Mammifère ou champ de labour, à la femme musulmane de faire son choix

Afficher l'image d'origine

Un journal satirique prête aux grands savants saoudiens encoraniqués du cerveau un scoop scientifique inédit dans l’histoire de la biologie humaine et animale, la femme ne fait pas partie de l’espèce humaine, c’est un mammifère.

Une avancée considérable dans la science charlatanesque islamique. La voilà qui change de statut, elle pourrait désormais être un animal d’extérieur et pas besoin de se se cacher du regard de l’homme. Si leurs élucubrations scientifico-délirantes s’avèrent justes, la femme saoudienne peut espérer un avenir au soleil du désert arabique comme pour les vrais camélidés.

Elle n’aura plus besoin de revendiquer la liberté de conduire et de circuler, c’est elle qui va conduire son chamelier qu’elle aura tout le loisir de le faire désarçonner si le coeur lui en dit. On ne saurait leur faire grief d’avoir fait passer la femme d’un objet non-identifié à une quadrupède hybride de la famille des camélidés et des bovidés.

Une découverte saluée comme il se doit par Jillian Birch, porte-parole d’Amnesty International, qui a déclaré qu’elle est optimiste quant à l’avenir des femmes en Arabie Saoudite, un pays phare dans les droits de la femme et les libertés humaines, ce qui lui vaut la reconnaissance de la communauté internationale toute heureuse et fière de lui confier la présidence du groupe du Conseil consultatif des droits de l’homme des Nations-Unies.

« Ce verdict montre les progrès incroyables du mouvement des droits des femmes au cours des 50 dernières années, » a t-elle admis dans une conférence de presse ce matin. « Enfin, les femmes ne seront plus simplement considérées comme des objets sans âme, mais comme des mammifères à part entière, avec les mêmes droits que les autres animaux de leur espèce tels que les chameaux et les chèvres, » dit-elle, visiblement très émue. « Les femmes sont encore loin d’être considérées comme 100% humaines, mais leur état s’améliorera considérablement grâce à cette décision ».

c/2016/03/10/arabie-saoudite-un-comite-de-scientifiques-a-statue-que-les-femmes-sont-des-mammiferes-et-non-des-etres-humains

Afficher l'image d'origine

En assimilant la femme à un chameau, un dromadaire ou une chèvre, les savants de l’islam donnent une consistance scientifique à la zoophilie que Mahomet la science en était un fervent adepte.

Peu importe le partenaire tant que ces êtres qui ont le sexe à la place du cerveau et vice-versa, ont un réservoir pour déposer leur super glue.

Mais si la femme est un mammifère de préférence docile et obéissant l’homme serait quoi juste ? Un vertébré de seconde zone ? A moins que l’homme ne se soit pas fait tout seul, son spermatozoïde se transforme tout seul en embryon, nul besoin de rencontrer l’ovule féminin comme le proclame le traité de la biologie humaine encoraniqué : « Ô humains! Si vous avez quelques doutes sur la résurrection, nous vous avons créées de terre puis d’une goutte de liquide, puis d’une sorte de sangsue [l’homme est donc un hermaphrodite] puis d’une chaire mâchée. » (S. 22, V.5).

Leur découverte anthologique leur vaut de figurer à la première place du palmarès de l’ultra-machisme et du sexisme.

Elle remet même en question la thèse de Mahomet, qui lui aussi mériterait qu’on lui tresse des lauriers en chardon et en ronces trempés dans l’urine d’une jeune chamelle. Allah a créé l’homme invariablement de poussière (3, 59), mais aussi de boue (38, 71), d’extrait d’argile (23, 12), d’une argile sonnante comme le poterie (55, 14), d’une argile crissante (15, 26), une autre fois d’une boue collante (537, 11), en passant par une boue malléable (15, 26).

L’homme a été malaxé et passé par toutes les textures boueuses et argileuses, avant qu’Allah ne lui insuffle une partie de son esprit. Et de l’homme, il créa la femme en l’amputant chirurgicalement d’une côte plus tordue, voilà pourquoi la femme est frappée d’une malédiction éternelle, être imparfait et pervers dès sa création. Craignez votre seigneur qui vous a créé d’une seule personne et a créé de celle-ci son conjoint (4, 1).

C’est l’évidence scientifique même qui n’a pas besoin d’être prouvée tant qu’elle est énoncée par Mahomet. Il n’en demeure pas moins qu’elle infirme la théorie de ces grands savants labellisés par Allah lui-même.

Ils n’ont pas commis un sacrilège, ils se rendus coupables d’une contre-vérité scientifique dans le sens musulman du terme.

Bizarrement, leur découverte sur l’origine de mammifère placentaire tridactyle de la femme dotée de 74 chromosomes soit davantage que le bipède humain ne semble guère avoir suscité la moindre réaction hostile de cette incroyable communauté rationaliste et positiviste qui illumine le monde de tout son savoir au point que les vrais mammifères sont heureux de ne pas appartenir à cette espèce d’humanoïdes décérébrés.

Mais qu’en pensent les femmes musulmanes qui se voient aujourd’hui relégués au rang des bovidés et des camélidés ? Apparemment c’est moins offensant pour elle que leur statut de champ de labour.

Mais ne vénèrent-elles pas justement un homme qui  « comparait la femme aux chèvres pour leur complaisance et leurs facilités. Elles peuvent aussi se comparer aux vaches et aux chamelles parce que l’homme peut leur monter dessus » ? ( Ehkem El-Korane, ibn El Arabi, V. 4, ).

De champ de labour, de déficiente mentale à l’esprit dans le vagin et à monture que tous les hommes peuvent  chevaucher la femme est vraiment gâtée par Allah et Mahomet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s