Et si la peur de l’islam était une des causes du succès du Brexit

Afficher l'image d'origine

Il y a tout lieu de penser que l’ élection cataclysmique d’un musulman comme premier magistrat de la ville de Londres ait dû fort probablement avoir un impact  favorable sur le Brexit et qu’en coupant les ponts avec l’Europe, les Britanniques vont pouvoir enfin sécuriser leur territoire et neutraliser les sources du danger.

Ils ont tort d’imaginer qu’ils en ont fini pour autant avec le péril musulman qui menace les fondements de leur civilisation tant qu’ils ne procèdent pas à une réforme de fond en comble de leur propre code électoral qui autorise les résidents étrangers originaires des pays du Commonwealth à participer aux élections municipales et favoriser le vote musulman.

On ne fait pas voter les étrangers qui n’ont que faire de la pérennité des valeurs démocratiques du Royaume-Uni surtout quand ils sont de confession musulmane pour qui la priorité absolue est d’utiliser les urnes pour y déposer les cendres de la démocratie .

Il est curieux que l’on ait pas fait une analyse de la sociologie électorale de Londres qui n’est pas plus anglaise que Molenbeek n’est belge ou le 9-3 n’est français.

Au-delà des conséquences économiques, financières, migratoires, sociales, politiques,  du référendum sur la vie des Britanniques voire l’unité même du Royaume-Uni, l’urgent reste revient les réformes en profondeur de la politique sociale trop attractive et le code électoral qui autorise les étrangers issus des anciennes colonies, sauf les Pakistanais et les Fidjiens, d’être électeurs et éligibles dans les élections locales et européennes sans condition de réciprocité pour les sujets britanniques. Ils creusent eux-mêmes leur propre tombe et ils accusent l’Europe d’être leurs fossoyeurs. Ce n’est pas Bruxelles qui a voté pour ce maire.

C’est la démocratie britannique qui se saborde elle-même en faisant des musulmans des électeurs et des éligibles jusqu’au jour où ils lui porteront le coup de grâce.

Dans un scrutin à la proportionnelle, les musulmans qui comptent plus de 56 millions de fidèles à la cause de l’islam au sein de l’Union Européenne représentent la première force politique en Europe et qui ne doivent accorder leurs voix qu’aux candidats issus de leur communauté et jamais aux « associateurs » : « Et certes, un esclave croyant vaut mieux qu’un associateur même s’il vous enchante. » (sourate 2/verset 221)
Et si par extraordinaire la Turquie forte de ses 80 millions d’âmes deviendra un Etat-membre de l’Union des fossoyeurs des peuples européens,  l’Europe ne sera plus l’Europe, une nouvelle vassale de l’O.C.I.

Il est utopique de croire en l’existence d’un vote citoyen et responsable chez les musulmans. Leurs bulletins de vote sont leurs munitions pour l’achever sans coup férir.

Que les partis politiques de tous bords qui rêvent de s’attirer leurs bonnes grâces ne comptent pas trop là-dessus  car les musulmans n’ont pas le droit de s’allier aux non-musulmans :

: « Ô les Croyants! N’adoptez par pour alliés ceux qui prennent en raillerie et jeu votre religion, parmi ceux à qui le livre fut donné avant vous et parmi les mécréants. Et craignez Allah si vous êtes croyants. » (sourate 5;verset 57).
Le parti de l’islam  est inclassable sur l’échiquier politique, il serait plus à l’extrême de l’extrême droite et encore car il en est à des années-lumière en termes de valeurs si l’on entend par extrémisme, patriotisme et populisme.
Tellement l’idéologie islamique est nauséabonde et mortifère. Antidémocratique, pire que le nazisme et le stalinisme réunis, totalitaire, hégémonique, foncièrement raciste, viscéralement anti-juif et anti-chrétien,  fasciste, raciste, négationniste, destructeur, intolérant, inhumain, despotique, belliciste,  liberticide, impérialiste, obscurantiste, dogmatiquement inégalitaire et pédophile, féminicide, mémoricide, génocidaire portant en lui tous les germes destructeurs de l’humanité..
Indépendamment des effets pervers du code électoral britannique, le Brexit est un avertissement pour tout l’Occident qui a tout intérêt à contenir l’appétit insatiable de l’ogre islamique en supprimant l’espace Schingen d’une part  et d’autre part chaque pays membre doit durcir son code de nationalité s’il ne  veut pas finir par disparaître sous Les coups de boutoir d dont les urnes sont son atout maître dans son entreprise hégémonique.
Plus il y a des élus musulmans, plus l’islam est en position de force pour imposer sa dictature.

 

Une réflexion sur “ Et si la peur de l’islam était une des causes du succès du Brexit ”

  1. Je suis français d’origine algérienne et je partage à 1000 % vos points de vue , l’islam est un cancer à bannir de la planète terre .

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s