Le fou d’Allah n’est pas plus fou qu’un waffen SS

La folie est de faire passer un fou d’Allah pour le fou qu’il n’est pas.

Un islamiste sait parfaitement ce qu’il fait et n’agit pas sous l’emprise de la folie lors de son passage à l’acte mûrement réfléchi et préparé et est donc parfaitement responsable de ses actes et doit en assumer toutes les conséquences si jamais il survit dans son attentat-suicide. Il a eu tout le temps de s’y préparer  mentalement, psychologiquement et matériellement.

Le fou d’Allah est un soldat qui ne recule devant rien, téméraire et audacieux, jusqu’au boutiste né pour tuer et se faire tuer et qui fait de son corps une arme de destruction massive. C’est une bombe humaine à retardement qui peut exploser à tout moment. Imprévisible pour les services de renseignements car elle n’est pas, repérable et identifiable, cela pourrait être le bon voisin du palier disponible et serviable ou le petit délinquant des cités amateur des boîtes de nuit et des grosses cylindrées et qui se shoote au cannabis, un jeune de son temps selon les médias collabos, qui ne fréquente pas la mosquée de son quartier jusqu’au jour où l’on découvre à la stupéfaction générale qu’il a commis un crime terroriste. On a du mal à croire qu’il pourrait être capable d’une telle folie.

Il ne souffre d’aucun trouble psychique susceptible de lui avoir fait perdre la raison, le jour j et l’heure h sont arrivés, plus de temps à perdre il doit frapper son coup. La folie est justement  d’être tombé dans le piège de son camouflage, car il n’est pas assez fou pour laisser transparaître quoi que ce soit de ses projets terroristes. Se faire oublier et passer pour ce qu’il n’est pas en vrai pour ne pas attirer l’attention sur lui afin de mener à son terme sa mission.

Son mode de vie en opposition avec les préceptes coraniques est du pur  esbroufe et un brouillage de pistes. Il le fait pour les besoins de sa mission Allah ne lui en tiendra pas grief, il est pardoneur avec ceux des siens qui savent user de ruse pour tromper la vigilance des ennemis de l’islam.

Un peu comme l’histoire du bon époux et non père de famille que l’on découvre un jour dans ses habits de violeur.

Le fou d’Allah n’est pas fou dans le sens médical du terme, c’est un habile retors et un prestigidateur aux mille visages, roi du contre-pieds et qui surgit comme un démon de sa boîte.  Inconnu de son vivant, insignifiant et ordinaire, il devient un héros pour les siens  car mort en martyr, et pour les autorités judiciaires et policières et les médias une personnalité à décortiquer et à connaître. On ne parle que de lui aux dépens de ses victimes comme si elles étaient un « détail » de son histoire.

Le bourreau mis en avant et ses victimes aux oubliettes.

Un fou diagnostiqué médicalement comme tel n’est pas un danger public, il n’en a ni la force, ni la volonté, ni le dessein, or, la fou musulman n’est pas un fou ordinaire, sa folie est le résultat de son endoctrinement intensif dès son enfance, de son éducation familiale qui porte en elle tous les germes de la haine de l’autre et du suprémacisme musulman. 

Avant de devenir un fou d’Allah il a suivi une véritable formation de combattant en plusieurs étapes où rien n’a été laissé au hasard.  

Une culture glorifiant et sanctifiant la violence ne peut engendrer que des nihilistes portés par leur folie meurtrière.

Plus de frein à ses peurs et ses angoisses. Plus rien qui l’inhibe même pas la mort qui apparaît comme une étape nécessaire pour gagner les rivages de la vraie vie, la vie éternelle.

On ne peut traiter de fou un individu dont la prétendue folie est une arme, un mode opératoire pour livrer un combat par à mort toujours par surprise à ses « ennemis » jusqu’à ce que l’islam règne sans partage sur la terre entière.

C’est un prédateur de la pire espèce, un charognard doublé d’un lâche.

Mahomet n’a jamais rien dit et Allah ne lui a jamais rien dicté non plus

Le problème avec les hadiths est qu’on a fait dire à Mahomet ce qu’il n’a jamais dit et pensé juste pour lui donner parfois une stature de sagesse et d’humanité pour trancher avec le discours martial et haineux du Coran.

Autant les hadiths sont un tissu de mensonges pour enjoliver quelque peu l’image de Mahomet et à travers lui l’islam lui-même, autant le Coran dessine l’islam dans sa vérité inhumaine, répugnante et apocalyptique.

Si quelque fois on relève des écarts entre les deux alors que les hadiths sont censés lever le voile sur les ambiguïtés des textes coraniques et y apporter les explications nécessaires à leur compréhension, cela illustre justement que les rédactions des deux principales sources du droit musulman ont nécessité la participation de plusieurs auteurs sans aucune coordination entre eux, à des époques différentes et que certains hadiths ont anticipé les écritures des versets dont ils prétendent les clarifier.

Des jusrites musulmans font croire que les hadiths sont des décrets édictés par Mahomet et les versets sont le corpus légal.

On a bien vu que dans de nombreuses situations les versets coraniques ont été taillés sur mesure pour Mahomet pour s’arroger des droits exorbitants pour légitimer sa mauvaise conduite et calmer la colère des siens.

Fussent-ils vrais mais ils mais ils attestent surtout du caractère non-révélé du Coran qu’à chaque qu’ils jugent utiles il fait appel à ses scribes pour légiférer en sa faveur et selon les besoins de sa cause infâme et criminelle.

En tout état de cause aussi bien les hadiths comme le Coran ne sont à prendre au  sérieux et surtout ils ne sont pas les œuvres de Mahomet et d’Allah.

Et si le « Printemps » algérien était une nouvelle farce révolutionnaire ?

Rigueur, discipline, civisme, ordre, propreté, solidarité, cohésion, esprit non enfant, tels seraient les traits dominants des manifestations des vendredis en Algérie contre les tentations du « cinquiémisme » boutaflikien que les médias occidentaux font leurs choux gras et rivalisent entre eux en lèche-baboucherie.

Rarement dans leur histoire post-coloniale les Algériens n’ont été autant flattés et encensés, un peuple grandiose est né, sonnez hautbois et résonnez musette, l’humanité peut se réjouir d’avoir en son sein une Algérie qui brille aux firmaments des grandes nations de ce monde, un pays qui a tout raté depuis son indépendance le voilà vêtu des habits de lumière des sunlights et couvert de paillettes. Mais il est connu que plus on ajoute une couche plus on cherche à rendre le produit plus vendable. Dissimuler ses défauts pour séduire la clientèle.
Qui pourrait donner une once de crédit à ces images trop belles pour être vraies relayées en boucles par les télévisions du monde entier sauf celles de la Russie, la Chine et l’Iran qui pour des raisons géopolitiques ne veulent pas servir d’agents propagandistes à ceux qui veulent faire croire que le « Printemps » algérien est une réussite totale quant à la bonne conduite du peuple algérien mûr plus que jamais à une  transition démocratique pacifique et féconde ?

Ces images laissent planer de sérieux doutes quant à leur spontanéité et la sincérité des messages qu’elles cherchent à faire passer et surtout que pour enfoncer le clou dans la manipulation visuelle la majorité des médias français n’hésitent pas à se livrer à un parallèle avec l’anarchie et le désordre qui règnent dans les manifestations des Gilets jaunes à la grande fierté des Algériens d’ici et de là-bas.

Voilà les Algériens qui ont rarement l’occasion de voir leur ego flatté et promus au rang d’un peuple d’ordre et de discipline qui fait pâlir de jalousie les Français, couverts de vertus qui ne sont pas les leurs, ce serait trop beau pour être vrai.

Comment peut-on croire qu’un pays qui n’est pas connu pour le sens inné de l’hygiène publique de ses citoyens et dont les plages sont des véritables déchetteries à ciel ouvert peut-il subitement se transformer en pays exemplaire et irréprochable ?

À moins que les Algériens des manifestations du vendredi ne soient pas les Algériens qui ne prennent pas soin de l’espace public les autres jours de la semaine ?

Il ne s’agit aucunement de jeter un quelconque discrédit sur la légitimité des revendications politiques et sociales des Algériens qui font barrage au 5ème mandat de la momie bouteflikienne mais de s’interroger sur la face cachée du « Printemps » algérien et qui en sont les vrais instigateurs et les maîtres d’œuvre ?

Des questions qui pour l’instant n’ont pas de réponses et qui ne tarderont pas d’être étalées au grand jour comme dans le cas des pays dits du  « Printemps » arabe, Tunisie, Libye, Égypte et Syrie.

Un scénario où l’on fait passer le peuple pour un héros qu’il n’est pas, porté au pinacle de la bravoure et du courage et qui se trouve le jour j où l’on passera aux affaires sérieuses reléguées à l’ombre des palmiers pour finir par lui faire regretter d’avoir été le dindon de la farce à son corps défendant et la belle époque de ses anciens tyrans, à l’image des Tunisiens de plus en plus nostalgiques de Ben Ali.

 

 

 

 

 

 

 

Les musulmans intégristes sans l’islam sont comme un toxico sans sa came

Certains pensent que pour éloigner les musulmans  qui conjuguent leur futur au passé de l’islam, il faut commencer d’abord par éradiquer leur source d’intoxication d’une part avant de leur infliger une véritable cure de désintoxication. Mais on ne peut obliger un malade de se soigner s’il n’est pas partie prenante au protocole du soin. Or, comment peut-on imaginer un seul instant leur prendre conscience alors que leurs facultés de discernment sont profondément altérées que le passé sur lequel ils fantasment obsessionnellement et dont ils font une espèce de thérapie aux maux qui les minent et hantent leur existence est déjà passé et que l’on ne peut plus le ressusciter ?

Mais ce sera en pure perte car autant faire recouvrer sa raison à un fou que de désaliener un intégriste musulman de l’emprise de l’islam car il est gravé à tout jamais dans leur  ADN.

On peut tout changer sauf le génome humain à moins que l’on procede à une manipulation génétique pour créer un une nouvelle espèce de musulman génétiquement modifié, autrement dit des musulmans sans islam et donc plus de musulmans tout court, des humains qui retrouvent enfin l’humanité qui est la leur et qu’ils ont perdue à cause du gavage doctfinaire qu’ils ont subi pendant 14 siècles du lever au coucher et pendant leur sommeil du berceau jusqu à la mort.

Moulu dans son moule au point tel qu’ils ne distinguent guère les uns des autres et

 

 

Si l’islam était paix son nom ne serait pas évocateur de crime contre l’humanité

Je lisais l’autre jour dans un post que 99% des musulmans sont inoffensifs et incapables de faire du mal à une mouche. Ils ne la tuent pas, c’est vrai, mais l’avalent comme le leur recommande Mahomet, le père de la médecine aux ailes de mouche.

Pourquoi devrions-nous douter de la sincérité de tels propos, surtout quand ils émanent d’un bon musulman et on a tout intérêt à le croire pour ménager sa susceptibilité légendaire et de ne pas se trouver accusé d’islamophobe. Il est le roi des allégations mensongères mais il le sait bien et plus il vomit ses, grosses couleuvres plus la justice française qui lui donne toujours raison surtout quand il ment. Mais un musulman qui ne dupe pas un « mécréant » n’est plus musulman. Comme disait un copain dans le mot musulman on entend muzz qui ment.

Si vraiment l’islam était une douce colombe et blanc comme neige pourquoi le bon musulman tuerait au nom d’Allah et son histoire serait synonyme de barbarie et de crime contre l’humanité.

Comme si les génocides d’Hindu Kusch, des Berbères et des Arméniens étaient l’œuvre des Martiens

1440 ans d’effusion permanente de sang humain jalonnant son parcours ne semblent pas être suffisants pour éclairer les musulmans sur la nature sanguinaire de leur funeste et criminelle idéologie et ils ont la malhonnêteté intellectuelle de doter l’islam de vertus qui ne sont pas les siennes.

Ils peuvent se tromper eux-mêmes mais il est grand temps qu’ils arrêtent de faire passer l’islam pour la religion qu’il n’est pas. S’il était il n’aurait pas fait de leur vie l’enfer sur terre.

Ils devraient avoir honte que leur islam a fasciné des hommes comme Hiller et qu’ils n’ont aucune fierté à en tirer..

Plutôt que de voiler leurs femmes comme s’ils avaient peur que le monde ne voient refléter sur leurs visages le vrai visage de l’islam, doivent regarder la réalité en face et admettre que presque 100% des crimes terroristes dans le monde sont le fait de musulmans.

Hamma Hamami, du bolchevisme à l’identité arabo-musulmane

Hamma, quand on se fait l’avocat de l’identité arabo-musulmane qui est l’antithèse de ton idéologie marxistes-léniniste dont tu étais le chantre en Tunisie,  on n’embrasse pas langoureusement et publiquement son « complément », comme disent tes amis islamistes que tu étais fier et heureux de leur faire la leçon chez toi tous les soirs sur le concept de l’assemblée constituante à l’origine de tous les malheurs actuels du peuple tunisien.

Tu te prenais pour un Robespierre d’Arabie maudite.

Te voilà arabe et musulman désormais pour draguer l’électorat aux neurones embouches par les versets sataniques et pour complaire à tes généreux donateurs qatariens.

Tunisiens, votez pour Hamma pour qu’il puisse prendre un abonnement à vie dans un salon de bronzage et s’offrir des séances de lifting pour jouer aux jeunes premiers avec l’héritière de Sidi Nasraoui qui se verrait bien en réincarnation de la dame au sèche-cheveux.

Un crypto bolchevique de ton espèce ne peut pas se défaire de ses, racines hilaliennes par la magie d’une farce révolutionnaire.

Tu n’es pas plus novateur que réformiste, sclérose mentalement et idéologiquement par ton héritage arabo-musulan, tu ne vaux pas mieux qu’un salafiste qui conjugue le futur au passé.

Ton identité arabo-musulane est une métastase dont on ne sort jamais vivant. Tu as bien raison de la revendiquer histoire de rappeler à tes coreligionnaires que les jours de la Tunisie sont comptés et que depuis le 14 janvier 2011 le pays est entré dans sa phase terminale..

Pour une fois que tu as été lucide sans le savoir après avoir atteint le sommet de l’indécence lors de l’enterrement de Chokri Belaid, tout joyeux à l’idée qu’il n’est plus là pour te faire de l’ombre.

Si tu avais l’étoffe d’un leader tu serais rentré dans l’histoire en transformant l’enterrement de Chokri en grand soir de la Tunisie.

Plus d’un million de Tunisiens présents au  cortège, le plus bel hommage rendu à Chokri eût été une marche sur la Kasbah et Carthage pour chasser les felons islamistes et leur marionnette Mareouki.

Ton  passé d’oposant à Ben Ali ne te confère aucune légitimité politique car il t’a créé en toutes pièces pour lui servir d’amuseur des foules et occuper les devants de la scène vaudevillesque tunisienne.

De toutes les façons tu ne peux pas te reconnaître autrement que dans une identité archaïque, fasciste, raciste, vénale, réactionnaire, totalitaire, liberticide, dictatoriale, oppressive..

La différence entre toi et Rached Ghannouchi il  n’y pas plus de diffence qu’entre un Tarek Ramadan et Youssef Qaradhaoui.

Tu n’es pas le premier bolchevique à être passé du marxisme-léninisme au bigotisme. Tu es sur la bonne voie pour suivre l’exemple de Roger Garaudy

Le silence complice des musulmans sur la barbarie des leurs

J’en veux aux musulmans pour leur silence complice et leur indignation sélective.

Ils peuvent toujours jurer sur leur Coran de malheur que l’islam est défiguré par l’islamisme et qu’ils sont les premières victimes des attentats terroristes mais leur attitude passive en dit long sur leur approbation des actions violentes des islamistes.

S’ils ne sont pas complices, ils ne peuvent pas nier leur neutralité bienveillante envers leurs coreligionnaires engagés dans la voie de la terreur. Après tout être tués par eux leur vaut le statut de martyrs, comme s’ils étaient morts eux-mêmes dans le combat pour Allah.

C’est pourquoi ils ne sortent jamais dans la rue pour dénoncer le terrorisme qui est un mal pour un bien pour eux.

Je suis en deuil des dizaines de milliers de victimes de la barbarie islamiste depuis les attentats du 11 septembre 2001 et je puis  partager mon humanité avec ces bouchers qui décapitent froidement  leurs otages pour étancher la soif insatiable de sang humain de leur satané divin.

Si vraiment les musulmans avaient la volonté d’éradiquer leurs djihado-terroristes, il y a longtemps qu’ils l’auraient fait.

Si ce n’est pas ça l’islam qu’ils le prouvent par les actes et non pas par leurs pathétiques et pitoyables litanies not on my name ou  l’islam est une religion d’amour, de tolérance et de paix ou soi-disant que celui qui tue un innocent tue l’humanité tout entière se gardant de préciser que c’est un pur plagiat du Telmud et que cette une injonction s’adresse au peuple d’Israël comme il est explicitement fait mention dans le Coran.

Qu’ils sortent en masse de chez eux pour manifester contre les exactions criminelles de l’E.I. En restant chez eux ils ne font que confirmer la vraie nature de l’islam.

Un mec comme moi né en Tunisie qui aujourd’hui ne rêve que d’un chose aller embrasser ma terre natale mais qui ne veut pas y aller de peur d’y laisser sa vie.

A chaque fois que je croise une voilée ou un barbu en kamiss et  baskets  sur mon chemin, j’ai l’impression de croiser le diable en personne. 

J’avoue que je suis devenu allergique aux musulmans qui affichent ostentatoirement leurs signes d’appartenance religieuse, moins j’en vois mieux je me porte.

Tunisie, quand les écoles coraniques deviennent des centres d’apprentissage pédophile

Je n’ai pas attendu le scandale des écoles coraniques à caractère pédophile et terroriste qui vient d’éclater en Tunisie pour découvrir qu’elles sont un poison motel pour l’humanité tout entière.

Partout où elles prolifèrent c’est un Tchernobyl à la puissance 1000. Hauts lieux de la traite des enfants et de l’exacerbation de la haine de soi et de l’auteur. Un véritable incubateur de la négation de la vie. Des bombes à retardement que si on les neutralise pas d’ores et déjà on prend le risque de les laisser développer l’engeance radioactive qui sonnera le glas de la vie sur terre.

Elles sont la preuve vivante de ce que fut la condition de vie des enfants au temps de Mahomet, des esclaves sexuels.

Le Coran ne promet-il pas justement les beaux éphèbes aux combattants qui tuent et se font dans le sentier d’Allah ?

Enfant abusé sexuellement  aujourd’hui présente plus de risque d’être le violeur de demain et surtout si ses violeurs lui font croire que leurs actes n’ont rien de répréhensibles d’un point de vue religieux et que c’est une bénédiction d’Allah sur lui car cela lui garantit une place au paradis et 60 autres pour les siens.

Ainsi à son tour il aura tout le loisir de jouir de la beauté des garçons qui seront à son service. Un viol sacrificiel frappé du sceau du divin. C’est le modèle rêvé des salafistes qui veulent en faire un mode de vie pour le monde musulman en attendant qu’il ne devienne la norme pour l’humanité dans son ensemble.

L’utopie consiste à banaliser leurs dérives morales et leurs crimes contre l’enfance. Il est grand temps que les pays musulmans et tous ceux qui accueillent sur leurs territoires nationaux lesdites écoles ordonnent leurs fermetures définitives et mettent leurs dirigeants en prison.

Les, chefs d’accusation sont d’une extrême gravité à leur encontre qui justifient leurs arrestations sans tarder.. Suivez les conseils ci-dessous ou lancez une nouvelle recherche avec d’autres termes.

Christchurch : les musulmans ont l’indignation très sélective

Les 4 principales organisation de caractère religieux de crimes contre l’humanité  sont musulmanes. Responsables de la majorité des attentats terroristes dans le monde depuis les attentats du 11 septembre 2011 loin devant le FARC qui lui n’exporte pas ses horreurs.
N’en déplaise aux musulmans, à leurs collabos et à leurs idiots utiles, elles ne transgressent pas l’islam ni le dévoient, elles sont la face révélée de sa vraie nature longtemps occultée et voilée. Elles s’inscrivent dans la continuité de Mahomet en son temps. Témoins vivants de ce que fut l’islam à ses débuts et pendant des siècles jusqu’à la chute de Grenade et même après avec le massacre des minorités chrétiennes et ethniques sous l’empire ottoman et tout particulièrement le génocide arménien. 
Elles ne sont pas plus en rupture avec les préceptes coraniques, elles sont l’islam à ciel ouvert et tel qu’il est et non pas ce que les musulmans dits modérés veulent faire croire.
Elles prient Allah et tuent en son nom, vénèrent Mahomet leur modèle, fidèles aux préceptes coraniques et professent leur foi en islam.
En tête de liste se trouvent les Talibans suivis de l’Etat islamique, ensuite de Boko Haram et enfin la Qaïda et ses satellites, cauchemars de l’humanité,   plus plus de cent mille morts et des centaines de milliers de blessés et de disparus à leur actif au cours de ces deux dernières décennies.
À ce jour, aucune voix musulmane n’a explicitement condamné leurs agissements criminels surtout qui n’épargnent pas non plus les musulmans.
Autant l’attentat de Christchurch a provoqué chez eux une onde de choc émotionnelle d’une intensité rare et leur fait recouvrer la voix autant leur silence sur les dizaines de milliers d’attentats dont leurs extrémistes les laissent de marbre. C’est leur absence de réaction qui fait désordre et interpelle.
Madrid, Paris, Moscou, Tunis, Sousse, Nice. Bali, Kaboul, Paris, Bonn, Bali, Bruxelles, Barcelone, Londres. Bombay. New-York, Utrecht,…. sont une question de détail pour eux. Ils n’avaient pas des, yeux pour pleurer les victimes et le cœur vont pas verser une larme sur leurs victimes et le cœur pour organiser des prières et des marches blanches.
Ils ne vont pas condamner ce que le Coran ordonne et gratifie, même quand ils sont eux-mêmes les victimes de la barbarie de leurs frères, ils sont des martyrs tombés dans la voie d’Allah et qui seront récompensés au même titre que leurs meurtriers, plutôt les djihadistes.  
C’est un sacrilège pour eux que de compatir pour les victimes non-musulmanes qui sont quoi que ce soit condamnées à être exterminés tôt ou tard.

La France se doit de déchoir de leur nationalité ses ressortissants terroristes

Ces enfants nés en Syrie et en Irak de parents terroristes ne sont plus français de facto du fait que leurs géniteurs ont choisi de se rallier à une entité étatique criminelle dont le dessein est d’accéder elle-même un jour à la souveraineté nationale pour pouvoir prétendre à la reconnaissance internationale sur le modèle de l’Arabie Saoudite dans les années 30 adoubée par la Perfide Albion.

Imaginons que l’Etat islamique ait réussi dans son entreprise militaire politique et idéologique et qu’il ait pu obtenir la reconnaissance internationale  il aurait aujourd’hui le même statut juridique que n’importe quel pays membre des Nations-Unies avec toutes les prérogatives d’un État national tel que l’octroi de la nationalité et son corollaire le passeport.

Ces individus ne seraient plus français, ils seraient nationaux d’un État étranger. Il incombe à la France d’en tirer toutes les conséquences politiques, juridiques et judiciaires de cette situation inédite mais très préjudiciable pour ses citoyens en termes de sécurité et d’unité nationales. Ce n’est certainement pas la case prison qui va calmer leurs ardeurs terroristes contre la France.

Tout individu a droit à une nationalité dit-on mais pour eux il y a en qu’une c’est l’islam et leur nationalité est juste un sauf-conduit pour pouvoir circuler librement,  en espérant qu’un jour la France sera diluée dans le Califat islamique sous la houlette de Daech.

Pour eux il n’y a qu’une patrie c’est l’islam, ils ne se considèrent pas comme Français. Apatrides dans l’âme en attendant que l’Oumma islamique voie le jour.

En  cherchant à devenir des ressortissants d’un pays mort-né et en ayant fait le choix de retourner les armes contre leurs pays d’origine en téléguidant ou y commettant des attentats terroristes, ils ont rompu sans ambiguïté les liens avec la France en brûlant symboliquement leurs passeports. La France n’existe plus pour eux et ne doivent pas  non plus exister pour elle en toute logique. 

Quant à ces femmes qui ont rejoint les rangs de Daech, il est clair que leurs velléités terroristes ne font guère de doute et qu’elles l’ont fait avec l’intention d’apporter leur contribution à Daech dans son projet apocalyptique. Elles n’y étaient pas par servir une cause humanitaire ni qu’elles ont été entraîné dans cette entreprise terroriste contre leur gré. 

La France se doit de les déchoir de leur nationalité pour indignation nationale et collaboration active avec une organisation terroriste qui œuvre à sa destruction.

Ces femmes et hommes qui ont combattu sous la bannière de Daech  se sont déchus de leur propre chef de leur nationalité française. 

 

 

 

Lettre non-voilée aux voilées : vous mentez à vous-mêmes et vous nous mentez

Chères dindes voilées intégrales et             partielles,

Au nom de votre Allah impuissant et impotent qu’il vous bénisse et vous accueille dans son paradis et maudisse vos hommes et les envoie cramer en enfer pour avoir fait de vous des zombie women of Satan, où vous pourrez jouir pour l’éternité d’Apollon à la puissance sexuelle de 100 Mahomet, ceci dit que pensez-vous de cette affaire qui secoue l’Iran en ce moment, une avocate musulmane comme vous condamnée à 38 ans de prison et 138 coups de fouet pour avoir défendu la cause des femmes qui font tomber le voile ?

Mesdames, si le port du voile est obligatoire là-bas pourquoi vous nous faites croire que son choix est un choix personnel, libre et non empreint de contrainte ? Ne me dites surtout pas que vous avez une meilleure connaissance de l’islam que les honorables et courageuses femmes iraniennes qui militent contre le voile de l’infamie, que vous êtes mieux cultivées et instruites qu’elles, car de vous à moi et vous le savez fort bien il n’y a pas photo entre vous. Ce serait faire insulte à ces admirables femmes;

Ne comparons pas l’incomparable et ne rabaissons les femmes iraniennes à votre niveau qui avaient vu leurs droits fondre comme neige au soleil à cause des maîtres-esclavagistes, je ne me permettrai jamais faire un tel parallèle entre vous et ces femmes instruites et connues pour leur haut niveau d’études majoritairement contrairement à vous dont la plupart d’entre vous n’ont jamais ouvert le Coran dans leur vie et vous savez bien pourquoi ? Illettrés et ignorantes.

Le port du voile n’est pas plus libre qu’un esclave obligé de porter ses chaînes. Je vous fais grâce de la vraie histoire du voile associée à la prostitution sacrée. Je crois même que le Calife Omar qui avait imposé le port du voile aux femmes musulmanes voulait voiler le démon qui sommeille en vous, et même avec le port du voile comme chez vos congénères égyptiennes cela ne vous protège guère des agressions sexuelles de vos primates en mal de sexe.

Si franchement son port n’était pas dénué d’arrière-pensée idéologique et politique dont vous êtes devenues le porte-étendard, vous pensez bien que vous ne l’auriez pas porté et vous savez comme moi que certaines d’entre vous le font par mimétisme ou contre leur gré, contraintes et forcées. 

En tout état de cause quels que soient les motifs qui prévalent à son port vous êtes sans savoir que pour votre Mahomet vous êtes la pire calamité qu’il n’ait laissé derrière lui à ses primates et que vous irez peupler en enfer. 

Vous mentez à vous-mêmes et vous nous mentez. Le voile ne fait pas la femme chaste et vertueuse et ça vous ne pouvez pas le nier. 

 

La Tunisie, vassale de la Turquie nazismaliste

Depuis qu’Ennahdha est au pouvoir la Tunisie est devenue une poubelle de la Turquie, pays qui lui-même n’est pas dans le respect des normes sanitaires et environnementales. Classée en queue de peloton des pays membres de l’OCDE.

A se demander si le simulacre révolutionnaire du 14 janvier 2011 n’était pas fait pour faire de la Tunisie une chasse gardée de la Turquie nazislamiste, car depuis cette date les Tunisiens achètent turcs, s’habillent turcs, se chaussent turcs, importent leurs biens d’équipements et leurs médicaments que de la Turquie et ce au mépris du principe de précaution sanitaire, bradent leurs entreprises privées et publiques en faveur des investisseurs turcs, aggravant de plus en plus la déficit commercial qui a doublé en l’espace de 8 ans passant de 965 millions de dinars en 2011 à 1826 en 2018.

https://www.ilboursa.com/marches/commerce-exterieur-ce-que-la-tunisie-importe-de-turquie_15388

Après avoir ruiné l’économie tunisienne au profit de l’impérialisme turc Ennahdha veut transformer la Tunisie en cimetière à ciel ouvert à la grande joie des rapaces turcs et leurs eunuques locaux.

Cette tragédie devrait réveiller les consciences tunisiennes assoupies. Si l’ on veut enrayer la chute vertigineuse du pays, les Tunisiens n’ont plus le choix des armes bouter les islamistes dehors ou  la mort irréversible de la Tunisie.

Le pays est complètement métastasé.

S’indigner c’est bien mais agir c’est mieux. Et par amour pour ces pauvres bébés les Tunisiens doivent se mobiliser comme un seul homme pour sauver le peu qui reste encore à sauver.

Les paroles ne vont pas les ressusciter mais seuls les actes comptent aujourd’hui pour qu’il n’y ait plus jamais ça.

Pour commencer, il faut exiger la démission de ce gouvernement laquais d’Ennahdha. 

La démission du ministre de la santé ne doit pas dédouaner pas dédouaner le premier ministre de ses responsabilités. Cette tragédie rejaillit sur tout le gouvernent et tout ^particulièrement sur son chef qui s’il avait un minimum d’honnêteté  intellectuelle, de dignité, et un fond d’humanité en lui il aurait pu présenter la démission de tout son gouvernement. Mais le courage politique n’est pas son point fort.

Il est interdit pour Facebook d’employer le mot muzz et de soutenir Zemmour

« Ils ont le droit de décapiter quand ils veulent où ils veulent et on lynche Zemmour pour des paroles qu’il n’a pas dites de surcroît. Je suis candidat à l’exil dans des contrées où je ne verrai plus jamais de muzz dans ma vie.  »

Un post daté du 20 décembre 2014 et qui me vaut une mise au purgatoire de 30 jours par Facebook alors même que j’ai été sanctionné au moins une vingtaine de fois depuis.

Manifestement Facebook n’en a rien à fiche du droit français en matière du délai de prescription  du délit d’opinion, indépendamment du fait que le post est dénué de tout caractère d’incitation à la haine envers quiconque.

Tunisie : les bébés morts à l’hôpital Wassila Bourguiba sont les conséquences de la politique criminelle d’Ennahdha

Tunisiennes, Tunisiens, les 11 ou 12 nourrissons  morts dans un hôpital public qui viennent s’ajouter à une longue liste des enfants morts dans les hôpitaux tunisiens dont on ignore encore la cause réelle de leur décès auraient pu être les vôtres, vos nièces et neveux, vos petits-enfants, les enfants de vos cousines, cousins et voisins.

Cette hécatombe dont on ne connaît pas encore les causes réelles qui vient de plonger le pays dans une horreur indicible alors qu’il est déjà meurtri par 8 ans de drames en tous genres, était déjà prévisible et inévitable sauf pour ceux pour ceux qui président à la conduite des affaires des pays et qui trouvent certainement leurs comptes dans le processus de la somalisation du pays et dans ce climat délétère de peurs et d’angoisses qui y règne. Comme s’il était en proie à une véritable guerre psychologique. Déstabiliser, fragiliser, affamer, appauvrir, effrayer pour gouverner.

C’est de pire en pire, la Tunisie pensait s’être tirée d’affaire après le Charybde de Ben Ali se retrouve emportée dans le tourbillon sans fin du Scylla islamiste.

Jamais dans son histoire post-coloniale elle n’a usé autant de ministres de la santé publique, onze ministres de la santé publique en 8 ans dont l’un d’eux est mort dans des circonstances mystérieuses, soit un ministre tous les 6 mois. Un record digne du Guiness des records. Après avoir été un secteur clé sous le règne de Bourguiba au même titre que l’éducation il est aujourd’hui un des parents pauvres de la Tunisie post-Ben Ali, secoué par des crises incessantes et des nominations incongrues et népotiques,  marqué ainsi par une instabilité chronique inquiétante qui laisse à penser que l’on met définitivement le cap sur une politique discriminatoire  en matière de santé publique amorcée par Ben Ali. Aux démunis les hôpitaux publics devenus des foyers d’infections bactériologiques où l’on y va pour mourir et aux nantis les cliniques privées où ils pourront se soigner grâce en grande partie à l’argent public.

Une politique de soins à deux vitesses axée sur des inégalités criardes sur le modèle turc cher à Ennahdha qui est d’assécher les finances publiques tunisiennes  et de creuser le déficit de la balance commerciale au profit de la Turquie devenue un partenaire commercial majeur de la Tunisie qui a vu ses parts dans les importations tunisiennes des produits pharmaceutiques.augmenter de plus de 24% en 2017. A croire que le ministre islamiste tunisien du commerce extérieur n’est pas un agent commercial de la Turquie en Tunisie qui en tout état de cause devrait être démis de ses fonctions ne serait-ce en tant que responsable de l’explosion du déficit de la balance commerciale tunisienne qui est passée de 10, 9¨% en 2009 à 16% en 20017 avec une pointe de 16,9% en 2015. Une aggravation corrélée à l’augmentation des importations des biens de consommation et de matières premières de la Turquie, le pays le plus corrompu de l’OCDE.

Sans vouloir faire un procès en inquisition à la Turquie islamiste mais il semble que la présence trop envahissante des produits basiques turcs en Tunisie  est porteuse des germes de la vassalisation du pays et la paupérisation des classes moyennes. Les secteurs qui faisaient la force du pays sont de plus en plus la cible d’une politique de délaissement et de pillage menée tambour battant par Ennahdha dont le secteur de la santé publique sujet à des vols considérables de médicaments et de matériels au bénéfice des bandes armées terroristes en Libye, le Sud tunisien et au Djebel Chambi.

On ne saurait dissocier la mort de ces pauvres innocents de la politique irresponsable et criminelle d’Ennahdha aux commandes du pays directement de 2012 à 2014 et en sous-main depuis 2014.

Leur mort est la parfaite illustration de la faillite du système de santé publique  en Tunisie, initiée et orchestrée par les islamistes.

Et s’il s’avère que la cause de leurs décès est due à un vaccin turc il appartient aux citoyens tunisiens d’en tirer toutes les conséquences dont le premier geste fort est le boycott de tous les produits turcs.

Continuer à acheter turc c’est se rendre complice de leurs meurtriers et encourager les milices islamistes pro turques dans leur entreprise de la mise à mort de la Tunisie.

Une telle tragédie sanitaire et humaine ne doit pas rester sans suite.

Pourquoi les terroristes musulmans sont irrécupérables pour la société

La justice républicaine à cause de son angélisme humaniste et ses mécanismes protecteurs des droits de la défense fussent-ils des terroristes,  est leur meilleure alliée et parapluie, car ils savent qu’elle ils pourront toujours récidiver à leur sortie de prison où ils auront tout le loisir à ruminer leur rancoeur et leur revanche aux frais des contribuables. Pour ceux qui d’entre eux sont pressés d’en découdre ils pourraient toujours aiguiser leurs couteaux sur leurs surveillants, devenus leur cible prioritaire depuis 5 ans.

https://www.lepoint.fr/faits-divers/ce-qu-on-le-sait-de-michael-chiolo-l-assaillant-de-la-prison-de-conde-06-03-2019-2298427_2627.php

Le gouvernement français pour complaire à ses « citoyens » musulmans, des électeurs à soigner dans le sens de la direction de leurs prières, peut toujours faire rapatrier ses ressortissants terroristes détenus dans des camps au Kurdistan, mais est-elle consciente des risques gravissimes qu’elle fait encourir à ses citoyens dans 10, 15, 20 ans car un terroriste ne renonce jamais à ses desseins meurtriers ?

Sait-elle qu’un bon terroriste est un terroriste qui meurt dans la voie d’Allah et ne vit que par et pour la mort d’autrui, il n’aura de cesse tant qu’il n’aura pas accompli sa mission ?

Croire en sa rédemption est comme si l’on croit que le soleil gravite autour de la terre.

Si certains d’entre eux font des pieds et des mains pour regagner la France ce n’est certainement pas pour négocier un nouveau départ après avoir purgé leur peine, c’est surtout pour eux le seul mayen de rester en vie pour pouvoir recommencer. Il est plus facile de neutraliser une bombe nucléaire que de vouloir chercher à rendre inoffensif un terroriste. Il a fait de la mort son idéal de vie, il ne peut concevoir sa propre vie qu’en fauchant d’autres vies dans la destruction de la sienne.

Le fait même qu’il a échappé à la mort dans un attentat terroriste et s’est trouvé donc contrarié dans son projet de rejoindre le grand bordel de ses tenanciers vénérés Allah et Mahomet auquel il aspire  à l’exemple de Mohamed Mérah, cela ne fera que décupler sa rage contre ces « chiens d’infidèles », des « bêtes de la pire espèce » aux yeux d’Allah selon le Coran  qui n’ont pas voulu faire de lui un martyr.

C’est au nom de la charia que les djihadistes commettent des crimes contre l’humanité

Musulmanes, musulmans, collabos, idiots utiles, islamo-naïfs, néo-soumis, islamistes, en quoi est-ce un crime que de dénoncer la charia, la loi de l’islam, et de la qualifier du pire crime contre l’humanité et de crime contre les droits de la femme et les droits humains ?

Défendre la charia c’est défendre les lois raciales nazies.

C’est en son nom que l’Arabie Saoudite a requis la peine de mort contre des militantes des droits de l’homme.

C’est en son nom que la femme n’est pas l’égale de l’homme.

C’est en son nom que le témoignage de la femme vaut la moitié de celui de l’homme.

C’est en son nom que la femme touche une demi-part dans l’héritage par rapport à l’homme.

C’est en son nom qu’une femme violée est coupable et son violeur est innocenté.

C’est en son nom que les gens du livre jouissent du statut de dhimmis.

C’est en son nom que les travailleurs étrangers dans les pays de la rigueur chariatique sont placés sous le régime de la kafala.

C’est en son nom que les terroristes commettent leurs attentats partout dans le monde.

C’est en son nom que les musulmans veulent détruire l’Occident et défigurer son paysage humain.

C’est en son nom que les musulmans sont entrain d’islamiser des pans entiers des territoires européens.

C’est en son nom que le voile prolifère à la vitesse grand V.

C’est en son nom que le monde est devenu un volcan en ébullition.

C’est en son nom que les femmes sont des incapables majeures et placées sous la tutelle des hommes.

C’est en son nom qu’on lapide jusqu’à la mort la femme adultère.

C’est en son nom que la femme est assimilée à un champ de labour.

C’est en son nom que la femme est jugée dépourvue de foi et de raison.

C’est en son nom qu’elle hérite de la moitié de la part de l’homme.

C’est en son nom que l’on marie des fillettes de 8 ans.

C’est en son nom que les djihadistes sèment la mort.

C’est en son nom que l’Etat islamique décapite les otages chrétiens et coptes et les immole.

C’est en son nom que les Juifs et les Chrétiens ont été chassés de leurs terres ancestrales.

C’est en son nom que l’antisémitisme a explosé en France.

C’est en son nom que la profanation des cimetières chrétiens et juifs et les églises se banalisent.

C’est en son nom que la profanation des cimetières chrétiens et juifs et les églises se banalisent.

C’est en son nom que les musulmans ne sont tenus au respect d’aucun pacte avec les non-musulmans.

C’est en son nom que l’on tue et emprisonne les apostats. C’est en son nom que la femme musulmane n’a pas le droit de se marier à un non-musulman.

C’est en son nom que les libertés publiques sont interdites dans les pays musulmans.

C’est en son nom qu’aucun pays musulman n’a pas adhéré à la Charte universelle des droits de l’homme et du citoyen.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info

Reine d’un jour, violentée et humiliée pour toujours

110 ans que le monde célèbre le 8 mars la journée internationale de la femme ou des droits de la femme mais 110 ans que rien ne se passe et dans de nombreux pays dans le monde c’est pire qu’avant.

A qui ça sert de lui consacrer une journée hommage alors que des millions de femmes sont violées de par le monde et d’autres tombent tous les jours sous les coups de leurs conjoints ?

La fête de la femme est quand l’homme aura appris et compris qu’une part de la femme vit en lui et qu’en maltraitant et méprisant la femme et la chosifier, il ne fait en réalité que projeter sur sa propre haine de lui-même.

Elle n’a pas être l’avenir de l’homme, elle est avant tout et surtout l’avenir d’elle-même. Le jour où elle sera maîtresse de son destin c’est l’humanité tout entière qui en sera bénéficiaire.

En proie depuis toujours à la tyrannie de l’homme, ce n’est pas en la flattant une journée que l’on va la libérer de ses griffes. Il faut éduquer l’homme au respect de la femme et lui faire prendre conscience que son destin ne pourra pas s’écrire aux dépens de celui de la femme.

La femme est elle-même sa propre ennemie comme c’est le cas dans certaines cultures dominées par le phénomène religieux plutôt que de chercher lutter pour son émancipation se fait une gardienne zélée de sa geôle au nom de la préservation des traditions machistes, sexistes, discriminatoires et négatrices des droits de la femme ne serait-ce sur ses choix de vie les plus élémentaires et sa néantisation.

Elle n’existe pas pour l’homme et par l’homme, elle existe pour elle-même.

Elle n’est ni un catalyseur ni une balise pour l’homme.

Faire d’elle l’avenir de l’homme revient à ne pas lui reconnaître le sien. Comme si elle n’avait pas une existence propre et doit œuvrer à aider l’homme à construire la sienne.

Toutes les voilées ne sont pas des ennemies publiques, mais leur voile est un danger public

Avec cette affaire de l’homme le plus recherché de France Redouane Faïd, meurtrier de la policière municipale Aurélie Fauqet, qui portait la burqa pour passer inaperçu dans les rues de Lille va-t-on enfin interdire le voile de l’espace public au nom de la sécurité des citoyens ?

Si cet individu s’était fait coincer dans une gare aux heures de pointe a t-on idée de l’étendue des dégâts que cela aurait dû provoquer ? il y a peu de chance qu’il se serait rendu comme un gentil toutou.

Armé jusqu’aux dents, il n’aurait pas hésité à tirer dans la foule comme il l’avait fait le jour où il avait abattu de sang froid la policière municipale.

On a échappé à un véritable carnage La police ne peut pas elle-même faire son travail de protection des citoyens si elle n’est pas en mesure de fouiller systématiquement tout individu qui se dissimule derrière le voile. Comment savoir s’il ne transportait pas sur lui à l’abri de son accoutrement un véritable arsenal de guerre ou tout simplement qu’il fait l’objet d’un mandat de recherche ?

Mais plutôt que de se livrer à la chasse des voilées intégrales ou non, il faut étendre la loi de 2010 qui interdit de se voiler le visage à tout le reste du corps. Autrement dit de ne plus se couvrir de pied en cap et laisser apparaître de manière distincte ses habits. le voile dans le cas d’espèce ne peut que dévoiler les intentions malveillantes des personnes qui le portent.

La laïcité n’est pas une foire d’empoigne où chaque individu cherche à imposer et à promouvoir les signes extérieurs de sa religion.

La religion et ses apparats ne doivent pas venir polluer l’espace commun des citoyens. Il y a des normes vestimentaires qui doivent être respectées de tous et nul besoin de porter sa religion en bandoulière. Surtout en ce temps de guerre qui ne dit pas son nom, avec des menaces terroristes de plus en plus pesantes, on ne peut se permette de faire l’économie du principe de précaution et laisser le voile quelle qu’en soit la forme proliférer en toute liberté.

Interdire le voile est aussi une priorité dans la lutte contre le crime et le terrorisme. Ce n’est pas en laissant des individus ressemblant à des sacs poubelles mobiles que l’on va pouvoir l’éradiquer.

En interdisant le voile on prévient les mauvais usages qui pourraient en être faits. Toutes les voilées ne sont pas un danger public mais le voile peut être une source de danger pour le public..

Le voile n’est pas un serre-tête, son port est le déni à la femme de ses droits humains

En Iran des femmes  clament au péril de leur vie : le voile est ma prison. A des années-lumière de ces femmes musulmanes en Occident toutes « fières  » d’arborer le symbole de leur état de double asservissement à l’islam et aux hommes musulmans  qui insultent la liberté en proclamant que le voile est leur liberté.

Si elles connaissaient la vraie histoire des origines du voile elles ne seraient pas fières de le porter. Se sentiraient-elles peut-être plus à l’aise dans leur accoutrement pour dissimuler leur vraie nature de digne héritière des prostituées sacrées de Babylone.

https://www.questionsenpartage.com/le-voile-une-histoire-qui-commence-avec-la-prostitution-sacr%C3%A9e-en-assyrie

Elles ne sont pas conscientes qu’elles sont les meilleures alliées de leurs bourreaux et les pires ennemies d’elles-mêmes. Le port de voile n’est ni pudique ni digne, il porte en lui les marques de l’infamie et son bannissement social, intellectuel et humain :„

Mais pourquoi nos femmes s’affublent-elles encore d’un voile pour se masquer le visage, et se détournent-elles à la vue d’un homme? Cela est-il digne d’un peuple civilisé? Camarades, nos femmes ne sont-elles pas des êtres humains, doués de raison comme nous? Qu’elles montrent leur face sans crainte, et que leurs yeux n’aient pas peur de regarder le monde! Une nation avide de progrès ne saurait ignorer la moitié de son peuple!“ — Mustafa Kemal Atatürk

Source: https://citations-celebres.fr/citations/495009-mustafa-kemal-ataturk-mais-pourquoi-nos-femmes-saffublent-elles-encore/

Entre les héroïnes iraniennes et les marionnettes voilées occidentales, c’est la différence entre la lumière et l’obscurité, le savoir et l’ignorance et Pasteur et Mahomet .  Toute comparaison entre elle est une injure à ces femmes qui foulent à leurs pieds le voile de la honte et du déni aux femmes à leurs droits humains les plus élémentaires, Ces femmes iraniennes sont cultivées et instruites contre à ces femmes musulmanes qui polluent avec leurs torchons et leurs linceuls le paysage humain en Occident, majoritairement décérébrées, illettrées et incultes.

Des femmes qui ont lu le Coran et celles qui ne l’ont jamais ouvert dans leur vie.

Les premières connaissent le sens des mots et se battent contre la dictature des Mollahs qui veulent leur imposer le port du voile à la différence de ces femmes-sandwichs qui font sa publicité en Occident au nom de leur droit à la liberté de s’aliéner encore plus et de servir de faire-valoir aux organes de la propagande islamique.

Le voile islamique ne peut être une affirmation de la liberté ici et synonyme de la discrimination  et d’infériorisation de la femme dans les cintrées musulmanes où elles risquent la lapidation, la prison voire la mort si elles refusent de le porter.

Et là où justement elle est mieux armée intellectuellement comme en Iran et moins manipulable et influençable que la musulmane voilée en Occident qui est une sorte de femme sandwich pour faire la promotion de l’islam arrogant et de plus en plus visible.

La France n’y est pour rien dans les maux qui gangrènent l’Algérie depuis son indépendance

Des copains algériens doctorants en science po me disaient au début des années 80 que la malheur de l’Algérie est de ne pas avoir un homme de l’étoffe de Bourguiba qu’ils seraient de le changer contre Boumedienne, produit de l’Université islamique de Zeitouna.

Ces hommes n’ont jamais fait de la France responsable de la gabegie qui régnait en Algérie à cette époque.

En quoi peut-elle l’être ?

Ce n’est pas la France qui a été l’artisane des choix de la politique internationale de l’Algérie. Ce n’est pas elle aussi qui est l’origine de l’explosion de la démographie algérienne, multipliée par 4 depuis 62.

Ce n’est pas la France non plus qui a favorisé l’arabo-islamisation de la société algérienne. C’est Boumedienne qui préférait savoir les Algériens dans les mosquées et s’adonnant à la lecture du Coran plutôt que de s’ouvrir sur le monde.
C’est encore lui qui a accueilli en masse les frères musulmans égyptiens et tunisiens dont Youssouf Kharadhaoui et les prédicateurs saoudiens. Il regardait surtout vers l’Orient arabe et obscurantiste et était un grand admirateur de l’ex URSS, pour afficher son rejet viscéral de l’Occident.

Cet homme a fait le lit à l’islam rigoriste dans ce pays avec les conséquences tragiques que l’on connaît.

Ce sont des Algériens qui gouvernent ce pays depuis 57 ans qui ne cessent de dilapider ses richesses naturelles, qui n’ont pas su ou voulu diversifier ses exportations et son mode de production. Ils mènent une guerre larvée au Maroc et qui préfèrent se lancer dans une course à l’armement plutôt que dans la recherche scientifique et médicale.

Les dirigeants algériens ne sont pas des préfets aux ordres de la  France pour être  tenue  pour  responsable des maux de l’Algérie aux plaies multiples : chômage des diplômés, des fuites des cerveaux, de la détresse des jeunes algériens qui rêvent de fuir le pays, de la souffrance du peuple algérien, du régionalisme exacerbé, du clientélisme, du népotisme, des classes surchargées, de l’arabisation de l’enseignement, des pénuries alimentaires, d’eau et de médicaments, des manques d’infrastructures routières, d’offres de soin, de la crise aiguë de logements, de la lourdeur bureaucratique, de la corruption , de la fuite des capitaux, de la condition féminine, des échecs de la révolution agraire et de la politique imbécile de l’industrialisation au temps de Boumedienne ….

Le pouvoir est entre les mains des Algériens.

Si elle en est là c’est la faute à tous ces gouvernements d’incompétents et irresponsables qui ont le souci de leurs intérêts personnels que ceux du peuple. L’Algérie est une vache à lait du FLN.
L’affairisme, l’opportunisme, l’avidité et l’antipatriotisme sont les maîtres mots de leur mode de gouvernance .

Que les Algériens comparent l’état de leur pays dans les années 60 avec celui de la Corée du Sud, ils comprendront mieux que les richesses naturelles ne font pas la grandeur des nations.

 

La quadrature du cercle du rapatriement des enfants nés de parents terroristes

Des femmes et leurs enfants évacués de Baghouz, le dernier réduit de Daech en Syrie.

Les droits de l’enfant sont inaliénables et indiscutables mais les proches des parents terroristes de ces enfants  qui portent plainte contre l’Etat français auprès du Comité des droits de l’enfant de l’O.N.U. ont-ils raison de le faire ?

Du point de vue de la morale la réponse est non mais comme le droit et la morale ne vont pas souvent de pair tout laisse à penser que les juristes d’opérette des Nations Unies pourraient juger du ben-fondé de leur plainte.

Mais les plaignants ont-ils pensé aux enfants et à leurs parents victimes de la barbarie sans nom des leurs ?

S’il est normal qu’ils s’inquiètent du sort de leurs petits-enfants, leurs neveux et nièces, ce qui l’est moins aucune condamnation ni indignation dans leurs bouches des actes de cruauté et des crimes contre l’humanité des pères et mères djihadistes de ces enfants. Ce serait leur faire injure que de leur demander de compatir pour les victimes.

La France a un devoir envers ces enfants en question nés de parents français, car déchirer son passeport n’est pas un acte de renonciation à la nationalité française contrairement aux allégations mensongères de Dupont Ngan Ngan, et ne peut s’y soustraire pour quelque motif que ce soit en sa qualité d’Etat-partie de la Convention internationale des droits de l’enfant, la C.I.D.E., dont elle a été une grande inspiratrice.

On ne saurait croire que la France puisse enfreindre les dispositions de les articles 6 et 8 par exemple de ladite convention :

article 6 :

1 l Les États parties reconnaissent que tout enfant a un droit inhérent à
la vie.
2 l Les États parties assurent dans toute la mesure possible la survie et
le développement de l’enfant

article 8 :
1 l Les États-parties s’engagent à respecter le droit de l’enfant de préserver son identité, y compris sa nationalité, son nom et ses relations
familiales tels qu’ils sont reconnus par loi, sans ingérence illégale.
2 l Si un enfant est illégalement privé des éléments constitutifs de son
identité ou de certains d’entre eux, les États parties doivent lui accorder
une assistance et une protection appropriées, pour que son identité soit
rétablie aussi rapidement que possible.

Le droit interne français qui ne peut être en deçà de la C.I.D.E ne prévoit pas non plus la rupture des liens entre les enfants et leurs parents, même lorsque les enfants sont victimes de violence sexuelle. Au nom de l’intérêt supérieur de l’enfant tout est mis en oeuvre pour préserver les liens familiaux et le maintien de l’autorité parentale.

Les faire revenir sans leurs parents et surtout sans l’accord express de leurs parents est une quadrature du cercle sauf si leurs parents renoncent à leurs droits parentaux afin que des procédures d’adoption puissent être mises en place.

La France est confrontée à un véritable casse-tête juridique. Il s’agit des droits d’enfants mineurs qui ne peuvent pas faire l’objet de surenchère politique et être mis sur le banc des accusés et ce n’est pas en s’indignant de leur retour inevitable et en poussant des cris d’orfraie que l’on va pouvoir le résoudre.

La vérité n'est pas un crime, seul le mensonge l'est

%d blogueurs aiment cette page :