Tous les articles par Salem Ben Ammar

Docteur en Sciences politiques, Diplômé de l'Institut des Hautes Etudes Internationales de l'Université de Paris 2, en Anthropologie Sociale et en uùuùù.

Le Me Too à retardement est-il crédible ?

Ce qui me dérange dans les affaires médiatisées de dénonciation tardives de viols et agressions sexuelles, c’est le timing choisi par les présumées victimes pour balancer son « porc ».

Elles retrouvent l’usage de la parole comme par hasard à chaque fois que leur présumé agresseur se trouve sous les projecteurs. Pourquoi justement au moment où ils sont sur les devants de la scène, brisent-elles le silence ? Leurs accusations ne sont pas appuyées par des éléments matériels probants – les certificats médicaux de leurs médecins n’ont pas valeur d’expertise.

C’est leur parole contre celle de l’accusé, généralement inaudible. Cloué au pilori car forcément coupable pour l’homme de la rue et les mouvements féministes.

Une culpabilité sans preuves avérées – juste la parole tardive de l’accusatrice qui se voit drapée dans son innocence.

Le législateur a prévu un délai de prescription de 10 ans, le temps nécessaire pour que la victime des faits de viol et d’agression sexuelle puisse s’en remettre de son traumatisme.

Se pose sincèrement la question sur le sens réel et les objectifs de ces « coming out ». 44 ans pour « balancer son porc », il faut le faire ! Comment séparer le vrai du faux dans un cas d’espèce ?

La justice spectacle penche toujours vers la présumée victime, et est implacable avec le présumé coupable, condamné avant d’avoir être jugé par le tribunal de l’inquisition vertueuse.

Il ne s’agit pas de mettre en doute la parole des présumées victimes, dans ces affaires qui sentent la naphtaline, mais on ne peut pas non plus prendre cette parole pour une preuve irréfutable, et jeter en pâture aux fossoyeurs les noms de présumés coupables qui devraient être présumés innocents.

Les auteurs de ces accusations intrigantes se soucient-elles des conséquences tragiques sur les mis en cause ? Cherchent-elles à sortir de leur anonymat, à donner une nouvelle impulsion à leur carrière cinématographique ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

La Tunisie n’a que faire de l’économie, elle a l’islam comme antidote à ses maux incurables

Comme tout pays musulman qui ne pense qu’à maintenir le peuple dans la misère et l’ignorance et qui sert à sa population la Palestine et la haine du Juif à leur menu quotidien, la Tunisie ne gagne rien à relever le défi de l’économie car ça demande efforts, sacrifice, sueur et larmes et n’offre rien comme perspectives après la mort tandis que l’islam promet ce que l’économie ne promet pas le sexe et des rivières de miel et de vin de date et ce sans avoir à transpirer comme un porc en obéissant au doigt et à l’œil aux injonctions coraniques débitées à longueur de journée par l’imam du coin.

On ne se tue pas à la tache dans ce pays on se tue et on tue pour l’islam.

Pour mettre les gens au travail et créer les conditions de développement économique il faut libérer le pays du carcan de l’islam.

Pourquoi investir dans l’économie juste pour quelques points de croissance dans la vie éphémère alors que l’islam c’est le jackpot pour l’éternité sans rien faire ?

L’islam les nourrit d’illusions contrairement à l’économie c’est marche ou crève. Au travail si tu veux manger à ta faim et subvenir aux besoins des tiens. L’islam crève pour Allah et tu sauveras ton âme et tu auras le bonheur de jouir de toutes les joies de la vie terrestre après ta mort à condition aussi que tu ne fasses pas le con en te révoltant contre les nantis qu’Allah a comblés de ses faveurs ici-bas.

L’économie enseigne la résilience l’islam la résignation, l’assistanat et la léthargie.

57 pays musulmans 57 pays cancres de la classe économique humaine.

57 pays parasites de l’humanité. Des sangsues.

57 pays qui n’apportent rien au progrès humain et qui œuvrent à plonger l’humanité dans les abîmes de l’histoire.

57 pays incapables d’assumer leur destin humain et rois de la défausse sur l’Occident et le sionisme.

Quelle croissance économique pour des pays qui croient que la pauvreté est une épreuve voulue par Allah qui a créé les riches et les pauvres et améliorer le sort des premiers par le fruit de la richesses économique c’est aller contre sa volonté.

Heureux les pauvres musulmans le grand bordel d’Allah est à vous.

Quelle croissance économique pour des pays qui croient que la pauvreté est une épreuve voulue par Allah qui a créé les riches et les pauvres et améliorer le sort des premiers par le fruit de la richesses économique, c’est aller contre sa volonté ? Qui mieux que l’islam pour maintenir les masses affamées et désœuvrés dans l’obscurantisme, le fanatisme et l’immobilisme ?

Des peuples qui se projettent dans le passé ne peuvent sortir de leur état de sous-développement économique chronique.

Ils avancent à contre-sens des lois de l’économie et se placer dans le sens de la marche du train de l’histoire autant leur demander d’abjurer l’islam.

Heureux les pauvres musulmans le paradis infâme d’Allah est à vous.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

L’ignoble marche contre l’islamophobie

C’est moins les organisateurs de cette ignominieuse manifestation  qui sont à blâmer que les élus de la République qui leur ont apporté leur caution politique, républicaine et médiatique à des fins bassement électoralistes.

Sans eux elle n’aurait jamais fait couler autant d’encre et connu une telle audience, car c’est moins le nombre des manifestants qui compte que le traitement médiatique et politique qu’elle a induite.

Les organisateurs islamistes sont sous les feux des projecteurs. A la une des journaux, leur parole est relayée. Ils ont gagné en visibilité et se sont fait un nom dans le Landerneau politique. Ils sont les vrais gagnants de la manif de la honte. Les loups sont enfin sortis du bois. Ils ont réussi leur coup au-delà de leurs attentes. Créer l’événement pour mieux en récolter les fruits. Ils ont bien préparé leur mise en scène où rien a été laissé au hasard.
Tout a été minutieusement ficelé. Ils avancent à visage découvert avec une étoile à 5 branches sur fonds jaune épinglée sur les manteaux de leurs enfants et leurs kamiss et abaya de leurs femmes. Ils ont transformé le terrain de la manif en théâtre de pleureuses de leurs cérémonies funèbres. Ils ne crient plus au pas d’amalgame comme ils en avaient pris l’habitude au lendemain des attentats terroristes ils ont changé de registre, ils sont des victimes et leur sort est comparable à celui des Juifs dans les années 30 ! Criant à hue et dia qu’ils sont les martyrs , les parias de la République malveillante et injuste à leur égard. Une République liberticide et inhumaine qui s’inscrirait dans le sillage de l’Allemagne nazie qui a adopté des lois scélérates pour les exclure du champ de sa nationalité et de la vie publique.

C’est connu plus le mensonge est gros plus il marque les esprits.

La France insultée et offensée sur son propre territoire par les nazislamistes et leurs complices de la France Insoumise.

Les loups islamistes affublés du masque des victimes sont sont sortis de leur réserve naturelle pour se montrer à la France tout entière. Ils ne cherchent pas à séduire l’opinion publique, ils ont un message politique à faire passer, nous sommes ancrés de votre paysage politique et nous sommes le futur de ce pays, vos lois auront vécu et nous aurons toute la liberté de les dissoudre dans la loi de notre religion. Il y avait un avant le 10 novembre 2019 et un après.

Ils ont fait parler d’eux et ne sont plus les anonymes. Plus besoin du MRAP, SOS racisme et la Licra pour porter leur parole. Ils sont passés au stade de la majorité.

Ils se prennent en main et occupent désormais les devants de la scène.

Au lieu de les laisser entre eux sans aucune couverture médiatique les Mélenchon et consorts ont joué aux Laval de service.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz

De tous les groupes humains au monde, les musulmans sont les seuls qui veulent que le monde s’adapte à eux

Les Italiens, les Russes blancs, les ex-Yougoslaves, les Romains, les Polonais, les Chinois, les Vietnamiens, les Juifs, les Hindous, les Cambodgiens, les Laotiens, les Grecs, les Espagnols, les Chrétiens d’Orient, les Portugais voire les Chrétiens noirs africains ont, pour certains d’entre eux, toujours su se greffer sur la culture française sans pour autant perdre leurs âmes.

Ils ont tous fait preuve de reconnaissance envers la France et respectueux de ses lois et de son mode de vie. Ils lui ont apporté un plus dans de nombreux domaines tels que les Juifs, les Russes, les Polonais et les Espagnols ou les Grecs mais pourquoi ce n’est pas le cas des autres qu’on ne peut plus désigner par leurs origines comme si c’était un sujet tabou.

On ne leur demande pas de s’intégrer ou de s’assimiler, mais d’être conscients qu’ils ne sont pas chez eux et qu’ils sont dans l’obligation de ne pas se comporter en pays conquis.Ils ne sont pas là pour changer les moeurs de leur pays d’accueil, la façon d’être et de vivre de ses habitants ils devraient savoir qu’avant de fouler leur territoire que leur culture est de nature très différente de la leur et s/qu’ils ne vont pas renoncer à ce qu’ils sont pour ne pas heurter leurs convictions religieuses.
C’est aux nouveaux arrivants de changer leurs habitudes de vie et de se faire accepter et non pas l’inverse.  Si on y arrive pas la porte est toujours ouverte pour rentrer chez soi. 
Que les Français se montrent réticents à leur égard nul n’est en droit de leur faire un procès en sorcellerie, ils sont chez eux et ils ne vont leur ouvrir les bras comme s’ils étaient leurs sauveurs alors qu’ils se sont sauvés chez eux dans l’espoir de trouver leur dignité humaine.
Il leur donne le sentiment d;agir comme des envahisseurs et qu’ils sont là pour récupérer leur dû. Se faire payer leur créance de l’époque coloniale qui aurait permis à la France de se développer et de prospérer. Vivre de la rente que la France devrait leur verser. Un discours assez fréquent dans les milieux immigrés nord-africains et noirs africains.
Ils ne sont pas à Rome pour faire comme les Romains ils sont venus pour façonner la France à l’image du modèle de société qu’ils ont laissé derrière eux ou plutôt qu’ils ont fui pour la majorité d’entre eux, car invivable et inhospitalier.
Majoritairement analphabètes et illettrés à leur arrivée en France, issus bien de milieux défavorisés et campagnards de leurs pays d’origine ils ne perçoivent le monde qu’à travers le prisme de leur religion qui classe le monde en maison de paix et en maison de guerre, que leur importe de cette dernière est leur planche de salut pour un nouveau départ dans la vie. D’autant qu’elle les a colonisés, un sacrilège, un affront que tôt ou tard ils devraient laver. Ils ne sont pas là pour témoigner de leur volonté de se comporter en invités soucieux des règles de convenance de leur pays d’accueil.

 

On peut penser qu’ils ont fuit la misère noire qui sévit chez eux et sont attirés par une politique sociale généreuse, mais ce n’est pas ce qu’ils pensent eux-mêmes, car leur dessein est d’exploiter les lois humanistes de ce pays pour préparer l’avènement de l’islam.

Si ce pays avait franchi le Rubicon du développement et est à la pointe du progrès humain ce n’est certainement pas  grâce à son passé colonial, qu’ont fait leurs dirigeants du legs de la France ? Une question saugrenue pour des êtres pour qui le mot raisonnement est illicite et qui se représentent le monde à travers ce que l’imam de leur village leur a dessiné.

Ils ne sont pas venus pour apprendre et s’instruire de l’histoire de la France mais pour effacer son histoire de la mémoire de l’histoire.

Autant prêcher dans le désert que de leur dire que de leur apprendre le code de savoir-vivre et de leur dire quand on vient chez l’autre ce n’est pas pour se faire son procureur et son détracteur et le couvrir de mépris et d’invectives. Comme si on lui reprochait de ne pas être à l’image du modèle d’homme dessiné par notre religion. Et dans ce cas-là pourquoi ne pas être allé là où l’homme est censé sortir du même moule que soi. Sauf que cet homme en question ne souhaite pas que l’on vienne le troubler dans son quotidien et que certainement il ne vous offre pas des conditions de vie matérielles et une qualité de soins et de protection sociale attrayantes et idoines.

Et en venant chez c’est aussi la preuve qu’on est soi-même en situation d’échecs chez soi que l’on a pris le large pour fuir la misère et les injustices. Parce que chez cet homme tant honni par votre religion il y a de place pour tout le monde et personne n’est à la rue.

On ne migre pas pour changer le monde on migre parce qu’on a pas le choix et que l’on a des avantages à en tirer.

Au lieu d’apprendre de vos sociétés d’accueil et de vous inspirer de leur exemple dans l’espoir qu’un jour vous pourrez transposer leur expérience chez vous vous jouez à leurs juges et bourreaux.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

Halte à la violence faite aux femmes

Combien de femmes battues, violentées, en état de détresse qui frappent aux portes des postes de police et qui se trouvent rembarrées au mieux avec une main courante et le lendemain on apprend qu’elles ont été abattues par leurs conjoints ?

Combien de femmes et de voisins qui appellent le 17 et qu’une fois la police est sur place c’est déjà trop tard comme si ces appels au secours ne présentaient aucun caractère d’urgence et anodins ?

Combien de vies auraient pu être sauvées si les services de police avaient fait preuve de célérité ?

 

Combien de femmes en situation de détresse absolue qui croient bien faire en sollicitant les associations subventionnées à fonds perdus qui leur proposent les coordonnées d’avocats alors qu’elles ont un besoin évident d’accompagnement et de soutien ?

Combien de femmes qui refusent, hélas de porter plainte contre leurs bourreaux car elles n’ont pas envie de voir le père de leurs enfants derrière les barreaux ?

Combien de femmes qui même des années après la rupture avec leurs tortionnaires se retrouvent harcelées voire même tuées par leurs ex compagnons et ex conjoints ?

Combien de femmes tuées par leurs compagnons sous les yeux de leurs enfants ?

Combien de femmes violées et violentes moralement et physiquement et qui vivent leur souffrance en silence, acculées au suicide ou en proie à de graves troubles dépressifs ?

Combien sont-elles à être les prochaines sur la liste noire de ces monstres ?

Elles n’ont pas besoin d’un Grenelle sur la violence faite aux femmes, elles ont besoin d’une véritable révolution culturelle et sociale. Mais il ne faut pas rêver avec l’islamisation galopante de la société française.Combien de femmes violentées issues de l’immigration ?

On ne le saura jamais.

En République on ne communique pas les statistiques ethniques quand bien même la violence conjugale n’épargne aucune culture ni classe sociale. Mais il existe toutefois des cultures qui banalisent et légitiment ladite violence et que des femmes elles-mêmes revendiquent le droit à être battues par leurs conjoints.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

Aux musulmanes voilées, le voile est le viol de la liberté de la femme et de sa dignité

 Voilées : Quand on vit en France on ne se voile pas
Voilées vous associez le port du voile à votre liberté de conscience, c’est votre droit. Mais vous avez tout faux car la conscience ne s’affiche pas et ne montre pas ses formes et ses couleurs. C’est la liberté de croire ou de ne pas croire aussi et la façon dont on la vit sans en faire un tout un tintamarre.
Cette liberté de conscience est garantie par la loi française mais sous réserve qu’elle ne constitue pas un trouble à l’ordre public et ne représente aucun danger pour l’unité de la République.
Le port du voile est justement une atteinte grave et sérieuse à la cohésion nationale. La loi de l’islam ne doit pas primer sur la loi de la République. Vous êtes les bienvenues aux sorties scolaires mais sans votre voile qui porte en lui les germes destructeurs et négateurs des valeurs de la République. Vous ne pouvez pas être françaises et voilées.
Une Française attachée à la laïcité et éprise des idéaux républicains se garde de manifester sa différence religieuse dans l’espace public.
Vous ne pouvez témoigner de votre loyauté et fidélité à la France avec un voile qui est  le symbole de votre état d;asservissement et assujettissement à une idéologie impérialiste et conquérante. Vous êtes un épouvantail agité par vos maîtres pour créer la zizanie et le désordre dans ce pays. Avec votre torchon vous empoisonnez la vie des Français depuis 30  ans. 
Vous représentez une menace pour la paix sociale en France.. 

Avec votre voile vous servez votre cause et non pas celle du pays qui vous accueille et qui a fait de vous des citoyennes à part entière. Or, ce n’est pas avec votre torchon hideux et effrayant sur la tête que l’on va vous croie quant à votre volonté de vivre dans le respect de son identité historique et culturelle.
Vous dites que la France est votre pays alors la balle est dans votre camp pour vous mettre au diapason de sa population.
Si le voile était la manifestation de votre pseudo liberté de conscience il n’aurait pas été une obligation sur ses terres.

Les Tunisiens récoltent ce qu’ils sèment

Un peuple qui rejette ses enfants juifs n’est pas le mien.

Un peuple qui se veut plus palestinien que tunisien et qui honore un drapeau qui n’est pas le sien n’est pas le mien.

Un peuple qui se prend pour le libérateur de la Palestine alors qu’une partie de son territoire est sous occupaton des terroristes avec l’aide du Hamas n’est pas le mien.

Un peuple qui vit dans le déni de ses vraies origines et s’apparente aux Arabes de la Péninsule arabique qui n’ont que dédain et mépris pour lui n’est pas le mien.

Un peuple qui détruit sa mémoire historique car insultante à l’islam n’est pas le mien.

Un peuple qui se nourrit de la haine des non-musulmans n’est pas le mien.

Un peuple rongé par le bigotisme et le fanatisme n’est pas le mien.

Un peuple qui juge les hommes à l’aune de leur foi en islam n’est pas le mien.

Un peuple obsédé par le bien-être de religion plutôt que celui de la patrie n’est pas le mien.

Un peuple dont les hommes traînent leur ennui dans les cafés à fumer la chicha plutôt que de suer sang et eau pour subvenir à leurs besoins n’est pas le mien.

Un peuple qui laisse impuni les meurtriers de Chokri, Lotfi, Mohamed, ses forces de l’ordre et ses militaires n’est pas le mien.

Un peuple qui utilise son bulletin de vote pour achever sa patrie n’est pas le mien.

Un peuple qui a vendu son âme aux Turcs et aux Qataris n’est pas le mien.

Un peuple qui ne bouge que pour ses devoirs cultuels et ne sent pas concerné par les affaires terrestres n’est pas le mien.

Un peuple qui a enfanté les destructeurs de la Syrie n’est pas le mien.

Un peuple qui est dans le déni de ses origines n’est pas le mien.

Un peuple qui vote pour les terroristes n’est pas le mien.

Un peuple qui promet le terroriste jamais repenti Rached Ghannouchi président de son Parlement n’est pas le mien.

Un peuple qui a fait d’un illuminé, un vaurien, un être dépourvu de charisme et de personnalité, terne et sans relief, salafiste dissimulé son président n’est pas le mien.

Un peuple qui s’en remet à son Allah pour le sortir de du fond du gouffre n’est pas le mien.