Les islamistes, un danger mortel pour l’humanité

Ils arrivent en réfugiés  quémandant pitié et compassion et se transforment demain en envahisseurs pleins de haine et de rancoeur pour leurs bienfaiteurs.
Ils ne vivent que pour leurs dogmes et ne jurent que par l’anéantissement de l’humanité qui n’est pas la leur. Car pour eux être islamistes c’est tuer l’humain qui est en eux.
Vous leur donnez une miche de pain sans savoir que vous leur fournissez un pain de dynamite qu’ils jetteront dans vos magasins; gares, stades, aéroports, musées et salles de spectacles;
Vous leur tendez la main pour les sauver c’est le couteau de boucher que vous leur tendez pour vous décapiter un jour comme ce sinistre musulman qui vient d’ôter la vie à un couple de policiers en ce début de ramadan. Ils n’ont qu’un but installer leur dieu dans son trône aux dimensions de la planète baignant dans le sang humain.
Ils ne sont pas sur terre pour cohabiter avec les autres, ils doivent la purifier de toute présence qui n’est pas musulmane comme jadis Mahomet en Arabie et Daech aujourd’hui en Syrie et en Irak.
De vos vies et les leurs ils font un enfer sur terre pour gagner leur paradis fantasmagorique et misérable.
Guidés par leurs seules pulsions mortifères et sanguinaires et prêts à tout pour mettre le monde à feu et à sang.
Déferlant sur vos cités telles des meutes de charognards pour se nourrir de votre chair et s’enivrer de votre sang.
Partout où ils passent détruisant toute trace de vie sur leur passage pires encore que le Napalm.
Ils se veulent des êtres purs et hors de leur vue les intouchables. Convaincus que le monde leur appartient et tous les autres leur sont redevables d’une redevance s’ils veulent jouir de la vie.
Ils font de la mort un idéal de vie et de la terreur une voie pour le paradis. Ils tuent et massacrent au quotidien jusqu’à ce que l’humanité finisse par ses plier à leur loi pour avoir la paix;
C’est hélas la stricte vérité.

Like

 

Like

 

Love

 

Haha

 

Wow

 

Sad

 

Angry

Comment

Si l’islam était lumière les musulmans ne brilleraient pas par leur ignorance

L'homme qui veut détruire les pyra­mides

Si l’islam est lumière pourquoi les musulmans baignent dans l’obscurité totale depuis le jour où ils sont tombés sous son joug ? Si l’islam est un phare pour l’humanité pourquoi n’a-t-il jamais sorti de la poussière la civilisation égyptienne ? Pourquoi n’a’t-il pas non plus fécondé une civilisation en Arabie et préservé les vestiges romains dans cette contrée ? A-t-il mis en lumière la civilisation babylonienne ? Qu’a-t-il vraiment mis en valeur des civilisations des peuples conquis ? Sans les Anglais, les Français et les Allemands, l’humanité aurait-elle découvert les prestigieuses civilisations qui ont marqué l’histoire humaine ? Pendant que soi-disait il brillait de tous éclats, ce qui est un mythe, il y en avait une qui régnait en maîtresse sur le monde la chinoise. Sans les Assyriens, les Perses, les influences gréco-indiennes il ne serait jamais sorti de son état de sauvage.
Il y a des peuples qui ont fait l’histoire et d’autres l’ont parasitée, Quand on a une fibre civilisationnelle on respecte la civilisation d’autrui, on ne détruit pas la mémoire historique des hommes ni être dans le déni de toute histoire qui n’est pas la sienne pour se faire passer comme étant l’histoire elle-même.
Les civilisations s’évaluent à l’aune de leurs apports concrets et quantifiables, celle-ce n’existe que par le mensonge et la vantardise.
Elle n’a inventé ni la roue, ni le papier, ni la roue, ni la boussole ni le fer à souder, ni la lampe électrique, les aqueducs, la loupe, elle a raté tous les grands rendez-vous de l’histoire.
Il est temps de cesser d’affubler l’islam des vertus qui ne sont pas les siennes.,

Partout où les Américains passent les peuples se meurent

Ce n’est pas la « reconquête » imminente de Falloujah par les « forces » irakiennes  qui va permettre au peuple irakien  de retrouver sa souveraineté, sa prospérité et son unité violées et de faire ressusciter les centaines de milliers de morts fruit d’une guerre apocalyptique qui s’est abattue sur lui depuis 1990 avec des conséquences tragiques à tous les niveaux, sécuritaires, sanitaires, sociales, humaines, économiques, émiettement du pays, résurgences des conflits interethniques et inter-religieux.   Un gouffre abyssal que ne pourrait combler et le pays de la bonne concorde entre les communautés ne sera plus jamais comme avant.

Une victoire qui n’est certainement pas la sienne, certaines sources évoquent avec insistance la présence de soldats israéliens sous couverts des E.U. sur le terrain;  dont il se serait bien passé et qui ne peut que réveiller en lui les regrets des temps de la dictature de Sadam.

Il n’avait pas besoin d’en arriver là si les Américains  avec la complicité coupable du Conseil de Sécurité de l’O.N.U. un Département US bis, à la tête d’une coalition de 32 pays  n’avaient pas mené une véritable croisade contre le régime de Sadam.

Les Américains sont les premiers responsables du malheur du peuple irakien. Ils sont comme les envahisseurs musulmans à chacun de leurs passages, ils laissent derrière eux que champs de ruine, morne plaine, misère et terreur.

L’

Afghanistan n’était pas un havre de paix mais les Afghans vivaient en sécurité. Ils n’étaient pas en butte au terrorisme, à l’intolérance, au fanatisme et au rigorisme religieux,  mais leur destin humain a changé au lendemain du premier attentat du World Trade Center le 26 février 1993 pour un bilan de 6 morts et 1042 blessés qui serait . En effet, les Américains se sentant trahis par leurs  anciens protégés de Gulbdun Hekmatyar, un des chefs de la résistance afghane contre l’invasion soviétique, avaient décidé de troquer la peste par le virus du sida taliban avec l’aide de l’Arabie Saoudite et le Pakistan, les deux principales têtes de l’hydre radicale musulmane.

Les Américains ont le don de créer le serpent venimeux qui finit toujours par les mordre en premiers.

Les Libyens livrés aux vautours islamistes, les Syriens martyrisés  dont plus de 30% de la population sont sur le chemin de l’exil et les Tunisiens ne leur ont rien demandé. Des peuples qui jouissaient d’une certaine stabilité politique et qui étaient loin d’être les derniers de la classe à l’échelle du bien-être humain sont rendus exsangues et envoyés dans les tréfonds de l’humanité depuis que les Américains leur ont inoculé le sida wahhabite et son corollaire le terrorisme.  

L’Egypte l’a échappée belle et l’Occident qui obéit au doigt et à l’oeil aux Américains peut remercier Sissi de lui avait épargné le plus grand Tsunami migratoire de tous les temps.

Ces réfugiés ne présentaient un danger pour personne avant que le Département d’Etat et ses marionnettes européennes ne se soient lancés dans une aventure suicidaire pour ces peuples et les leurs mus par des calculs impérialistes, vénaux, criminels, sordides et morbides de la la Maison Blanche.

Convaincus qu’en fédérant les Etats musulmans sous la bannière wahhabo-obscurantiste, ils pourront étouffer les velléités d’émancipation politique et de développement économique de ces peuples afin de les maintenir dans leur sphère d’influence pour en faire des consuméristes éternels.  

On ne gagne pas de l’argent avec les peuples adultes, on s’enrichit de leur misère et de leur infantilisation surtout quand ces peuples possèdent dans leurs  sols des richesses minières et minérales incommensurables.

Qui mieux que la puissante drogue dans de l’islam pour les rendre apathiques, indifférents à leur destin politique, les abrutir, abêtir, incapables de résilience,  à l’image des Saoudiens  sous la bonne garde des oligarques religieux à la solde de leurs maîtres américains!

La lâcheté de l’Occident face au péril hégémonique musulman

Si l’Occident  ne veut pas être envahi par les ras de marées humaines en provenance des pays soumis à la dictature de l’islam qui ne vont pas tarder à déferler sur elle et échouer sur ses côtes, la solution ne consiste pas à construire des nouvelles digues électrifiées tout le long de ses côtes telles une muraille de Chine ou un nouveau Mur de Berlin, elle est surtout politique et civilisationnelle. Elle doit commencer de cesser de sacrifier la démocratie sur l’autel de  ses seuls intérêts géostratégiques; géo-énergétiques,  géo-politiques et commerciaux, en adoubant l’islamisme comme elle avait sacrifié les Juifs et tous ceux qui n’étaient pas dans le moule nazi dans les années 30.

Curieusement au lieu d’aider à accompagner les peuples du Printemps arabe dans la voie de la démocratie, elle a choisi délibérément la carte des partisans de l’instauration de régime politique de despotisme théocratique sur le modèle qataro-saoudien. Histoire de sécuriser son territoire et acheter la paix civile dans les cités-ghettos à prédominance musulmane où les prédicateurs wahhabites propagent une idéologie des plus nocives et rétrogrades. Convaincue qu’il n’y a pas d’autre alternative pour se prémunir contre le danger terroriste de caractère islamiste que d’en faire des alliés stratégiques sous haute surveillance aidée pour cela aussi bien par le Qatar et l’Arabie Saoudite qui sont de surcroît les mentors idéologiques et bailleurs de fonds de la nébuleuse islamiste.

Or, l’épisode tragique du carnage terroriste de Toulouse-Montauban doit normalement lui faire prendre conscience que l’islamisme est une pandémie incurable et un volcan jamais éteint. Imprévisible, il peut frapper n’importe où et n’importe quand. Naïve et crédule qu’elle est, elle croit que la sécurité des son territoire et de ses frontières commence dans les pays des rivages méridionaux méditerranéens supposés être les antres du terrorisme islamique est une stratégie de courte vue alors que les agents djihadistes sont géolocalisés sur son propre territoire dont ils sont des ressortissants de 2ème génération.

Toujours aussi inconsciente et irresponsable, elle ne se rend pas compte qu’elle attise le feu de la haine dont elle sera la première victime de ceux qu’elle a pris sous son aile. On ne fait jamais d’un pyromane un soldat du feu comme on ne peut faire des islamistes-terroristes des gardiens de la paix et de la sécurité. Son aveuglement lui fut fatal en 1939-45. Au lieu de continuer à faire dans un angélisme de mauvaise goût, elle doit savoir qu’en caressant le pitbull islamiste dans le sens du poil, elle court vers sa propre perte. Comme à chaque fois qu’elle rate le rendez-vous de l’histoire, elle provoque immanquablement un désastre humain dont elle est la première victime.

Les islamistes polymorphes ne sont pas des hommes de pouvoir, ils sont des hommes de la terreur convaincus d’être investis d’une mission messianiques : faire régner la volonté d’Allah sur terre. Elle croyait bien faire en les intronisant chez eux mais elle oublie un détail essentiel, jamais un islamiste ne renoncera à ses desseins cosmiques et impériaux. Sinon, il perdrait son âme islamiste. Lui qui rêve de la conquérir elle aussi, il ne va se contenter du strapontin offert et d’un rôle de second couteau alors qu’il ne fait que fourbir le sien pour pouvoir mieux la décapiter elle-même après avoir fini de décapiter ses coreligionnaires qui n’adhèrent pas à son système idéologique. Alain Juppé, pseudo grand homme d’Etat, au passé délinquant avéré, manque de discernement quand il prétend que la porte est ouverte à un islamiste s’il renonce à la violence.

Peut-être que lui avait-il tourné la page de son passé judiciaire mais un islamiste jamais ! C’est comme si on lui demandait de se convertir au bouddhisme alors qu’il ne veut pas être musulman. Le vœu formulé par cet ancien repris de justice n’était pas sans rappeler celui de son prédécesseur au Quai d’Orsay Daladier qui délirait sur les vertus humanistes des nazis. Un islamiste qui se modère est comme un nazi qui tempère ses ardeurs. Tant qu’on ne connaît pas leurs mécanismes idéologiques et psychologiques ainsi que leur état psychotique, il est vivement recommandé de ne pas prendre des paris sur leur conversion aux vertus de la modération. Non M. Juppé, un islamiste ne raisonne pas, c’est un prédateur-illuminé comme Ben Laden, il mord d’abord et dépèce sa proie.

La révolution tunisienne, le plus gros bobard de tous les temps

 ·

Les Tunisiens connus pour leur apathie légendaire et leur nature mollassonne depuis le jour où ils ont été contaminés par le virus arabo-islamique, se sont trouvés le 17 janvier 2011 vêtus par les médias occidentaux  des habits des grands  peuples révolutionnaires comme les Russes et les Français. Une surprise énorme pour un peuple qui jusqu’alors brillait surtout pour son indifférence pour son destin politique et qui semblait parfaitement s’accommoder du règne de leur Zaba national .

Le voilà désormais promu à l’insu de son plein gré au rang des peuples héros de l’histoire après avoir été un joujou entre les mains de ses maîtres, il n’allait pas bouder son plaisir en se demandant mais qu’ai-je fait vraiment pour mériter un tel trophée qui est le fruit d’une lutte à mort pour le changement et la prise de pouvoir  ?

Aucun climat ou presque d’insurrection  au préalable ne pourrait laisser penser que les Tunisiens  ont été capables d’une telle prouesse qui fait d’un tocard un crack. Ils ne croyaient pas eux-mêmes que leurs escarmouches allaient provoquer son départ brutal et irréel  qui était loin d’être en situation de danger.

Un scénario que personne n’imaginait s’était pourtant réalisé laissant les Tunisiens complètement babas. Un miracle  dans une terre où le changement est un sacrilège où l’homme n’est pas acteur de son destin s’était produit en l’absence de la pression de la rue et Ben Ali s’était trouvé embarqué sur un vol pour une destination officiellement inconnue mais connue des vrais scénaristes du vaudeville révolutionnaire tunisien qui étaient comme par hasard les premiers par la voix du chef de la régie Barak Hussein Obama qu’ils peuvent prendre acte du départ de Ben Ali et cueillir les lauriers de leur victoire. Une victoire aux goûts ubuesques et kafkaïens et surtout aux allures d’une mise en scène hollywoodienne.

Ils sont entrés dans les annales de l’histoire en étant le premier peuple au monde à avoir fait sa révolution sans jamais l’avoir faite.

Ils sont comme touchés subitement par  une grâce divine, heureux de tourner leur casaque pour basculer tous dans le rejet de Ben Ali après l’avoir adulé pendant 23 ans. En aucun moment, ils se sont doutés qu’ils ont été les dindons de la farce.

Un sacré un coup de Poker menteur digne des grands films hollywoodiens sorti de la manche des stratèges du Département d’Etat américain. Ils ont été bernés d’illusions révolutionnaires et pris les vessies pour les lanternes. Ce qui est une illusion d’optique, un miroir aux alouettes, un mirage dans le désert arabique, une pisse de chameau comme remède au cancer est pour eux une révolution.

En effet, si la révolution tunisienne n’était pas une simple vague à l’âme, un mouvement d’humeur, un gros pète, elle ne serait pas devenue aujourd’hui synonyme de lâcheté, de traîtrise, d’ennui, de cimetière à ciel ouvert, un club pour moribonds, de bigotisme, de zombies, de terrorisme, d’intolérance, de haine de l’autre, de deuil de la vie, de la joie de mourir (le djihad) dans la voie d’Allah, de passéisme, de régression, de faux dévots, de charlatans, de requiem à la mort, de suicidés, etc…

Une révolution qui ne va tarder à faire regretter aux tunisiens l’âge d’or du règne du sulfureux Ben Ali. Avec lui, ils avaient la joie de vivre, aujourd’hui ils ont le devoir de propager l’islam par la terreur, de s’adonner au djihad du nikah et de mourir pour la gloire d’Allah et de ses desseins hégémoniques et criminels.

Musulmans, vous êtes fermés comme des huîtres

On ne fait des charognards islamistes des animaux domestiques: cas de la Tunisie

Article du 13 juin 2012

pedo3

En confiant en ce jour noir du 23 octobre 2011, le pire dans leur histoire millénaire depuis la trahison de Caton,  leur destin politique au charognard nahdhaoui  les Tunisiens  s’imaginaient que leur pays allait échapper aux affres des années de braise de leur voisin algérien et bien plus que ça démonter au monde la capacité de ce peuple à rendre compatible l’islam avec la démocratie.   Autant  ressusciter Mahomet pour lui faire payer ses crimes de guerre et contre l’humanité que de faire des terroristes congénitaux et dogmatiques des acteurs du changement à moins qu’il ne s’agisse dans le cas d’espèce de la dissolution définitive de la Tunisie dans le bain acide de l’islam à la sauce salafo-wahhabite.

Maintenant que le prédateur  jamais repu règne en maître avec leur plein consentement, il va se faire une grande joie pour les dévorer un par un jusqu’au dernier pour assouvir sa faim insatiable et s’enivrer de leur sang . N’est-il pas écrit quelque part dans je ne sais quel livre effroyable et indigeste, certainement dans le manifeste apologiste de la mort et de la haine de soi et de l’autre érigées en idéaux de vie, connu sous le nom du Coran :  harcelez-les, pourchassez-les,  nettoyez la terre de leur présence, chassez-les, livrez-leur un combat à mort,  chassez-les, anéantissez-les  et dévorez-les tous un par un jusqu’à ce qu’il n’en reste plus rien ?

Des sentences mises en exécution  par  les Compagnons de Mahomet, des Califats  les Mogholes, les Fatimides, qui sont  en train de se réaliser sous le règne du futur Califat wahhabite.

Ils sont des exterminateurs, ils ne lâcheront jamais prise tant qu’ils n’ont pas réduit le pays en amas de cendres et irriguer son sol du sang des Tunisiens et tout particulièrement ceux susceptibles de déjouer leurs plans criminels.

Au cas où les Tunisiens ne le savent pas ou feignent de l’ignorer la secte des caniveaux wahhabite d’Ennahdha qui veut dire renaissance en Arabe celle du monde des ténèbres, c’est la Qaïda vous gouverne comme en Libye.

Plutôt que de circonscrire le péril nahdhaouiste, ils la supplient  de les protéger des salafistes avec l’aide du guignole collabo Rachid Amar qui sont en réalité ses propres créatures.

. Autant faire appel à la Qaïda elle-même  pour éradiquer le danger qu’elle a elle-même créé. Ennahdha n’est rien d’autre que la branche tunisienne du mouvement salafo-wahhabo-djihadiste mondialiste. C’est une affaire d’islamistes qui se décline en qoutbistes, salafistes, wahhabites et djihadistes armés.

Pour ceux qui doutent encore, je convie les musulmans tunisiens qui arborent le masque de la modération de franchir le rubican du djihad s’ils ne veulent pas finir cramés en enfer de rejoindre les rangs de leurs compatriotes sur les nombreux fronts du terrorisme musulman dans le monde .