Comment les femmes musulmanes peuvent-elles croire en une religion qui n’a que haine et mépris pour elles ?

Afficher l'image d'origine

« Je n’ai laissé derrière moi une cause de tentation plus funeste aux hommes que les femmes. » Chères musulmanes voilées ou pas et quoi que vous fassiez vous restez une calamité pour votre Mahomet. « Je n’ai pas vu une femme au paradis elles peuplent l’enfer comme les rats dans leurs tanières. »Qu’une femme accomplisse ses cinq prières, jeûne son mois, préserve son sexe et obéisse
à son mari, et on lui dira : « Entre au Paradis par la porte que tu veux ! » »
[ Rapporté par Ahmad et at-Tabarânî d’après ‘Abd ar-Rahmân Ibn ‘Awf ]

Des propos des plus misogynes et attentatoires à la dignité humaine qui témoignent de la rancoeur maladive de Mahomet pour la femme, né de père inconnu et ayant vécu dans l’ombre de sa première femme, qui devaient lui valoir un bon procès pour crime contre l’humanité  s’il était de ce monde. Vous le vénérez comme s’il était votre idéal d’homme alors que vous êtes pour lui dépourvues de discernement ou plutôt de « foi et de raison ». A se demander si au fond il n’aurait pas tort.  Votre aveuglement et absence de discernement témoignent de votre conditionnement psychologique et doctrinaire.  Totalement formatées et lobotomisées et incapables de résilience. De votre résignation et soumission vous en faites un idéal de vie pour digérer l’amertume de votre existence.

Aucune chance pour vous de vous attirer sa bénédiction alors que vous êtes une malédiction éternelle pour lui et quel que soit le rang que vous occupiez :« Le meilleur des rangs pour les hommes est le premier et le pire des rangs (pour les hommes) est le dernier, et le meilleur des rangs pour les femmes est le dernier et le pire des rangs (pour les femmes) est le premier »

Plutôt que d’éduquer vos mâles au respect absolu de votre intégrité physique et à leur apprendre les règles de vie en collectivité, il vous est interdit de marcher au milieu d’eux pour ne pas réveiller en eux leurs instincts bestiaux toujours en quête de leur proie, c’est pourquoi il vous est ordonné de marcher sur les bords du chemin, raser les murs,  pour vous protéger de leurs velléités sexuelles.

Allah veille sur votre chasteté comme s’il n’ avait mieux à faire que de vous enfermer dans un bagne  :
« Restez dans vos foyers ; et ne vous exhibez pas à la manière des femmes d’avant l’Islam (Jahiliyah) »(3, 33).

De crainte que vous ne cédiez vous mêmes à la tentation alors que vous êtes la source même de la tentation, votre Allah  vous a mis sous la tutelle éternelle de vos hommes qui ont autorité sur vous et auxquels vous devez obéir au doigt et à l’oeil si vous voulez être parmi les 72 prostituées halal qui lui sont promises au grand bordel du Fardaouss.

Il ne vous suffit pas  de remplir fidèlement votre devoir cultuel vous avez l’obligation de vivre dans la crainte de votre maître et le  vénérer comme s’il était votre Allah en personne. Vous devez vous mettre à genoux devant lui comme Allah se prosternant devant son Mahomet qui aurait aimé vous voir encore plus humiliées que vous ne l’êtes déjà « Si j’avais ordonné,  à une personne de se prosterner devant une autre,
j’aurais ordonné à la femme de se prosterner devant son époux.».   » Les épouses pieuses sont obéissantes et gardent dans l’absence ce que Dieu sauvegarde « 

Et si par malheur il vous vient à l’idée de ne pas céder à ses assauts virils vous aurez tous les anges maléfiques pour vous lapider toute la nuit. « Lorsqu’un homme invite sa femme à partager sa couche, qu’elle refuse et qu’il passe la nuit irrité contre elle, les anges la maudissent jusqu’au matin. »[ Rapporté par Al-Bukhârî, Muslim et Ahmad ]

Comment les anges peuvent-ils être des figures de l’épouvante et de la peur dans votre théologie sadomasochiste ? Il est prescrit au musulman de battre la femme désobéissante et rebelle et vous-mêmes vous semblez vous en accommoder parfaitement sans rechigner en donnant l’impression que vous en éprouvez une certaine jouissance orgasmique. “ Les hommes ont « autorité » [qawwâmûna] sur les femmes, en raison des faveurs que Dieu accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu’ils font de leurs biens. Les femmes vertueuses sont obéissantes « à leur mari » [qânitât], et protègent ce qui doit être protégé, pendant l’absence de leur époux, avec la protection de Dieu. Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance [nushûz], exhortez-les, éloignez-vous d’elles dans leurs lits et « frappez-les » [wa-dribûhunna]. Si elles arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles, car Dieu est certes, Haut et Grand ! ” (4, 34)

Encore un mystère impénétrable comme un musulman qui laboure son champ de la taille du corps d’une femme.

3 réflexions sur “ Comment les femmes musulmanes peuvent-elles croire en une religion qui n’a que haine et mépris pour elles ? ”

  1. Je me suis toujours demandé comment des femmes libres pouvaient se convertir à une religion qui les asservit.

    J'aime

  2. Cher Artémis

    Oui, c’est là tout le problème.

    A la lumière de tout ce qui se passe chez nous, en France, où des jeunes filles vont dans les écoles laïques, cela paraît incompréhensible.

    IL est possible qu’elles aient des bases maternelles affectives, faibles. Il est vrai que le socle d’une vie, c’est la maman. Mais le maternage primaire (de zéro à un an) semble de plus en plus difficile à réaliser dans nos sociétés étant donné que pour avoir une vie économique correct, deux personnes du foyer doivent travailler de nos jours, le père et la mère

    De plus, si une mère avait les moyens économiques de rester à la maison pour s’occuper de son enfant, ca ne serait pas très équilibrant pour elle, car l’individualisme occidental fera d’elle une pauvre maman solitaire. Je n’ai pas entendu parler du baby blues dans les sociétés non occidentales où la maman est entourée par le groupe. Une maman est comme tous les humains, un être sociable qui a besoin de relation avec les autres..

    D’autre part, le maternage à l’occidental sépare trop le corps de l’enfant du corps de la mère. Et nos chers innovateurs ont inventé tant d’appareils qui le séparent de plus en plus de sa maman primate (car nous sommes une lignée de primates).. On ne porte plus l’enfant dans les bras, Il ne mange plus dans les bras de maman. Ce socle de vie s’il s’est bien passé entre maman et enfant permet à l’enfant d’avoir un imaginaire, un rempart qui lui sera d’un grand secours, d’une grande sécurité dans les moments difficiles de la vie. Le manque de maternage à cette période primaire de la vie, créera une grande insécurité à l’intérieur de soi.

    On sait que le maternage crée  » l’attachement » qui va engendrer « l’affection, qui va engendrer ‘l’amour, l’empathie, la compassion ».

    Quand cette période de maternage « primaire » est entravée, elle engendre « une distance mère-enfant » qui si elle n’est pas résolue
    engendre à son tour UN MANQUE (non exprimable parce que le bébé ne comprend pas ce qui lui arrive, il ne sait que le ressentir et le subir) et différentes sortes de réactions de la part de l’enfant.

    Cela ira de l’enfant agité, à l’enfant dépressif ou trop calme ou agressif ,ou l’enfant dissocié « automate de la vie » et d’autres comportements encore, tant notre cerveau est complexe en capacités d’expression..

    Ce mal être va s’exprimer à différentes phases de la vie. Certains deviendront « adict  » d’un quelconque produit, d’autres seront des adict de la revolte, de la rebellion, d’autres se chercheront un compagnon dictateur qui par diversion leur permettra de dire : je suis malheureuse à cause de lui,

    d’autres adhèreront à des sectes ou à des entreprises mortifères. VOILA NOUS Y SOMMES. .

    L’adhésion à des sectes, car ce que font ces femmes libres c’est cela aussi.. Là il s’agit pour elles d’adhérer à ce qu’il y a plus de sectaire dans la religion musulmane. De plus sectaire et de plus mortifère, car elles adhèrent à quelque chose « d’anéantissant » à savoir quelque chose qui les fait mourir à elles-même. Leur personnalité va être ensevelie par la doctrine à laquelle elles vont adhérer.

    Pourquoi cette volonté de mourir à elle-mêmes. Parce qu’elles n’ont pas accès à leur propre souffrance, qui vient de trop loin. Il faudrait pour ça qu’elles fassent des années de thérapie pour accéder à l’enfant malheureux, qu’elles ont réussi par la construction de digues psychiques, à ensevelir aussi.

    Mais le psychisme a ce quelque chose de diabolique ou de merveilleux, c’est que ce dont tu as manqué, frappe toujours à la porte. Si tu acceptes d’ouvrir la porte, la souffrance va se révéler à toi, mais….elle peut si tu n’es pas aidé par un professionnel, te faire violence, grande violence au point que tu ne puisses pas la maîtriser.

    DONC QUE VONT FAIRE CES JEUNES FEMMES LIBRES (qui ne l’ont jamais été puisque esclaves d’une souffrance qu’elles ne peuvent pas nommer) elles vont chercher une AUTRE PORTE capable de la contenir. Et elles vont adhérer à des sectes qui dans leur « organisation
    rituelle et obsessionnelle », leur permettront d’avoir une sorte de paix « malsaine » mais de paix quand-même.

    Je me suis toujours demandé pourquoi la vie continue quand le démarrage d’une vie ne se fait pas bien. Parce que notre cerveau est d’une telle puissance et une telle complexité qu’il nous permet de construire des digues psychiques fantastiques pour que nous puissions contenir les tempêtes intérieures. Mais jusqu’à quand. <des digues peuvent céder, elles ne sont pas éternelles".

    Quelle tristesse pour moi, d'avoir vu une mère de famille voir sa fille partir pour la syrie, alors que cette jeune fille avait réussi ces études en dans la plus grande école prépa littéraire,, quand on sait le niveau de cette institution.

    Dernière réflexion au sujet du maternage : je me demande si la mère musulmane avec tout ce qu'elle porte peut vraiment être une maternante d'amour,

    – car la répudiation qui la guette,
    – le statut dévalorisant que lui accorde le coran,
    – l'enfermement qu'elle doit vivre,
    – le mariage forcé ou arrangé,
    – l'oppression masculine à son égard,
    – la contrainte d'aller vivre dans la famille de son mari, donc chez sa belle mère,

    n'en font-ils pas UNE MAMAN AUTOMATE. Une maman automate qui assure la SURVIE de son enfant, mais pas la VIE, Une maman automate n'a plus assez de ressources pour transmettre "la joie, la tendresse, l'élan vital, la curiosité de toutes choses, la poésie, conter des histoires à son enfant etc..

    Donc l'homme musulman en "étouffant" la femme qu'il a épousé, condamne ses propres enfants.

    .

    J'aime

  3. triste que ma poésie humouristique dépeignant un système de pensée familial islamique dont l’aboutissement est une douce lobotomie de la pensée d’une mère de famille ne soit pas présent. Ce n’est pas grave on vous aime quand-même.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s