Les musulmans sont peut-être divisés entre eux mais ils ne le sont jamais pour défendre l’islam

Daech n’est pas l’islam,

l’Arabie Saoudite n’est pas l’islam,

Boko Haram n’est pas l’islam,

la Qaïda n’est pas l’islam,

le wahhabisme n’est pas l’islam,

les Frères musulmans ne sont pas l’islam,

les Ibadhistes ne sont pas l’islam,

les Khawarej ne sont pas l’islam,

les coranistes ne sont pas l’islam,

les Shababs somaliens ne sont pas l’islam,

Ennahdha n’est pas l’islam,

le FIS n’est pas l’islam,

les Talibans ne sont pas l’islam,

les salafistes ne sont pas l’islam,

le soufisme n’est pas l’islam,

le Hezbollah n’est pas l’islam,

l’Iran des Ayatollahs n’est pas l’islam,

les musulmans taiseux ne sont pas l’islam,

les takfiristes ne sont pas l’islam,

les musulmans « modérés » ne sont pas l’islam,

les djihado-terroristes ne sont pas l’islam,

mais alors c’est qui et c’est quoi l’islam ?

Est-ce un spectre, un avatar, un miroir aux alouettes, un croquemitaine ?

Est-ce une religion dans le sens littéral du terme ou une idéologie politique totalitaire de la famille du bolchevisme et du nazisme ?

Est-il un serpent de mer ou une hydre à plusieurs têtes ?

Tous les musulmans accomplissent les mêmes devoirs cultuels, ne jurent que par Allah et Mahomet, ne se shootent qu’au Coran.

Quel que soit leur label ils convergent tous vers le même but imposer l’islam par tous les moyens à tous les hommes et installer leur satané Allah dans son trône. Ils ne vivent que par et pour l’islam, et ils portent tous le même tampon bleuâtre au milieu du front comme marque de dévotion à leur dieu de la mort, un Thanatos à la sauce arabes, à faire leur des assertions fantaisistes, fallacieuses et grotesques rapportées de bouches à oreilles depuis 1441 ans, mais pour eux elles ont une valeur de sacrée qui ne supportent ni doutes ni remise en question. Gare à celui qui ose lever le voile sur leur authenticité. Il est aussitôt accusé d’apostasie et mis à mort.

Qu’importe qu’ils s’entre-tuent et se jettent l’anathème entre eux pour hérésie et mauvaise interprétation des textes coraniques, alors que nul musulman n’est en droit de le faire car il est de la prérogative d’Allah de juger qui est musulman et qui ne l’est pas, mais ils retrouvent leur unité dès qu’un « mécréant » les ébranle dans leurs convictions, ils s’embrasent comme une torche et déversent leur venin haineux.

On appelle pas son fils Mohamed Merah impunément

Appeler son fils Mohamed Merah n’est pas innocent, il ne laisse subsister aucune ambiguïté quant à l’engagement idéologique des parents et surtout du père car dans les familles musulmanes conservatrices le choix du prénom des garçons revient généralement à ce dernier.

En prénommant leur fils Mohamed Merah, les parents témoignent de leur approbation explicite  des crimes terroristes de l’exterminateur de Toulouse- Montauban. Une autre manière pour eux de faire revivre sa mémoire incarnée par leur  rejeton qu’ils aimeraient voir connaître un jour le même destin que leur « héros ».

Mohamed Merah est pour eux un musulman accompli, fidèle aux préceptes coraniques,  tombé en martyr dans le sentier d’Allah, ses victimes ont eu ce qu’elles méritent. Il n’est pas un terroriste c’est un soldat d’Allah. Il n’a pas tué des innocents contrairement à ce que les ennemis de l’islam veulent faire croire, il a tué des « mécréants ».

Mais plutôt que de les poursuivre pour apologie du terrorisme, on préfère laisser le soin à la justice civile pour se prononcer sur la validité d’un tel prénom.

Pourquoi ne pas appeler son fils Adolphe Hitler ou les frères Kouachi pendant qu’on y est ? Il faut que le législateur adopte une loi pour interdire des prénoms rendant hommage aux terroristes.

Il est à craindre qu’un jour viendra où des prénoms sentiront le parfum infect des terroristes musulmans. C’est la preuve que certains musulmans n’en ont que faire des lois de la République et se servent des failles juridiques et de ses lois antiracistes pour l’anéantir.

Donner le prénom de Mohamed Merah à son fils est lourd de sens idéologique et n’est pas pour le plomber socialement plus tard, car ce plus tard sera pour eux musulman et ça traduit leur volonté d’imposer leur dictature à la France. Ils savent que le temps joue pour eux et plus personne ne pourrait les contrarier dans leur projet de conquête de cette France qu’ils convoitent depuis Poitiers.

Seul un vote citoyen, responsable, souverainiste et patriotique pourrait arracher la France de leurs griffes.

Il eût été souhaitable que tous les leaders politiques qui ont la France en eux se donnent la main dans l’intérêt supérieure de la nation.

L’islam gagne du terrain à cause des divisions politiques. Plutôt que de rivaliser dans les surenchères courtisanes, il faut faire comprendre aux musulmans qu’ils ne peuvent pas être fidèles à citoyens.

Tant que l’on pas pris à bras le corps le problème de l’islam et mettre des mots sur les maux les chances de survie de la France sont très minces.

Stop au pas d’amalgame entre les musulmans modérés et les islamistes !

Stop au massacre des Chrétiens d’Orient !

Stop aux attentats terroristes en France et dans le monde !

Stop aux attaques scélérates contre les lieux de culte chrétiens !

Stop au racisme musulman !

Stop aux persécutions des Chrétiens dans les pays musulmans !

Stop à la stigmatisation et la criminalisation des donneurs d’alerte sur l’islam !

Stop aux massacres des enfants yéménites !

Stop  aux mensonges des musulmans sur l’innocence de l’islam !

Stop à la victimisation nauséabonde des musulmans !

Stop à la prolifération du voile islamique !

Stop à la relégation des femmes musulmanes !

Stop aux mariages pédophiles dans les pays musulmans !

Stop aux assassinats des touristes dans les pays musulmans !

Stop au fanatisme musulman qui gangrène le monde !

Stop à la bienveillance coupable envers les musulmans !

Stop au pas d’amalgame entre l’islam et l’islamisme !

Stop à la glorification de l’histoire de l’islam !

Stop à l’impunité des crimes contre l’humanité au nom d’Allah Akbar !

Stop à la barbarie musulmane !

Stop à la propagation du virus létal musulman !

Stop à l’afflux massif des clandestins musulmans !

Stop à la reconnaissance de l’islam en tant que religion !

Stop aux concessions faites aux musulmans !

Stop à la dépendance énergétique envers les pays du Golfe !

Stop à l’alliance criminelle entre le faucon saoudien et l’aigle américain !

Stop au traitement de faveurs en tous genres accordées à l’Arabie Saoudite et du Qatar !

Stop à la vente des joyaux du prestige français au Qatar !

Stop à la construction des mosquées !

Stop à la défiguration du paysage urbain par les commerces halal et les kebabs !

Stop au port du voile des fillettes !

Stop à l’islamisation  galopante de la France !

Stop à l’explosion des zones de non-droit !

Stop au droit du sol !

 

 

Les gilets jaunes sont-ils antisémites ?

Arborer la couleur jaune c’est faire de l’infamie son emblème. Ainsi le mouvement des gilets jaunes s’est trahi lui-même  par son ultra-violence à l’encontre de la police et en levant le voile sur son ADN idéologique. Fasciste et antisémite. Il y a pas des gestes innocents il y a des gestes qui témoignent de leur couleur politique et qui se suffisent d’eux-mêmes quant à l’appartenance politique de ce mouvement. On entonne pas le chant de la quenelle de l’antisémite viscéral Dieudonné innocemment.

Leur comportement du samedi dernier est bien la preuve que ledit mouvement n’est pas plus apolitique et social que ne le prétendent les médias. Il est une résurgence d’un passé qu’on croyait oublié mais qui est en réalité plus que jamais vivant.

D’un combat qui paraissait légitime au départ, le mouvement s’était pris lui-même les pieds dans le tapis nauséabond de la haine de l’autre et tout particulièrement du Juif.

Le mouvement des gilets jaunes n’est pas un bateau ivre ballotté par les vagues, il est parfaitement piloté en sous-mains par des capitaines de l’ombre et d’horizons politiques différents qui n’ont pas digéré leurs défaites respectives aux dernières échéances nationales majeures.

Ils ont avancé leurs pions vêtus du jaune de la félonie et de la sédition. Des Judas personnifiés.

On le dit sans visages, surgi de nulle part,  issu de cette France méprisée par les élites, apparu spontanément sur la scène de la contestation sociale, incarnant les préoccupations des Français et cristallisant leur colère face aux injustices sociales, aux inégalités économiques et à la la dégradation de leur pouvoir d’achat. Une sorte de syndicat messianique porteur d’espoir pour les exclus du banquet macronien.  Si tel est le cas, il n’aurait pas pris en otage cette France laborieuse en la restreignant dans sa liberté de circulation, de pourrir son quotidien, de casser son outil de travail et de faire perdre aux commerçants 25% de leurs chiffres d’affaires qui n’est pas sans conséquences sur la courbe du chômage.

S’en prendre à la police, faire du Juif le bouc émissaire des maux de la France, détruire les radars et mettre le feu dans les postes de péage autoroutiers sont autant d’indicateurs sur leurs motivations politiques et idéologiques.

Tout ceci en dit long sur ses velléités bellicistes et nihilistes.

En appelant à la démission de Macron et l’invasion de l’Elysée il s’est comporté comme le faire valoir des partis politiques extrémistes de gauche et de droite qui ont tout à gagner dans un climat insurrectionnel que Mélenchon appelle de tous ses voeux.

Il n’est pas plus infiltré par une minorité antisémite qu’on ne le croit, il s’est révélé au grand jour en faisant tomber le masque derrière lequel il a tenté sans y parvenir à dissimuler sa nature hideuse et  son ignominie.

Pénaliser la critique de l’islam revient à interdire la critique du nazisme

Autant l’antisionisme est condamnable, une abomination et un crime de la pire espèce, autant l’islamophobie est tout-à-fait légitime et fondée et ne constitue en aucun cas un quelconque racisme anti-musulman, car les musulmans ne sont ni un peuple, ni un groupe ethnique ou national. Ils ne sont pas unis entre eux par des liens historiques, biologiques, culturels, linguistiques et anthropologiques. 

Le rejet d’un dogme aussi violent, négationniste, nihiliste, hégémonique, génocidaire, suprémaciste et raciste que l’islam est un devoir de salubrité publique qui pèse sur tout humain épris de paix et de non-discrimination entre les hommes et les sexes.

Alors que sous couvert de l’antisionisme, l’on cherche à dissimuler son aversion de la communauté juive. Il n’est rien d’autre que le faux-nez des antisémites. Un ressentiment infâme et pervers. 

Contrairement à l’islamophobie qui est donc une manifestation d’hostilités, de suspicion et de peur irrationnelle envers l’islam qui lui-même en est le facteur déclencheur, l’antisémitisme est du pur racisme anti-Juif consiste à nourrir des préjugés négatifs à l’égard des personnes juives ou supposées tel.  

Pénaliser la critique d’une idéologie aussi mortifère et antisémite que l’islam est comme si l’on criminalisait l’antinazisme.

L’islamophobie qui est aussi  une forme sournoise de délit de blasphème initiée par les Ayatollahs pour étouffer la critique de l’islam relève du champ du combat contre les idées nuisibles et néfastes pour l’humanité au même titre que les idéologies totalitaires.  Mais les démocraties occidentales plutôt que se prémunir contre le péril musulman se sont fait forts de lui baliser le terrain en favorisant sa prolifération en leur sein. La même imprudence qu’en 39-45 avec son clone nazi dont elle a totalement occulté sa haute toxicité.

L’islam n’est pas  lus une croyance religieuse que ne l’étaient le bolchevisme et au nazisme, l’on ne doit pas être en empathie avec elle. Ce n’est pas stigmatiser et ostraciser ses partisans que de ne pas lui témoigner une once de crédit quant à ses soi-disant vertus pacifiques et non-violentes et de faire tomber le masque de l’ange dont il s’affuble.

Démythifier l’islam n’est pas le dénigrer et faire injure aux musulmans. Le refus de critique de l’islam est en lui-même la preuve que les musulmans ont peur que le monde ne découvre le serpent des marais effrayant à plusieurs têtes des marais qu’il cherchent à soustraire des regards.

Faire un parallèle ente les musulmans et les Juifs revient à dénier aux juifs leur droit existence en tant que peuple, leur nier leur destin commun tragique depuis 5000 ans, faire fi de la Shoah, mettre dans le même registre les victimes et les bourreaux. Comme si l’islam était l’ami des Juifs alors qu’il n’y a presque plus de trace de ces derniers dans les pays musulmans sans publier leur massacre par les musulmans.

Toute comparaison entre eux est une offense à la morale humaine. Outre le fait que les Juifs ne complotent pas contre la sécurité et la pérennité humaine et civilisationnelle de  leurs pays d’accueil où ils se comportent comme des citoyens modèles et intégrés, ce qui est loin d’être le cas des musulmans, musulmans d’abord, ensuite et enfin. Jamais citoyens.

L’humanité sait ce qu’elle doit aux Juifs et sait ce qu’elle endure avec les musulmans. Entre les uns qui oeuvrent pour son bien et les autres qui veulent la détruire il n’y a pas photo.

Tout le contraire des musulmans qui font de leur culte négateur de la vie un facteur d’auto-exclusion politique, sociétale, culturelle, idéologique et surtout une arme de destruction du mode de vie de leurs sociétés d’accueil ou dont ils sont issus afin de leur imposer la loi de leur religion.

Deux comportements et deux attitudes qui sont à l’antidote les uns des autres. Les Juifs ont la  France en eux  et participent pleinement à sa gloire et sa grandeur et ne s’attaquent pas à son mode de vie comme les musulmans qui veulent y instaurer la charia.
Il suffit de voir l’état des pays nord-africains depuis le départ massif des Juifs dans les années 60 pour se faire une idée sur la différence substantielle entre les deux. La lumière de la vie et l’obscurité du monde des ténèbres.

 

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

M. Macron : l’islam n’est pas le judaïsme pour en faire une composante de la République

Image d'illustration. Photo © SIPA Image d'illustration. Photo © SIPA

Chercher à créer un islam de France autant bâtir un château de sable dans une piscine. Une vue de l’esprit, un mirage, un pur fantasme, une fausse bonne idée, un suicide programmé, une compromission pour séduire l’électorat musulman et nourrir les conversations de salons des bobos-collabos-droits-de-l’hommisme.

Un islam de France, même pas un islam en France soumis aux lois de la République est aussi tout simplement un aveu d’impuissance et de reddition face au péril musulman.

L’histoire sanguinaire et mortifère de l’islam conquérant et totalitaire devrait les instruire et leur faire prendre leur distance envers la pire idéologie totalitaire qui puisse exister plutôt que d’asséner des vérités sur son innocuité dénuées de tout fondement sérieux.

L’islam est une idéologie de discrimination et d’exclusion.  Les non-musulmans qui ont vécu dans les pays musulmans peuvent en témoigner avec leur statut de dhimmis, d’humains de seconde zone, comme s’ils étaient des pestiférés.

De quel islam tolérant parle-t-on de celui qui persécute les apostats ou celui qui interdit à un non-musulman de se marier à une musulmane ou plutôt celui qui légitime et sanctifie la haine du Juif et du Chrétien ?

Il n’y a pas un jour qui passe sans que l’islam ne dévoile sa nature belliciste, raciste, haineuse, antisémite, criminelle, ultra-violente, barbare, rétrograde, intolérante,  ultra-machiste,  perfide, fourbe, immorale, perverse,  esclavagiste, cruelle.

Mais il n’y a que les musulmans et leurs collabos de gauche comme de droite qui continuent à doter l’islam des vertus qui ne sont pas les siennes et que si jamais elles le deviennent il cessera d’être l’islam pour finir par disparaître de la surface de la terre.

Le triste sieur Al-Qaradhaoui, prédicateur-vedette de la chaîne  qatarie de la Jazeera, qui partage les mêmes propriétaires avec le PSG,  disait à juste titre que sans les menaces de mort qui pèsent sur les apostats et tous ceux qui veulent se libérer de sa tutelle l’islam aura vécu.

L’islam est bien plus qu’une religion c’est un système politique globalisant, loi et foi à la loi, qui instrumentalise le sacré à des fins de pouvoir total sur les hommes.

Pour ceux qui croient aux attributs humanistes de l’islam,  il leur suffit d’aller l’expérimenter à leurs dépens dans les pays de l’Apartheid religieux que sont l’Arabie Saoudite et certains Émirats du Golf arabique, peut-être que cela va leur ouvrir enfin les yeux sur l’incompatibilité de l’islam avec la vie humaine.

Ce ne sont pas les destinations touristiques qui leur manquent aujourd’hui qui leur feront regretter de ne pas avoir goûté aux joies du Goulag sibérien. Kaboul, Khartoum, Mogadiscio, Jeddah, le Nord du Nigéria le fief des Boko Haram, le Yémen,  Tripoli, Bagdad, Mossoul théâtre de nettoyage religieux et des razzias dans la pure tradition mahométane,   Téhéran etc…

Le vrai islam est le culte de la mort, la négation de la vie humaine et la sanctification de la barbarie .

Un musulman est par définition celui qui pave le chemin d’Allah de cadavres des innocents et l’irrigue de leur sang. Celui qui tue et se fait tuer au nom de cette divinité maléfique du nom d’Allah.

Il n’y a qu’un seul islam, celui qui est mis est mis en scène par les islamistes et ce n’est certainement pas celui qui est à la paix ce que l’urine du chameau est à la médecine.

Le vrai danger est moins les islamistes, le visage découvert de l’islam agressif et violent, qui sont en cohérence avec les prescrits coraniques que la majorité silencieuse musulmane,  un ennemi sans visage, un véritable volcan en sommeil qui peut cracher sa lave au moment où l’on l’attend le moins. Elle constitue, en réalité, le gros des troupes de l’islam, qui excelle dans son rôle d’enfumeuse de l’opinion publique et qui sort de sa renardière à chaque attentat terroriste au nom d’Allah pour jouer à la pleureuse de service et fait passer les musulmans pour les premières victimes de l’islamisme, cet islam en isme.

Quoi qu’il en soit islamiste et musulman taiseux sont les deux têtes de l’hydre musulmane pendant que le premier tue l’autre plaide son innocence.

Les dissocier revient à séparer les deux faces d’un même miroir.

Vouloir jouer la carte de l’un pour écarter le danger de l’autre est comme si l’on lutte contre la drogue en s’en menant la guerre aux dealers et laisser les producteurs impunis.

 

Pour ne pas avoir pu attirer les Juifs dans ses filets, Mahomet en a fait l’ennemi à abattre

Si Jérusalem était aussi sacrée pour Mahomet pourquoi s’est-il détourné d’elle et a ordonné aux Musulmans de prier désormais en direction de la Ka’aba symbole du polythéisme arabe ?

Ce qui est sûr est que cet individu était intolérant à la frustration et capable du pire quand il n’arrivait pas à ses fins. Il a axé tout son message sur la séduction des Juifs dont il voulait être le nouveau Messie et faire de l’islam un néo-judaïsme. N’ayant pas atteint son objectif d’attirer les Juifs vers lui, il s’est mis à les dénigrer, les diaboliser, leur jeter l’opprobre et les persécuter.

Tabari (839-923), une référence car l’un des premiers historiens de l’islam et exégète du Coran :
«Le Prophète leur dit: Ô vous, singes et cochons, comment avez-vous observé la volonté d’Allah? Les juifs répliquèrent: Ô Muhammad, tu ne nous as jamais insultés, pourquoi le fais-tu aujourd’hui? C’est Allah qui le fait, répondit le Prophète.»

Le Coran n’est qu’un opus-vengeur. Les Juifs n’ont pas trahi Mahomet, parce qu’ils n’ont pas cru en lui qu’il s’est senti discrédité et désavoué. Leur crime à ses yeux est ainsi de ne pas avoir souscrit à ses délires messianiques. Et si trahison il y a, c’est l’ingratitude de Mahomet à leur égard.

C’est à Yathreb, ville juive à l’origine devenue Médine après sa mort, qu’il s’était réfugié quand il était pourchassé par les siens. S’ils l’avaient livré à sa tribu qui voulait en finir avec lui, ils auraient rendu un immense service à l’humanité et qui aurait changé le cours de l’histoire universelle. Peut-être aurait-il permis d’éviter les 300 000 millions de morts à l’actif de l’islam.

Les Juifs ne pouvaient pas l’avoir trahi, il leur devait la vie. Mais pour les remercier ils les a massacrés.

Tunisie : seul le peuple peut l’arracher des griffes vérolées d’Ennahdha

Les nazislamistes ne font plus recette en Tunisie comme en 2011-2012 au temps où l’I.S.I.E. l’organe fossoyeur des espoirs du peuple pour un monde meilleur.

Il n’en demeure pas moins qu’ils conservent intacts leur capacité de nuisance et sont les seuls à pouvoir disposer d’une force de frappe structurée et organisée. Capables de pouvoir mobiliser 400 000 à 500 000 partisans totalement acquis à leur cause dont une  partie d’entre eux sont des véritables escadrons de la mort.

Mais la partie n’est pas perdue si la majorité des Tunisiens se donnent la main et laissent leurs querelles partisanes de côté.

La Tunisie ne mérite-t-elle pas une véritable union sacrée pour la sauver des griffes radioactives de l’hydre islamiste ? C’est le peuple  qui a sauvé l’Égypte et non pas les urnes où les dés sont pipés.

Des millions de Tunisiens doivent sortir dans la rue pour leur barrer la route s’ils veulent sauver le peu qu’il en reste. Sa survie en dépend. Ne rien faire c’est se rendre complices de ses bourreaux et se trouver demain devant le tribunal de l’histoire pour crime d’indignité nationale.

Il faut redonner à ce pays ses couleurs d’autrefois  avant que le voile de la mort ne se soit déployé sur lui avec le retour sur son sol du terroriste jamais repenti Rached Ghannouchi et ses sbires.

Il n’y a qu’un parti celui de la patrie. On l’aime on sort de chez soi et on lui exprime son dévouement avec force et détermination, on ne l’aime pas on reste chez soi pour se délecter du spectacle de sa descente aux enfers nazislamistes.

Le destin de ce pays est plus que jamais entre les mains de son peuple. C’est lui et lui seul qui peut la sortir du fond du gouffre.

A-t-il encore une once d’amour en lui pour ce pays dont l’étoile a brillé aux firmaments des nations de l’histoire ? La balle est dans son camp et nulle part ailleurs. En a-t-il la volonté de la sauver ? Son inertie légendaire qui laisse supposer qu’il serait indifférent au sort de son pays n’est guère rassurante.

La nébuleuse salafiste et milicienne d’Ennahdha, alliée naturelle let ses satellites sauront voter d’une seule voix le jour j et la majorité des Tunisiens pourront se draper dans leur honte de leur avoir pavé la voie de la victoire.

Les prochaines échéances électorales constituent la mort inéluctable d’un pays agonisant.

Pour lui redonner le souffle de vie, il ne faut surtout pas prendre le pari des partis afin d’éviter de donner aux félons islamistes la légitimité qui va consacrer leur main mise finale sur leur butin tunisien.

Voter c’est baisser le pouce pour achever leur proie tunisienne.

Il y a l’immigré que la France a fait venir de son bled et il y a l’immigré clandestin

Il existe deux profils d’immigrés :

-il y a ceux que la France avait fait venir chez elle dans les années 60 pour faire tourner les usines et servir de force de travail dans le BTP  et comme OS sur les chaînes de production automobile qui n’étaient pas attirés par les allocs dont certains d’entre eux n’avaient jamais atteint l’âge de la retraite quand leurs corps n’étaient pas abîmés par l’amiante et le plomb et les maladies professionnelles et les accidents de travail,

-il y a aussi  et surtout ceux qui sont venus sans y être invités motivés par sa politique sociale trop avantageuse et qui ont l’art de passer entre les mailles des files en évitant l’écueil de la reconduite aux frontières. Certains d’entre eux se trouvent même dans une situation ubuesque parents d’enfants nés sur le sol français et non régularisables et non expulsables. Mais grâce au laxisme des pouvoirs publics ils finissent par être des migrants réguliers voire citoyens français de plein de droit. Alors qu’en réalité cette citoyenneté n’a pas plus de valeur pour eux qu’un bout de papier pour accomplir leurs formalités administratives au guichet de leur CAF de lieu de domicile.

Le coupable est moins celui qu’on croit c’est la politique « immigrationniste » trop laxiste de nos gouvernants plus préoccupés des intérêts du grand capital que de l’avenir humain de leurs pays.

Quand on ouvre sa porte à un intrus on doit assumer ses responsabilités.

Pour crétiniser les peuples il faut les islamiser : cas de l’Afrique du Nord

Le peuple amazigh n’est pas simplement colonisé par les arabes, ils lui ont fait perdre son âme et sa mémoire historique. A force de vouloir s’identifier à eux il vit dans le déni et le mépris de ses racines. Rarement un peuple colonisé ne s’est dissous dans la culture de ses colonisateurs.

Il n’est même plus l’ombre de son passé, totalement atomisé par l’arabo-islamité, un puissant soporifique crétinisant.

Quand on veut crétiniser les peuples, il faut les islamiser. Quand ils cherchent à se dé crétiniser. il faut les ré-islamiser.

Il n’y a pas pire traitement à la soif de l’émancipation des peuples que l’islam. Plus que toutes les religions, il sait qu’il ne peut prospérer que sur le terreau de la misère intellectuelle. Il suffit de lier analphabétisme et islam si l’on a des doutes. Ikra (lis seulement au nom d’Allah mais pas écris comme si l’homme n’est pas en droit de lire ce qu’il écrit lui-même ) ne veut rien d’autre que l’interdiction absolue de lire et de s’instruire de toute autre chose qui n’est pas l’oeuvre d’Allah et de ses plumitifs auto revendiqués.

Seule la lecture prétendument sacrée qui est une imposture est autorisée aux musulmans. Il n’y a que les crétins qui prétendent que l’islam est une religion du savoir, un savoir essentiellement religieux qui n’est donc pas un savoir. Mussolini disait que le fascisme n’a pas besoin d’hommes cultivés et instruits pour réussir, ils sont même un danger pour son développement. Ce l’est d’autant plus vrai avec les islamistes dans le monde musulman qui mènent une guerre acharnée aux hommes du progrès et du savoir universel qu’ils considèrent comme des taghoût et des Adow Allah, ennemis d’Allah, comme en Algérie dans les années 90. « Celui qui combat Allah par la plume périra par le fil de l’épée ».

L’arabe, langue du paradis est comme l’âne devenu musulman !

Les musulmans prétendent sans jamais apporter la preuve de leurs allégations et le pire est que la majorité d’entre eux ne connaissant pas un traître mot de la langue arabe qu’elle serait née avant que le monde ne soit monde et qu’elle serait même l’idiome du paradis.

Deux gros grosses couleuvres  pour le prix d’une. Le paradis et la langue arabe. Le paradis, ce qui laisse supposer qu’une autre vie sur terre aurait précédé la création car que faisaient donc Adam et Eve dans ce lieu présenté comme étant une récompense pour les humains qui vivaient par et pour dieu ?

Au fait si le paradis existait avant que ce couple qui aurait enfanté l’humanité tout entière, un bel hommage à la consanguinité et l’inceste, ne soit expulsé  sur terre manu militari par le divin en guise de châtiment, et pourtant la genèse telle que racontée par le Coran ils seraient faits à partir de l’argile, à moins qu’ils n’aient été esprit avant d’être matière, pourquoi ils n’auraient pas été expédiés en enfer plutôt ? Si l’on comprend bien ils n’auraient pas été envoyés sur terre pour la peupler mais parce qu’ils auraient commis un péché, et donc l’humanité serait le fruit de ce péché et frappé de malédiction pour l’éternité. Si la terre serait l’enfer  du vivant pourquoi ce divin qui n’a de divin que les attributs que l’homme lui a donnés s’amuserait-il à les punir à nouveau de l’enfer à leur résurrection comme si cela pouvait-il être vrai ?

Des questions ne taraudent guère leurs esprits tourmentés.  Mais alors on aimerait savoir s’il y avait une autre humanité avant la nôtre. Sinon à quoi servait ce paradis où l’on parlait l’arabe ?

Le dernier né des langues sémites serait ainsi antérieure au sanskrit, au sumérien, à l’hébreu, au latin, mais avec les ignorants qui croient tout savoir en prenant leur nombril pour preuve de leurs délires fantasmagoriques, on se doit de les croire sur parole pour ne pas les troubler dans leurs convictions.

Pour finir, pourquoi  la grammaire arabe a été codifiée il y a juste 12 siècles ?

Les gilets jaunes ne sont pas jaunes pour rien !

Inconscients et irresponsables qu’ils sont, ils se trompent lamentablement de cible à la grande joie de l’ennemi intérieur.

En occupant les devants de la scène médiatique et délinquancielle avec les casses et mises à sacs des magasins, la dégradation de l’Arc de Triomphe et la destruction de 50% des radars routiers, ils ont réussi à reléguer au second plan le péril terroriste.

Mais voilà qu’un fichier S  vient de rappeler violemment aux Français qu’ils n’en sont qu’au début de leur cauchemar musulman faisant 3 morts et 13 blessés dont 5 grièvement.

20 ans que ces chances pour la France caressaient leur projet criminel de s’attaquer au marché de de Noel  Strasbourg, leur but est désormais atteint. Comme si elle avait avait besoin de payer un nouveau tribut de sang à l’islam.

Entre les gilets jaunes qui sont en train de torpiller l’économie française, d’aggraver le déficit public et de paralyser le pays et les terroristes musulmans qui réinvestissent le terrain la France se trouve prise entre le marteau et l’enclume.

Devenus les stars médiatiques de l’année ils sont totalement déconnectés de l’urgence  sécuritaire du pays.

La France d’en bas fait-elle sans le savoir la courte échelle aux terroristes musulmans ? Le problème de la France n’est pas la taxe carbone c’est l’islam qui veut la carboniser.

Après 48 heures de répit Facebook me renvoie à nouveau au purgatoire

« Einstein muzz chiite, Voltaire muzz, Cousteau muzz, Michael Jackson muzz. 80 % de l’humanité sont muzzs sans le savoir et moi-même je découvre aussi que je suis un cheval de Troie musulman. Est-ce que les musulmans sont-ils humains ? »

Un statut  pour lequel je viens à nouveau de subir les foudres du tribunal inquisitorial facebookien juste au lendemain de deux mois de blocages consécutifs.

Aussitôt revenu aussitôt voué aux gémonies de la censure pour avoir écrit le 4 avril 2014 ledit statut incriminé. Alors que depuis cette date j’ai connu depuis un nombre incalculable de blocages de 30 jours à chaque fois.

J’assume pleinement la paternité de son contenu mais pas la sanction absolument attentatoire  à ma liberté de pensée et par conséquent scélérate, inepte, abusive et trop tardive. De surcroît il ne comporte à mon humble avis aucun caractère calomnieux, insultant et haineux  envers les musulmans.

Je n’ai fait que traduire ce que la propagande musulmane véhicule que tout ce qui est sur terre est musulman et l »oeuvre d’Allah et que tous les hommes naissent musulmans et ce sont leurs parents qui les éloignent du chemin de l’islam.

Vivement le bilan des apports des Arabes à l’Afrique du Nord

Oui à l’arabo-islamisme, si quelqu’un est capable de m’éclairer sur ses apports féconds au monde qui ne doivent rien à personne, intrinsèquement de chez eux, pas le fruit des plagiats et des emprunts à l’Inde, Byzance, la Chine, la Grèce, la Perse, etc…

J’ai fait le bilan, je n’ai rien trouvé, je suis trop con pour cela. Et pourtant ils ont brûlé les oeuvres d’Averroes et d’Avicennes. Je suis trop con, je n’ai pas compris pourquoi ils ont brûlé la plus grande Bibliothèque de l’Antiquité.

Je suis plus con que jamais pourquoi ils ont détruit l’Ifriqya. Pourquoi l’arabo-islamisme est incompatible avec les droits de l’homme, de la femme, de l’enfant et du Citoyen.

Il faut être aveuglée par la lumière de  la foi pour comprendre que d’un mythe on a fait une réalité.

Quelqu’un peut me donner le nom d’une seule invention arabo-islamiste ?

Quand des hommes brûlent les livres et détruisent les monuments historiques pour leur soi-disant caractère païen, cela n’est que la preuve de leur état d’hystérie mentale.

Si au moins les gilets jaunes pouvaient faire preuve de lucidité en appelant les Français à faire bloc contre le péril islamiste

De toutes les menaces qui pèsent sur la France et pas seulement, le péril islamiste est incontestablement le plus mortel, mais peut-on imaginer le mouvement des gilets jaunes pour l’inscrire en tête de liste de leurs revendications, car trop obnubilés par leur pouvoir d’achat et du rejet de Macron à la grande joie des islamistes qui ne sont plus au centre des attentions de service de sécurité intérieure et de la lutte contre le terrorisme ?

Il est à douter qu’il soit conscient de la gravité du danger et il serait plutôt dans le déni de son existence.

Le porte-monnaie est plus parlant et palpable que l’araignée islamiste qui tisse patiemment sa toile tous les jours dans l’ombre des barres des cités en attendant qu’elle l’abatte sur les coeurs des villes.

Le mouvement qui semble selon les médias disposer d’un fort soutien des Français a une occasion historique de coller à la réalité des maux qui minent la pérennité politique et civilisationnelle de la France.

Mais la lutte contre le système n’est pas la lutte pour la survie de la France, sauf que le jour où le système prendre les couleurs vertes et noires de l’islamisme ils n’auront plus des gilets jaunes à enfiler.

 

La France n’est plus la France !

PUBLIÉ PAR SALEM BEN AMMAR LE 7 DÉCEMBRE 2018

La vraie lutte contre le communautarisme à forts relents arabo-musulmans qui gangrène les fondements mêmes de la République et fait peser de sérieuses menaces sur l’unité territoriale de la France est un vœu pieux tant que les citoyens français continuent à déserter des cités entières au profit des populations porteuses de valeurs culturelles et cultuelles d’un autre temps.

Lutter contre le communautarisme est de ne pas céder aux revendications culturelles et cultuelles des musulmans, les deux font la pair en islam,  de casser les ghettos afin que partout où l’on aille ça fleurit la France et non pas avoir peur de siroter sa bière sur un banc public à cause des risques de troubler l’ordre public pas républicain mais musulman. Comme si une bière pouvait les troubler dans leurs convictions.

La lutte contre le communautarisme est aussi que pendant le ramadan des quartiers entiers ne soient pas soumis à la rigueur de la Charia et que les non-jeûneurs ne se cachent pas pour manger.

La lutte contre l’islamisation passe par la fin des répartitions spatiales des populations en raison de leurs origines ethniques.

Il faut changer le paysage urbain mais en a t-elle les moyens et la volonté ?

L’Apartheid social et ethnique de caractère religieux dont les prémices ont commencé à se faire sentir au lendemain de la fin de la guerre d’Algérie où pour les pouvoirs publics plutôt que d’imaginer des solutions de logement des familles algériennes sous forme de dispersion territoriale croyant bien faire en les concentrant dans des cités de transit; un habitat qui se voulait provisoire mais un provisoire durable et ô combien concentrationnaire et ségrégationniste.

 »D’après les textes , Circulaire du 19 avril 1972 relative aux cités de transit,…, « la cité de transit est destinée aux seules familles pour lesquelles se présentent des difficultés d’insertion sociale et qui, dès lors, risqueraient d’être “rejetées” par les populations résidant habituellement en logement social »En somme, les pouvoirs publics auraient imaginé un type d’habitat spécifique et ségrégué pour protéger les familles du « rejet ».

« https://www.cairn.info/revue-plein-droit-2006-1-page-52.htm#no68

Une peur du rejet qui s’est transformée quelques décennies plus tard en rejet de la France chez la progéniture de ces familles que la France a parquées dans des campements de fortune, des sortes de homelands.

En favorisant la création sur son territoire des foyers urbains exclusivement peuplés de familles musulmanes liées par des liens tribaux et claniques la France a inoculé dans son corps social les germes de la division de l’exclusion.

Les pouvoirs publics auraient  été plus avisés à encourager ces familles à regagner l’Algérie pendant qu’il était encore temps plutôt que de vouloir s’obstiner à laisser prospérer sur son territoire une culture rétrograde et moyenâgeuse  véhiculée par des individus qui lui sont viscéralement hostiles bourrés de rancoeur et de ressentiments à son égard.

Ni remigration, ni reconquista, l’engeance a pris racine,  ce n’est pas une raison pour autant de la laisser prospérer en toute liberté. Les mesures existent mais faudrait-il que les pouvoirs politiques veuillent s’en donner les moyens.

 

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

L’islamisation de la France est en marche et cela ne semble guère inquiéter les Français

Au temps où l’islam vivait dans le pénombre des caves des cités et se faisait moins visible ,il n’était pas un problème pour la France, mais depuis qu’il avait pris de la visibilité à cause de l’explosion démographique des musulmans et leur poids électoral non-négligeable, il est devenu le problème majeur du pays.

Il occupe les devants de la scène de l’insécurité, attentats et tentatives d’attentats terroristes, attaques au couteau, revendications communautaristes, prolifération du halal, des pans entiers de son territoire vidés de leurs habitants traditionnels et totalement islamisés, zones de non-droit soumises aux lois des caïds. Les ceintures rouges parisiennes ne sont plus rouges elles sont vertes et noires les couleurs de l’islam. Plus rien qui renvoie à la France d’aujourd’hui ni d’hier. Le paysage humain est tout sauf français, femmes et fillettes voilées, hommes et garçons en kamis et djellaba. On y parle toutes les langues sauf le français.

Les politiques, les médias, sociologues et les urbanistes appellent y voient une chance pour la France.  Une chance mortelle plutôt.  Plus la diversité se fait jour et prend de l’ampleur médiatique à travers les visages des indigénistes et des « décolonisateurs » plus la francéité se fait rare. Pour eux l’intégration signifie disparition du mode de vie français des citées islamisées.

Le processus de colonisation du territoire par les anciens colonisés, autrefois indigènes de l’empire colonial français, est parfaitement engagé et rien ne semble l’enrayer dans sa progression qui ne semble pas inquiéter outre-mesure les pouvoirs publics ni la population française trop préoccupée par l’instauration de la taxe carbone qui tourne à l’insurrection que par les vraies menaces qui pèsent sur la pérennité de la civilisation française qui pourra s’effacer un jour des manuels d’histoire où l’on enseignera aux élèves nos ancêtres les  Arabes plutôt que nos ancêtres les Gaulois.

Le pronostic vital de la France est engagé mais le mouvement des gilets jaunes n’en a cure. Il n’a pas compris que la survie de la France passe par la fin de l’ère de l »énergie fossile; seul moyen d’assurer son indépendance politique et de  contenir l’appétit hégémonique des monarchies hégémoniques nazislamistes pétrolières qui utilisent les  musulmans présents  sur son territoire comme tête de pont pour leur conquête de la France tant convoitée depuis 14 siècles.

Ce que leurs ancêtres n’ont pas réussi en 732 leurs descendants sont en train d’y arriver sans coup férir et rencontrer la moindre résistance de la part des autochtones. Dès que des voix s’élèvent pour exprimer leurs inquiétudes face à cette islamisation galopante de leurs territoires et tirer la sonnette d’alarme sur la démission-capitulation suicidaire des gouvernements successifs depuis de Gaulle, elles sont aussitôt diabolisées et réprimées pénalement.

la vraie réforme de la France consiste plus que jamais à déminer le terrain de son islamisation. Son salut ne passe pas par la lutte contre le réchauffement climatique il dépend de sa volonté politique à reconquérir les territoires perdus de la République par le retour du service public et l’ordre républicain dans les cités-ghettos. Que la police puisse y faire son travail de police sans se faire caillasser et être attaquée aux cocktails Molotov comme à Viry-Châtillon.

https://www.europe1.fr/societe/policiers-brules-a-viry-chatillon-un-des-suspects-a-viole-son-controle-judiciaire-3552170

Ce n’est certainement pas en profanant l’Arc de Triomphe  comme l’ont fait des casseurs mus par la haine de l’Etat le samedi 1er décembre 2018 que l’on va pouvoir la guérir de la métastase islamique dont les premiers symptômes datent des Accords d’Evian qui ont marqué la fin de la guerre d’Algérie mais qui ont vu la France hériter des enfants du divorce.

En prenant pour cible la police, les « voyous » des cités  qui se comportent comme des soldats de l’islam ne font pas mystère quant à leurs desseins belliqueux et velléitaires, ils sont en guerre ouverte contre  l’Etat.  Leur message politique est sans équivoque,  » ici la loi c’est nous ! » .

Contrairement aux idées reçues, ils ne sont plus les exclus du système et victimes d’une quelconque discrimination en raison de leurs origines et localisations urbaines, c’est la France  qui est exclue de ses propres territoires.

 

Pourquoi les Nord-Africains s’accommodent du colonialisme arabe

On dit des Pakistanais et des Bangladeshis  le jour où ils ne seraient plus musulman, ils redeviendraient hindous. Un retour aux sources qu’ils ne sont prêts d’assumer. Peut-être que le même raisonnement peut prévaloir pour tous les autres peuples ?

Les Egyptiens qui finiraient par redevenir des Coptes, les populations d’Ifriqya qui retrouveraient leur amazighité, les Syriens redeviendraient des Assyriens, les Irakiens deviendraient des Babyloniens, etc…. 

Mais demander à ces peuples de renoncer à leur arabité consisteraient à apostasier l’islam. Ce serait leur demander de se suicider collectivement.

Dans le cas de la masse tunisienne inculte et ignorante de ses vraies racines et de sa véritable identité qui vote majoritairement pour la secte nazislamiste d’Ennahdha, le wahhabisme est pour elle un autre moyen de s’enraciner dans leur arabité fantasmée.

Elle n’a aucune mauvaise conscience de trahir le pays au profit des Turcs, des  Saoudiens et des Qataris, car pour elle c’est un gage de sa loyauté envers ses « frères » arabes et turcs.   

Le patriotisme est une notion vague pour elle et surtout un sacrilège, il n’y a que l’oumma qui tienne. 

 C’est pourquoi ces Tunisiens et tous les peuples arabophones s’accommodent parfaitement de l’occupation étrangère si elle est musulmane.

14 siècles de colonialisme arabe continu sur lesquels est venu se greffer le colonialisme ottoman pendant quatre siècles ne sont pas vécus comme tel, ne sont-ils pas eux-mêmes arabes et musulmans comme ils se revendiquent ? 

Juger des apports de ces deux colonialismes dévastateurs revient à se juger eux-mêmes. C’est pourquoi ils n’ont jamais été dans la critique des Turcs et surtout des Arabes contrairement aux Anglais et les Français  aux apports non-négligeables et plus enrichissants que ceux des deux premiers.

C’est grâce aux Français  et aux Anglais qu’ils ont pu découvrir ce qu’était leur histoire avant la domination arabe. Sans la France l’Egypte pharaonique ne serait jamais sortie du sable.

Mais ils n’en sont pas plus fiers qu’ils ne sont de leur passé glorieux. Pour eux avant l’islam c’était le néant et avec l’arrivée de l’islam c’est les lumières, celles des feux de l’enfer. 

Avec la charia, l’homme n’est pas qu’un loup pour l’homme, il est son bourreau et son fossoyeur

Avec la charia, l’homme n’est pas qu’un loup pour l’homme, il est son maître et son bourreau. En intronisant les islamistes comme chefs de gouvernement en Tunisie, l’Egypte et la Turquie, les musulmans et tous les autres n’ont fait que signer leurs arrêts de mort. Quant à l’espoir de voir un jour la proclamation d’une constitution de droit positif en Tunisie, comme si l’on pouvait admettre le principe de réforme dans l’Islam. Réformer l’Islam, c’est faire acte d’apostasie que personne n’ose le commettre.

De même que faire rédiger par des islamistes une constitution de portée universaliste, démocratique, juste, humaine et égalitaire, c’est comme si l’on les convertissait à l’humanisme, ou assimiler le nazisme à une idéologie judéophile.

C’est un leurre de croire que les islamistes tunisiens par exemple eux qui sont tellement obsédés par la charia vont emprunter dans la rédaction de la future constitution une autre voie politique sur le modèle de la Constitution française de 1791 et des principes philosophiques inspirés de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen et du Contrat Social de J.J. Rousseau.

Ils savent que leur propre salut politique et matériel est dans un régime théocratique, ils ne vont certainement pas se tirer une balle dans la tête pour faire une telle concession qui risque de les renvoyer dans le néant d’où ils sont venus. C’est pourquoi, une constitution ultra conservatrice et au caractère prétendument canonique est le seul moyen de leur garantir une rente de situation à vie et pérenniser leur pouvoir en interdisant toute velléité sociale et politique prohibée de surcroît par les prescrits de l’Islam.

Il ne peut y avoir meilleure alliée du pouvoir politique et financier que la religion, et en faisant du spectre du châtiment divin un dogme politique, cela leur permet de prévenir la montée des luttes sociales et politiques, jugées comme une fitna, une zizanie qui expose les contrevenants à une double peine : condamnation à mort et les feux de l’enfer. Ce n’est pas diviser pour régner, c’est culpabiliser pour gouverner, opprimer et toutes les formes de libertés. Ainsi Ennadha , l’officine tunisienne des frères musulmans égyptiens qui font de la charia le 6ème pilier de l’Islam, ne lâchera pas la proie pour l’ombre. Elle se se mettra jamais toute seule la corde autour du cou, elle imposera pour sa propre survie les principes de la charia aux tunisiens.

Aussi, la seule constitution qu’Ennahdha prépare pour les tunisiens est l’adoption solennelle du Coran comme seule source de droits en Tunisie, consacrant ainsi non seulement la mort de toutes formes de libertés mais également la fin de la société civile. Dans les régimes théocratiques musulmans, seuls les hommes qui relèvent des lois d’Allah ont droit de cité, pour les autres soit le statut de Dhimmi, de sous-homme, soit la conversion, chantage, soit le pilori pour les réfractaires. Quant à la soi-disant égalité entre les hommes, c’est une hérésie juridique et intellectuelle, elle repose sur le seul critère d’appartenance religieuse. Il faut d’abord être musulman pour entrer dans le champ d’application de cette règle de caractère sectaire : il n’y a de différence entre l’ arabe et le non-arabe que dans la piété.

On fait pas d’une telle règle un principe égalitaire entre tous les hommes indépendamment de leur croyance. Quant aux partisans de l’égalitarisme musulman, il convient de les renvoyer à la lecture des lois raciales de Nuremberg pour qu’ils constatent d’eux-mêmes que les lois d’Allah chers au coeur des islamistes sont pires encore que les lois nazies. Tant que tu es musulman, t’es béni si tu n’es pas musulman t’es maudit et condamné à mort ou au bannissement.

Les présumées lois d’Allah faute de favoriser l’émergence de sociétés humaines, apaisées et fraternelles, oeuvrent pour la mise en oeuvre de modèle de société que ne saurait renier A. Hitler lui-même.

Tant en Tunisie qu’en Egypte et la Turquie d’Erdogan, on cherche par tous les moyens des plus sournois aux plus violents d’islamiser l’espace public, les institutions politiques, financières, économiques (ultra libéralisme outrancier), éducatives, pour les rendre hermétiques à tout apport extérieur.

Cette espèce d’inoculation du virus de la charia dans le corps politique et social de ces trois pays finira par produire l’effet d’une gangrène qui nécessitera l’amputation des membres sains desdites sociétés, à savoir la disparition et l’exode massif des représentants de la société civile, des forces vives et intellectuelles de ces pays vers des horizons plus humains et cléments.

Quel humain censé peut-il se résoudre dans un univers non pas carcéral, car les détenus jouissent de droits en Occident, mais dans un univers concentrationnaire, où il n’y a de salut que dans la soumission et l’asservissement. Où il n’y a que des devoirs pour les démunis et les damnés de la terre et des droits pour les riches et les puissants qui font usage des lois d’Allah pour verrouiller leur pouvoir absolu de domination comme d’autres font usage de la corde et des armes à feu pour exécuter sommairement ou naguère Hitler méthodiquement leurs opposants ou tous ceux qui n’entrent pas dans leur moule.

Avec ces lois d’essence pseudo divine, l’homme n’est pas qu’un loup pour l’homme, il est son dieu et son bourreau.

La Mafia du football mondial a intronise deux de ses membres les plus dignes : un délinquant fiscal lié à sa filleule croate et un présumé violeur

En classant deux joueurs à la réputation sulfureuse aux deux premières places places des meilleurs joueurs au monde pour l’année 2018 la famille du foot mondial  s’est désavouée elle-même.  Quelle belle image elle donne du foot mondial !  Quel modèle elle offre aux centaines de millions de jeunes amoureux du ballon rond ! Quelles valeurs ces deux joueurs  vont leur transmettre ! La honte dans toute sa splendeur ! Il n’y a pas que le jeu il y a aussi la morale que ces deux supposés champions doivent incarner, ils savent certes taper dans un ballon mais ils sont les pires exemples à suivre.

La France s’est administrée elle-même le venin de l’islam

Résultat de recherche d'images pour "image de debbouze baisant la main du roi du Maroc"

Il n’y a pas pire ennemie de la  France  que cette France des élites de tous bords corrompus jusqu’à l’os de la moelle et antipatriotiques qui se couchent devant les musulmans :

de ses vrais enfants qui la défendent au péril de leur vie, elle en fait des criminels et des êtres infâmes, et de ses ennemis indigénistes, musulmans, et « décolonisateurs, » les nouveaux-nés de cette relation contre la nature entre les collabos et l’hydre musulmane, qui portent en eux les germes de la haine de son histoire millénaire, de son mode de vie et de son idéal républicain, elle en fait des héros.

Elle envoie en prison, stigmatise, méprise et en guerre ouverte contre ceux qui veulent préserver ton identité qui l’a portée aux firmaments des nations et elle porte au pinacle ces femmes et ces hommes  dont elle a fait des citoyens à part entière, obsédés par son anéantissement et sa dissolution dans leur oumma maudite, une espèce de Reich planétaire. Raciste, discriminatoire, totalitaire, génocidaire, judéophobe, christianophobe, dictatorial, un bagne à ciel.

A ces forces du mal les honneurs de la République comme s’ils étaient ses sauveurs alors qu’ils ne sont ses fossoyeurs et elle voue aux gémonies tes sauveurs.

Une France indigne et masochiste qui semble hélas avoir toute la latitude de poursuivre sa politique de compromission qui si rien n’est fait elle finira par briser notre destin à tous et la France sera ainsi une nouvelle Egypte, un souvenir de l’histoire. Et encore ! Car il n’y aura plus d’archéologues de la trempe de Champollion pour la sortir des décombres du champ de ruine qu’elle sera.

L’islam de France des indigénistes et des décolonisateurs aura effacé toute trace de son existence dans la nouvelle histoire de la France. Ses ancêtres ne seront plus les Gaulois et les Francs, ils seront ces Arabes de la Péninsule arabique, ses figures historiques ne seront plus Charlemagne, Jeanne d’Arc, Napoléon, Louis XV, Henri IV et toutes ces femmes et tous ces hommes qui ont marqué de leurs empreintes non pas que son histoire mais toute l’histoire universelle, ce sera  Aïcha, Mahomet et ses complices, ces gibiers de potence.

Les descendants du troll Jamel Debbouze, plus sujet de son roi que citoyen français, pourront toujours raconter que c’est l’islam qui l’a engendrée.

 

 

 

Le vrai bilan de Moncef Marzougui le larbin du Qatar

 

Le bilan de Moncef Marzougui, le larbin du Qatar :

-Etat de non-droit, assassinats de Chokri, Lotfi, Mohamed, meurtres par arrêts cardiaques,  attentats terroristes, décapitation et tueries des dizaines de soldats et représentants des forces de l’ordre,

-premier pays exportateur de main d’oeuvre terroriste et de putes d’Allah,

-bastion de djihadistes, déchetterie à ciel ouvert, dégradation de l’image du pays, explosion de la délinquance et de la voyoucratie,

-pénuries en tous genres, premier pays corrompu au monde, bigotisme, fanatisme, perte de la souveraineté nationale, recul des droits de la femme, explosion des chiffres du suicide, courbe de chômage exponentielle,

-déficits publics et de la balance de paiements abyssaux, recul de l’espérance de vie, réserve de change réduite en peau de chagrin, forte baisse de la productivité, dégradation de l’état de santé psychique de la population,

-augmentation des mariages coutumiers et forcés,  progression vertigineuse des  naissances hors mariage, retour à la répudiation,

-explosion des maladies sexuellement transmissibles, progression du sida, trafics d’organes, déscolarisation massive des enfants, dégradation de l’offre des soins et des services publics de la santé,

-augmentation des crimes crapuleux et des trafics de contrebande, le pays est devenu la plaque tournante de l’immigration clandestine vers l’Europe,

-accroissement de la consommation des psychotropes et des drogues dures.

-D’un pays émergent, il est devenu en 4 ans un pays à la traîne de l’humanité.

La Tunisie n’est pas en train de se somaliser, elle est déjà dépassée par la Somalie à l’indice du bonheur mondial brut.

Il ne faut pas juger cet homme sur ses frasques et son comportement extravagant ou ses amitiés douteuses il faut s’en tenir à son seul bilan qui est le pire qui puisse exister dans l’histoire universelle.