Pourquoi les pauvres musulmans doivent rester pauvres

Quand un musulman nourrit un pauvre il ne le fait par convictions personnelles et pour l’amour du bien du bien, il le fait pour le bonus, hassannate, qu’il escompte en tirer et surtout pour obéir au troisième pilier de l’islam.

Allah a prescrit l’aumône légale, la zakat, pour figer les pauvres dans leurs conditions misérables et de préserver les riches contre leurs velléités de rébellion. Allah a créé les pauvres comme il a créé les riches. Les pauvres sont voués à le rester. Ils sont condamnés à le rester, chercher à inverser le cours de leur destin, c’est aller contre la volonté d’Allah, et commettre ainsi une fitna prise dans le sens de trouble, révolte, sédition, agitation, désordre, chaos.

Les musulmans ne doivent pas détester ce qu’Allah a choisi pour eux. Les jeux sont faits avant même qu’ils ne soient nés. Allah a écrit leurs histoires de vie, ils doivent juste se conformer à ses préceptes et de ne rien changer à l’ordre social qu’il avait fixé. Allah les comble de ses biens comme les en prive. Le riche n’a pas acquis sa richesse de par ses propres moyens licites ou illicites, c’est une fadhl, une grâce, une faveur venant d’Allah « C’est là la grâce d’Allah, qu’il attribue à qui Il veut. » (Boukhâri et Mouslim). Le pauvre ne doit donc pas convoiter ce qu’Allah avait mis en dépôt chez le riche qui doit lui donner la zakat, variable selon le montant de sa fortune. Le Coran contient plus de 80 versets concernant la zakât et l’obligation de s’en acquitter. Cette aumône est considérée comme un droit des pauvres de prélever dans le surplus des plus riches.
« Soyez assidus à la prière, faites l’aumône, vous retrouverez auprès d’Allah le bien que vous aurez acquis à l’avance, pour vous-même. »(2,110)
« Prélève une aumône sur leurs biens pour les purifier et les rendre sans tache. »(9, 103)

La pauvreté est une épreuve, un test voulu par lui. Les pauvres doivent faire preuve de patience, sabr s’y résigner et se satisfaire de leur sort s’ils ne veulent pas finir éprouvés au feu de l’enfer(51, 13). Selon la Tradition mahométane, les pauvres ne seront pas seulement les élus du Royaume des cieux, ils entreront au paradis 500 années avant les riches.

Toute tentative de résilience est par conséquent un sacrilège. Les pauvres ne doivent accepter l’existence dont ils ont été gratifiée par Allah. Et les riches ont le devoir de les entretenir car « Allah fructifie la bouchée de nourriture que l’un d’entre vous a donnée en aumône comme l’un d’entre vous élève son chamelon ou son poulain; » selon un hadith rapporté par Aïcha
[cité par Ibn Hibban)

Rien n’est gratuit chez les riches musulmans, ils ne font jamais rien pour rien.
C’est un investissement pour l’au-delà. Si Allah ne leur avait pas promis un ajr, littérairement un salaire, ils ne le feront certainement pas.

Appatés par les perspectives d’une vie opulente et luxurieuse pour l’éternité, ils achètent des actions au marché boursier d’Allah en croyant réaliser une plus-value comme un boursicoteur qui spécule en bourse.

Sauf que ce dernier n’utilise pas la pauvreté comme effet de levier contrairement au musulman.

Le meilleur des hommes n’est pas celui qui œuvre pour le bien commun de l’humanité mais celui qui fait l’aumône aux pauvres aux yeux de Mahomet les aide à se complaire dans l’assistanat.

Le mendiant musulman lui-même n’est pas à court d’argument pour réduire les âmes musulmanes pour lui donner la petite pièce et ce qui lui donneront Allah le leur remboursera au centuple.

Heureux les musulmans « philanthropes » et « charitables » qui ne font pas la bien pour le bien mais ils pe font pour gagner les prébendes divines mais à condition que leurs dons ne soient destinés qu’aux seuls musulmans. Et la charité bien ordonnée commence toujours par ses coreligionnaires et si jamais ils tendent la main aux non-musulmans c’est par pur calcul prosélyte.
L’Abbé Pierre n’est pas musulman.

La vraie revolution en Tunisie sera contre l’islam ou ne le sera pas

  • La vraie guerre que les tunisiens doivent mener, ce n’est pas une guerre civile c’est une guerre pour l’indépendance nationale.
    11 décembre 2012, 09:42

Les tunisiens ne se battront pas pour la Tunisie de peur d’entraîner leur pays dans le chaos alors qu’il est comme un bateau ivre qui est entrain d’échouer dans les profondeurs abyssales.

Ils confondent guerre civile et guerre pour l’indépendance nationale. c’est Ennahdha qui fera couler leur sang pour garder son pouvoir et leur imposera son diktat ad vitaem eternam et transformera le pays en suzeraineté wahhabite et un snctuaire terroriste aux portes de l’Europe.

Ce ne sont pas les tunisiens qui prendront les armes pour libérer leur pays, c’est eux qui imposeront leur pouvoir par la puissance de feu de leurs armes. Par conséquent on ne combat pas un ennemi belliciste, terroriste, maléfique et prêt à tout pour conserver le pouvoir par la voie pacifique.

Les bulletins de vote ne sont indiqués pour combattre les meutes de loups affamés de chair humaine et assoiffés de sang. C’est un leurre de croire que vous allez y parvenir par les urnes des cendres de la démocratie qui risquent demain de devenir celles des cendres de la Tunisie.

Le pays est peuplé aujourd’hui de terroristes djihadistes venus du monde entier comme et ce n’est certainement pas pour faire du tourisme qu’ils y sont, c’est la 5ème colonne tapie dans l’ombre en attendant son heure pour embraser le pays en cas de tentative de soulèvement populaire contre Ennahdha, voire une hypothétique défaite électorale de cette dernière.

Ce sera toujours elle qui ripostera par les moyens appropriés pour conserver son pouvoir qui lui généreusement octroyé par les politicards tunisiens. Il n’est un secret pour personne que son pouvoir est illégitime, mais grâce aux petits arrangements entre amis et le marché de dupes passé sur le dos des tunisiens, il a été rendu légitime. Ennahdha n’a jamais gagné les élections du 23 octobre 2011 mais c’est son bras électoral, l’I.S.I.E. l’Instance Sournoise de l’intronisation d’Ennahdha qui a lui concocté la victoire au-delà de ses propres espérances comme ce gouvernement de la Troïka qu’elle domine des pieds et de la tête né d’un coup d’Etat institutionnel. Ayant eu ce qu’elle veut sans coup férir, elle ne lâchera pas les positions acquises sources de privilèges et d’enrichissement personnel sans mettre la Tunisie à feu et à sang.

Les tunisiens se doivent de se préparer à des lendemains de larmes et de sang. Le leur et non pas celui des meutes de loups islamistes. Le monde n’a pas gagné la guerre contre le fascisme et le nazisme par la magie des mots et les bulletins de vote.

Le wahhabisme, cet islam fondamentalement musulman, cheval de Troie des WASP

  1. Le wahhabisme cheval de Troie des W.A.S.P. dans leur conquête du monde arabe.
    9 septembre 2012, 16:53

La tragédie qui frappe de plein fouet actuellement les peuples tunisien, syrien, libyen, yéménite, égyptien, et avant eux l’algérien et l’irakien, outre les chrétiens et animistes soudanais, n’est pas inhérente à ces peuples, elle concerne les peuples du monde entier.

Tous ses peuples sont pris dans le tourbillon infernal de calculs géostratégiques, géo-énergétiques, géopolitiques, géo-sécuritaires et géo-économiques qui les dépassent et dont ils ne sont qu’une quantité négligeable. Aucun peuple au monde n’est à l’abri de ce type de drame et n’est en droit par conséquent de dire que cela n’arrive qu’aux autres. Quels autres justement alors que l’autre c’est aussi soi.

Quand la terreur islamiste a déferlé sur l’Algérie avec la complicité active de la Maison Blanche, personne ne s’est souciée du sort du peuple algérien. Plus de 300 000 et des centaines de milliers de blessés ainsi que le traumatisme de tout un peuple dans l’indifférence criminelle de la communauté internationale. F. Mitterrand s’indignait face à la rupture brutale du soi-disant processus démocratique en Algérie qui n’était rien d’autre que son processus de wahhabisation que les patriotes algériens avaient su enrayer au prix de nouvelles années et d’éviter à leurs voisins de subir l’onde de choc wahhabites . Curieusement, malgré les appels de mises en garde réitérés des algériens meurtris par la terreur wahhabite, on a fait comme si la tragédie algérienne n’avait jamais existé et qu’elle relève d’un pur fantasme effaçant d’un seul trait de plume une des plus grandes tragédies de notre temps. Si l’Algérie n’avait pas résisté farouchement au wahhabisme, il y a tout lieu de penser qu’il y a longtemps qu’un pays comme la Tunisie serait tombée sous son joug colonial.

L’Algérie à défaut d’avoir éradiqué la bête immonde wahhabite fécondée par les anglo-saxons a su retarder l’échéance de son implantation programmée en Tunisie comme ailleurs. Il n’en reste pas moins que ni les tunisiens ni aucun autre peuple n’a daigné de tendre la moindre oreille attentive aux suppliques de leurs amis algériens sur le péril wahhabite. Ainsi, l’indifférence et la politique de l’autruche restent les meilleurs alliés de la wahhabisation du monde arabophone.

Il est plus que temps de tirer enfin la leçon des 20 ans d’une guerre qui ne dit pas son nom mais qui n’est pas une guerre civile, elle est une guerre anti-coloniale. Celle-là même qui menace dangereusement les pays du Printemps arabe comme les qualifient les stratèges de la Maison Blanche, passés maîtres dont l’art de flatter l’ego des musulmans, leur laissant croire qu’ils sont enfin passés de peuples dominions au statut des peuples majeurs. Forts de leur connaissance des structures mentales et culturelles de ces peuples, ils savent mieux que quiconque que le meilleur moyen d’endormir leur vigilance et de gagner leur sympathie est de les habiller des habits de lumière.

Au lieu d’une attaque frontale et un passage en force comme ils ont voulu le faire en Algérie, ils ont retenu les leçons de leurs échecs passés. Autrement dit, au lieu de réveiller l’hostilité de ces peuples vis-à-vis de leur pion wahhabite, ils se sont placés en meilleurs amis et alliés de ces peuples afin de pouvoir fixer leurs jalons islamistes sans que l’on y prenne garde.

N’hésitant pas à jouer à la mère-poule de ceux qui sont supposés être ses pires ennemis, comme si les anglo-saxons étaient étrangers à l’émergence du wahhabisme depuis 1744. Les mouvements djihadistes ne sont en réalité que les ennemis de façade des grandes puissances qui savent que le wahhabisme et son corollaire l’obscurantisme est le meilleur atout politique pour maintenir les peuples arabophones en marge du concert des nations.

Seul l’abrutissement religieux de ces peuples est garant de leur propre pérennité énergétique et prospérité économique et financière. Le drame de ces peuples n’est pas seulement la résultante de leur propre histoire arabo-musulmane négatrice des libertés et qui n’est en aucun cas une fatalité contrairement aux idées reçues, il est également mais surtout l’expression d’une nouvelle politique impérialiste dont la finalité première est de dépouiller ces peuples de leurs richesses minérales, gazières et pétrolières.

Avec les anglo-saxons, les W.A.S.P., il ne peut et ne doit y avoir un partenariat gagnant-gagnant. Interdire par tout moyen, tel qu’on le voit en Syrie actuellement, l’accès de ces peuples à l’âge adulte, celui qui fait d’eux des peuples maîtres de leur destin politique et humain avec des dirigeants responsables et patriotes, soucieux des intérêts de leur nation que de ceux de leurs commanditaires.

La stratégie des W.A.S.P. n’est pas diviser pour mieux coloniser, stériliser la pensée de ces peuples et les comme les nazis stérilisaient les handicapés en tirant profit de la religion dans son interprétation la plus obscurantiste et violente.

Wahhabiser pour mieux surexploiter ces peuples, tel est le sens caché de la Realpolitik américaine pour les pays du Croissant arabophone.

Avec le retour de ses djihadistes de Syrie la Tunisie sera-t-elle un nouveau foyer d’incendie ?

  1. Comme toutes les guerres la guerre syrienne aura aussi sa fin et les mercenaires djihadistes tunisiens regagneront leur pays pour venir grossir les rangs de l’armée . Aaguerris aux combats urbains et aux attaques-suicide il n’est pas impensable que la Tunisie ne subisse le contre-coup de la tragédie syrienne.
  2. En effet,  ce sont autant de bombes à retardement qu’Ennahdha va actionner à leur retour en Tunisie. Ils sont ses seules armes pour reprendre possession de son butin tunisien perdu par les urnes et qu’elle ne pourrait regagner que par le pouvoir de la terreur  à cause de son rejet massif par les Tunisiens. lIs seront ses Waffen SS pour effrayer la population et anéantir toute forme de résistance dans ce pays.
  • Avec un président momie vivante plus soucieux de préparer son fils à sa succession et un gouvernement sans relief et insipide, la secte nazislamiste aura toute la liberté pour plonger le pays dans un chaos indicile

Que les tunisiens apprennent à faire une véritable lecture politique de l’incendie du siège de l’U.G.T.T à Ben Gardane, la quasi absence des forces de police dans le Sud du pays, la visite de Jomaâ aux E.U. et celle de l’Emir du Qatar qui veut transformer la Tunisie en terre djihadiste.

Faire de la Tunisie une terre d’accueil des Frères nazislamistes ne signifie rien d’autre que son arrêt de mort.

Quant à l’Algérie avec un Bouteflika, une momie vivante,  candidat à la présidence contre son plein gré, dont il ne faut pas attendre des miracles car elle n’est même pas une garantie pour elle-même avec le retour en force du F.I.S. et les revendications d’indépendance du peuple berbère.
La Tunisie ne ressemblera plus à rien même pas à la Somalie.
L’Europe et les E.U. vont-t-ils se résoudre à accepter un foyer djihadiste en Tunisie ? Il y a tout lieu de croire qu’ils laisseront proliférer le virus djihadiste qu’ils ont eux-mêmes inoculé dans la région comme dans leur propre territoire guidés par leurs seuls intérêts énergétiques et géostratégiques.
Ils sauront par conséquent parfaitement s’y accommoder comme c’est présentement le cas en Libye où ils continuent à faire leur business alors que le pays est livré aux bandes armées qui sont conscientes que pour leur propre survie et pour se procurer des armes, elles ont besoin des royalties que leur versent les « Suppôts de Satan » comme ils qualifient.
L’édification du capitalisme américain s’est faite par la conquête de l’Ouest et le massacre des peuples indiens, la renaissance de même capitalisme passe de nouveau par la reconquête de l’Ouest mais celui du Croissant Arabisé.
La Tunisie en tant que morceau puzzle ne pèse pas lourd sur l’échiquier géostratégique du grand capital qui ne gagne de l’argent que dans la misère des peuples. Le profit ne connaît ni scrupule ni compassion. Il est la résultante du prix du sang des damnés de la terre et des opprimés.

Non M. Trump, le terrorisme n’est ni sunnite ni chiite, il est dans l’ADN de l’islam

Ils vont tous fêter le même ramadan, islamistes, fondamentalistes, intégristes, musulmans modérés, musulmans radicaux, chiites, sunnites, djihado-terroristes, salafistes, wahhabites, que des appellations multiples pour nommer l’islam.
Il n’y pas de ramadan pour les uns et un ramadan pour les autres. Tous unis dans le respect absolu de ce pilier fondamental de leur religion. Ils ne font pas de différence entre eux quand il s’agit d’accomplir leurs devoirs cultuels nous devons en faire autant.

Il n’y a pas de musulmans par conséquent à toutes les sauces, il y a une seule sauce pour tous les musulmans. Un seul Coran pour tous, une seule divinité Allah à vénérer, un seul homme Mahomet pour modèle unique et une seule religion à suivre l’islam.

Contrairement aux idées reçues l’islam ne s’accommode pas ils doivent tous s’y accommoder sinon ils ne sont pas musulmans et les non-musulmans doivent en payer le prix comme à Manchester, Paris, Nice, Berlin , Londres, Bruxelles et Madrid, Bali, Bombay et New York autrefois.

Toute manoeuvre laissant croire que le terrorisme est lié à telle ou telle obédience est une vue de l’esprit bien pire encore une apologie de crimes contre l’humanité.

Donald Trump qui n’a fait que brasser du vent pendant sa campagne électorale se ment à lui-même, à moins qu’il n’ait endossé les habits infâmes de l’innocence de l’islam orthodoxe que sa protégée saoudite en est le fer de lance moyennant un cachet de plus de 400 milliards de dollars en voulant faire endosser la responsabilité des attentats terroristes au seul Iran alors que le terrorisme est consubstantiel à l’islam.

Aucune organisation terroriste n’est au service de l’Iran elle est au service de l’islam. Celui qui la nourrit idéologiquement, la conditionne mentalement et l’incite à semer l’effroi dans le coeur des infidèles moyennant sa rétribution dans l’au-delà fantasmé par un délirant psychopathe du nom de Mahomet

Le port du voile est la négation de l’humanité de la femme

·https://s-media-cache-ak0.pinimg.com/originals/5a/99/91/5a9991236c315ae62af354c1521e09f2.png

Comment le port du voile qui est à sujet à polémique parmi les théologiens musulmans, rendu obligatoire dans de nombreux pays musulmans qui marque l’aliénation et l’assujettissement de la femme à la double dictature de la religion et des hommes peut-il être présenté par les femmes et hommes musulmans en France comme symbole de liberté et synonyme  ?

Pourquoi les hommes musulmans sont les premiers à défendre le port du voile et glorifient les droits de la femme dans l’islam, n’est-ce pas la preuve que la femme musulmane est une majeure incapable comme le stipule clairement le Coran qui a fait de la femme ce que les lois raciales nazies ont fait du juif et des minorités ?

De quelle liberté ces adeptes de l’idéologie la plus liberticide jamais apparue sur terre parlent-ils de celle d’un bagnard qui jouit du bonheur de son bagne ou d’un oiseau en cage ?

Le voile ne peut pas avoir un double sens, un sens en France et un sens ailleurs dans les pays négateurs des droits humains.

Le signifiant de son port n’est pas é géométrie variable. Il traduit la même réalité caractérisé par un signe qui est en l’occurrence le voile.
C’est pourquoi le port du voile devenu le logo commun à toutes les femmes musulmanes partout dans le monde, une marque de fabrique, un indicateur de rejet de la modernité et du refus du vivre ensemble, doit être considéré comme une vitrine idéologico-politique, un ralliement à un modèle dune culture communautariste transfrontalière, et expressément velléitaire, nihiliste agressive, prosélyte et expansionniste.

Ses porteuses couvées par des agents de la propagande islamique sont des faire-valoir, des marionnettes, des laquais qui n’ont aucune emprise déjà sur leur propre destin humain et qui ne vivent que par et pour les éléments masculins de leur ordre socio-religieux, se mentent à elles-mêmes et ne se regardent pas dans le miroir de leurs coreligionnaires féminines traitées comme des infra-humaines dans les pays où l’islam fait loi et foi contrairement en Occident où elles peuvent prétendre que c’est un signe de liberté car en apparence personne ne les y oblige.

Qu’elles le veuilleveuillent ou non ce qui est obligatoire là-bas l’est  ici aussi sauf qu’on use de manoeuvre insidieuse et fallacieuse pour lui donner un verni de libre-choix alors qu’personnellement il a été imposé à la femme musulmane pour la distinguer de la domestique et l’esclave.

Il ne peut donc s’agir que d’une grossière ficelle  communicationnelle. Un coup de bluff pour berner l’auditoire occidental.

Aucune femme musulmane ne peut prétendre que son port est dénué de toute influence doctrinaire et dogmatique.

En l’affichant, elle témoigne de son état d’infériorité vis-à-vis de l’homme auquel elle doit rendre allégeance et lui être totalement soumise.

Derrière son port se révèle la condition féminine exécrable de la femme dans l’islam, tant dans les textes fondateurs de cette idéologie féminicide que dans l’imaginaire et les représentations des hommes qui gouvernent sa vie qui eux-mêmes sont façonnés et conditionnés mentalement et psychologiquement par une éducation ultra-machiste et du mâle dominant et de la femme esclave.

Il n’y a pas non plus de signifiés innocents, il y a son signifiant qui n’est pas neutre et qui renvoie à son mal-être et sa malédiction d’être née femme dans un milieu musulman.

Elle peut se voiler la face mais pas son paradigme cultuel/culturel, les deux se confondent dans l’islam, elle peut donner libre-cours à son imagination castrée et asséchée mais elle ne peut nier les évidences quant à la symbolique du voile. Il n’est que l’acceptation contre son gré des conditions de son assujettissement et de sa privation de ses droits humains.

Le jour où la femme musulmane sera l’égale de l’homme musulman qui lui-même est loin d’être un homme libre, loin s’en faut, il ne vit qu’à travers sa supériorité sur la femme, elle pourra en- fin afficher sa liberté en toute liberté sans avoir besoin de la voiler ou plutôt la violer.

Il n’y a pas liberté sans résilience.

Quand on veut soi-disant perpétuer et faire revivre à travers son port des traditions qui se perdent dans les nuits de la barbarie humaine, on a troqué tout simplement la vie contre la mort, la liberté contre l’aliénation et la dignité humaine contre l’esclavage..

Pourquoi les pays musulmans ne sortiront jamais vainqueur d’un conflit mondial

Il faut arrêter de faire d’une armée mexicaine une armada invincible et de donner aux musulmans plus d’importance qu’ils en ont. Vous imaginez Algériens et Marocains, Iraniens et Saoudiens, Syriens et Turcs, Palestiniens et Jordaniens, le Qatar et les Emirats, le Yémen et l’Arabie, les Somaliens, Afghans, Soudanais, Indonésiens, Malais, musulmans chinois et indiens, Bangladais, Africains, laisser au vestiaire leur animosité ancestrale et leurs querelles intestinales pour diriger le monde la main dans la main ?
Les musulmans sont seulement frères pendant la prière et encore dès qu’ils sortent de la mosquée ils redeviennent les ennemis jurés.

Je crois qu’on exagère trop leur pouvoir si vraiment ils étaient aussi forts qu’on le croit leurs pays ne seraient les pitres de la classe humaine et ne constitueraient pas pour la plupart les plus grands foyers de conflits au monde.

Et les près de 80% de non-musulmans ne sont pas des pantins à ce que je sache, un jour ils sortiront de leur silence pour éradiquer l’engeance islamique.

Jamais depuis la naissance de cette funeste idéologie  ils n’ont formé un bloc homogène soudé comme les doigts d’une main, ils ne font que s’abreuver de la haine d’eux-mêmes qui est leur seule raison d’être et de vivre.

Les fossés entre eux sont encore plus profonds qu’entre eux et les non-musulmans.

Ne les mettons pas sur un piédestal sur lequel ils ne sont jamais monté et ne faisons des tocards des champions olympiques.

Ils se sont surtout mis d’accord entre eux pour s’étriper jusqu’à la nuit des temps.

Ce n’est pas pour autant non plus qu’il faut minimiser leurs capacités de nuisance.

Ils peuvent faire autant de dégâts que des nuées de sauterelles dévastatrices.
Il suffit de regarder l’exemple de certains musulmans de France plutôt que s’inspirer de l’exemple des Chinois et des Hindous pour assurer leur prospérité économique ils préfèrent comme à Aubervilliers jouer aux bandits des quatre chemins dans la pure tradition mahométane.

Le réveil sonnera un jour où l’autre et celui qui ne fait que semer le vent de la terreur depuis 1437 ans finira par être enseveli dans la tempête de sable qu’il a provoquée.