L’explosion du terrorisme est corrélé à la propagation du virus wahhabite dans le monde

Si la plupart des terroristes sont issus de familles musulmanes, tous les natifs issus de ces familles ne sont pas des terroristes.
 
Je combats le terrorisme et son substrat idéologique comme personne et ce n’est pas supporter des idées crasses sur des êtres humains comme nous.
 
La violence gangrène toutes les sociétés du monde du monde quand bien même l’idéologie islamiste s’avère être un puissant catalyseur de la violence à caractère politico-messianique.
.
Ce n’est pas avec les préjugés négatifs que l’on va gagner la guerre contre le terrorisme islamo-fasciste. Nombreux sont les musulmans qui sont victimes des pulsions mortifères des leurs et je demeure convaincu que la victoire sur la métastase terroriste ne se fera jamais sans leur coopération.
 
Le terreau familial ne favorise pas les vocations terroristes autrement comment expliquer le fait que parmi les terroristes on trouve un grand nombre de néo-soumis à l’islam alors qu’ils sont censés être les enfants de la République.
 
L’explosion du phénomène terroriste est corrélée à l’expansionnisme wahhabite dans le monde qui finance à coups de milliards de dollars la diffusion de l’islam rigoriste à travers les écoles coraniques. C’est aussi l’islamisation outrancière du système éducatif des pays musulmans. Mais pas seulement que ça, on peut y ajouter l’islamo-centrisme devenu l’étendard des jeunes des cités et l’ultra- réactionnisme qui sévit dans les pays musulmans.
 
L’islam n’est pas un génome humain qui laisse croire que tous ceux qui sont nés dans les pays dits musulmans sont automatiquement musulmans. Il y a des athées, des irréligieux, des,déistes, des convertis au christianisme, des progressistes, des musulmans malgré eux, des apostats qui ont peur d’avouer leur apostasie, voire des anti-islam héritiers d’Abu Nawas, Omar al-Khayam, des Soufis, des musulmans qui se questionnent sur l’islam et qui attendent l’occasion de d’abjurer.
 
J’en parle en toute connaissance de cause d’une part pour avoir effectué des travaux de recherche universitaire pendant 7 ans en anthropologie sociale et culturelle sur l’islam indien et d’autre part pour avoir vécu pendant les 20 premières années de ma vie en Tunisie; où il existait une laïcité de fait, sans que mon libre-arbitre n’ait été altéré et cédé aux chants de sirène de l’utopie.
 
J’ai eu plus que quiconque l’occasion d’avoir rencontré des musulmans qui aspirent à la modernité et ouverts sur le monde. Des gens de coeur. Sans chercher à savoir quelle peut être la nature de leurs rapports à l’islam. Je voyais surtout en eux des humains comme il en existe partout dans le monde.
 
Que ceux qui sont aveuglés par leurs ressentiments et leur ethnocentrisme m’épargnent leur équation nauséabonde familles musulmanes=enfants terroristes.
 
C’est du pur racisme primaire qui ne peut qu’engendrer la crispation et la défiance chez les musulmans.
Je pense que les menaces de mort de notoriété publique et le nombre de plaintes et ma condamnation injuste pour la haine des musulmans dont j’ai fait l’objet m’autorisent à rappeler à ceux qui tirent des boules puantes sur tous les musulmans que votre haine est la meilleure alliée des terroristes.
 
Est-ce qu’eux-mêmes avaient fait le choix de leur culture de naissance et en quoi est-elle supérieure à la leur ?
On ne lutte pas contre l’infamie par l’infamie.
Je suis peut-être chrétien dans un certain sens.

A force de se prendre pour le nombril du monde, l’islam finira par s’autodétruire lui-même

Nous ne pouvons plus rien dire sur la RATP et ses adeptes sans être taxés de raciste set de haineux. Nous cousons nos bouches pour ne pas dire sur la vérité afin de  ne pas froisser les « seigneurs » de l’humanité.

Nous avons le devoir de les révérer pendant qu’ils nous maudissent nuit et jour tout au long de leur vie.

On ne les entend jamais condamner les actes terroristes des leurs, bien au contraire ils se font passer pour les premières victimes desdits actes et le pire de tout est qu’ils y voient un complot contre leur religion et des coups de poignard portés dans son dos.

Jamais de remise en question des injonctions coraniques qui incitent au combat contre l’autre jusqu’à la victoire finale ou comme le dit leur livre jusqu’à ce que la religion soit entièrement à Allah, c’est-à-dire que leur idéologie y règne en maîtresse sans partage et que leur loi soit la norme commune à tous les hommes.

Le nouvel ordre mondial qu’ils dessinent au monde sera monolithique et dissolvant.

L’altérité y sera bannie et leur dieu n’en sera que ravi. Il pourra enfin satisfaire son appétit insatiable du pouvoir.

Le monde est à lui, il pourra réécrire son histoire en donnant libre-cours à ses pulsions fabulatrices et narcissiques sans qu’il n’y ait plus personne pour le prendre au piège de ses mensonges.

Il n’y aura qu’une seule histoire, la leur et en seront les acteurs et témoins.

La tolérance dans l’islam est un mirage dans le désert d’Arabie

Si les musulmans  étaient si ancrés dans leur foi et avaient la maîtrise du sujet islam pourquoi recourût-ils  à la violence pour faire taire leurs interlocuteurs et pendant le ramadan ils ne supporteraient pas l’idée que les non-jeûneurs puissent vivre leur quotidien comme pour le reste de l’année, pouvoir s’attabler aux terrasses des cafés pour boire leur petit noir ou leur soda. Ils sont obligés de boire et manger en cachette pour ne pas s’exposer à leur courroux pour avoir les avoir troublés dans leurs convictions.  Les non-jeûneurs se trouvent contraints et forcés de se plier à leur diktat et de faire semblant de vivre eux aussi à l’heure de l’islam.

La cité vit et affiche l’islam et gare à ceux qui osent qui s’en démarquent. La prison ou la mort selon les pays.

Croire, c’est d’abord respecter le libre-arbitre d’autrui. Si je crois pas ce dont à quoi tu crois, en quoi est-ce une hérésie à tes yeux, ne suis-je pas aussi en droit de te stigmatiser parce que tu es différent de moi ?

De ton intolérance et de ta spécificité religieuse tu fais une norme générale et tu déclares la guerre à de mon droit à la différence, après tu as l »outrecuidance et le culot  de nous faire avaler ta grosse couleuvre de nulle contrainte dans la religion. Comme tu peux le constater les auteurs du Coran emploient le singulier, ce qui laisse clairement entendre qu’il s’agit de l’islam à l’exclusion de toutes les autres.

Il s’agit d’une manœuvre pernicieuse pour faire croire que les soumis ont accouru d’eux-mêmes vers l’islam pour lui donner une image d’une religion non-contrainte. Si vraiment l’islam n’était pas un culte hégémonique et liberticide pourquoi votre Dieu aurait besoin de déverser un torrent de boue nauséabond sur les non-musulmans, symptomatique de sa mentalité tyrannique et altérophobe.

C’est à la justice syrienne ou internationale de juger les djihadistes « européens » pour leurs crimes contre l’humanité

Donal Trump s’est-il découvert soudainement une fibre humanitaire à moins qu’il ne veille pas que la vérité sur les vrais dessous de la création de l’Etat islamique n’eclatent au grand jour et mettent en cause le Qatar, l’Arabie Saoudite et la Turquie islamiste aidés et soutenus par son prédécesseur ?

A croire que c’est le cas en voulant forcer la main de l’Europe occidentale pour récupérer ses « djihadistes » afin qu’ils puissent être jugés par leurs pays d’origine.  De pays ils en ont qu’un c’est l’oumma islamique qui a volé en éclats.

S’il était cohérent avec lui-même, et prouver qu’il ne s’inscrit pas dans la continuité de son prédécesseur Barak Obama, que l’on devrait surnommer Mister « Yes We Finance Them », il devrait désigner les vrais coupables de la tragédie syrienne plutôt que de chercher une issue de secours à ces monstres d’inhumanité qui n’ont pas atterri par hasard sur le sol syrien et qui ont dû bénéficier des facilités d’acheminement des appareils d’Etats et tout particulièrement la Turquie, où ils avaient reçu une préparation militaire.

Qu’il donne noms de leurs chefs-marionnettistes et exiger d’eux d’assumer leurs responsabilités voire même appeler à former une cour pénale internationale ad hoc pour juger leurs commanditaires et ces criminels pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Pourquoi ‘écarte-t-il l’option Bachar seul à même de les juger pour leurs exactions commises sur son territoire.

Les forces démocratiques syriennes, une galaxie hétéroclite constituées de divers groupuscules ethniques et religieux,  armées et fiancées par les E.u., n’ont aucune légitimité internationale pour qu’elles appellent les pays nationaux de ces criminels à les rapatrier chez eux.

Elles sont elles-mêmes des faire-valoir de la coalition internationale contre la Syrie de Bachar, dont la souveraineté nationale et internationale n’est pas officiellement remise en cause.

Ces mercenaires daéchiens recrutés à grands frais dans le monde entier  avec l’argent qatari, ont commis sur leurs territoires syriens, la logique veut qu’ils soient jugés par la justice de ce pays ou sinon la justice internationale. Aucun autre schéma n’est envisageable.

Ce serait étouffer la genèse de la création du mouvement pour sauver ses géniteurs et les disculper ainsi de leurs crimes en les faisant juger par la justice de leurs pays d’origine qui ne s’attachera qu’aux faits et non pas leur face cachée.

C’est l’assurance pour eux d’échapper à la peine de mort. Dans 5 ans, 10 ans, 20 ans ils seront libres et auront fait des émules en prison et dans les cités entre temps.

La France a tout à gagner à appliquer la doctrine tout citoyen français ou supposé tel qui choisit le camp de l’ennemi doit assumer ses responsabilités et n’est plus considéré comme Français. Les renier comme ils l’ont reniée.

Elle doit rester sourde aux pressions de Trump  qui ferait mieux de faire payer la note à ses vassaux et ouvrir un dossier sur le volet américain de la plus grosse entreprise terroriste de tous les temps au service des Etats dont les E.U. eux-mêmes.

L’islam a la haine de l’humanité non-musulmane, la preuve par le Coran

Je veux bien croire que la christianophobie, la judéophobie et l’alterophobie ne sont pas musulmanes mais on fait quoi de la Fatiha qui empeste le rejet des Juifs et des Chrétiens et tous les autres passages du Coran, la loi fondamentale de l’islam, qui ne sont pas tendres avec les « incrédules » auxquels Allah réserve les feux de la géhenne et avec lesquels il est fortement déconseillé de copiner ?
Les musulmans se démarquant de l’enseignement du Coran ne sont plus musulmans.

Le Coran, An-Nisa 56-57 :  » Certes, ceux qui ne croient pas à Nos Versets, (le Coran) Nous les brûlerons bientôt dans le Feu. Chaque fois que leurs peaux auront été consumées, Nous leur donnerons d’autres peaux en échange afin qu’ils goûtent au châtiment. Allah est certes Puissant et Sage ! Et quant à ceux qui ont cru et fait de bonnes œuvres, bientôt Nous les ferons entrer aux Jardins sous lesquels coulent des ruisseaux. Ils y demeureront éternellement. Il y aura là pour eux des épouses purifiées. Et Nous les ferons entrer sous un ombrage épais.  »

Les agents de la propagande islamique peuvent toujours jurer une main sur le coeur et l’autre sur le Coran que les musulmans, les chrétiens et les juifs sont les meilleurs amis du monde et qu’il n’y a aucun frein à la cohabitation entre eux , que les racines mêmes du vivre ensemble sont dans l’islam. Mais ce n’est pas forcément l’avis de celui dont la parole est foi et loi, qui ne s’interprète pas, ni ne se se discute pas et encore moins sujette à accommodement avec les temps présents. Immuable et intemporel.
Croire en leurs dénégations dénuées de tout fondement théologique ou croire en ce que le Coran enjoint aux musulmans ? La réponse est dans les versets coraniques eux-mêmes qui ne laissent subsister l’ombre d’un doute sur l’impossibilité dogmatique pour les musulmans de vivre en bonne intelligence avec les juifs et les chrétiens tant qu’ils ne migrent pas dans la voie d’Allah.

Le Coran, An-Nisa 89 :  » Ils aimeraient vous voir mécréants, comme ils ont mécru : alors vous seriez tous égaux ! Ne prenez donc pas d’alliés parmi eux, jusqu’à ce qu’ils émigrent dans le sentier d’Allah. Mais s’ils tournent le dos, saisissez-les alors, et tuez-les où que vous les trouviez; et ne prenez parmi eux ni allié ni secoureur.  »

On ne peut pas être plus explicite non plus que le verset ci-après et qui tord le cou aux idées reçues sur le mariage possible entre la carpe et le lapin ::

Le Coran, Al-Maidah 51 :  » Ô les croyants ! Ne prenez pas pour alliés les Juifs et les Chrétiens; ils sont alliés les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour alliés, devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes. « 

Quant à ceux des musulmans qui cherchent à exercer leur liberté de conscience, autrement dit se désintoxiquer de l’islam, grand mal leur fasse et encourent les pires des châtiments.Le  CoranAl-Fath 48:16 « Dis à ceux des Bédouins qui sont restés en arrière : ”Vous serez bientôt appelés à combattre des peuples très puissants jusqu’à ce qu’ils se soumettent à Dieu [= embrassent l’Islam]. Si vous obéissez, Dieu vous donnera une belle récompense ; mais si vous tournez le dos comme vous l’avez fait auparavant, Il vous infligera un châtiment douloureux”. »

S’appuyant sur les mots “aw yuslimoon: أو يُسْلمون: ou ils deviendront musulmans” il est compris que ceux qui sont apostats doivent être tués [10].

يَسْأَلُونَكَ عَنِ الشَّهْرِ الْحَرَامِ قِتَالٍ فِيهِ قُلْ قِتَالٌ فِيهِ كَبِيرٌ وَصَدٌّ عَن سَبِيلِ اللّهِ وَكُفْرٌ بِهِ وَالْمَسْجِدِ الْحَرَامِ وَإِخْرَاجُ أَهْلِهِ مِنْهُ أَكْبَرُ عِندَ اللّهِ وَالْفِتْنَةُ أَكْبَرُ مِنَ الْقَتْلِ وَلاَ يَزَالُونَ يُقَاتِلُونَكُمْ حَتَّىَ يَرُدُّوكُمْ عَن دِينِكُمْ إِنِ اسْتَطَاعُواْ وَمَن يَرْتَدِدْ مِنكُمْ عَن دِينِهِ فَيَمُتْ وَهُوَ كَافِرٌ فَأُوْلَئِكَ حَبِطَتْ أَعْمَالُهُمْ فِي الدُّنْيَا وَالآخِرَةِ وَأُوْلَئِكَ أَصْحَابُ النَّارِ هُمْ فِيهَا خَالِدُونَ

Le Coran Al-Baqara 2:217 : « Ils t’interrogent au sujet du combat durant le mois sacré. Dis : ”Combattre en ce mois est un péché grave ; mais écarter les hommes du chemin de Dieu, se montrer impie envers Lui et la Mosquée sacrée, en chasser les fidèles, tout cela est plus grave encore devant Dieu.” La subversion est plus grave que le combat. Ceux qui vous combattent n’auront de cesse qu’ils vous aient détournés de votre religion, s’ils le peuvent. Quiconque d’entre vous s’écartera de sa religion et mourra dans la mécréance, ses actions seront rendues vaines dans ce monde et dans l’autre. Tels sont les hôtes du Feu ; ils y demeurent à jamais. »

Qui mieux que le Coran pour tordre le cou leurs allégations mensongères ?

Les Juifs ne sont pas responsables de leur malheur

/

Pour justifier l’antisémitisme, ou surtout la haine irrationnelle du Juif, certains renvoient à l’histoire pour faire croire que partout où les Juifs s’installent ils sèment ce qu’ils récoltent, c’est leur faute si les autres peuples ne les aiment pas.  Ils ne font rien pour se faire aimer par les autres. Insociables, inadaptés aux cultures de leurs pays d’accueil qu’ils cherchent à façonner selon la leur, profiteurs et comploteurs comme disent leurs ennemis.

Des préjugés qui ont failli conduire ce peuple à la disparition totale de la terre.  Sans être historien moi-même, les Juifs n’ont jamais connu la paix tout au long de leur histoire millénaire. Toujours discriminés, persécutés et exilés de chez eux par les Romains.

Il n’existe aucun exemple de peuple qui a accordé les mêmes droits aux Juifs qu’à leurs citoyens, condamnés à vivre dans l’ombre de la majorité dominante.  L’Eglise romaine ne leur témoignait d’aucune empathie particulière comme en témoignent s=ses conciles qui n’étaient guère favorables aux Juifs. Interdictions aux chrétiens d’avoir des relations sociales avec les Juifs et de se marier avec eux sous peine d’excommunication.

Peuple déicide qui doit payer pour son crime (…) Cette idée selon laquelle les Juifs ont été les assassins de Jésus va justifier pour des siècles les persécutions à l’encontre des juifs. Cette accusation est « institutionnalisée » d’abord entre le II et le Ve siècle chez les Pères de l’Eglise. La démarche est d’abord celle de discriminer le judaïsme qui, après tout, est un concurrent fâcheux pour une église qui se veut universelle. C’est au IVe siècle que Jean Chrysostome parle des Juifs comme étant «hostiles à Dieu» et c’est lui qui va développer ce concept de «déicide». Il n’emploie pas encore le terme précis, c’est Pierre Chrysologue au Ve siècle qui le fera le premier. L’idée que les Juifs sont non seulement responsables de la mort de Jésus, mais qu’en plus celui-ci a également été trahi par Judas pour de l’argent va nourrir l’aversion à l’égard du Juif. (…)

Même le grand Saint-Augustin y était allé avec sa harangue antijuive, (…) Encore à titre d’exemple, au IVe siècle, Saint Augustin écrit qu’il ne faut pas tuer les Juifs, mais les condamner à la dispersion et à l’humiliation, en signe de victoire de l’Eglise sur la Synagogue. C’est une sorte de condamnation à la servitude éternelle qui sera maintenue pendant des siècles. C’est là un point éclairant en ce qui pourrait concerner un certain anéantissement : celui-ci n’est absolument pas prôné par les Pères de l’Eglise ni même souhaité : le Juif est vu comme le mal nécessaire, l’erreur au service de la Vérité. C’est ce qui ressort des écrits d’Augustin : les juifs doivent subsister, mais de manière diminuée. Les accusations des Pères de l’Eglise font passer les griefs à l’encontre des juifs de rumeurs et d’opinion populaire en fait historique se basant sur l’interprétation des textes : Sommairement, cette interprétation fait ressortir l’idée théologique d’une faute et donc d’une nécessaire expiation. A la même époque, le patriarche de Constantinople Jean Chrysostome prononce des sermons très virulents contre les Juifs, et prêche aux Chrétiens que c’est un péché de traiter les Juifs avec respect. Il appelle la synagogue la maison de Satan dédiée à l’idolâtrie et le repaire des meurtriers de Dieu. (…)

http://lionel.mesnard.free.fr/le%20site/Histoire-des-Juifs-France-Europe.html

Qui veut étouffer la vérité fait de l’autre le bouc-émissaire de ses propres malheurs. Les Juifs l’ont cherché et s’ils ont payé au prix de leur sang c’est leur faute. Le négationnisme fait force de loi pour déculpabiliser les pays d’accueil des Juifs des injustices et des traitements humiliants et dégradants à leur encontre.

Quant à ces fameux peuples en question leur histoire n’est pas un parangon d’humanité et de tolérance. Des Babyloniens, aux Perses, aux Romains, aux Arabes, aux Turcs, aux Allemands, aux Espagnols conquistadors , ils ont tous le sang humain sur les mains.

Les noms de la majorité d’entre eux sont associés aux plus grands génocides de l’histoire humaine. Les Juifs ne l’ont pas cherché, ils sont victimes de la bête immonde humaine.

Pénaliser l’antisionisme n’est pas sans risque pour les libertés en France

Pénaliser l’antisionisme qui est avant tout une idéologie politique, c’est ouvrir la voie à Dalil boubakeur and Co pour la pénalisation de la critique de l’islam et rétablir ainsi le délit du blasphème.

Quand bien même l’antisionisme est le passe-montagne des antisémites, en faire un délit c’est faire le jeu des ennemis des Juifs.

Ce n’est certainement pas en amalgamant sionisme et sémitisme que l’on va endiguer les flots de la haine envers les Juifs en France, on ne fera que valider l’équation juif=sioniste cher aux antisémites.

Ce projet de loi n’est pas sans risque quant à la recrudescence de la violence contre les Juifs, leurs ennemis ne vont plus s’en prendre à eux en tant que juifs mais en tant que sionistes désignés.

Or, on entend souvent des musulmans dire qu’ils n’ont pas de problème avec les Juifs mais avec les sionistes. Et ce parallèle bien qu’il parte d’un bon sentiment de la part du gouvernement français n’est pas sans effet pervers. Comme tous Juifs sont des sionistes, ce qui est loin d’être automatique, c’est apporter de l’eau au moulin de leurs ennemis et nourrir davantage leurs ressentiments contre les Juifs, ces oppresseurs du peuple palestinien. Ils doivent payer à leurs yeux pour la politique d’Israë, le porte-drapeau du sionisme. À travers la défense judiciaire du sionisme on défend l’Etat d’Israël.

En outre il n’est pas utopique que les musulmans jamais avides de surenchères vindicatives ne vont pas se faire prier, au nom de l’égalité républicaine, de réclamer à ce que la question palestinienne ne devienne une cause nationale.

Le gouvernement français est entrain d’ouvrir la boîte de Pandore des maux de la France : la Palestine et la sacralisation de l’islam.

Sa démystificatuin pourrait désormais être assimilé en France à la haine de ses croyants et donc l’Oumma islamique. Ce qui est vrai pour les sionistes devraient l’être aussi pour les musulmans.

A trop vouloir tout pénaliser on tue les libertés et on pave le chemin à la tyrannie.