Tous les articles par Salem Ben Ammar

Docteur en Sciences politiques, Diplômé de l'Institut des Hautes Etudes Internationales de l'Université de Paris 2, en Anthropologie Sociale et en uùuùù.

La métastase islamiste

Là où l’islamisme prend souche, c’est la mort inéluctable de l’environnement humain. Un Tsunami qui balaie tout sur son passage,laissant derrière lui mort et désolation.  Il ne faut pas la laisser s’enraciner avant qu’il ne corrompe toutes ces masses désœuvrées et incultes, sans espoir et ni perspectives, sauf une improbable résurrection dans l’au-delà.
Les islamistes ne peuvent sur les terreaux de l’ignorance et du fanatisme, les seuls monde qui à pouvoir transformer ces desesperados de la vie en autant de bombes humaines.
Un déchet radioactif qui se décline en plusieurs variantes du hard du type Al-Qaradhaoui le pape du sunnisme au bling-bling sur le modèle de ce caméléon et adepte du sexe non-consenti de Tarek Ramadhan, petit-fils d’un grand admirateur du Führer nazi,antisémite notoire et obsédé par la renaissance (Ennahdha du Califat), le Reich islamique, aboli par Kamel Atatürk sous la pression conjointe de la France et de la Grande-Bretagne.
Cet agent de la propagande du djihadisme cosmopolite terroriste qui dit le tout et son contraire, qui adapte son langage en fonction de ses interlocuteurs et des circonstances, se voulant l’héritier de la pensée de ce grand père inhumaniste, il est dans la continuité de l’œuvre scélérate de ce grand-père auquel les islamistes tunisiens vouent un véritable culte. Non seulement sa visite est indésirable en tout point de vue mais il faut l’interdire.
Missionné par ses bailleurs de fonds qataris pour faire la promotion de l’islamisme « soft » véhiculé par la secte d’Ennahdha en Tunisie au lourd passé terroriste pourtant qu’elle veut faire passer comme étant un acte de résistance contre le despotisme de Bourguiba. Allant faire croire aux Tunisiens qu’elle est à leur pays ce que les Forces Françaises Libres étaient à la France.
Les premiers bénéficiaires de cette visite qui sera hyper médiatisée seront les islamistes tunisiens.
Cette visite est criminelle et néfaste pour l’identité nationale. Elle ouvre la voie au futur Califat wahhabite.
Ne prenez pas cette visite comme une simple visite de courtoisie, elle est lourde de
sens idéologique et électoraliste. Capable de faire basculer dans l’escarcelle de l’organisation terroriste d’Ennahdha les forces modernistes tunisiennes très sensibles à sa rhétorique de musulman ouvert et en osmose avec son temps. Pire que celle de son compatriote le boucher du Caire Wajdi Ghénim . Il n’y
a pas de parole innocente chez les islamistes. Chaque parole porte en elle les germes du
poison de la théocratie islamique. Liberticide, totalitaire, despotique, raciste, féminicide et
nazie

Réquisitoire d’un enfant tunisien de 14 ans contre l’arabo-islamisme, ce virus létal

Heureusement qu’il y a encore des jeunes pousses en Tunisie non-contaminées par le virus de l’arabo-palestino-islamisme, comme en témoigne mon neveu de 14 ans incroyablement lucide et censé pour un garçon de son âge et à la maîtrise du français remarquable.

Je ne prendrai pas les paris quant à savoir si l’avenir de la Tunisie s’inscrit avec des jeunes de sa trempe, car un peuple miné par l’obscurantisme, le fanatisme, l’ignorance et la haine du non-musulman ne pourrait s’identifier qu’à ses semblables qui savent exalter ses instincts primaires et grégaires et surfer sur son mal-être profond, sur ses frustrations, ses sentiments de peur et d’angoisses, de manque et de résignation.

C’est avec plaisir que je me permets de partager cet échange édifiant sur son constat ô combien juste quant aux vrais maux qui gangrènent la Tunisie, de la nécessité impérieuse de réformer l’islam,  ainsi que ses pistes de propositions pour sortir le pays de l’impasse dont le salut passe à ses yeux par la laïcité et la séparation des pouvoirs.
 N.Ben AMMAR:
Les arabes n’aiment pas ceux qui disent la vérité sur leur religion.
Salem Ben Ammar:
Nous ne sommes pas des Arabes, il est grand temps qu’on arrête de faire de la Tunisie un pays arabe qu’elle n’est pas. On ne peut pas le diluer dans le bain acide de l’arabité. Génétiquement, anthropologiquement, historiquement tout au moins jusqu’à sa colonisation par les Arabes elle ne l’était pas.
N. Ben Ammar:

ils n’apprennent jamais de leurs erreurs, au lieu de cela, ils en font quelque chose dont ils peuvent être fiers au lieu de regarder vers l’avenir, ils espèrent toujours retourner dans le passé. Si l’islam ne s’adapte pas à son siècle il y a peu d’espoir de progrès dans nos pays.

Salem Ben Ammar:

On ne peut pas faire des lois du VIIème siècle des lois pour les temps présents et à venir. L’homme a changé et les religions doivent accompagner le changement et non pas le figer dans un modèle archaïque et dépassé.

Tu es plein de sagesse mon petit neveu les vrais peuples sont ceux qui se remettent en cause et acceptent d’assumer leurs erreurs et en tirer les leçons pour repartir de l’avant. On s’enrichit de ses expériences bonnes et mauvaises et pas des préceptes coraniques et des hadiths apocryphes dont la finalité est d’entraver leurs marches en avant.

N. Ben Ammar:

Nous devrions séparer la religion de nos vies, nous ne progresserons plus si nous continuons à rêver de revenir en arrière et de regarder notre passé pendant que d’autres pays avancent parce qu’ils ont retiré la religion de leur vie et c’est ce que nous devons faire si nous voulons vivre comme eux
La religion ne doit pas interférer dans la politique, comme la politique ne doit pas interférer dans la religion. La religion ne doit pas être utilisée comme moyen de contrôler les gens, car elle est devenue une arme utilisée par les clercs pour établir des règles qui interfèrent avec tout ce qui se passe dans nos vies, de la même manière que nous devons nous comporter pour dormir.S’ils veulent que leur religion continue, elle doit évoluer pour s’adapter aux normes de notre époque. 

Salem Ben AMMAR
très bonne analyse la cité est aux hommes et à tous les hommes sans distinction, la gérer au nom de la religion c’est la mort de la cité; Une cité d’intégration et non pas d’exclusion. L’homme ne doit pas être jugé par rapport à sa religion mais par rapport à ses mérites et sa contribution au bien commun.. La religion ne doit pas polluer l’espace public.

N. Ben Ammar
Nous ne pouvons pas utiliser les règles d’il y a 1400 ans pour contrôler les peuples modernes dans le passé. Peut-être était-il facile de contrôler les gens, mais si jusqu’à présent ils veulent toujours une république islamique et des règles religieuses, il est certain que nous ne durerons pas tellement et bien sûr, nous n’allons jamais plus loin.

 

PS. Pour une question de sécurité je me garde de citer son prénom.

Lettre ouverte aux Tunisiens qui ont vendu leur pays aux terroristes d’Ennahda

Le mercredi 06 mars 2013

Lettre désobligeante aux traîtres islamistes, leurs électeurs ainsi qu'à leurs collabos opportunistes

Peuple tunisien, ce n’est pas à toi que je m’adresse dans son ensemble, mais à cette fraction de populace qui a vendu son âme aux ennemis de la Tunisie. Cause de tous ses tourments actuels.

Elle a sacrifié la patrie sur l’autel de ses délires eschatologiques et paradisiaques. Une populace qui a confondu bulletins de votes et sésames pour l’au-delà.
Apathique, bigote, réactionnaire, opportuniste, incapable de discernement, méprisant, bling-bling, insipide, arrogante, à l’ego sur dimensionné, ethnocentrique, livrant tes fillettes aux prédateurs sexuels venus du Machrek de tes malheurs qui colonisent ton territoire nombriliste, qui se voyait déjà en haut de l’affiche, ingrate, fanatique, couarde, mégalomaniaque, inculte, amnésique, cupide, indolent et inerte. Attirée par l’appât de gain facile qui ne réagit qu’au seul son des petites pièces de millimes qui te font saliver et sortir de ta torpeur pour réaliser leur sombre dessein pour ton pays.
Faisant ainsi preuve d’un zèle incroyable pour brûler ta mémoire vivante que sont tes mausolées témoin de l’odeur enivrante de tes bâtons d’encens et du parfum de ton jasmin dont le nom est devenu à cause d’Obama synonyme d’imposture et de tromperie sur la marchandise et de contre-révolution wahhabite.
Jamais prête pour défendre l’honneur de ta patrie et des tes fillettes contre les prédicateurs sexuels wahhabites, mais toujours prête à défendre la cause abscons et irréelle de ta figure tutélaire instrumentalisée à des fins terroristes, devenue cauchemar de l’humanité. Réjouis-toi Tunisie trahie et spoliée, tu n’es plus selon la typologie islamiste une terre d’accueil mais une terre de djihad, de la terreur humaine.
Ennahdha t’invite à t’aligner derrière l’étendard noir salafiste, couleur de la mort, de Morsi, ce personnage sorti du monde des horreurs, celui dont les hallucinés affirment qu’il est descendant de ton gourou Omar Ibn Al Khatab, élu très démocratiquement par à peine 18% des égyptiens et encore. le même taux que ta secte de malheur dont tu as fait la maîtresse de ton destin humain »Le peuple égyptien t’en voudra si tu lui fais une infidélité et de ne pas te prosterner devant lui » dixit un Chef milicien nahdhaou qui oeuvre pour la mise sous tutelle qatarienne de la Tunisie meurtrie et violée.
En attendant, il attend de toi que tu fasses une des infidélités à tes vrais frères algériens. Ceux qui ont le même marqueur génétique et humain que toi, avec lesquels te lient une histoire millénaire.
Tu es de la même tempe que lui, mais t’as préféré l’attrait du Riyal qatarien et tu t’es mise à comploter contre tes frères de sang algérien. Trahis-les, trompe-les, et porte leur le coup de grâce comme te l’ordonne ton nouveau maître, le calife d’opérette. L’Algérie n’est pas une terre d’Allah comme pour la Syrie, c’est pour ça que tu leur mènes ta funeste Guerre Sainte, le djihad des égouts d’Allah auquel tu sacrifies tes fillettes pour assouvir les pulsions sexuelles de tes fils qui servent de chair à canon pour propager la mort et briser des destins.
Ton Allah wahhabisé, cruel et avide de chair humaine, le pire génocidaire de l’histoire dont le nom est associé au massacre des 80 millions d’hindous, qui ferait pâlir de jalousie A. Hitler. Un dieu qui prône la haine et la violence meurtrière comme acte d’amour n’est pas un dieu, c’est un assassin. Tous ceux qui se réclament de lui sont des terroristes actifs ou en devenir. Le peuple tunisien se trouve couvert d’infamie à cause de toi et ton affairisme odieux. Si dieu est amour pourquoi Allah ne l’est-il pas ?Tes regrets ne te sont d’aucun secours aujourd’hui après avoir offert le pays aux pires ennemis du genre humain. T’as rien remarqué qu’à cause de ton irresponsabilité que tu as offert étrangement à ton ancien despote mafieux un quitus d’honorabilité, en comparaison à ceux-là-mêmes devant lesquels tu te prosternes comme un serf se prosterne devant son seigneur.
Rendue complice de tes propres bourreaux islamistes, tu infliges à Bourguiba une nouvelle mort en profanant sa mémoire et bafouant son héritage. Il a voulu te sauver de l’obscurantisme, et tu as choisi délibérément la voie de la barbarie humaine. Il voulu faire de tout son peuple digne et honorable dont la populace qui a vendu son âme pour un billet de 10 DT, mais t’as choisi le camp de l’indignité et de l’avilissement. Ton impudeur et ton incurie intellectuelle sont en train de faire de toi la risée des peuples.
Certains nostalgiques de Ben Ali allèguent que tu n’as  pas fait de révolution, t’es tombée simplement dans le piège grossier de la wahhabisation. Infatuée de ta personne, tu t’es cru le meilleur mais tu n’as pas la perspicacité de comprendre que tu as été le dindon de la farce Yankees au profit de leurs valets qataro-saoudiens.
On t’a tendu un piège, mais ce n’est rien la faute de ces de cet homme sur lequel tu déverses ton venin. La patrie d’abord, et le repos de l’âme ne nourrit pas son homme. C’est ce que Bourguiba a voulu t’insuffler mais tu as préféré te nourrir des promesses des rabatteurs du grand bordel de ton Allah de malheur.

L’islam: Le mal absolu

L’islam en colère est un pléonasme. Une vue de l’esprit. Il est tout le temps de mauvais poil, incapable de se contrôler. Impulsif, hystérique et sanguinaire. Né dans le sang il ne ne peut s’abreuver que du sang humain pour sa propre vie. C’est dans son ADN.

Son nom est évocateur de peur et de phobie. De toutes les idéologies totalitaires et exterminatrices il est incontestablement celui qui a son actif le plus grand nombre de victimes, 300 millions de morts. Une véritable machine de morts. Ennemi de la vie, de la liberté et du développement humain. Partout où il s’installe, c’est un désert d’inculture et d’obscurantisme peuplé de rapaces et de vautours où l’homme est un loup pour l’homme . Ses ravages sur l’humanité feraient apparaître le nazisme comme étant une source de lumière.

L’état de misère économique et sociale et d’incurie intellectuelle des pays tombés sous le joug de sa dictature illustre parfaitement sa nature hautement toxique pour l’homme. Le seul mode de pensée politique qui fait d’un voyou une bombe humaine.

En proie à des soubresauts violents et d’angoisses existentielles permanentes plutôt que de se soigner il se prend pour le remède des maux de l »humanité.  Incapable de canaliser ses pulsions violentes et mortifères. Son mal est incurable.

En aucun moment de sa vie il n’a fait preuve de maîtrise de soi et d’apaisement. Toujours le sabre au vent pour décapiter ses opposants et les non-musulmans. Ruminant sa haine pour l’humanité qui n’est pas la sienne..

Intolérant à la frustration il ne supporte pas l’idée qu’on ne cède pas à ses caprices. Un dément de la pire espèce.

Atteint de la folie de grandeur et s’enrage pour ne pas avoir le monde à ses sales babouches.

Le jour où il ne sera plus en rogne ce sera sa fin. 1441 ans qu’il rugit comme un fauve blessé, il est grand temps de le faire taire pour que l’humanité puisse enfin trouver la paix.

C’est un tyran- né il faut lui faire ravaler sa colère volcanique.

La France ne doit pas avoir honte de son passé colonial en Algérie ni ailleurs

Photo Algérie 1891

Arrêtons de voir du racisme partout. En quoi est-ce raciste que de mettre des mots sur des situations qui empoisonnent le quotidien des Français ? Il faut rompre avec l’omerta entourant l’origine nationale ou ethnique des fauteurs de troubles

Pourquoi ne pas leur renvoyer au visage le vent de haine de la France qu’ils font souffler ? Ce ne serait qu’un signe de lucidité et de courage politique – et ils le comprendraient parfaitement. Ce n’est pas leur témoigner une quelconque hostilité que de leur signifier que le pays des droits de l’homme n’est pas le pays du tout permis et du tout dû.

On reconnaît la grandeur d’un peuple à sa force. A sa capacité de se faire respecter. De faire respecter ses lois sans concession ni compromis.

En l’espèce, la France se montre trop laxiste et arrangeante avec les populations importées. Elle les ménage, les couve comme une mère-poule et les caresse dans le sens du poil, les flatte et loue leurs mérites comme si elles étaient un don du ciel. Comme si c’est eux, venant de pays où ils n’ont pas fait la preuve de leur excellence, qui vont sauver les Français de leur médiocrité. Eux une aubaine ? Eux une chance inouïe ? Les défenseurs de la cause migrationniste ne diraient pas ces bêtises s’ils étaient confrontés à la réalité.

Elle n’était pas consciente que lesdites populations ne sont pas comme les Polonaises, Italiennes, Espagnoles, Portugaises, chrétiennes d’Orient ou d’Afrique, voire Chinoises. Pour en faire une composante à part entière de sa communauté nationale, il fallait d’autres méthodes.

De par son vécu colonial, la France aurait dû anticiper le péril qu’elle a transporté chez elle. Ces populations majoritairement illettrées et analphabètes ne sont pas les juifs pour lui apporter une plus-value intellectuelle, humaine, culturelle, économique et scientifique, elles sont héritières d’une culture archaïque, rétrograde et suprémaciste qui partout où elles s’installent, transforment leur milieu de vie en terres arides et paysages lunaires.

Qu’a fait l’Algérie de l’héritage que la France lui a légué à son départ ? Que pouvait-elle espérer de sa main-d’œuvre qui n’était pas capable de le faire fructifier ?

Que leur descendance aux 2ème et 3ème degrés soit française de plein droit, cela ne change rien à leur psyché, à leur substrat culturel et religieux transmis par leurs parents.

Ils ne se considèrent pas Français. Ils ne se sentent pas concernés par son destin politique ou humain. Pour eux, la France est un pays de kouffars, de mécréants qui a osé un jour leur infliger l’injure suprême de les coloniser. Et aujourd’hui, elle leur offre l’occasion rêvée de se venger de l’outrage qu’elle leur a fait subir.

Elle a créé elle-même les conditions favorables à leur mainmise, irréversible.

Des pans entiers de son territoire sont vidés de leurs habitants d’origine. Une sorte de nettoyage ethnique qui ne dit pas son nom. Les cités ouvrières des trente glorieuses sont devenues des cités « blédardes » où les mosquées ont remplacé les églises, les imams les curés et les kebabs les bars du quartier, où « l’on parle toutes les langues, comme dit Chevènement, sauf le français ».

Ils ne s’adaptent pas, ils façonnent leur nouvel espace de vie à l’image de leurs villages qu’ils ont laissé derrière eux. Si cela ne tenait qu’à eux, ils les auraient reconstruits à l’identique.

Ils ne sont pas venus pour s’enrichir et s’imprégner d’une nouvelle culture. Ni du savoir-faire qu’un jour ils pourraient transposer chez eux. La France, c’est la terre d’Allah à conquérir. Ils sont là pour tirer profit des opportunités que la France leur offre et qui sont aussi le piège qu’elle s’est tendu elle-même.

À cause de la générosité de son système social et sa politique nataliste avantageuse pour les familles nombreuses, la France s’est fait la meilleure alliée de ses ennemis.

La France a été incapable d’assumer son passé colonial, et d’établir un vrai bilan entre le sien et celui des occupants turcs et arabes. Elle a eu peur de se regarder dans le miroir du passé comme si elle avait honte de ce qu’elle fut. Alors que comparé au colonialisme arabe, la France peut être fière du sien. L’islam a imposé 1400 ans de sclérose civilisationnelle en dehors des éclaircies du colonialisme français (sauf dans le cas de la Tunisie où feu Habib Bourguiba avait su s’inscrire dans la continuité de la France).

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

Ils ne sont pas des déséquilibrés, ils sont musulmans

« L’islam n’est pas ça et les musulmans sont les premières victimes des attentats terroristes », une litanie qui ne convainc plus personne. Il faut que les musulmans changent de tempo et jouent une autre partition. Tant qu’ils  refusent à condamner publiquement les actes de barbarie des leurs, l’amalgame entre musulmans et djihado-terroristes restent toujours de mise.

De même que le silence des non-musulmans, cet ennemi à islamiser et à anéantir pour l’islam, est lui-même indécent et trouble. Ils sont comme tétanisés par la peur de dire massivement no passaram à l’islam et stop aux attentats terroristes des musulmans. Leurs auteurs restent musulmans et non pas des Martiens.

Pourquoi ne pas envisager d’organiser nous-mêmes une marche contre la banalisation du terrorisme ? Non Mr Valls  : on ne doit pas apprendre à vivre et à composer avec on doit le combattre jusqu’à son éradication comme ce fut le cas avec le nazisme.

Ce n’est pas une fatalité contre laquelle on y peut rien et l’on doit de se résigner et de lui dire amen. Ne pas agir c’est un aveu d’impuissance et de lâcheté. L’ennemi ne demanderait pas tant que de gagner la partie sans coup férir. Allah a est temps que nous sortions dans la rue pour prendre nos responsabilités et mettre les pouvoirs publics face aux leurs. Il n’est pas question de tolérer indéfiniment le terrorisme et de continuer à pleurer nos morts.

Seule une vraie action populaire pourrait infléchir le cours des choses et contraindre nos gouvernants de prendre des mesures fortes pour enrayer la montée du péril islamiste en France. Le banaliser c’est l’encourager et avouer notre impuissance pour le combattre. Le temps joue joue pour lui et si nous faisons rien le mal deviendra incurable et notre fin sera irréversible. C’est un combat pour la vie.

Aujourd’hui, c’est Marseille demain ce sera des milliers d’attaques simultanées au couteau et à l’acide dans toute la France.

En Algérie ils ont commencé par ces modes opératoires et des années après ce sont 300 mille morts et tout un peuple meurtri dans sa chair et son âme. Pensez-y. Le terrorisme n’est pas une fatalité, il peut être vaincu si la volonté politique y est. C’est pourquoi nous devrions faire pression sur nos gouvernants. Notre liberté est au prix de notre sécurité.

Les photos des atrocités de Daech sont l’islam à ciel ouvert

Les musulmans peuvent toujours jurer une main sur le Coran et l’autre sur le coeur que Daech n’est pas l’islam,   jusqu’à preuve coranique du contraire et non pas les dénégations fantaisistes des musulmans hypocrites.

Qui mieux que les photos des atrocités de Daech pour révéler au monde la nature cruelle et inhumaine de l’islam?

Qu’on le veuille pou non ces photos ne trahissent en rien les prescrits coraniques. Elles sont la parfaite illustration de son enseignement, elles trouvent leurs fondements idéologiques et eschatologiques dans ce livre censé servir de loi fondamentale de tous les musulmans et pas seulement djihadistes.

Si Daech n’était pas l’islam pourquoi aucune autorité religieuse n’avait déclaré Daech comme apostat. Qui oserait condamner ce que le Coran ordonne et en définit les modalités.

Ne pas les diffuser, revient à draper l’islam dans sa vertu et revient à se faire complice des crimes contre l’humanité. Le coupable ce n’est pas celui qui les porte à la connaissance du grand public pour qu’il prenne conscience du mythe de l’islam de paix, c’est celui qui met en scène les actes de barbarie pour servir sa propagande à des fins d’intimidation et de peur.

Le message de Daech est clair, voici ce qui attend l’humanité non-musulmane si elle ne soumet pas à l’islam d’une part et d’autre part un avertissement pour les musulmans qui ne sont pas en cohérence avec les textes fondamentaux de l’islam.

Si l’on veut interdire la diffusion de ces photos, il faut éradiquer le mal à ses racines.