Archives pour la catégorie Censure

Avec l’islam, il n’y a de vie que la mort et de morale que la transgression

La tartuferie musulmane est sans limite. Ils ne sont jamais ce qu’ils disent et n’assument jamais ce qu’ils font. Ils jurent sur Allah et Mahomet, comme si ces deux-là étaient des modèles de probité et d’intégrité moralité, convaincus que leurs interlocuteurs vont avaler leurs grosses couleuvres comme ils s’empiffrent eux-mêmes des paroles de leurs imams-escrocs-fabulateurs et mystificateurs et prendre pour de l’argent comptant leurs allégations mensongères.

Ils sont les rois de l’esbroufe, de la perfidie, de la mythomanie, de la pudibonderie et de l’entourloupe, mais deviennent impulsifs et violents dès qu’ils sont mis en face de leur vrai miroir.

Ils se prétendent pacifistes, non-violents, respectueux  de la vie humaine et ouverts au débat d’idées, mais la réalité est toute autre. Depuis plus de 14 siècles, ils ne font que semer la mort autour d’eux , détruisant tout sur leurs passage, faisant de la lumière de la vie une obscurité pour l’humanité.

Le nom de leur mauvaise foi est devenue le cauchemar de l’humanité au cours de ces 15 dernières années, associée aux centaines de milliers de mort de par le monde, des millions de blessés et d’estropiés, des dizaines de milliers d’attentats terroristes et de tous les crimes les plus abominables contre les femmes, les minorités chrétiennes, contre la paix et contre l’humanité.

Brillants par leur absence dans tous les domaines de la compétition mondiale, aucune contribution notable pour le bien-être commun de l’humanité dont ils sont les premiers à profiter de ses bienfaits tout en oeuvrant paradoxalement à son anéantissement, n’étant pas conscients qu’en la détruisant ils se détruiraient eux-mêmes. Mais des musulmans qui réfléchissent et raisonnent ne sont plus musulmans.

Plutôt que relever les grands défis de notre temps et de rivaliser avec ces peuples tant honnis, ils empruntent la voie de l’ultra-violence multipliant les exploits morbides pour atteindre  des sommets inconnus de la barbarie humaine.

Ils crient au racisme et à l’islamophobie, qui sont des accusations fantaisistes, inappropriées et infondées mais qui font hélas mouche sur leurs accusateurs qui se sentent atteints dans leur humanité alors qu’ils cherchent surtout à faire comprendre aux musulmans qu’ils se trompent d’époque et que si le monde contemporain ne répond pas à leurs attentes plutôt que de vouloir le changer en le mettant à feu et à sang, il conviendrait mieux pour eux de retourner là où ils n’auraient jamais dû sortir, dans leur propre monde, celui du règne de la loi de la jungle qui serait plus douce que la Charia.

Jamais d’actions concrètes de leur part pour témoigner de leur respect indéfectible aux lois humaines de leurs pays d’accueil. Jamais de manifestations de masses pour  condamner sans équivoque les agissements odieux, pervers, attentatoires à la dignité humaine comme cela venait de se produire à Cologne et dans d’autres villes européennes. Ils n’ont pas certes la paternité des crimes sexuels, mais ils excellent en la matière.

Plutôt que de faire leur examen de conscience, d’admettre que le mâle musulman jouit d’une impunité coranique qui lui confère un sentiment de toute-puissance le mettant au-dessus des lois humaines,   et d’analyser la réalité de l’explosion exponentielle de la courbe des actes de violence sexuelle et de violations des lois dans les pays occidentaux corrélée avec l’arrivée  massive des « réfugiés » majoritairement musulmans, les musulmans de France n’ont pas trouvé mieux pour le plan de communication que d’organiser un week-end de portes ouvertes. Certainement pour séduire les futurs candidats à la soumission à l’islam passage obligé pour le djihad.

Ils ne connaissent du dialogue que l’intimidation de leurs contradicteurs et la décapitation de la liberté d’expression comme l’illustre mon cas personnel,  menaces de procès et de mort, diabolisation, censures récurrentes de mes publications par la Commission facebokienne  de la défense et de la sauvegarde de la pensée islamique.

Les écrits ne tuent pas contrairement à leurs glaives et ceintures d’explosifs mais il semble qu’ils font plus aux psychopathes-suicidaires-délirants d’Allah que les bombes des leurs aux heures des prières .

Bouchés et fermés comme des huîtres avec tous mes respects pour ces crustacés qui agrémentent nos fêtes,  ils ne peuvent jamais comprendre qu’il n’y a pas de liberté sans le débat d’idées.

La peur n’est-elle pas symptomatique de leur état de fragilité psychologique et de leur manque de confiance en eux-mêmes ? Si leur foi dans leur religion était solide et ce à quoi ils croient avait suffisamment de consistance spirituelle, ils avanceraient à visage découvert pour affronter leurs détracteurs et n’auraient pas besoin de la violence et des coups bas comme arguments de défense.

Entre eux et nous, c’est la différence entre la lâcheté et le courage. Pour paraphraser André Maurois je dirais »La lâcheté vient, le plus souvent, d’une incapacité maladive de réfléchir et de raisonner . »

Un lâche n’assume jamais la responsabilité de ses actes  perd vite le contrôle de soi et se victimise, il a beau avoir être pris la main dans le sac et toutes et sa culpabilité ne fait pas l’ombre d’un doute et il crie comme un forcené au complot et proclame son innocence à l’image des musulmans qui nous bernent avec ce n’est pas ça l’islam et qui attendent juste le moment qu’on leur tourne le dos pour nous décapiter.

Quand Facebook devient un tribunal de l’inquisition islamique pour décapiter la liberté d’expression

Le blogueur saoudien Raef Badaoui a survécu aux 50 coups de fouet

Voici ce qui attend demain les libres penseurs soumis aujourd’hui à la censure inquisitoriale facebookienne

Il ne passe plus un jour sans que la censure facebookienne ne décapite mes publications et me mettent à chaque fois en quarantaine. Encore aujourd’hui je viens de faire l’objet d’une nouvelle fatwa de Facebook m’interdisant de publier et de partager mes articles sur son réseau. Toujours le même verdict :  » nous avons décidé de supprimer l’une de vos publications car elle contrevient aux standards de notre communauté ». Jamais vous ne saurez en quoi leurs règles de bonne conduite morale à supposer qu’ils en aient, ont été violées ni qu’ils vous donnent le droit à la parole. C’est un verdict sans appel. On juge et on chârtie.

Les droits de la défense est un concept inconnu dans la justice liberticide de Facebook. Il a été décidé arbitrairement et uniatéralement ainsi et force doit rester à la loi facebookienne qui ressemble étrangement à la charia, la loi scélérate et mortifère islamique.

Il suffit désormais que des musulmans  qui se font silencieux quand il s’agit de condamner les décapitations à grande échelle de l’E.I. manifestent leur ire à cause  du caractère peu flatteur d’un article pour l’image de leur religion qui est source pourtant du pire cauchemar de l’humanité pour que facebook s’exécute avec le zèle d’un esclave pour son maître au mépris du droit inaliénable à la liberté d’expression et au droit à la critique d’une religion fusse-t-elle l’islam qui ne doit pas bénéficier d’un quelconque traitement de faveur et de passe-droit mortel à terme pour les libertés politiques fondamentales. A force de censure et de condamnations iniques, le champ des libertés se rétrécit chaque jour en France pour céder la place à l’emprise grandissante de l’islam sur le contrôle de la pensée qui ne peut plus s’exprimer en toute liberté à cause des barbelés érigés ici-et-là pour empêcher loute manifestation  épistolaire critique de l’islam. L’islam est en train de réussir inexorablement son O.P.A. sur nos droits fondamentaux. Bientôt la vie publique sera soumise au plein contrôle de la censure islamique pour se transformer non pas en Goulag mais en camp de la mort pour les libres penseurs.

Facebook plus imprégné de la négation de la liberté dans l’islam a l’excuse de ne rien connaître à la philosphie kantienne de la liberté d’expression  qui est indispensable à la liberté de pensée et plus encore le liquide rachidien de la démocratie: « Certes, on dit : la liberté de parler, ou d’écrire peut nous être retirée par un pouvoir supérieur mais absolument pas celle de penser. Toutefois, quelles seraient l’ampleur et la justesse de notre pensée, si nous ne pensions pas en quelque sorte en communauté avec d’autres à qui nouscommuniquerions nos pensées et qui nous communiqueraient les leurs ! On peut donc dire que ce pouvoir extérieur qui dérobe aux hommes la liberté de communiquer en public leurs pensées, leur retire aussi la liberté de penser »

Facebook ne doit pas savoir que la liberté d’expression est protégée par le droit international

Elle est citée à l’article 19 de la Charte Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1948, ignorée par les pays dont il se fait aujourd’hui le plus ardent procureur comme suit :

« Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit. »

Nous n’avons pas fait en France une Révolution pour se libérer du joug d’une religion  autrement moins génocidaire et concentrationnaire que l’islam pour lui substituer aujourd’hui la dictature de cette religion créée par un être sans foi ni loi, un personnage dévergondé, pédophile, incestueux, zoophile, assassin, chef de meute, épouvantable, cruel, terrifiant et sans morale pour des tribus oisives, divisées entre elles, vandales, destructrices, dévastatrices, velléitaires, qui se livrent des guerres acharnées, se haïssant à mort, vivant de butins et de pillage. Et comme le résume si bien Kamal Atatürk :

« Depuis plus de cinq cents ans, s’écriait-il dans ses moments de colère, les règles et les théories d’un vieux cheik arabe (Mahomet), et les interprétations abusives de générations de prêtres crasseux et ignares ont fixé, en Turquie, tous les détails de la loi civile et criminelle.

Elles ont réglé la forme de la Constitution, les moindres faits et gestes de la vie de chaque citoyen, sa nourriture, ses heures de veille et de sommeil, la coupe de ses vêtements, ce qu’il apprend à l’école, ses coutumes, ses habitudes et jusqu’à ses pensées les plus intimes.

L’Islam, cette théologie absurde d’un Bédouin immoral, est un cadavre putréfié qui empoisonne nos vies. »

Les censeurs facebookiens aux ordres de l’islam auront un jpur à le regretter si jamais les décapiteurs musulmans leur laissent une chance d’avoir péché par naïveté en es^pérant que ce soit pas par pure cupidité et esprit vénal.

.

.