Il n’y a pas pire crime en islam qu’une musulmane mariée à un non-musulman

« Incarcérée depuis février avec son fils, Martin, 20 mois, Meriam a donné naissance à Maya le 27 mai, dans cette prison pour femmes, à Omdurman, près de Khartoum. On lui reproche notamment son mariage à un chrétien, Daniel Wani, en décembre 2011 » –

 

L’égalité des droits entre les sexes dans les pays musulmans est comme l’égalité des droits entre les Aryens et les non-Aryens. Etre né homme fait de l’heureux élu un seigneur auquel tout est permis. Un privilège du prince qui lui confère tous les droits afférents à son rang tel que le droit de se marier à une non-musulmane issue des gens du Livre sans qu’elle ait besoin de migrer vers l’islam:

« Et [il vous est permis de vous marier avec] les femmes vertueuses parmi les croyantes et les femmes vertueuses parmi les gens qui ont reçu le Livre avant vous, si vous leur donnez leur douaire, ceci étant sous la forme d’un mariage et non en gens de mauvaise ni en preneurs d’amantes. » (S.5, V.5)

La seule restriction coranique dans le cas d’espèce est qu’il ne peut pas se marier à une athée , une agnostique, hindoue, bouddhiste, animiste, toute femme qui ne professe pas l’unicité de Dieu, « Ne vous mariez pas avec les mushrikât jusqu’à ce qu’elles soient musulmanes (…). Et ne mariez pas (vos parentes) avec des mushrikîn jusqu’à ce qu’ils soient musulmans (…) »  (S. 2, V. 221).

La deuxième partie du verset 221 de la sourate de la Baqara, La Vache, est suffisamment explicite quand au traitement différencié entre les hommes et les femmes dans le Coran. Autant dans le cas du musulman il peut contracter un mariage avec la femme non-musulmane de son choix dans le respect des prescrits coraniques, autant dans le cas de la musulmane elle ne jouit d’aucune liberté dans le choix de son conjoint qui ne peut qu’être quoi qu’il en soit que musulman sous peine de subir la colère des siens pour qui c’est un crime d’honneur qui ne peut être lavé que par le sang de l’outrecuidante.

http://postedeveille.typepad.com/.a/6a01156fb0b420970c01b8d1980ffe970c-pi

Elle est le bien exclusif de sa communauté, maîtresse de son corps et de ses choix. Une mineure incapable qui ne peut avoir son mot à dire dans le choix de son époux, elle ne peut aller que vers les mâles de sa communauté qui eux-mêmes ne peuvent pas se lier d’amitié avec les chrétiens et les juifs : »O les croyants, lorsque les musulmanes viennent à vous en ayant émigré, éprouvez-les ; Dieu connaît mieux leur foi ; si vous constatez qu’elles sont croyantes, ne les faites pas retourner vers les non-musulmans ; elles ne sont pas licites pour eux et eux ne sont pas licites pour elles » (S.60, V.10).

« Mardi 27 mai, à Lahore, au Pakistan, des policiers protègent le corps de Farzana Parveen, enceinte de trois mois. Sa famille vient de la tuer à coups de briques pour s’être mariée sans son accord. »

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20140530.OBS8943/pakistan-une-femme-enceinte-lapidee-a-mort.html

Ce que le Coran ne reconnaît pas les pays musulmans ont fait en sorte de lui donner la faculté de se marier en dehors de sa communauté mais à condition qu’il devienne musulman. Afin que son mariage ne soit pas frappé de nullité elle doit impérativement fournir un certificat qui fait mention de la conversion de son époux délivré par un imam.

Une Tunisienne mariée à un non-musulman en France par exemple n’est pas considérée comme mariée au regard de la loi de son pays tant qu’elle n’est pas en mesure de présenter le fameux certificat de conversion pour son conjoint.

Aucune possibilité par conséquent de transcription de son mariage dans les registres de l’état civil tunisien. Mariée en France et célibataire en Tunisie et si jamais elle rentre chez elle avec son conjoint non-musulman et se fait attraper en sa compagnie en voiture, à l’hôtel ou leur domicile voire tout autre lieu jugé inconvenant pour un tête–à-tête entre un homme et une femme par la police morale elle risque tout simplement la prison pour atteintes aux bonnes moeurs.

Une réflexion sur « Il n’y a pas pire crime en islam qu’une musulmane mariée à un non-musulman »

  1. J’ai pu voir de mes yeux et vivre l’expérience dont vous parlez; j’ai fréquenté  » une voilée  » durant quelques mois déjà (Je crois que l’amour existait vraiment entre-nous.) et elle m’informait (souvent) que pour une suite… je devais devenir musulman ! Autrement… sa famille, tous…. la condamnerait pour trahison de l’Islam au profit d’un Chrétien / d’un non-musulman ! J’ai toujours trouvé cela absurde et regrettable ces exigences religieuses en regard avec les unions amoureuses mais…. elle a choisie de vivre sa religion en concordance avec les exigences de celle-ci et de celles de sa famille…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s