Non seulement l’islam se veut au-dessus des lois humaines mais également une supranationalité pour tous les musulmans

Un Tunisien n’est pas tunisien, il est musulman. Un Algérien n’est pas algérien, il est musulman. Un Marocain n’est pas marocain, il est musulman. Un Egyptien n’est pas égyptien, il est musulman.

Tous les ressortissants des pays musulmans sont d’abord, ensuite et enfin des fidèles de l’islam. Ils ne sont pas citoyens ils sont membres de l’Oumma islamique, censée dépasser les clivages ethniques, politiques et culturels où ils sont tous égaux sauf dans leur dévotion envers Allah.

C’est le substrat religieux qui prime sur leur appartenance nationale et ethnique.

L’islam est leur matrice mère, leur liquide amniotique, leur sève nourricière, la source impropre à la consommation humaine à laquelle ils s’abreuvent.

Ou, selon le représentant officiel de la propagande musulmane en France Dalil Boubakeur, « La nationalité musulmane est une supranationalité, essentiellement morale et indivisible, fondée sur l’accord des âmes et des cœurs. Elle est au-dessus de toutes les nationalités fondées sur la race, la langue, la politique, l’intérêt, les données de l’histoire ou de la géographie. La foi exige du croyant le devoir de s’y comporter, non comme un individu égoïste ou isolé, mais en membre d’une communauté dont il partage les joies et les amertumes, une communauté de juste milieu. »

Elle a tout autant le sens de la mesure que pouvaient avoir les envahisseurs arabes en Afrique du Nord et le Coran dans ses rapports à l’altérité. Cette figure controversée et ambiguë de l’islam en France, un Tarek Ramadan du 4ème âge, semble ou feint d’oublier que les musulmans sont la communauté la plus divisée qui soit au monde, en conflits permanents les uns avec les autres à l’exemple de son propre pays l’Algérie qui guerroie avec le Maroc depuis des décennies. A moins que le schisme ensanglanté non-stop depuis 1439 ans entre les Sunnites et Chiites ne soit une péripétie de l’histoire.

Mais en tant que bon musulman qu’il est, il prend ses désirs pour la réalité, et de ses illusions il en fait une certitude.

Les musulmans mettent un bémol à leurs antagonismes et leur haine mutuelle le temps d’une prière et encore il leur arrive de plus en plus d’entrer vivants dans les mosquées et d’en sortir les jambes devant.

Conditionnés mentalement et psychologiquement, endoctrinés du berceau jusqu’à la mort, ils ne peuvent imaginer, penser et concevoir la vie et le monde en dehors de l’islam et la peur de l’enfer.

N’ayant d’idéal de vie que le rêve de l’Oumma qui nourrit leur imaginaire appauvri par 14 siècles d’abétisation et de crétinisation intensive et quotidienne. Pour l’historien Georges Corm, « cet attachement viscéral à la notion très imaginaire de Oumma et de civilisation ou de valeurs musulmanes ou arabo-musulmanes ne fait que traduire une réaction psychologique de compensation à l’état de déchéance dans lequel sont plusieurs sociétés qui ont pour religion principale l’Islam. » Georges Corm :« C’est une erreur grave de continuer de considérer qu’il existe encore une civilisation musulmane » [archive] , entretien, oumma.com, 12 novembre 2007 cité in https://fr.wikipedia.org/wiki/Oumma

Ils courent éperdument derrière un mirage sans être conscients que jamais il ne prendra forme. Ils sont incapables déjà de dépasser leurs rivalités exacerbées claniques, tribales, régionales et claniques, voire liturgiques et intraconfessionnelles. Leur utopie de l’Oumma rassemblant tous les musulmans comme une mère avec sa progéniture est pourtant balayée par le hadith de Mahomet :

« les Gens du Livre (les Chrétiens et les Juifs) se sont divisés en soixante-douze groupes, et ma communauté se divisera en 73 groupes, tous sont au Feu, sauf une, qui est la Jamâ’ah (Le Groupe) »

Leur supra nation au dessus-dessus de toutes les nations, une communauté où prendront la place les seuls musulmans, hiérarchisée, discriminatoire, ultra-sexiste, pédophile, excluant les incroyants et les minorités sexuelles, où les apostats, les athées et les polythéistes auront le choix entre l’islam ou la mort, gouvernée au nom d’Allah et régie par la charia.

Tous les musulmans y aspirent car ses normes correspondent à leur nature grégaire et leur culture archaïque, masochiste et primate.

Elle est le reflet de ce qu’ils sont. Ils s’y reconnaissent et s’y identifient. C’est leur miroir. L’Oumma est leur carburant idéologique. Elle n’est pas plus réaliste que le voyage nocturne de Mahomet, mais le réalisme est un sacrilège dans l’islam.

Ils ne s’identifient pas à des nations, ils sont nationaux d’un Etat irréel et inexistant, ils ont le sentiment d’y appartenir. Ils ne sont membres d’une communauté nationale ils sont les heureux élus d’une communauté fantasmagorique.

Naïfs sont les Etats occidentaux qui croient que l’islam est compatible avec la citoyenneté.

Il suffit de leur poser la question si un jour leur pays d’adoption est en guerre contre l’islam quel camp défendront-ils ou s’ils sentent plus français que musulmans par exemple ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

Les droits de l’homme sont à l’islam ce que les droits des minorités étaient au nazisme

Femmes en niqab à Ryad

Des questions aux musulmans et à tous leurs idiots utiles qui qui sont légion en ces temps où la collaboration est la norme et la résistance est un interdit, est-ce que l’islam est une croyance inoffensive et innocente, une blanche colombe qui n’aspire qu’à vivre en paix avec le monde non-musulman dans le respect des droits à la différence et du vivre ensemble  ?

En quoi son message est paix, amour et tolérance alors qu’il n’est que haine et guerre à mort contre l’humanité qui ne se plie pas à ses lois ?

Se sont-ils un jour intéressés aux 99 attributs du dieu des musulmans qui ne sont que frayeur, terreur, châtiments et intimidations ? Dites-moi quelles sont les caractéristiques de ton dieu et je dirai qui tu es ? Un dieu reflet de ses croyants et inversement et à l’antipode de l’image que les croyants sont censés véhiculer sur leu dieu. Dépourvu de compassion, d’empathie, de compréhension de bienveillance, de pardon, de pitié, de mansuétude et de charité envers les incroyants alors qu’ils ne font qu’exercer leur droit à la liberté de culte.

Quand on se fait les avocats d’une cause on doit au moins connaître les noms de ceux qui s’en étaient fait des fervents thuriféraires comme Adolf Hitler en 1942 qui louait les mérites du djihad islamique, ce crime contre l’humanité : « Si à Poitiers Charles Martel avait été battu, la face du monde aurait changé. Puisque le monde était déjà voué à l’influence judaïque (et son produit, le christianisme, est une chose si fade !), il eût beaucoup mieux valu que le mahométisme triomphât. Cette religion récompense l’héroïsme, elle promet aux guerriers les joies du septième ciel… Animés par un tel esprit, les Germains eussent conquis le monde. C’est le christianisme qui les en a empêchés. »

Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/en-1942-adolf-hitler-trouvait-deja-certaines-vertus-au-djihad-islamique-dimitri-casali-3175625.html#dyFXq2UZxJbRxGic.99

En quoi l’Oumma islamique est-elle différente du Reich nazie cette communauté aux termes du verset 110 de la sourate al-Imrane :

« Vous êtes la meilleure communauté, qu’on ait fait surgir pour les hommes. Vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez à Allah. Si les gens du Livre croyaient, ce serait meilleur pour eux, il y en a qui ont la foi, mais la plupart d’entre eux sont des pervers.» ?

Est-ce que les pays de l’O.C.I. et notamment l’Arabie Saoudite pays ami de l’Occident, Etat islamique par excellence qui applique rigoureusement les préceptes coraniques est un pays vertueusement non-raciste et égalitaire  au regard de la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale du 4 janvier 1969 et tout particulièrement dans le sens de l’article 5 de la première dans ses alinéas :

– iv) Droit de se marier et de choisir son conjoint;

vii) Droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion;

viii) Droit à la liberté d’opinion et d’expression;

Peuvent-ils citer un seul nom d’un seul pays musulman où un non-musulman et surtout un Juif est en droit de se présenter aux élections présidentielles ou législatives en toute égalité citoyenne ? Le de la Tunisie, pays cité en exemple pour sa Constitution libérale et démocratique alors qu’elle est un ramassis d’articles discriminatoires envers les non-musulmans.

« La candidature à la présidence de la République est un droit pour toute électrice ou tout électeur de
nationalité tunisienne par la naissance et de confession musulmane », l’article 74 de la Constitution du 25 mai 2014.

Pourquoi les pays musulmans n’ont jamais signé la Charte Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1948, ? Ils ne peuvent concevoir que tous les hommes soient nés égaux en droit indépendamment de leur sexe, leurs orientations sexuelles et leurs croyances ou non-croyances. Au nom de leur spécificité religieuse ultra-sexiste,  liberticide et ostraciste  ils se sont contentés de leur propre Déclaration du Caire des droits de l’homme en Islam (5 août 1990) pour marquer la prééminence de la charia sur le droit international. Une Déclaration insultante à la conscience humaine et digne des lois raciales de Nuremberg.

Savent-ils que les musulmans qui ne sont pas connus pour leur goût immodéré de la lecture sont des férus de Mein Kampf, le livre le plus populaire dans les pays musulmans, traduit dans toutes les langues et en vente libre dans toutes les librairies ? Ils ne vont pas s’en offusquer pour autant si la littérature nazie retrouve une nouvelle vitalité dans son autre milieu naturel.

Pourquoi ces mêmes pays ne sont pas dotés d’arsenal juridique réprimant le racisme, l’antisémitisme, l’esclavage, les inégalités de traitement entre les musulmans et les non-musulmans ?

Pourquoi certains pays musulmans condamnent la victime du viol et innocente son violeur où la vie d’une femme ne vaut plus mieux qu’un chameau et vendue comme du vulgaire bétail sur les marchés d’esclaves à Mossoul par l’Etat islamique qui ne trahit en rien l’enseignement de Mahomet selon des cours fixés en fonction de l’âge des victimes  ?

http://www.michelledastier.com/pour-eux-un-dromadaire-vaut-plus-quune-femme/

Fillette de 1 à 9 ans : 200 000 dinars (138 euros) 

Fille de 10 à 20 ans : 150 000 dinars (104 euros) 

Femme de 20 à 30 ans : 100 000 dinars (69 euros) 

Femme de 30 à 40 ans : 75 000 dinars (52 euros) 

Femme de 40 à 50 ans : 50 000 dinars (35 euros)

Pourquoi les travailleurs immigrés sont traités comme des rebuts humains dans les pays de la charia pure et dure ?

Pourquoi les libertés humaines et publiques sont absentes dans ces pays ?

Pourquoi les assassinats des apostats de l’islam et de caractère homophobe et raciste dans le cas des non-musulmans ou restent impunis ? On ne va pas condamner ce que le Coran ordonne et désavouer ainsi Allah. 86% des musulmans plaident en faveur de la peine de mort pour ceux qui abjurent leur foi en l’islam et tournent le dos à l’Oumma conformément aux 2 hadiths rapportés par Bukhari  9.83.17:

 
Rapporté par ‘Abdullah : « L’Apôtre d’Allah a dit : ‘Le sang d’un musulman qui confesse que seul Allah peut être adoré et que je suis son Apôtre ne peut être versé excepté pour 3 cas : le meurtrier en raison de la loi du Talion (Qisas), l’adultère des personnes mariées, l’apostat qui abandonne l’Islam et quitte la communauté.’ »
Bukhari 4.52.260:
 
Rapporté par Ikrima: Ali faisait brûler un certain nombre de personnes et cette nouvelle arrivait aux oreilles d’Ibn ‘Abbas, qui disait: « Si j’étais à sa place, je ne les aurais pas brûlées, vu que le Prophète a dit ‘Ne punissez personne de la peine d’Allah’. Il n’y a pas de doute, je les aurais tuées vu que le Prophète a dit : ‘Si quelqu’un (un musulman) rejette sa religion, tuez-le.’’

 

Il est aisé pour eux de se faire les défenseurs de la cause de la veuve noire islamique pour ne pas s’y être frottés. Toujours prompts à s’indigner pour une tête de cochon à l’entrée d’une mosquée, ce haut lieu de propagation de l’antisémitisme, de la christianophobie, du djihad, de la ségrégation sexuelle, de l’intolérance, et du suprémacisme mais dès qu’il s’agit pour eux de dénoncer le Goulag musulman ils sont aux abonnés absents.

On ne les a jamais vu monter au créneau pour condamner vigoureusement les crimes contre l’humanité au nom d’Allah, ni dénoncer les processions en hommage à Hitler en Tunisie.

A l’évidence on ne saurait attendre des organisations comme le Mrap, la Licra, SOS racisme et la Ligue de Défense Judiciaire des Musulmans d’y apporter les réponses appropriées et d’éclairer l’opinion publique sur les desseins hégémoniques, impérialistes, conquérants  et génocidaires de l’islam.

Mahomet : un gourou est né ou créé selon

Il n’ y a pas de Coran mecquois et de Coran médinois comme il n’est pas plus incréé que Mahomet n’était esprit avant de devenir matière. il y en a qu’un celui qui est en vigueur aujourd’hui dans le monde musulman et qui arme les mains des terroristes.

Il n’y a pas non plus deux islam avec 2 Coran respectifs.  L’un serait paix, amour et tolérance et l’autre guerre, haine et intolérance.  L’islam est un et indivisible. Il n’a pas muté du vivant de Mahomet ni après. A son avènement il n’était pas en position de force pour dévoiler sa véritable nature. Son comportement et ses discours étaient moqués et dénigrés par les membres de sa tribu jusqu’au jour où ils finissent par le bannir  pour ses frasques charlatanesques et ses délires messianiques allant jusqu’à s’assimiler à Moïse. Il migra à Yathreb, l’actuelle Médine ville juive,  en 623  pour trouver refuge chez un clan apparenté.

Un personnage dont on ne connaît pas grand-chose en dehors des récits légendés et affabulés et imaginés par Boukhari, plus de deux siècles après sa mort dont on peut penser à juste titre qu’il est le père de ce personnage fabriqué en toutes pièces pour les besoins du film d’horreur islamique.

A supposer qu’il ait véritablement existé il semble que dans son parcours mecquois il était inexistant sur la scène de sa tribu vivant dans l’ombre de son oncle Abu Lahab qui l’aurait chassé lui-même de la Mecque.

Sa prétendue révélation n’avait rien d’exceptionnel, il était courant que les sorciers, les poètes et les devins reçussent l’inspiration. Sa parole était inaudible personne ne lui prêtait attention à cause de son lourd handicap social né de père inconnu et le pire est que lui-même n’avait pas de fils pour s’inscrire dans la continuité de sa lignée

Sa rencontre avec l’ange Gabriel dont il apprit l’existence assurément par  Waraqa, le cousin de cette Khadidja, ancien prêtre chrétien Nazaréen était son alibi pour se faire passer pour l’apôtre de Dieu avant qu’il ne devienne son prophète plus tard àMédine .

Mahomet vivait très mal le fait qu’il était déconsidéré et discrédité par les autres clans de sa tribu d’autant que le sien était sur le déclin socialement  et économiquement malgré son rôle de gardien de la Kaaba.

Tabari écrit à ce sujet :

Puisque le Prophète de l’islam s’était aperçu que la tribu Quoraïchite était réticente à son égard et puisque cela lui fut pénible à supporter, il souhaita que quelque chose vînt de la part de Dieu pour les rapprocher à lui ; lorsque cette idée a émergé dans son esprit, Dieu a révélé ces versets :
« Ce sont les déesses éminentes et leur intercession est admise. » (Sourate Nadjm, versets 19 et 20)
ue aux dépens de sa première épouse.

Incapable de subvenir par ses propres besoins, un parasite, un gigolo des temps modernes qui se faisait entretenir par une riche marchande mecquoise qui plutôt que de chercher des nouvelles opportunités pour sortir de son état de dépendant et ce au moment où d’autres clans se lançaient dans le commerce caravanier qui allaient plus tard être victimes de ses razzias, il s’était trouvé sa voie dans les élucubrations mystico-messianiques.

Et ironie du destin, il n’avait pas de descendance masculine. Un véritable drame dans une société tribale où l’on est pas capable de perpétuer son nom. Sans lignée Mahomet est  condamné à passer aux oubliettes, de . disparaître de la mémoire généalogique.

 

Comment faire pour se faire un nom et exister au nom des siens ?

Un gourou est né avec le destin historique qui dépasse ses hallucinations les plus abracadabrantesques. Lui qui n’arrivait pas à se faire une place au soleil parmi les siens est devenu malgré lui un modèle pour des centaines de millions d’individus qui s’identifient à lui.

 

Partout où il est l’islam veut que tout le monde se plie à son diktat

Les adeptes de l’islam sont nés avec un Coran d’or dans la bouche. Ils n’ont pas pas besoin de trimer comme les non musulmans, Allah les a intronisés émirs et califes avec tous les honneurs dus à leur rang. Partout où ils sont chez vous et chez eux ils sont rois. Nous sommes leurs sujets.

Leurs désirs sont des ordres et leurs ordres sont nos désirs. Ils font le ramadan, et le monde entier doit régler son horloge biologique et organique à leur heure.

Nous ne devons rien laisser transparaître publiquement que nous sommes à contre-coran.

Le ramadan s’impose à tous indépendamment des croyances et des non-croyances.
L’humanité est née musulmane et c’est à cause du sheitan, Satan qui serait Allah et Mahomet à la fois, qu’elle se trouve juive, chrétienne, polythéiste, agnostique, athée, apostate, bouddhiste, animiste, et le ramadan est l’occasion pour elle de retrouver son unité originelle musulmane.

Nous sommes tous musulmans pendant le ramadan, la concorde est de mise.
C’est le mois du sacre de son pouvoir sur les hommes et de sa reprise en main de leur vie.
Il tolère certes les exceptions de l’inobservation du ramadan dans les terres à conquérir mais il lui est insupportable qu’il puisse la tolérer là où il est souverain absolu.

Tout doit fonctionner à l’harmonie chez lui, aucun signe susceptible de la remettre en cause n’a droit de cité.

Sur ses terres les hommes sont libres de ne pas jeûner mais chez eux et à l’abri des regards de ses ouailles pour ne pas mettre leurs sens en branle.

Un crime intolérable dans son royaume. Un acte hostile aux jeûneurs qui se doivent de le réprimer férocement. C’est attentatoire à la fois à Allah et à ses hommes qui ne peuvent admettre que des roturiers, des koffars fassent montré d’une insolence indicible. Ils ont osé afficher sur la place publique leur différence autant qu’ils abjurent l’islam à la mosquée.

Ils sont les seuls au monde à jouir de ce privilège de porter l’étendard de l’altérité , leur sceau royal et symbole de leur toute puissance. Une prérogative qui leur revient de droit et l’auréole des seigneurs.

Les non jeûneurs commettent un crime ignominieux de lèse-majesté musulmane en volant le code du vivre ensemble dessiné par Allah pour l’humanité.

L’islam est tolérant tant que les non-musulmans rasent les murs comme les musulmans autrefois en Occident où ils étaient invisibles.

Les terroristes sont tout autant responsables de leurs crimes contre l’humanité que les nazis

Il faut arrêter de psychiatriser les terroristes musulmans à chaque fois qu’ils sèment la mort au nom de leur satané divin. On ne doit pas rechercher les atténuations de responsabilité   là où elle ne sont pas. Ils sont responsables pleinement de leurs actes et la lecture intensive du Coran est un facteur aggravant comme l’alcool au volant.

Tous les fous ne sont pas des terroristes, la cause du terrorisme est ailleurs que dans dans l’état de santé mentale et psychique de l’assaillant.

Quand un individu est dans le passage à l’acte, il sait parfaitement ce qu’il fait et pourquoi il le fait. Il y a des dizaines de millions de fous dans le monde ils ne sont absolument pas des terroristes.

Les terroristes ne sortent pas des asiles psychiatriques et sont consommateurs de pyschotropes, ils sortent d’un tout autre moule qui porte le nom d’islam qualifié abusivement de radical et nourris de versets qui n’enseignent pas l’amour, la paix, la tolérance et le respect de la vie humaine.

A trop vouloir occulter les causes on finit par faire le lit au terrorisme et le banaliser. Il n’y a aucune relation mécanique entre folie et terrorisme, il y a surtout une banalisation de ce crime contre l’humanité. Comme si l’on cherche à nous faire croire que les nazisme est l’expression de la souffrance psychique et mentale des Allemands et qu’ils ne sont pas responsables de leurs crimes.

« Ce n’est pas vous qui les avez tués, mais c’est Allah qui les a tués ! »

Résultat de recherche d'images pour "PHOTOS DES MUSULMANS JAMAIS RESPONSABLES NI COUPABLES"

Jamais responsables ni coupables. Ce n’est jamais leur faute. Si faute il y a ils n’y sont pour rien et ne vont pas payer pour une faute qu’ils n’ont pas commise car c’est Allah qui a bon dos qui l’a fait pour eux, ils ne vont pas payer pour Allah lui. Ils sont les rois de la défausse.

« Ce n’est pas vous qui les avez tués: mais c’est Allah qui les a tués. Et lorsque tu lançais (une poignée de terre), ce n’est pas toi qui lançais: mais c’est Allah qui lançait, et ce pour éprouver les croyants d’une belle épreuve de Sa part! Allah est Audient et Omniscient. Coran, 8:17. »

D’où le refus systématique des tueurs fous d’Allah de répondre de leurs crimes devant la justice des hommes. Ils ne font qu’agir en son nom. A chaque fois qu’ils passent à l’acte ils n’oublient jamais de prononcer leur cri de guerre Allah Akbar sinon ils se privent des beaux éphèbes, des 72 prostituées d’Allah et l’ivresse du vin de date et les rivières de miel coulant à flot.

Au nom d’Allah ils tuent et en son nom ils se tuent ou se font tuer.

Tout ce qu’ils font et accomplissent sur terre n’est pas le fruit de leur choix personnel et la manifestation de leur volonté propre. Allah choisit pour eux et agit à travers eux « Il se peut que vous détestiez quelque chose alors que c’est un bien pour vous. Et il se peut que vous aimiez une chose alors qu’elle vous est néfaste. C’est Allah qui sait, alors que vous ne savez pas. »(Coran At Tawbah verset 90)

Que leur bilan soit créditeur ou débiteur ils n’en sont pas juges par eux-mêmes, seul Allah est en droit d’en tirer les leçons. Le mal c’est lui le bien c’est lui.

Un terroriste ne l’est pas par vocation c’est Allah qui l’a guidé dans la voie de la terreur.

Ce qui est répréhensible par la justice des hommes est jugé comme une atteinte à la volonté d’Allah. Ils sont en accord avec ses préceptes et s’ils ont fauté seul lui est en droit de les juger mais il ne va pas condamner ce qu’il a ordonné lui-même.

Un au-delà d’où personne n est revenu mais qu’à cela ne tienne ils en sont convaincus leur Coran en fait foi. Pourquoi se poser des questions et s’ instruire de ses échecs et s’enrichir de ses expériences tant qu’une main invisible leur sert de guide dans leur vie ?

Complètement largués par le peloton de l’humanité non-musulmane, qui caracole plus que jamais en tête de la course.  Ils ne peuvent qu’assister en spectateurs impuissants au passage des coureurs sauf que de temps à autre ils sont pris d’accès de violence hystérique qui n’est pas sans conséquences pour la vie des coureurs. Pour rattraper leur retard ils pensent pouvoir y arriver en paralysant le déroulement de la course. Ils ne peuvent enfourcher leur vélo taillé dans la pierre de la météorite de la Ka’aba avec la particularité de rouler à reculons.

Leur mécanicien divin est incapable lui-même d’y remédier, car il est aux abonnés absents depuis le jour où son créateur le satanique Mahomet avait rejoint l’enfer.

 

 

Les pays dits arabes sont trop mal placés pour donner la leçon à Israël

 

L’arabe est notre langue et l’islam est notre religion, profession de foi de tous les pays dits arabes inscrite en lettre de sang de la barbarie de leurs maîtres dans toutes leurs constitutions. Point de salut pour leurs peuples en proie à la misère dans toutes ses variantes en dehors de cette diptyque. Et les mêmes crient au scandale parce qu’Israël se veut désormais un Etat-nation pour tous les Juifs de la terre. Ils reprochent  à l’Etat hébreu ce qu’ils sont eux-mêmes en pire.

Contrairement aux dominions arabes qui vomissent leurs racines comme un ivrogne vomissant ses tripes, Israël n’a pas le choix des moyens. C’est un État qui vit sous la menace militaire et démographique à l’intérieur de son territoire et à ses frontières.

Un pays comme la Tunisie n’a pas à témoigner de son attachement à l’arabe et l’islam puisqu’il n’encourt aucun risque d’être être submergé par une vague d’athéisme ou de retour à sa culture et ses religions pré-islamique.
Il n’y a pas photo entre un pays qui joue sa survie et qui surfe sur les vagues du progrès humain et un autre qui est dans le déni de ses vraies racines qui a tout perdu de son lustre d’antan, vivant dans la peur de déplaire aux Arabes du Golfe et pour les assurer de son allégeance totale à leur langue et à leur dogme scélérat et barbare, il s’est doté  de garde-fous artificiels en gage d’inféodation.

S’il n’avait pas de doute sur son identité arabo-musulmane il n’aurait pas eu besoin de le crier haut et fort aux sourds qui ne veulent pas entendre qu’ils sont la farce de la mascarade arabo-musulmane.

Israël a au moins le mérite de préserver son identité millénaire, meurtrie et martyrisée et toujours vivante.