La Rafle du Vel d’Hiv. de 13000 juifs dont 4000 enfants c’est de l’histoire factuelle Mme Le Pen

Quand on ne connaît rien à l’histoire on botte en touche pour ne pas se cramer. Après sa bourde sur Staline, en comparant son rôle dans l’histoire à celui qu’elle veut faire jouer à Bachar al-Assad oubliant au passage que sans Staline elle serait encore sous les bottes des nazis, elle insulte carrément l’histoire du martyr des Juifs.

Jusqu’à preuve du contraire Vichy c’est la France, le Vel d’Hiv c’est en France, les policiers étaient des Français, leurs donneurs d’ordre étaient des Francais, le fichier des Juifs portait l’entête de la République française, Bousquet haut fonctionnaire français, Pétain n’était pas un béotien et il adoubé par la majorité des parlementaires, ces Juifs étaient des êtres humains comme elle qui ne demandaient rien d’autre que le droit à la vie mais que ses compatriotes zélés et collabos considéraient qu’ils valaient mieux les sacrifier sur l’autel du nazisme pour sauver l’essentiel.

Une question de détail comme dirait son ignoble géniteur. Peu n’importe son patriotisme e ses prétendues capacités à sauver la France du péril musulman, on juge les femmes et les hommes à l’aune de leur respect de la mémoire.

Elle pouvait exprimer tout simplement sa compassion pour les victimes de la collaboration et s’engager solennellement à veiller à ceci ne se reproduira plus jamais ça en France.

Juste s’en souvenir pour que la France n’ait pas un jour à se trouver sur le banc des accusés.

C’est aussi ça le devoir d’un(e)responsable politique

Une réflexion sur « La Rafle du Vel d’Hiv. de 13000 juifs dont 4000 enfants c’est de l’histoire factuelle Mme Le Pen »

  1. Marine le Pen a raison.
    Le régime de Vichy, contrôlé par les Allemands, n’incarnait pas la France mais une partie des Français : les capitulards du 22 juin 1940 et ceux qui pendant l’occupation surent s‘enrichir sans vergogne sur le dos de leurs compatriotes.
    Rappelons que, selon les clauses de l’armistice, «Les trois cinquièmes de la métropole sont occupés par l’armée allemande et la ligne de démarcation est une frontière intérieure séparant la zone occupée de la zone libre» et que «Théoriquement, la souveraineté française reste entière sur l’ensemble du territoire mais dans la zone occupée, l’Allemagne exerce tous les droits de la puissance occupante, ce qui implique que l’administration française collabore avec elle».
    D’ailleurs, dès le 23 juin, Churchill déclare que le gouvernement français, le seul d’Europe à ne pas avoir choisi l’exil, est complètement assujetti à l’ennemi et n’est donc de ce fait pas le gouvernement d’un pays indépendant.

    La rafle du Vél’ d’Hiv
    «À l’origine, il y a le projet hitlérien d’arrêter un grand nombre de Juifs dans toute l’Europe occupée. En France, jalouse de ses droits, l’administration, tardivement informée, veut dans certaines limites garder la maîtrise de l’opération.
    C’est ainsi que sont mobilisés à Paris 7.000 policiers et gendarmes sous les ordres du délégué en zone nord de René Bousquet, jeune et efficace fonctionnaire du GOUVERNEMENT DE VICHY.»

    «Le 16 juin, en accord avec les forces d’occupation, les AUTORITES DE VICHY acceptent de livrer 22.000 juifs de la région parisienne. L’opération, prévue initialement le 13 juillet, mobilise 6.000 agents de police. Heureusement, des fuites permettent à près de 9.000 juifs d’échapper à ces arrestations.»

    Ceux qui ont écrit ces lignes doivent-ils être, eux aussi, traînés sur les bancs de l’infamie pour avoir utilisé les termes de « gouvernement » et « autorités » de « Vichy » plutôt que de « la France » ?

    La satisfaction d’un ego ne peut rejaillir sur l’ensemble d’une population !
    «Le chef du gouvernement, Pierre Laval, est obsédé, par la reconnaissance de la souveraineté française à l’ensemble du territoire. Garantie par l’armistice de juin 1940, celle-ci est régulièrement violée par les allemands en zone occupée et contestée à Paris même, qui n’est plus la capitale.
    Réussir une grande opération policière en zone occupée ne serait-il pas le meilleur moyen d’imposer aux Allemands le respect de la souveraineté française ? Laval, qui a déjà clairement affiché ses bons sentiments envers la collaboration, saisit l’occasion d’offrir les services d’une administration française dont l’efficacité, selon lui, ne manquera pas d’être récompensée par les autorités d’occupation. Aucune considération humaine ne saurait avoir sa place dans cette froide stratégie de la raison d’État.»

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s