Archives pour la catégorie Colonialisme arabo-musulman

Bientôt on dira aux Français : l’islam ou la mort

Afficher l'image d'origine

On demande aux Français d’être compréhensifs avec les musulmans et de compatir pour eux à chaque fois que les bombes humaines d’Allah les plongent dans l’horreur car les vraies victimes ne sont pas celles qu’on croit mais celles qu’un déplorable concours de circonstances leur a fait endosser l’uniforme du bourreau et que sont les Français qui sont de surcroît les vrais responsables car ils n’ont rien fait pour favoriser leur intégration sociale et économique. En ayant nourri leurs frustrations, ils doivent assumer les conséquences de ces actes commis contre le plein gré de ces pauvres musulmans. On requiert avec virulence et véhémence  contre les Français qui deviennent les accusés et on plaide la cause des musulmans faibles et sans défense.

On leur demande  d’être généreux, d’ouvrir leurs coeurs et leurs portes aux réfugiés une nouvelle chance pour la France clament les « migrationnistes » pathétiques et félons, issus majoritairement des pays du glaive et du croissant qui pour la plupart ne sont pas en proie à des guerres civiles  déferlant sur eux comme  des nuées de sauterelles qui ne sont pas sans rappeler les sauterelles dévastatrices islamo-arabisées qui s’étaient abattues naguère sur l’Afrique du Nord qui avaient fait d’un peuple fier et bâtisseur un peuple indigne, sans âme, ni foi ni loi, pour l’envoyer au tréfonds de l’histoire.

On demande aux Français de ne point ménager leurs efforts pour que la déferlante migratoire produit de la peste verte se déroule sans couacs ni ambages et promettant les pires châtiments aux sentinelles de la République.

On leur demande d’observer l’Omerta sur leurs comportements hérités d’un autre temps où la femme était un butin parmi d’autres où un cheval valait mieux qu’elle, de fermer l’oeil sur les dérives et atteintes en tous genres, violences et voies de faits sur leurs policiers, troubles sur la voie publique,  attaques des trains comme dans les films western, mises en danger de la vie d’autrui, agressions, occupations illégales de l’espace public, qu’ils leur laissent toutes les coudées franches pour donner libre-cours à leurs pulsions bestiales à l’image de ce qui s’est passé à Cologne mais en réalité dans 16 lands sur 18.

Que demande-t-on justement aux Français ? Plutôt que de leur demander de doubler de vigilance, leur intelligentsia préfère minimiser ces actes odieux pour les qualifier d’une péripétie de l’histoire et que les violeurs doivent bénéficier des circonstances atténuantes et qu’au fond ils n’ont fait du mal à personne comme ce Monsieur Thierry Pech  de Terra Nova, un think thank pour la mise à mort de la morale républicaine qui n’a que faire des violeurs et qui rend justice aux victimes, mais cela n’est pas de son avis : « Les agresseurs de Cologne ont toujours connu chômage et misère sexuelle, c’est pour cela qu’il ne faut pas les juger hâtivement »

On demandera bientôt aux Français de leur offrir les couteaux de boucherie à la lame bien aiguisée et leur tendre le pour qu’ils soient décapitées dans la pure tradition mahométane ( Sourate 8, Versets 4, 12 et 47) où il est recommandé de frapper au cou les infidèles.

Comme leurs gouvernants et leurs élites collabo-capitulardes trouvent qu’ils ne font pas assez pour le bien-être des musulmans et  le bonheur de cette religion de paix,  d’amour et de tolérance dont elle ne cesse de gratifier les siens et l’humanité tout entière depuis le jour où un gourou sanguinaire, mégalomaniaque, haineux, en mal d’affection, pervers sexuel, narcissique,  avait planté sa semence mortelle en terre d’Arabie,  ils leur demande le plus benoîtement du monde d’aider l’islam à grandir. Apparemment il n’est pas assez grand à leurs goûts malgré tous le dégâts qu’il lui inflige au quotidien, pendant qu’ils sont ils devraient leur demander  d’aider le nazisme à renaître ses cendres.

Fasciné à la folie par l’islam et vouant une admiration béate aux musulmans, M. Valls qui doit avoir mieux à faire en défendant la république mise à mal par le péril hégémonique et « invasionniste »  musulman leur demande tout bêtement de rendre l’islam compatible avec la démocratie.

Pourquoi est-ce aux Français d’y mettre du leur et ce n’est pas à l’islam qui n’est même pas compatible avec lui-même de s’en tenir à son champ cultuel sinon il s’expose à la déclassification de son statut en tant que religion et on lui déclare la guerre comme à son clone nazi naguère ?

On doit aussi rappeler aux musulmans que la France ne leur a pas demandé de venir et qu’elle ne retient personne contre son gré. Soit ils se plient à ses lois et respectent ses us et coutumes soit ils sont mieux ailleurs que chez elle. L’ Arabie sera toute heureuse de leur faire l’honneur de les accueillir chez elle.

On  ne demande jamais rien aux légionnaires-esclaves d’Allah ne serait-ce de respecter les lois de leur pays d’accueil et leur faire comprendre que ce n’est jamais à l’hôte de se plier aux moeurs et coutumes des « invités » dont la majorité d’entre eux s’étaient introduits dans les lieux par la ruse comme des pique-assiettes aux banquets.

Il est étrange que l’on puisse demander aux maîtres des lieux de mettre du leur et de payer de leurs personnes pour servir de relations publiques pour améliorer l’image de marque du pire système idéologique que l’humanité ait jamais connu depuis que le monde est monde.

Personne ne sait où va la France qui demande trop aux siens et rien aux musulmans. Ils sont traités comme des seigneurs avec tous les privilèges dus à leur rang alors qu’ils ne sont que des pauvres esclaves incapables d’assumer leur destin humain et qui préfèrent rester entravés par les chaînes de leur asservissement éternel que de se battre pour leur dignité.

Veut-on réduire les Français à plus esclaves que les esclaves choyés et adulés par leurs gouvernants ? A se demander si l’on ne veut pas faire d’eux des sous-hommes de ceux-là-mêmes qui sont loin d’être des hommes au sens littéral du terme.

C’est quoi cette France qui se renie elle-même et se couvre de honte et de ridicule chaque jour au lieu d’aller au combat contre le Grand Mal musulman ? La France a-t-elle peur à ce point de l’islam et du choc frontal inévitable avec cette culture proto-historique  qu’elle se cherche une issue de secours la plus honorable possible pour s’épargner une débâcle qui signifiera sa fin ?  Qui peut préjuger de l’issue d’un combat tant qu’il n’a pas été réellement livré ?

Le déshonneur est dans les concessions et les compromissions. Le déshonneur est cette culture pusillanime de démission et de permissivité qui  caractérise sa politique intérieure. Le déshonneur est cet esprit de courtisanerie devenu le trait d’union de toute sa classe politique dont le FN lui-même. Le déshonneur est son fayotage pathétique et son déhanchement langoureux devant l’islam.

Mais à force de trop demander aux Français de faire la courbette devant les musulmans et que l’on doit traiter comme des seigneurs, alors qu’il semble que l’ère du servage était révolue à moins qu’on les prépare pour la dhimmitude, et de donner à l’ogre musulman des apparences de Blanche Neige, le réveil est inéluctable le jour où le seuil de tolérance est véritablement franchi et plus personne ne pourra contenir leur colère.

 

L’Afrique du Nord n’est pas arabe n’en déplaise à sa propre population

Afficher l'image d'origine 

Je n’ai jamais fait l’amalgame entre arabe  qui désigne celui qui tire ses origines des tribus d’Arabie et musulman qui est une religion. Parler l’arabe n’identifie pas l’individu à une ethnie. Comme si être arabophone est synonyme d’arabe ou être francophone c’est aussi être français.

Comme je n’ai jamais fait l’amalgame entre un arabe et un syrien, un arabe et un djiboutien, un arabe et un mauritanien, un arabe et un égyptien, un arabe et un palestinien, un arabe et un algérien, un arabe et un irakien, un arabe et un tunisien, etc..

Faire un tel amalgame c’est une insulte à l’histoire  millénaire de ces peuples, nier leur histoire politique, militaire, civilisationnelle, leur identité propre, leur particularisme humain, leur existence pré islamique. Les assimiler à des arabes cela revient à dire que les territoires colonisés par les arabes venus de la Péninsule arabique étaient des terra nullius, des territoires  inhabités et inhospitaliers et les arabes venus en familles les avaient peuplés en y faisant pousser les arbres de la vie,un peu sur le modèle du Far West.

Or, c’est faux et archi-faux. Ces territoires avaient une histoire, une des plus brillantes que le monde n’ait jamais connue,  une culture plurielle et  riche et un peuple entreprenant aux racines biologiques et ethniques multiples.

Ne pas le reconnaître ça équivaut à la reconnaissance explicite d’un crime génocidaire   commis contre ces peuples auxquels les arabes avaient pu se substituer et donner une nouvelle identité biologique à ces territoires. Le salafisme est par définition la négation de toute histoire pré islamique ce qui donne à penser qu’en chaque assimilé arabe sommeille un salafiste en puissance. Comment peut-on effacer d’un seul trait de plume les histoires merveilleuses des Egyptiens, des Assyriens, des Mésopotamiens, des Berbères auxquels on doit la conquête de l’Espagne, des Phéniciens auxquels on doit l’alphabet moderne et la viticulture, etc. ?

La vraie offense c’est de diluer tous ces peuples dans une identité arabe au mépris de leur identité originelle. L’identité d’un peuple est dans sa mémoire historique, toute tentative de l’effacer de sa mémoire est une atteinte à son intégrité culturelle.

Etre arabe n’est rien d’autre que l’uniformisation des cultures par le bas dans un moule liberticide et  négateur du droit à la différence outre le fait de conférer aux arabes issus de la Péninsule arabique un pouvoir exorbitant dû à  soi-disant leur pureté d’origine du fait de leur proximité ethnique avec le Prophète.

Etre arabe, n’est rien d’autre qu’un acte d’allégeance et de subordination à ceux qui le sont ethniquement. Au lieu de se défaire de leurs contraintes linguistiques et religieuses imposées par les envahisseurs arabes, les Nord-Africains font de leur identification à leurs maîtres-colonisateurs la moelle épinière de  de leur état de servitude.

En conclusion, il n’y a pas de quoi être fier de se réclamer de la culture de ses colonisateurs, source de barbarie humaine.

Qu’a t-elle véritablement apporté à ce peuple qui a donné 3 papes à l’Eglise chrétienne avant même que la France ne découvre le christianisme avec le baptême de Clovis ? Rien que ruine, misère, aliénation, paralysie,  assujettissement, inculture et désolation !

Comme toute idéologie fasciste l’islam ne peut prospérer que sur la crétinisation des masses

Islamic-Barnstar-Allah
Islamic-Barnstar-Allah (Photo credit: Wikipedia)

Le peuple Amazigh crétinisé et abruti par l’arabo-islamisme, totalement dépouillé de son âme, inculte et ignorant de ce qu’il est lui-même ne pourra jamais sortir de son état de misère cultuelle et intellectuelle chronique à cause des garde-fous idéologiques posés par ses dirigeants politiques aux ordres des monarchies pétrolières qui veillent à l’enracinement étouffant des nord-africains dans la sphère de leur domination cultuelle et culturelle.

En effet, quasi-illettré à cause d’une éducation islamo-centriste nuisible à la critique et à la réflexion, ce peuple a perdu presque tous ses repères historiques, linguistiques, et anthropologiques.

Quand on veut crétiniser les peuples, il faut les islamiser. Quand ils cherchent à se dé crétiniser  il faut les ré-islamiser comme c’est présentement le cas en Tunisie qui se trouve condamnée à un obscurantisme inéluctable où seule l’ignorance est synonyme de reconnaissance sociale et de prestige à l’instar de ces ‘ulama fi dine ( savants dans la religion ) ou des haffidhins du coran (des perroquets) dont la poitrine est un Coran ouvert et auxquels Allah promet ses plus belles récompenses, sexe et alcool à volonté et pour l’éternité mais dans l’au-delà. .

Pour couper les peuples dans leur élan d’affranchissement de la tutelle de l’islam après les avoir coupés quasiment définitivement de leur histoire et de leur véritable identité jugée comme un sacrilège aux yeux de l’idéologie musulmane dominante, Il n’y a pas meilleur traitement que la religion ce puissant agent soporifique paralysant le corps et l’esprit, qui les tétanise au moyen de la ré-inoculation à forte dose du virus neurologique de l’islam dont les effets sont plus nocifs que tous les hallucinogènes réunis.

Plus que toutes les religions, l’islam joue sur les mécanismes de l’aliénation mentale condition sine-qua-non pour embrouiller la vision des hommes en les enivrant par des illusions mystico-lubriques afin d’étouffer toutes velléités de réveil de confiance qui pourraient lui être fatales.

Conscient qu’il ne peut prospérer que sur le terreau de la misère intellectuelle et le et le maintien des hommes dans l’ignorance des choses les plus élémentaires en ce qui concerne leurs conditions d’existence. Il les enferme dans les mosquées plutôt que de les inciter à travailler dans les champs pour subvenir à leurs besoins. Un musulman doit rester au service d’Allah et jamais à s’occuper de sa personne et des siens. Formaté et endoctriné du berceau jusqu’à la tombe, il ne peut pas imaginer le monde en dehors de ce qu’Allah lui ordonne. S’il est analphabète c’est Allah qui l’a voulu et s’il est lettré mais seulement dans l’islam c’est toujours selon la volonté d’Allah. Nulle part dans le Coran il est recommandé aux musulmans de sortir des voies de l’ignorance universelle car pour l’islam il n’y a qu’un seul savoir le sien que le musulman doit propager aux quatre coins de la terre. Un inculte dans le rôle de précepteur.

Le monde musulman est celui qui accuse le plus de retard à tous les niveaux. Il souffre de déficits intellectuels alarmants. Ravagé par des taux d’analphabétisme pour les deux sexes qui laissent présager un enlisement inextricable dans l’obscurantisme et son corollaire le fanatisme.

L’islam préfère les imams aux scientifiques qui sont ses bras droits, ses censeurs et ses vigiles pour garder ses ouailles à l’abri de la tentation des apprentissages rationalistes et philosophiques, ennemis de la religion. Les musulmans disent que la première parole qu’Allah a dictée à Mahomet est lis, ikra, ce qui laisse supposer déjà que son envoyé autoproclamé sait lire déjà et qu’Allah lui a adressé un message écrit. Ce qui remet en question la légende du prophète oummi qui ne veut pas forcément dire jahel, ignorant. Il n’en reste pas que le musulman censé suivre son modèle parfait doit se borner à lire mais pas écrire, et mémoriser tout ce qu’il lit et ce qui est dicté afin de pouvoir le réciter comme c’est le cas dans les madrassahs en Afghanistan et au Pakistan où les enfants sont totalement analphabètes en Arabe et qui restituent oralement les versets coraniques. Un autre constat et non des moindres est le sectarisme intellectuel chez les musulmans où tout doit être centré autour du savoir religieux et de la connaissance du Coran avec l’interdiction absolue de lire et de s’instruire de toute autre chose qui n’est pas l’oeuvre d’Allah et de ses plumitifs auto-revendiqués.

Seule la lecture sacrée qui est une imposture est autorisée aux musulmans qui pensent que le monde est de la taille du poil de la barbe de Mahomet. Il n’y a que les crétins qui prétendent que l’islam est une religion du savoir, un savoir essentiellement religieux qui n’est donc pas un savoir. Mussolini disait que le fascisme n’a pas besoin d’hommes cultivés et instruits pour réussir, ils sont même un danger pour son développement. Ce l’est d’autant plus vrai avec les islamistes dans le monde musulman qui mènent une guerre à mort aux hommes du savoir universel et anti-sectarisme religieux les diabolisant et les couvrant de toutes les valeurs négatives. Les qualifiant ainsi de kafirs (mécrus), de chouyou’iyounes (communistes), de judéo-chrétiens pour les journalistes,  de sionistes pour tous ceux qui osent le démasquer, des suppôts du pouvoir tyrannique,tâghout, comme si Allah n’était pas un tyran absolutiste, ou  adouw Allah ( ennemis d’Allah )comme en Algérie dans les années 90. « Celui qui combat Allah par la plume périra par le fil de l’épée ».

L’islam comme toute idéologie totalitaire a une phobie des savoirs et connaissances qui ne rattachent pas l’homme aux dogmes de la foi, surtout ceux que ses farouches partisans considèrent comme s’inscrivant dans la continuation néfaste, certainement à l’islam lui-même, du colonialisme occidental.

Sa grande hantise est de voir desserrer les chaînes qui entravent   les chevilles de ses ‘abid (esclaves) qui auraient un jour des velléités  de liberté à travers des prises de conscience de soi dont ils pourraient être instruit par des apports extérieurs jugés comme maléfiques. Son propre salut passe par un black out total de toutes les sources d’influence intellectuelles qui instruisent l’homme et le valorisent en tant qu’individu en opposition à l’idéal musulman de l’Oumma (communauté) qui est la matrice maternelle des musulmans qui ne peuvent avoir une existence propre en dehors de son champ.

Qui mieux que les systèmes de pensée libérateurs de l’énergie humaine peuvent donner à l’homme les moyens de la construction de sa propre identité sociale et personnelle, de faire de lui un être réfléchi et pensant ?

Tout le contraire de ce que l’islam dessine comme modèle de vie pour ses fidèles basés sur l’allégeance, la soumission  et la résignation à son destin tel qu’Allah leur a tracé. Plus la pensée est verrouillé plus le pouvoir de l’islam perdure et se pérennise et par conséquent plus les hommes perdent toute conscience de leur propre être pour devenir des pions sur son échiquier.  Des crétins  gagnés par un seul enseignement monolithique qui font de leur état d’incarcération mentale et intellectuelle une forme de liberté. Inconscients de ce qu’ils sont qu’il s’emploie à les enfermer dans sa tour d’ivoire sans issue que la fin qu’il écrit lui-même pour eux.