On tue aussi bien au nom de l’islam qu’au nom du suprémacisme blanc comme aux E.U.

Rien a changé aux EU où la police continue à tuer des noirs et à les humilier comme cet homme noir traîné avec une corde au cou par deux policiers à cheval parce qu’ils sont noirs.

Est-ce ces deux policiers noirs l’auraient fait avec un noir ?

La simple couleur de peau suffit pour condamner un noir à mort. Comme pour le nazisme et l’islam, ce qui n’est pas comme soi est forcément un ennemi qu’il est légitime d’éliminer.

Diaboliser l’autre en l’affublant de tous les stéréotypes infâmes pour motiver le verdict de sa mise à mort purificatrice.

Les clichés ont plus que jamais la vie dure, l’humanité a beau soi-disant être entrée dans une ère de communication sans précédent dans son histoire fonctionne sur le même modèle d’algorithme.

Les frontières idéologiques et raciales entre les hommes ne se sont pas estompées pour autant et le suprémacisme aussi bien blanc que musulman ne s’est jamais si bien porté avec un avantage certain pour le dernier. C’est celui qui tue le plus.

Un noir reste un noir il est condamné par la police américaine pour le fait de l’être. Un non-musulman est jugé un ennemi de l’islam et mérite d’être mis à mort pour ne pas être musulman.

Toutes choses étant égales par ailleurs un tel parallèle entre la police américaine et l’islam n’est pas si déplacé que cela. Car un noir peut être condamné par la police elle-même qui se fait son juge à la fois pour le simple fait qu’il est noir et en islam un djihadiste massacre des non-musulmans parce qu’ils sont jugés comme les ennemis de sa religion.

C’est toujours cet autre qui reste suspect, un danger potentiel de ne pas être ce qu’ils sont. Ils doivent l’éliminer de leur espace de vie. Un indésirable, un intrus qui n’a pas sa place parmi eux. Rien qu’en France là où les musulmans se sont installés plus aucune présence dans leurs quartiers autres que la leur. Une espèce de nettoyage religieux se fait le plus normalement du monde sans que les pouvoirs publics s’en rendent compte. Ou plutôt si mais ils font l’autruche pour au nom de la paix sociale

Un environnement assaini de la présence de l’intrus, cet étrange humain qui n’est pas si humain qu’il en l’air, un porc, un singe, un âne pour les musulmans par exemple. Il ne ressemble pas à ce qu’ils sont et n’adhèrent pas à leur modèle de valeurs et de croyance. Ils sont la caste des Brahmznes qui doivent vivre dans un environnement pur et qui ne doit pas être profané par les intouchables.

Ce noir et ce non-musulman sont porteurs du virus de la corruption, de la transgression et de la perversion morale dont il faut protéger les honnêtes gens dans un cas et protéger l’Oumma islamique.

La peur de l’autre est la première cause des tourments de l’humanité.

L’être humain n’a pas pris conscience que celui qui est différent de soi n’est pas un ennemi et que personne n’a choisi à sa naissance ses apparences physiques ou sa croyance.

Mais c’est comme si c’était le cas et on le punit pour ne pas répondre aux critères de couleur et de religion de ses bourreaux.

Être né noir ou non-musulman serait une sorte de malédiction « divine », un sacrilège qui mérite un châtiment de mort.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.