Quand Tarek Ramadhan se faisait le promoteur de l’islamisme en Tunisie au profit de la secte nazislamiste d’Ennahadha

Au lieu d’ergoter sur le visage de toutes ces visites qui pour les partisans d’Ennahdha
s’inscrivent dans le jeu démocratique tunisien actuel, comme si l’islamisme est compatible avec la démocratie, il faut lever le voile sur ces visites et qu’est ce qu’elles dissimulent réellement.
Quelle est leur face cachée ? Quelle visibilité cherchent-elles à donner à l’idéologie islamiste telle que la banalise Tarek Ramadhan, futur hôte de la secte mafieuse d’Enahdha ?
Avec cette visite qui clôt une véritable caravane du tour de la Tunisie des agents des ténèbres islamistes on se doit de s’inquiéter et s’interroger sur le vrai sens de la visite de l’orfèvre en fourberie
intellectuelle, le chantre de l’islamisme moderne, adepte du poly-langage, celui qui n’a jamais condamné les attentats du 11 septembre, négationniste des révolutions du printemps arabe, descendant du sinistre fondateur de la confrérie des Frères Musulmans connu pour ses
affinités nazies et sa haine du Juif ?
En sa qualité d’héritier congénital et spirituel de cet inhumaniste notoire, sa visite ne peut être dénuée de fondement idéologique. Vouloir les assimiler à des simples visites de courtoisie, voire une tournée d’artistes égyptiens ou autres, c’est nier leur caractère hautement attentatoire
à l’identité tunisienne et à la dignité humaine du peuple tunisien. Assimiler ces visites à des simples concerts musicaux, c’est oublier une chose fondamentale, c’est faire fi du prosélytisme
agressif inhérent auxdites visites. Le plus grave est qu’elles visent à baliser le terrain à la théocratie wahhabite.
Elles constituent une violation flagrante de la souveraineté nationale.
Quand le boucher du Caire,le clone égyptien du tristement célèbre boucher de Mauthausen, exhorte les tunisiens à adopter la loi scélérate, féminicide, liberticide et barbare de la Charia afin de servir d’exemple pour les pays frères, son appel est caractéristique d’un délit d’ingérence dans les affaires d’un Etat souverain.
%ais cela ne semble guère susciter le moindre émoi chez les autorités tunisiennes de transition dont la mission est de préparer le terrain à la prise de pouvoir par la voie la plus démocratique possible à la secte infecte d’Ennahdha. Freiner la propagande islamiste dans son envol risquerait fort de leur attirer les foudres des bailleurs de fonds wahhabo-islamistes d’Ennahdha.
En réalité, toutes ces visites font partie d’un vaste programme de propagande idéologique initié, conçu, organisé financé par les wahhabites.
Ces prédicateurs médiatisés par la chaîne de la télé propagande wahhabites dont ils sont de surcroît salariés, aux visages multiformes du plus effrayant au plus avenant, tel que celui de l’héritier de l’adorateur d’Hitler, sont tout simplement en service commandé, ils sont tels ces mercenaires et snipers dont tous les despotes du monde sont férus pour mâter leurs peuples.
Dans le contexte tunisien, ils opèrent comme des véritables VRP de l’idéologie wahhabite à laquelle adhère la secte d’Ennahdha en vue d’apprivoiser la masse tunisienne.
Ils sont là pour promouvoir les valeurs rétrogrades du wahhabisme et battre la campagne pour Ennahdha et préparer la naissance imminente de futur Emirat de la Tunisie dont le vendu et terroriste Ghannouchi en sera l’Emir et son félon de gendre en sera le Grand Vizir.
Les partis tunisiens qui ont raté le rendez-vous de l’Assemblée Constituante à cause de leur apathie, vont de nouveau rater la marche de l’histoire celle qui pourra sauver la Tunisie de la barbarie wahhabite. Ennahdha est en pleine campagne deprosélytisme idéologique annonciateur de l’Oumma islamique.
Elle n’a pas besoin d’attendre le démarrage de la campagne officielle parce qu’elle est au-dessus des lois républicaines qu’elle va immanquablement abolir au nom de l’essence divine de ses édits.
Que Tarek Ramadhan ou le boucher du Caire fasse l’apologie de l’islamisme dans toutes ses variantes, ils sont aux ordres de leurs commanditaires de Doha et de Djeddah. Ils n’ont pas à respecter les lois tunisiennes parce qu’ils sont dans une logique oummienne, on est frères musulmans, ni tunisiens, ni algériens, ni égyptiens, les frontières nationales s’effacent devant la loi divine. Par conséquent, ils sont chez eux, ils peuvent s’ingérer dans les affaires
tunisiennes en toute souveraineté.
L’escogriffe de Jebali n’a pas fait mystère pourtant des desseins d’Ennahdha pour la Tunisie et les tunisiens continuent à l’occulter.
Ni constitution, ni démocratie, ni république, ni droits fondamentaux, ce sera la théocratie et
rien d’autre et Tarek Ramadhan, expert en manipulation mentale saura vous faire passer le message et vous envoûter par son charme diabolique.

Dr Salem Ben Ammar 16 février 2012

Une musulmane qui défend l’islam est comme une femme violée qui défend son violeur ou un esclave qui défend son maître.

Quand on a un minimum de dignité en soi et un zeste de discernement on ne se fait jamais l’avocat d’une religion qui a réduit la femme à un simple champ de labour que le mâle musulman peut labourer comme et quand il veut.

Une telle attitude est la pire insulte qui puisse être faite à la conscience humaine.

Pour en finir avec les rentiers sociaux

Que toutes ces associations caritatives qui s’engraissent des subventions publiques et des dons des particuliers qui se sont émues pour les 5 misérables euros de baisse de l’APL se fassent pour une fois le devoir citoyen d’exiger des Départements et des services de l’Etat compétents dans l’attribution des minimas sociaux, RSA, ASS, API un contrôle sévère de toutes ces aides qui grèvent nos impôts.

Il est absolument aberrant voire criminels que des djihadistes qui se livrent à des crimes contre l’humanité en Syrie comme ailleurs puissent bénéficier de la générosité publique au nom de la solidarité nationale.

De même que nul ne peut nier qu’un certain nombre d’allocataires cumulent les aides sociales avec un travail au noir ou qui résident régulièrement dans des pays étrangers et qui se font domicilier administrativement chez leurs proches et des associations pour des SDF. Ce qui leur permettre de vivre confortablement aux dépens des contribuables saignés à blanc par les impôts et les charges.

On ne peut pas demander indéfiniment aux Français de se serrer la ceinture pendant que d’autres exploitent toutes les failles du système en touchant indûment toutes sortes d’allocations qui pour certains dépassent le double du SMIC.

Il ne s’agit pas de mettre tous les allocataires dans le même panier et de les stigmatiser mais de mettre fin aux abus qui nuisent à la bonne efficacité de la politique sociale en France.

La propagande wahhabite au service de la géopolitique américaine

Le Qatar principauté-confetti se comporte comme une puissance impériale. Il tisse sa toile telle une araignée géante attrapant les mouches et les moucherons dans son filet cousu d’or.

En Occident, c’est le football sport de masses par excellence qui sert de vitrine pour la promotion médiatico-idéologique du Qatar, lobbying en tout genre pour l’organisation des J.O. du championnat du monde de football, les droits de télévision de la ligue européenne de football, les droits de TV des championnats mineurs, le mécénat entrepreneurial dans les cités défavorisées gangrenées par le wahhabisme et véritables bombes à retardement pour les pays occidentaux, les associations culturelles qui sous couvert de culture pour contourner les législations nationales sur les associations sont des véritables organes de propagande cultuelle; dans les pays arabisés, la chaîne de TV al Jazira est une véritable machine de guerre inondant les foyers de salves d’informations où se mêlent les messages politiques et prédicatifs et un outil de crétinisation des masses frustes et bigotes, d’aliénation mentale, de wahhabisation des esprits et d’embrigadement pernicieux, subventionnant sans compter les brigadistes jihadistes locaux drapent aujourd’hui dans les habits de l’indignité politique devenus maîtres de leurs pays grâce aux Révolutions du Printemps wahhabite, qui colonisent les lieux de culte, s’infiltrant dans les milieux sportifs, éducatifs, économiques, syndicaux, propageant une idéologie sectaire des plus hérétiques en violation avec les dogmes de la religion musulmane.

Initier, financer, manipuler, arroser, enrégimenter, noyauter, impulser influencer, pervertir, corrompre, c’est une chose, mais organiser, mettre en musique sa politique, piloter, contrôler, réaliser, exécuter, pérenniser, diriger, manoeuvrer, commander en sont une autre.

Le Qatar a-t-il vraiment les moyens intellectuels et humains de ses ambitions politiques hégémoniques ? Le même raisonnement prévaut pour les saoudiens.

Ce micro-Etat doit sa propre existence à la protection de son voisin et cousin saoudien qui lui-même vit sous la menace conjointe de sa propre minorité chiite à l’intérieur qui se trouve concentrée dans les régions pétrolifères et à l’extérieur par son éternel ennemi.

Par voie de conséquence les saoudiens eux-mêmes sont assis sur une poudrière qui pourrait les embraser d’un jour à l’autre.

Seuls les Etats-Unis puissants mentors des Saoudiens et des Qataris peuvent les tirer d’affaire. Cela ne saurait se faire sans contrepartie gagnante pour l’Oncle Sam.

Le partnership à l’américaine n’est pas celui du gagnant-gagnant, il est celui du gagnant-perdant. Le perdant est forcément celui dont la survie même dépend des intérêts géostratégiques et géoéconomiques américains.

Il s’avère que le perdant lui-même y gagnera à assurant sa propre pérennité en étendant son pouvoir et sa zone d’influence aux pays dits frères.

Mais une telle stratégie géopolitique instrumentalisant la religion seul moyen d’asseoir sa domination sur les populations arabisées ne peut-être menée si elle n’a pas l’aval et ne correspond pas aux desseins impériaux américains. En avançant perfidement et habilement leurs pions sur l’échiquier arabo-musulman, les Américains sous couvert d’un pacifisme des plus douteux se donnent aujourd’hui l’air de jouer aux accompagnateurs désintéressés de la transition démocratique dans les pays du Printemps wahhabite.

L’Administration américaine se doit elle-même d’assurer l’orchestration des opérations et de veiller personnellement à la réussite de son plan de démocratisation apparente de l’espace arabo-musulman qui sert en réalité de « cache-sexe », de subterfuge à sa wahhabisation consistant à rassembler tous les morceaux de ce peuple en un seul.

Là où ils ont toujours échoué dans leur politique d’intégration économique en Amérique latine par la création de zone de libres-échanges, vont-ils le réussir par la création d’une zone qui ne sera pas de libre-échange cette fois-ci mais une zone d’influence pyramidale cimentée par le seul lien religieux qui s’inscrit dans la logique communautariste de l’Islam politique dans sa forme wahhabite.

Pour contrôler les peuples, il faut contrôler leurs esprits. Il y une forte probabilité que le plan américain ne finisse par aboutir grâce à la wahhabisation des masses arabisées là où elles se trouvent.

Le 22 décembre 2011

C’est l’islam lui-même qui porte en lui les germes des crimes contre l’humanité

Les musulmans et leurs idiots utiles serinent que l’islam est paix alors qu’il n’y a de salut pour l’humanité que dans la soumission et la dhimmitude.

N’-a-il pas été prescrit à Mahomet de ne laisser aucune chance aux « mécrus » ? : « …Il n’est donné à aucun prophète de faire des prisonniers tant qu’il n’a pas mis les mécréants hors de combat sur la terre. »( S.8,V.67).

La paix ne régnera sur terre que le jour où plus aucune religion ne cohabitera avec l’islam (S.8, V.39).

Ils affirment que l’islam est le culte de la tolérance et qu’il respecte jalousement les croyants des autres religions monothéistes.

Tout indique que ses laudateurs sont manifestement atteints de cécité mentale et ont confondu le Coran avec la Déclaration Universelle des Droits de l’homme et du Citoyen.

En effet, aucun verset coranique ne recommande aux musulmans e faire preuve de bienveillance et de compréhension à l’égard des non-musulmans et de les accepter tels qu’ils sont, assimilés surtout à des bêtes de la pire espèce aux yeux de leur divinité maléfique.

L’islam n’accepte l’autre sauf s’il se soumet à sa tyrannie.

Le message coranique porte en lui tous les germes de la haine de l’autre et du racisme à caractère religieux : »O vous qui avez cru! Ne prenez pas les Juifs et les Chrétiens comme amis et soutiens…Allah ne guide pas la gente injuste. » (S.4, V.34).

Sa tolérance se mesure aussi à l’aune du châtiment réservé aux siens qui veulent exercer leur liberté de conscience :  » Qui que ce soit qui après avoir accepté la foi en Allah, exprime la Non-Croyance, sauf sous la contrainte, son coeur demeurera ferme dans la Foi, sur ceux de tels hommes qui ouvrent leur coeur à la Non-Croyance, sur eux est la Colère d’Allah, et une peine terrible sera la leur. » (S.16, V.106).

Tant qu’ils ne cherchent pas à briser les chaînes de leur esclavage, ils n’encourent aucun châtiment et n’ont rien à craindre pour leur vie : « S’ils se détournent(de l’islam), saisissez-les, tuez-les, partout où vous les trouverez. » (S.4, V.89).

On ne punit pas de mort le musulman pour le meurtre d’un kafir, mais en revanche il est permis de tuer celui qui abjure sa foi islamique comme l’ordonne Mahomet.

La vie d’un kafir et d’un apostat ne valent pas plus que celle d’un cafard dans l’islam.

Ils affirment que l’islam est amour mais peut-il y avoir d’amour sous la contrainte et sans la liberté d’aimer ?

L’islam sans la soumission et l’obéissance n’est plus islam. L’amour est d’abord celui que le supposé créateur doit témoigner à ses créatures sans contrainte ni contre-partie.

Un père doté de raison ne force pas ses enfants à l’aimer et les menacer de mort s’ils ne cèdent pas à ses désirs narcissiques.

Il leur enseigne et éduque dans la voie de l’amour et du respect de leurs semblables indépendamment de leurs origines, sexe et croyance. L’amour ne se décrète pas et qu’il soit imposé aux hommes contre leur gré : » Obéissez à Allah, obéissez au Messager, et prenez garde! »(S.5, V.92)

Une religion n’existe que dans le miroir des siens dont le comportement est en adéquation avec leurs prescrits religieux.

Un enfant est le produit de son éducation, le musulman est le produit de l’islam.

Son personnage est façonné par les préceptes coraniques et la sunna. Quand on est musulman, on doit vivre et appliquer l’islam dans toute sa rigueur et authenticité.

Contrairement à ce que la majorité silencieuse musulmane laisse entendre que l’islam est consensuel et que l’on peut vivre sa religion tout en étant dans la modernité, or, l’islam qui se veut une loi éternelle, une voie unique pour tous les musulmans sans influence extérieure. Il est inconciliable avec les autres voies qui sont forcément suspectes et qui doivent être combattues jusqu’à ce qu’à leur élimination finale.

Faire de la place à l’islam comme le proclament ses laquais c’est faire entrer un loup dans la bergerie. Pour tuer ainsi la laïcité il n’y a pas mieux que de lui inoculer le poison de l’islam.

L’islam ne reconnaît ni le facteur temps ni l’espace, il a pour fonction essentielle de diluer la vie dans le bain acide de l’ignorance et l’obscurantisme. C’est la négation même du temps. Figer et scléroser la vie comme le symbolise la pierre tombale de la ka’aba.

L’islamisation des sociétés consiste à faire des temps passés une horloge pour les temps présents et des temps passés avec des aiguilles arrêtées au VII e siècle.

Il prône un modèle de société et des moeurs qui prévalaient au temps de Mahomet. Un homme « parfait » pour des hommes qui aspirent à lui ressembler.

Peu importe ses dérives morales, ses bas instincts bestiaux, ses obsessions sexuelles pathologiques, ses penchants pédophilies, ses troubles narcissiques prononcés et sa personnalité borderline, son tempérament violent et colérique, son égocentrisme pathologique, son intolérance, sa nature criminogène, un homme qui ne respecte rien ni personne, sans code moral ni éthique, traître et fourbe, imposteur et affabulateur, mégalomane et nombriliste, voleur, pilleur et assassin, ingrat et velléitaire, guerrier et vandale, sans foi ni loi, gourou et faux-prophète, despote et tyrannique, ultra-violent et sanguinaire, haineux et anti-juif et anti-chrétien, fermé à la critique et au dialogue. Mahomet est leur exemple à suivre, quel exemple.

Avec un minimum de lucidité et de clairvoyance, ils devraient se rendre compte d’eux-mêmes que sa biographie devrait lui valoir d’être condamné symboliquement à titre posthume comme étant le plus grand criminel de tous les temps. il est jugé comme ce qu’il y a de meilleur pour eux. Se comporter comme lui et faire de son mode vie amoral et transgressif la norme pour les humains du XXI e siècle.

Le retour en force de la loi de la jungle où le pouvoir est aux plus forts et aux prédateurs de disposer de la vie des faibles et des sans défense, et sans tabous et interdits sexuels, où l’on peut tuer un Juif ou un chrétien en toute légitimité chariatique.

Pourquoi son nom est synonyme de mémoricide dans le sens de destruction de la mémoire historique, culturelle, archéologique, urbanistique des peuples comme en Irak, en Syrie et au Mali ?

Des questions qui resteront comme toujours sans réponses.
forcément suspectées d’arrière-Comment peut-on égorger des êtres humains au nom d’Allah comme si on égorgeait un mouton toujours au nom d’Allah ?

C’est la seule religion au monde où l’on sacrifie la vie humaine en hommage à dieu.

Ces monstres qui coupent les têtes à leurs semblables étaient-ils humains comme nous avant de commettre de tels actes de cruauté ?

Effaré et abasourdi par autant de barbarie. Est-ce que ce sont leurs dogmes mortifères et ultra-violents qui les ont mutés en coupeurs de têtes ?

Aucune excuse à faire valoir, ni misère, ni pauvreté, ni exclusion, autant d’arguments insultants pour la conscience humaine, c’est comme si l’on faisait l’apologie du nazisme.

Ils auraient peut-être une éducation qui les prédisposent à cela, et la religion produit sur eux un effet catalyseur.

Convaincu que tous leurs coreligionnaires ne sont pas des monstres, loin s’en faut. Ils lisent les mêmes textes qu’eux, mais ils n’ont pas perdu apparemment leur humanité pour autant.

Ne cherchons pas les causes là où elles ne sont pas, il faut disséquer leurs cerveaux, pour déceler les cause de leurs bestialités.
Sont-ils nés tout-à-faits humains comme nous et leur caryotype est-il normal ?

Bien souvent on assiste à un basculement de la voyoucratie et le banditisme vers ces crimes contre l’humanité.

La solution serait de déclarer le djihad comme le premier ennemi de l’humanité et qui doit être combattu comme tel.

Quand on aime pas la France on ne porte pas sa nationalité

Au risque de me faire des ennemis, je suis outré de constater que de nombreux binationaux ne sentent pas français au regard de leurs posts sur les réseaux sociaux, ne cessant de déclarer leur flamme aux pays de Cocagne dont sont originaires leurs parents. Comme si être Français est un lourd fardeau à porter pour eux.

Au point que l’on peut se demander si demain en cas de conflit entre leurs leurs pays de coeur et de culture voire de religion ils ne prendront pas les armes contre ce pays qui a fait d’eux des citoyens à part entière et leur a donné autant qu’à ses propres enfants contrairement à leurs pays d’origine ou supposés tels.

Ne serait-il pas honnête de leur part de cesser de porter la nationalité d’un pays dans lequel ils ne se reconnaissent pas ?

La France ne retient personne contre son gré et s’ils se considèrent seulement français de papier ils n’ont qu’à prendre la direction des pays où ils seront vraiment chez eux.

On ne peut pas être citoyen des deux pays à la fois comme on ne peut pas être un homme qui partage sa vie simultanément avec deux femmes à la fois. Soit l’une soit l’autre. Même si dans leur cas il y a le pays réel qui est la France et le pays imaginaire qui nourrissent leurs fantasmes. Au fond d’eux-mêmes ils sont conscients qu’ils ne méritent pas d’être des Français qu’ils sont.

Tant que la France n’a pas réformé le code de nationalité on continuera à produire des Français malgré eux ou plutôt des Français qui ont honte de l’être.

La France doit cesser de brader sa nationalité comme un soldeur qui liquide son stock de marchandise pour à bas coût.

Il n’y as pas de citoyenneté sans patriotisme. Si on est patriote d’un pays on ne peut pas être citoyen d’un autre.

De la même façon quand un sportif formé en France et a porté son maillot dans ses équipes de jeunes fait le choix de l’équipe nationale du pays d’origine de ses parents ou de l’un d’eux doit tout simplement abandonner sa nationalité française.

Je ne puis comprendre que l’on porte la nationalité d’un pays par pur calcul administratif si ce n’est par opportuniste.

Être Français n’est pas qu’une carte d’identité c’est surtout un acte de loyauté à toute épreuve.

On ne peut être Français tout en vivant dans le rejet de la France car dans notre coeur vit un autre pays.

Je tiens à souligner que ce phénomène de Français de papier n’est pas spécifique aux seuls binationaux de confession musulmane. Comme si pour certains être Français serait un déshonneur pour eux.

Quand on est national d’un pays on se donne à lui sans contrepartie sinon on le quitte pour son pays de rêve.

Il n’y a pas plus de différence entre le voile islamique que la croix gammée nazie

Le port du voile partiel ou intégral pour la femme musulmane est la marque de l’infamie, son étoile jaune
23 décembre 2011, 17:56

Quelle est la différence entre une voilée intégrale ou partielle et une non-voilée ? La première vit dans le monde des ténèbres et la deuxième nous éclaire par sa lumière ?

L’une est la laideur incarnée et l’autre est la beauté au grand jour. Quand on se voile, on cherche à cacher son vice et son esprit retors et quand on se dévoile c’est qu’on a rien à dissimuler du regard d’autrui.

Quand à ce schizophrène paranoïde de Marzougui, le bouffon du palais, il doit savoir lui en tant que sujet doublement concerné de par son métier et de son état psychique pathologique, que le voile ne voile pas les fantasmes, ni les pulsions, les attirances sexuelles pour le sexe opposé, ou les désirs et qu’il est surtout symptomatique de l’état de la perversion mentale et sexuelle de la pauvre femme ainsi qu’une manifestation ostentatoire de ses graves troubles identitaires.

Elle exhibe sa double soumission à Dieu et à l’homme. Il est aussi l’expression de sa phobie d’assumer sa féminité, de sa peur de sa propre image et de sa dignité humaine.

Elle se cache d’elle-même, en se dissimulant derrière un linceul noir ou gris le même dans lequel elle sera enveloppée à sa mort et que son époux pourrait lui ôter pour assouvir son appétit sexuel insatiable.

Selon une Fatwa nécrophile wahhabite, un musulman sunnite pourrait jouir du corps sans vie de sa femme jusqu’à 6 heures après son décès. Le seul voile qui la protège son prédateur-profanateur est la pierre tombale.

Autant se dévoiler de son vivant que de se faire violer après sa mort. Femme voilée, femme violée comme le dit Gisèle Halimi et ceci est d’autant plus vrai qu’elle n’est pas maîtresse de son corps qui est assimilé à un champs de labour où il peut y aller à sa guise et par conséquent contre la volonté de sa femme.

N’est-il pas dit que les anges maudissent la femme qui se refuse à son mari ? Est-ce statut de simple objet sexuel qu’elle affiche à travers le port du voile, de corps sans vie, d’une nymphomane halal qui n’assume pas ses perversions sexuelles ou d’une femme victime de rapports sexuels non-consentis, mais sacralisés et rendus légitimes par la religion musulmane elle-même qui ne reconnaît pas le viol conjugal ? Une condition féminine réduite à la simple fonction de maternité. Est-cela ce que le voile veut exprimer comme témoignage afin de permettre à la femme-mère, à l’exclusion des autres, sous les pieds desquels ruissellent les eaux du paradis ?

Qu’elle le veuille ou non, le voile renvoie à l’état d’avilissement de la femme et de ses conditions de vie dégradantes et humiliantes. De sa relégation, de son exclusion et de son état d’infériorité dogmatique à l’homme. Elle est cette chose que l’homme doit cacher de la vue de l’homme.

Le voile marque surtout sa dépersonnalisation et de sa dissolution dans une culture ultra machiste et phallocrate, irrévérencieuse pour les femmes. Faire du voile partiel ou intégral un symbole de liberté, c’est comme si on fait de l’Islam ou de toute autre religion un symbole d’épanouissement humain et d’affirmation de soi. *

Une femme ne peut pas être libre quand elle se cache de son ombre, et quand elle vit en périphérie de son groupe social. Marginalisée et avilie. Le voile ne signifie rien d’autre que le degré de rabaissement de la femme. Il est à la fois sa prison mentale et sa incarcération sociale.

Le voile lui permet de camoufler sa souffrance, de la dissimuler du regard étranger, son mal-être et sa misère psycho-affective. Une femme voilée se ment à elle-même en laissant croire que c’est une forme de liberté. La vraie liberté n’est pas dans le port du voile, elle est dans sa rupture avec l’atavisme culturel et religieux qui l’enserre et qu’elle porte comme le Christ sur le Chemin de la Croix. On ne fait pas pas du fardeau du poids oppressant et aliénant de la tradition une source de liberté. Faire de la tradition un facteur d’émancipation féminine autant rétablir l’esclavage et le servage dans nos usines pour faire un modèle d’organisation du travail.

Quant à en faire un symbole de vertu, autant conjuguer la vertu avec l’âme noire des terroristes qui pullulent dans les sociétés musulmanes. Il symbolise la réaction et le refus du progrès.

Le voile ne fait pas la musulmane non plus comme son non port. On ne juge pas les femmes à l’aune de leur accoutrement vestimentaire, on les juges sur leur capacité de mener un combat digne pour leur liberté.

Une liberté où l’on a pas peur de soi où l’on avance à visage découvert pour affronter les regards des hommes qui font de la somission de la femme et de sa relégation un code de vie en société.

Etre libre, c’est être capable d’assumer sa féminité et en faire rempart contre l’expropriation du corps de la femme et sa marchaandisation à des fins mercantiles et religieuses, djihad du Nikah.

Associer le port du voile à la liberté c’est faire fi des contraintes culurelles fortement imprégnées par le fait religieux qui font obligation à la femme de se soustraire du regard de mâle-dominateur-prédateur.

Dans la culture hyper machiste musulmane et segrégationniste son port est assimilé à une sorte d’uniforme de travail protecteur qui immunise la femme contre les accidents, autrement dit les agressions sexuelles auxquelles elle s’exposerait si elle se garde de le porter.

Comme si la femme voilée n’était pas victime de viol. Le port du voile n’est aucunement un filet protecteur ou une ceinture de chasteté, et encore moins un signe de rupture avec les traditions aliénatrices, oppressantes et culpabilisantes de la femme, propriété absolue de son groupe social d’appartenance.

Une femme qui se dit et se veut libre ne peut aliéner sa soi-disant liberté en marquant ostentatoirement son allégeance au pouvoir absolu de l’homme sur sa vie.

Les sociétés les plus iberticides du monde musulman que sont l’Arabie Saoudite, Oman, Afghanistan sont celles dont les cités ressemblent à un théâtre d’ombres chinoises. Beaucoup d’autres sont en train de s’inscrire dans leur sillage et qui connaissent justement un fort recul des libertés les plus élémentaires qui se traduisent par une explosion exeponentielle du port de voile.

Là où le sacré bigot fait son grand retour, le voile prolifère. La corrélation entre les deux est réelle et doit intepeller ces femmes qui prétendent faire de leur univers carcéral un hymne à la liberté.

En dévoyant la liberté pour ne pas transgresser les normes culturelles, elles s’insultent elles-mêmes et se font complices de leurs bourreaux.

Il n’y a pas de liberté quand son corps est entravé par les chaînes des traditions, la seule liberté est dans la résilience et l’affirmation de soi. A-t-on besoin d’exhiber sa vertu morale si on a pasquelque part des soucis avec la morale elle-même ? En quoi est-ce vertueux quand des femmes musulmanes voilées s’adonnent à la prostitution à des fins religieuses ? N’est-il pas primordial pour ces femmes d’avoir des rapports sexuels protégés plutôt que de protéger leur visage du regard de l’homme ?

Avec la femme voilée l’insignifiant devient signifié et vice-versa, contrairement à la femme non-voilée est une femme assumée, qui n’a pas peur de son ombre, une femme de rupture avec le carcan religieux et libre et une voilée est une femme à l’identité violée.

Le voile ne fait pas la voie de la félicité et son non-port le chemin de l’enfer. Plus on a peur de soi et de son environnement étouffant et archaïque plus on a tendance de se cacher de soi-même et de vouloir paraître ce qu’on est pas.

Ce pauvre psychopathe insignifiant et à la laideur physique qui ferait peur à Frankenstein en personne s’il est devenu aujourd’hui ce qu’il n’aurait jamais dû être même dans ses délires psychotiques les plus aigus ce n’est pas ces femmes sans âme et dépourvues de personnalité qui sont sorties dans les rues de la Tunisie pour braver avec courage, détermination et dignité les balles de Ben Ali, ce sont les safirates tant honnies par lui. Ces femmes n’ont pas voilé leur dignité et ne la voileront jamais et dire qu’elles sont elles aujourd’hui qu’on a mis à l’index et on vitupère et qu’on a écarté de la vie politique du pays et ce sont les femmes qui portent le voile de l’indignité qui ont les honneurs du pays.

La révolution tunisienne n’a pas été faite contre l’honneur des non-voilées et encore moins pour celles qui la déshonorent aujourd’hui en faisant la lie des barbus et font fi de leur dignité.

Quand une société est minée par l’intégrisme de l’esprit, où la religion est elle-même victime, c’est un signe qui est révélateur de l’état de la pathologie mentale de cette société. Ce n’est par hasard que les sectes dans le monde musulman se font aujourd’hui leur chou gras du mal-être des populations frustes. La ferveur religieuse n’a pas gagné du terrain, c’est la maladie mentale qui prolifère et qui ravage le corps social et humain.

Quel crédit peux-t-on donner à une masse fruste qui confond bulletin de vote et ticket de train pour le paradis ? Comme si le train du paradis pouvait exister! Quel crédit peux-t-on aussi donner à de propos émanant d’un sujet psychopathe qui fait partie de ces 50% d’hommes tunisiens répertoriés comme tel par l’O.M.S. outre ce malade qui a longtemps voilé sa nature neurodégénérative a fini par la dévoiler. Il a une peur phobique de regarder son visage qui se reflète sur le visage clair lumineux de la femme non-voilée.

En conclusion, le voile quelle que soit sa forme, marque surtout le statut de l’infamie et de l’ignominie dont jouit la femme dans les sociétés musulmanes, comparables à celui du juif sous le gouvernement de Pétain.

Souhaitons surtout qu’il ne soit pas le signe avant-coureur d’un autre statut inhumain que le nazisme a infligé au Juif et à tous ceux qui n’avaient pas de marqueur génétique ou idéologique hitlérien.

Si le vice pouvait avoir un visage ce serait celui de la voilée musulmane

En quoi une voilée musulmane est plus vertueuse qu’une naturiste du Cap d’Agde ?

Est-ce que le fait de se draper dans son linceul et de « s’entorchenner » les cheveux libère la femme de ses fantasmes sexuels et la protègent de la tentation du mal ?

C’est du grand n’importe quoi, le voile est à la vertu c’est que l’humilité est aux musulmans.

Le voile est un faux-nez pour de nombreuses femmes dans leurs cités. Elles affichent la vertu parmi les leurs et la dévoile une fois ailleurs.

Racoleuses, rabatteuses, gagneuses, dames de petites vertus, hôtesses, prostituées dans les bois et à la rue Saint-Denis.

La vertu de la femme n’est pas dans son voile. J’ai eu l’occasion d’avoir rencontré des voilées dans ma vie et elles sont des femmes comme toutes les autres. Qu’elles ne cherchent surtout pas à nous voiler les yeux avec leur fichu voile.

Une femme digne de ce nom n’a nul besoin d’artifices et de faux-semblants. Elle peut se promener avec son cercueil à mille pattes cela ne la rendra pas plus honorable qu’elle ne l’est.

Un humain qui se cache de ses semblables déshonore sa propre humanité.

Je n’ai que respect pour les naturistes et mépris pour les bigotes qui nous polluent le paysage avec la laideur et la sinstrose de leurs âmes qui transparaissent à travers leur torchons de cuisine sur la tête et leur linceul enveloppant leurs corps disgracieux et difformes.

J’ai vu des voilées peu favorisées par la nature, si on les mettait parmi mes amis naturistes les plus irréductibles elles leur feraient regretter leurs choix.

Le voile est inesthétique et ennuyeux, morbide et triste, le voile de la mort, il n’est pas garant de l’intégrité morale de la femme et ne la protège guère de la prédation sexuelle des siens comme en Egypte.

Je rêve d’un débat entre une Saoudienne qui milite contre le port du voile et une décérébrée et vierge effarouchée en Occident qui affuble le voile de toutes les vertus qui sont en réalité autant de viols à l’encontre des droits de la femme.
Une femme qui se soumet à la dictature de l’homme de son plein gré se trahit elle-même, n’a ni foi ni loi, et elle est tout autant dangereuse qu’un jeune radicalisé.
Le voile a quand même fait naître des vocations de dames de confort sexuel pour les djihadistes et ce n’est pas une voilée qui nous dira le contraire.

Minorité ou pas, la vérité ne doit pas être voilée.
Plus les musulmanes se voilent, plus elles voilent leur horizon et assombrissent l’avenir des leurs.

Pourquoi la Charia, la loi de l’islam, est mortelle pour l’humanité

La charia  pour la femme est bien pire que les lois nazies pour les non-aryens
26 mars 2013, 16:30

Dr Salem Benammar

Peut-on au nom de la démocratie et des lois de la République octroyer un statut à des mouvements sectaires islamistes qui prônent la charia, cette porte ouverte aux abus de droit et aux injustices, voire de légitimation de crimes contre l’humanité ?

Sait-on que toute mansuétude et bienveillance à l’égard des mouvements totalitaires et génocidaires équivaut à la reconnaître implicitement et contribuer progressivement à l’instauration de la loi canonique de la charia mortifère pour les libertés humaines les plus élémentaires tels que le choix de ses habits ou la liberté de circuler au volant de sa voiture punie de dix coups de fouet chez les wahhabites et ordonnateur et grand argentier de l’islamisme polymorphe qu il soit jihadiste, salafiste ou qoutbiste ?

Comment nos sociétés démocratiques peuvent-elles se résoudre au nom des libertés de culte et de conscience à donner un droit de cité à des mouvements ancrés dans leur identité religieuse dont le seul objectif est d’utiliser les lois de la république pour mieux l’achever et substituer à des lois humaines, fruits des assemblées démocratiques, une loi synonyme de désordre moral, d’injustice, d’arbitraire, de racisme, d’antisémitisme, de lapidation, de mutilation, d’amputation, de viol, de pédophilie, d’inquisition, de décapitation, de brimades, de sexisme érigé en dogme religieux, d’inégalités, d’avalissement et asservissement de la femme et de la négation de ses droits.

Une loi qui donnerait aux lois raciales de Nüremberg des relents humains. Un véritable poison pour les droits de l’homme et des libertés publiques.

Comme si on oublie ou feint d’oublier que la charia qui fait du musulman juge, partie et bourreau, est un instrument d’aliénation juridique de la femme et des minorités sexuelles, ethniques et religieuses.

C’est la consécration du pouvoir sans limite de l’homme sur la femme sous couvert de la religion, brimades, harcèlement, violence, exaction, sévices sexuels, voire meurtre, autant de crimes et délits qui échapperont au couperet de la justice républicaine, au nom de l’exception des lois de l’islam et par conséquent de leur suprématie sur les lois républicaines confortant ainsi les musulmans dans leur mépris et rejet des lois non-musulmanes.

Avec la Charia, du monde des lumières l’humanité plongera dans le monde des ténèbres.

De l’ordre juridique de droit positif, elle passe au désordre juridique et au règne de la loi du plus fort. Scellant le sort de la femme, de de l’autoritarisme et la légalisation de la violence et des traitements inhumains.

Admettre l’usage de la charia dans les cités, c’est lui reconnaître un statut de plein droit en sa qualité d’ennemie viscérale de la femme en lui accordant de la sorte un droit de veto sur nos lois puisqu’elle se considère au dessus des lois de la République, c’est se faire soi même complice de la mise à mort du système juridique protecteur de ses droits et les vôtres aussi.

A moins d être maso, cupide, veule, inconscient ou irresponsable, cela équivaut à se tirer une balle dans le pied.

Nul ne saurait affirmer que cette loi prétendue divine a toutes les caractéristiques d’une loi.

N’importe quel croyant en  l’absence de clergé peut s ériger en législateur et l’ exécuteur selon l’interprétation qu’il peut en faire tel que décréter une Fatwa, simple avis juridique de portée civile ou pénale.

Mais plus souvent pénal pour motiver la sentence capitale ou des pogroms. Le danger avec la loi canon de la Charia est qu’elle est l’objet de toutes les spéculations interprétatives et imprécises des règles susceptibles de l’encadrer et la formuler.
Le fait qu’elle ne soit pas codifiée dans un quelconque corpus juridique ne peut que la rendre incertaine, floue, ambiguë, sujette à caution et inapplicable.

En effet, comme le souligne Souheib Bencheikh: » c’est un concept spirituel, donc synonyme d un cheminement personnel mais qui, à travers l histoire, couvre le travail des écoles juridiques, malékites au Maghreb, hanbalites en Turquie, hanbalites en Arabie Saoudite, si bien que le droit musulman est varié et il n’a aucune sacralité et souffre de ne pas avoir été mis à jour. » Comment peut-on aussi conférer un caractère juridique à une norme spirituelle censée fixer la voie à suivre pour les musulmans (sourate 45; verset 18) ?

Assimilée comme étant la source du droit musulman qui se décline pourtant en 4 écoles juridiques (madhahb) ne peut que susciter de sérieux doutes sur sa rationalité juridique.

Tout indique que la charia n est pas un système juridique fruit de la raison humaine et encore moins de caractère canon immuable et intemporel puisqu’elle est à géométrie variable dans le sens de son interprétativité propre à chaque école.

Contrairement à ce que ses partisans prétendent, on ne peut faire d’un système juridique non écrit ou codifié une vérité divine absolue ayant force de loi qui ne tolère aucune contestation ni dérogation.

Les tentatives de réforme de la Charia et de sa véritable définition juridique auxquelles on assiste depuis les écoles de pensée théologique tels que Mu’atazalites et les Asharites, au VIII ème et IX ème siècles, ne peuvent que le lever le voile sur l’ impossibilité de sa reformulation et de sa clarification.

Ce qui va de soi dans la mesure ou’ le peut rationaliser l’ irrationnel. On ne peut pas non plus donner une cohérence à une loi abscons, hyper subjective et apocryphe en lui accordant le statut d un code juridique soi-disant d d’essence divine supposée régir tous les aspects de la vie des musulmans, publique et privé ainsi que les interactions avec les croyants, ce qui suppose que les non-croyants sont exclus du champ de la charia et politique.

Alors que dans notre système juridique non seulement nul n est au dessus des lois, mais surtout que nul n est exclu du champ de la loi.

L’absence de cohérence juridique et le flou théologique qui la caractérisent sont la cause première des abus et dérives rattachés à la charia. Elle est davantage apparentée à une loi naturelle, appelée communément la loi de la jungle, où l’on se doit de laisser la nature accomplir son oeuvre sans l intervention humaine pour la réguler ou la codifier.

Elle est cette loi qui lie le prédateur, dans le contexte musulman c’est l’homme, à sa proie, sa victime consentie sous couvert de la Loi sacrée du Coran qui est la femme. Et accessoirement les non-musulmans et tous ceux qui ne rentrent pas dans les normes sexuelles telle que la définit Dieu.

Il est permis de qualifier la charia de loi scélérate semblable aux lois raciales nazies de 1935 où l on cherche à instaurer un ordre social, humain politique sur la base des critères subjectifs, inégalitaires et partiaux de caractère ethnique, sexuel et religieux. Une loi où seule l’interdit devient la norme et le permis devient l’exception.

Dans les sociétés appliquant la charia, la déraison humaine détermine le mode d organisation sociale, familiale et interindividuelle comme si son fonctionnement échappe à la mécanique de l’intelligence et de la conscience humaine.

L’homme qui est par définition un animal politique est dépourvu de pensée propre et toute son action doit s s’inscrire dans la voie que groupe  d’appartenance lui indique.

Ce code de bonne conduite en société que peut être la Charia a des effets négateurs et liberticides sur les libertés humaines les plus élémentaires qui doivent se fondre dans le collectif et jamais s exprimer en dehors.

On dit même que la liberté n existe pas si elle n’est pas l’oeuvre du collectif. En aucun cas la Charia ne peut pas s inscrire dans un cadre républicain juste, ouvert et tolérant. respectueux des droits individuels.

Elle est incompatible avec les lois de la république et les valeurs de citoyenneté, elle vise à avilir à instrumentaliser le sacré à des fins d’exacerbation et d’institutionnalisation de la violence morale, inhumaine et de traitement dégradant et humiliant infligé aux femmes et aux minorités.

En totale violation de l’article 5 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen et de l’article 3 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme.

Une loi qui est un vrai simulacre juridique et pas seulement ne devrait pas avoir droit de cité au vu de son caractère incitatif à la torture et aux atteintes caractérisées et avérées aux droits humains.

La charia qui fait de la femme une quasi-esclave, un objet dépourvu d’existence propre, dépossédée de tous ses droits les plus élémentaires au profit de son tuteur de mari devra être éradiquée de la même façon que les lois nazies.

Avec elle, c’est le retour assuré de la barbarie humaine dans toutes ses formes les plus cruelles : justice expéditive, lapidation, châtiment corporel, meurtre, autodafés, appels au meurtre au nom du sacré, flagellations, bannissement, excommunication, le délit du blasphème, l’ apostasie, lesclavagisme, les rapts, les razzias, l’inquisition, la pédophilie dans le sens des mariages pré pubères, le viol conjugal, l’ homophobie, le racisme et  l’antisémitisme érigé en mode de gouvernement voire en religion, les actes de brigandage, la répudiation etc. Son caractère machiste, ségrégationniste, ostraciste, discriminatoire, relégationniste et misogyne condamne la femme au statut de l’éternelle recluse juridique, non dotée de personnalité juridique et incapable de discernement qui lui permet d’ester en justice.

Ainsi une femme victime d’abus sexuel ou de viol ne peut porter plainte sous peine de se retrouver sur le banc des accusées comme le rapporte une franco marocaine victime d un viol à Dubaï et qui s est retrouvée en prison au motif qu’elle est responsable de son propre viol ( Touria Tiouli: en prison à Dubaï pour avoir été violée éd. Michel Lafon2004).

Aux termes de cette loi canonique la femme a surtout des devoirs. Ses droits sont ceux que lui fixent son mari ou le membre mâle de sa famille ou sa belle famille en cas d’absence de son époux. Elle est tenue à suivre la voie que Dieu lui recommande et qu’elle ne peut y déroger pour quelle que raison que ce soit sous peine de se voir condamner à la double peine. Celle que son conjoint est susceptible de lui infliger en cas d insoumission et le châtiment final (la sourate de la femme est fort édifiante à ce sujet).

La femme sert de variable d’ajustement pour lutter contre le chômage des hommes.

Elle est le bouc-émissaire de tous les maux de la société. Elle réduit la femme à l’état d objet sexuel dont la seule fonction sociale est d assouvir les pulsions sexuelles de son maître auxquelles elle ne peut s y soustraire au risque de se faire maudire une nuit entière par les Anges(sourate de la femme).
Le corps de la femme n’est il pas assimilé dans le Coran à un champ de labour propriété de l’homme qu’il pourra labourer qu il pourra labourer à volonté ?

Le mariage dans le droit musulman qu’il soit codifié ou non, régi par le Coran ou la Charia, n’est pas facteur de sécurité et surtout synonyme de vie commune fondée sur le respect mutuel et de l’intégrité physique de la femme, il est un acte d’appropriation et de colonisation du corps de la femme et de son assujettissement à l’homme comme le stipulent les sourates ci-après : Sourate 4 : « 38. Les hommes sont supérieurs aux femmes à cause des qualités par lesquelles Dieu a élevé ceux-là au-dessus de celles-ci, et parce que les hommes emploient leurs biens pour doter les femmes. Les femmes vertueuses sont obéissantes et soumises ; elles conservent soigneusement pendant l’absence de leurs maris ce que Dieu a ordonné de conserver intact. Vous réprimanderez celles dont vous avez à craindre l’inobéissance; vous les relèguerez dans des lits à part, vous les battrez ; mais aussitôt qu’elles vous obéissent, ne leur cherchez point querelle. Dieu est élevé et grand. »

– (II, 223) : « Les femmes sont votre champ [labeur]. Cultivez-le de la manière que vous l’entendrez, ayant fait auparavant quelque acte de piété. »

Net et sans équivoque.

La Charia qui fait de la polygamie son mode d’ expression majeure et donc de la femme un bien marchand de caractère sexuel et éphémère attribue à l’homme un véritable droit absolu , l’immunisant contre toutes tentatives de résilience de la part de sa concubine à cause du fait qu’il dispose de ce droit inique, exorbitant mais combien redoutable : le droit à la répudiation sans s’embarrasser de la moindre procédure laissée à sa libre-appréciation.

Seul l’homme est maître du jeu dont il fixe lui-même les règles qui sont autant de contraintes qui pèsent sur la femme. Il est procureur, juge, partie et bourreau au sens du droit musulman.

Le prophète lui-même disait que la place de la femme est enfer.  Jugée comme une éternelle pêcheresse, elle est coupable avant même d’avoir été jugée. Et comme souvent dans le droit musulman on juge à charge, il ne peut avoir de respect de droit de la défense, et pire encore quand c’est une femme qui est mise en cause.

Etre femme dans l’islam est un quasi crime, même quand elle est victime de viol, elle clouée au pilori et mise sur le banc des accusés, et son violeur se trouve doublement innocenté aussi bien par l’opinion publique que par les tribunaux appliquant la charia.

Au mieux, on l’offre comme un butin de guerre à son violeur comme au Maroc pour laver l’honneur de sa famille.

Même quand elle est victime de meurtre, sa famille est rarement dédommagée par le meurtrier.

Dans les sociétés où la charia a force de loi, la femme est réduite à une portion congrue, dépourvue de droits, contrairement à ceux dont jouissent l’homme, exerçant un pouvoir total et exorbitant qui contraste avec l’état d’asservissement juridique dans lequel est maintenu la femme.

A titre d’exemple, la femme n’est pas en droit d’initier le divorce, d’exercer l’autorité parentale conjointe, de prétendre à la garde d’enfants en cas de séparation, ni de bénéficier du maintien dans le domocile conjugal.

Des millions de femmes sont jetées à la rue souvent avec leurs enfants dans les sociétés musulmanes.

De même que la charia fait interdiction absolue à la femme musulmane de se marier à un non-musulman, à la différence de l’homme musulman qui est en droit de contracter ce type d’union à la condition exprésse d’élever ses enfants dans la religion musulmane. Dans l’islam, c’est l’homme qui transmet sa foi.

Ainsi l’enfant  dans le cadre de ce type d’union est toujours considéré comme musulman indépendamment de la religion de sa mère.

En conclusion, cette loi canon n’est rien d’autre que l’expression majeure d’un système idéologique dont la finalité est de coloniser le corps et l’esprit de la femme au profit de son maître-esclavagiste sous couvert du sacré.

Un bon musulman est celui qui tue et se fait tuer au nom d’Allah

N’est musulman que celui qui est fidèle à son engagement et tue et se fait tuer dans le sentier d’Allah (S. Al-Thawba, le Repentir,V.111).

Le musulman n’est pas celui qui reste blotti chez lui à ne rien faire pour la gloire d’Allah (S.Ennissa, V.95) à l’image de ces musulmans pseudos modérés, il est celui qui a troqué sa vie sur terre en échange de sa vie dans l’au-delà (S.4, V.74).

L’islam est clair avec lui-même, seuls ceux qui payent de leurs biens et de leurs personnes pour le triomphe de sa cause ont grâce à ses yeux. Les musulmans n’ont pas à discuter de ses mots d’ordre, la guerre totale aux mécréants leur est enjointe et ils ne peuvent s’y soustraire, sauf s’ils sont infirmes ou vieillards: » Le combat vous a été prescrit alors qu’il vous est agréable » (S. Al Baqara, la Vache, V.216) celui qui ne l’est pas ne peut être que dans la voie mécréante stipule en substance ladite sourate.

Le vrai musulman doit se préparer à fourbir ses armes force contre le camp d’en face, jugé comme l’ennemi d’Allah et le sien (S.Al-Infal, le Butin, V.60). Le combat est un devoir qui pèse sur tous les musulmans. Considéré par le Coran comme la guerre entre le bien et le mal. Il y va du salut et de la pérennité de l’islam et des musulmans qui doivent veiller à protéger l’intégrité physique de leurs femmes,les faibles, les enfants et les vieillards (S.Annissa, les Femmes, V.4).

Les croyants sont ceux qui combattent dans la voie d’Allah et ceux qui ne croient pas combattent dans le sentier du Taghut » (S.Annissa, V.76). Il suffit de ne pas se soumettre à ses dogmes pour être un criminel avéré, un assassin, un pilleur, un voleur, un violeur, un conspirateur, un suppôt de diable, un pervers, un dépravé, un luxurieux, un renégat, un magouilleur, un pédophile, un corrompu, colonisateur, un monstre d’inhumanité que des qualificatifs abominables qui ne sont en réalité que ses propres tares et vilenies projetées sur autrui.

Les prescrits de Coran sont suffisamment éloquents quant à sa nature guerrière, hyper agressive et mortifère, son bellicisme dogmatique, ses préjugés haineux et ses délires de persécution.

Tout ce qui est non-musulman est forcément une source de danger mortel pour l’islam et qu’il faut combattre jusqu’à la victoire finale.

ne peut êt de conquMais à entendre les musulmans « modérés » qui fabulent sur les vertus humanistes de l’islam et ne cessent de tarir d’éloges sur lui, l’islam est une ode à la paix et un hymne à l’amour, dévoyé par les djihadistes.

Pour eux, c’est notre phobie de leur religion qui nous empêche d’y voir clair. Ainsi, c’est notre aveuglement qui n’est autre que notre lucidité qui est la cause de notre incompréhension de l’islam.

L’islam est un éternel incompris, sauf par les seuls musulmans. Le borgne est toujours roi au pays des aveugles musulmans.

Comme les musulmans sont connus pour se voiler la face, ils sont les seuls à être convaincus de l’innocence de l’islam..

Il n’a jamais incité ni à la violence terroriste et à la haine de l’autre, ni à la lapidation de la femme et sa relégation, ni au prosélytisme au fil de l’épée, le djihad, ni diviser l’humanité en pure et impure, ni appeler au meurtre de l’ infidèle et de l’athée, ni criminaliser le blasphème, ni faire payer un racket aux gens dits du Livre, leur octroyant un statut de l’infamie de la dhimmitude, du pur racisme, alors qu’il se vante de respecter les deux autres religions monothéistes,
.
Mais ses laudateurs persistent et signent dans leur déni psychotique de voir la vérité en face, niant farouchement toutes les tares inhérentes à leur religion, qui mériterait d’être déchue de statut de culte religieux.

Tellement, elle porte en elle tous les ferments nauséabonds du nazisme et du bolchevisme, laissant même apparaître ces deux derniers comme étant plus humains.

Hitler faisait payer aux non-aryens et aux juifs le lourd tribut des camps de la mort, l’islam laisse à tous ceux qui ne sont pas dans son moule le soin de choisir entre la jizya, la conversion, l’exil ou la mort.

Malgré tout cela, les musulmans de tout bord continuent à seriner que leur communauté, l’oumma, est la plus belle jamais envoyée sur terre. La couvrant de tous les superlatifs pour rendre la fiancée qu’on veut marier au reste du monde la plus belle et la plus séduisante.

Il n’est pourtant un secret pour personne que l’islam est ethnocentrique, raciste et antisémite, liberticide, impérialiste, se veut dominateur, cosmique, négateur des droits humains, intolérant à tout ce qui n’a pas son caractère.

Le seul droit à la différence qu’il connaisse est une différence conditionnelle qui consiste à imposer aux non-musulmans vivant en son un régime d’apartheid social, humain; professionnel, économique, vestimentaire et d’habitat.

Nulle trace dans le Coran des mots paix entre les hommes et tous les hommes sans distinction et ni préalable. Aucune trace des mots amour, tolérance, liberté, épanouissement, et amitié dans ce même livre qui serait écrit 30 ans après le décès de son auteur, dont il y aurait eu 29 exemplaires aussi incertains les uns comme les autres.

Certains de ses passages ne sont pas sans rappeler Mein Kampf en ce qui concerne l’abomination du juif et du chrétien qui fait de l’extermination des mécréants une obligation pour tous les musulmans.

Les musulmans ont une lecture mystificatrice et fabulatrice du coran, les mêmes mots n’ont pas la même signification pour eux comme pour les non-musulmans. Crucifier, décapiter, lapider, égorger, les apostats, qui sont synonymes de cruauté et d’inhumanité pour le commun, sont perçus comme étant des mots justes et cohérents avec l’esprit de leur religion de paix;

Alors que l’islam signifie littéralement soumission, allégeance, asservissement et assujettissement.

Un musulman est par essence fidèle à sa religion et jamais fidèle à un engagement citoyen.

Les musulmans voient blanc là où les non-musulmans voient une vérité amère et périlleuse pour la pérennité de l’humanité. Arguant de la mauvaise interprétation faite des versets du coran, opposant à leurs contradicteurs ses ses faiblesses théologiques. Comme si des mots guerre, reléguer, lapider, maudire, tuer avaient besoin pour être compris d’un sésame en théologie.

Tant que c’est écrit en toutes lettres dans le Coran et n’a pas été rapporté contrairement aux hadiths et à la sira qui sont sujets à caution aussi douteux que l’humanisme du prophète, on ne peut pas tordre le cou à la vérité.

Il n’y a qu’eux qui vient l’islam sous ses beaux apparats : tolérant, pacificateur, égalitaire, respectueux des droits de l’homme et du citoyen un havre de paix pour la femme et la petite enfance et les minorités ethniques et sexuelles. Un modèle de liberté de conscience et d’expression.

Tant que rien ne l’explicite et ne le spécifie et par conséquent non écrit, il est de leur droit d’halluciner et fantasmer.

Ils resteront toujours les seuls à y croire en dépit des évidences sémantiques. Pourquoi refusent-ils de croire que les incrédules que nous sommes voués au feu du bûcher ne sont pas dupes de leur angélisme mystificateur ?

On m’a même dit un jour que tu ne peux pas croire aux vertus de l’islam si tu n’es pas croyant. En clair, il faut croire pour se laisser berner !

C’est la faute à notre incrédulité si l’islam nous révèle un visage que ses adeptes ne veulent pas voir parce que leur grille de lecture est différente de la nôtre.

Les musulmans sont ce que l’islam fait d’eux

Ils se veulent, ils se disent, ils se croient, ils se vantent, ils affirment, ils délirent, ils fabulent, ils s’illusionnent, ils sont convaincus, ils se prennent, ils s’affichent, ils soliloquent, ils allèguent, ils hululent, ils fantasment, ils pérorent, ils fanfaronnent, ils s’auto-encensent, ils se flattent, ils s’approprient, ils se voient, ils méprisent, ils sont le monde, ils sont l’humanité, ils sont l’histoire, ils sont l’alpha et l’oméga, ils sont le nombril du monde,  mais le hic ils n’ont jamais rien produit et prouvé et  personne en dehors d’eux-mêmes, et encore, ne leur accorde une once de crédit et encore moins prend pour de l’argent comptant leurs élucubrations mégalomaniaques.

Ils ne brillent guère sur la scène mondiale depuis l’année supposée de naissance de leur funeste idéologie en 630, sauf sur le terrain de la barbarie humaine.

De la mort ils font une religion et de la vie ils ont fait un sacrilège.

Ils ont en eux la haine du genre humain qui ne croit en ce à quoi ils croient, y compris d’eux-mêmes.

Ils vénèrent un criminel de guerre et contre l’humanité et une divinité abominable et monstrueuse qui laisserait apparaître Shiva comme un modèle de non-violence et d’humanité. A côté d’eux, les adeptes du Temple solaire, qui vouaient un véritable culte à leurs deux gourous Jo di Mambro et Luc Jouret seraient des gentils toutous.

D’ailleurs lesdits sectateurs n’avaient causé du tort qu’à eux-mêmes contrairement à ceux dont il est question ici qui non contents de s’auto-détruire ils sont usage de leurs corps pour anéantir l’humanité tout entière.
S’ils avaient le respect de la vie, ils devraient commencer par respecter la leur.

Ils n’offrent aucun gage de leur volonté de vivre en bonne intelligence avec le monde qui n’est pas le leur. Ils ne jurent que par la fin des enfants d’Israël qu’ils aimeraient éliminer de la surface de la terre. Ils se posent comme leurs exterminateurs finaux dans le sillage des nazis :  » Tout au long de l’histoire, Allah a imposé aux [ Juifs] des personnes qui les puniraient de leur corruption. Le dernier châtiment a été administré par Hitler [ la 3 e figure de la trilogie satanique islamique]. Avec tout ce qu’il a fait – et bien que les [ Juifs] aient exagéré les faits-, il a réussi à les remettre en place. C’était un châtiment divin. Si Allah veut, la prochaine fois, ce sera par la main des musulmans. »

Des propos tenus toute impunité par Qaradhaoui sur Al-Jazeera le 29 janvier 2009 qui sont la parfaite illustration de toute l’exécration que la caste des saigneurs de l’humanité éprouve pour les Juifs et tous les autres.

Ils sont ce que leur mode de pensée idéologique a fait d’eux. Ils ne veulent pas participer au bien-être commun de l’humanité, ils n’ont qu’un seul et unique but, la figer dans la pierre noire mortifère objet de leur idolâtrie infâme.
Ils ne sont pas monothéistes, ils sont polythéistes tendance fétichistes suicidaires. 

Dr Salem Ben Ammar
Twitter

·

Il n’y a qu’un islam celui qui dépasse en horreur la barbarie naziehttps://t.co/E9YDKAfJXm via @sabenam93

L’.E.I. n’est pas l’islam paraît-il  sans bien entendu nous expliquer en quoi ne l’est-il pas , les musulmans dits modérés inventés en toutes pièces par les médias et les ho…
LN.IS/WORDPRESS.COM/…

Like

 

Like

 

Love

 

Haha

 

Wow

 

Sad

 

Angry

Comment

Comments
Salem Benammar
Write a comment…
Salem Benammar

1 hr ·

Twitter

·

Il n’y a qu’un islam celui qui dépasse en horreur la barbarie naziehttps://t.co/nW9fYdf8S6 via @sabenam93

L’.E.I. n’est pas l’islam paraît-il  sans bien entendu nous expliquer en quoi ne l’est-il pas , les musulmans dits modérés inventés en toutes pièces par les médias et les ho…
SALEMBENAMMAR.WORDPRESS.COM/2015/02/26/IL-…

Like

 

Like

 

Love

 

Haha

 

Wow

 

Sad

 

Angry

Comment

  1. Add your family to your profile

    61 Pending Items

  2.  

    Intro
    Use details from your About section as your bio
    Institut des Hautes Etudes Internationales Paris 2

    Remove

     

    Salem Benammar's photo.
    Salem Benammar's photo.
    Salem Benammar's photo.
    Salem Benammar's photo.

     

  3.  

    'Salut et paix du Seigneur soient avec vous tous bien aimés en Christ.  Mon intervention chirurgicale est reportée par mon chirurgien pour le seul motif qu'il se sentit pas bien après avoir terminé les trois premières interventions d'avant mon tour. Il m'avoua franchement que c'est la première fois que cela lui arrivait pendant toute sa carrière professionnelle.  En bon croyant, son comportement ne provoqua point mon étonnement ou mon énervement, car convaincu que toutes choses concourent pour le bien de ceux qui aiment Dieu. En outre, je crois aussi que Dieu a écouté vos ou plutôt nos prières Alléluia.  Je n'ai qu'à vous remercier pour vos prières et vos inquiétudes, et vous bénir au nom de notre sauveur et seigneur Jésus Christ amen'
    'Je me suis retiré du facebook une petite heure ce soir, pour réaliser cette toile sur des très belle musiques des frères Strauss .Je vous invite à me donner votre avis..Je vous signale que ce n'est pas du noir et blanc,comme elle apparait .C'est du noir,bleu nuit et blanc.Dimention 60/40 cm .'
    'Les 7 paroles de Jésus Christ sur la Croix:  ° Jésus a prononcé sept paroles lorsqu'il était sur la croix. Chacune de ses paroles a marqué l'histoire de l'Église et la foi de milliers de personnes au cours des siècles. Arrêtez-vous pour les méditer et voyez de quelle nature était fait celui qui à changé la face du monde. 1 ère parole: Luc 23:34 "Père, pardonne-leur car ils ne savent ce qu'ils font."     - Une prière à son Père pour ceux qui l'on crucifié.     - Quand nous sommes face à des personnes qui ne nous aiment pas ou qui nous font souffrir, saurions-nous prier pour eux et leur pardonner? 2 ème parole: Luc 23:43 "Je te le dis en vérité, aujourd'hui tu seras avec moi dans le paradis."     - Une promesse à quelqu'un qui souffre autant que lui.     - Alors que nous sommes nous-même en souffrance, sommes-nous capable de partager les promesses de Dieu à d'autres? 3 ème parole: Jean 19: 26-27 Jésus voyant sa mère, et auprès d'elle le disciple qu'il aimait, il dit à sa mère : "Femme, voici ton fils". Puis il dit au disciple: "Voici ta mère".      - Un soucis pour sa mère.     - Alors que nous sommes face à des situations difficiles, avons-nous du respect et du soucis pour honorer nos parents, nos familles, nos proches ? 4 ème parole: Matthieu 27:46 "Mon Dieu, mon Dieu pourquoi m'as-tu abandonné?"     - Le cri d'angoisse de Jésus alors qu'il est en train de porter le péché du monde, et que Dieu lui détournée son regard. Jésus est seul.     - Alors que nous sommes quelquefois en train d'abandonner Dieu et de lui tournée le dos, Jésus n'a-t-il pas ce même cri d'angoisse à notre égard? 5 ème parole : Jean 19:28 "J'ai soif"     - Jésus, un humain ... jusqu'au bout.     - Jésus dit cette parole afin d'accomplir une prophétie de l'Ancien Testament. Ce qui nous montre que bien plus qu'un humain qui a soif, Jésus va au bout de sa mission; il ne boira pas du reste! 6 ème parole : Jean 19: 30 "Tout est accompli."     - Un cri de victoire!     - Si nous nous arrêtons un instant pour penser à tout ce qui s'est passé pour que Jésus arrive à ce cri de victoire cela donne le tournis. Pourtant il est allé jusqu'au bout, par amour. Sommes-nous capable d'évaluer l'importance de cette phrase? 7 ème parole: Luc 23:46 "Père, je remets mon esprit entre tes mains."     - La dernière prière à son Père     - Quel moment impalpable que celui de rejoindre le Père et d'entrer dans son repos, l'esprit en paix ...'
    Myriam Tartiere's photo.
    'Le muguet Un bouquet de muguet, Deux bouquets de muguet, Au guet ! Au guet ! Mes amis, il m'en souviendrait, Chaque printemps au premier Mai. Trois bouquets de muguet, Gai ! Gai ! Au premier Mai, Franc bouquet de muguet. Robert DESNOS  (Chantefables et chantefleurs)'
    Judith Aleksandrov's photo.
    'Pensées...'
    'TOTO PECTORE. (Dit) de tot cor (Ciceró. De les lleis, 1) Nota: Aquesta llatinada va dedicada a Gerard Joan Barceló, occità i occitanista que m'ha propiciat la imatge.'
    'BOYCOTT de l'émission de PROPAGANDE PRO-FLAMBY : le jeudi 14 avril à 20h15 sur France 2, TV d'Etat.  Présentateurs : Pujadas et Léa Salamé, amis du mollusque.'
  4.  

    Michèle Hassan
    10 new posts

    Sonya Chebbi
    10 new posts

    Michel Hafayedh
    10 new posts

    Claudio Vit
    10 new posts

    Moog Philippe
    10 new posts

    Madeleine Debauve
    10 new posts

    Jean-Claude Ouaki
    1 new post

    Nathalie Sayous
    10 new posts

    Isabelle Alexis
    3 new posts

Me Dupont-Moretti, la mère de Merah n’a pas perdu un fils, elle a perdu un monstre

Non Me Dupont-Moretti la génitrice du monstre d’inhumanité Mohamed Merah n’a pas perdu un fils, elle a perdu l’occasion de se repentir pour les pauvres victimes tuées au nom d’Allah dans le respect des préceptes coraniques comme elle l’avait dit elle-même.

De quelle affliction parlez-vous de celle des familles marquées dans leur chair et leur âme à tout jamais et dont les leurs avaient eu le malheur de se retrouver sur le chemin du Terminator d’Allah ou de cette mère qui ne semble guère exprimer ni regrets ni compassion pour les victimes de son fils.

Toutes les causes dont défendables mais certainement pas celle de Merah car on s’en faisant l’avocat on banalise ses monstruosités et on le met sans le vouloir au même niveau que ses victimes. Un mélange de genres irresponsable et indécent.

En mettant en scène le deuil de sa mère vous faites l’amalgame entre elle et les familles des victimes qui auraient pu être vos parentes ou vos enfants.

Quand on défend le droit on ne fait pas de la douleur de la mère avérée ou simulée un argument de défense.

Les ressentis des familles de ces criminels contre l’humanité n’ont pas leur place dans les procès des terroristes.

 

 

 

 

 

 

 

Marine Le Pen peine à vivre avec 23 000 € par mois

La fille Le Pen s’est octroyée généreusement une rallonge de 2000 € nets par mois pour pouvoir boucler ses fins de mois difficiles avec un revenu mensuel imposable de 23 000.  Soit 80 fois le revenu mensuel de son paysan imaginaire mis sur la paille par sa vache à lait européenne.

2000 € d’augmentation de ses indemnités de présidente du FN alors qu’il me semble que le président d’une association loi 1901 comme c’est le cas du FN serait bénévole, représente 2 fois le SMIC. Une belle insulte aux Français qui survivent avec 1000 € par mois et qui misent sur elle comme un turfiste plaçant une forte mise sur un tocard pour toucher le jackpot.

23 000 € par mois c’est 4 fois le salaire d’un ministre de la République et le double de l’indemnité présidentielle de Macron.

23 000 € pour une dame  au vécu professionnel inversement proportionnel à son revenu mirobolant sont l’illustration parfaite que le système profite surtout à ceux qui lui crachent dessus.

Plus on est dans le rejet du  système plus on a quelque chose à cacher aux Français.

Il y a fort à parier que cette faramineuse auto- augmentation de son salaire de présidente  était destinée à compenser la perte de revenu qu’elle avait subie suite à la saisie- arrêt de ses indemnités d’élue au Parlement européen avant qu’elle ne siège dans l’hémicycle.

L’héritière est aussi attirée par l’odeur de l’argent que son honorable père était attiré par les héritiers.

Dans cette famille le patriotisme se monnaie comme une starlette monnaie ses talents.

Et si par extraordinaire elle était locataire de l’Élysée elle aurait sans doute multiplié par deux son revenu actuel.

L’islam est le plus grand péril de tous les temps

Se représenter sa religion comme  étant une religion de paix et du respect du droit à la vie pour celui qui est différent de soi alors que c’est loin d’être le cas, est une chose, mais en faire la démonstration sur le terrain c’en est une autre.

Le monde attend toujours que les musulmans mettent leurs actes en adéquation avec leurs belles paroles pour pouvoir enfin se faire une idée précise quant à leur réelle implication dans la construction d’un monde où la valeur de l’humain n’est pas définie par sa croyance mais par ses mérites et ses apports au bien commun de ses semblables.

Pour l’instant, on a juste le droit à chaque fois que leurs coreligionnaires sèment la terreur et brisent des destins au nom d’Allah Akbar,  à des processions de pleurnicheurs professionnels pour plaider l’innocence de l’islam et la victimisation des musulmans.

Tout ce se passe comme si les victimes du terrorisme musulman ne valent pas plus que les cailloux lancés sur le diable, (ramy al jamarat, ), pendant leur rituel fétichiste de lapidation à l’occasion de leur pèlerinage en ces lieux malsains appelés la Mecque.

A se demander si leur numéro de danse macabre avec le Coran à la main comme s’ils brandissaient les têtes des victimes ne seraient pas en réalité une manifestation de leurs regrets que leurs massacreurs  de service appliquant fidèlement les préceptes sataniques n’aient  pas massacré davantage des « mécréants ».

Jamais les musulmans ne sauront se mettre à la place de leurs victimes et se poser la question en quoi est-ce un crime de ne pas être musulman pour mériter la peine de mort ?  Les musulmans sont convaincus qu’ils sont des humains à part qui ne peuvent s’imaginer un seul instant qu’il auraient pu être chrétiens, juifs, apostats de l’islam, athées, libéraux, agnostiques, laïques ou progressistes.

Ils doivent savoir  que leur silence est un blanc seing aux forces du Mal qui sévissent dans les pays musulmans, réprimant, opprimant, massacrant leurs semblables humains qui ne sont pas de leur bord religieusement et politiquement parlant mènent en réalité un vrai programme génocidaire, exterminateur et de nettoyage religieux sur le modèle de celui mené par les nazis dans les années 30 et qui s’était terminé dans la pire boucherie humaine que le monde avait connu depuis le génocide de l’Hindou Kush, plus de 80 millions de victimes, totalement nié, sur lequel on a mis une pierre tombale pour l’éternité et complètement occulté de la mémoire collective humaine dont le nom est associé à la barbarie apocalyptique musulmane.

Ils ne sont conscients que les témoins oculaires d’aujourd’hui ne sont pas que complices par leur silence et leur indifférence coupables, sont les victimes potentielles de demain et des bourreaux potentiels comme celles qui avaient subi le déferlement du Tsunami nazi alors qu’elles croyaient être à l’abri et qu’il ne visait que les minorités ethniques nationales allemandes. Si au moins elles s’étaient demandées est-ce qu’un juif avait choisi d’être  juif et si j’étais moi-même juif qu’eût été mon sort ?

La vraie question que tout un chacun de nous devait se poser en y ajoutant tout simplement que le nazisme en tuant le juif  tuait cette part d’humanité qui est en moi et qu’à force de carnage massif des juifs, il finirait par m’achever moi-même ?

Le crime n’était pas un crime contre les juifs c’était un crime indéniablement contre l’humanité si on avait justement conscience de la siAujourd’hui, chaque vie humaine fauchée par les exterminateurs musulmans est  aussi notre propre vie qui se meurt à petits feux. Ne pas se sentir concerné et impuissant par ce spectacle de fin du monde, est un aveu de refus de notre humanité et de notre démission ainsi que notre consentement à nous offrir en victime consentante et expiatoire en Holocauste à nos bourreaux qui portent le masque de l’islam des ténèbres.

Plus on persiste dans notre posture de l’autruche, plus on leur manifeste notre adhésion et notre encouragement à perpétuer leurs exactions et persévérer dans la voie de la terreur.

Notre résignation symptomatique de notre lâcheté et de la peur de soi, est la meilleure alliée des cavaliers noirs de l’Apocalypse musulmane.

Un ami disait que l’avenir se lit dans l’histoire des événements passés, or les mêmes événements et faits survenus en Allemagne nazie et devant lesquels le monde libre dont on ne sait de quelque contrainte si ce n’est de son manque de solidarité et d’humanisme, sont en train de se dérouler sous nos yeux dans une atmosphère capitularde et ô combien analogue à celle qu’avait connue le monde dans les années 30.

Pour des intérêts que rien ne saurait justifier, sordides et bassement mercantiles les pays de l’OTAN et à leur tête les E.U. sacrifient honteusement et obséquieusement   la démocratie et les minorités religieuses principalement les chrétiens en Egypte et en Syrie, après avoir délibérément jeté en pâture aux prédateurs islamistes celles d’Irak.

Si le monde et en premier lieu le monde musulman est aussi la première victime de l’offensive violente et guerrière du radicalisme musulman  financé par les saoudiens et les qatariens depuis les attentats du 11 septembre 2011, on ne le doit pas seulement aux agissements des activistes musulmans, il est également la résultante du soutien trouble des E.U. à ces deux foyers source de la gangrène qui mine le corps musulman et par ricochets le monde dans son ensemble.

Nul ne peut ignorer le rôle actif des américains à l’islamisme wahhabite  qu’ils avaient réactivé en ce jour du 14 février 1945 dans le cadre d’un pseudo accord  entre le roi Ibn Saoûd et le président Roosvelt, appelé le Pacte de Quincy  qui mettait sous tutelle américaine le royaume hérétique et collaborationniste saoudien.

Une alliance contre nature et néfaste pour l’humanité entre l’aigle et le faucon qui a atteint son paroxysme avec les attentats du 11 septembre 2011 dont les américains furent les premiers à en faire les frais et que l’Arabie Saoudite avait réparé les dégâts en dédommageant les familles des victimes sous prétexte que sur les 18 membres du commando terroriste 15 étaient porteurs de passeports saoudiens. Surtout que ce sont ces attentats aux motivations obscures ont ouvert la voie à l’état de chaos permanent dans le monde musulman culminant avec les révolutions du Tchernobyl arabe et au bain de sang dans lequel ne cessent de baigner les populations musulmanes et les minorités religieuses qui avaient toujours en toute sécurité avec leurs compatriotes musulmans. .

Il est plus que jamais urgent de dénoncer  cette alliance périlleuse et ses effets tragiques pour la pérennité de l’humanité.et freiner sa progression.

A cause de cette alliance de l’épée et du dollar l’équilibre ethnique déjà très fragile du monde musulman voit son pronostic vital compromis.

Est-ce que vous avez idée des risques que les démocrates et les minorités religieuses encourent en Tunisie, en Libye, en Irak, en Syrie ou en Egypte où on a frôlé le pire sans le sursaut salutaire du peuple égyptien qui avait mis fin à l’aventurisme criminel des Frères nazislamistes ?

Le président Bachar Assad, présenté par l’Occident comme étant tortionnaire et sanguinaire notoire se trouve paradoxalement le rempart contre l’appétence islamiste et partant de là le défenseur en Syrie des minorités ethniques et religieuses. Voire le sauveur un jour de l’Occident lui-même en éradiquant chez lui les forces dihadistes cosmopolites.

Que l’on tire tous les enseignements de l’histoire passée si nous ne voulons pas que le monde finisse par être enseveli par les laves gigantesques ardentes du volcan  islamo-wahhabite provoqué par ceux-là-mêmes qui font semblant d’étouffer son éruption tout en cherchant à en tirer les meilleurs profits à des fins hégémoniques au péril de la vie des peuples.

L’islam est plus que jamais le plus grand péril de tous les temps et tant que l’on continue à le blanchir de ses crimes contre l’humanité on ne fait que conforter les musulmans dans leurs desseins mortifères.  Il n’y a pas de musulmans innocents comme il n’y avait pas des nazis doux comme des agneaux.  Les idéologies ne sont pas ce que leurs partisans font d’eux, elles sont le carburant de leurs entreprises criminelles.

La première guerre mondiale a commencé avec la naissance de l’islam et n’a jamais cessé

La troisième guerre mondiale n’aura pas lieu  car en réalité les guerres de 14-18 et 39-45 ne sont que les deuxième et la troisième de la liste, et la première est celle qui a débuté en 622 ne s’est jamais arrêtée.

C’est celle que mène sauvagement l’islam au reste du monde désigné comme l’ennemi à combattre jusqu’à la victoire finale.

Il ne s’agit pas d’une guerre classique où les belligérants sont identifiés et régis par les lois internationales, il s’agit d’une guerre non-conventionnelle,  où l’assaillant rencontre aucune résistance de la part  guerre qui ne dit pas son nom, car l’ennemi est partout, insaisissable, invisible et imprévisible.

Il peut nous frapper quand il veut et où il veut. Plus on banalise le danger plus on fait le lit à l’ennemi.

C’est en s’installant dans l’habitude du désespoir et de la résignation que nous signons notre arrêt de mort. Il n’a pas besoin de nous frapper puisque nous en sommes chargés nous-mêmes en faisant de la peur notre armure.

La tragédie de Dallas est un tournant important dans le mode opératoire du terrorisme.

Il importe peu de savoir si le Terminator est mu par des motivations idéologiques car cela ne change rien au fond du problème, ce que l’on doit retenir est que cette stratégie de s’attaquer directement aux forces de sécurité est bien plus payante sur le plan psychologique et sécuritaire que le Bataclan.

En s’en prenant directement à la police, le message du Terminator de Dallas est des plus explicites, il n’y a pas de forteresse imprenable et un seul individu peut faire à lui tout seul plus dégâts dans les rangs de service de sécurité qu’un groupe d’assaillants de 100 individus.

Ce n’est parce qu’il a agi seul, ce qui est peu probable, que son acte va rester sans lendemain ?

Il y a tout lieu à penser que le terrorisme mondial est entrain de changer de mode opératoire.
Comme aussi on ne peut pas dissocier cette attaque des autres attaques terroristes contre les forces de l’ordre dans de nombreux pays musulmans dans l’indifférence générale ainsi que celle dont fut victime le couple de policiers de Magnanville.

Que sera le bilan d’une attaque de grande envergure déclenchée par 10 000 Terminator agissant de concert et simultanément partout dans le monde?

Si le tout et son contraire avait une religion ce serait l’islam

Comment Mahomet MDSL (Malédiction et disgrâce soient sur lui) était en mesure de lire le Coran en présence de Gabriel, alors que d’une part les musulmans qui ne sont témoins de rien mais qui sont convaincus que leur prophète de mauvais augure était totalement analphabète et d’autre part le Coran n’avait pas encore était transcrit sur aucun support et les versets ni rassemblés ni ordonnés ?
Et le même Coran qui a l’art de se mêler les babouches tord le cou à sa propre vérité (106 sourate 17 Al-Isra):
« Nous avons fait descendre un Coran que Nous avons fragmenté, pour que tu le lises lentement aux gens. Et Nous l’avons fait descendre graduellement. »
Ce qui est évident quand on sait que le dernier verset qu’Allah lui aurait adressé comme un missile (281 de la sourate de la Vache) 9 jours avant que les Anges de la mort ne l’envoient en enfer le 8 juin 632, comme si les Arabes déclaraient lesurs naissances et leurs décès à cette époque. Cela fait partie des miracles administratifs de l’islam et le doute n’est aucunement permis.
Si la contradiction avait une religion ce serait ainsi assurément l’islam , d’un côté les musulmans prétendent que la révélation a duré 23 ans et d’un autre qu’il est descendu selon le malsain Coran dans ses versets machiavéliques(sourate asu’ara v.192 195;sourate azumar v.1-3;sourate al baqarah v.185 ) en bloc en deux tours trois mouvements (djoumlat wahida, littéralement en une seule phrase) pendant la fameuse nuit d’al Qadr
Affirmer des vérités non prouvées matériellement relève de la pure fabulation. Nonobstant le fait que la codification de l’écriture de la langue arabe a été entamée au VIII e siècle.

Ils ne sont pas des coupeurs de tête ils sont des charognards dans la voie d’Allah

Ils ne sont ni des coupeurs de tête, ni des décapiteurs, ni des égorgeurs, ni des tueurs fous d’Allah, ni des assassins en service commandé, ni des terroristes, ni des bourreaux sabrant les têtes des condamnés, ni des bombes humaines, ni des enfants malades de l’islam, ni des djihadistes  ni des sanguinaires, ni et surtout pas des forcenés, ni des adeptes d’une secte satanique, ni des enfants de Dracula, ni des créatures de Thanatos, ni un danger mortel pour l’humanité et les ennemis du genre humain.

Point de tout cela. Ils sont bien pires que les enfourneurs nazis des fours crématoires, ils sont les bras armés de l’islam dans sa conquête dévastatrice du monde.

Des véritables machines de mort totalement dépourvus d’humanité et d’empathie pour leurs victimes. Conditionnés mentalement et idéologiquement au point qu’ils se sont déconnectés d’eux-mêmes éprouvant une véritable aversion pour leur propre vie.  Vivant dans la négation de soi  ils projettent sur leurs semblables humains ce qu’ils ont en réalité comme ressentiments pour leur vie qui ne l’est pas.

Comme si en tuant au nom de leur Allah cela leur permettrait d’expier le péché mortel qui les ronge d’être dans le monde des vivants.

Un fardeau insupportable pour eux d’où leur impatience hystérique à quitter ce monde en y entraînant le maximum innocents dans leur suicide.

De leur propre mise à mort ils écrivent la trame de leur vie où ils passent à la postérité comme étant des martyrs aux yeux des leurs.  Alors que leurs crimes abominables devraient leur valoir des poursuitrde pour crimes contre l’humanité.

Ils sont les cavaliers noirs de l’Apocalypse qui veulent offrir en Holocauste à leur dieu l’humanité qui lui est réfractaire pour apaiser sa frustration de ne pas faire l’unanimité autour de lui.

Missionnés pour réduire l’humanité en cendres pour en faire le Royaume d’Allah, la divinité la plus haineuse et la plus épouvantable  jamais créée par l’homme.

300 millions de victimes depuis que Mahomet avait fait d’elle une figure tutélaire pour ses sbires et ce n’est pas fini.

Une divinité qui veut régner en maîtresse absolue sur un monde transformé en champs de ruine et rivieres de sang peuplé de charognards.

À nouveau censuré par Facebook pour avoir écrit que les coupeurs de tête sont parmi nous

Décidément le Tribunal chariatique de l’Inquisition ne veut pas le lâcher. Pour avoir écrit que les coupeurs de tête sont parmi nous il m’a condamné il y a 3 jours à 30 jours de purgatoire.

En Arabie Saoudite on coupe les têtes des réfractaires à l’islam et en France on coupe la parole aux détracteurs des coupeurs de tête.

Mais j’ai bien peur qu’un jour viendra où l’on rétablira la guillotine pour trancher la tête  aux donneurs d’alerte sur le danger mortel qui menace les fondements de la civilisation occidentale.

Tout semble indiquer que les coupeurs  de tête sont en train de gagner la partie contre les manieurs de la plume de la liberté.

C’est moins la sanction temporelle ou définitive qui frappe injustement les avertisseurs qui est condamnable que la mise à mort  de la liberté d’expression pour paver la voie avec ses cendres à la barbarie musulmane.

Jusqu’à preuve du contraire les coupeurs de tête ne sont pas dans la jungle africaine ou indonésienne ils sont dans la jungle urbaine occidentale.

Les décapiteurs de Marseille et de Londres ne sont pas une légende et encore moins un spectre. Ils ont une identité, une nationalité et une religion et vénèrent un dieu du nom d’Allah plus effrayant, sanguinaire et avide de chair humaine que Dracula, Frankenstein réunis.

Pourquoi la guerre à l’Iran est suicidaire pour les Américains

Le paradoxe sunnite, ils ont beau détester les Chiites mais  l’Iran et Hezbollah jouissent d’un capital de sympathie incroyable auprès des masses musulmanes.

Les Américains peuvent raser le Qatar et l’Arabie Saoudite de la carte, mais si d’aventure ils touchent à l’Iran ils auront 1 milliard et demi de musulmans sur le dos.

Pour une fois, les Américains sauront ne pas franchir la ligne jaune et se  garderont  d’allumer le feu qui risque d’embraser le monde musulman et pas seulement.

Pourquoi faire la guerre directement à l’Iran alors que l’Arabie Saoudite est prête à tout pour en découdre avec son ennemi mortel au grand profit des marchands d’armes américains tout en étant démunis des moyens humains, techniques et militaires pour gagner la guerre contre l’Iran même s’ils bénéficient du soutien dans l’ombre de leurs protecteurs américains surtout soucieux de leurs intérêts énergétiques et capables de les lâcher au profit des Chiites saoudiens ?

Entrer en guerre contre l’Iran, c’est ruiner l’Arabie Saoudite et favoriser la réussite du projet du Croissant chiite.

On a tendance à oublier l’existence d’une forte minorité chiite en Arabie Saoudite concentrée majoritairement dans les régions pétrolifères.

La guerre à l’Iran c’est aussi le chaos en Occident où y vivent 50 ou 60 millions de musulmans qui ne manqueront pas de prendre leur part dans la propagation du brasier.

Trump doit réfléchir à 7 fois avant de jouer au Rumbo en Iran et doit tenir compte des alliés de poids de ce pays, l’Iran et la Chine.

Pour trouver une parade aux affaires qui minent le début de son mandat va-t-il refaire le coup de Bush mais avec des conséquences autrement incommensurables pour le monde entier ?.

L’égérie de pacotille des Insoumis Raquel Garrido : « Faute de temps j’oublie de déclarer mes revenus »

Faute de temps, j’étais taxé au plus fort pour mes impôts locaux pendant 3 ans comme si c’était un logement secondaire alors que c’était ma fille étudiante qui y habitait pendant 3 ans et le jour où je m’en étais aperçu 3 ans la DGI m’a opposé la prescription. Plus de 14 000 € que je dois payer pour un oubli qui aurait joué en ma faveur.

Faute de temps j’ai subi un redressement fiscal et j’en ai bavé. Le fisc m’a reproché d’avoir déduit de mes IR la scolarité de mes enfants dans une école Montessori et les frais de garde après l’école.

À mon grand bonheur j’ai eu gain de cause devant le T.I. et obtenu un remboursement de TP pour avoir oublié de joindre des justificatifs pour bénéficier des réductions fiscales d’emprunt immobilier  et l’emploi d’une aide à domicile pendant 3 ans.

Faute de temps on paye ses impôts d’abord et on conteste ensuite si l’on se rend compte des oublis et des anomalies.

Mais quand on dissimule sciemment ses revenus, ce n’est plus un oubli involontaire c’est un oubli délibéré et intentionnel qui expose le contrevenant à des poursuites pénales.

http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/4232-PGP.html

Venant de la part d’une avocate qui fait présentement l’objet d’une enquête déontologique de l’ordre des avocats, n’a aucune circonstance à faire valoir son faute de temps est un argument de défense est aussi grotesque que la phobie administrative de la présidente du FN qui oubliait de payer ses contraventions.

Ils ont le temps de débiter des insanités mais jamais le temps de s’acquitter de leurs devoirs citoyens.

Cette élue de LFI doit être éliminée de la scène politique au moins cela lui laisserait le temps de ne plus faire du temps son alibi pour excuser l’inexcusable et arrêter de prendre les Français dont certains d’entre eux ont été mis sur la paille par le fisc ou faisant l’objet de saisie-arrêt dur leurs salaires ou leurs retraites.

La République n’a que faire des élus qui ne soumettent pas à ses lois fiscales.
En GB des élus ont été déchus de leurs mandats pour moins que ça.

Faute de temps, j’ai opté pour le prélèvement mensuel de tous mes impôts

Le terroriste se nourrit du Coran comme un charognard se nourrit des cadavres

Il n’y a ni Coran médinois ni Coran mecquois, l’un serait une ode d’amour et l’autre serait un manifeste de haine, en tout état de cause ils ne pourraient être que le témoignage du dédoublement de la personnalité musulmane. Le tout et son contraire.  Faire l’ange et le démon selon les circonstances. Un Docteur Jekyll et Mister Hide.

Il n’en pas moins qu’il s’agit de la même personne se déclinant en deux personnalités où chacune d’elles tout en étant en relation l’une avec l’autre, s’interagissant entre elles, est mise en scène pour brouiller les pistes afin que la plus mauvaise échappe à la vigilance des yeux les plus avertis.

On en a que faire de cette dissociation dont la finalité est de faire croire que dans l’étude de la personnalité musulmane il existe une composante humaine pervertie par une autre composante qui est venue se greffer sur elle un beau jour et que l’on ne doit voir en l’islam un monstre d’inhumanité.

Il serait pertinent de s’en tenir à un seul islam celui qu’affiche le terroriste qui tient le Coran dans  sa main avant son passage à l’acte.

Il n’a pas lu le Mahabharata, ni le Capital, ni le livre de la sagesse de Conficius ni  Bible ni la Thora ou la République de Platon, il a lu un livre sans auteur qui est celui de cours chez les musulmans nommé le Coran. Tous les musulmans s’y réfèrent mais peu l’ont lu.

Et chacun d’eux en tirent les conséquences qui s’imposent. Il y a ceux qui abjurent l’islam, ceux qui l’utilisent à des fins propagandistes et terroristes s’articulant autour de deux axes, celui où l’on enfume l’opinion publique avec l’effigie de la colombe et celui de l’hydre pour l’effrayer.

Le terroriste se nourrit du Coran comme un charognard se nourrit des cadavres d’animaux morts.

Aujourd’hui, le Coran est devenu accessible à tous, ce qui n’était pas le cas auparavant. Un certain nombre de musulmans ont compris que pour être un bon musulman il faut être dans la voie d’Allah.

Faire la guerre sainte aux non-musulmans jusqu’à ce que ce la religion soit à Allah seul et qu’il n’y ait plus un non-musulman sur terre. Autrement dit, l’islam doit faire foi et loi pour l’humanité tout entière par tous les moyens et tout particulièrement la terreur

Les musulmans !

Allah est tellement omniprésent dans leur vie qu’ils s’oublient eux-mêmes.

Plus que l’air qu’ils reprirent.
Leur oxygène et le sang qui les irrigue.
Ils se plantent c’est sa volonté.
Ils réussissent, ce qui leur arrive rarement, c’est grâce à lui.
Ce n’est jamais le fruit de leur travail ou les conséquences de leurs mauvais choix et de leur laisser-aller.
Il est responsable de tout et ne sont coupables de rien.
Il ne les quitte jamais d’une babouche.
Il veille sur eux plus qu’une mère qui veille sur son bébé.
Ne jurent que par lui et n’aiment que lui.
Que deviendraient-ils sans lui ?
Ils n’ont d’yeux que pour lui. N’existent que par et pour lui.
N’ont de mot dans leur bouche que son nom.
Se ruinent pour sa grandeur.
Se sacrifient pour sa gloire.
Faisant des folies pour lui offrir les plus belles maisons qui soient au monde.
Son bien-être prime sur tout le reste.
Des mosquées plutôt que des écoles et des hôpitaux.
Les plus pieux d’entre eux se font désintégrer en son nom y entraînant dans leur sillage des pauvres innocents.
Ils lui attribuent toutes les pouvoirs.
Les seuls pouvoirs tangibles sont ceux qu’il exerce sur eux.
Il n’a jamais fourni aucun gage de son existence mais le doute n’est guère permis.
Il leur a promis le fardaouss en échange de leur abandon à sa volonté.
Toujours résignés à leur sort sauf quand il s’agit de s’embraser pour des innocentes caricatures.
Végétant dans la misère et l’arriérisme car Allah l’a voulu.
Tout heureux d’être nés musulmans comme si c’était une chance pour eux.
Se consolant comme ils peuvent de leur rang du dernier de la classe humaine.
Jamais ils ne se remettront en question convaincus que s’ils en sont là c’est la faute aux autres.
Plutôt que de secouer leur palmier ils préfèrent dynamiter la marche en avant du train de l’humanité.
En deux tours trois mouvements on devient musulman comme eux.
Nourris de la haine de la haine de l’autre du berceau jusqu’à la mort.
Ne compatissent jamais pour la mort des victimes des leurs érigés en martyr quand ils meurent dans la voie d’Allah.
Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

Musulmans : de vous à moi vous êtes les cancres de la classe humaine

Mesdames et Messieurs, nobles créatures d’Allah qui nous faites l’honneur de nous éclairer de toute votre lumière au point que nous n’en avez plus pour vous-mêmes, vote fidèle et dévoué serviteur voudrait que vous lui décriviez avec preuves à l’appui et non pas du style rapporté par untel qui l’a entendu chez untel lequel l’a appris auprès untel à ne pas en finir les charmes de la vie et son effervescence intellectuelle, culturelle, sociale, artistique, politique, littéraire, poétique, économique, inventive au temps de votre merveilleux prophète.

Vous ne cessez de louer vos qualités humaines et humanistes et que vous revendiquez même le titre de la communauté la plus respectueuse de la,liberté de conscience et protectrice des droits des,minorités. Est-ce vous faire injure de vous demander les preuves de vos allégations ?

Vous seriez en avance sur tout le monde en matière de démocratie citoyenne, les droits sociaux et fondamentaux. Vous auriez révolutionné la condition féminine et la recherche scientifique. Vous auriez été les plus en avant dans les droits des minorités, la sauvegarde et la mise en valeur des richesses patrimoniales et archéologues des peuples touchés par la grâce d’Allah.

De tout cela j’en doute point mais je ne puis archiver vos assertions dans la bibliothèque de l’histoire.

D’un naturel sceptique je ne crois que ce que les faits me livrent comme informations. Et mêmes les faits restent parfois aléatoires car manipulables. Avec tous les respects que je dois à votre auguste seigneurie, je ne puis croire que cette page dont vous voulez faire le point de départ de la civilisation humaine n’ait pas laissé traces palpables et effectives derrière elle.

Votre parole que je n’oserais pas mettre en doute pour ne pas froisser votre sensibilité légendaire a certes une valeur coranique mais votre humble serviteur ne peut travailler sur des matériaux exploitables.

La Grèce et l’Égypte par exemple nous ont laissé des témoignages de leur splendeur passée et vous ?

On ne lutte pas contre le terrorisme avec l’équation musulman = terroriste

Si beaucoup de terroristes sont issus de familles musulmanes, tous les natifs issus de ces familles ne sont pas des terroristes.

Je combats le terrorisme et son substrat idéologique comme personne et ce n’est pas supporter des idées crasses sur des êtres humains comme nous.

La violence gangrène toutes les sociétés du monde et elle n’est pas forcément inhérente à cette idéologie qui m’horrifie.

Ce n’est pas avec les préjugés négatifs que l’on va gagner la guerre contre le terrorisme facho-islamiste. Parmi les musulmans nombreux sont non seulement victimes des pulsions mortifères des leurs et je demeure convaincu que la victoire sur la métastase terroriste ne se fera jamais sans leur coopération.

Tous les nés musulmans ne le sont pas tous contrairement aux idées reçues. Il y a des athées, des irréligieux, des déistes, des convertis au christianisme, des progressistes, des musulmans malgré eux, des apostats qui ont peur d’avouer leur apostasie, voire des anti-islam héritiers d’Abu Nawas, Omar al-Khayam, des Soufis, des musulmans qui se questionnent sur l’islam et qui attendent l’occasion de d’abjurer.

J’en parle pour y avoir vécu pendant 20 ans et je n’ai jamais été contaminé par ce virus et pour avoir étudié l’islam en Inde pendant 7 ans. J’ai eu plus que quiconque l’occasion d’avoir rencontré des musulmans qui aspirent à la modernité et ouverts sur le monde. Des gens du coeur. Je me disais qu’ils sont des chrétiens ou des bouddhistes sans le savoir.

Des humains surtout comme il en existe partout dans le monde.

Que ceux qui sont aveuglés par leurs ressentiments et leur ethnocentrisme m’épargnent leur équation nauséabonde familles musulmanes=enfants terroristes.
C’est du pur racisme primaire qui ne peut qu’engendrer la crispation et la défiance chez les musulmans.

Je pense que les menaces de mort de notoriété publique et le nombre de plaintes et ma condamnation injuste pour la haine des musulmans dont j’ai fait l’objet m’autorisent à rappeler à ceux qui tirent des boules puantes sur tous les musulmans que votre haine est la meilleure alliée des terroristes.

Est-ce qu’eux-mêmes avaient fait le choix de leur culture de naissance et en quoi est-elle supérieure à la leur ?

On ne lutte pas contre l’infamie par l’infamie.
Je suis peut-être chrétien dans un certain sens

L’islam et l’islamisme, Dr Jeckill et Mister Hyde

L’islamisme est le clone de l’islam dont il possède toutes les caractéristiques  idéologiques, dogmatiques, théologiques, pour n’en faire qu’un avec lui. Tellement imbriqués l’un dans l’autre que l’on ne peut couper la tête de l’islamisme sans toucher un organe vital de l’islam.

Mais malgré les liens organiques qui les relient, les médias et les collabos, les idiots-utiles de l’islam et les musulmans affublés du masque de la modération jurent haut et fort que l’islamisme est un corps étranger à l’islam et a été créé par les ennemis de leur religion d’amour, de paix et de tolérance pour lui nuire et le discréditer. Comme si le nazisme était le bien et l’hitlérisme était le mal.

Il n’y a pas plus de différence entre les deux que de différence entre un musulman qui jette l’anathème dans ses prières sur les non-soumis à la tyrannie d’Allah et celui qui répand la mort au nom d’Allah. Les fondamentaux sont les mêmes et convergent tous les deux vers le même but sauf que chacun d’entre eux joue dans un registre différent. Pendant que l’un fait le mouton l’autre égorge le mécréant.

Deux visages d’une personnalité duale. L’islam et son double l’islamisme. Interagissant instantanément entre eux mais chacun d’entre eux émet des informations diamétralement opposées laissant croire aux destinataires qu’entre eux c’est la muraille de Chine. Formant deux entités distinctes que tout sépare comme le jour et la nuit.

Le supplicié et le tortionnaire. L’ange et le démon. Ce n’est qu’une illusion d’optique, un tour de prestidigitation pour abuser de la crédulité de l’auditoire et l’hypnotiser afin que son double puisse poursuivre son entreprise malfaisante.

Par conséquent, la frontière entre eux est aussi invisible que les eaux d’une pluie diluvienne.

L’islam se sert de l’islamisme comme un alibi pour se déculpabiliser de ses propres crimes.

Diabolique et pervers, manipulateur et retors, fourbe et perfide, cynique et calculateur, le roi de la défausse sur son autre. A chaque fois que cet autre lui-même assouvit ses pulsions mortifères, il se métamorphose comme par enchantement pour se mettre dans la peau de l’inquisiteur en chef de son double malfaisant.

L’islamisme est ainsi un subterfuge langagier pour ne pas éveiller les soupçons sur la vraie nature belliqueuse, raciste, discriminatoire, hégémonique, expansionniste de l’islam. Ayant une peur pathologique de l’altérité que pour s’en prémunir il n’a guère d’alternative que d’éliminer tous ceux qui ne se plient pas à sa loi.

L’islam demeure un danger mortel pour l’humanité et le monde du vivant. Il ne peut pas voir le monde autrement qu’à travers son prisme qui doit lui renvoyer qu’une seule image la sienne. Narcisse serait le vrai dieu de l’islam si Mahomet l’aurait imaginé.

Combattre l’islamisme sans combattre l’islam revient couper les mauvaises herbes en surface sans arracher les racines.

 

 

Pourquoi le terroriste tunisien de Marseille était laissé dans la nature malgré les charges qui pesaient sur lui ?

Il est inadmissible et incompréhensible que l’égorgeur-fou  d’Allah des deux jeunes filles qui ont eu le malheur de croiser son chemin à la Gare Saint-Charles à Marseille le dimanche 1 er octobre,  qui s’est trouvé entre  les mains de la police le vendredi dernier pour un délit de droit commun ait été relâché apparemment sans motif  valable et sérieux alors qu’il est en situation irrégulière.

Comme si ce fait n’était pas constituf d’infraction pénale.  Il aurait dû être mis en  garde à vue avant son placement dans un centre de rétention administrative. Une mesure qui ne semble pas avoir été à l’ordre du jour dans cette affaire et le clandestin ne l’était plus dans le sens que la lecture a été faite ce jour-là de la loi.

Au-delà des motivations idéologiques et religieuses du tueur, on est en droit de se demander si la police avait fait fait son travail et appliquer la loi sur les conditions d’entrée et de séjour des étrangers en France ces pauvres filles seraient encore en vie.

Loin de moi l’idée de faire le procès de la police, mais pourquoi n’a-t-elle pas fait son travail de police dans le cas d’espèce ?

Comment un individue arrêté 7 ou 8 fois sous des fausses identités ce qui est en soi un délit pénal caractérisé n’a jamais été condamné pour des tels faits ?

On ne peut qu’être interpellé par de tels dysfonctionnements.

Pourquoi un délinquant notoire était libre de ses mouvements ?

Et si le wahhabisme etait l’arme fatale des Americains pour en finir avec l’islam

Avec le wahhabisme les américains veulent sabrer l’Islam et s’accaparer les ressources naturelles des pays musulmans.
10 décembre 2012, 15:33

Bientôt le monde entier assistera à la naissance d’un néo-islam unitaire et essentialiste dont l’archange Tarek Ramadhan est le V.R.P. attitré dans la continuité de l’Ange Gabriel et en sa qualité de digne héritier du philonazi notoire Hassan Al banna, laquais de l’impérialisme britannique et fondateur de la Confrérie des Frères Musulmans, plutôt ennemis de l’ Islam et du genre humain comme leurs autres acolytes wahhabites autres potiches de l’Eglise Luthériene.

Un néo-islam qui sonnera le glas de l’islam révélé organisé politiquement autour d’obédiences et des courants charismatiques de nature sectaire et sans instance officielle représentative.

Profitant de son absence d’unité toutes ses divisions et dissensions internes, le néo-Islam connu sous le nom de l’islamisme lui mène une véritable Guerre Sainte, le djihad, ayant pour théâtre la Syrie, haut lieu des Croisades et se trouve de nouveau au coeur de la mêlée de la guerre des religions.

Sauf que les antagonistes dans ce nouvel épisode sanguinaire dont les musulmans ont le secret depuis la mort de l’homme qui a fait de l’épée le salut des âmes de ses disciples professent officiellement la même foi. Où chaque camp arbore des couleurs différentes, le noir d’un côté et le vert d’un autre.

Cette guerre de l’épée contre le croissant offre une particularité inédite dans l’histoire des guerres des religions, en effet, les combattants alignés derrière la bannière du paradis à l’ombre de l’épée semblent instrumentaliser l’Islam pour mener la guerre au profit des intérêts occultes et étrangers à l’Islam lui-même.

Une guerre qui tout en ayant l’allure d’un djihad contre l’ennemi qui n’est plus le croisé mais le musulman lui-même, est une vaste et gigantesque opération néo-impérialiste dont le but est de faire sauter l’avant- dernier verrou musulman indépendant, avant celui de l’Algérie.

Les contingents terroristes lâchés par leurs commanditaires tels des fauves sur la Syrie sous couvert de la libération du pays des mains des mécréants Alaouites et l’instauration de la démocratie comme ils le prétendent sont en réalité un véritable corps de mercenaires fanatisés et formatés par l’idéologie wahhabite aussi néfaste pour l’humanité que le nazisme, sont issus de plusieurs nationalités et origines, provenant toutefois pour l’essentiel des pays du Printemps islamique.

Ce qu’on appelle la rébellion syrienne n’est que de la chair à canon employée par leurs commanditaires pour mener la sale guerre à leur place, qui font en même temps d’une pierre deux coups, conquérir de nouveaux territoires stratégiques et énergétiques d’une part et d’autre part laisser le soin aux musulmans qui sont connus pour être les pires ennemis d’eux-mêmes, de s’entretuer entre eux.

Les W.A.S.P. qui ont aidé à l’émergence de l’Eglise Apostolique wahhabite en 1744 et forts de leur expérience dans la montée de l’islamisme, ont donné une nouvelle impulsion à leur doctrine en matière de politique étrangère à l’égard du monde musulman, au lieu de lui mener une guerre directe et frontale, autant utiliser le talon d’Achille de l’islam qui est son manque pathologique d’un clergé et capable de faire couler les musulmans dans le même moule apostolique et dogmatique, afin de les maintenir dans un état de dénuement matériel, d’incurie intellectuelle et de sous-développement permanent.

Les héritiers de l’évangélisme luthérien retors et affairistes patentés savent que le meilleur allié du capitalisme est le dogmatisme religieux et ses corollaires le despotisme et l’ignorance, c’est pourquoi, ils se comportent comme les meilleurs agents de propagande du wahhabisme dont ils furent les instigateurs diffusé ici et là soit par le biais d’insurrection populaire, soit par la force des armes comme en Libye et en Syrie.

Des anciens de Guantanamo ont même été promus chefs de commandos sur les fronts de bataille de ces pays. Ainsi des terroristes sont utilisés comme force de substitution aux GI’S américains pour imposer un nouvel ordre hégémonique américain articulé autour d’un système stratifié, intégrateur et fédéral du Reich islamique, le Califat.

Contribuer à l’instauration d’un nouvel ordre religieux, totalement inféodé à leur pouvoir, est devenu le point névralgique de leur politique hégémonique sur le monde musulman.

Avec l’effet miroir aidant du Mythe de la pureté originelle de l’Eglise du Christ et de ses apôtres inspiré du modèle de Luther, ils cherchent à tirer profit de la quintessence apostolique de cet Islam des sources débarrassées de toutes les cries extérieurs, un Islam soi-disant des preux et vénérés compagnons du Prophète, aux vertus morales et intellectuelles sont aussi douteuses que celles leurs descendants apparentés.

Au lieu de combattre l’islam, autant utiliser l’arme wahhabite seul moyen pour précipiter sa fin sans en douceur et sans coup férir sans compter les retombées financières, politiques et cononiques stratosphériques.

Le salut de l’Empire américain en chute libre avec son point d’orgue des attentats du 11 septembre 2001,, entamée depuis le Krach boursier de 1977, 4 ans après le premier choc pétrolier, passe nécessairement par la création de nouvelles sphères d’influence et de relais de croissance.

Avec l’apparition de nouveaux géants économiques et financiers Brésil, Inde, Chine, Russie et l’Afrique du Sud, le B.R.I.C.S.,  il ne leur reste plus comme seule opportunité que les pays musulmans qui regorgent de richesses en matières premières mais ravagés par la corruption et le sectarisme religieux pour redonner un nouveau souffle à leur puissance impériale qui sont devenus de surcroît moins hostiles aux américains depuis l’arrivée d’Obama, cet enfant de l’islam à la Maison Blanche.

Plutôt que de mener par conséquence une guerre néo-coloniale aux musulmans, ils se servent du wahhabisme comme fer de lance de leur politique de pillage des ressources naturelles des pays musulmans, en étant les parrains et les protecteurs du réformisme musulman qui va dans le sens de l’aliénation des musulmans à des moeurs, us et coutumes d’une époque ténébreuse, plus proche de l’âge de pierre et dogmatisés par Mahoomet lui-même.

Le néo-islam au service de l’hégémonisme américain qui se veut un Islam fédérateur de tous les musulmans ne peut réussir dans son entreprise d’asservissement et de nivellement de la société par le bas, que s’il se dote d’un organe puissant et inquisiteur placé sous une autorité apostolique telle que celle qui a cours chez les évangélistes de tous bords.

Réformer en quelque sorte les dogmes de l’Islam pour satisfaire l’appétit impérial américain au moyen du substitut wahhabite.

Voilà comment les W.AS.P. après avoir initié la création du wahhabisme et de la Confrérie des Frères Musulmans égyptiens, vont finir par révolutionner l’islam de l’intérieur qui serait plutôt une involution  sous le  visage de celui d’une Eglise apostolique dans sa variante wahhabite.

Ses membres à la solde de leurs mentors américains ne seront pas ordonnés et censés être dépositaires de la foi musulmane, ils seront nommés sur la base de la transmission d’une chaîne d’allégeance qui s’inscrit dans la stricte continuité des prétendus pouvoirs reçus par Mohamed des mains d’Allah.

Ils ne sont pas ses héritiers, ils sont les continuateurs de son Magistère Messianique. Quand le terroriste des caniveaux islamiques se proclame l’élu du coeur d’Allah et nouveau compagnon de son prophète, il n’a commis aucune imposture apostolique en l’espèce. Il est même plus prophète que le prophète lui-même. La foule tunisienne en manque de figure tutélaire et charismatique le vénère comme s’il était Allah lui-même à moins qu’il soit sa réincarnation. Quand le guignol égyptien, un affreux jojo sorti tout droit du monde des ténèbres ecclésiastiques islamistes, revendique une filiation génétique et apostolique avec un compagnon du prophète, Omar Ibn al Khatab, qui peut lui faire un procès en sorcellerie, alors que ce saint homme est investi par Allah pour provoquer un nouveau Déluge. Les adeptes du néo-islam purifié et réformé peuvent rendre grâce aux descendants évangéliques de Luther d’oeuvrer avec force et conviction, y compris par des moyens non moins apostoliques à la création de leur nouvelle nouvelle religion. Les arabes doivent leur sortie du désert aride de l’histoire à la tribu du Qouraish, les nouveaux musulmans doivent se réjouir d’avoir des protecteurs et inspirateurs aussi illuminés que les W.A.S.P. depuis 1744 et la création de l’Eglise Evangéliste Apostolique wahhabite. Non seulement? ils sont mus par leurs intérêts géo énergétiques et néo-impériaux mais obsédés également par leurs rêves messianiques du retour du Messie, fortement tributaire selon leur prophétie de la pérennité d’Israël. Pour ce faire, ils ne peuvent y arriver s’ils ne sont pas eux-mêmes, les artisans de cette nouvelle religion dont B.H.L. a été promu le nouvel apôtre et Qaradhaoui, le télévangéliste de la chaîne de la Jazira, le nouveau pape de l’église wahhabite.

Cependant, cette nouvelle Eglise ne peut prospérer et croître le nombre de ses adeptes que sur les cendres de l’Islam lui-même, c’est pourquoi elle lui mène une guerre sainte et destructrice jusqu’à son anéantissement total.