Archives pour la catégorie capitulation de l’Occident

A chaque fois qu’une musulmane se voile une djihadiste se dévoile

Les voilées qui font de leur arrogance et morgue suffisance un Requiem de leur liberté, plus soumises qu’ignorantes et otages de leur carcan pseudo religieux, doivent savoir que le port du voile n’a aucun fondement coranique, selon l’illustre islamologue Mohammed Talbi.

Il plonge ses racines en Mésopotamie plus de 2000 ans avant l’avènement de l’islam. Faire de l’islam le parent du voile c’est comme en faire le parent des religions monothéistes ce qu’il n’est pas en raison de la vénération par les musulmans de la pierre noire de la Ka’aba, symbole du polythéisme arabe pré-islamique.

On doit le voile au Calife Omar Ibn Khattab, compagnon de Mahomet, misogyne dogmatique et inculte, qui l’a rendu obligatoire à toutes les femmes musulmanes de son époque, à l’exception des esclaves. Tout se passe comme si l’islam en avait l’exclusivité et qu’il symbolise la vertu de la femme musulmane, alors qu’il était aussi porté par les courtisanes et les femmes de petite vertu.

Comme à leurs habitudes, les musulmans ont le don de tout s’approprier pour se faire passer comme étant à l’origine du monde. Comme si l’humanité était née avec l’islam. Ils n’ont fait que travestir l’histoire, la voiler et la violer. Ils ont tout tout plagié et emprunté aux autres cultures en laissant croire qu’ils en sont les auteurs.

Le voile est la négation de l’humanité de la femme. Son port ne peut être un acte libre et consenti. Il est l’expression du pouvoir exorbitant des hommes sur les femmes.

Mais de nombreuses voilées, en Occident, plutôt que de combattre ce fléau mortel pour la dignité et les libertés humaines, se font les avocates du diable dont elles arborent le masque, comme si elles étaient des militantes du Ku Klux Klan, et le défendent bec et ongles. Elles donnent du sens à la marque au fer rouge qui fait d’elles des humains de seconde zone.

Elles sont inconscientes que leur idée de liberté et du voile n’est que le symptôme de la destruction de leur personnalité, de leur déni de soi, de leur refus d’enlever les chaînes qui les entravent, de leur chosification sexuelle, de la violence psychologique dissimulée. Nées pour vivre dans l’ombre des hommes, et s’y résigner, si elles veulent être une houri parmi les 72 autres qui lui sont promises.

Comme tout sujet qui a subi un endoctrinement religieux à forte dose, conditionné culturellement et psychologiquement, vivant dans un environnement où le mimétisme et la norme, l’affirmation de soi et le non-conformisme, sont une transgression sociale, être soi et ne pas exister pour les autres et à travers eux leur est impossible. Ces femmes voilées sont comme un détenu qui s’installe dans les habitudes de son univers carcéral, lequel devient pour lui sa vraie liberté. La liberté de faire trois pas dans un sens et quatre dans l’autre.

Ces femmes sont les premières victimes du système de valeurs liberticides et castratrices de l’islam. Sans elles, il s’enraye et se grippe, jusqu’à ce qu’il finisse par disparaître. Elles sont les garantes de sa pérennité, ses défenseurs les plus farouches et violentes.

C’est le syndrome de l’aliénée.

Plutôt que de faire tomber le masque qui dissimule le visage hideux de leur système et dont elle porte les stigmates sur le visage, elles font tout le contraire de ce que l’on attend de tout être qui aspire à la dignité et à la liberté.

hijab-1

Le pire est qu’elles sont devenues la force de frappe idéologique de l’islamisation.

Le voile est le premier frein à la liberté de la femme. Ces femmes voilées se mentent à elles-mêmes et devraient trouver un autre mode d’expression pour revendiquer leur liberté, qui est celle d’un dépressif qui ne voit pas le bout du tunnel.

Elles sont sont comme un toxicomane qui croit avoir trouvé un remède à ses maux, plus convaincu que jamais que son existence prend enfin son envol en donnant du sens à une substance nuisible à son état psychique et physique.

C’est une illusion, une hallucination, de l’autosuggestion : « je suis voilée et donc j’existe et vomis vos valeurs de mécréants et de mangeurs de porcs. Je suis une femme libre mais vous êtes aveuglés par vos préjugés qui vous empêchent de percevoir la liberté que j’incarne ».

Une liberté violée, une humanité voilée et une dignité bafouée. Ce sont les vrais signifiants du voile.

Quand on est libre, on ne se cache pas derrière les barreaux de sa prison mentale, derrière le masque de sa condition d’esclave.

Il n’y a pas de différence entre elles et les djihadistes de Daesh qui se couvrent la face.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

Le wahhabisme, ce fléau mortel pour l’humanité

Le virus létal  wahhabite que les occupants anglicans avaient créé au 18 e siècle pour l’inoculer dans le corps musulman fait un retour fracassant et terrifiant  sur la scène mondiale depuis la tragédie du 11 septembre 2001 doit faire plus que jamais l’objet d’un cordon sanitaire afin de l’éradiquer de la surface de la terre.                                                

En effet, ce virus qui fait des ravages incommensurables au sein des populations musulmanes en premier lieu, possède toutes les propriétés du virus nazi et en pire.

C’est la pire idéologie totalitaire et inhumaine de tous les temps qui tombe sous la coupe du l’article 7 du Statut de Rome.  Elle ne se compare qu’à elle-même.

Le wahhabisme  qui serait plutôt l’héritier congénital à l’hydre de Lerne combattue et vaincue par Hercule.  Tellement il est hideux, effrayant et polymorphe.

Cette créature du monde des ténèbres ne semble susciter ni peur ni appréhension de la part du monde anglo-saxon de même que de la France. Couvé de toutes les attentions et regards comme s’il était l’Archange Gabriel alors qu’il est l’incarnation de Satan.

L’occident qui n’a toujours pas tiré les leçons des attentats du 11 septembre 2001 s’emploie à le soutenir sur tous les fronts des pays arabophones pour en faire aujourd’hui le pire cauchemar de ces peuples frustrés des libertés depuis la nuit des temps.

Pour la survie-même de l’humanité et non seulement des peuples précités, il est absolument impérieux d’en finir l’angélisme et l’amnésie criminelle aussi bien de l’occident que de la communauté  internationale lourdement frappée qui doit décréter l’interdiction  de l’utopie wahhabite.

Elle semble oublier que les prêches les plus haineux, fascistes, barbares, antisémites, nazis  et racistes sont le fat des nouveaux prophètes autoproclamés, appelés pompeusement prédicateurs, comme elle semble oublier que les centaines de milliers de terroristes, des véritables escadrons de la mort qui sévissent de par le monde sont tous d’obédience  sunnite tendance wahhabite, de même que les auteurs  des attentats des Twin Towers et ceux qui ont ensanglanté l’Europe n’avaient guère fait mystère de leur appartenance à cette idéologie sectaire dont la finalité est de gouverner un jour le monde au nom de l’Islam.

Elle ambitionne de ré-islamiser  grâce à l’aide active de l’occident veule et vénal et d’islamiser le monde.

Telle une pieuvre tentaculaire, elle essaye de prendre dans ses tentacules tout ce qui peut assouvir sa soif insatiable de pouvoir. En occident, elle se présente sous un visage avenant et rassurant, investissant dans tous les secteurs de la vie sociale, sportive, économique, industriel et surtout dans le luxe, l’art devenu les premiers marchands d’art au monde tandis le wahhabisme déploie ses ailes de faucon  dans les pays arabophones et musulmans pour attraper ses proies dans ses griffes acérées et empoisonnées et les étouffer jusqu’à ce que mort s’en suive comme c’est présentement le cas en Syrie, où il est tombé sur un roc,  après avoir mis à mort le régime de M. Khadhafi auquel il lui avait fait subir une mort des plus cruelles et atroces.

Ne manquant pas de violer et profaner son corps sous le regard complice et bienveillant de leurs mentors occidentaux et les encouragements du philosophe v a-t-en guerre B.H. Lévy,  qui a vendu son âme au Satan wahhabite dont il est devenu le nouvel apôtre de l’islamisme hégémonique qui apparaît surtout comme la caution morale du wahhabisme en occident.

Nul ne peut douter un seul instant que l’activisme débordant dont fait preuve, le nouveau citoyen libyen et fer de lance diplomatique du Qatar, est aussi désintéressé que l’investissement du Qatar dans les banlieues parisiennes laissées à l’abandon par les différents pouvoirs politiques en France entre les mains des prédicateurs wahhabites depuis une vingtaine d’années.

D’autant plus que pour les wahhabites qui sont allergiques à la gratuité du geste qui est à leurs yeux un sacrilège, tout s’achète. Il est improbable que l’engagement virulent et velléitaire de B.H.L. dans le cadre de cette mission ne soit pas guidé par l’appât du gain.

Il ne faut pas tomber dans le jeu de l’angélisme béat pour croire que B.H.L. sert juste de caution morale au wahhabisme pour le rendre fréquentables et vertueux. En faisant office de relations publiques et de lobbyiste, il y a fort à parier que son implication personnelle tant sur le terrain que dans les médias, soit rétribuée à son juste prix. Nonobstant les enjeux géopolitiques et idéologiques sous-jacents à son action.

Il peut toujours alléguer qu’il oeuvre à sa manière pour la sécurité territoriale d’Israël et de sa pérennité , il est fort douteux que les princes des ténèbres wahhabites aient la même vision des choses que lui et se bornent à lui serrer juste la main pour ses bons et loyaux services. Surtout que chez les pétro-monarques, la gratuité du geste est jugée comme suspecte, voire un sacrilège.

Dans leur culture vénale, tout s’achète et rien ne doit résister au pouvoir attractif de l’argent. Et gare à ceux qui refusent la main dorée 18 carats tendus. B.H.L. ne peut pas être l’exception qui confirme la règle. Au lieu de dénoncer la haute nocivité du wahhabisme, il s’est mu en agent spécial de la propagande wahhabite, en exploitant son aura médiatique qui devrait plutôt lui valoir un rôle de figurant dans les western spaghettis. Associer son nom au wahhabisme arrogant et impérial depuis les révolutions dites abusivement du printemps arabe revient à cautionner clairement une idéologie totalitaire, raciste, messianique, ethnocide, pédophile, concentrationnaire, ultra-réactionnaire, désuète, ultra-violente, ouvertement ségrégationniste, belliqueuse, impérialiste, terroriste, xénophobe, périlleuse pour la paix et la sécurité dans le monde, cosmique, pédophile, nécrophile, profanatrice, négationniste, zoophile, proxénète, djihadiste, négatrice de la vie humaine, biblicide, antisémite, homophobe, anti-handicapés.

Une idéologie, héritière légitime du nazisme et des lois raciales de Nuremberg. Ce n’est pas par hasard qu’Hassan al Bana figure historique du wahhabisme et grand-père maternel de l’autre V.R.P. de l’islamisme complet-cravate le caméléon Tarek Ramadhan  dont il se réclame ouvertement de son héritage idéologique. Un héritage philonazi assurément  quand on connait l’admiration inconditionnelle du fondateur-vendu aux britannique de la Confrérie des Frères mafieux et félons pour le Chancelier A. Hitler.