Même annulée, l’invitation du rapeur Black FM à Verdun est un acte anti-Français

A quoi jouaient les organisateurs de la commémoration du 100e anniversaire de la bataille de Verdun en invitant le rappeur Black M ? Déshonorer de sa présence la mémoire de 300 000 morts ? Insulter la France ? Cracher sur son passé ? Réduire Verdun dans les mémoires à un clip vidéo ?

Pour rendre hommage aux héros de Verdun, il existe d’autres modes d’expression musicale plus appropriée que le rap qui pour moi est à la musique ce que l’islam est à la paix.

Cet individu est-il représentatif de la jeunesse française patriotique, civique, studieuse et travailleuse ou de celle qui comme lui déverse son torrent de boue haineuse et nauséabonde sur la France, les juifs, les homosexuels, les femmes et les non-musulmans ?

Quelles sont les valeurs véhiculées par ses « chansons » ?

Ces questions auraient dû interpeller les organisateurs, avant d’inscrire son nom dans le programme des cérémonies, à moins qu’ils n’aient cherché l’occasion de faire sortir Jean Marie le Pen de son silence pour le faire apparaître comme le chevalier blanc de la défense des valeurs de la République ?

Tant sur la forme que sur le fond, les organisateurs ont failli sur toute la ligne et ont commis une grave erreur de casting. On n’invite pas un chanteur de rap, membre d’un groupe dont le sigle, S.A. renvoie à une page  noire de l’histoire mondiale qui évoque la Shoah.

Un mec vomissant la France pour honorer la mémoire des poilus ? Il fallait vraiment le faire ! Mais comme disait Audiard, les cons ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnait.

Au-delà de la personnalité trouble et sulfureuse du chanteur, j’avoue mon incompréhension et mon étonnement quant à la signification symbolique de sa présence, qui ne peut qu’acter du suicide de la France.

Que son grand-père soit mort pour la France ne change rien au fond du problème, car s’il en était digne, il aurait respecté les valeurs de la République et celles pour lesquelles son grand père s’est battu et sacrifié.

L’honneur échoyait à ce grand-père tombé sur le champ de bataille, certainement pas à un petit-fils qui rêve de voir un jour la France soumise à la Sharia.

On peut se demander, à l’examen des paroles de ses « chansons », ou plutôt de ses logorrhées diarrhéiques qui ne sont de toute évidence pas une ode d’amour pour la France, ni un hymne à la tolérance et au vivre ensemble, ce qui arriverait si un jour il devait prendre les armes pour la défendre. Ne les retourneraient-il pas contre elle ?

Tous ses semblables dont des parents et grand-parents morts pour la France sont loin d’offrir des garanties de loyauté patriotique et n’ont jamais raté une occasion pour le démontrer.

Il est grand temps de cesser de récupérer la mémoire des tirailleurs sénégalais et nord-africains pour voiler la haine de la France. La citoyenneté est ce qu’on est soi-même et non pas l’héritage ou supposé tel dont on s’en prévaut.

Que ses défenseurs de tous bords qui se sont indignés pour sa déprogrammation nous expliquent en quoi les Français qui s’opposent à sa présence sont des fascistes et des racistes ? Est-ce que défendre l’honneur de la France est une infamie ?

Le vrai raciste anti-français, c’est celui qui déroule le tapis rouge aux pieds de ses ennemis.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s