En poussant Philippot à la démission, le Front National signe son arrêt de mort

Si le FN est devenu un parti plus ou moins fréquentable ce n’est certainement pas grâce à ceux qui sont en train de lyncher Philippot.

N’en déplaise à ses ennemis tels Ménard, un opportuniste pathétique jamais encarté FN comme Collard et Aliot, le compagnon de l’héritière, Il est pour beaucoup dans les succes électoraux de ce parti.

En claquant la porte du paquebot, il a démontré qu’il est un homme de principes et de convictions.

D’un parti mineur il a réussi à en faire un acteur important de la vie politique française.
Plutôt que d’en faire un fusible et de lui faire porter la responsabilité de l’échec cuisant du parti aux dernières législatives, il suffit d’observer les résultats électoraux du Front National  avant son arrivée et après.

Je n’ai pas de sympathie particulière pour cet homme mais force est de reconnaître la qualité du travail qu’il a réalisé au sein de ce mouvement qui du parti de la haine il a adouci et apaisé son image qui lui avait permis de séduire des nouveaux électeurs venus de tous les horizons.

Ce qui est certain le FN ne va pas manquer de renouer avec ses vieux démons lepénistes qui sont lui d’être un gage qui lui permettront de briser le plafond de verre et de lui assurer des alliances politiques qui sans elles, il continuera à végéter dans la médiocrité électorale qui était toujours la sienne depuis 1972.

Le départ de Philippot risque fort de sonner le glas du FN. S’il est synonyme du retour de Marion et de l’aile dure aux affaires il n’est pas dit que les nouveaux sympathisants vont y rester.

Un jour peut-être on enseignera aux Français nos ancêtres les Arabes

Douce France je suis de moins en moins sûr mais pauvre France le doute n’est permis.

Je plains ce pays que j’aime tant d’avoir déroulé le tapis rouge à l’hydre islamique qu’elle a prise pour une bête inoffensive.

La France héritière des Lumières est en train de mourir pour laisser la place à une France cauchemardesque toute revêtue de noir comme si elle portait son propre deuil.

Ses cités peuplées des femmes et d’hommes sortis tout droit des temps des cavernes qui effrairaient Belfegor et Frankenstein.  Ils font régner sur elles un vent de la mort.

A travers leur tenue vestimentaire et leur look afghan tout indique qu’ils sont des candidats à la médaille du travail.

De quoi vivent-ils ? Mais des bienfaits d’Allah pardi !

Se montrer reconnaissants envers cette République naïve et irresponsable qui leur a donné leur dignité humaine et à fait d’eux des citoyens de plein droit comme s’ils étaient ses vrais enfants serait pour eux un sacrilège, un péché mortel.

En les intégrant dans sa citoyenneté la France est en train de se désintégrer elle-même.

Qu’est-devenue cette France de la vie qui nourrit mon intellect et qui a rayonné sur le monde, séduisant artistes, peintres, poètes, chercheurs, écrivains et tous les amoureux de la liberté du monde entier ?

La République se voile plus que jamais et Marianne est au stade final de sa métastase cancéreuse.

Trop pessimiste quant à ses chances de rémission.

Je vois plutôt une population française résignée, amporphe et plus en plus vieillissante vivant dans des maisons collectives médicalisées et une population importée jeune et nombreuse qui sera la France de demain.

Le futur de la France s’écrira de droite à gauche et ses manuels d’histoire enseigneront l’histoire de nos ancêtres la tribu de Qoreish, celle qui a enfanté le pire criminel sanguinaire de tous les temps l’ignoble pédophile et incestueux Mahomet.

Le mythe de l’islam du contexte

On a pas le droit de dire des vacheries sur l’islam. Alors qu’il s’autorise tous les droits de dire les pires vacheries sur les non-musulmans.

Jamais un dogme religieux ou politique n’a atteint des tels sommets de la haine de l’autre.

L’islam d’hier est l’islam d’aujourd’hui et l’islam de demain jusqu’à la fin des temps. Il se veut intemporel et inoxydable. Juste pour tordre le coup au principe de contextualisation de son enseignement.

La judeohobie n’a par exemple varié d’un iota depuis l’époque de Mahomet. L’islam est toujours fidèle à son texte d’origine.

Chercher à le sortir du texte c’est lui tout simplement vouloir le réformer.
Or, un islam réformé n’est plus l’islam. Il perd sa moelle et sa substance. Vérité d’un jour vérité pour toujours. Telle est la loi de l’islam.

On s’y accommode ou on y renonce. Il n’y a pas une autre voie possible. Personnaliser sa relation à l’islam c’est l’altérer, sorir violer sa loi et donc l’apostasier.

Un musulman est celui qui doit appliquer la Sunna mahométane dans toute sa rigueur et ses exigences, Ce que Mahomet a dit et fait, il doit en prendre acte et le mettre en oeuvre.

Nulle part dans le Coran il est écrit que les musulmans peuvent faire jouer leur clause de conscience pour des raisons qui les rébutent.

Allah décide et le musulman exécute. Ce qui lui paraît être un mal s’avère être un bien pour lui. Car c’est Allah qui l’a choisi pour lui.

La loi de l’islam ne change pas, c’est le monde qui doit changer pour elle.
Ce sont les musulmans qui doivent changer de mode de comportement et jamais la loi de l’islam dans le cas de figure où ils se trouvent en minorité dans des contrées non-musulmanes, dar al-harb, pour tromper la vigilance des infidèles en leur donnant l’impression que l’islam et de ne rien laisser transparaître de la vraie vérité de sa loi. Jouer à l’illusionniste pour les enfumer jusqu’au jour où ils seront en force pour leur révéler la vraie nature de la loi de l’islam.
Attendre d’être en position de force pour dégainer l’épée ou plutôt faire parler la poudre et semer l’effroi dans leurs cœurs.

Le contexte chez eux est l’attitude à avoir selon les circonstances.
Le texte est toujours de mise et la vérité de l’islam n’est pas reléguée dans la remise.

Tunisie, plus d’obstacle religieux aux mariages des Tunisiennes avec des non-musulmans

L’abrogation de cette circulaire est le fruit des combats acharnés des femmes tunisiennes qui sont des milliers dont la situation matrimoniale en Tunisie étaient alambiquées.

Mariées en Italie et en France notamment mais toujours célibataires aux yeux des autorités de leur pays d’origine du fait de l’absence du certificat de conversion dans leurs dossiers de demande de transcription de leurs mariages dans les registres de l’état civil tunisien. Islamiser les conjoints contre leur gré. A moins de devenir des musulmans d’opportunité pour ceux qui consentent à cette obligation ubuesque. Comme si la réussite du couple était dépendante de leur foi commune d’une part et d’autre part on présuppose que la Tunisienne était forcément musulmane.

En tout état de cause cette circulaire  allait à l’encontre de la Convention de New York du 7 novembre 1962 qui interdit les discriminations religieuses, raciales, politiques en matière de mariage et dont la Tunisie était de surcroît signataire.

Mais ce n’est qu’une étape pour pouvoir jouir un jour des mêmes droits que les hommes notamment dans l’héritage régi par le droit musulman qui ne reconnaît pas l’égalité entre les femmes et les hommes;

Je tiens à adresser mes plus chaudes félicitations aux femmes tunisiennes pour avoir ouvert une brèche dans la forteresse musulmane. Mais quelle brèche !

La France sera-t-elle un jour le théâtre du choc frontal des cultures ?

Certains anti-islam, et encore le sont-ils vraiment tellement ils ont peur de se regarder dans le miroir d’autrui  pour ne pas y voir se refléter les stigmates de la haine de l’autre qui les défigurent, sont autant racistes que ceux dont ils dénoncent le comportement agressif et envahisseur. Allant jusqu’à alléguer que tous les musulmans vivant en France sont des assistés sociaux.

Suprémacistes et bourrés de préjugés négatifs à leur égard. Ce n’est certainement pas avec de l’intox et de la calomnie que l’on va sauver nos libertés et notre pérennité humaine ni avec la haine que l’on gagnera la partie.

Le grandeur des hommes est de ne jamais jeter des boules puantes sur l’adversaire.
Je respecte mes ennemis même si cela m’en coûte. C’est moins procès de ces gens qu’il faut faire que la lâcheté de nos gouvernants à dénoncer depuis les années 60.

Quand tout allait bien tout le monde y trouvait son compte sans jamais se dire si un jour les choses prennent une autre tournure et les bons immigrés d’aujourd’hui révèlent un autre visage ? Tout le monde croyait qu’ils allaient un jour regagner le bled mais ils de sont enracinés dans un terreau incompatible avec leur culture d’origine.

La greffe est quasi impossible et que faire ?

Nous en sommes réduits à résoudre une problématique de la quadrature du cercle. Comment faire cohabiter des modes de vie que tout oppose ? Quelle sera la France de demain dont les contours commencent malgré tout à se dessiner dans des pans entiers de son territoire qui s’apparentent de plus en plus à des enclaves islamisées ?  Sera-t-elle une France laïque et républicaine ou une République islamique gouvernée au nom d’Allah ? Continuera-t-on à y enseigner sa vraie histoire ou celle de l’Arabie du VII e siècle et des conquêtes arabo-musulmanes ? Une France toujours européenne ou membre de l’O.C.I ? Comment concilier deux visions du monde qui l’une œuvre pour le bien-être de l’homme et l’autre œuvre pour la néantisation de la vie sur terre pour la gloire d’Allah ? Sur les frontons de ses écoles conservera-t-on encore liberté, égalité et fraternité ou tout simplement y sera gravé l’inscription chère aux musulmans daéchiens et modérés « Il n’y Allah qu’Allah et Mahomet son prophète ? Ou une France théâtre d’un choc frontal des cultures, celui de la liberté contre le dogmatisme religieux, dont les prémisses commencent à se faire sentir ?

Aucun des gouvernements successifs de la V e République n’a anticipé ni envisagé le scénario d’une cohabitation contre-nature entre deux mondes dont l’un va dans le sens des aiguilles d’une montre et l’autre qui fait du passé bédouin de l’islam un modèle de vie future.

Aujourd’hui, ces immigrés que tout le monde croyait qu’ils allaient repartir un jour chez eux sont devenus une composante de la société française non-négligeable mais qui tend à croître démographiquement jusqu’au jour où ils pèseront de tout leur poids sur son destin politique et culturel.

L’affaire de Livry-Gargan : l’antisémitisme frappe encore les Juifs chez eux

Les actes anti-musulmans, comme si les musulmans étaient un group national identifiable par des traits physiques particuliers, n’ont ont pas le même caractère de violence loin s’en faut, aucune victime à déplorer à ce jour, contrairement à ceux qui sont dirigés contre la communauté juive dont les membres ne sont même plus en sécurité chez eux.

Comparer ces actes entre eux c’est de la banalisation des crimes antisémites, faire passer les coupables pour des enfants de chœur et insulter la mémoire des victimes de la barbarie antijuive en France

Paradoxalement on se garde de les qualifier d’antisémites quand leurs auteurs sont de confession musulmane comme l’affaire du meurtre de Mme Halimi portant pourtant la signature d’Allah Akbar.

N’en déplaise au parquet, son meurtrie s’est rendu coupable de crime terroriste à caractère antisémite.

L’agression crapuleuse de Livry-Gargan, en Seine-Saint-Denis, qui a failli avoir des conséquences tragiques pour les victimes dont la plus âgée a 84 ans vient s’ajouter à la longue liste d’autres attaques qui ont endeuillé la communauté juive en France depuis 2006. L’affaire du gang Halimi, dite aussi l’affaire Halimi, l’école juive de Toulouse,  Créteil, le supermarché Cascher de Vincennes réveille les souvenirs douloureux des carnages de Toulouse et Vincennes.

Hitler tuait et spoliait les Juifs parce qu’ils sont Juifs. Aujourd’hui en France les voyous des cités de confession musulmane séquestrent, violentent, tuent et volent les Juifs parce qu’ils sont juifs.

Tout parallèle entre les deux serait fortuit n’est-ce pas ?

Un pays qui faillit dans son devoir de protection de ses minorités et qui ferme les yeux sur les dérives barbares d’une autre minorité pour ne pas soi-disant la stigmatiser est un pays en faillite morale et politique.

Cohabiter avec l’islam reviendrait à cohabiter avec le nazisme

La paix avec l’islam est comme la paix avec le nazisme. Une vue de l’esprit, un mirage pour nourir d’illusions d’optique les pacifistes installés dans le confort de leurs salons parisiens.

L’histoire sanguinaire de l’islam devrait les instruire plutôt que d’asséner des vérités sur son innocuité dénuées de tout fondement sérieux.

L’islam est une idéologie de discrimination et d’exclusion.  Les non-musulmans qui ont vécu dans les pays musulmans peuvent en témoigner avec leur statut de dhimmis, d’humains de seconde zone, comme s’ils étaient des pestiférés.

De quel islam tolérant parle-t-on de celui qui persécute les apostats ou celui qui interdit à un non-musulman de se marier à une musulmane ?

Il n’y a pas un jour qui passe sans que l’islam ne dévoile sa nature belliciste, raciste, haineuse, antisémite, criminelle, ultra-violente, barbare, rétrograde, intolérante,  ultra-machiste,  perfide, fourbe, immorale, perverse,  esclavagiste et cruelle.

Mais il n’y a que les musulmans et leurs collabos de gauche comme de droite qui continuent à doter l’islam des vertus qui ne sont pas les siennes et que si jamais elles le deviennent il cessera d’être l’islam pour finir par disparaître de la surface de la terre.
Al-Qaradhaoui disait à juste titre que sans la répression de ses fidèles et la violence dogmatique l’islam n’aurait jamais pu se maintenir.

Pour ceux qui croient aux attributs humanistes de l’islam,  il leur suffit d’aller l’expérimenter à leurs dépens dans les pays de l’Apartheid religieux que sont l’Arabie Saoudite et certains Émirats du Golf arabique, peut-être que cela va leur ouvrir enfin les yeux sur l’incompatibilité de l’islam avec la vie humaine.

Ce ne sont pas les destinations touristiques qui leur manquent aujourd’hui qui leur feront regretter de ne pas avoir goûté aux joies du Goulag sibérien. Kaboul, Khartoum, Mogadiscio, Jeddah, le Nord du Nigéria le fief des Boko Haram, le Yémen,  Tripoli, Bagdad, Mossoul théâtre de nettoyage religieux et des razzias dans la pure tradition mahométane,   Téhéran etc…

Le vrai islam est le culte de la mort, la négation de la vie humaine et la sanctification de la barbarie .

Un musulman est par définition celui qui pave le chemin d’Allah jonché  des cadavres des innocents et abreuvé de leur sang.

C’est trop facile pour vous d’être en Occident et de nous rebattre les oreilles avec votre islam des illusions perdues et de vos voiles qui nous polluent la vue.  Personnellement, je rêve de vivre dans un coin où je ne rencontrerai plus jamais un musulman soft ou hard.

Je vous laisse votre funeste paradis, je ne suis pas humainement pour cette vie de l’érection éternelle ni pour les beuveries immodérées, je préfère aller là où vous souhaitez m’envoyer rien que pour ne pas voir vos gueules.

Je crois que l’enfer c’est l’islam et le paradis c’est la vie sur terre.