La fascination coupable de la France pour l’islam


N’est-il pas temps que la République même si la situation est fort compromise et le mal fait des ravages  indicibles se comporte enfin en tant que République, forte, fidèle à elle-même,  jalouse des valeurs et cesse de lécher les babouches de l’hydre islamique qui lorgne sur elle depuis Poitiers ?

La République doit mettre l’islam  sous haute surveillance et de procéder d’ores et déjà à la  suspension sine die des constructions des mosquées et du régime alimentaire halal dans les cantines scolaires jusqu’à ce que les musulmans expurgent de leurs pseudos textes sacrés les versets ultra-violents, haineux, racistes et antisémites et qui présentent un réel danger pour sa propre pérennité et celle de l’humanité toute entière.

Elle ne doit plus lui céder le moindre pouce de terrain  car à chaque fois qu’elle accède à ses prétentions c’est un pan entier de son pouvoir qui s’écroule et s’effrite  pour finir par devenir une chasse gardée islamique où la charia fera loi.

C’est un prédateur à l’appétit féroce et insatiable. Jamais repu, il n’a de cesse tant qu’il n’aura pas tout englouti.

Il n’admet pas qu’il puisse exister un autre monde en dehors du sien. Il ne reconnaît qu’une seul ordre politique et juridique que celui qui émane de ses lois soi-disant d’essence divine, qui sont plus l’oeuvre d’un mystificateur-imposteur. Suprématiste, essentialiste et foncièrement raciste et antisémite, négateur des droits humains et intolérant aux libertés les plus élémentaires, allergique aux libertés d’expression et de conscience et aux égalités de droit, l’islam n’offre aucune garantie d’intégration dans l’espace républicain, et pourtant la république masochiste et faiblarde n’en a cure de tout cela.

Coloniser, anéantir, envahir, islamiser et détruire ce sont ses seuls mots d’ordre. Ne pas en tenir compte, c’est signer son arrêt de mort inexorable.

Au lieu de mettre les musulmans en face à leurs devoirs citoyens et leur faire comprendre que l’islam n’a pas à envahir l’espace public,  la République se complaît à avoir pour lui les yeux de Chimène, à faire la belle qui cherche à séduire la bête, au lieu de s’en prémunir et s’en protéger. Grâce à sa mansuétude, son laxisme, sa bienveillance et sa sollicitude toute républicaine, l’Hydre musulmane se sent de plus en plus renforcée dans son sentiment de toute-puissance, lui conférant un statut juridique, social et politique comparable à celui dont jouissait l’Eglise au Moyen Age.

A se demander si la France n’a pas chassé l’Eglise pour lui substituer  la Mosquée ne serait-ce au vu de la fascination de sa classe politique et ses élites pour l’islam et le traitement privilégié dont bénéficient les musulmans devenus les enfants gâtés de la République complaisante à leur égard.  Toujours prompte à les caresser dans le sens du poil et plaider leur cause en dépit de leur comportement en inadéquation totale avec ses lois. Comme si elle éprouvait une certaine jouissance dans la déferlante de violence incessante qui porte la signature de l’islam.

En ne cantonnant pas l’islam dans sa sphère cultuelle, la République ne trahit pas seulement ses idéaux mais surtout elle se fait sa première alliée et crée subrepticement   les conditions de l’islamisation inexorable de la France dont les premiers signes se font sentir d’ores et déjà dans une bonne partie de son territoire à dominante musulmane.

Trop faible pour enrayer sa progression et lutter contre les signes religieux ostentatoires et la dictature du halal, elle laisse faire pensant que c’est le meilleur moyen pour acheter la paix sociale.

L’islam a tout loisir de  gouverner la vie des siens dans tous  les domaines, social, légal, judiciaire, politique, intime, personnel, et économique, en attendant qu’il puisse imposer un jour sa loi à toute la France.

Or, la majorité desdits domaines sont censés relever du champ des lois républicaines, se trouve de facto entre les mains de l’islam, obligeant la république de s’y accommoder et de lui consentir des pans entiers de sa souveraineté pour ne pas le heurter et se trouver accusée de racis((me anti-musulman.

Comme s’il revenait à la république de s’adapter aux moeurs et lois de l’islam, mais la peur qui est la mère de la lâcheté l’inhibe et l’empêche de créer des garde-fous anti-islam.

Elle doit savoir que l’islam est velléitaire, cosmique, religion, conquérant, impérial, culte Etat et monde, mu par des desseins hégémoniques, totalitaires et expansionnistes qui se rêve en un futur Etat mondial pour toute l’humanité qui naîtra sur ses propres cendres et de tous les pays qui ont livré naïvement à l’islam les armes avec lesquelles il les a achevés.

L’erreur fatale est d’assimiler l’islam à une religion inoffensive et pacifique comme naguère la même république avait drapé dans les années le nazisme de vertus humanistes alors qu’il n’avait pourtant mystère de sa politique barbare, dictatoriale, fasciste, raciste et génocidaire.

Toujours atteinte de la même cécité mentale et aveuglée par son angélisme, la république fait délibérément le lit à son ennemi qui ne manquera pas un jour d’en faire le lit de mort de cette république défaillante et capitularde.

On ne fait pas entrer impunément un charognard dans la bergerie sans risque de finir par être dévoré par lui.

Tant que la république n’a pas appliqué le principe élémentaire de précaution à l’égard du péril musulman, elle devient la meilleure alliée de l’islam et l’ennemie d’elle-même.

Une réflexion sur “ La fascination coupable de la France pour l’islam ”

  1. A reblogué ceci sur L'horreur islamique à l'âge des ténèbres نet a ajouté:
    Facination semblable à celle pour le nazisme dans les années 1930: une bonne partie de l’intelligentsia européenne fut attirée par l’impression de force et de puissance qui se dégageait de ces troupes en apparence irrésistibles, seuls quelques uns (dont Léon Brunschvicg) furent fidèles aux valeurs rationalistes qui sont celles de l’esprit européen. Par contre Simone de Beauvoir confesse de manière impudique et obscène dans les « Mémoires d’une jeune fille rangée » avoir été attirée sexuellement par ces jeunes hommes germaniques bronzés qui défilaient sur les Champs-Élysées

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s