Archives pour la catégorie constitution

Le suicide tunisien

Le présent article date du mois de mars 2013. Je le livre aux lecteurs en l’état. J’aurais souhaité que les nervis de la déconstruction humaine de la Tunisie me donnent tort et mille fois hélas ils ont été au-delà du pire. En faisant de l’Etat protecteur de l’islam ils ont consacré la dissolution définitive de la Tunisie dans l’Oumma islamique, bien pire que le Reich nazi. On ne construit pas un Etat moderne et unitaire en le plaçant sous la tutelle de l’islam qui est foi et loi à la fois.

Les idéaux de la révolution tunisienne : dignité, travail, liberté et égalité. Les idéaux de la future constitution : Allah, Mahomet, la l’islam, l’arabisme dans le sens de wahhabisme, le djihad, la Palestine, l’exclusion des femmes, les valeurs du sacré, la nécrophilie, la zoophilie, le halal et le haram, la pédophilie, la Palestine, l’oumma, la fraternité musulmane, le rigorisme, le viagra, l’éclatement de la cellule familiale, les mariages précaires, les femmes jetables, l’abolition du planning familial, le retour au foyer des femmes, la déscolarisation des filles, plus d’écoles pour tous, plus d’enseignement des sciences humaines et des sciences sociales, amputation des voleurs, déculpabilisation des violeurs, plus de santé publique, le viol sacralisé et institutionnalisé, la fitna, le capitalisme sauvage, la charia, la lapidation, le Califat, l’ultra-conservatisme social, l’esprit des castes, le Qatar, le racisme anti non-musulman, l’apartheid sexuel, social et religieux, l’apostasie, la peine de mort.

Autant de valeurs dégradantes, avilissantes, aliénantes, castratrices,  liberticides et indignes de la condition humaine et autant de freins inhibiteurs pour la construction d’une société humaine et progressiste. Mais tant qu’elles sont musulmanes, les Tunisiens ne vont pas les rejeter de peur de devenir des apostats.

Le choix est simple soit l’islam et ses valeurs rétrogrades,  racistes, féminicides, culticides, négatrices du droit à la différence, castratrices, réactionnaires, obscurantistes et totalitaires, soit les droits fondamentaux garantis par une constitution humaine, démocratique, sociale, plurielle, et humaniste. Elle est peut-être imparfaite comme le prétendent les bigots mais au moins elle libère les énergies et respectueuses des droits de l’homme et des libertés publiques.

Une constitution ouverte, démocratique, garante de toutes les libertés et qui ne consacre pas l’Etat comme gardien de la foi,  a toutes les chances d’éloigner les tunisiens de la tutelle de la religion c’est pourquoi ils veulent créer des garde-fous institutionnels pour empêcher toute tentative de résilience et de rupture avec l’islam.

Ce n’est pas de laïcité qu’il s’agit, c’est des droits humains qui n’existent pas dans l’islam qui sont les vrais enjeux de cette constitution.

On ne fait pas des valeurs rétrogrades et barbares de l’arabo-islamisme un idéal identitaire

On ne fait pas d’une langue et d’une religion imposées par la force de l’épée et l’effusion du sang  et au prix du génocide du peuple amazigh une identité inaliénable pour les Tunisiens. On a pas besoin non plus d’en faire une loi constitutionnelle pour la rendre opposable à tous, comme si elle était un facteur de citoyenneté et d’enrichissement humain. il ne suffit pas de parler l’arabe et de professer l’islam pour être réduit à une portion congrue, un ersatz de l’arabo-islamisme synonyme de colonialisme, d’asservissement, féodalisme, despotisme et d’archaïsme..

Pourquoi les constitutions de l’Amérique du Sud ne font référence ne font pas référence à leur prétendue hispanité ? Ou la constitution française de 1958 ne revendique pas la latinité et l’origine gallo-romaine de la France ?

En quoi cette identité pouvait elle l’expression de l’histoire millénaire et variée des peuples afro-méditerranéens ? En quoi cette identité était-elle porteuse d’idéaux humains et politiques ?  En quoi pouvait-elle contribuer à l’essor de ces peuples dépouillés de leur véritable identité amazigh et judéo-chrétienne ?  En quoi était-elle un vecteur du développement économique et de progrès social ? 1400 ans que cela dure pour faire des peuples libers des peuples soumis et avilis. Des peuples de lumière, ils sont passés à l’obscurité. Des peuples de l’histoire, ils sont devenus des peuples de la protohistoire. Des peuples conquérants, ils sont devenus des éternels dominions.

Pourquoi veut-on faire de ces peuples des arabo-musulmans ce qu’ils ne le sont pas réellement ? Quelle est la véritable signification politique de ce projet de l’arabo-islamisation des sociétés afro-méditerranéennes au point de lui conférer un caractère constitutionnel ?

Parce que ces peuples ne le sont pas assez qu’on veut davantage les arabo-islamiser ou ils né le sont pas du tout qu’on carrément les arabo-islamiser. Mais plutôt que de les affilier à un espace qui n’est pas le leur n’est-il pas plus pertinent de les faire renouer avec leur véritable personnalité historique ? A moins que ce projet n’ait pour dessein de créer le cadre institutionnel de la wahhabisation forcée desdites sociétés et étouffer à tout jamais les velléités de rupture avec une culture négatrice de leur multiculturalisme et pluralité. Que l’on démontre dans ce cas-là si ces populations possèdent le caractère génétique des arabes, ce qui pourrait justifier leur rattachement définitif à cette ethnie qui n’est pas réputée pour son goût prononcé pour le travail et le respect de la dignité humaine.

Un projet aux visées néo-colonialistes, de perte de souveraineté natiuonale et d’acculturation définitive qui se profile à l’horizon de  la Tunisie comme l’Algérie comme le Maroc ainsi que la Libye et l’Egypte  qui ne sont  pourtant pas la propriété de l’arabo-islamisme. Pays millénaires ils n’ont pas été fécondés par les arabes et leur religion impérialiste et génocidaire. Pluriels ils le sont et pluriels ils le resteront. Pourquoi veut-on faire de nous ce que nous ne sommes pas ?

Un tunisien et un algérien ne sont pas arabes et ils n’ont pas à être nationalisés arabes pour qu’ils fassent l’objet d’une O.P.A constitutionnelle, ils sont le fruit du multiculturalisme et des mélanges des peuples et des cultures. Afro-méditerranéens voilà ce qu’ils sont. On ne fait pas de l’identité de la barbarie humaine un idéal démocratique pour ces peuples.