Rached Ghannouchi, l’enfant naturel d’Adolf Hitler

rached-ghannouchi-ennahdha

A quoi sert la démocratie chez les musulmans ? Seul le terroriste Rached Ghannouchi saura y répondre.

Rached Ghannouchi (arabe : راشد الغنوشي), de son vrai nom Rached Kheriji (راشد الخريجي), né le  à El Hamma de Gabes est un terroriste jamais repenti et l’une des principales têtes pensantes du terrorisme islamiste. Girouette notoire, du nassérisme il est passé au khoméinisme révolutionnaire :

« L’établissement de la république islamique en Iran sous la conduite de Khomeiny et des ulémas est l’exemple à suivre et la preuve que l’établissement d’une véritable République Islamique est possible » selon J. Loiselet, « Le Mouvement de la Tendance Islamique en Tunisie », Beyrouth, Centre d’études pour le monde arabe moderne, 9 mai 1987 [archive].

A son retour en Tunisie en 2011 au lendemain de la chute rocambolesque de Ben Ali après son exil doré en Angleterre où il était agent des services secrets britanniques MI6 entrecoupé par des visites en catimini à son maître et sauveur Ben Ali auquel il lui doit la vie et sa fuite de la Tunisie, il se voyait une réincarnation de Ayatollah Khomeini, des Tunisiens, leur morsched, un Führer, ce qui va de soi pour un islamiste patenté et frère musulman convaincu dont la figure tutélaire Hassan Al-Banna était un fervent admirateur d’Adolf Hitler et de Mussolini, et ami personnel du Mufti Al-Husseini dont il chantait les louanges en 1946 quad il parvint à se réfugier en Egypte :

 » La valeur du Mufti est égale à celle d’une nation entière …ce héros, oui ce héros, qui a défié un empire et combattu le sionisme avec l’aide d’Hitler et de l’Allemagne. L’Allemagne et Hitler ne sont plus là, mais Amine Al-Husseini poursuivra le combat. »

Un homme dont la pensée politique est façonnée par les Frères musulmans ne peut que baigner dans les eaux nauséabondes du nazisme, de l’antisémitisme, du terrorisme et de l’hégémonisme.

En faisant de lui la figure centrale de leur paysage politique les Tunisiens ont signé l’arrêt de mort de leur pays devenu le premier exportateur au monde des djihado-terroristes et des djihadistes du sexe où Ghannouchi a joué un rôle éminent en qualité de chef des réseaux de recrutement.

Assoiffé de revanche sociale, un raté, pur produit des kottab, les écoles coraniques, pionnier du terrorisme islamique, se voulant Maître de la Vérité, mégalomane et mythomane notoire, se prévalant du titre ronflant de vice-président de l’Union des Savants Musulmans ( charlatans est plus convenable à son rang de terroriste illuminé), souffrant des délires de l’éternel persécuté, exerçant un pouvoir sans limite sur ses adeptes caractérisé par un système de forte dépendance financière, se prétend investi d’une mission d’ordre divine comme s’il était le nouveau Guide qu’Allah aurait missionné pour accomplir sa volonté sur terre.

N’hésitant pas pour ce faire de s’affubler du titre d’Habib Allah qu’on peut traduire par l’élu du coeur d Allah ou son amant. C’est un gourou psychopathe de la lignée de Charles Manson ou du fondateur d’Ika, la secte Moon l’honorable Young Myung Mun.

En réalité, l’imposteur Raspoutine Ghannouchi, rejeton bâtard d’Adolf Hitler se veut plus Allah qu’Allah lui meme,cruel, fourbe, aigri, perfide, opportuniste, rancunier, girouette au gré de l’humeur du vent de Sirocco, et à la vengeance tenace voue une haine pathologique à feu Bourguiba qui continue encore à voir en lui jusqu’aujourd’hui l’ennemi à abattre, le diable en personne, l’apostat, celui auquel Allah réserve les feux de l’enfer.

Alors qu il est de tradition chez les Musulmans malékites d’invoquer le pardon de Dieu pour le défunt quel qu’il soit parce qu’ils considèrent à juste titre que seul Dieu a le pouvoir de juger ses hommes et surtout que nul n’a le droit de salir ou jeter l’opprobre sur la mémoire des disparus

Mais le gourou et chef milicien Rachid Ghannouchi aux mains trempées de sang humain, grand inquisiteur et haineux devant l’éternel n’en a cure de tout cela et de la tradition d’obédience malékite, il est islamiste tendance hanbalite, s’il ne tenai qu’à lui il aurait exhumé Bourguiba de sa tombe pour lui broyer ses os.

Le parfait illuminé se croyant investi d’une mission divine de ré-islamisation de la Tunisie en attendant de partir à la reconquête de l’Espagne et faire tomber l’Etat d’Israël à l’horizon 2025 comme il l’avait promis à ses affidés. Atteint de véritables délires de grandeur, une petite personne insignifiante et lâche, inculte, ne sachant s’exprimer qu’en arabe, la langue de ses colons, drapée dans un costume trop large pour ses épaules mais il a la Tunisie à ses pieds voire le monde. Un ami de Ben Laden jouant dans la cour des grands de ce monde. Reçu avec les honneurs  dans la Cour royale d’Angleterre, à Davos et à l’Assemblée Nationale française, alors qu’il devrait finir ses jours derrière les barreaux. Il est irresponsable qu’on laisse cette engeance prospérer en toute impunité.

En tant que frère musulman il oeuvre pour l’instauration d’une république islamique en Tunisie sur le modèle de l’Iran dont il sera le chef spirituel et le maître d’oeuvre idéologique et l’architecte politique. Une république débarrassée des influences occidentales fermée aux courants laïques et progressistes, ancrée dans les préceptes de l’islam.

Une Tunisie où n’est tunisien que celui qui est musulman, comme il l’appelle de tous ses voeux qui n’est pas sans rappeler la Loi raciale de Nuremberg n’est allemand que celui qui a du sang aryen dans les veines.

il est en  mission commandée ayant pour objectif de faire émerger une cité islamique gouvernée au nom d’Allah réservée aux seuls musulmans reliés entre eux par le seul sentiment d’appartenance religieuse qui exclut toute forme de compassion, de solidarité, de tolérance, de contact avec tout ce qui ne possède pas le caractère musulman.

Cité de la relégation des femmes et de laquelle seront exclus les homosexuels, les incroyants, les démocrates et les laïques auxquels le gourou psychopathe voue une véritable aversion.

Passé maître dans l’art de la culpabilisation des disciples, l’art de la manipulation mentale et des promesses de récompenses pécuniaires et célestes, et ce malgré un passé criminel très lourd, il a pu se refaire une virginité et séduire tous ces pauvres d’esprit qui le portent au pinacle et le vénèrent comme un cheikh élu par Allah lui-même.

Voilà pourquoi les âmes égarées dans la jungle islamique se laissent prendre au piège de ses délires mystico- sectaires. Son argumentaire se résume ainsi : Si vous ne voulez pas rater le train du paradis, vous savez ce qui vous reste à faire votez pour Ennahdha. Alors que de tels individus ne devraient pas en toute logique prétendre à l’exercice de plein droit de leurs droits civiques.

On ne combat pas le péril musulman avec l’intox

C’est connu plus le mensonge est gros plus il est gobé par les crédules et les moutons de Panurge avides d’intox pour nourrir leurs élucubrations hallucinatoires. Ils l’ont entendu dans la bouche d’untel, ils le relaient avec force et conviction sans jamais se donner la peine de démêler le vrai du faux. Il a été dit et doit être pris pour une vérité absolue comme cette histoire du chiffre de 80% de la population carcérale en France, qui sont de confession musulmane mais quand on assène des vérités on doit les étayer sinon on est pas crédible.

Il faut savoir que toutes les peines ne sont pas exécutées et que des dizaines de milliers d’individus bénéficient d’un aménagement de peine quand ils sont insérés dans la société.

En principe les condamnés à une peine de prison de moins de 2 ans ne sont pas écroués automatiquement mais il arrive que des peines de 3 mois soient suivies d’effet.

On ne peut pas lutter contre l’ennemi avec nos stéréotypes et nos préjugés de caniveaux.

Il faut être rigoureux et objectif dans ses accusations si on veut faire avancer notre cause.

Je ne suis pas dupe de la mentalité de mon ennemi qui nourrit que haine et mépris à mon égard pour le simple fait que je n’appartiens pas à son système de croyance. Je suis un impie à ses yeux, un être immonde, l’ennemi à l’abattre dont il faut purifier la terre de sa présence. Mais jamais je ne ferai de mes ressentiments et des rumeurs une arme pour le combattre et aller puiser mes arguments dans les fonds de la poubelle.

Je m’emploierai à le démonter avec les arguments implacables dûment étayés de la voix de la raison.

Ce n’est pas en affirmant des vérités indémontrables qui frisent le ridicule par moments que l’on va convaincre l’opinion publique du bien fondé de notre combat.

On ne gagne pas la guerre en calomniant l’ennemi. 

La circoncision est une atteinte à l’intégrité physique et psychique de l’enfant

La circoncision devrait être bannie de la surface de la terre comme l’excision. Au nom de quoi on mutile le corps des enfants ?

Personnellement je ne suis pas tombé dans le piège de cette tradition sanguinaire, mes 2 garçons n’ont pas été circoncis par respect de l’intégrité physique de leur corps d’un accord commun avec leur maman. Je ne voulais pas qu’ils connaissent mon traumatisme, le pire souvenir de ma vie.

Je l’avais vécu comme un viol de mon corps. J’avais 7 ans quand mon père voulait m’infliger cette séance de torture. Je ne pouvais pas m’y RÉSOUDRE, personne n’avait de droit sur mon corps fût-il mon père. Il est à moi et et ne pouvait pas être ritualisé.

Enfant je ne supportais pas la vue du sang et voilà qu’on allait me saigner comme un mouton et que je devais être témoin de l’écoulement du mien au prix ma souffrance physique et psychique.

L’horreur absolue

On m’avait expliqué que la circoncision était la voie pour rentrer de plein pied dans l’islam, pour toucher mon Graal islamique alors qu’elle ne repose sur aucun prescrit coranique.

J’étais déjà allergique à l’islam. Dès mes premiers mots j’étais dans l’insulte d’Allah et de son Mahomet. Le roi du blasphème qui devait payer de sa chair son allégeance à une divinité à laquelle il était allergique.

Je croyais trouver mon salut en prenant la fuite le jour j mais j’avais fini par être rattrapé à quelques centaines de mètres de la maison parentale pour être livré à mon boucher.
Quel que soit l’âge rien ne peut légitimer cet acte si ce n’est la barbarie.
Je ne puis effacer ce jour maudit de ma mémoire.

Toute religion qui sacralise la mutilation du corps de l’enfant est une religion infanticide.

Le voile en islam est la négation de la femme en tant qu’être humain à part entière

Une amie psychiatre associait le port du voile à la dépression.

C’est faire fi des autres raisons prévalant à son port. Son port n’est pas plus libre que le choix d’une musulmane de son conjoint. Il est la manifestation d’autres phénomènes tels que les prescriptions coraniques, les prêches dans les mosquées, la propagande idéologique et le contrôle social.

Inconsciemment ces femmes très souvent incultes et décérébrée, facilement influençables et manipulables, portent le voile sans savoir vraiment pourquoi le font-elles. Elles le portent croyant que c’est un choix personnel sauf quand un choix se répand comme une traînée de poudre et devient viral ce n’est plus l’expression d’une décision personnelle mûrement réfléchie, il n’est plus un choix personnel, c’est une obligation qui a été insidieusement instillée dans leur esprit en leur donnant l’illusion qu’elles ont été les maîtresses de leur choix.

 

La voilée est un mouton de Panurge par excellence. Le voile est son cordon ombilical qui la relie à sa communauté. Elle se comporte selon ce que les autres décident pour elle, autrement dit les hommes. En tant que femme elle leur doit crainte et obéissance. il n’est pas question pour elle de leur désobéir et les désavouer si elle ne va s’attirer leurs courroux et de finir dans la Géhenne.

Elle ne le porte pas par convictions, quand on est convaincu on ne fait pas les choses pour ressembler à l’autre. La voilée peut tout aussi bien faire comme sa cousine ou sa voisine : « Ma cousine et ma voisine s’y sont mises et pourquoi pas moi ?  » Elle le fait comme un singe singeant son dresseur. Sans jamais se poser de questions sur le sens véritable du voile, de se demander pourquoi sa propre mère ne l’avait pas porté et en quoi le voile va changer le cours de sa misérable existence. Se poser de questions est un signe de bonne santé mentale. Or, en islam on doit s’identifier aux membres de sa communauté. On vit comme eux, on est pas soi, on est la négation de soi, car  l’individu n’a pas d’existence propre, La voilée ne fait que reproduire ce que ses congénères font, elle ne peut se différencier d’elles. Elle suit le mouvement stupidement le mouvement et sans qu’elle soit intriguée par la virulence langagière des défenseurs masculins du voile.

On est en présence d’un système pervers et pernicieux qui donne l’impression à celle qui le porte qu’elle l’a fait de sa propre initiative sans se demander mais c’est curieux que toutes les musulmanes en France comme ailleurs le font simultanément ?

Ces femmes ne sont pas venues au voile en rencontrant leur Allah ensemble c’est en regardant assidûment ces diffuseurs du virus wahhabite qu’elles ont été contaminées en même temps et ont opté pour son port.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

J’en ai que faire des croyances et des prophètes

J’en ai que faire:
de la foi,
des traditions machistes et misogynes,
de vos dogmes liberticides,
de vos livres pas plus sacrés qu’ils en ont l’air,
des pseudos alliances entre un dieu imaginaire et les hommes,
des révélations,
de vos apocalypses,
des supposées lois divines, des tables de loi,
des messies,
des prophéties,
des religions qui se veulent plus parfaites les unes que les autres,
des liturgies, des enseignements religieux,
de la Genèse et du Deluge,
des messagers,
des guides-gourous,
des récits fabules bibliques,
des ascensions, des paraboles,
de dieu-créateur de rien en réalité,
de la nature divine de tel messie,
des prétendus investissements par ce dieu imaginaire de certains peuples pour porter sa parole,
du jugement dernier,
du paradis et de l’enfer,
des anges et des démons,
de l’antéchrist,
de Mahomet le malfaisant,
de la nuit du destin,
du verbe incréé,
des tourments de la tombe
Je m’en fous des inepties des religions. Je ne m’en fous pas en revanche de tous les maux don’t ils sont là cause depuis qu’elles existent et de leur histoire sanguinaire.
Je n’aime pas les religions parce qu’elles classent et hiérarchisent entre les hommes.
Pourquoi définissent-ils les leurs en Juifs, Chrétiens et musulmans et ceux qui n’y sont sont des êtres impurs et intouchables ?
Je n’aime pas les religions car elles rendent les hommes plus cons, intolérants, fanatiques, méprisants et supremacistes qu’ils ne le sont ?
De toute évidence toute religion qui met dans le crâne des siens un complexe de supériorité pour avoir été choisi par dieu ne peut qu’engendrer que le malheur des hommes. A cause de leurs interdits ils sont les premiers obstacles à la paix et à la cohabitation entre les humains.
On nait sans religion, on a pas besoin d’elle pour évoluer et vivre.

On ne lutte pas contre le péril musulman avec l’intox

C’est connu plus le mensonge est gros plus il est gobé par les crédules avides d’intox pour nourrir leurs élucubrations hallucinatoires. Ils ont entendu l’information dans la bouche d’untel. ils le relaient avec force et conviction sans jamais se donner la peine de démêler le vrai du faux.

Cette information ne peut pas être remise en question, elle doit être prise au sérieux. Convaincus qu’ils détiennent leur vérité, une vérité opposable à tout le monde et gare à celui qui doute de sa fiabilité il est forcément du camp de l’ennemi.

Les interpeller sur la fiabilité de l’information est un sacrilège à leurs yeux sauf que contrairement à certains croyants ils n’appellent à sa mise à mort.

La méthodologie n’est pas leur lanterne ils s’éclairent de la fausseté de leur information comme cette histoire de l’intox de 80% de la population carcérale en France qui sont de confession musulmane. Une affirmation suspecte car elle ne repose sur aucune base statistique vérifiable et attestée. On sait en revanche que 17 899 détenus sur une population carcérale de 69 000 ont demandé en 2017 un dispositif spécial pour le ramadan.

Nous en sommes très loin du chiffre de 80% quand bien même on peut penser que les musulmans sont sur-représentés dans les prisons françaises. 

Ces férus de l’intox et des fake news ne peuvent savor que que toutes les peines de prison ne sont pas exécutées et que des dizaines de milliers d’individus bénéficient d’un aménagement de peine quand ils sont insérés dans la société.

En principe les condamnés à une peine de prison de moins de 2 ans ne sont pas écroués automatiquement mais il arrive que des peines de 3 mois soient suivies d’effet.

On ne peut pas lutter contre l’ennemi avec nos stéréotypes et nos préjugés de caniveaux.

Il faut être rigoureux et objectif dans ses accusations si on veut faire avancer notre cause.

Je ne suis pas dupe de la mentalité de mon ennemi qui nourrit que haine et mépris à mon égard pour le simple fait que je n’appartiens pas à son système de croyance. Pour lui je suis un impie, un égaré, un être immonde, l’ennemi à abattre dont il faut purifier la terre de sa présence. Mais jamais je ne ferai de mes spéculations hasardeuses et mes ressentiments une arme pour le combattre et aller puiser mes arguments dans les fonds des poubelles.

Je m’emploierai à le démonter avec les arguments implacables de la voix de la raison.

Ce n’est pas en affirmant des vérités indemontrables qui frisent le ridicule par moments que l’on va convaincre l’opinion publique du bien fondé de notre combat.

On ne gagne pas la guerre en calomniant l’ennemi.

Le Me Too à retardement est-il crédible ?

Ce qui me dérange dans les affaires médiatisées de dénonciation tardives de viols et agressions sexuelles, c’est le timing choisi par les présumées victimes pour balancer son « porc ».

Elles retrouvent l’usage de la parole comme par hasard à chaque fois que leur présumé agresseur se trouve sous les projecteurs. Pourquoi justement au moment où ils sont sur les devants de la scène, brisent-elles le silence ? Leurs accusations ne sont pas appuyées par des éléments matériels probants – les certificats médicaux de leurs médecins n’ont pas valeur d’expertise.

C’est leur parole contre celle de l’accusé, généralement inaudible. Cloué au pilori car forcément coupable pour l’homme de la rue et les mouvements féministes.

Une culpabilité sans preuves avérées – juste la parole tardive de l’accusatrice qui se voit drapée dans son innocence.

Le législateur a prévu un délai de prescription de 10 ans, le temps nécessaire pour que la victime des faits de viol et d’agression sexuelle puisse s’en remettre de son traumatisme.

Se pose sincèrement la question sur le sens réel et les objectifs de ces « coming out ». 44 ans pour « balancer son porc », il faut le faire ! Comment séparer le vrai du faux dans un cas d’espèce ?

La justice spectacle penche toujours vers la présumée victime, et est implacable avec le présumé coupable, condamné avant d’avoir être jugé par le tribunal de l’inquisition vertueuse.

Il ne s’agit pas de mettre en doute la parole des présumées victimes, dans ces affaires qui sentent la naphtaline, mais on ne peut pas non plus prendre cette parole pour une preuve irréfutable, et jeter en pâture aux fossoyeurs les noms de présumés coupables qui devraient être présumés innocents.

Les auteurs de ces accusations intrigantes se soucient-elles des conséquences tragiques sur les mis en cause ? Cherchent-elles à sortir de leur anonymat, à donner une nouvelle impulsion à leur carrière cinématographique ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.