Les musulmans sont peut-être divisés entre eux mais ils ne le sont jamais pour défendre l’islam

Daech n’est pas l’islam,

l’Arabie Saoudite n’est pas l’islam,

Boko Haram n’est pas l’islam,

la Qaïda n’est pas l’islam,

le wahhabisme n’est pas l’islam,

les Frères musulmans ne sont pas l’islam,

les Ibadhistes ne sont pas l’islam,

les Khawarej ne sont pas l’islam,

les coranistes ne sont pas l’islam,

les Shebabs somaliens ne sont pas l’islam,

Ennahdha n’est pas l’islam, le FIS n’est pas l’islam,

les Talibans ne sont pas l’islam,

les salafistes ne sont pas l’islam,

le soufisme n’est pas l’islam, le Hezballah n’est pas l’islam,

l’Iran des Ayatollahs n’est pas l’islam,

les musulmans taiseux ne sont pas l’islam,

les takfiristes ne sont pas l’islam,

les musulmans modérés ne sont pas l’islam,

les djihado-terroristes ne sont pas l’islam,

mais alors c’est qui et c’est quoi l’islam ?

est-ce un spectre, un avatar, un miroir aux alouettes, un croquemitaine ?

est-ce une religion dans le sens littéral du terme ou une idéologie politique totalitaire de la famille du bolchevisme et du nazisme ?

est-il un serpent de mer ou une hydre à plusieurs têtes ?

Tous les musulmans s’y a adonnent sans y réfléchir et sans jamais lever le front de leur tapis de prière, à faire leur des assertions fantaisistes, fallacieuses et grotesques rapportées de bouches à oreilles depuis 1439 ans, mais pour eux elles ont une valeur de sacrée qui ne supportent ni doutes ni remise en question. Gare à celui qui ose lever le voile sur leur authenticité. Il est aussitôt accusé d’apostasie et mis à mort.

Qu’importe qu’ils s’entre-tuent eux se jettent l’anathème entre eux pour hérésie et mauvaise interprétation des textes coraniques, alors que nul musulman n’est en droit de le faire, ils s’embrasent comme une torche et déversent leur venin haineux dès qu’il s’agit de se faire l’avocat du diable islam.

 

On appelle pas son fils Mohamed Merah impunément

Appeler son fils Mohamed Merah n’est pas innocent, il ne laisse subsister aucune ambiguïté quant à l’engagement idéologique des parents et surtout du père car dans les familles musulmanes conservatrices le choix du prénom des garçons revient généralement à ce dernier.

En prénommant leur fils Mohamed Merah, les parents témoignent de leur approbation explicite  des crimes terroristes de l’exterminateur de Toulouse- Montauban. Une autre manière pour eux de faire revivre sa mémoire incarnée par leur  rejeton qu’ils aimeraient voir connaître un jour le même destin que leur « héros ».

Mohamed Merah est pour eux un musulman accompli, fidèle aux préceptes coraniques,  tombé en martyr dans le sentier d’Allah, ses victimes ont eu ce qu’elles méritent. Il n’est pas un terroriste c’est un soldat d’Allah. Il n’a pas tué des innocents contrairement à ce que les ennemis de l’islam veulent faire croire, il a tué des « mécréants ».

Mais plutôt que de les poursuivre pour apologie du terrorisme, on préfère laisser le soin à la justice civile pour se prononcer sur la validité d’un tel prénom.

Pourquoi ne pas appeler son fils Adolphe Hitler ou les frères Kouachi pendant qu’on y est ? Il faut que le législateur adopte une loi pour interdire des prénoms rendant hommage aux terroristes.

Il est à craindre qu’un jour viendra où des prénoms sentiront le parfum infect des terroristes musulmans. C’est la preuve que certains musulmans n’en ont que faire des lois de la République et se servent des failles juridiques et de ses lois antiracistes pour l’anéantir.

Donner le prénom de Mohamed Merah à son fils est lourd de sens idéologique et n’est pas pour le plomber socialement plus tard, car ce plus tard sera pour eux musulman et ça traduit leur volonté d’imposer leur dictature à la France. Ils savent que le temps joue pour eux et plus personne ne pourrait les contrarier dans leur projet de conquête de cette France qu’ils convoitent depuis Poitiers.

Seul un vote citoyen, responsable, souverainiste et patriotique pourrait arracher la France de leurs griffes.

Il eût été souhaitable que tous les leaders politiques qui ont la France en eux se donnent la main dans l’intérêt supérieure de la nation.

L’islam gagne du terrain à cause des divisions politiques. Plutôt que de rivaliser dans les surenchères courtisanes, il faut faire comprendre aux musulmans qu’ils ne peuvent pas être fidèles à citoyens.

Tant que l’on pas pris à bras le corps le problème de l’islam et mettre des mots sur les maux les chances de survie de la France sont très minces.

Stop au pas d’amalgame entre les musulmans modérés et les islamistes !

Stop au massacre des Chrétiens d’Orient !

Stop aux attentats terroristes en France et dans le monde !

Stop aux attaques scélérates contre les lieux de culte chrétiens !

Stop au racisme musulman !

Stop aux persécutions des Chrétiens dans les pays musulmans !

Stop à la stigmatisation et la criminalisation des donneurs d’alerte sur l’islam !

Stop aux massacres des enfants yéménites !

Stop  aux mensonges des musulmans sur l’innocence de l’islam !

Stop à la victimisation nauséabonde des musulmans !

Stop à la prolifération du voile islamique !

Stop à la relégation des femmes musulmanes !

Stop aux mariages pédophiles dans les pays musulmans !

Stop aux assassinats des touristes dans les pays musulmans !

Stop au fanatisme musulman qui gangrène le monde !

Stop à la bienveillance coupable envers les musulmans !

Stop au pas d’amalgame entre l’islam et l’islamisme !

Stop à la glorification de l’histoire de l’islam !

Stop à l’impunité des crimes contre l’humanité au nom d’Allah Akbar !

Stop à la barbarie musulmane !

Stop à la propagation du virus létal musulman !

Stop à l’afflux massif des clandestins musulmans !

Stop à la reconnaissance de l’islam en tant que religion !

Stop aux concessions faites aux musulmans !

Stop à la dépendance énergétique envers les pays du Golfe !

Stop à l’alliance criminelle entre le faucon saoudien et l’aigle américain !

Stop au traitement de faveurs en tous genres accordées à l’Arabie Saoudite et du Qatar !

Stop à la vente des joyaux du prestige français au Qatar !

Stop à la construction des mosquées !

Stop à la défiguration du paysage urbain par les commerces halal et les kebabs !

Stop au port du voile des fillettes !

Stop à l’islamisation  galopante de la France !

Stop à l’explosion des zones de non-droit !

Stop au droit du sol !

 

 

Les gilets jaunes sont-ils antisémites ?

Arborer la couleur jaune c’est faire de l’infamie son emblème. Ainsi le mouvement des gilets jaunes s’est trahi lui-même  par son ultra-violence à l’encontre de la police et en levant le voile sur son ADN idéologique. Fasciste et antisémite. Il y a pas des gestes innocents il y a des gestes qui témoignent de leur couleur politique et qui se suffisent d’eux-mêmes quant à l’appartenance politique de ce mouvement. On entonne pas le chant de la quenelle de l’antisémite viscéral Dieudonné innocemment.

Leur comportement du samedi dernier est bien la preuve que ledit mouvement n’est pas plus apolitique et social que ne le prétendent les médias. Il est une résurgence d’un passé qu’on croyait oublié mais qui est en réalité plus que jamais vivant.

D’un combat qui paraissait légitime au départ, le mouvement s’était pris lui-même les pieds dans le tapis nauséabond de la haine de l’autre et tout particulièrement du Juif.

Le mouvement des gilets jaunes n’est pas un bateau ivre ballotté par les vagues, il est parfaitement piloté en sous-mains par des capitaines de l’ombre et d’horizons politiques différents qui n’ont pas digéré leurs défaites respectives aux dernières échéances nationales majeures.

Ils ont avancé leurs pions vêtus du jaune de la félonie et de la sédition. Des Judas personnifiés.

On le dit sans visages, surgi de nulle part,  issu de cette France méprisée par les élites, apparu spontanément sur la scène de la contestation sociale, incarnant les préoccupations des Français et cristallisant leur colère face aux injustices sociales, aux inégalités économiques et à la la dégradation de leur pouvoir d’achat. Une sorte de syndicat messianique porteur d’espoir pour les exclus du banquet macronien.  Si tel est le cas, il n’aurait pas pris en otage cette France laborieuse en la restreignant dans sa liberté de circulation, de pourrir son quotidien, de casser son outil de travail et de faire perdre aux commerçants 25% de leurs chiffres d’affaires qui n’est pas sans conséquences sur la courbe du chômage.

S’en prendre à la police, faire du Juif le bouc émissaire des maux de la France, détruire les radars et mettre le feu dans les postes de péage autoroutiers sont autant d’indicateurs sur leurs motivations politiques et idéologiques.

Tout ceci en dit long sur ses velléités bellicistes et nihilistes.

En appelant à la démission de Macron et l’invasion de l’Elysée il s’est comporté comme le faire valoir des partis politiques extrémistes de gauche et de droite qui ont tout à gagner dans un climat insurrectionnel que Mélenchon appelle de tous ses voeux.

Il n’est pas plus infiltré par une minorité antisémite qu’on ne le croit, il s’est révélé au grand jour en faisant tomber le masque derrière lequel il a tenté sans y parvenir à dissimuler sa nature hideuse et  son ignominie.

Pénaliser la critique de l’islam revient à interdire la critique du nazisme

Autant l’antisionisme est condamnable, une abomination et un crime de la pire espèce, autant l’islamophobie est tout-à-fait légitime et fondée et ne constitue en aucun cas un quelconque racisme anti-musulman, car les musulmans ne sont ni un peuple, ni un groupe ethnique ou national. Ils ne sont pas unis entre eux par des liens historiques, biologiques, culturels, linguistiques et anthropologiques. 

Le rejet d’un dogme aussi violent, négationniste, nihiliste, hégémonique, génocidaire, suprémaciste et raciste que l’islam est un devoir de salubrité publique qui pèse sur tout humain épris de paix et de non-discrimination entre les hommes et les sexes.

Alors que sous couvert de l’antisionisme, l’on cherche à dissimuler son aversion de la communauté juive. Il n’est rien d’autre que le faux-nez des antisémites. Un ressentiment infâme et pervers. 

Contrairement à l’islamophobie qui est donc une manifestation d’hostilités, de suspicion et de peur irrationnelle envers l’islam qui lui-même en est le facteur déclencheur, l’antisémitisme est du pur racisme anti-Juif consiste à nourrir des préjugés négatifs à l’égard des personnes juives ou supposées tel.  

Pénaliser la critique d’une idéologie aussi mortifère et antisémite que l’islam est comme si l’on criminalisait l’antinazisme.

L’islamophobie qui est aussi  une forme sournoise de délit de blasphème initiée par les Ayatollahs pour étouffer la critique de l’islam relève du champ du combat contre les idées nuisibles et néfastes pour l’humanité au même titre que les idéologies totalitaires.  Mais les démocraties occidentales plutôt que se prémunir contre le péril musulman se sont fait forts de lui baliser le terrain en favorisant sa prolifération en leur sein. La même imprudence qu’en 39-45 avec son clone nazi dont elle a totalement occulté sa haute toxicité.

L’islam n’est pas  lus une croyance religieuse que ne l’étaient le bolchevisme et au nazisme, l’on ne doit pas être en empathie avec elle. Ce n’est pas stigmatiser et ostraciser ses partisans que de ne pas lui témoigner une once de crédit quant à ses soi-disant vertus pacifiques et non-violentes et de faire tomber le masque de l’ange dont il s’affuble.

Démythifier l’islam n’est pas le dénigrer et faire injure aux musulmans. Le refus de critique de l’islam est en lui-même la preuve que les musulmans ont peur que le monde ne découvre le serpent des marais effrayant à plusieurs têtes des marais qu’il cherchent à soustraire des regards.

Faire un parallèle ente les musulmans et les Juifs revient à dénier aux juifs leur droit existence en tant que peuple, leur nier leur destin commun tragique depuis 5000 ans, faire fi de la Shoah, mettre dans le même registre les victimes et les bourreaux. Comme si l’islam était l’ami des Juifs alors qu’il n’y a presque plus de trace de ces derniers dans les pays musulmans sans publier leur massacre par les musulmans.

Toute comparaison entre eux est une offense à la morale humaine. Outre le fait que les Juifs ne complotent pas contre la sécurité et la pérennité humaine et civilisationnelle de  leurs pays d’accueil où ils se comportent comme des citoyens modèles et intégrés, ce qui est loin d’être le cas des musulmans, musulmans d’abord, ensuite et enfin. Jamais citoyens.

L’humanité sait ce qu’elle doit aux Juifs et sait ce qu’elle endure avec les musulmans. Entre les uns qui oeuvrent pour son bien et les autres qui veulent la détruire il n’y a pas photo.

Tout le contraire des musulmans qui font de leur culte négateur de la vie un facteur d’auto-exclusion politique, sociétale, culturelle, idéologique et surtout une arme de destruction du mode de vie de leurs sociétés d’accueil ou dont ils sont issus afin de leur imposer la loi de leur religion.

Deux comportements et deux attitudes qui sont à l’antidote les uns des autres. Les Juifs ont la  France en eux  et participent pleinement à sa gloire et sa grandeur et ne s’attaquent pas à son mode de vie comme les musulmans qui veulent y instaurer la charia.
Il suffit de voir l’état des pays nord-africains depuis le départ massif des Juifs dans les années 60 pour se faire une idée sur la différence substantielle entre les deux. La lumière de la vie et l’obscurité du monde des ténèbres.

 

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

M. Macron : l’islam n’est pas le judaïsme pour en faire une composante de la République

Image d'illustration. Photo © SIPA Image d'illustration. Photo © SIPA

Chercher à créer un islam de France autant bâtir un château de sable dans une piscine. Une vue de l’esprit, un mirage, un pur fantasme, une fausse bonne idée, un suicide programmé, une compromission pour séduire l’électorat musulman et nourrir les conversations de salons des bobos-collabos-droits-de-l’hommisme.

Un islam de France, même pas un islam en France soumis aux lois de la République est aussi tout simplement un aveu d’impuissance et de reddition face au péril musulman.

L’histoire sanguinaire et mortifère de l’islam conquérant et totalitaire devrait les instruire et leur faire prendre leur distance envers la pire idéologie totalitaire qui puisse exister plutôt que d’asséner des vérités sur son innocuité dénuées de tout fondement sérieux.

L’islam est une idéologie de discrimination et d’exclusion.  Les non-musulmans qui ont vécu dans les pays musulmans peuvent en témoigner avec leur statut de dhimmis, d’humains de seconde zone, comme s’ils étaient des pestiférés.

De quel islam tolérant parle-t-on de celui qui persécute les apostats ou celui qui interdit à un non-musulman de se marier à une musulmane ou plutôt celui qui légitime et sanctifie la haine du Juif et du Chrétien ?

Il n’y a pas un jour qui passe sans que l’islam ne dévoile sa nature belliciste, raciste, haineuse, antisémite, criminelle, ultra-violente, barbare, rétrograde, intolérante,  ultra-machiste,  perfide, fourbe, immorale, perverse,  esclavagiste, cruelle.

Mais il n’y a que les musulmans et leurs collabos de gauche comme de droite qui continuent à doter l’islam des vertus qui ne sont pas les siennes et que si jamais elles le deviennent il cessera d’être l’islam pour finir par disparaître de la surface de la terre.

Le triste sieur Al-Qaradhaoui, prédicateur-vedette de la chaîne  qatarie de la Jazeera, qui partage les mêmes propriétaires avec le PSG,  disait à juste titre que sans les menaces de mort qui pèsent sur les apostats et tous ceux qui veulent se libérer de sa tutelle l’islam aura vécu.

L’islam est bien plus qu’une religion c’est un système politique globalisant, loi et foi à la loi, qui instrumentalise le sacré à des fins de pouvoir total sur les hommes.

Pour ceux qui croient aux attributs humanistes de l’islam,  il leur suffit d’aller l’expérimenter à leurs dépens dans les pays de l’Apartheid religieux que sont l’Arabie Saoudite et certains Émirats du Golf arabique, peut-être que cela va leur ouvrir enfin les yeux sur l’incompatibilité de l’islam avec la vie humaine.

Ce ne sont pas les destinations touristiques qui leur manquent aujourd’hui qui leur feront regretter de ne pas avoir goûté aux joies du Goulag sibérien. Kaboul, Khartoum, Mogadiscio, Jeddah, le Nord du Nigéria le fief des Boko Haram, le Yémen,  Tripoli, Bagdad, Mossoul théâtre de nettoyage religieux et des razzias dans la pure tradition mahométane,   Téhéran etc…

Le vrai islam est le culte de la mort, la négation de la vie humaine et la sanctification de la barbarie .

Un musulman est par définition celui qui pave le chemin d’Allah de cadavres des innocents et l’irrigue de leur sang. Celui qui tue et se fait tuer au nom de cette divinité maléfique du nom d’Allah.

Il n’y a qu’un seul islam, celui qui est mis est mis en scène par les islamistes et ce n’est certainement pas celui qui est à la paix ce que l’urine du chameau est à la médecine.

Le vrai danger est moins les islamistes, le visage découvert de l’islam agressif et violent, qui sont en cohérence avec les prescrits coraniques que la majorité silencieuse musulmane,  un ennemi sans visage, un véritable volcan en sommeil qui peut cracher sa lave au moment où l’on l’attend le moins. Elle constitue, en réalité, le gros des troupes de l’islam, qui excelle dans son rôle d’enfumeuse de l’opinion publique et qui sort de sa renardière à chaque attentat terroriste au nom d’Allah pour jouer à la pleureuse de service et fait passer les musulmans pour les premières victimes de l’islamisme, cet islam en isme.

Quoi qu’il en soit islamiste et musulman taiseux sont les deux têtes de l’hydre musulmane pendant que le premier tue l’autre plaide son innocence.

Les dissocier revient à séparer les deux faces d’un même miroir.

Vouloir jouer la carte de l’un pour écarter le danger de l’autre est comme si l’on lutte contre la drogue en s’en menant la guerre aux dealers et laisser les producteurs impunis.

 

Pour ne pas avoir pu attirer les Juifs dans ses filets, Mahomet en a fait l’ennemi à abattre

Si Jérusalem était aussi sacrée pour Mahomet pourquoi s’est-il détourné d’elle et a ordonné aux Musulmans de prier désormais en direction de la Ka’aba symbole du polythéisme arabe ?

Ce qui est sûr est que cet individu était intolérant à la frustration et capable du pire quand il n’arrivait pas à ses fins. Il a axé tout son message sur la séduction des Juifs dont il voulait être le nouveau Messie et faire de l’islam un néo-judaïsme. N’ayant pas atteint son objectif d’attirer les Juifs vers lui, il s’est mis à les dénigrer, les diaboliser, leur jeter l’opprobre et les persécuter.

Tabari (839-923), une référence car l’un des premiers historiens de l’islam et exégète du Coran :
«Le Prophète leur dit: Ô vous, singes et cochons, comment avez-vous observé la volonté d’Allah? Les juifs répliquèrent: Ô Muhammad, tu ne nous as jamais insultés, pourquoi le fais-tu aujourd’hui? C’est Allah qui le fait, répondit le Prophète.»

Le Coran n’est qu’un opus-vengeur. Les Juifs n’ont pas trahi Mahomet, parce qu’ils n’ont pas cru en lui qu’il s’est senti discrédité et désavoué. Leur crime à ses yeux est ainsi de ne pas avoir souscrit à ses délires messianiques. Et si trahison il y a, c’est l’ingratitude de Mahomet à leur égard.

C’est à Yathreb, ville juive à l’origine devenue Médine après sa mort, qu’il s’était réfugié quand il était pourchassé par les siens. S’ils l’avaient livré à sa tribu qui voulait en finir avec lui, ils auraient rendu un immense service à l’humanité et qui aurait changé le cours de l’histoire universelle. Peut-être aurait-il permis d’éviter les 300 000 millions de morts à l’actif de l’islam.

Les Juifs ne pouvaient pas l’avoir trahi, il leur devait la vie. Mais pour les remercier ils les a massacrés.