Le ramadan, cet ennemi viscéral de la raison humaine

Il n’y a pas de mois sacré quand on professe une idéologie haineuse, raciste, mortifère, sanguinaire, génocidaire et totalitaire.
De quel mois sacré parle-t-on de celui de Daech, de l’Arabie Saoudite, des Talibans, de la Qaïda, de Boko Haram, d’Ennahdha, d’Ansar Charia, des Frères musulmans et leur succursale française de l’U.O.I.F. ou du F.I.S. algérien ?
Un mois où l’on vénère à l’excès un mythomane, un affabulateur, un imposteur, un pervers narcissique, un sociopathe, un paranoïde-schizoïde, un assassin, un pédophile, un mafieux, un criminel contre l’humanité et un gibier de potence.
Un mois où le terrorisme bat son plein comme en Tunisie, en Syrie ou en Libye pour ne pas les citer tous.
Un mois où l’on déverse dans ses prières quotidiennes des torrents de venin sur les humains différents de soi.
Un mois où la courbe des accidents de la route est en forte hausse.
Un mois où la violence entre les jeûneurs bat tous les records.
Un mois où leurs économies nationales déjà exsangues sont plongées dans le fond du gouffre .
Un mois où toutes les sphères d’activité qui tournent au ralenti au cours du reste de l’année sont totalement en panne.
Un mois où l’on creuse les déficits colossaux des balances commerciale et de paiement.
Un mois où la dictature de la religion se fait plus étouffante et oppressante.
Un mois où l’on se cache pour se nourrir et s’altérer.
Un mois où l’on a son salut que dans la tartuferie et les faux-semblants pour ne pas se faire embastiller, lapider ou décapiter.
Un mois où l’absentéisme dans les entreprises et les administrations qui est une spécialité locale en temps ordinaire atteint des niveaux paroxystiques.
Un mois où l’on met en danger sa solvabilité financière pour martyriser son corps et son organisme.
Un mois où la cherté de la vie explose à la grande joie des spéculateurs.
Un mois où la mortalité suit une courbe exponentielle.
Un mois où les urgences hospitalières sont prises d’assaut après la rupture du jeûne.
Un mois où le comportement insensé et irrationnel des jeûneurs est une insulte à la raison humaine.

2 réflexions sur « Le ramadan, cet ennemi viscéral de la raison humaine »

  1. Donc on nous dit qu’il est bon de ne pas s’hydrater pendant toute une journée, et qu’il est bon de ne rien manger jusqu’au soir ? Puis le soir venu, il est bon de se goinfrer juste avant d’aller dormir ?
    Non ce n’est pas bon.
    Ni pour l’organisme, ni pour l’énergie, ni pour un peuple.
    Faisons un petit calcul. Un peuple qui manque d’énergie pendant un mois par an, c’est à dire pas loin de 10% d’une année, pendant 1400 ans et pour 1 ou 1.5 milliard d’individus, cela fait environ 200 ans de perdu par rapport à l’occident.
    Et on pourrait y ajouter le temps de perdu avec 5 prières par jour pendant 1400 ans…
    On se demande parfois pourquoi des civilisations sont en retard….

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s