M. Macron, le problème de la France ce n’est pas ceux qui ne sont rien, c’est sa politique sociale qui crée des assistés

·On entend jamais les carpes  dénoncer les cas d’individus rentiers jusqu’à l’âge de la retraite du système social. Ont-ils ma volonté de s’insérer ou se réinsérer ou profitent-ils de la manne généreuse accordée par une politique sociale nuisible à l’emploi ? Une aide sans contrainte ni contrôle régulier ne pourrait que favoriser des abus en toutes sortes.

Ces gens ne sont rien mais ils ne font surtout rien pour s’en sortir tout en profitant du système.

Je fais partie des acteurs sociaux, associatifs, institutionnels et économiques qui ont participé à la mise en place des cellules d’appui du RMI en 1989. Nombreux sont les allocataires qui s’étaient parfaitement accommodés de leur statut d’assisté social.

Avec le RSA rien a changé non plus où l’organisme payeur en l’occurrence la CAF se borne à un simple suivi administratif .  Sans vouloir stigmatiser tous les allocataires, Je reconnais toutefois pour quelques uns c’était une bouée de sauvetage pour un nouveau départ dans la vie. Mais l’on ne doit pas passer sous silence les cas des allocataires qui cumulent RSA et revenus de leurs activités au noir. Ou d’autres qui alternent leurs lieux de résidence entre la France et leurs pays d’origine où ils y passent le clair de leur temps et qui touchent illégalement le RSA ou certains types de prestations sociales.

En tant que contribuable et soucieux du bon usage de l’argent public il est difficile de cautionner des pratiques qui mettent en danger les comptes de la nation et qui pénalisent ceux qui se trouvent démunis suite à une démission, un divorce, veuvage, fin d’études et qui ont besoin de la solidarité nationale pour ne pas devenir des parias de la société.

Les aides sociales n’ont du sens que si l’on responsabilise les allocataires pour se projeter dans un nouveau départ avec un accompagnement rigoureux des services compétents. De par mon propre vécu professionnel, je ne puis que déplorer les effets pervers des dispositifs de l’assistanat en France. C’est pourquoi,  je serais le dernier à m’effaroucher par la formule de Macron qui doit réveiller surtout les consciences et mettre en garde l’opinion publique sur les effets néfastes d’une politique sociale trop laxiste et contre-productive et un frein majeur à l’esprit d’initiative. On ne cherche pas à insuffler aux bénéficiaires un nouveau souffle on cherche à les installer dans un état de dépendance permanente vis-à-vis du système.

Des témoignages, j’en ai à revendre comme dans le cas de certains jeunes qui gagnaient avec leur business en une journée ce qu’un travailleur social pouvait gagner en un mois et qui nous disait qu’en étant en formation ils perdaient de l’argent. Comme je peux parler des chômeurs langue durée et qui étaient obligés à suivre des formations pour un retour à l’emploi et avec lesquels nous avions toutes les difficultés du monde en matière de présence car ils travaillaient au noir.

 

Je ne sais pas s’il y a une France qui réussit et une France qui n’est rien mais je peux dire qu’il y a une France qui transpire au travail pour y arriver et une autre qui se complaît dans son échec et qui grâce aux avantages sociaux elle a su le rentabiliser.

Combien de fois on se fait tanner par des correspondants des jeunes en situation d’échecs scolaires et que nous devons leur remettre les pieds à l’étrier pour avoir signalé dans nos rapports de synthèse leur employabilité aléatoire et leur absence totale de motivation.

Il y a des individus qui ont la volonté d’aller de l’avant et d’autres indifférents à leur sort.
Pourquoi des secteurs comme le bâtiment, l’hôtellerie et la restauration, les métiers de bouche, ont du mal à recruter des jeunes français par exemple et qui se trouvent obligés de recourir à la main d’oeuvre étrangère ?

 

 

Une réflexion sur “ M. Macron, le problème de la France ce n’est pas ceux qui ne sont rien, c’est sa politique sociale qui crée des assistés ”

  1. Connaissant bien ces milieux restauration, hôtellerie, bâtiment et particulier tels fonctionnaires etc, le travail au noir est une institution.

    Lorsque des employés en hôtellerie marquent 10 heures de travail effectués et que le patron demande que l’employée retire 2 ou 3 heures sinon elle perd sa place; j’en connais.

    La majorité des employeurs sont peu-être honnêtes mais je veux constater.

    Concernant les formations bidons le FAFEA doit faire remonter des souvenirs à certains dans les départements de campagnes éloignées ou les agriculteurs morts signaient leurs feuilles de présence avec la bénédiction des différentes directions et associations. Bizarre, vous ne pensez-pas? Qui imitait les signatures et ce à grande échelle ?

    La réinsertion motif commode à certaines assos de se faire du blé sur la misère.

    Beaucoup de professions libérales font appel au travail au noir ou la moitié du chantier est facturé l’autre divisé par tâches au noir, j’en ai un sous les yeux depuis des mois. Ce même employeur est kiné, mal voyant, il bricole le dimanche accompagné d’un type au black portes fermées et véhicule dans le jardin.

    N’évoquons pas les détachés à 3,50 € de l’heure travaillant 10 h et couchant dans des baraques, chez les paysans viticulteurs, producteurs de fruits etc.

    J’ai même connu un fonctionnaire scribouillard aux impôts propriétaire de trois grandes fermes et de quelques 80 hectares de plaines et forêts ou le veau n’est pas déclaré, qui plus est il a fait faire des faux à des paysans pour avoir la retraite anticipée faisant croire qu’il avait travaillé depuis l’âge de 14 ans.

    La France est très mal gérée, normal ce sont des énarques, des chefs de clans, des Fiefs, des élus locaux ce n’est pas le chômeur à 4 sous qu’il faut combattre mais les autres petits mafieux de campagnes cachés derrière des titres pompeux ou des petites associations.

    Une bonne connaissance de ces milieux est obligatoire pour regarder sous le tapis. cela dit, le système est pourri, mais à qui la faute?

    Ils embauchent des étrangers dociles à bas coût, quant aux charges sociales, j’arrête là mon commentaire je pourrais écrire un livre.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s