Un djihadiste mort en martyr est la garantie pour les siens d’une place au paradis

A cette mère condamnée à 2 ans pour avoir fait le choix à tort ou à raison d’avoir favorisé par son attitude ambiguë et son soutien logistique et financier les desseins djihadistes de son fils je lui dirais que la meilleure preuve d’amour parental est de ne pas entraver le travail de la justice et lui dissimuler des preuves qui auraient pu sauver la vie de son fils et de ses probables victimes innocentes syriennes.

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/la-mere-d-un-djihadiste-condamnee-a-deux-ans-de-prison_1947711.html

Faire le choix de la justice républicaine était le seul moyen de préserver la vie de son enfant et celle des autres. À choisir entre un fils en prison et un fils mort dans le sentier d’Allah qu’il avait abreuvé de sang humain, c’est la première option qui doit prévaloir à moins que les parents soient motivés par des arrière-pensees idéologico-religieuses. S’assurer eux aussi une place au paradis en ayant un fils mort dans le djihad fi sabil Allah.

Aucune autre explication sensée est à donner pour expliquer l’aspect irrationnel en ce qui concerne l’aide de cette mère à son fils.

L’amour a des limites que la loi humaine lui impose. Il n’y a pas de bons et de mauvais parents. Il y a des parents républicains et d’autres qui le sont moins. On ne peut pas lutter contre le virus djihadiste sans la collaboration responsable du foyer familial et non pas pour faire de lui un délateur de la justice mais le premier rouage de la lutte contre la pire métastase cancéreuse de tous les temps. Pire encore que le nazisme. Ces parents pourraient être aussi un jour victime de la folie meurtrière de leurs propres enfants pour ne pas avoir des bons musulmans.

Deux mille familles françaises ou supposés telles qui seraient parentes de djihado-terroristes en Syrie et en Irak et qui pourraient subir les affres de la justice selon l’avocat de cette mère qui joue sur le registre de la victimisation mais combien des dizaines de milliers de victimes violées, tuées, blessés, humiliées et traumatisées à leurs actifs ?
Cette affaire est l’art de faire des responsables les vraies victimes et des malheureuses victimes des dommages collatéraux.

Encore heureux que son avocat qui a lynché comme rarement la justice républicaine qui pour une fois elle a fait son travail de justice n’a pas mis en cause la société française d’avoir engendré ces fous d’Allah

Une mère ne doit jamais couvrir les desseins djihadistes de son fils

Il y a deux catégories de mères, celles qui se font complices de leurs enfants mis en cause dans des affaires judiciaires au nom de l’amour maternel et celles qui mettent la loi au-dessus de leur amour maternel.

Une mère dévouée est celle qui ne doit pas dévoyer la loi en faisant obstacle à l’action de la justice.

Il n’y a pas dilemme qui tienne quand on a le souci de la légalité plutôt que les sentiments.

J’ai moi-même souvenir d’une histoire qui est le contre-exemple de cette affaire de la mère du djihadiste de Lyon qui se sert de son amour maternel comme paravent pour justifier l’injustifiable et motiver son mépris de la loi.

Loin de moi l’idée de refaire le procès de cette mère franco-algerienne mais je ne puis être convaincu par son système de défense au regard de d’une histoire qui a bouleversé ma vie dans les années 70 en Tunisie.

Un de mes cousins maternels activistes politiques au temps de Bourguiba avait été arrêté par son propre frère, gradé de la police tunisienne grâce à l’aide de sa mère qui lui avait  indiqué la cachette où il s’était retiré alors qu’il faisait l’objet d’un mandat d’amener.

C’était le seul moyen pour ma tante dont le mari avait servi l’armée française pendant plus de 30 ans, pour sauver la vie de son enfant.

Entre la prison et la tombe elle avait choisi la première option et de ne pas enfreindre elle-même la loi. Car elle savait pertinemment que son arrestation était inéluctable et qu’il n’y avait de salut pour son fils que dans le respect de la loi.

Cette mère  était consciente que ce n’est pas en se mettant elle-même hors la loi qu’elle pouvait  protéger la vie de son fils autant le faire arrêter par son propre frère qui lui-même avait surtout écouté son devoir de policier plutôt que de se laisser prendre dans le piège des liens de sang néfastes pour tous les deux.

C’est aussi ça une mère aimante de ses enfants et responsable qui n’a pas à jouer à la mère affligée pour faire pleurer jusque dans les chaumières comme cette mère franco-algérienne qui vient de frayer les chroniques judiciaires cette semaine et qui se plaint de sa condamnation à deux ans de prison ferme sans mandat de dépôt.

Elle devrait s’estimer pourtant heureuse que son affaire n’ait pas eu lieu en Tunisie à l’époque de Ben Ali où elle aurait été condamnée pour activité en liaison avec une entreprise terroriste à une peine autrement plus sévère qu’en France.

Qu’elle soit une musulmane non-pratiquante cela ne constitue aucunement une circonstance atténuante, cette mère a failli à ses obligations légales et citoyennes. Elle a atteint les limites de l’incongruité par son appel à la France entière pour  lui conseiller un remède qui l’aurait aidé contre l’emprise des sentiments maternels  qui auraient atténué ses facultés de discernement.

Ce remède existe bel et bien au cas où cela peut l’intéresser. C’est celui de savoir écouter la voix de la raison quel qu’en soit le prix.

L’amour maternel ne doit pas la conduire à bafouer  la loi sur la lutte contre le terrorisme dans le cas d’espèce.

En illustrant mon post par le cas de ma propre tante c’est pour rappeler à cette mère que force doit rester à la loi et que le vrai devoir d’une mère est de ne pas couvrir les méfaits criminels de son fils.

Cette mère franco-algerienne aurait eu tout à gagner à faciliter le travail de la police et de la justice.

Il est certain que son fils ne serait pas mort en Syrie si elle avait pas menti entre autres sur l’existence du passeport de son fils frappé d’une mesure d’interdiction de sortie du territoire national pendant 2 ans.

A-t-elle pensé un seul instant aux vies  humaines en Syrie qu’elle aurait pu sauver s’il avait mis un voile sur son amour maternel ?

Aucun mot non plus de compassion pour les victimes et leurs familles des pulsions djihadistes de son fils et ses sbires qui se sont rendus coupables de crimes contre l’humanité sur le territoire syrien.

Jamais l’islam ne sera foi et loi pour toute l’humanité

Si au moins les musulmans pouvaient prendre conscience que l’islam qui les a réduits eux-mêmes au stade d’esclaves et que leur seul raison de vivre est dans la négation de leur propre humanité.

Un système socio-politique qui se sert du sacré pour atomiser l’être humain doit être combattu comme son clone nazi. En en rompant les liens avec lui, ils ont pris parti si cela n’est pas toujours la manifestation de leur volonté propre ont toutefois contribué à la propagation de ce virus mortel pour l’humanité.

Le pire qui n’ait existé depuis que le monde est monde.

Tellement conditionnés mentalement et lobotomisés par un enseignement doctrinaire castrateur  peut-être cela mes sauverait de leur enfer sur terre et ouvrirait des nouveaux horizons plus apaisés à l’humanité.

Jamais l’islam ne sera foi et loi pour tous les hommes tôt ou tard il finira par subir le même destin que son congénère nazi.

Les musulmans doivent s’attendre au retour du boomerang et ils ne seront pas en mesure pour le contrer à cause du climat de défiance et de rejet suscité partout dans le monde.

Ils ont gagné à se faire des ennemis aux quatre coins de la terre et faire de leur mauvaise foi sans s’en apercevoir, ils n’ont jamais été lucides pour quat’sous, la première cause de salubrité humaine chez tous les hommes qui ne veulent pas que leur humanité serve de festin royal à l’hydre musulmane.

Ils ont ébranlé le monde par leurs actes terroristes mais qu’ils ne s’attendent pas à ce que leur mal reste indéfiniment impuni.

Des voix hostiles à l’islam sont de plus en plus nombreuses jusqu’au jour où l’humanité qui n’est pas la leur se lèvera comme un seul humain pour leur faire payer la note.

Modérés et djihadistes ils sont tous mahométans. Ils ont beau se tuer entre eux mais le jour où ils devraient prendre les armes contre l’ennemi en commun, le keffar, ils sauront tous s’aligner sous la bannière de l’islam.  Mourir en martyr dans le sentier d’Allah est le but suprême de tout musulman quelqu’il soit.

Le FN va-t-il pouvoir faire du Philppot sans Philippot ?

On a beau lyncher Philippot et faire de lui le bouc- émissaire des échecs électoraux du FN aux deux dernières élections nationales, comme si ce parti était donné favori, ll faut venir aux évidences et analyser l’évolution du vote FN avant l’arrivée de Philippot.

La vérité des chiffres plaide en sa faveur. En 6 ans il a fait progresser le FN de 10 points à l’indice des performances électorales  soit 3 fois plus ce que ce qu’il n’a pu faire en 39 ans
Aucune commune mesure avec l’épisode de Maigret qui était un simple lieutenant du patriarche où le FN était plus apparenté à une faction qu’un parti politique, voire un ramassis de nostalgiques du III e Reich de l’Algérie française, de racistes, de xénophobes, d’antisémites, de catholiques traditionnalistes, d’homophobes et d’anti-IVG.

Le FN de l’ère Philippot a changé de dimension électorale et politique pour devenir un parti comme tous les autres ou presque.

Son  image a gagné en crédibilité et séreux aux yeux de l’opinion publique.

Philippot était une sorte de caution morale et policée pour ce parti. En le perdant il risque d’y laisser des plumes.

Faire comme s’il était toujours là et continuer à faire du Philippot sans Philippot c’est comme si l’on veut faire du saut à l’élastique sans l’élastique.

La France face au péril intégriste musulman

Est-ce que les 30% de musulmans ouvertement hostiles à la République sont ils prêts à partir vivre en Arabie ou rentrer tout simplement chez eux voire en toute logique refuser les aides sociales dont ils se gavent ?

Quant à ce chiffre de 30% des musulmans qui rêvent d’un Califat en France, il me paraît très loin de la réalité et je ne suis pas loin de penser que la majorité des musulmans préféreraient sans hésitation la charia aux lois de la République.

http://www.forum-religion.org/actualite/la-charia-sur-les-lois-republicaines-pour-30-des-musulmans-t53574.html

Ils jouent pour l’instant à ne pas faire peur à l’opinion publique car s’ils dévoilent tous leur véritable opinion cela risque de provoquer une hostilité massive à l’islam qui est déjà à 80% et être interprété ainsi comme une déclaration de guerre qui est pour l’instant prématurée pour eux et sachant pertinemment qu’ils n’ont aucune chance de la gagner.

Ils laissent le temps au temps en attendant qu’ils soient en position de force et à ce moment là 99.99% avoueront leur attachement indéfectible à la charia et exit la République et ses valeurs humanistes, démocratiques, laïques et égalitaires.

En tout état de cause ce chiffre de 30% des musulmans qui placent la Charia au-dessus des lois de la République signifie qu’un musulman sur trois est prêt à œuvrer à la destruction du sécularisme français.

Le danger n’est plus aux portes de la France il prolifère désormais en son sein. L’ennemi est dans la maison. L’occulter reviendrait à offrir la France en Holocauste sur l’autel de l’intégrisme musulman.

 

 

 

Les musulmans ne se radicalisent pas ils reviennent aux sources de l’islam

Deradicaliser encore un néologisme créé sur mesure pour l’islam afin de faire croire que l’islam est aussi vierge que les filles des cités qui s’adonnent au djihad du nikah en Syrie.

Pourquoi un jeune qui n’était pas familier aux préceptes de l’islam se mue en monstre quand il se plonge dans la lecture du Coran ?

Le même jeune aurait lu le Capital ou la Bible ne serait pas devenu terroriste.

La vraie cause est le Coran et par conséquent l’islam.

Pour les immuniser contre ce fléau neuropsychologie il faut les éloigner de l’uslam.

On ne lutte pas contre les effets de la drogue en ménageant les dealers et en la laissant la proliférer.

Ce n’est pas avec une méthode placebo que l’on veut endiguer le péril musulman.

Pendant que l’on deradicalise à grands frais pour un resultat nul un jeune 100 autres jeunes sont déjà prêts à passer à l’acte. L’islam est la plus grosse manufacture de terroristes au monde.

Plus les musulmans découvrent l’islam plus ils versent dans l’ultra-violence car ils ont compris qu’on ne transige pas avec l’enseignement coranique si l’on est un vrai musulman.

Un musulman ne se radicalise pas il se met sa pendule musulmane à l’heure après avoir appris à la manipuler.

Ces jeunes ne dérivent pas ils sont dans la logique de leurs dogmes. Une idéologie belliciste et très agressive ne peut engendrer des amis de l’abbé PIerre