état primitif, ils ne pourraient pas échapper aux lois de la nature et le plus fort dévorera le plus faible jusqu’à leur propre extermination.  Ils n’ont pas besoin d’attendre des milliards d’années pour y arriver puisque l’islam est la seule religion qui autorise le cannibalisme selon une fatwa d’Al-Azhar.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s