Archives pour la catégorie crimes contre l’humanité

Pendant que les islamistes sèment la mort les musulmans modérés font le mort

Afficher l'image d'origine

Les dessous, la face cachée, chercher les vrais coupables, on ne fait que fantasmer et épiloguer sur la théorie du complot depuis 15 ans sur les attentats du Twin Towers. Et pourtant les milliers des victimes sont le vrai visage de ces attentats et la preuve irréfutable que des milliers de vies humaines furent brisées pour étancher la soif de sang humain d’un escadron de la mort portant la couleur de l’Islam.

Elles, elles sont bel et bien mortes et sacrifiées sur l’autel de l’ogre islamiste. Nous avons tous à leurs égards un devoir de mémoire et spéculer sur l’identité des vrais commanditaires et bénéficiaires de cette boucherie qui avait frappé toute la communauté internationale sans distinction de religion et de nationalité revient à infliger une nouvelle mort aux victimes et réveiller la douleur de leurs familles.

Qu’il y ait des zones d’ombres entourant cette tragédie qui portait le sceau de la terreur islamiste cela va de soi mais qui est loi d’être avérées, mais spéculer là-dessus alors que ces morts sont là pour témoigner que le ventre de la bête islamiste est aussi immonde fécond que la bête nazie est un déni de vérité et une profanation de la mémoire de tous innocents qui avaient le malheur d’avoir croisé sur leur chemin de la vie des fanatiques avides de chair humaine.

Nul ne doit nier que jusqu’à preuve du contraire que les auteurs des attentats macabres du 11 septembre 2001 professaient tous la religion musulmane. De même qu’à ce jour aucune voix ne s’était levé dans le monde musulman pour condamner explicitement et sans ambages ni détour cet acte ignominieux qui jeté une tache indélébile sur l’Islam lui-même qui du statut de religion se trouve depuis cette date assimilée à une idéologie ultra-violente, sanguinaire et totalitaire.

Il est regrettable et navrant qu’aucun rassemblement ne soit tenu en hommage aux victimes, ni aucune prière ne soit organisée dans les mosquées pour commémorer la mémoire des victimes. Le sang qui avait coulé ce jour-là était tout simplement humain. Les terroristes n’avaient pas fait de différence au moment de leur passage à l’acte. Les musulmans qui étaient eux aussi endeuillés en ce jour funeste se doivent d’associer aujourd’hui dans leurs prières toutes les victimes de ces attentats que certains de leurs coreligionnaires avaient perpétrés quoi qu’il en soit au nom de la religion musulmane et pour la gloire d’Allah, cette divinité immonde et diabolique.

La dernière parole prononcée par ces monstres n’était-elle pas justement : Allah Akhbar et non pas louange à Dieu ou Haré Khrisna ? Il est évident que les musulmans qui sont souvent les premières victimes de la violence terroriste n’ont pas à endosser une quelconque responsabilité dans lesdits attentats, mais il n’en demeure moins que leur silence trouble n’est guère rassurant quant à leur volonté d’éradiquer la peste terroriste qui prospère en leur sein.

C’est leur absence de réaction virulente et de forte mobilisation contre le fléau terroriste qui laisse à penser qu’ils s’y accommodent parfaitement., validant ainsi le postulat qui ne dit mot consent. Enfin que les djihadistes islamistes aient été manipulés et des simples pantins entre les mains des forces occultes, il s’agit-là d’une circonstance aggravante qui dénote d’une part qu’ils sont des sujets influençables et dénués de volonté propre et d’autre part leur doctrine religieuse dont ils se veulent les vaillants combattants n’enseigne ni le respect de la vie humaine ni le sens de l’honneur. Les terroristes islamistes sont sans foi ni loi, ce n’est pas par hasard qu’ils sont des potiches et des nervis pour leurs vrais maîtres.

La vraie réconciliation des musulmans avec la communauté internationale aura du sens le jour où chaque pays musulman érigera sur son sol un Mémorial en hommage aux victimes du radicalisme musulman. Mais cela relève encore de l’utopie.

Les attentats de Bruxelles sont l’oeuvre de l’islam et les musulmans en sont les coauteurs!

Les laudateurs abjects de l’islam de paix vont encore nous seriner que l’islam est étranger au malheur qui vient de frapper nos amis belges et pousser l’indécence  jusqu’à le faire passer pour la vraie victime et que les morts et les blessés  ne sont que les dommages collatéraux  des attentats dont elle était la principale cible et qui visent à le salir et le discréditer.

La vigilance est de mise et on ne doit pas céder à l’angélisme des profanateurs professionnels de la mémoire des victimes de l’islam. Ils ne sont rien d’autres que des apologistes de crimes contre l’humanité,  des agents de la propagande islamique dont la finalité est d’anéantir l’humanité non-musulmane,  et avocats zélés de leurs  frères djihadistes qui plongent le monde dans l’horreur indicible  comme aujourd’hui à Bruxelles.

Comme à l’accoutumée ils ne vont pas manquer de brandir comme sur LCI au lendemain des attentats du 13 novembre 2015 leurs versets de paix et de respect de la vie humaine,  mais ils ne doivent plus tromper personne, car ces versets  sont d’une part contredits et abrogés  par d’autres qui portent en eux tous les germes destructeurs de l’humanité et d’autre part ils sont une grosse couleuvre qu’ils veulent faire avaler à l’opinion publique de plus en plus réfractaire et hostile à l’islam.  Une fable mahométane.

C’est l’islam qui appelle à la mort des infidèles et remplit de haine le coeur des siens.  C’est lui qui arme la main de leurs frères djihadistes et qui fait d’un voyou un monstre d’inhumanité et une bombe humaine. Ce sont des musulmans qui mettent en péril la pérennité de l’humanité.

L’islam ordonne et les musulmans exécutent.

En se proclamant de lui, ils sont  tout autant coupables que les leurs qui mettent en musique les préceptes coraniques.

Leur silence et leurs dénégations pathétiques  quant à la haute toxicité de leur bolet de Satan islamique sont autant d’aveux  de culpabilité et les preuves morales de leurs implications directes dans les plus de 30 000 attentats terroristes  depuis le 11 septembre 2001.

En faisant le choix de la voie de l’islam et d’y rester,  ils doivent assumer les crimes des leurs qu’ils sont tenus de leur venir en aide et les soutenir, comme couvrir leur cavale de Salah Abdeslam à Molenbeek par exemple, victimes ou coupables,comme leur enjoint leur modèle Mahomet, ce prophète du carnage, de la terreur, de la perversion morale, du racisme, de l’antisémitisme, du pillage, de l’intolérance, du nombrilisme, et du crime contre l’humanité.

Abjurer l’islam, faudrait-il qu’ils soient lucides,  dotés d’esprit critique, rationnels,  jouissant de leurs facultés de  discernement et se comportent en êtres raisonnables et raisonnés, pour y arriver, et encore moins le courage et la volonté de le faire.  L’islam a tué chez eux le sens de valeurs  humaines  et du respect de la vie et a anéanti leurs facultés de résilience.  Faisant de la résignation le chemin de la félicité et de la mort un idéal de vie.

Le vrai musulman est celui qui ne s’oppose pas aux injonctions divines et doit les appliquer à la lettre et quand bien même elles pourraient le heurter il n’est pas en droit de faire jouer sa clause de conscience dont il est de surcroît dépourvue. Que ce soit mal ou bien, il n’a pas à décider de de ses choix en son âme et conscience, Allah sait mieux que lui ce qui lui convient même si ce n’est pas à son goût : »Il se peut que vous détestiez quelque chose alors que c’est un bien pour vous. Et il se peut que vus aimiez quelque chose alors qu’elle vous est néfaste. C’est Allah qui sait, alors que vous ne savez pas »( S. 2, V. 216 ). L’humain est ignorant de tout et Allah omniscient et Audient.

On ne peut imaginer l’émergence d’un humain dans un environnement négateur du libre-arbitre et de la néantisation de l’être.

Le musulman doit être un bon  serviteur et un parfait exécutant des ordres,  il n’a pas à comprendre le sens du message ni en mesurer les conséquences sur lui et son entourage.  S’il ne veut pas subir le sort réservé aux mécréants,  il n’a point de salut que dans l’obéissance  (S. 8.V.13).

Quelle que soit la gravité de son acte, il n’a pas à en assumer la paternité.  Il a l’absolution et l’immunité  d’Allah.  Il peut avoir commis les crimes les plus abominables,  il est épargné par le jugement d’Allah : »Ce n’est pas vous qui les avez tués, mais c’est Allah qui les a tués ».  (S.8, V.17)

On peut en déduire ainsi quand un terroriste musulman pose une bombe dans une gare, ce n’est pas lui qui l’a fait, c’est Allah en personne qui l’a fait.

Ainsi, il est permis  d’en déduire en toute logique coranique que c’est lui qui est le véritable poseur des bombes ce de jour à l’Aéroport de Bruxelles et la station de métro de Molenbeek. pour un bilan provisoire de 34 morts et 198 blessés.

En résumé, Allah est un terroriste autoproclamé, qui a la franchise de ne rien cacher sur sa nature ultra-violente et ses pulsions meurtrières, contrairement à ses esclaves qui ne sont ni  responsables ni coupables.Ils s’effarouchent dès qu’ils sont mis en cause  et nient tout en en bloc en dépit de toutes les preuves qui les accablent.  Ils sont comme ça sinon ils ne sont pas musulmans. Ils  sont   persuadés que le mensonge n’est pas mensonge quand ils se le répètent d’abord à eux-mêmes, et plus il est gros, grotesque et grossier, plus ils sont convaincus qu’il est vérité et qu’ils peuvent la rendre ainsi opposable à autrui qui doit l’accepter en l’état pour ne pas froisser leur bonne foi.

Elevés dans la culture de la falsification de l’histoire,de l’affabulation et de l’imposture, ils n’acceptent pas la contradiction et la vérité des faits et quand ils se font attraper le couteau de boucher à la main et la victime agonisant à leurs pieds baignant dans une mare de sang,ils clament leur innocence et crient au complot.

Eternelles victimes, mais de leur propre mauvaise foi, de leurs délires hallucinogènes dus à leur intoxication quotidienne par leur bolet de Satan  et de leur idéologie criminogène.

L’hydre musulmane est autrement plus féroce que la nazie et le monde n’a rien saisi

La sourate d’Al-Maidah, v. 60 est suffisamment révélatrice de la judéophobie musulmane qui aurait pu inspirer Hitler dans sa rédaction de Mein kampf  :  » Puis-je vous informer de ce qu’il y a de pire, en fait de rétribution auprès d’Allah ? Celui qu’Allah a maudit (le Juif), celui qui a encouru Sa colère, et ceux dont Il a fait des singes, des porcs (les juifs), et de même, celui qui a adoré le Taghut, ceux-là
ont la pire des places et sont les plus égarés du chemin droit›.  »

Les versets haineux et ultra-violents aux intonations belliqueuses et qui portent en eux les souches du virus létal pour l’humanité ne vont pas dérouter pour autant les musulmans de la voie de l’islam. Bien au contraire ils légitiment et nourrissent leurs aversions des juifs et de tous ceux qui n’ont pas vendu leurs âmes à l’idéologie la plus inhumaine et barbare qui ait jamais surgi sur terre.

On ne peut pas être plus clair et sans équivoque que le Coran lui-même, mais aux yeux des musulmans modérés qui n’ont de modéré que leur verbe mielleux pour dissimuler leur poison venimeux, connus pour leur fourberie légendaire et leur tartufferie dogmatique, encore plus hypocrites et affabulateurs que Mahomet lui-même, que Daech n’a rien à voir avec l’islam. Créé semble-t-il par les juifs pour salir l’image « humaniste » et « non-violente » de l’islam.

En effet, les 300 millions de victimes de la barbarie génocidaire sont l’oeuvre des martiens et ce sont eux qui mettent la région du Proche-Orient à feu et à sang et qui se livrent à des crimes contre l’humanité dont font l’objet les chrétiens d’Orient.

Les musulmans modérés sont tellement pris dans leur tourbillon antisémite qu’ils voient la main juive partout. Ils se sont leur raison une fois pour toutes, ils n’ont besoin de la démontrer, leurs délires spéculatifs se suffisent à eux-mêmes. Peu importe la vérité des faits, rien ne peut les faire changer d’avis, ce sont les juifs qui complotent contre les musulmans, ces éternels « persécutés », pour bâtir le Grand Israël.

Les musulmans victimes des juifs et de leurs desseins hégémonique est le seul thème vendeur et mobilisateur des masses frustrées et abêties viscéralement anti-juives. Pour exalter les pulsions de ces centaines de millions d’êtres miséreux, incultes, analphabètes, maléfiques et misérables endoctrinés du berceau jusqu’à la mort et nourris de la haine du juif, il n’y a pas meilleur catalyseur que le juif conspirant contre le musulman. Autrement, on ne pas peut sortir les masses musulmanes de leur léthargie. Que des musulmans massacrent d’autres musulmans et que leur propre sécurité soit menacée par la politique expansionniste d’un autre pays musulman, cela les laisse franchement de marbre, ils ne voient qu’un seul ennemi le juif que Mahomet leur a légué en héritage et dont le Coran appelle à son extermination.

Ils sont tels sourds à la voix de la raison qu’ils ne voient pas la main turco-wahhabite sous la houlette de la Maison Blanche qui a compris tout l’intérêt d’inoculer le poison musulman dans le corps musulman lui-même.

Comme il ne peut avoir d’islam sans la perversion et le travestissement de la réalité, on doit leur faire croire qu’un pays comme la Tunisie qui a basculé dans le monde des ténèbres en un laps de temps éclair que les meurtriers des hommes politiques tels que Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi en 2012, de ses forces de l’ordre et ses militaires ne sont pas de confession musulmane ni n’appartiennent à la mouvance islamiste d’Ennahdha. De même le mouvement terroriste du Hamas qui joue un rôle actif dans la vague terroriste sans précédent en Tunisie est une organisation caritative et humanitaire et qu’il est juste présent sur le sol du pays pour aider au creusement des tunnels à Djebel Chaâmbi en Tunisie pour stocker la nourriture..

De même que les appels au djihad fi sabillah et le sexe dans les mosquées ainsi que les incitations à la haine de l’autre et son anéantissement seraient une hérésie selon les dogmes de l’islam qui sont pourtant fondamentalement violents et intolérants.

Tous ces milliards de dollars dépensés à fonds perdus dans la destruction de la Syrie, l’Irak, la Libye, la Tunisie et l’Algérie ne proviennent pas des caisses du Qatar et d’Arabie ni les armes fournies aux djihadistes ne sont pas turques.
Quant aux rapts des jeunes chrétiennes et les massacres ciblés et méthodiques des chrétiens et des minorités religieuses musulmanes en Syrie, en Irak, au Nord du Nigeria, au Pakistan sont une atteinte aux prescrits coraniques, la preuve l’Arabie est un havre de paix pour les trois religions monothéistes et des libertés publiques. Un pays symbole de la concorde religieuse.

Evidemment les musulmans ne vont clamer leurs innocences comme un serpent qui mord sa proie sans qu’il ne s’en aperçoive lui-même, et tous ces forfaits et exactions barbares constitutifs de crimes contre l’humanité sont imputables aux juifs qui veulent précipiter à sa porte la colombe musulmane.

Il faut savoir que dans la doctrine musulmane de mise en cause de l’auteur coupable, il ne faut jamais juger les auteurs du crime, il faut faire le procès de l’ennemi imaginaire. Ainsi le coupable n’est jamais celui qu’on attrape en flagrant délit et contre lequel les charges sont irréfutables, c’est toujours son souffre-douleur qui est en l’occurrence le juif qui est le vrai coupable qui a la chance fr passer entre les mailles du filet en faisant endosser aux musulmans la responsabilité du crime. Seulement la justice humaine jugée imparfaite et inique par les musulmans qui se trompe de cible. Voilà pourquoi le musulman ne reconnaît que la justice d’Allah qui est la seule à pouvoir le blanchir de ses crimes en toute équité musulmane.

Quand les musulmans modérés rejettent toujours la faute sur l’autre et tout particulièrement le juif, leur hantise maladive, il n’y a pas lieu de les contredire, ils sont eux-mêmes en inadéquation avec ce que le musulman doit être et non ce qu’il se représente lui-même de l’islam.L’islam n’est jamais un sujet modulable, c’est le musulman qui doit s’y adapter ou y renoncer mais il en aura jamais ni la force ni le courage, il préfère se nourrir d’illusions que d’afronter la vérité de l’islam. Or, l’islam n’est pas un monde fabulé et imaginaire, c’est un monde réel qui a ses exigences et ses contraintes qui pèsent sur tous ses adeptes sans exception et sans demi mesure.

Selon les islamo-collabos, l’islam n’est pour rien dans le péril terroriste, c’est la faute à la France

Afficher l'image d'origine

Quand les hallucinations psychotiques des chantres de l’islam de paix atteignent les sommets de l’indécence et du déni de la vérité.

Ce sont les 130 morts et les 350 blessés du vendredi 13 qui ont organisé et mis en scène leur propre fin pour accuser à tort l’islam. Voilà qui va rassurer et conforter les islamo-collabos dans leurs délires abracadabrantesques qui voient la main de la France derrière cette Nuit de Cristal inédite dans son histoire.

L’islam n’y est pour rien, c’est la faute à l’exclusion sociale et à la stigmatisation qui frappe ces gentils musulmans. S’ils se montrent hostiles au bien-vivre ensemble en affichant les signes de distinction qui caractérisent leur marque de fabrique religieuse, c’est pour témoigner de leur colère vis-à-vis de cette France qu’ils aiment tant mais qui est injuste et ingrate à leurs égards.
Pour ces collabos c’est donc la France elle-même qui a transformé les petites colombes musulmans en rapaces féroces. Elle n’a en fin de compte ce qu’elle mérite, elle récolte ce qu’elle sème. C’est elle-même qui a enfanté les djihadistes qui glaceraient d’effroi les Waffen SS eux-mêmes.

A les entendre la France est responsable de la prolifération des champignons venimeux dans ses cités-Emirats. Comme ils ne sont plus à une absurdité près, c’est elle qui a armé les mains des tueurs fous d’Allah en cette soirée funeste du vendredi 13 et tous ces morts et blessés sont son oeuvre.

L’islam peut se réjouir d’avoir autant d’avocatillons pour le défendre bec et ongles pour avoir été injustement calomnié et outragé dans son honneur et sa probité morale.
100% des attentats commis au nom d’Allah Akbar qui rythment la vie quotidienne de l’humanité depuis le 11 septembre 2001 et qui ont pour scènes de théâtres le Nigéria, le Cameroun, l’Afghanistan, le Pakistan, la Tunisie, le Kenya, l’Egypte, le Mali, la Libye, la Belgique, sur le territoire français, l’Arabie Saoudite, le Yémen, voire la Russie avec le crash de l’avion faisant 224 morts dans le Sinaï, sont en réalité le fruit de la politique discriminatoire de la France à l’égard de ses « enfants’ musulmans.

Ainsi si on les écoute en prenant soin de boucher les oreilles avec des boules quies pour éviter une apoplexie mentale certaine, c’est la France qui serait coupable depuis 1436 ans des massacres des peuples et des cultures tombés sous les coups de glaive de l’islam, de crimes contre la paix et contre l’humanité non-stop partout dans le monde.

Il semblerait que c’est à cause d’elle si le terreau terroriste s’étend aux quatre coins de la planète et à laquelle on doit la création des escadrons de la mort nourris pourtant à la sève coranique et la Sunna mahométane tels que les Boko Haram, la Qaïda, les Talibans, l’Aqmi, Daech, les Shebabs, la Confrérie des Frères musulmans, sur le continent africain, l’Asie, l’Europe, l’Asie, l’Amérique du Nord et l’Australie.

Leur mauvaise foi est sans limite et leur dévoiement de la vérité est érigé en dogme inviolable qui feraient pâlir de jalousie les fameux musulmans « modérés » experts es takkiya, dissimulation, et ce n’est pas ça l’islam.

La France est une victime de l’appétit féroce de l’islam et les djihadistes sont tout simplement engendrés par l’endoctrinement religieux.
C’est l’islam qui enjoint, exalte et récompense le djihad dans la voie d’Allah et ce ne sont pas des penseurs français qui auraient accouché de sourates abominables et exécrables et qui comportent les germes de l’anti-citoyenneté, du rejet de l’autre parce qu’il est différent de soi, de l’antisémitisme, du totalitarisme, du commensalisme, du bellicisme, de la suprématie, de l’hégémonisme et de la mise à mort de l’humanité qui se refuse aux lois de l’islam:

Sourate 2, v.191 « Et tuez-les, où que vous les rencontriez ; et chassez-les d’où ils vous ont chassé : l’association (la trinité) est plus grave que le meurtre. Mais ne les combattez pas près de la mosquée sacrée avant qu’ils ne vous y aient combattus. S’ils vous y combattent, tuez-les donc. Telle est la rétribution des mécréants. »

sourate 9, v.5 « Après que les mois sacrés expirent, tuez les associateurs (la trinité) où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. Si ensuite ils se repentent, accomplissent la Salat (prière) et acquittent la Zakat (aumône), alors laissez-leur la voie libre, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux. »

Sourate 33, v.61 « Ce sont des maudits. Où qu’on les trouve, ils seront pris et tués impitoyablement. »
Sourate 3, v. 110 « Vous êtes la meilleure communauté qu’on ait fait surgir pour les hommes, vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez à Allah. Si les gens du Livre (chrétiens et juifs) croyaient, ce serait meilleur pour eux, il y en a qui ont la foi, mais la plupart d’entre eux sont des pervers. »

l’appel au djihad est suffisamment explicite dans le Coran, ce livre infâme, sauf pour les islamo-collabos, Sourate IV, 95. « Ne sont pas égaux ceux des croyants qui restent chez eux – sauf ceux qui ont quelques infirmités – et ceux qui luttent corps et biens dans le sentier d’Allah. Allah donne à ceux qui luttent corps et biens un grade d’excellence sur ceux qui restent chez eux. Et à chacun Allah a promis la meilleure récompense; et Allah a mis les combattants au-dessus des non-combattants en leur accordant une rétribution immense »

La table, V.33 : « Ceux qui font la guerre à Dieu et à Mahomet et sèment le désordre seront punis par l’exécution ou la crucifixion ou l’ablation des mains et des pieds opposés ou le bannissement de leur pays, à l’exception de ceux qui seront repentis avant que vous les ayez en votre pouvoir. ».

L’islam et le nazisme deux faces d’un même miroir ?

L’Islam ne connaît de la tolérance que le nettoyage religieux des non-musulmans

Toujours et encore la même cible. Celle des infidèles chrétiens qu’Allah voue aux bûchers de l’enfer et dont il recommande l’extermination. Ses escadrons de la mort forts de leur impunité religieuse donc juridique ne font qu’appliquer scrupuleusement son enseignement et nettoyer leur prétendument terre sacrée de tout ce qui est juif, chrétien et incrédule, les ennemis à battre et avec lesquels Allah interdit toute alliance. Tels des nazis, ils œuvrent pour protéger et immuniser leur espace territorial contre toute forme de présence non-musulmane susceptible de le polluer. La pureté de leur religion est au prix du sang des mécréants. Le sang humain, celui des hommes frappés par la malédiction d’Allah et dont le meurtre est licite, devient le sang purificateur de l’Islam lui-même. Comme s’ils cherchaient à nettoyer avec le sang des innocents les traces de  souillure de leur propre religion. L’islamisation du monde est en marche et avec elle son corollaire de massacre et d’exil force. Les Coptes discriminés et opprimés sont devenus la cible à abattre pour les nazislamistes au pouvoir en Egypte, invités par Mohamed Morsi à choisir entre la valise et l’Islam. Les chrétiens irakiens de rites nestoriens, chaldéens, orthodoxes dont certains appartiennent aux plus vieilles églises chrétiennes au monde, sont en voie d’extinction en Irak. Pour la plupart ils ont choisi l’exil plutôt que la mort ou la conversion forcée. Les chrétiens syriens qui représentent plus de 10% de la population syrienne, ne vont pas non plus échapper au triste sort de leurs frères irakiens, sous l’œil indifférent de l’Occident chrétien qui préfère armer les djihadistes exterminateurs à des fins mercantiles, géo-stratégiques et énergétique plutôt que les défendre contre ces mêmes terroristes agresseurs du peuple syrien. Il serait fastidieux de dresser l’inventaire du martyr chrétien dans les pays musulmans de l’Indonésie au Nigeria en passant par le Pakistan, l’Iran voire l’Arabie Saoudite où des chrétiens risquent la peine de mort pour avoir apostasié l’Islam. Comme si l’Islam est la voie que l’humanité doit emprunter et qu’il ne tolère l’existence d’aucune autre voie différente susceptible d’égarer les bons musulmans qui se trouvent ainsi exposés au châtiment suprême. Il ne se passe plus un jour au Nord du Nigeria sans que des églises locales ne subissent des attaques terroristes de la part de la secte sanguinaire et fétichiste de Boko Haram (boko : livre; haram : illicite) qui veut créer un Etat islamiste dans cette partie du Nigeria se revendique des Talibans et de l’islamisme salafiste mais proche dans son mode opératoire de la Qaïda au même titre que la secte d’Ennhdha en Tunisie rendue coupable le 22 novembre 2012 d’actes antisémites et d’apologie du nazisme. Le salut hitlérien de la police palestinienne (Autorité Palestinienne) en Cisjordanie Tous sont à la poursuite des desseins hégémoniques et messianiques qui nécessitent pour leur réalisation un nettoyage en règle de tout ce qui n’a pas le caractère musulman. Boko Haram qui signifie littéralement l’éducation occidentale est un péché qui sème la mort dans les églises depuis 2002, plus de 1000 morts, préfigure ce que les nazislamistes réservent pour l’humanité non-musulmane, voire les musulmans eux-mêmes qui restent toutefois les premières victimes de la violence terroriste qui prend de plus en plus aussi les mosquées pour cible de ses méfaits. Aujourd’hui, en cette mirifique terre musulmane, havre de paix et sanctuaire de la non-violence, selon les laudateurs zélés de l’Islam humaniste, l’humain n’a plus guère d’autre alternative soit se fondre dans le moule pour sa survie, soit mettre sa vie en péril en traversant la Méditerranée à bord de barques de fortunes qui deviennent la cause bien souvent de son infortune pour finir dans les fonds abyssaux de cette Mer qu’il croyait être la Mer de son salut. Certains ont tendance à chercher à dédouaner les agissements criminels des extrémistes musulmans on y opposant le passé inquisiteur de la chrétienté. On ne justifie pas ses propres horreurs par les horreurs d’autrui. On devrait plutôt en tirer des leçons pour ne pas infliger des nouvelles blessures à l’humanité. Par décence et humanité, ils doivent cesser de regarder dans le rétroviseur d’autrui et de regarder la réalité en face. On ne justifie pas ses propres dérives par les dérives d’autrui. On répond de ses actes et on ne les explique pas par les actes d’autrui non plus. C’est pas une raison de voler ou de tuer parce que les autres l’auraient fait. C’est symptomatique d’immaturité intellectuelle et d’incapacité pathologique à assumer ses responsabilités. Ni responsable ni coupable comme on l’entend souvent est un faux argument et révélateur surtout de l’état de troubles psychiques de celui qui le tient. En droit, un auteur d’un crime reste son auteur et il doit s’en expliquer et y répondre. Quand des terroristes dûment identifiés commettent des attentats aux voitures piégées, ils sont des terroristes et doivent être condamnés en tant que tels. Quelqu’un qui commet un crime est criminel point et ne peut se prévaloir des faits criminels commis par autrui en d’autre temps et lieu pour s’exonérer de ses propres crimes Depuis 20 ans, il y a une véritable recrudescence des attentats meurtriers contre les édifices religieux et les chrétiens un peu partout dans le monde et tout particulièrement en Egypte, l’Irak, la Syrie et le Nigeria et ce sans que ni le Vatican, ni la communauté internationale plus préoccupée à couvrir le carnage du peuple syrien ne s’en émeuvent et ne désapprouvent. Toujours ce silence complice angoissant et inquiétant quand au péril de la barbarie islamiste qui menace dangereusement notre devenir humain. . Quoi dire et quoi en penser ? Ces attentats ne sont pas l’œuvre d’une religion mais celle des hommes qui s’en réclament et qui suivent ses préceptes. N’est-il pas temps que des voix unanimes s’élèvent pour les condamner et désapprouver les agissements barbares de ces brebis galeuses ? S’offenser parce que l’image de la religion a été bafouée est une chose mais ne pas s’indigner, compatir, se révolter et réagir contre les agissements criminels de ses coreligionnaires n’est pas digne d’un pratiquant. Et qui ne condamne pas cautionne et souscrit ? Salem Ben Ammar

Le paradis n’est pas l’ombre de l’épée il est au prix du génocide des non-musulmans

Les étudiants hurlent leur colère

 Qui se souvient encore du massacre ciblé à raison de leur appartenance religieuse des  147 étudiants de catholiques de confession de l’Université de Garissa à l’est du pays abattus sauvagement par l’islam, l’attaque la plus meurtrière qu’eut connue le Kenya depuis celle perpétrée contre l’Ambassade américaine à Nairobi en 1998 (213 morts) ?
Qui d’autre que l’islam appelle et exhorte à la mort des non-musulmans ? Qui d’autre que lui couvre d’honneur les terroristes et leur promet les prébendes divines ? Qui d’autres que lui fait l’éloge des djihadistes et les élève au rang des héros de l’islam ? Qui d’autre que lui arme les mains de ces fidèles ? Qui d’autre que lui a fait de l’ultra-violence la voie de la félicité ? 
L’islam ne s’apparente qu’à lui-même. Il est plus qu’une calamité et un cataclysme de la pire espèce, il est le mal absolu. Si l’humanité persiste dans l’inaction et l’immobilisme et se garde ainsi de sévir contre lui elle va tout droit à sa perte. Plus elle le laisse faire plus elle le conforte dans sa toute-puissance et excite son appétit féroce pour la chair humaine. 
Elle est complice de cet attentat qui vient de plonger dans l’horreur le peuple kenyan à la veille de Pâques. Ironie du sort un vendredi précédent Pâques : le Vendredi saint, commémoration de la Passion et de la Crucifixion du Christ.
Le martyr des chrétiens n’est plus une utopie.Elle est plus que jamais une réalité et le génocide des chrétiens et de tous les non-musulmans prend chaque jour, chaque heure, chaque minute du sens. 
Tant que l’humanité n’a pas pris les mesures appropriées pour mettre en quarantaine ce virus létal, rien n’arrêtera sa propagation et continuera son entreprise exterminatrice jusqu’à l’élimination du dernier chrétien
Pourquoi toute cette haine de l’islam contre tout ce qui n’est pas dans son moule ? Pourquoi autant d’acharnement meurtrier contre les chrétiens ? A-t-on besoin de tant de violence aveugle et sanguinaire pour faire triompher la cause de l’islam ? 
Le nazisme et bien d’autres idéologies impériales avaient aussi cherché à le faire mais avaient fini sous les décombres de l’histoire. 
L’islam n’est pas à l’abri lui-même de récolter la tempête du vent de la mort qu’il sème. Tout aura une fin et la bienveillance des gouvernements occidentaux mus par des intérêts géostratégiques, géo-énergétiques et financiers n’est pas éternelle comme ses ressources naturelles il aura à payer pour ses crimes de guerre et ses crimes contre l’humanité présents et passés.
Les peuples occidentaux sont de plus en plus défiants et méfiants à l’égard de l’islam et leurs gouvernements ne peuvent plus faire semblant d’ignorer la colère qui gronde chez eux et dont ils seront les premiers à en faire les frais à cause de leur politique trop laxiste à favorable à l’islam et aux musulmans. 
Chaque nouveau crime de l’islam sert d’aiguillon au réveil des consciences et à la vigilance des peuples partout dans le monde. 
Plus personne n’est dupe de sa nature belliciste et hégémonique et de ses desseins impériaux et destructeurs. 
Il est à souhaiter que cette nouvelle tragédie kenyane soit la dernière et marque véritablement un tournant dans la mise en oeuvre d’un véritable plan de lutte contre la haute nocivité de l’islam sinon d’autres forces autrement plus extrémistes et redoutables vont s’y engouffrer en Occident tout particulièrement et ce sera l’Apocalypse, 
Il est temps que les musulmans prennent leurs responsabilités s’ils n’ont pas envie d’être les premiers à en pâtir. Plus ils persistent et signent dans leur refus d’expurger le mal qui est en eux plus ils nourrissent les hostilités grandissantes dont ils sont l’objet et qui en font la cible désignée aussi bien chez ceux qui sont impatients d’en découdre avec eux en Occident que dans le reste du monde. 
Ils doivent savoir qu’ils ne feront pas le poids face aux 3/4 de l’humanité déterminés à en découdre une fois pour toutes avec eux. L’eau qui dort finira toujours par sortir de son lit. Ils ne pèsent pas lourd face à leur puissance et leur rage de revanche.. 
Tôt ou tard la levée de boucliers se fera et rien ne saura entamer la volonté des peuples pour faire prendre gorge à l’islam.

L’islam n’est pas au-dessus des lois il doit payer pour ses crimes contre l’humanité

Au nom du sacré qui sert de paravent aux musulmans et dont ils veulent faire une vérité inviolable et opposable à tout le reste de l’humanité, nul n’est en droit de formuler des critiques à l’égard de l’islam. Le pire est que le justice elle-même protège le sacré en condamnant pour islamophobie tous ceux qui s’y attaquent.

Est-ce à dire que le sacré de l’islam, qui est le pire ordre amoral qui puisse exister, est au-dessus des lois et que nous devons tous nous y soumettre ?

Pour Karl Marx : « La critique de la religion est le fondement de toute critique. » L’interdire et la censurer revient à figer la pensée humaine dans le marbre mortuaire de l’ignorance, de la crédulité et des abus dogmatiques castrateurs de la réflexion. L’islam prospère sur l’anesthésie de la pensée, sa mutilation, le verrouillage de l’intelligence et le refus du doute qui pourrait ébranler et démystifier les certitudes qu’il a inoculé dans l’esprit de ses fidèles.

Conscient des limites de sa théologie, il a multiplié les freins, qui sont autant de barreaux de la prison mentale dans laquelle il a enfermé ses fidèles.

L’homme musulman est par nature celui qui ne sait pas. Incapable d’esprit critique, il ne pense pas, ne connaît rien, ne se pose jamais de questions sur le sens de son existence et sur la nature de sa relation avec cette force supérieure, un surhomme créé pourtant par un médiateur qui s’est autoproclamé, et auquel il doit une obéissance absolue qui est l’essence même de sa foi en lui.

Douter c’est justement risquer de l’éloigner, de l’égarer des chemins de la foi.

Le doute n’est pas permis, il doit tout gober et appliquer à la lettre sans se prévaloir de sa liberté de conscience. Un musulman n’a pas la conscience de soi, ne doit pas raisonner. Il doit être fidèle à ce qu’il croit moins par convictions que par les traditions et les coutumes contraignantes et répressives : avoir la conscience du maître de sa vie et lui témoigner d’une confiance indéfectible.

Si le doute est la voie de la vérité, comme le dit l’imam Al Ghazli, il est à douter que ce soit celui qui mène vers la sortie de l’islam, autrement dit vers l’apostasie et l’agnosticisme.

Quand on est pas capable de douter de la véracité du Coran et de la parole d’Allah  qui se veut immuable et intemporelle, on peut toujours alléguer comme Jacques Berque que le Coran mentionne une quarantaine de fois le terme « akl », raison. Cela n’a aucun sens si elle n’est pas autonome et dépouillée de toute influence dogmatique et théologique.

La vraie raison est celle qui concourt au développement du savoir humain et libère l’homme du joug de l’omnipotence divine et non pas celle qui exalte, mystifie, magnifie et renforce à la façon d’Al Ghazali la prééminence absolue de la pensée religieuse sur la pensée philosophique.

La raison ennemie du doute qui ouvre les brèches dans les citadelles imprenables de la foi n’est pas la raison dans le sens platonicien du terme pour qui les idées sont la raison d’être de tout ce qui est.

L’homme musulman est tenu à s’en remettre au fatalisme et au prédéterminisme d’Allah, source exclusive de ses idées.

Un musulman qui exprime ses idées propres, qui conçoit la réalité, entreprend sa lecture de la vie en dehors du champ de la religion, élabore sa propre grille de compréhension de sa foi, manifeste son scepticisme sur la mise sous tutelle de son existence, et se demande en quoi ne pas croire est un mal, et croire est un bien, est forcément influencé par Satan. Il est donc un hérétique et un impie. Voilà pourquoi le doute et la foi islamique ne font pas bon ménage.

Ishaq:249/Coran 002,23 « L’apôtre vous appelle vers la vérité pour laquelle il n’y a aucun doute. Et si vous doutez de ce que Nous lui avons envoyé ou doutez de ce qu’il dit, alors concevez une telle sourate et appelez des témoins autres qu’Allah. Mais vous ne le ferez pas car vous ne le pouvez, la vérité est au delà du doute. »

Dans les versets qui suivent, cet homme a été jugé kafir parce qu’il avait des doutes.

Al Kahf:35-38 :

Il entra dans son jardin coupable envers lui-même (par sa mécréance) ; il dit : « Je ne pense pas que ceci puisse jamais périr, et je ne pense pas que l’Heure viendra. Et si on me ramène vers mon Seigneur, je trouverai certes meilleur lieu de retour que ce jardin ».

Son compagnon lui dit, tout en conversant avec lui: « Serais-tu mécréant envers Celui qui t’a créé de terre, puis de sperme et enfin t’a façonné en homme. »

Il est du droit de tout un chacun au nom de la liberté de critique de la religion de douter de la vérité de l’islam et d’ébranler les musulmans dans leur foi.

Si l’islam n’a pas peur du doute, pourquoi condamne-t-il à la peine de mort ou à de lourdes peines de prison les incrédules dans les pays musulmans ?

Quand on se voit soi-même vérité on doit rester ouvert au débat autour des limites de cette vérité.

Aucune religion ne mérite personnellement mon respect, et surtout pas celle qui prêche le suprématisme sexuel et religieux. Il ne suffit pas de s’affirmer religion égalitaire, universaliste et humaniste pour imposer à ses contradicteurs une vérité qui ne l’est pas, et qui s’écroule au premier examen sérieux.

Il n’y a que l’islam et sa masse de sectateurs naïfs, incultes, fascinés par le mirage du lupanar paradisiaque qui croient en ces illusions d’optique. Critiquer l’islam est un devoir pour le renvoyer à ses mensonges et son imposture.

L’islam ne doit pas lui-même douter de la véracité de ses idées nauséabondes,  impérialistes, sexistes (4.34;hadith 6? 6), pédophiles, nécrophiles, zoophiles, immondes, immorales, perverses, criminogènes, répugnantes, racistes, antisémites, liberticides, totalitaires, despotiques, infâmes, nocives et dangereuses pour la vie humaine.

S’il est honnête avec lui-même, il ne doit pas douter non plus de son mépris et son complexe dogmatique de supériorité à l’égard de ceux qui doutent de sa nature de religion et de l’authenticité de son message.

Une religion qui ose dire que le dernier de ses croyants est meilleur que le premier des infidèles ne laisse dissimuler aucun doute quant à sa nature hautement raciste (sourate 2/verset 221).

Le fait d’appartenir à sa communauté ne confère pas à ses fidèles des qualités intrinsèquement supérieures aux non musulmans.

En quoi être musulman est facteur d’amélioration des performances intellectuelles et mentales et ne pas l’être est-il facteur d’abrutissement ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

 126

Le silence de cathédrale du Vatican sur le génocide des chrétiens d’Orient

Pourquoi le Vatican garde-t-il le silence sur le massacre des Chrétiens d’Orient par l’islam ?
Il n’y a pas que les musulmans qui sont à traduire devant le tribunal de l’histoire crime et incitation au crime contre l’humanité en raison d’appartenance à une collectivité identifiable au plan religieux aux termes de l’article 7 du Statut de Rome , il y a leurs alliés objectifs les catholiques et tout particulièrement le Souverain Pontife  dont le comportement est des plus troubles et ambigus qui heurtent la conscience humaine. 
En effet, on ne voit aucune campagne médiatique catholique d’envergure pour alerter l’opinion publique mondiale sur les persécutions criminelles et abominables des chrétiens d’Orient et ceux du Pakistan et du nord du Nigéria, ni on entend peu de voix catholiques qui s’élèvent et condamnent explicitement le génocide perpétré par l’islam à leur encontre.
Il est de son devoir de dénoncer les actes de barbarie humaine qui visent les véritables héritiers du Message originel du Christ.
Il est scandaleux que des prêtres puissent plaider la cause de l’islam et le couvrir de louanges.
Y a t-il une entente tacite voire formelle entre les autorités de l’Eglise catholique et les musulmans dont le but (in)avoué est l’anéantissement du peuple d’Israël et des chrétiens d’Orient auxquels les deux parties vouent une haine viscérale ? 
Par son silence coupable et inexpliqué l’Eglise romaine  semble être  prête à sacrifier les chrétiens d’Orient issus de la plus vielle communauté chrétienne au monde née à Antioche alors capitale de la Province romaine de Syrie qui sont la mémoire vivante du christianisme pour les intérêts de la réussite de son alliance avec l’islam dont la finalité est la destruction du peuple juif cet ennemi irréductible comme il l’avait fait dans les années noires nazies. 
Après tout aux yeux du Vatican les chrétiens d’Orient n’ont que ce qu’ils méritent à cause de leur refus de faire allégeance à Rome et auxquels ils préfèrent les musulmans obsédés par la haine du juif et de son anéantissement. Oubliant que le musulman est encore pire que le nazi il n’aime ni le chrétien , ni personne d’autre et encore moins lui-même. Il n’a d’amour que pour cette divinité sanguinaire, impérialiste, cannibale, esclavagiste et génocidaire. Le musulman est créé pour avoir de l’aversion pour l’humanité tout entière. 
Le Vatican fait fausse route en jouant la carte de l’islam pour venger la mémoire du Christ en lui offrant en Holocauste la minorité chrétienne d’Orient à la façon de Pétain qui considérait les juifs de France comme un détail pour sauver l’essentiel.
Il ne va pas pleurer sur le sort de ces schismatiques, ces sécessionnistes et leur venir en aide alors que le génocide dont ils sont victimes est du pain béni pour lui pour s’en débarrasser sans coups férir. 
Un obstacle de moins dans son projet de mettre un jour la main sur Jérusalem qui est en réalité le vrai noeud du problème du Proche-orient. 
Tout laisse croire qu’il y a un marché secret sur le dos des chrétiens d’Orient et des minorités chrétiennes dans les pays de l’O.C.I. entre les deux forces du mal qui convoitent Jérusalem qui portent sur le partage de la ville entre musulmans et chrétiens et exit les juifs. 
En attendant il faut éliminer tous les obstacles qui peuvent nuire à leurs desseins respectifs qui passent par l’extermination des chrétiens et des juifs des mains des musulmans que le Vatican ne doit pas gêner dans leurs oeuvres destructrices qui ne sont qu’un bien pour un mal

J’accuse l’Occident de complicité avec l’islam du génocide des chrétiens d’Orient

J’accuse le monde dit libre de complaisance, de capitulation, de collusion,  de complicité et de silence coupable à l’égard de l’hydre musulmane  qui plutôt que chercher à l’éradiquer continue à la caresser dans le sens du poil et plaider son innocuité.

Son comportement passif, attentiste et troublant n’est pas sans rappeler celui qu’il avait adopté vis-à-vis de l’hydre nazie qu’il couvrait d’éloges pacifistes  mais qu’il avait réussi à vaincre au prix de 65 à 80 millions de victimes civiles et militaires et des dizaines de millions de blessés et de mutilés de guerre sur une population mondiale totale avoisinant les 2 milliards.

Tous ces morts et blessés auraient pu être épargnés si le monde n’avait pas laissé impunément l’hydre nazie aiguiser ses dents sur les juifs.  70 ans après l’histoire se répète peu importe le sort des chrétiens d’Orient tant que l’hydre musulmane se fait les dents ailleurs qu’en Occident.

Les expulsions massives des communautés chrétiennes du Proche-Orient, les conversions forcées à l’islam, les traitements humiliants et dégradants dont elles sont l’objet, leur réduction à l’état d’esclaves, les procès en inquisition ne semblent indigner personne ou presque en Occident.

Une véritable omerta sur les crimes contre l’humanité qui se déroulent sous nos yeux sans que cela ne suscite le moindre écho dans les médias occidentaux dont certains ne veulent pas offusquer leurs bailleurs de fonds musulmans.

L’Occident a sacrifié les juifs dans les années 30 n’hésitant pas à aller se prosterner devant les dignitaires nazis aux J.O. de 1936 confortant ainsi l’hydre nazie dans sa toute puissance, aujourd’hui il est entrain d’en faire autant avec les chrétiens d’Orient en affectant d’ignorer les menaces que fait peser l’hydre musulmane sur la paix et la sécurité dans le monde. Bien au contraire, il se prépare à lui rendre hommage à l’occasion de la coupe du monde de football de 2022 au Qatar, le grand argentier des mouvements terroristes musulmans et vitrine de l’islam impérial, arrogant,  hégémonique et terrifiant.

La promotion de l’image de l’hydre musulmane n’a pas de prix et le reste n’est que superflu et péripéties dans le sentier de la grandeur de l’islam. Les esclaves et les centaines de morts népalais des chantiers de la coupe du monde ne pèsent pas lourd sur la balance des retombées financières et économiques au profit des multinationales occidentales. Quel gouvernement occidental osera fâcher l’hydre musulmane qui a toute la latitude de poursuivre sa compagne purification religieuse entamée au VII e siècle sous la houlette de Mahomet,  de persécutions, de pogroms, de destructions des églises ? Toute heureuse de s’adonner à son exercice favori de décapitations-crucifixions et de massacrer  par milliers les chrétiens en Syrie, en Irak, nord du Nigeria et au Pakistan. Il en meurt un chrétien toutes les 5 minutes dans les pays membres de l’O.C.I.

L’Occident sourd et aveugle reste de marbre face à la montée du péril musulman pire encore que le péril nazi. Va-t-il attendre qu’il y ait 240 millions de morts voire plus car la prochaine guerre mondiale ne sera pas conventionnelle car l’ennemi musulman n’est pas armé pour ce type de guerre, la sienne est faite d’attaques-suicide expérimentées par les palestiniens.  Il choisit toujours les cibles civiles pour provoquer un choc psychologique dans la population et installer la peur et l’effroi dans les coeurs (sourate 8)

L’hydre musulmane se fond dans les foules, elle peut frapper n’importe où il n’y a pas pour elle des sanctuaires inviolables. Elle est capable de tuer ses propres partisans dans les mosquées. Elle n’observe aucun code de bonne conduite en état de guerre, elle est hors-la-loi, ne reconnaissant que sa propre logique destructrice. Il est illusoire ainsi de l’imaginer respecter la Convention de Genève du 12 août 1949.  Il  ne s’agit pas d’une guerre entre les Etats ou une coalition d’Etats, il s’agit d’actions ultra-violentes, isolées,  spectaculaires et imprévisibles, qui sont le fait  d’individus et de groupes d’individus qui constituent sa véritable force armée en réalité contre le monde non-musulman.

Le monde occidental qui doit s’attaquer en priorité aux racines du mal de la terreur qui mine les fondements de sa civilisation et risque de la précipiter à sa perte pour en faire un vassal musulman, se plaît à encenser l’hydre musulmane et l’amadouer. Il n’a pas retenu les leçons de l’histoire et s’être instruit de la chute de Byzance. Aujourd’hui elle fait l’ange car elle n’est pas en position de force jusqu’au jour où le sera c’est elle qui lui imposera les règles du jeu. Ces attaques terroristes qu’elle lui distille de temps à autre sont juste des coups de semonce, un poker menteur pour évaluer  ses capacités de réaction. Non seulement il ne réagit pas face à ses coups de butoir et prend ainsi des mesures pour contrer ses offensives velléitaires, il se mue en avocat zélé pour la disculper de ses agissements périlleux et  appelle ses citoyens à pas d’amalgame et de se garder de diaboliser cette amie qui leur veut du bien.

Forte de soutien inconditionnel de l’Occident l’hydre musulmane n’a pas besoin de se draper elle-même dans sa vertu tant que les autorités politiques de tous bords et les médias s’en chargent afin de la rendre fréquentable aux yeux de l’opinion publique locale et agir en inquisiteurs et juges de tous ceux qui lui sont hostiles et doutent de son innocence. 

Ceux-là mêmes qui lui déroulent le tapis rouge à ses pattes auront un jour à le regretter si jamais l’hydre musulmane atteindra ses desseins de vassalisation de l’Occident. Ils seront les premiers à en pâtir et essuyer les foudres de son pouvoir inhumain et despotique auxquels elle leur laissera qu’un seul choix à faire soit l’islam soit la mort. Ils auront ainsi à goûter s’ils font le choix de sauver leur vie en se soumettant à la cruauté des lois de l’islam aux joies de la cité idéale musulmane pire que la cité idéale nazie.

Comme l’hydre nazie autrefois. l’hydre musulmane veut régner en maîtresse sur toute l’humanité. Il est temps que l’Occident en finisse avec sa duplicité et prenne le problème de l’hydre musulmane à bras le corps avant qu’il ne soit trop tard.

Daech massacre, viole et décapite les chrétiens d’Orient au nom de l’islam comme Mahomet autrefois

Le génocide des chrétiens d’Orient bat son plein et le monde drape l’islam dans sa vertu

Le monde s’émeut et s’indigne parce que les vrais musulmans à la solde du Qatar, de la Turquie et de l’Arabie, les protégés d’Obama, ont saccagé le Musée de Mossoul, mais il garde le silence sur le martyr des chrétiens d’Orient victimes de purification ethnique et de crimes contre l’humanité.

Ce qui se passe dans cette partie du monde et la duplicité de la communauté internationale est en tous points de vue comparable au climat de terreur, de pogroms et d’autodafés en Allemagne nazie.

Génocider les chrétiens est permis, détruire des statuettes, même si cela est absolument condamnable et criminel, provoque un tollé général. Le massacre des chrétiens est un détail, une péripétie dans cette guerre qui ne dit pas son nom mais qui n’est pas sans rappeler les guerres néo-coloniales à des fins de prédation capitalistiques.

En protégeant les chrétiens on aurait sauvé cette partie de notre patrimoine universel. C’est notre passivité qui est responsable des malheurs du Proche-Orient.

Que le monde apprenne enfin ce que c’est l’islam qui n’a jamais été l’ami de l’homme ni de la diversité culturelle, ni du bien vivre ensemble, ni du pluralisme identitaire, ni de l’histoire universelle ni de l’archéologie. Il se veut à lui tout seul la matrice de tous les peuples qui doivent dans ses délires cosmiques se fondre dans le même moule pour former un seul et unique peuple sous la bannière de l’Oumma professant une seule religion, l’islam, et parlant la même langue, l’arabe. Les deux mamelles de l’humanité.

Mahomet a détruit les vestiges archéologiques de la Mecque sous prétexte qu’ils représentent des idoles car pour lui il ne peut y avoir de mémoire et de tradition historiques autres que les siennes.

L’humanité est née avec l’islam comme en sont convaincus les musulmans et tout ce qui peut témoigner de son antériorité, de sa richesse, de sa réussite, de sa splendeur, et de sa supériorité sur lui doit disparaître. Tous les peuples conquis par l’islam sont tous amnésiques de leur propre histoire.

L’islam se veut le nombril du monde, le début de son histoire, le géniteur de l’humanité, sa voie, son phare, son salut,  et il est craindre qu’il ne soit pas sa fin. A trop vouloir être le maître du monde, il ne se rend pas compte qu’il est en deçà de tout.

De son ignorance, sa suffisance, sa vanité, sa vantardise et sa mégalomanie il en a fait des articles de foi pour ses fidèles qui brillent par leur inculture et leur déficience intellectuelle.

PS Bachar n’est pas l’ennemi de l’humanité ce sont les wahhabites ces grands amis de la France qui le sont.

La barbarie humaine est consubstantielle à l’islam

 


L’éclectique George Duhamel disait que chaque civilisation a les ordures qu’elle mérite. Ce qui est d’autant plus vrai quand on sait que les peuples qui ont marqué l’histoire humaine sont ceux qui ont enfanté des ordures en tous genres.
La remarquable civilisation allemande : Adolf Hitler; la grecque : Alexandre le Grand; l’italienne : Bénito Mussolini; la russe : Joseph Staline;  la chinoise : l’empereur Qin; la française : le Maréchal Philippe Pétain; la perse : l’Ayatollah Khomeiny; l’égyptienne : Mohamed Morsi,  la turco-monghole : Tamerlan; l’ottomane : Abdel Hamid II responsable du génocide arménien; et l’arabo-musulmane, qui n’a de civilsation qu’une langue et une religion : Abu al Qasim Muhammed ibn Abdallah ibn Abd al Muttalib ibn Hasham connu sous le nom de Mahomet en Occident et Mohamed chez les fidèles de sa religion.
Une religion qui mérite incontestablement le titre du culte le plus ordurier et ignominieux de toute l’histoire des religions.  Quant à ses prouesses civilisationnelles, fruit d’influences multiples et plurielles, fortement marquée par les sciences et l’art architectural byzantin, les traductions syriaques, la  pensée hellénique, le génie perse, le savoir hindou et l’art militaire berbère ainsi que l’apport conjugué des autres peuples islamisés par le fil de l’épée elles seraient qu’un mirage du désert lunaire arabique et des grains de sable figés dans la météorite noire vénérée par tous les musulmans de la terre. Ce qui en dit long sur la nature polythéiste et fétichiste de cette pseudo religion
Si la chrétienté a vu apparaître en son sein au XII e siècle en France le cancer de l’Inquisition dont elle est immunisée officiellement en 1965 avec la disparition du Saint Office et son remplacement par la Congrégation de la Doctrine de la Foi. Sans pour autant que les pays chrétiens aient attendu le Vatican pour tourner la page de l’Inquisition comme la France qui y a renoncé dès le début du XV e siècle. Contrairement aux idées véhiculées par les musulmans pour justifier les dérives ordurières de leur religion l’Inquisition n’est pas consubstantielle au christianisme. Elle fut une parenthèse dans son histoire mais en aucun cas sa sève nourricière, son liquide rachidien et son souffle de vie comme dans l’islam qui sans elle il est condamné à mort.
L’islam ne peut survivre que dans un environnement liberticide, obscurantiste, inquisitorial, hyper répressif, intolérant, avec une mise totale et absolue des dogmes sur la vie des hommes. C’est une religion de l’interdit et du verrouillage de l’intelligence. Incompatible avec la vie humaine qui ne reconnaît pas à l’homme la faculté de réfléchir, de raisonner et de penser les choses par lui-même. L’homme ne naît pas humain, il naît esclave d’Allah qui est son propriétaire seul maître de sa vie. Exit le libre-arbitre et la liberté de conscience comme le fait remarquer judicieusement le philo nazi Qaradhaoui le prédicateur de la fiente humaine distillée dans les cerveaux des masses musulmanes incultes, analphabètes, abêties par un endoctrinement religieux intensif et permanent, frustes et fanatiques :  « Si l’islam ne tuait pas les apostats il aurait disparu à la mort de Mohamed ».

C’est cette peur de se faire trancher la tête comme au temps de cet Ange noir de la mort  qu’estMohamed qui ne laissait aucunechanceàsesopposants et à tous ceux qui moquaient ou doutaient de l’authenticité de son message à l’image du massacre de latribujuivedesBanuQoreyza  à cause de l’éventuelle menace qu’elle faisait peser sur son ubuesque prophétie dont deux versets du Coran attestent la réalité de manière allusive : « Il [Allah] a fait descendre de leurs forteresses ceux des gens du Livre qui les avaient soutenus, et Il a jeté l’effroi dansleurscœurs. Un groupe d’entre eux,voustuiez, et un groupe vous faisiez prisonniers. Et Il vous a fait hériter leur terre, leurs demeures, leurs biens, et aussi une terre que vous n’aviez point foulée.

EtAllah est Omnipotent » (33.26-27). IbnKathir a commenté à ce sujet :

Le Messager d’Allah a ordonné de creuser des fosses, et on les a creusées dans le sol. Ils ont été emmenés les mains liées derrière le dos et ils ont été décapités. Ils étaient entre sept cent et huit cent. Ceux dont les poils n’avaient pas poussé ont été faits prisonniers, ainsi que les femmes, et leurs biens ont été saisis. ( Tafsir al-Qor’ân al-‘Azîm, volume 6, p.398, sourate 33 verset 26 )

 L’islam a véritablement atteint les sommets himalayens de l’abjection humaine à faire pâlir de jalousie le nazisme cette autre idéologie de l’immondicité humaine. l’islam puise lui directement ses sources dans le caractère aride, cruel, inhumain, sanguinaire, oisif, vulgaire et barbare des Arabes et dand la rigidité de leur pensée dogmatique qui n’est rien d’autre qu’un Maelstrom formé de suprématisme, de racisme, d’antisémitisme, d’ultra-violence, de Solution finale pour les infidèles, les insoumis et les associateurs, de colonialisme, d’inquisition et de terrorisme.

Certaines civilisations sont égales entre elles dans la barbarie humaine, mais il y a certaines qui ont brisé les chaînes de la barbarie et qui ont inondé le monde de la lumière des libertés tandis que d’autres tardent à le faire et qui sont plutôt enclines à éteindre cette lumière pour plonger le monde dans l’obscurité obscurantiste. N’est-ce pas le cas des islamistes dans les pays de l’hiver intégriste et qui inquiètent et effraient leurs compatriotes qui croient en la vertu de la lumière universelle celle des droits de l’homme et du citoyen né dans une terre chrétienne qu’on le veuille ou non mais qui aurait pu être inspirée par Ghandi lui-même.
L’humanisme issu de cette culture judéo-chrétienne tant décriée par les islamo-compatibles n’est certainement pas la valeur la mieux partagée entre les civilisations.
Quand les deux grande figures de ce qu’on appelle exagérément l’âge d’or de l’islam Averroes et Avicennes ont voulu impulser un souffle humain celui de la raison rationnelle, ils ont été cloués au pilori pour hérésie et leurs  livres en grande partie détruits et  les rares qui ont survécu aux flammes du bûcher ardent inquisitorial le furent grâce à des  traducteurs juifs et chrétiens. Galilée et Spinoza pour ne citer que les plus illustres étaient passés par là aussi mais la Renaissance florentine et le siècle des Lumières ont fait oublier les siècles noirs de l’obscurantisme religieux.
On attend toujours qu’un vent humaniste vienne nous envahir du Levant qui est pour l’instant en proie à un torrent de boue nauséabonde déversée sur lui par les djihado-terroristes de Daech fidèles à l’islam médinois pratiqué par Mahomet  lui-même, celui du pillage, du butin, du viol des captives, de la rançon, de l’esclavage, du butin, de la décapitation et de la tête de l’ennemi clouée dans un piquet.
Les musulmans doivent d’abord dépolluer leur terre de ces fermes pétrifiés, mais ils n’en ont ni les moyens, ni le désir ni les capacités. Il est à douter qu’avec leurs neurones  contaminés par 1435 ans de fumée fétide radioactive puissent comprendre un jour le vrai sens premier de la civilisation celle qui apaise et pacifie la vie des hommes et fait de la moitié de son humanité maîtresse de son destin humain et reconnaît les mêmes droits et devoirs à tous les hommes sans exclusive.
Une civilisation est une communauté de destin humain de caractère civil et pluraliste et non de destin religieux hermétique et monolithique entièrement dédiée au divin où l’humanité de l’homme est niée sans perspective aucune que sa totale soumission aux marchands du temple comme c’est le cas de l’islam
 

 

Dialoguer avec les musulmans c’est comme dialoguer avec les nazis en 1938


Seuls les naïfs et les crédules croient que l’on peut dialoguer avec les ennemis des libertés humaines, murés dans leur seule certitude qu’il n’y a de vérité que la vérité enfermée dans le Coran.

Imperméables et sourds au dialogue, Ils ne tolèrent pas qu’ils puissent avoir d’autre son de cloche que le leur. Leur son de cloche est comme celui des appels à la prière qui vient troubler le silence des villes et des villages au rythme de 5 fois par jour. Assenant le même message qui se veut d’une vérité absolue. Comment peut-on professer dans un contexte de sacralisation dogmatique de la parole dictée avec une force assourdissante et obstruante pour la pensée humaine qu’elle ne laisse pas filtrer un filet de paroles qui n’ont pas une propriété canonique

Avec un esprit façonné par une culture monolithique et fermé à tout débat contradictoire jugé hérétique, on serait plus avisé de dialoguer avec le vent du désert. Jamais, un musulman qui croit en la vertu immanente de la pureté de la parole sacrée dont il se prétend dépositaire, à l’instar de ceux qui prônent la supériorité de l’Islam, ne sera enclin à ouvrir un quelconque débat avec celui qu’il considère comme infidèle et dont l’idée même de dialoguer est avec lui le répugne et le répulse. Et même quand un des leurs, comme le sulfureux et girouette Mourou a feint d’engager un échange avec Youssef Esssidik n’a pas échappé à leur courroux pour voir commis l’irréparable.

Tout dialogue avec les infidèles est considéré comme une offense à Dieu. Comment peut-on dans un tel contexte du refus dogmatique du dialogue pouvoir justement entreprendre un quelconque dialogue avec ceux dont le seul esprit de dialogue qu’ils connaissent est l’étouffement du dialogue par tous les moyens ?

Nombreux sont les pseudos démocrates manquant de discernement, en ayant aucune grille de lecture de l’idéologie extrémiste, qui continuent à prendre les vessies pour les lanternes et prêchent pour le dialogue avec des gens qui font du monologue hermétique leur seule raison d’exister pour toucher leur Graal céleste. Ils vont jusqu’à accuser les esprits avertis et qui appellent à une vigilance extrême, comme c’est mon cas. contre le péril islamiste, de radicalisme et d’extrémisme.

Comme si l’infamie pouvait être combattue avec les chimères de la démocratie. Le monde a joué à plusieurs reprises sa partition d’ouvrir son cœur à ceux qui sont obsédés par sa destruction. On connaît tous les résultats du dialogue avec le nazisme. Si le monde avait preuve de fermeté et de détermination est-ce que l’aurait connu les camps de la mort et l’extermination des minorités et surtout du peuple juif ? Hitler n’avait jamais fait mystère d ses desseins hégémoniques et génocidaires, c’est le monde dit libre qui avait cru qu’il pouvait le pacifier et le raisonner par le dialogue. Alors qu’il n’avait que mépris et aversion pour le dialogue. La même posture qui caractérise les radicaux musulmans.

Or, un extrémiste est par définition celui qui détient une vérité absolue, il est schizoïde-paranoïde, il ne veut entendre qu’une seule vérité, la sienne et encore il n’est même pas à l’écoute de lui-même. Étant pris dans un tourbillon essentialiste de délires psychotiques et messianiques, la seule issue qu’il connaisse soit l’adhésion aux idées qu’ils professent soit la mort. Muré dans ses certitudes mentales, il ne peut se résoudre à l’idée qu’il ne doit y avoir une autre voix que la sienne qui est d’essence divine.

L’extrémiste musulman se sent comme investi d’une mission cosmique et planétaire d’imposer aux quatre coins du monde les dogmes de sa foi contre vents et marées les prophéties de la religion musulmane. C’est un conquérant-colonisateur, qu’il se doit pour le repos de sa propre âme islamiser et ré islamiser le monde. Prosélyte et réfractaire au dialogue, il n’est jamais dans l’échange, d’idées qui va à l’encontre des prescrits de sa foi. Il a peur de commettre un sacrilège, c’est pourquoi il appelle au meurtre quand il ne le commet pas lui-même le meurtre de tous ceux qui doutent du bien-fondé intellectuel de son raisonnement. Dans ce contexte, on peut toujours rêver d’engager un dialogue avec ceux dont le seul but est soit de nous soumettre à leur idéal islamique soit nous tuer. Il est tel un pitbull s’acharnant sur sa proie pendant que cette dernière s’amuse à lui des bisounours.

Le monde a capitulé face au nazisme dans les années 30 en la caressant dans le sens du poil avec l’Holocauste au bout du chemin. On ne combat l’extrémisme qu’avec ses propres armes et jamais celles de la voix de la lâcheté et la démission.

On ne traite pas la folie à dose homéopathique, seule une thérapie lourde, est indiquée. Il faut une riposte graduée pour l’éradiquer. L’extrémiste n’a aucun sens des valeurs humaines, ne soyons pas nous-mêmes dupes de notre angélisme qu’il considère lui-même comme non seulement une faiblesse mais comme une apostasie.

Il ne croit aux valeurs de paix et de compréhension mutuelle, il est obnubilé par la destruction et anéantissement de tous ceux qui tentent de lui opposer le langage humain. S’il était dans le dialogue, il ne chercherait pas à exterminer ses propres coreligionnaires qui font d’Al Ijtihad leur arme contre le jihad.

L’arme de l’intelligence ne peut contenir sa folie meurtrière. On ne neutralise pas un fou en pleine crise de démence en le berçant de bonnes paroles. Seule la camisole chimique est la réponse appropriée dans le cas d’espèce.

L’islamiste est un psychopathe-né, il tue père et mère pour gagner le Lupanar divin. Tout obstacle sur sa route doit être transformé en feu de paille, tel le vrai sens du dialogue chez lui. Il est sur terre pour tuer et non pour échanger avec ce qu’il appelle les ennemis de sa religion, des paroles vaines, superflues et de surcroît attentatoires à ses dogmes. Notre candeur est sa meilleure alliée.

Ras-le-bol de l’islam et des musulmans source de tous les maux de l’humanité

 

 

Ras-le-bol l’islam et des musulmans.Ras-le-bol de notre naïveté et angélisme républicains. Ras-le-bol de prendre les enfants de Satan pour des enfants de choeur. Ras-le bol de la veulerie de nos gouvernants. Ras-le-bol de notre lâcheté et notre politique de compromission face à l’islam. Ras-le-bol de notre sentiment de culpabilité vis-à-vis des musulmans. Ras-le-bol de la sérénade politico-médiatique sur l’innocence de l’islam. Ras-le-bol de tous ces collabos qui veulent dissocier l’islam de l’islamisme. Ras-le- bol.Ras-le-bol de l’impunité accordée à l’islam. Ras-le-bol de voir les musulmans polluer notre paysage humain. Ras-le-bol du halal. Ras-le-bol de voir les mosquées pousser comme des champignons. Ras-le-bol de notre déni de la haute nocivité de l’islam. Ras-le-bol de notre démission face à la poussée de l’islam. Ras-le-bol de nos juges qui condamnent les défenseurs de la république et innocentent l’islam. Ras-le-bol du refus de nos gouvernants de reconnaître officiellement l’islam comme crime contre l’humanité.Ras-le-bol de l’afganisation galopante de la France. Ras-le-bol de ces islamo-compatibles qui nous gouvernent. Ras-le-bol que des français meurent chaque jour sous les balles de l’islam et que la France continue à caresser la bête immonde musulmane dans le sens du poil. Ras-le-bol qu’à chaque fois que l’islam fait des carnages en France on cherche à le faire passer pour une blanche colombe.

12 morts dont Cabu, Wolinski, Charb et Tignous  et 4 blessés entre la vie et la mort pour venger l’honneur de ce prophète de malheur et à qui on donne la parole sur les plateaux de télévision ? A Chalghoumi la taupe de l’islam mystificateur et dissimulateur. L’islam victimisé et tous ces morts comptent pour du beurre.

En effet, c’est lui que les deux auteurs de l’attentat ont plongé dans l’horreur en ce jour du 7 janvier 2015 et non pas la France frappée pourtant dans sa chair à travers Charlie Hebdo le symbole de la liberté d’expression et de la résistance contre l’obscurantisme envahisseur musulman.

Les français doivent plus que jamais faire l’amalgame et ne pas se laisser prendre par les paroles lénifiantes des avocats du nazislamisme. Ils doivent plus que jamais se mobiliser et se prémunir contre les dangers de plus en plus menaçants et persistants de l’islam que Dalil Boubaker l’encense comme une religion respectueuse de la vie humaine. Comme si cette idéologie du culte de la mort de la vie pouvait avoir des vertus humanistes. L’islam a tellement du respect pour la vie humaine qu’il a fait du terrorisme le vrai pilier de sa foi en comblant ses tueurs de ses bienfaits éternels.

C’est l’islam qui est derrière les attentats qui ont plongé la France dans l’horreur

 

 

 

Après nous avoir vendu le profil du jeune petit loubard victime de de déchirure familiale avec un père absent du style Mohamed Mérah, pour faire pleurer dans les chaumières  ce gamin qui a mal tourné victime d’une société si cruelle et injuste, qui s’est trouvé en prison pour des menus larcins qui se transforme en soldat d’Allah à sa sortie de prison, on nous vend aujourd’hui le profil du pauvre paumé atteint de troubles psychiatriques avec tendance suicidaire incapable de maîtriser ses pulsions mortifères.

Du point de vue de la psychiatrie sociale et clinique ça peut se concevoir mais il revient aux vrais spécialistes du sujet de nous éclairer là-dessus et non pas au  procureur de la république de Dijon par exemple qui n’est pas compétent en la matière et n’a aucun avis d’expert médical à donner.

il n’en reste pas moins que la vraie question qui tarde à venir et que personne n’ose se la poser en France  et si l’islam ne transformait pas les êtres humains en bombes humaines, ne rendaient pas les fous plus fous et les et les criminels et les délinquants des terroristes, et de même si les recruteurs des fous d’Allah ne s’intéressaient pas à des profils particuliers plus précisément des jeunes fragiles, en perte de repères sociaux et familiaux, dont l’avenir se conjugue au passé, sans diplôme, aigris et revanchards,  des laissés pour compte du système, immatures et cumulant les handicaps sociaux, scolaires et psycho-médicaux ?

Personnellement je serais moins enclin à faire le procès de ces exterminateurs que du virus hyperactif qui se loge directement dans le cerveau en annihilant toute forme de volonté chez les sujet atteint, faisant de lui un zombie et lui fait perdre toutes ses facultés mentales et ses sensibilités humaines.

L’islam est une machine qui broie l’humain jusqu’à ce qu’il devienne un amas de cendres avec la particularité d’entraîner ses semblables dans son propre processus d’auto-émiettement.

Si le nazisme a créé les camps de la mort tout en préservant la vie des siens, l’islam est l’art d’acculer les siens au suicide pour en faire une arme de destruction massive. Les suicidés musulmans qui se font exploser au milieu des foules ne sont pas des kamikazes. Un kamikaze est un soldat qui se dévoue pour la cause de sa patrie et s’attaque à une cible militaire jamais aux populations civiles ni ne commet des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité; Parfaitement conscient de ses actes, or, le musulman n’a ni un code d’un honneur, ni le sens du devoir patriotique, il est sans foi ni loi, totalement déconnecté de lui-même, il agit de manière inconsciente et irréfléchie incapable de contrôler sa pensée et ses gestes.Dresser pour se tuer lui-même et plonger l’humanité dans un bain d’horreur. L’islam s’est propagé par le fil de l’épée, sa conquête du monde se fera aujourd’hui par la peur et la terreur.

On ne doit pas parler de choc des cultures là où l’islam livre une guerre totale au reste du monde

Samuel Huntington dont l’ouvrage sur le choc des civilisations a suscité beaucoup de controverses  et de polémiques à sa parution, s’est certainement trompé sur tous les points, sauf un seul, celui qu’il appelle la « civilisation islamique » qu’il aurait dû qualifier de wahhabite en mettant en exergue l’utilisation des Américains du wahhabisme pour étouffer les velléités de cette civilisation.

Plus que toute autre, elle est à contre-courant de l’évolution du monde et des droits universels humains et hostile culturellement à toute forme de progrès et de développement à cause de la mainmise de la religion sur la vie des hommes.

Fermée sur elle-même et ethnocentrique, négatrice des libertés individuelles, despotique et mutilatrice de toute forme d’imaginaire, non seulement elle refuse toute ouverture sur le monde qui l’empêche de se régénérer et de se changer, mais plus grave encore du fait de son prosélytisme activiste et agressif, elle poursuit des desseins hégémoniques, belliqueux et cosmiques, ambitionnant de devenir elle-même un nouveau gouvernement mondial mettant ainsi en péril les fondements mêmes de notre humanité nonobstant les graves dangers qu’elle fait courir à la paix et la sécurité dans le monde.

Dans le cas d’espèce, il s’agit moins d’un choc frontal des civilisations que d’une véritable guerre que la civilisation islamique wahhabisée semble aujourd’hui livrer avec l’appui diplomatique et stratégique des protecteurs américains au reste de l’humanité non musulmane, voire musulmane dans le sens de ré islamisation, entamée depuis les attentats du 11 septembre 2011 pour la dominer et l’asservir à la manière du bolchevisme et du nazisme.

Ni la civilisation hindoue, ni la civilisation chinoise, ni aucune autre civilisation catégorisée par Huntington ne porte en elle les germes d’un nouvel ordre mondial symptomatiques de chaos, de réaction, de barbarie humaine, suscitant angoisses, rejets et peurs phobiques au sein de l’opinion publique internationale telle que la civilisation islamique tournée vers le djihad et la terreur.

Le modèle de société qui se profile dans l’espace musulman lui-même en proie à une wahhabisation effrayante au cours de la dernière décennie et tout particulièrement au lendemain des révolutions du nouveau Croissant wahhabite n’est rien d’autre en réalité que l’aboutissement du Pacte de Quincy, du nom du croiseur USS Quincy, scellé en février 1945 entre le Roi wahhabite Ibn Saoud fondateur du Royaume d’Arabie Saoudite, un véritable Reich nazie tant dans sa culture politique raciste et ségrégationniste que dans l’organisation de sa société, et du Président Roosevelt à son retour de la conférence de Yalta du 11 au 14 février 1945…

La civilisation islamique dans sa variante wahhabite ointe par la Maison Blanche soucieuse de ses seuls intérêts énergétiques et impériaux est en train de tout contaminer et détruire sur son passage. Provoquant des dégâts et des traumatismes incommensurables au sein même des populations musulmanes, comme on l’observe aujourd’hui à l’échelle d’un pays comme la Tunisie, devenue un nouveau théâtre de ce choc des civilisations, non pas civilisation islamique contre le reste du monde et donc intercivilisationnel, mais un choc « intracivilisationnel » entre des musulmans qui veulent vivre un Islam humanisé, apaisé et adapté au monde contemporain et d’autres qui veulent leur imposer un Islam liberticide, ultra réactionnaire, rigoriste, nihiliste, et aux antipodes des aspirations nées de ce qu’ils croyaient être une Révolution du printemps de la dignité humaine.

Voilà pourquoi la Tunisie est à elle seule le symbole de ce choc frontal des deux projets de civilisation, l’un qui se veut universaliste et humaniste et l’autre qui se veut passéiste, désuet, inhumaniste, de repli sur soi, arrogant, inquisiteur, raciste et antisémite.

Le cas de la Tunisie illustre ainsi à lui tout seul ce que le monde musulman wahhabisé sera demain et les risques d’irradiation sur le reste du monde. Si jamais la Tunisie se trouve emportée par la tsunami wahhabite, cela va produire inévitablement un effet de domino partout ailleurs. Les Américains adeptes du double langage et soucieux de renforcer l’influence des wahhabites sur les pays arabophones dont la Tunisie constitue la première pièce du puzzle, claironnent à tout va qu’ils veulent faire de ce pays un laboratoire de la démocratie dans le monde arabophone.

Il n’existe à ce jour aucun exemple de pays au monde où les américains ont véritablement œuvré pour l’émergence d’Etats démocratiques. Ils ont toujours fait le choix de la tyrannie contre la démocratie. Ils sont comme leurs godillots wahhabites : puritains chez soi mais luxurieux chez le voisin.

Après avoir contribué à l’intronisation des islamistes en Tunisie, comme en Libye et en Egypte, pour en faire des gardiens fidèles des dogmes wahhabites dans ces pays, il faut être atteint de cécité intellectuelle et d’altération totale des facultés mentales pour ne pas s’en rendre compte que le seul laboratoire dont on peut légitimement parler est que ce pays est devenu un terrain d’essai de recyclage tout démocratique des anciens agents du terrorisme wahhabite qui n’est pas sans rappeler dans ses modalités et finalités la prise de pouvoir des nazis en Allemagne en 1933.

A moins qu’il ne s’agisse d’un tout autre laboratoire encore plus redoutable qui dissimule des enjeux géostratégiques, géopolitiques et géo-énergétiques périlleux pour la stabilité de la région et par ricochet de l’Europe elle-même. Hungtinton semble avoir ou feint d’oublier que la doctrine américaine de politique étrangère est l’art d’utiliser le mal pour éradiquer et combattre le mal. S’alliant avec le diable pour pouvoir mieux le contrôler et le dominer. Naïfs, ils semblent ignorer que les relations internationales est un jeu de rapports de force et de pouvoir, et non une kermesse américaine avec un spectacle de marionnettes.

Au lieu de mener une guerre directe à la civilisation islamique, autant se servir de ses propres cellules cancéreuses pour la miner et l’anéantir. Il n’y a pas mieux pour elle que la gangrène wahhabite pour faire d’une pierre deux coups : wahhabiser la civilisation islamique, c’est-à-dire sa mise à mort et mettre la main sur les formidables ressources naturelles des pays arabophones.

Cependant les Américains n’ont toujours pas retenu la leçon de l’Iran dont ils voulaient faire aussi un laboratoire de la démocratie dans les pays musulmans et qu’à force de surestimer leur propre force et de mépriser l’adversaire, surtout quand il est le produit d’une culture autodestructrice et obscurantiste, ils oublient l’effet boomerang de leur stratégie perverse et sournoise qui fait de la terreur un instrument pour lutter contre le violence terroriste inhérente à la civilisation islamique fondamentaliste.

C’est moins cette civilisation qui s’avère être la source des maux contemporains que l’approche américaine pour la contrer et l’annihiler. Après avoir contribué à la création d’Al-Qaïda pour lutter contre le communisme en Afghanistan qui leur infligé la morsure mortelle du cobra, les Yankees sourds et aveugles continuent à reproduire les mêmes erreurs du passé en laissant Al-Qaïda financée par leurs filleuls wahhabites du Qatar et des Saoud proliférer en Tunisie qui est en train de se transformer en sanctuaire djihadiste aux portes de l’Europe et qui ne manquera pas de devenir le cas échéant une base-arrière de la déferlante wahhabite sur l’Algérie si la Syrie tombe sous le joug du terrorisme wahhabite.

En faisant du wahhabisme le fer de lance de leur politique étrangère pour les pays arabes sous couvert de démocratie, dont ils s’avèrent être les pires ennemis en la sacrifiant sur l’autel de la théocratie et de l’obscurantisme, les Américains ne sont pas conscients qu’ils sont en voie de creuser la tombe de la civilisation occidentale elle-même.

Le Reich nazi serait une colonie de vacances à coté de l’Oumma chère au coeur des musulmans

J’aurais tant et tant aimé brosser un tableau des plus flatteurs de cette Oumma favorite d’Allah, la fosse septique de l’humanité.

Mais je n’ai pas le don de travestir la réalité et de manipuler les images que cette magnifique et sublime Oumma renvoie au monde. C’est vrai qu’ailleurs le raisin est acide, mais le sien est plus qu’acide, il porte en lui un virus létal pour notre humanité. Il est incomestible pour cette Oummaelle-même. Obsédée par son ethnocentrisme et aveuglée par sa propre haine d’elle-même qu’elle projette de manière récurrente sur le miroir de l’humanité.

Une Oumma qui à défaut d’avoir conquis le monde par ses qualités humaines, scientifiques, pacifistes, technologiques, industrieuses, industrielles, médicales, etc. occupe aujourd’hui les rubriques des faits divers de tous les médias du monde. Une Oumma dont les disciples sont surreprésentés dans les milieux carcéraux en Europe. Une Oumma qui affiche la vertu halal sur les frontons des commerces exploités par ses fidèles mais qui pratiquent le vice, transformant ces lieux en espaces d’approvisionnement en produits illicites dans le sens du droit positif mais dont la commercialisation est compatible avec les dogmes de la foi islamique.

Une Oumma qui prêche l’amour d’Allah et de son prophète mais qui éprouve une aversion pathologique à tout ce qui n’a pas son caractère. Une Oumma qui se rêve en maîtresse de l’univers mais qui n’est même pas capable d’être maîtresse de ses actes et qu’à chaque fois elle se réfugie derrière le paravent de la théorie des complots.

Une Oumma qui se veut le nombril du monde alors qu’elle est un pion, une marionnette, un godillot, un essuie-pied pour ses vrais maîtres.

Une Oumma qui se veut l’alternative aux autres systèmes politiques et économiques qui gouvernent le monde, alors qu’elle est incapable de se gouverner elle-même, éternelle dominion qu’elle est. Une Oumma qui se veut un remède aux maux du monde alors qu’elle est la source de tous les maux dont souffre notre humanité et responsable de toutes ses plaies : terrorisme, insécurité, violence, intolérance, racisme, antisémitisme, xénophobie, homophobie, pédophilie, pogroms, autodafés, oukases de mort, etc…

Une Oumma qui veut faire de l’autre un dhimmi, un sous-homme, une portion congrue, un pestiféré, un être impur, n’est pas seulement nazie, elle est avant tout musulmane.

Une Oumma qui se prétend un sanctuaire pour les femmes, alors qu’il ne passe pas un instant sur sa terre aussi sacrée que les camps de la mort nazis, sans qu’une femme ne soit victime de viol, la dernière en date la journaliste de France 24 sur la Place d’Ettahrir, devenue un haut lieu depuis la chute de Moubarak des viols des journalistes et des femmes voilées ou non violées.

Une Oumma qui à défaut d’être un avenir pour les musulmans, est une rétrospective grandeur nature de ce fut la vraie vie à l’époque du prophète de l’Islam.

L’Oumma musulmane est l’archétype d’une société de barbarie humaine. Elle n’est pas une communauté de croyants, elle est une méga organisation criminelle de type sectaro-mafieux sous couvert de la religion. Liberticide et génocidaire.

J’ai honte de notre impuissance face à la peste musulmane

J’ai honte de partager mon humanité avec les musulmans pour qui il n’y a de vie que dans la mort
J’ai honte que mes semblables humains  n’ont aucun respect pour la vie humaine
J’ai honte pour eux et leur sanctification de la violence et honte de les côtoyer au quotidien
J’ai honte de voir l’Occident caresser la bête  immonde musulmane dans le sens du poil
J’ai honte que l’on fasse courbette devant leurs rois et leurs émirs
J’ai honte du laisser-faire coupable à leurs égards et de la complicité de nos gouvernants
J’ai honte de notre silence complaisant  pour les crimes de l’islam
J’ai honte qu’on décapite et on égorge tous ceux qui ne sont pas musulmans
J’ai honte de nos dirgeants politiques crient à chaque acte de barbarie islamique : pas d’amalgame
J’ai honte que les musulmans ne font rien pour humaniser leur religion
J’ai honte que l’on fait rien pour éradiquer l’islam et interdire le Coran
J’ai honte de l’impunité dont ils jouissent pour propager leurs valeurs inhumaines
J’ai honte que l’islam impose sa dictature et que le monde lui dise amen
J’ai honte que l’on n’mpose pas aux musulmans les règles de réciprocité
J’ai honte de voir les musulmans se mettre au-dessus de nos lois alors qu’ils en-deçà de tout
J’ai honte que l’on drape l’islam ce crime contre l’humanité dans sa vertu alors qu’il est le vice érigé en culte religieux
J’ai honte que l’on stigmatise et condamne les islamo-incompatibles pour complaire à l’islam
J’ai honte qu’on abandonne nos valeurs pour ne pas heurter la susceptibilité des musulmans

Si l’islam est paix pourquoi les chrétiens sont-ils victimes d’un génocide dans les pays musulmans ?

Zéro musulman tué par un chrétien alors que des millions de chrétiens massacrés, déportés, expulsés de chez eux, persécutés, mutilés, réduits à l’état d’esclaves sexuels ou vendus sur les marchés comme une vulgaire marchandise.
Zéro mosquée détruite par des chrétiens, des milliers d’églises incendiées et vandalisées par des musulmans.
Aucune attaque chrétienne contre les mosquées pendant les heures de prière et en dehors, des milliers de chrétiens tués pendant la messe.
Aucun cimetière musulman profané par des chrétiens, des milliers de cimetières chrétiens saccagés et souillés par des musulmans.
Jamais des chrétiens n’ont kidnappé des fillettes et des femmes musulmanes contrairement aux musulmans dont c’est l’exercice favori.
Qui mène sa Guerre Sainte c’est l’islam ou le christianisme et commet les pires atrocités contre les chrétiens qui sont autant de crimes contre l’humanité?
Qui menace l’autre de mort s’il ne se convertit pas à sa religion ou veut le racketter s’il s’y refuse est-ce l’islam ou le christianisme ? Qui vit un réel martyr est-ce le musulman ou le chrétien ?
Qui traite l’autre d’infidèle et de porc est-ce l’islam ou le christianisme ?
Qui interdit à ses ouailles de se mélanger avec les autres est-ce l’islam ou le christianisme ?
Qui tue ses fidèles qui veulent l’apostasier est-ce l’islam ou le christianisme ?
Qui met en péril la paix et la sécurité dans le monde est-ce l’islam ou le christianisme ?
Qui veut imposer sa loi au monde entier et se proclame comme la plus belle religion jamais donnée à l’homme est-ce l’islam ou le christianisme ?
Qui ne reconnaît pas l’égalité entre les hommes indépendamment de leur horizon religieux et la couleur de leur peau est-ce l’islam ou le christianisme ?
Qui lapide, excise, ampute, mutile, abandonne les cadavres des victimes aux chrognards, discrimine, décapite, légalise le pillage et l’appropriation des biens de celui qui est différent de soi est-ce l’islam ou le christianisme ?
Qui répand la terreur et se rend coupble de plus de 95% d’attentats terroristes dans le monde depuis le 11 septembre 2001 est-ce l’islam ou le christianisme ?
Qui massacre les autres à cause de leurs origines ethniques et leur appartenance religieuse et se rendant ainsi coupable de crimes contre l’humanité est-ce l’islam ou le christianisme ?
Qui fait de la culture de la mort de la vie un culte religieux est-ce l’islam ou le christianisme ?
Qui dénie à l’autre le droit à la différence est-ce l’islam ou le christianisme ?
Qui pervertit et dévoie la morale humaine est-ce l’islam ou le christianisme ?
Qui se vante d’être une religion d’amour et de paix et fait souffler le vent de siroco de la mort et sème les graines de la haine et du racisme est-ce l’islam ou le christianisme ?
Qui veut renvoyer l’humanité dans le monde des ténèbres est-ce l’islam ou le christianisme ?
Qui ne cesse d’enfanter des monstres de la barbarie humaine dignes héritiers d’Attila, de Gensis Khan et de Mahomet est-ce l’islam ou le christianisme ?
Qui est de la famille du nazisme est-ce l’islam ou le christianisme ? Qui récompense et sanctifie l’effusion du sang humain est-ce l’islam ou le christianisme ?
Qui des deux est l’image de l’Apocalypse est-ce l’islam ou le christianisme ?
Des questions qui resteront à tout jamais sans réponses de la part des soumis à Allah qui plutôt que condamner les crimes abominables de leur religion ont cette manie pathologique de renvoyer à l’Inquisition chrétienne pour justifier l’injustifiable. Or, le Moyen Age chrétien serait le paradis pour les musulmans.

L’islam n’est pas apparenté au nazisme, il en serait le géniteur

http://www.dailymotion.com/video/xd12e_hitler-et-le-mufti_news

L’islam a toutes les caractéristiques d’une idéologie politique. Plutôt que d’établir un parallèle entre lui et les religions monothéistes il serait plus opportun et judicieux de rechercher les liens de parenté avec les idéologies fascistes totalitaires du type le nazisme.

En effet, on se demande même si Hitler ne s’était pas inspiré du Coran pour consigner ses monstruosités dans Mein Kampf tellement les deux idéologies sont quasi-identiques et les accointances sont troublantes.

Il n’est pas exagéré de se demander si le nazisme n’est pas le produit de l’islam. Il s’est inscrit dans la continuité de l’enseigment mahométan. De toutes les idéologies politiquesn c’est le nazisme qui mis le plus en valeur les idées prônées par le fondateur de la doctrine islamique. Il a appliqué à la lettre le message de Mohamet notamment en ce qui concerne la Solution Finale qui porte sur l’extermination du juif et de tout ce qui est dfférent de soi, sur la négation de la vie, du sens du sacrifice, le racialisme, le suprématisme, l’asservissement, la purification, la pureté du sang ou de la foi fondatrices de nationalité mais également dans le mode d’organisation politique de l’Etat ( Califat, Reich) articulé autour du guide suprême messianique (calife, führer), un pouvoir dictatorial absolu et liberticide et une cité idéale raciste, purifiée des non-aryens dans un cas et de tous les non-musulmans d’un autre.

Le nazisme est le digne l’héritier de l’islam qui est en rupture totale avec les deux autres religions monothéistes.
Ce n’est pas par hasard qu’il est encore de nos jours adulé dans le monde musulman et Hitler glorifié, des livres comme Mein Kamp et les Protocoles des Sages de Sion , pamphlet anti-juif, figurent au Hit Parade de la lecture des musulmans et notamment chez les arabes.
Quand à l’épisode de l’engagement massif et inconditionnel des volontaires musulmans au sein des troupes nazies, plus de 60 000 hommes, qui n’est surtout pas d’ordre géostratégique comme se plaisent à l’affirmer les mystificateurs de l’histoire de la collaboration entre le Glaive islamique et la Croix Gammée pour paraphraser Roger Faligot et Rémi Kauffer qui avaient mis à nu et démystifier cette proximité d’essence doctrinaire dans leur excellent livre paru en 1990 : le Croissant et la Croix Gammée : les secrets d’une alliance. Comme on ne peut pas non plus nier les conversions à l’islam des nombreux dignitaires nazis réfugiés dans les pays musulmans et tout particulièrement l’Egypte qui trouvaient certainement dans l’Islam des réponses adéquates à leurs pulsions mortifères, un substitut alimentaire à leur boulimie raciste anti-juive et mysticisme destructeur, viril, violent et nihiliste que dans le christianisme mollasson, une religion pour les faibles, une invention des Juifs pour corrompre le peuple allemand, comme le qualifiait le Chancelier Adolph Hiteler et encore moins le judaïsme, la source de tous ses maux dont la disparition définitive est le seul remède à ses maux.

L’éliminer par tous les moyens pour ne pas le laisser détourner les allemands de leur identité originelle et gangrener leur civilisation. Cet ennemi dont il faut éliminer de la surface de la terre ne pouvait exercer des attraits « spirituels » sur les nazis réfugiés dans les pays arabes qui étaient restés fidèles à l’enseignement de leur Führer l’exécrait religieusement et auquel il associait la propagation de la démocratie, qui n’est pas sans rappeler l’aversion pathologique des islamistes pour la laïcité et la franc maçonnerie.

Pour lui : « le Juif qui apporte avec lui la démocratie a pour but ultime d’asservir les peuples. Par conséquent, le Juif, cette sangsue, doit être exterminé » (der Jude als Blutengel muß ausgerottet werden). », in la Judéophobie des Modernes. Des lumières au Jihad mondial, Odile Jacob.

Eux qui furent toujours son âme damnée n’allait pas suivre une autre voie que celle qui prône le sens du sacrifice de sa vie pour les besoins de sa cause quelle que soit sa légitimité tant qu’elle doit être l’expression majeure du guide-ordonnateur, immatérialisé ou non.

Les musulmans exécutent aveuglement et mécaniquement les ordres d’une figure tutélaire, immatérielle et abstraite qui leur est pourtant interdit de dessiner, et qu’ils dotent pourtant d’attributs humains et pour laquelle tels des Waffen SS ils sont prêts à donner leur vie pour la défendre et la faire triompher.

Tuer et se faire tuer pour ce qu’on croit être son idéal politique ou religieux, avoir une âme soldatesque ou djihadiste, capable de se transformer en bombe humaine, tel est le devoir assigné au bon nazi comme au bon musulman.

Heinrich Himmler en 1943 n’avait pas fait mystère de son islamophilie en disant qu’il n’avait aucune animosité à son égard parce que l’Islam se chargeait lui-même d’instruire les hommes, en leur promettant les prébendes paradisiaques s’ils combattaient avec courage et se font tuer sur le champ de bataille. Une religion d’élevage de soldats fanatisés, complètement lobotomisés et formatés et à la volonté annihilée par les effets de l’endoctrinement religieux. Et comme le disait Himmler, commode et pratique pour un soldat.

Un djihadiste plutôt dont la vaillance n’a de sens que sa mort au service de sa cause.

La traversée du pont qui relie les deux rives idéologiques de l’abomination de l’humanisme et du Juif était dans l’ordre naturel des choses. On se convertit dans ce qu’on croit être la meilleure voie pour soi. Surtout que dans le cas des dignitaires nazis, seul l’Islam et son message belliqueux, cosmique, raciste, antisémite, impérial, suprémaciste, hégémonique, impérial, purificateur, censé purger l’humanité de ses scories judéo-chrétiennes, engendrant un nouvel ordre mondial gouverné par les élus d’Allah et auxquels le reste de l’humanité doit allégeance.

Deux idéologies dont la finalité était et l’est encore (?) la création d’un nouvel homme en opposition respectivement à la catégorie des sous-hommes chez les nazis ou Dhimmis chez les musulmans. Il s’agit plutôt de l’héritage musulman chez les nazis qu’il convient de souligner et non pas de ressemblance entre les deux systèmes de pensée qui chacune à sa façon veut affirmer sa domination sur le monde et la vie des hommes au nom de sa supériorité absolue et intrinsèque.

La liaison coupable entre l’Occident et l’islam est une aubaine pour les partis fascistes

 

Il n’y a pas de vérité qu’il ne faut jamais écrire  pour ne pas se trouver jeté en pâture aux chiens enragés afin de ne plus troubler l’Omerta ambiante, il y a la force de la vérité qui doit guider la plume de tous ceux qui ne veulent pas se trouver demain sur le banc des accusés du Tribunal de l’histoire pour ne pas avoir dénoncé le climat exécrable  de collaboration qui sévit en Occident aujourd’hui.

Les organisateurs de cette cérémonie de mariage mettent tout en oeuvre et font tout pour qu’au grain de sable ne vienne enrayer la bonne marche de leur machine propagandiste payée à prix d’or par le parti des chacals du désert arabique.   Ne rien voir, ne rien entendre et ne rien dire et se borner à apporter sa voix pour plébisciter l’alliance du Croissant et de l’Occident comme étant une chance pour sa pérennité  et le bonheur de sa population malgré son rejet massif de cette mésalliance et vous avez les honneurs des plateaux de télévision et les colonnes des journaux.

Tout est fait pour empêcher ce qu’ils appellent des trublions de perturber la tenue de la cérémonie de mariage où l’Occident doit apporter dans sa corbeille de mariée, sa dignité,  son honneur, son identité culturelle, sa souveraineté nationale, son histoire, sa démocratie, son humanité, sa lumière, sa civilisation, sa grandeur, son âme, en échange des valeurs venues tout droit du monde des ténèbres qui donneraient au bolchevisme et au nazisme un goût moins amer qu’on ne le croyait.

L’Occident politique tellement subjugué par son ralliement criminel à la  pire idéologie qui eusse exister ne se rend pas compte que  chaque présent qu’il fait nourrit l’hostilité grandissante de sa population d’une part et d’autre part constitue une aubaine pour les partis extrémistes tombés dans l’oubli et l’anonymat voire l’illégalité et qui peuvent ainsi passer eux  de l’ombre à la lumière en bénéficiant de l’adhésion populaire qui lui accorde une certaine forme de légitimité le vrai rempart contre l’islamisation galopante de l’Occident.

Plus on déroule te tapis rouge aux pieds de l’islam plus on lui balise la voie pour instaurer sa dictature totalitaire, hégémonique et liberticide, plus cela fait rouvrir le ventre resté fécond d’où surgira une autre bête immonde autrement plus redoutable que celle qui se veut la maîtresse de la vie de la cité occidentale.  La même bête que l’Occident a pensé avoir éradiqué il y a quelques décennies risque de devenir à cause de l’impunité irresponsable et criminelle dont bénéficie la bête musulmane un recours pour les masses occidentales pour sauver leurs pays en danger de mort certaines des griffes contaminées de la bête enturbannée.

L’Occident a cet art consommé de cultiver le paradoxe au lieu de défendre lui-même son indépendance nationale et son unité territoriale au moyen de ses propres valeurs il se fait le meilleur allié  de ceux-là mêmes qu’il était censé combattre sans merci et qui étaient  les supplétifs les plus zélés de sa propre bête immonde qui ironie du sort  apparaît comme sa force salvatrice, son recours salutaire pour lui éviter de ne pas peupler les cimetières des peuples exterminés par la bête immonde musulmane.

Tout indique par conséquent que le virus de la peste brune est en passe de devenir le remède miracle pour contrer avec succès le virus vert et noir que les gouvernements occidentaux tentent d’inoculer tant bien que mal plus mal que bien dans le corps social et politique de leurs populations en gage de cadeau dans leur corbeille de mariée.

Mais non contents d’être les seuls à mettre ce marié sur un piédestal qui ne devrait pas être le sien et lui accorder les honneurs qui sont autant d’aveux de capitulation, de lâcheté et de soumission, ils ont réussi le plus démocratiquement du monde à lui accorder un statut juridique lui conférant des privilèges et des prérogatives dignes de l’Ancien Régime pour le mettre à l’abri de toute attaque judiciaire contre son Auguste Altesse et réprimer toute tentative de démystification de sa personnalité ou dénoncer son imposture congénitale et la haute nocivité de sa nature.

Un traitement de faveur exorbitant qui met en danger la pérennité humaine de l’Occident mais de cela les gouvernements et les pseudos élus des peuples n’en ont cure on ne doit jamais gâcher la joie de cette liaison contre-nature.  Il faut surtout appuyer sur la gâchette pour fusiller les rabats joie et les troubles fêtes qui voient le mal partout car aigris par leur haine maladive d’un marié innocent et qui éblouit l’Occident par son charisme.  Voilà pourquoi ses partisans de droite comme de gauche  n’ont d’yeux que pour lui et leurs armes toujours pointées en direction de ceux qui se mobilisent contre ce mariage néfaste et périlleux pour la civilisation occidentale en particulier et le reste du monde en général.
Tellement fascinés par la force bestiale et inhumaine du nouveau mari de l’Occident  qu’ils font un travail d’enfumage de leur propre opinion publique que ne saurait nier les esclaves de ce mari cruel, sanguinaire et cannibale. Alors que tout plaide en faveur de sa mise hors d’état de nuire ils lui usent des moyens les plus pernicieux et pervers pour l’innocenter.  Comme si ses crimes monstrueux toutes les 15 minutes ne sont des preuves suffisantes pour le pulvériser comme un vulgaire cafard.

A les écouter les foyers de barbarie humaine qui prolifèrent comme des champignons partout dans le monde y compris en Occident lui-même seraient pour eux une vue de l’esprit et n’existeraient que dans les esprits tourmentés.

Des millions de morts dans le monde, des catastrophes sanitaires et environnementales, des guerres fratricides font rage, le feu fait ses ravages, des centaines de milliers de femmes fillettes violées, kidnappées et réduites à l’état d’esclaves, des millions d’êtres humains blessés dans leur chair et mutilés, des centaines de milliers de cadavres jonchant cette terre sacrément sacrée d’une divinité pas plus divine que cela, des dizaines de millions de personnes traumatisées, des pays entiers ravagés par le cyclone djihadiste, des générations sacrifiées sur l’autel de la toute-puissance d’une idéologie mortifère, est-ce l’oeuvre des fidèles de cette croyance négatrice de la vie humaine que des hommes politiques draguant l’électorat musulman couvre d’éloges, ou l’oeuvre de ceux qui appellent à la vigilance extrême contre cette idéologie qui veut réduire l’humanité en amas de cendres ?

Pour ne pas susciter le courroux des islamo-compatibles et des esclaves d’Allah et afin de ne pas nous trouver dans le collimateur de la justice pour incitation à la haine des cafards à visage humain, il serait judicieux de notre part de nous voiler la face et de cacher notre honte de nous-mêmes du regard du Tribunal de l’Histoire comme des bons fidèles musulmans, pour ne pas avoir eu le courage ni la force d’avoir fait tomber le masque de l’islam.

Est-cela les valeurs que nous devons transmettre aux générations ? Surtout qu’il y a a des fortes chances qu’elles ne verront jamais le jour car le Tsunami musulman aura tout balayé sur son passage.

L’islam est plus que jamais une arme de destruction massive

A ceux qui s’offusquent et s’enflamment quand leur religion parait offensée, je suggère de faire preuve d’une même vigueur pour défendre l’honneur de leur patrie, parce qu’il y va de leur propre pérennité humaine contre l’instrumentalisation de leur religion à des fins impériales et politiques.

C’est le comportement de fanatiques haineux, racistes, ignominieux, suffisants, méprisants et nombrilistes qui nourrit les peurs de l’Islam, et jette le discrédit sur ceux qui gardent un silence complice, et montrent leur peu d’entrain à défendre les valeurs humaines, comme on a pu l’observer lors de l’affaire Mohamed Merah.

La représentation qu’ils véhiculent de l’islam suscite notre rejet
La question n’est pas de savoir s’il s’agit de l’islam dévoyé et dénaturé par les siens. Le constat que l’on fait tous est que la représentation qu’ils véhiculent de l’islam suscite notre rejet de cette religion.

Qu’ils donnent une image humaine et apaisée de leur religion, et personne n’éprouvera de phobie de l’islam. Mais tant qu’ils continuent à répandre la violence et la terreur au nom de leur religion, ils ne doivent s’en prendre à eux-mêmes s’ils font de leur religion le cauchemar de l’humanité.

Les activistes musulmans sont nécrophiles, profanateurs
Ceux que l’on considère comme islamophobes sont surtout atteints par le climat apocalyptique que font régner les activistes musulmans qui, au lieu de rassurer le monde sur leur religion, lui donnent un contenu dogmatique absurde, insensé, suranné, bestial et irrespectueux de la vie humaine. Violeur, belliqueux, immoral, légitimant la pédophile dès l’âge de 3 ans, voire zoophile tel ce saoudien tué par son âne qu’il avait tenté de violer, les activistes musulmans sont aussi nécrophiles, profanateurs, inquisiteurs et génocidaires.

Le législateur lui-même semble aussi souffrir d’une déficience mentale et d’un manque flagrant de discernement, en voulant assimiler la phobie de l’islam à un délit de droit commun.

Lutte contre la propagation du fléau épidémiologique du virus islamiste
Il sait que l’islamophobie est un néologisme, un non-sens et enfumage de l’opinion publique. Il préfère apporter une réponse pénale à ce qui ne relève non pas de la psychiatrie mais de la prévention, en renforçant les moyens de lutte contre la propagation du le virus létal  islamiste qui se dissimule derrière les lois antiracistes pour tuer les libertés.

Il s’agit d’une question de santé mentale des citoyens devenus de plus en plus allergiques et réfractaires à l’Islam dans sa version fondamentaliste, dont les pouvoirs publics occidentaux sont de surcroît les meilleurs alliés, et paradoxalement les agents de promotion et d’instigation, comme en Syrie, en Tunisie, en Egypte, allant jusqu’à favoriser son implantation dans leurs propres cités-ghettos à dominante musulmane, par pur calcul vénal, et au mépris du bien-être psychique de leurs citoyens.

Le crime n’est pas dans les symptômes qui se manifestent chez la population atteinte de la phobie de l’Islam, il est dans la banalisation du fléau viral wahhabite qui mine les fondements des sociétés occidentales.

Seule l’éradication de ce virus létal pour notre humanité est le remède à tous les maux dont souffre aujourd’hui la majeure partie de la population mondiale.

La destruction de l’islam, dans sa configuration wahhabite, doit être inscrit au chapitre des priorités de sauvegarde de l’humanité, sinon il réussira là où le nazisme et le bolchevisme ont échoué, et ironie du sort, avec l’aide de l’occident, supposé ennemi de l’obscurantisme et du totalitarisme. Mais les scrupules moraux et le bien-être des populations malades de l’Islam wahhabisé ne sont pas de mise, quand il s’agit de satisfaire les seuls intérêts du capital islamiste.

Les stratèges occidentaux ont beau élaborer des scénarios et faire des simulations, ils oublient que la politique n’est pas une science exacte. Ils ne tiennent compte ni de la réaction des populations, qui trouvent toujours des ressources dans leur désespoir, ni des forces de la communauté internationale, peu inclinées à laisser le soin aux wahhabites et leurs marionnettistes occidentaux leur imposer un diktat dont le but est d’inféoder le monde entier.

Lettre ouverte aux ennemis du peuple juif qui ne s’indignent jamais des crimes de l’islam

 

A ceux qui soutiennent la cause palestinienne mus par leur seule haine du juif arrêtez de faire de votre ignorance un savoir et de vos délires mensongers une vérité.

Que connaissez-vous sincèrement de ce que vous appelez peuple palestinien vu votre très faible goût pour la lecture et la recherche des sources diversifiées afin que vous ne fassiez vous-mêmes votre propre opinion d’un sujet qui alimente le fonds de commerce de vos gouvernements despotiques et criminels et qui se servent de cette cause pour vous divertir et vous enfumer ? Elle est votre pain quotidien car vous n’avez d’autres pour remplir vos ventres affamés et sublimer  votre rang du dernier wagon du train de l’humanité. On a fait d’elle un idéal pour exalter vos ressentiments anti-juifs nées des frustrations de votre prophète auto-proclamé depuis le jour où ils avaient refusé de lui accorder leur aval biblique.

Vous n’en savez en réalité strictement rien alors que vous êtes incapables de connaître votre propre histoire et le génocide de vos aïeux.

Les palestiniens auxquels les manipulateurs d’opinion vous ont fait croire qu’ils avaient des droits ancestraux sur cette terre sans jamais vous en apporter l’once d’une preuve historique juste pour justifier la spoliation de cette terre biblique aux  juifs, eux-mêmes n’en savent pas plus que vous.

Historiquement, bibliquement et archéologiquement il n’y a pas trace de la présence de ce peuple dans cette région du monde. Il ont été chassés et déportés de Jordanie et d’Arabie comme vos arabes musulmans l’avaient fait avec les juifs et les chrétiens mais ça jamais vous ne le ne serez capables de le reconnaître à cause de votre état de cécité mentale et votre racisme dont vous êtes nourris au sein maternel.

Quand le feu président Habib  Bourguiba  un homme de bon sens,  des plus lucides et objectifs  avait déclaré dans son discours de Jéricho  du 3 mars 1965   que les juifs avaient autant de droit sur cette terre que les palestiniens qui devaient se conformer à la résolution  du Conseil de Sécurité des Nations-Unies de 1948 avaient déjà une terre dans son discours de Jet qu’ils y retournent, il s’était fait lyncher.

Je ne crois pas me souvenir qu’il existait un peuple sédentaire dans la région s’appelant palestinien. Vous confondez palestinien et philistin, peuple disparu, alors que votre Coran parle du peuple d’Israël et reconnaît donc explicitement le droit des juifs à une terre qui leur revient de droit dans cette jungle humaine infestée par des caïmans et de charognards arborant les couleurs noires de l’islam.
Vous mettez le monde à feu et à sang par ce qu’Israël seul rempart contre l’obscurantisme musulman a riposté aux tirs des roquettes qui menacent sa population et vous mettez une chape de plomb sur les exactions et les crimes crapuleux commis par les vôtres outre que vos enfants sont devenus les premiers clients des prisons occidentales.

Jamais de cris halte à la violence dans l’islam. Savez-vous que depuis les années de plomb en Algérie l’islam a tué des millions de ses propres enfants, sans parler des deux autres millions soudanais chrétiens et animistes ainsi que les dizaines de milliers de chrétiens, aucun musulman ne s’est indigné sauf de délirer avec sa funeste et machiavélique théorie du complot juif, je ne dis ni sioniste ni israélien pour ne pas l’innocenter de sa haine du juif, mais Israël qui a été pourtant pris à partie par leur cher protégé le Hamas s’est cru dans son bon droit de se défendre tous les musulmans ont sorti leurs crocs ravis de pouvoir enfin dépecer le juif que leur religion ordonne à exterminer.

Quand on se veut juste et équitable on commence par faire le ménage chez soi plutôt que de jouer aux redresseurs de torts.

Pendant qu’on joue au ballon à Rio les vrais musulmans répandent la mort dans les pays du Levant

Le monde entier a les yeux rivés sur Rio où les stades sont transformés en arènes romaines, les musulmans fidèles à l’enseignement du père-fondateur de l’islam organisent sous l’égide du nouveau Califat islamique l’E.I.I.L. des tournois de football où les joueurs portant le curieux nom de djihadistes plutôt que de taper dans les ballons  préfèrent jouer avec des têtes humaines.

La fête sportive mondialiste ne va pas s’arrêter à chaque fois que le sang humain coule à flots.  Le  monde a toujours connu depuis l’internalisation de la compétition sportive et tout particulièrement les premiers Jeux Olympiques  de 1896 à Athènes les bruits des bottes comme arrière-plan de ses joutes sportives.

Les médias tout contents de la manne publicitaire qui tombe de leur escarcelle  n’ont que faire des humains que les escadrons de la mort djihadistes dépècent dans les abattoirs à ciel ouvert  des pays du Levant et dont le sang sert à irriguer le sol aride de cette région théâtre aujourd’hui des jeux les plus barbares que l’humanité ait connu qui pourraient faire de l’ombre à l’épisode tragique des J.O. de Berlin  de 1936 où le monde n’avaient d’yeux que pour la fête quadriennale du printemps humain comme les qualifie joliment le Baron Pierre de Coubertin, rénovateur et apôtre de l’olympisme moderne.

Peu importe le calice tant que ce monde de tartufes, de girouettes, de vénaux, d’affairistes, d’opportunistes, de pleutres, de couards et de félons s’enivre du breuvage amer du sport. « The show must go on » comme disait Avery Brundage, ex président du C.I.O. lors de l’incursion sanglante du terrorisme palestinien sur la scène sportive qui a coûté la vie à 12 athlètes israéliens  

Le sport mondial n’en a cure de la couleur de la toile de fond imprégnée du sang des innocents, le sport mondial a ses raisons que seuls les Etats connaissent. Panem et circenses, du pain et des jeux. Divertir et distraire le peuple pendant qu’on lui accommode dans les coulisses des plats hautement nuisibles à la santé humaine.  Mais  tellement pris dans le tourbillon de la magie du sport, son seul exutoire avec le phénomène religieux, qui n’est en réalité qu’un nuage nucléaire qui irradie ses neurones.

Pendant que le monde sportif exulte devant le petit écran  pour ses couleurs favorites  les syriens et les irakiens sont entrain d’être sacrifiés sur l’autel de la collusion morbide entre ceux-là-mêmes qui avaient combattu la barbarie nazie et les descendants du Mufti de Jérusalem  qui s’étaient illustrés dans son engagement philonazi.

Lettre ouverte aux imbéciles qui prennent l’islam pour une blanche colombe

Je reprends cette jolie formule de mon ami Pierre Cassen de Riposte Laïque : » Ceux qui nous lapident aujourd’hui au nom de l’angélisme républicain et de l’antiracisme seront les lynchés demain. »
En effet,  ils ont beau se faire l’avocat du diable musulman soit par pat vénalité soir par pure naïveté si ce n’est pas les deux mais tout cela ne les protégera pas pour autant du sort réservé aux mécréants qu’ils sont.
Leur ignorance des des textes qui arment les mains des exterminateurs est à la mesure des pulsions meurtrières de leurs protégés.
Leur haine de ceux-là-mêmes qui défendent la cause de la liberté, censée être aussi la leur, ne les mettra pas à l’abri du retour du bâton, plutôt du glaive mahométan, que ne manqueront pas de leur asséner  leurs bourreaux.
Que connaissent-ils de l’islam et de son idéologie belliciste, raciste, inhumaine, nazie et hégémonique qui leur sert de support idéologique et dont ils se nourrissent du berceau jusqu’à la mort ?  Savent-ils qu’il est encore plus radioactif que 1000 centrales nucléaires  capable de transformer la planète entière en paysage lunaire ?
Avec lui, ce ne sera pas des humains contaminés par les irradiations radioactives comme à Tchernobyl, Hiroshima et Nagasaki, ce sera la disparition de toute trace de vie humaine de la planète terre. Un désert balayé par des tornades où  soufflera les fortes rafales de vent effrayantes  poussant des cris comme des meutes de loups hurlant à la mort.
La France sera balayée comme une botte de foins devant la puissance de la force du vent islamique atteignant la vitesse vertigineuse de Mach 3. Aucune digue ne saura les contenir et ce n’est certainement pas ceux qui stigmatisent, clouent au pilori et condamnent les islamo-incompatibles qui vont pouvoir atténuer la puissance de la tornade islamique, ils auront déjà été emportés avant même que la tornade ne se lève, car les les forces qui activent cette tornade leur auront déjà fait regretter d’avoir choisi le camp de l’inhumanité et de la mort de la vie à celui de la défense de la terre propriété de tous les hommes et non pas vouée à être colonisée au profit d’une divinité qui a engendré l’une des figures les plus abominables, perverses, démoniaques et cruels de l’histoire  universelle.
Un jour les libertés humaines disparaîtront à tout jamais et personne ne sera là pour les pleurer et s’en vouloir d’avoir fait le mauvais choix au moment où le monde est à un tournant vital de son histoire qui n’est en rien comparable à celui des années 30 où l’on prenait le nazisme pour un enfant de choeur.  Plus de république, plus de laïcité, plus de démocratie, plus de respect des droits de la femme et de la petite enfance ni des droits  humains. Plus rien qui ne ressemble en rien au monde qui fut un jour le leur. Hitler brûlait les juifs et les non-aryens, le nouveau monde qui renaîtra des cendres du monde actuel et dont les artisans commencent à dessiner les contours en Irak et en Syrie sera un monde l’on jouera les matchs de football avec des têtes humaines plutôt que des ballons,  où l’on arrosera la terre sèche avec le sang des victimes et l’on nourrira les charognards avec de la chair humaine.
Une terre pour une seule divinité et gouvernée par les lois de la pire doctrine mystico-politique que le monde ait jamais connue.
Que ceux qui nous crucifient aujourd’hui au nom du politiquement correct et discréditent notre combat pour la liberté qui est aussi la leur contre le péril intégriste musulman, seront eux-mêmes les prochaines victimes de ceux qu’ils soutiennent par lâcheté, incompréhension et de manque de courage politique. Ils doivent savoir que l’islam n’a pas d’amis, il a des soumis et ceux qui doivent subir la dhimmitude.
Le raciste n’est pas celui qui met en garde sur les effets néfastes de l’islam, c’est l’islam lui-même qui porte en lui les germes du racisme.
Lutter contre l’islam c’est avant tout lutter contre le virus raciste dont il est porteur. Cette lutte pour la liberté est aussi une lutte antiraciste.
Notre défiance et méfiance à l’égard de l’islam n’est ni l’expression d’une haine ni la manifestation d’un rejet, elles relèvent du principe sacré de vigilance républicaine et du devoir de précaution.
Le nazisme a anéanti toute une partie de l’humanité à cause de l’angélisme des pacifistes français ne soyons pas de nouveau complices de notre propre malheur en caressant l’islam dans le sens du poil. Si l’islam n’était pas une idéologie politique sanguinaire pourquoi massacre-t-il alors les siens en attendant qu’i en fasse autant avec nous un jour prochain ?
.

 

Ces trois lycéens israéliens ont été tués parce qu’ils sont juifs comme l’ordonne le Coran

Aujourd’hui des adorateurs  maléfiques d’Allah ont plongé des familles israéliennes et tout le peuple juif dans l’effroi et l’horreur réveillant en eux le cauchemar de la Shoah et la malédiction éternelle qui frappe ce peuple connu pour sa grande faculté à s’adapter aux environnements les plus hostiles et pour son immense contribution dans l’édification de la soi-disant civilisation arabo-musulmane et son apport multiple et incommensurable au bien-être humain. S’il y a un peuple auquel le monde est redevable dans les domaines des sciences médicales, artistiques, biotechnologiques, culturels, sciences sociales et humaines, linguistiques, etc.. c’est bien le peuple tant honni par les musulmans depuis 1435 ans.
3 gamins arrachés à l’affection de leurs familles parce qu’ils sont juifs. Des enfants qui auraient pu être nos enfants comme ceux lâchement abattus à Toulouse. Depuis 17 mois des musulmans tuent le juif partout où il se trouve et appellent à sa mort. Des prémisses d’une nouvelle Shoah commencent à se faire sentir.
Ces trois jeunes juifs sont tués parce que le Coran a ordonné leur élimination. Le conflit israélo-palestinien est un cache-sexe pour pour protéger l’opinion public du virus sidéen musulman.
Depuis 5000 ans que les Juifs sont victimes de racisme et subissent des pogroms et des exactions alors que ce fameux conflit était inconnu de l’histoire.
Pourquoi le monde musulman et pas seulement lui a-t-il tant haine pour leurs semblables humains car ils ils sont tout simplement juifs. Ennemis de Mahomet a-t-on dit ? Mais c’est leur droit de ne pas l’adouber n’est-ce pas ? Pourquoi Mahomet au lieu d’être bon joueur et reconnaissant pour leur accueil à Yathreb, la Médine, n’a pas trouvé pour leur témoigner de sa droiture d’esprit et de sa gratitude que déverser sur eux un torrent de boue nauséabond dans son livre et de les gratifier de tous noms d’oiseaux non sans avoir au passage leur a fait goûter la cruauté de sa personnalité.
Pourquoi n’y a-t-il plus de juifs dans ces terres jadis judaïsées ? Ces pauvres gamins n’ont pas choisi de mourir, des musulmans ont choisi de les tuer pour purifier cette terre colonisée un temps par l’islam mais qui devient musulmane pour toujours selon la loi islamique.

En France on avait condamné Dreyfus parce qu’il était juif, les musulmans tuent aujourd’hui les juifs parce que leur religion en a décidé ainsi. Jugés comme ennemis originels de l’islam il est du devoir de tout musulman d’exécuter la sentence de mort éternelle décrétée par Mahomet.
Paix à leurs âmes ainsi qu’à tous les juifs victimes de la barbarie musulmane partout dans le monde. Chaque humain qu’on tue est une part de moi-même qui s’éteint.

L’humanité n’en a pas fini avec l’utopie génocidaire et hégémonique du Califat musulman

En se livrant à une véritable guerre de purification religieuse et ethnique en Irak et en Syrie et à degré moindre en Egypte, les islamistes n’ont pas trahi l’enseignement musulman. Ils ne font que s’inscrire dans la continuité de Mahomet qui avait ouvert la voie en la matière, en massacrant avec ses sbires les Juifs et les Chrétiens d’Arabie. Ne s’est-il pas défini lui-même comme  le prophète du carnage et le rieur sanguinaire ?

Aussi, contrairement aux dénégations mensongères des musulmans qui n’ont de modéré que le masque de l’hypocrisie, tous les crimes contre l’humanité  commis sous couvert de l’islam aux Pays du Levant et au Nord du Nigéria par Boko Haram qui a fait allégeance à Daech sont consubstantiels à l’islam et en aucun cas la résultante d’un quelconque complot pour nuire à son pseudo message de paix..

L’islam est la paix au fil de l’épée.

Les islamistes ne sont pas sont pas un virus inoculé par des forces occultes pour miner le corps musulman, ils sont les bras armés de l’islam pour imposer sa loi aux quatre coins de la terre et installer afin d’instaurer un Califat mondial.

Le événements du Levant sont le prélude de ce fameux

Califat.https://fr.wikipedia.org/wiki/Califat

Si Daech arrive à ses fins en créant un Califat régional, il pourra provoquer une onde de choc dans le monde musulman qui sonnera le réveil du mythe du Califat condition sine-qua-non à la renaissance islamique.

Le Califat moteur de la résurrection de la splendeur de l’islam conquérant et dominateur.

Même si tous les musulmans ne sont pas islamistes mais tous croient dur comme fer que seule une oumma musulmane guidée par un souverain qui allie le pouvoir temporel et spirituel peut redonner à l’islam son lustre d’antan.

Le danger avec la réussite d’un Califat régional est l’essaimage qu’il risque d’entraîner et de voir ainsi Daech servir de  locomotive à la création de nouveaux califats jusqu’au jour où ils finissent par s’unir tous entre eux et partir à l’assaut du monde non-musulman où les islamistes  disposent déjà de cellules dormantes qui tôt ou tard se mettront en action pour lui mener une guerre intérieure.

L’utopie du Califat islamique nouurit les fantasmes de tous les musulmans, c’est pourquoi on les imagine mal se boucher les oreilles aux chants de sirène entonnés par Daech  en Syrie et eb Irak et qui expliquent en partie les complicités dont il a bénéficiees chez les Sunnites.

Si la fin du dernier Califat en 1922 pour laisser la place à la première République turque à été écrite avec le sang des Arméniens, des Assyriens et des Grecs, celui qui se dessine au Levant est en train de s’écrire avec celui des minorités religieuses et ethniques de la région avec le  soutien actif des pays de l’OTAN et surtout de la Turquie islamiste et des deux têtes du serpent wahhabite l’Arabie Saoudite et le Qatar et dans l’indifférence de la communauté internationale à l’exception de la Russie de Poutine et de l’Iran qui sont loin d’être mus par des considérations humanbitaires.

 

 

 

 

 

 

C’est bien l’islam qui est plus que jamais le cauchemar de l’humanité

Des morts tous les jours en Irak, Syrie, Libye, Tunisie, partout dans le monde musulman, des lâches agressions antisémites qui en est l’auteur le sionisme, ou la jeune femme Meriem la jeune  femme médecin soudanaise condamnée à mort pour apostasie  ou l’islam ? Ce sont des musulmans fidèles à là la tradition mahométane et forts de l’impunité coranique qui accomplissent ces crimes au nom d’Allah. Si votre religion condamnait explicitement le djihad, un véritable crime contre l’humanité, et ne promettait pas de récompense à ses exterminateurs attirés par le sexe pour l’éternité qui leur suffit de prononcer la sentence horrifiante d’Allah Akbar pour rendre licites leurs actes de barbarie, cela aurait changé la donne et le monde ne serait pas en train de vivre un avant-goût du Grand Effroi prophétisé dans le Coran.

.On ne fait pas de vos accusateurs des coupables. Il faut faire votre propre procès et assumer la responsabilité de vos actes, ce dont vous êtes incapables. Qui répand la terreur est-ce ceux qui dénoncent au quotidien les exactions abominables de votre religion qui ne l’est pas et que vous avez pour votre défense l’outrecuidance d’accuser de collabo et de tous les noms d’oiseaux ou vos propres frères dont vous couvrez leurs agissements intolérables atteignant les sommets de la cruauté humaine comme en Syrie et naguère en Algérie ?

Vous êtes aussi couards qu’hypocrites, plus vicieux que vertueux, lubriques et bigots,  vous faites du déni et des dénégations hystériques un rempart contre la vérité que vous cherchez à étouffer par la violence verbale et physique.
Vous faites des menaces de mort le seul argument pour défendre la cause indéfendable de l’islam qui devrait être déclassée comme religion.
Personnellement, je vous laisse à vos délires calomnieux et diffamatoires, je suis une plume libre qui n’est à la solde de personne. Je vous laisse le déshonneur de vos invectives et injures qui ne sont que la manifestation de votre état de troubles psychiques, de votre obscénité et de votre propre haine de vous-mêmes.
Vous pourrez continuer vos menaces de mort, à m’assassiner avec vos mots venimeux qui et me promettre l’enfer dans lequel vous êtes vous-mêmes vous ne réussirez jamais à fendre mon armure. Le jour où vous aurez trouvé la voie de la raison et par conséquent votre humanité et votre dignité vous regretteriez d’avoir été des esclaves et des complices du pire système de pensée idéologique jamais inventé par l’homme. Ce jour n’arrivera jamais car vous êtes dépourvus de pensée propre et de discernement.
A force de semer la mort autour de lui, l’islam finira un jour ou l’autre de mourir de sa propre mort.
Vous ne serez jamais les maîtres du monde alors que vous êtes incapables de d’être les maîtres de votre propre vie. Les esclaves que vous êtes, un musulman n’est-il pas par essence un esclave né ?, doivent d’abord commencer par vous évader de votre prison mentale et briser les chaînes qui vos entravent avant de délirer sur la gouvernance de l’univers Soyez libres avant de vous voir en de nouveaux seigneurs du monde. Vos délires de grandeur s’évaporeront et notre cauchemar deviendra le vôtre comme le fut pour les nazis et les fascistes de votre espèce;
Vous êtes devenus source de phobie, et un jour le monde sortira de sa torpeur et vous aurez à payer de tous vos crimes.
Vous êtes dépossédés de vos vies et vous voudrez en faire autant avec les nôtres alors que vous êtes victimes d’un mensonge grotesque dont vous voulez faire une vérité révélée et d’une imposture le chemin de l’enfer sur terre comme toutes les idéologies totalitaires où ni le bolchevisme ni le nazisme qui malgré leurs atrocités ont du mal à rivaliser avec votre mode de pensée politique sur le terrain de la barbarie humaine qui dure depuis 1435 ans.

Les musulmans ne sont ni responsables ni coupables. C’est toujours la faute du sioniste et du chrétien

 

Quand je parle des crimes abominables de l’islam, de tous les meurtres et exactions commis en son nom, des menaces qu’il fait peser sur la paix dans le monde, des délires racistes et rétrogrades de ses prédicateurs, de l’exaltation de la violence et de la pédophilie, et de toutes les horreurs imputables à l’idéologie musulmane, je ne comprends que l’on puisse me renvoyer à chaque fois au sionisme et à l’Inquisition. Le vrai crime est de vouloir blanchir l’islam par les crimes supposés ou réels d’autrui.
C’est lui qui est sur le banc des accusés aujourd’hui, il doit répondre de ses propres crimes. Ce n’est pas le sionisme et le christianisme qui ont massacré les moines de Tibhirine, le prêtre de Homs hier, tué Chokri Bel Aïd et encore moins réduit les femmes à l’état d’esclaves et les enfants en objets sexuels licites ? Ce n’est pas non plus le sionisme et le christianisme qui lapident, égorgent, mutilent, excisent, pillent, répandent la terreur, pratiquent la nécrophilie et la zoophilie, font du Coran la seule source du savoir et des connaissances, se réclament d’un homme qui devrait aujourd’hui être poursuivi pour crimes contre l’humanité et veulent faire de la barbarie la norme de vie en société.
C’est l’islam et l’islam seul qui met en péril le devenir humain des musulmans eux-mêmes et qui s’inscrit dans le sillage du nazisme. Le Coran n’était pas l’oeuvre des sionistes. Il était l’oeuvre d’Allah comme ils le reconnaissent eux-mêmes, ils doivent par conséquent assumer la responsabilité des écrits ignominieux et apologistes de la haine du juif, du chrétien et de tout ce qui est différent de soi.
Le jour où les musulmans auront compris que c’est soi en, face de son miroir, que l’image soit belle ou hideuse ce n’est que leur propre image qui s’y reflètent et jamais les images de leur souffre-douleur et boucs-émissaires, à ce moment-là ils ne seront plus ces enfants qui ont cessé de grandir et qui se croient toujours à la cour de récréation et qui pour justifier leurs bêtises, dans le cas d’espèce leurs crimes, par les bêtises de leurs camarades. Or, leurs camarades ont dû avoir été punis dans le passé, soit plus malins et rusés qu’eux ont su passer entre les mailles du filet et échapper à la punition.

Aujourd’hui ce sont les musulmans qui sont mis en cause dans la majorité des actes terroristes, perpétrés au nom de l’islam qui les ordonne et récompense et c’est eux qui doivent s’expliquer devant les tribunaux de l’opinion publique mondiale de leurs crimes et en assumer les conséquences, et ce n’est ni le sionisme ni le christianisme qui sont jugés et doivent être condamnés pour des crimes qu’ils n’ont pas commis ou faire l’objet de nouveaux procès pour des affaires closes ou sans fondement.

Le drame des musulmans est leur incapacité pathologique à prendre conscience de la gravité de leurs méfaits. Ils ne sont ni responsables ni coupables. Ils sont tels des malades mentaux que la justice des hommes déclare non-coupable à cause de son état avéré d’altération  psychique ou neuro-psychique au moment de la commission de leurs actes.délictuels ou criminels. Les musulmans ne sont jamais maîtres de leurs actes, ils sont comme guidés par une voix qui les commande d’agir pour elle. C’est pourquoi quand ils doivent plaider leur cause, ils  usent de grosses ficelles enfantines avec lesquelles ils pensent pouvoir convaincre leurs juges pour que le procès ne soit plus le leur mais de celui qu’ils désignent comme le vrai coupable. Ce ne sont assurément pas le sioniste et le chrétien qui sont responsables des 300 morts en Algérie et des deux millions de victimes chrétiennes  et animistes du Sud du Soudan. Ce sont des musulmans qui sont entrain de mettre la Syrie en feu et en sang. Peu importe à qui profite le crime et la nationalité de leurs chefs-marionnettistes. Ce qui est retenir à l’islam a suffisamment formaté et conditionné psychologiquement ses fidèles pour les déresponsabiliser de leurs crimes et les rendre malléables et dépourvus de tout discernement, capables de se transformer en bombes humaines.

 

 

 

L’islam est plus qu’un crime contre l’humanité, il est l’Apocalypse de la prophétie biblique

L’islam  veut régner sur le monde par la terreur. Il ne tolère aucune cohabitation en son sein. Il ne passe plus un jour sans qu’il ne plonge l’humanité dans l’horreur. Il ne cesse de martyriser et persécuter  les chrétiens  les massacrant partout où ils se trouvent notamment en Syrie, Irak et le Nord du Nigéria grâce à la bienveillance complice de ses adeptes et des gouvernements occidentaux capitulards. Il vient pour la énième fois de massacrer des chrétiens à Baghdad le jour de Noël plongeant ainsi la communauté chrétienne dans un cauchemar apocalyptique. Les musulmans connus pour leur déni psychotique et leur mauvaise foi dogmatique, à l’état de cécité mentale légendaire, pervers et retors,  cyniques, menteurs et fabulateurs-nés sont capables d’accuser les chrétiens d’avoir commandité leur propre carnage pour discréditer l’islam et salir la belle image de cette religion de la sublimation de la vie et de la tolérance érigée en dogme religieux pour purifier la cité musulmane du multiconfessionnalisme.

L’islam  ne tolère aucune cohabitation d’une autre religion à ses côtés, tenue à se diluer en lui et pourtant les musulmans sont convaincus du contraire.

Tant qu’ils ne veulent pas reconnaître que l’islam est une religion violente et criminogène, on doit répondre à leur mauvaise foi par la mauvaise foi agrémentée d’une touche d’ironie.  Ainsi avec eux, il faut tout pervertir, travestir et flatter leur narcissisme frustré, aigri et amène. Ils vont encore nous seriner en jurant la main sur le coeur et le regard d’un chien errant que l’islam est innocent ou nous une pirouette malsaine dont ils ont le secret pour se défausser sur autrui et se victimiser.

Ils ne sont jamais responsables de leurs actes, ce sont les victimes qui sont coupables de leur propre malheur. Feignant d’oublier que la voie inhumaine du paradis doit être irriguée du sang des ennemis d’Allah.

Le prophète autoproclamé n’a jamais dit non plus que le paradis est à l’ombre de l’épée, il a surtout dit aime ton prochain, surtout celui qui n’est pas de ta foi, autant que toi-même.

Ils attendent de leurs ennemis à ce qu’ils démystifier la vérité de l’islam et le draper leur dans les vertus qui ne sont pas les siennes. L’encenser et l’enjoliver. Autrement, ils se crispent et exhibent leurs crocs tel un charognard prêt à dépecer sa proie.

Ecorchés vifs, complexés, manquant de lucidité et d’assurance en eux et impulsifs, ils s’offensent pour des tags soi-disant islamophobes, ou une pauvre tête de cochons déposée à l’entrée d’une mosquée, ces hauts lieux de fanatisme religieux, du djihad de la terreur, et d’appels au meurtre des non-musulmans, mais jamais au grand jamais pour les actes de barbarie antichrétiens perpétrés par leurs coreligionnaires qui appliquent à la lettre les prescrits de l’islam.

L’islam n’a jamais tué personne, ce sont ses victimes innocentes chrétiennes qui sont la cause de leur propre mort.

Même si les chrétiens devenaient musulmans, ils ne seraient pas à l’abri, puisque l’islam tue aussi les siens.

Un nouveau Noël ensanglanté pour les chrétiens d’Orient.

L’islam veut mettre la main sur le monde pour instaurer son pouvoir hégémonique absolu

FrMeinKampf20050214
FrMeinKampf20050214 (Photo credit: Wikipedia)

L’islam est en guerre du djihad partout dans le monde, il veut tout islamiser de gré ou de force, plus de force que de gré, il faut vraiment souffrir de lourdes pathologies mentales  pour l’embrasser , et le monde fait l’autruche et continue à voir en lui un ami qui te veut du bien.

Des morts par dizaines de milliers depuis 2001, des millions de chrétiens persécutés, des dizaines de millions de démocrates vivant au sein du monde musulmans menacés de mort.  Quand aux milliers de jeunes européens embrigadés par l’islam  souvent mineurs devenus djihadistes,  centaines de millions d’enfants, de femmes, d’homosexuels, de travailleurs immigrés qui vivent l’enfer dans les pays colonisés par l’islam qui s’inquiètent de leur sort comparable à celui des juifs et des minorités  en Allemagne dans les années 30 ?   Le même silence troublant qu’à l’époque du nazisme dont il est le père géniteur. Comme dirait Qaradhaoui comme Hitler n’avait pas fini le travail qu’Allah lui avait confié, il revient aux musulmans de l’achever.

Il n’y a pas de liberté de culte qui tienne avec un une religion qui n’en est pas une et qui ne reconnait aucun droit aux non musulmans sur ses terres et qui oppriment et tuent ceux qui lui sont soumis qui veulent exercer leur liberté de conscience. S’il était vraiment une religion, il comprendrait que la foi est une question de choix personnel et en aucun cas une contrainte.
Une religion obsédés par ses délires hégémoniques et mégalomaniaques, qui veut ramener l’humanité à la préhistoire qui se veut un nouvel ordre mondial et une la loi parfaite et unique pour tout l’univers. Une religion connue pour tout détruire sur son passage, pire que le napalm tuant tout l’écosystème, qui n’a de respect de la vie que la mort qu’elle propage.
En guise d’apport civilisationnel, elle a brisé les peuples dans leur élan, les étranglant, les asphyxiant, les diluant dans son acide culturel,  effaçant de leur mémoire leur propre identité et leur culture. Ses dégâts sur eux sont incommensurable partout où elle passe, transformant les ères géographiques tombées sous son joug en de véritables bagnes pour les femmes, un supplice pour les enfants, rendant licites des mœurs intolérables pour la raison humaine, les réduisant ainsi à l’état sauvage.
L’islam est un anti modèle pour l’humanité, un antisystème qui veut abêtir et abrutir les peuples à l’image des arabes d’Arabie et des afghans, leur inoculer le virus de l’oisiveté pour les installer dans un état de désespoir durable dont le seul motus vivendi est la négation de vie.
Il suffit de dresser lez bilan actuel des pays de l’O.C.I. pour constater que son bilan est l’un des pires qui puissent exister, l’islam est la ruine des peuples, leur frein inhibiteur  par excellence, les chaînes qui entravent leur soif de liberté, un castrateur de leur imaginaire, un puissant soporifique qui les maintient dans un état de léthargie chronique, un ennemi de la créativité et la création,  comment peut-on croire qu’il va être un salut pour l’humanité alors que les faits démontrent aisément tout le contraire et qui doit inciter le monde à une vigilance  extrême à son égard ?
 L’islam est un prédateur féroce  pire que le nazisme à cause de son idéologie prosélyte et suprématiste, auquel il faut  apporter une riposte appropriée et le stopper d’ores et déjà dans sa progression territoriale comme vient de le faire l’Angola. On ne caresse jamais un charognard dans le sens du poil qui rêve  de faire parsemer sur son chemin de cadavres comme ceux des chrétiens du Nord de Nigéria ou au Pakistan.
Tant que le monde le laisse faire, rien ne l’arrêtera dans ses desseins de conquête et enrayer ses offensives impérialistes, à chaque fois qu’on lui cède une pouce du territoire pour construire un sanctuaire djihadiste en l’occurrence la mosquée, une sorte de Kommandantur, il engrange cela comme une victoire, et de victoire en victoire, c’est-à-dire de construction en construction il est persuadé que la victoire finale est acquise et qu’il pourra islamiser avec l’acquiescement des autorités politiques et judiciaires des pays du dar al harb,les pays de la guerre,  en marquant son territoire et imposer ses normes politico-religieuses comme le seul mode de vie en société et le seul système d’organisation de l’Etat n’est pas une religion. Sauf pour mériter du statut de bourreau de l’humanité.
Ne peuvent s’y reconnaitre que les pervers, les dépravés sexuels, les messianiques, les suicidaires, les psychopathes, les inadaptés sociaux, laissés pour compte du système capitaliste, les revanchards qui veulent entrainer le monde à sa perte pour assouvir leur vengeance d’être exclus du banquet, les rebuts humains, les gourous, les ultraviolents et les pédophiles qui cherchent à donner libre-cours à leurs pulsions en toute légitimité et tous ceux aveuglés par leur propre haine d’eux-mêmes et de leurs semblables qui les renvoient à cette part d’humanité qui est en eux qu’ils veulent exterminer afin que leur état d’anormalité apparaisse comme parfait.
Le monde inconscient, naïf, irresponsable et veule  ne se rend pas compte que l’islam met en péril sa pérennité. Sait-il au moins demandé pourquoi Hitler est populaire chez les musulmans et Mein Kampf est un des livres les plus lus chez eux ? Ce n’est certainement pas les associations antiracistes et des droits de l’hommisme occidentaux, le comité de l’O.N.U. pour les droits de l’homme qui vont le mettre en garde contre sa haute nocivité alors l’O.N.U. veut pénaliser le délit de blasphème. Ce n’est pas en autorisant les musulmans à se doter de ligues de défense de l’islam et d’observatoires sur l’islamophobie que l’on va enrayer sa radioactivité.
Etre musulman, c’est être contre les lois qui ne sont  pas d’essence musulmane.
 L’islam tisse sa toile d’araignée aux quatre coins de la terre, semant les graines du racisme, de la discorde entre les hommes, de la barbarie humaine et de l’homophobie et on fait comme si de rien était, le confortant dans sa toute puissance et son pouvoir hégémonique au nom des de la Charte universelle des droits de l’homme et du citoyen que lui-même il ne reconnait pas et des lois antiracistes alors qu’il n’y a plus raciste que l’islam lui-même.
C’est grâce au parachute politico-juridique que lui déploie le monde libre qu’il impose progressivement son diktat le plus normalement du monde jusqu’au jour où ce parachute sera transformé en cauchemar de l’humanité.  Mais il sera trop tard pour l’éradiquer.
Pourtant son message du 11 septembre est très clair : je déclare la guerre au monde entier et ces attentats ne sont qu’un coup de semonce du Grand Effroi coranique qui s’annonce.

La charia n’est pas que la loi de l’islam, elle est un crime contre l’humanité

 Un musulman ne se conformant pas à la charia qui signifie en arabe, voie, chemin voire racine,  est promu au pire châtiment, « il sera amené en aveugle au rassemblement »  (20 : 123-124), que peut-attendre de la part des hommes plus préoccupés du repos de leurs âmes  à la résurrection qui dépend de leur observation stricte de la charia qu’au respect des lois qui ne sont pas « révélées » et donc imparfaites et illicites ?
La charia qui se veut la loi finale pour tous les hommes après avoir  abrogé toutes les autres lois révélées ne peut pas tolérer qu’il puisse avoir d’autres lois qui ne sont pas les siennes. C’est pourquoi de plus en plus des délinquants et  djihadistes musulmans n’acceptent pas d’être jugés par des lois  qui ne sont pas frappées du sceau de l’islam. S’y soumettre est un sacrilège pour eux, pire encore un blasphème. Un acte d’insoumission à la volonté de celui qui sera le seul juge des actes des hommes au vrai jugement. Forts de leur conviction que seules ses lois sont complètes et parfaites, il leur suffirait de suivre  la seule feuille de route temporelle et spirituelle qui  les protéger de tout égarement et la tentation du mal. Ce qui laisse clairement entendre que les musulmans doivent refuser de se soumettre aux lois incompatibles avec la charia.
Il n’y a que les naïfs qui croient que les musulmans sont intégrables et à même de se plier aux lois de la république et aux conventions internationales. Eux qui placent la charia au-dessus de toutes les lois, ne vont pas se rabaisser à adopter des  lois non-musulmanes. 
Sais-t-on que toute mansuétude et laxisme à l’égard des mouvements totalitaires et génocidaires équivaut à la reconnaître implicitement et contribuer progressivement à l’instauration de la loi canonique de la charia mortifère pour les libertés humaines les plus élémentaires tels que le choix de ses habits ou la liberté de circuler au volant de sa voiture punie de dix coups de fouet chez les wahhabites et ordonnateur et grand argentier de l’islamisme polymorphe qu’il soit jihadiste, salafiste ou qoutbiste frères musulmans ?
Comment nos sociétés démocratiques peuvent elles se résoudre au nom des libertés de culte et de conscience à donner un droit de cité à des mouvements ancrés dans leur identité religieuse dont le seul objectif est d’utiliser les lois de la république pour mieux l’achever et substituer à des  lois humaines, fruits des assemblées démocratiques, une loi synonyme  de désordre  moral, d’injustice, d’arbitraire, de racisme, d’antisémitisme, de lapidation, de mutilation, d’amputation, de viol, de pédophilie, d’inquisition, de décapitation, de brimades, de sexisme érigé en dogme religieux, d’inégalités, d’avilissement et asservissement de la femme et de la négation de ses droits. Une loi qui donnerait aux lois raciales de Nüremberg des relents humains. Un véritable poison pour les droits de l’homme et des libertés publiques.
Comme si on oublie ou feint d’oublier que la charia qui fait du musulman juge, partie et bourreau, est un instrument d’aliénation juridique de la femme et des minorités sexuelles, ethniques et religieuses. C’est la consécration du pouvoir sans limite de l’homme sur la femme sous couvert de la religion, brimades, harcèlement, violence, exaction, sévices sexuels, voire meurtre, autant de crimes et délits qui échapperont au couperet de la justice républicaine, au nom de l’exception des lois de l’islam et par conséquent de leur suprématie sur les lois républicaines confortant ainsi les musulmans dans leur mépris et rejet des lois non-musulmanes.
Avec elle, du monde des lumières, l’humanité plongera dans le monde des ténèbres.
De l’ordre juridique de droit positif, elle  passe au désordre juridique et au règne de la loi du plus fort. Scellant le sort de la femme, de l’autoritarisme et la légalisation de la violence et des traitements inhumains.
Admettre l’usage de la charia dans les cités, c’est lui reconnaître un statut de plein droit en sa qualité d’ennemie viscérale de la femme en lui accordant de la sorte un droit de veto sur nos lois puisqu’elle se considère au dessus des lois de la République, c’est se faire soi même complice de la mise à mort du système juridique protecteur de ses droits et les vôtres aussi.
A moins d être maso, cupide, veule, inconscient ou irresponsable, cela équivaut à se tirer une balle dans le pied. Nul ne saurait affirmer que cette loi divine a toutes les caractéristiques d une loi. N’importe quel croyant en l’absence de clergé peut s’ériger en législateur et juge selon l interprétation qu’il peut en faire tel que décréter une Fatwa, simple avis juridique de portée civile ou pénale.
Mais plus souvent pénal pour motiver la sentence capitale ou des pogroms. Le danger avec la loi canon de la Charia est qu’elle est l’ objet de toutes les spéculations interprétatives et l’imprécises des règles susceptibles de l’encadrer et la formuler.
Le fait qu elle ne soit pas codifiée dans un quelconque corpus juridique ne peut que la rendre incertaine, floue, ambiguë, sujette à caution et inapplicable.
En effet, comme le souligne Souheib Bencheikh: » c’est un concept spirituel, donc synonyme d un cheminement personnel mais qui, à travers l histoire, couvre le travail des Ecoles juridiques, malékites au Maghreb, hanbalites en Turquie, hanbalites en Arabie Saoudite, si bien que le droit musulman est varié et il n a aucune sacralité et souffre de ne pas avoir été mis à jour. »
Comment peut-on aussi conférer un caractère juridique à une norme spirituelle censée fixer la voie à suivre pour les musulmans (sourate 45; verset 18) ?
Assimilée comme étant la source du droit musulman qui se décline pourtant en 4 Ecoles juridiques(madhahb) ne peut que susciter de sérieux doutes sur sa rationalité juridique.
Tout indique que la charia n est pas un système juridique fruit de la raison humaine et encore moins de caractère canon immuable et intemporel puisqu’elle est à géométrie variable dans le sens de son interprétativité propre à chaque école.
Contrairement à ce que ses partisans prétendent, on ne peut faire d un système juridique non écrit ou codifié une vérité divine absolue ayant force de loi qui ne tolère aucune contestation ni dérogation. Les tentatives de réforme de la Charia et de sa véritable définition juridique auxquelles on assiste depuis les écoles de pensées théologiques comme le Mu’atazalite et l’Asharites, au VIIIème et IXème siècles, ne peuvent que le lever le voile sur l’impossibilité de sa reformulation et de sa clarification.
Ce qui va de soi dans la mesure où le peut rationaliser l’irrationnel. On ne peut pas non plus donner une cohérence à une loi abscons, hyper subjective et apocryphe en lui accordant le statut d un code juridique soi-disant d essence divine supposé régir tous les aspects de la vie des musulmans, publique et privé ainsi que les interactions avec les croyants, ce qui suppose que les non-croyants sont exclus du champ de la charia et politique. Alors que dans notre système juridique non seulement nul n’est au-dessus des lois, mais surtout que nul n’est exclu du champ de la loi. Une loi pour tous indépendamment des croyances, du saxe et des origines et non une loi qui qui différencie, hiérarchise,  et exclut.
L’absence de cohérence juridique et le flou théologique qui la caractérisent sont la cause première des abus et dérives rattachées à la charia. Elle est davantage apparentée à une loi naturelle, appelée communément la loi de la jungle, où’ l’on se doit de laisser la nature accomplir son oeuvre sans l intervention humaine pour la réguler ou la codifier.
Elle est cette loi qui lie le prédateur, dans le contexte musulman qu’est l’homme, à sa proie, sa victime  sous couvert de la Loi sacrée du Coran qui est la femme. Et accessoirement les non-musulmans et tous ceux qui ne rentrent pas dans les normes sexuelles telle que la définit Dieu.
 La charia est une loi scélérate et inhumaine pire encore que les  lois raciales nazies de 1935 où l’on cherche à instaurer un ordre social, humain politique sur la base des critères de la pureté de sang, inégalitaires et partiaux de caractère ethnique, sexuel et religieux. Une loi où seule l’interdit devient la norme et le permis devient l exception.
Dans les sociétés appliquant la charia, la déraison humaine et la passion hystérique déterminent le mode d’organisation sociale, familiale et interindividuelle.
L’homme qui est par définition un animal politique n’existe pas en tant que tel  dans les sociétés musulmanes, censé être dépourvu de pensée propre, jugé incapable de discernement, il est un exécutant de la volonté d’Allah,un simple morceau du puzzle musulman. Il ne s’appartient pas à lui-même, il est relié par un cordon ombilical à sa communauté.
C’est pourquoi, les prières collectives sont érigées sont essentielles dans la vie des musulmans. Elles sont supposées faire gagner aux croyants 29 marches vers le ciel à chaque prière.
Un musulman isolé de sa communauté est comme un poisson vivant hors de l’eau. Rendant ses chances de survie impossible. Pour sa propre pérennité, il doit s’agréger à un groupe de musulmans, qui lui sert de matrice pour pouvoir  vivre au sous les lois de l’islam.  Un musulman ne peut  pas concevoir de vivre sans les règles prescrites par sa religion, la charia  devient  la voie à suivre, une nécessité absolue pour adopter des normes de bonne conduite qui lui feraient toucher son Graal. Rejetant ainsi toute autre  loi qui n’a pas d’essence musulmane.
Un musulman digne de ce nom n’a de cesse que de préparer sur terre sa vie dans l’au-delà pour pouvoir jouir des 72 houris promis. Et ce n’est certainement pas les lois de la république qui vont l’en détourner. La charia qui signifie en arabe le chemin de la félicité est son motus vivendi, il est ce fil conducteur entre lui et son démiurge. Toute rupture de ce fil le condamnera à la voie de l’enfer. C’est la sève qui le nourrit, s’en priver, c’est un sacrilège pour lui.
L’islam ne prescrit pas aux musulmans le respect des lois autres que les siennes,il leur impose de ne  reconnaître que ses seules lois celles édictées par la charia. Se considérant lui-même comme étant une loi élevée au-dessus des autres. De par son caractère suprématiste et essentialiste, il veut s’octroyer les privilèges du prince, obligeant ainsi les autres de répondre à ses exigences et non pas l’inverse.  Partout dans le monde, les musulmans veulent que ce soit toujours les autres de s’adapter à eux, quand bien même leurs moeurs, us et coutumes sont incompatibles avec les lois de leurs pays d’accueil.
 Comme il rêve de gouverner le monde, ce n’est certainement pas les lois de la république qui vont le contrarier dans son projet. Au lieu de s’en prémunir comme de tout virus létal, les sociétés d’accueil ne savent pas qu’on lui ouvrant leurs fenêtres, il laisse entrer par la grande porte la charia, indissociable de l’islam puisqu’elle est sa source et sa substance nourricière.
L’islam est en quelque sorte le cheval de Troie de la charia. La France comme d’autres pays démocratiques se laissent prendre dans le jeu de leur angélisme béat  en croyant que l’islam n’est pas la charia, et que la charia est le mode de gouvernement de l’islam de la vie des musulmans.
Elle n’est pas qu’ incompatible avec les lois de la république et les valeurs de citoyenneté, elle vise à avilir à instrumentaliser le sacré à des fins d’exacerbation et d’institutionnalisation de la violence morale, inhumaine et de traitement dégradant et humiliant infligé aux femmes et aux minorités.
En totale violation de l’article 5 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen et de l’ article 3 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme. Une loi qui est un vrai simulacre juridique et pas seulement ne devrait pas avoir droit de cité au vu de son caractère incitatif à la torture et aux atteintes caractérisées et avérées aux droits humains.

L’islam ne tue pas que les non-musulmans il tue aussi siens

 
L’islam sunnite tue et massacre partout dans le monde musulman tout particulièrement en Syrie et en Irak où les chrétiens sont menacés d’extermination.  Insatiable et jamais repu. il lui faut chaque jour son contingent de victimes sacrificielles  pour apaiser sa colère et étancher sa soif de sang humain.
Malgré les évidences qui accablent chaque jour l’islam les musulmans continuent à se voiler la face et clamer à tout va que leur islam est paix et amour.  Il est paix tant que leur tour n’est pas arrivé et amour tant qu’ils n’ont pas la tentation de l’abjurer. Ils ne savent pas que les victimes musulmanes de l’islam avaient elles aussi la même définition qu’eux de cette religion de la négation de la vie humaine,  aujourd’hui qu’elles ont fait l’amère expérience de tout le contraire de qu’elles se représentaient. Qui pourrait  témoigner à leur place de l’extrême cruauté de cette religion  ? Si ce n’est les faits, mais hélas les musulmans atteints de cécité mentale et souffrant de graves troubles shizoïdes-paranoïdes persistent et signent dans leur refus d’admettre la réalité et le plus grave encore ils ne se résignent jamais à l’idée que les autres doutent de l’innocence et du pacifisme de leur religion au point qu’ils les accusent de cultiver un racisme anti-musulman comme si l’islam avait ses propres propriétés génétiques. Les musulmans qui éduquent leurs enfants à la haine de l’autre dès le berceau et n’hésitent pas à les mettre en scène habillés de treillis militaires et les armes à la main sont comme une femme qui  découvre un jour que son mari est pédophile et malgré les preuves qui l’accablent, elle refuse d’y croire. Elle est enfermée dans sa bulle passionnelle comme les musulmans sont enfermés dans la leur.
En réalité c’est moins les faits qu’elle nie c’est l’image qu’elle s’est faite de son mari à laquelle elle s’accroche. A trop vouloir idéaliser les hommes et les idées, on finit par faire d’une image mystificatrice une vérité absolue.
L’humain musulman n’aime pas se remettre en question et réviser ses gammes et surtout reconnaître qu’il a floué et trompé par l’islam. Le jour où il prendra conscience que l’image qu’il s’est faite de l’islam est illusoire et erronée, cela changera ses rapports à l’islam et motivera son rejet absolu d’une idéologie qui se sert de la religion à des fins de pouvoir absolu sur la vie des hommes.
Mais tellement conditionné et à l’esprit engourdi, enfumé et ankylosé, il n’aura jamais ni les ressources mentales ni intellectuelles pour remettre en question ses rapports à l’islam et couper le cordon ombilical  qui le relie au mythe de l’islam en tant que religion de paix et de spiritualité.
L’islam comme tout système d’aliénation mentale  a créé des garde-fous tels rendant impossible toute révision pour ses adeptes de leur lecture de l’islam. « Celle-ci est une vérité absolue contenue dans livre qui n’autorise aucune remise en cause » qui est la règle d’or que tout musulman doit respecter.
Endoctrinés à mort comme un toxicomane addicts aux substances hallucinogènes que lui fournissent les dealers ( prêcheurs, imamams, prédicateurs) de l’islamoroïne, au point que les musulmans quelque soit leur qualificatif sont incapables de réfléchir par eux-mêmes, formatés et lobotomisés, ils sont comme des O.S. qui reproduisent les mêmes gestes professionnels toute leur vie durant, comme si l’islam était devenu un réflexe quotidien pour eux, ils n’ont pas la  faculté d’exercer leur propre libre-arbitre et démasquer les mensonges de l’islam.

Être musulman c’est avouer sa haine pour l’humanité qui n’est pas la sienne

Iraq Violence Trends

Pourquoi la non-violence est-elle un sacrilège dans l’islam ?
Je souffre pour tous ces morts au quotidien qui ont le malheur de vivre parmi des fous qui jouissent d’une véritable impunité juridico-theologique.

Je suis contre l’islam comme je dois l’être contre le nazisme et tout système de pensée socio-politique totalitaire et liberticide.
Je n’ai pas à avoir de la compassion et de l’empathie pour des humains qui n’ont que haine pour leurs semblables.
Je ne suis pas masochiste pour plaider la cause des individus qui seront demain mes bourreaux. Ils sont peut-etre les premières victimes de la folie meurtrière de leur propre utopie idéologique mais ils ne font que récolter le vent de la mort qu’ils sèment dans la voie de leur divinité sanguinaire.
Être musulman c’est comme si un agent de la Gestapo était fier de son brassard nazi.
 Je suis un islamo-sceptique  qui refuse de dissocier l’islam de la violence et qui ne supporte pas de voir que l’on tue des êtres humains au nom d’Allah Akbar.
Il est de mon droit d’exprimer ma defiance et méfiance pour un culte aussi demoniaque que morbide qui exalte sanctifie la violence et récompense les meurtriers.
Je m’étais demandé un jour si le coran et les hadiths condamnaient explicitement la violence est-ce qu’il y aurait autant de sauvagerie et tuerie  chez les  musulmans ?
Rien qui peut plaider en faveur de la non-violence dans les sources « sacrées » auxquelles s’abreuvent les musulmans. Tout se passe comme si la violence leur sert d’élixir pour exciter leur ardeurs meurtrières.
Quand on se veut une religion de paix, on doit amputer le coran de tous les versets qui incitent au meurtre de  son prochain et  abolir tous les hadiths, ne serait-ce de par leur caractère apocryphe, qui font l’apologie de  la haine de l’autre et du crime sacralisé.
On ne peut que croire que la violence est la seconde nature de l’islam comme en témoigne le silence pesant des doctes de la foi musulmane. Rien qu’en France qui a entendu un jour le Recteur Dalil Boubakeur, cette icône médiatique ou plutôt pathétique de l’islam modéré,  lancer un appel solennel de principe à ses coreligionnaires en Irak, en Afghanistan ou en Syrie pour l’arrêt  de la spirale sans fin de la violence qui frappe pourtant en premier lieu les musulmans eux-mêmes ?
A-t-il lui-même organisé une journée de jeûne et de prière pour dire stop à la violence et rendre hommage à la mémoire de toutes ces victimes innocentes qui ne demandaient qu’à jouir de la vie ?
Tout donne à penser que si aucune autorité religieuse sunnite  digne de ce nom n’ jamais condamné publiquement  tous ces massacres devenus le lot quotidien des musulmans vivant dans les pays de la culture dogmatique de la mort, c’est parce qu’elle ne peut désapprouver ce que les lois de l’islam l’ordonnent.
Si soutenir l’homosexualité est déjà en soi une apostasie comme vient d’en faire l’amère expérience le Dr Muhammad Yunus, alors quelle sentence canonique va-t-on prononcer à l’encontre de l’insolent qui commet le sacrilège de désavouer et disqualifier la violence et les coupables ?
En toute évidence, ces exactions frappées du sceau du sacré infâme sont tout simplement licites et conformes à l’esprit et à la lettre du vrai islam.   Comme si la violence est une sorte de liquide rachidien pour les musulmans et que son asséchement  peut entraîner la disparition de l’islam lui-même. En
le régénérant quotidiennement, on maintient en vie cette idéologie devenue de plus en plus néfaste et périlleuse pour la vie des siens qui n’ont pas choisi de naître musulmans et qui se trouvent musulmans contre leur plein gré.
L’islam a toujours servi de catalyseur à la violence.
Elle ne s’est pas intensifiée aujourd’hui contrairement à ce qu’allèguent ses laudateurs ignorant de l’histoire des crimes contre l’humanité perpétrés au nom de l’islam depuis que cette idéologie  de l’épée comme langage de conversion, de pillage, de rançon et de brigandage  a quitté son désert aride et inhospitalier d’Arabie.
L’islam, religion de paix et non-violence n’est pas un oxymore, c’est la pire offense qu’on puisse lui faire.
N’est-il pas curieux qu’il n’existe aucun apôtre  musulman de la non-violence ou un humanitaire digne de ce nom qui fait le bien pour tous les hommes sans distinction depuis que la naissance de l’islam et que les figures les plus illustres de cette religion sont tous des monstres de la cruauté humaine ?
Quand aux savants dits arabo-musulmans, rares sont ceux qui ont pris ouvertement le parti de la non-violence.
Tout humain a le droit plus que jamais de s’inquiéter du déferlement de la violence musulmane sur le monde d’une part et a le devoir d’autre part d’agir par tous les moyens surtout peser sur les politiques de ses gouvernants à l’égard du bellicisme musulman. Il est temps que l’islam comprenne qu’à force de jouer au pyromane, il finira par s’en embraser lui-même. Le feu tue aussi le feu.

Qu’attend l’O.N.U. pour déclarer le djihad comme crime contre l’humanité ?

EI-PENDAISONS
Depuis  les scènes du Grand Effroi du 11 septembre 2001 portant la signature de l’islam qui ont plongé le monde dans ‘une des plus longues nuits noires de son histoire.
En effet, il ne passe plus un jour sans que l’internationale du crime islamo-djihadiste ne sème la mort, suscitant peur et frayeur au sein de la communauté internationale, Se rendant ainsi coupable de plus de 20000 attentats sanglants laissant derrière eux ruine et désolation annonciateurs d’une nouvelle Apocalypse…
Nul ne peut nier le fait que tout en puisant leurs sources idéologiques dans le coran lui-même la majorité des victimes, plus de 90%, est musulmane.
Il est de la responsabilité morale et politique du monde entier y compris les pays musulmans qui aspirent à vivre en paix et en harmonie avec le reste du monde de se doter d’un nouveau Tribunal Russel pour juger les crimes commis au nom de l’islam en Syrie, au Mali comme partout ailleurs et déclarer le djihad comme relevant du crime contre l’humanité en commençant d’ores et déjà à reconnaître aux attentats des Twin Towers la qualité de haut symbole dudit crime.
Le djihad, notion  controversée  mais qui signifie toutefois en arabe guerre sainte que tous les lusulmans sont tenus à mener contre les pays non-soumis aux lois de l’islam, appelés dar al harb. Il est l’islam belliqueux, hégémonique, impérial, génocidaire,  en état de guerre permanente contre le reste du monde faisant son grand retour sur la scène internationale avec les attentats sanglants du 11 septembre 2001.
 Ainsi, cette date doit être comprise et entendue comme étant une Déclaration de guerre totale et non-conventionnelle de l’islam contre le reste du monde.
Elle préfigure les desseins hégémoniques et impériaux de l’islam qui se veut le prochain maître du monde. Un nouvel ordre unique pour toute l’humanité, avec un seul Etat pour tous sur le modèle du Reich nazi, appelé communément Califat,d’où sont bannis tous ceux qui ne sont pas musulmans.
Les djihadistes qui sont à l’islam ce que furent les divisions Waffen SS où s’était illustré le Mufti de Jérusalem al Husseini présente le plus grave le péril pour l’humanité.
Le djihad est la force de frappe  destructrice et génocidaire de l’islam.
C’est pourquoi le monde doit s’en prémunir et l’éradiquer,
A commencer par exiger des pays musulmans qui de déférer devant les tribunaux nationaux tous ceux qui sont impliqués de près ou de loin dans la création, soutien logistique, recrutement et le financement des réseaux terroristes.
 Tout pays qui s’y soustrait devra être boycotter, les gouvernants de ceux ci devront être traduits devant la C. P. I. pour assistance et complicité avec le terrorisme djihadiste.
Se prévaloir des valeurs de sa religion alors qu’elles n’ont de valeurs que le nom pour motiver l’absence de poursuites pénales à l’encontre des criminels djihadistes comme le fait la Troïka en Tunisie est un acte d’encouragement et d’incitation aux crimes contre l’humanité qui tombe sous le chapitre 7 du Statut de Rome qui définit les peines applicables aux prévenus déclarés coupables.
Toute religion qui présente un péril sérieux à la paix et à la sécurité dans le monde doit se voir retirer son statut de culte religieux pour être assimilée à une doctrine politique néfaste à l’humanité.
Sinon l’humanité court à sa propre perte.
Le laxisme juridique, le droit international et interne inadapté, l’angélisme républicain et la duplicité des hommes politiques sont les meilleurs alliés des ennemis du genre humain qui n’ont qu’une visée nous imposer leur foi soit par la force au besoin, dixit le terroriste tunisien Rached Ghannouchi, soit nous exterminer tous. Pour eux, viendra le jour où l’islam sera la religion de tout le monde et que la terre ne sera peuplée que des seuls musulmans gouvernés par une seule loi celle d’Allah. Un génocide en perspective quand bien même il est utopique.
Le nazisme aussi était une utopie et on a vu les résultats. L’islam a des sacrés antécédents en la matière.
Il est impérieux de recadrer l’islam et de l’humaniser sous une forme ou une autre, car il est inadmissible que de nos jours on condamne à mort les musulmans qui exercent leur liberté de conscience.
La criminalisation de l’apostasie et du blasphème est aussi synonyme de crime contre l’humanité. Il faut que l’islam se soumette aux règles du droit international.
Plus aucun traitement de faveur accordé aux Etats musulmans qui font l’apologie de l’antisémitisme et du racisme (dhimmitude) sous couvert de l’islam : ou bien ils respectent les lois internationales ou ils sont des Etats voyous et traités comme tels.

Avec les crimes des islamistes contre l’humanité, l’islam renoue avec ses vieux démons mahométans

L’idéal musulman n’a rien d’humain : on égorge pas les hommes et les moutons pour apaiser la soif sanguinaire du divin
Là où les peuples non-musulmans  s’abreuvent de savoirs et de connaissances et progressent dans tous les domaines techniques, scientifiques, médicaux,  biologiques, technologiques,  pour améliorer la condition de vie des leurs,  les musulmans ont dépassé des limites jusqu’alors inconnues dans l’horreur humaine tout particulièrement en Syrie, en Irak et en Libye après l’épisode cauchemardesque algérienne. Ces peuples contaminés par le virus mortel de l’islam ont perdu le sens de l’humanité, vouant un véritable culte au sacrifice humain.
Depuis le nazisme, jamais l’industrie de la mort alimentée par le carburant idéologique n’a tourné à 100% de ses capacités.
Des humains sont tués par centaines chaque jour à la satisfaction de leurs bourreaux qui exhibent les têtes de leurs victimes comme un trophée, tout heureux  de leurs exploits comme
Et le plus ubuesque dans l’histoire est que ces derniers rêvent de dominer les premiers alors que sans eux ils seraient encore dans la protohistoire. Qu’ils commencent déjà par assumer leur destin humain, maîtriser leurs pulsions de mort et cesser leurs actes de cruauté envers les animaux avant de se voir les futurs maîtres du monde.
La folie des grandeurs a cette vertu première  que leur raison ignore est qu’elle finit par rendre fous tous qui en sont atteints et devenir mortelle si on la soigne pas. Mais il y a peu de chance pour  qu’ils échappent au sort des nazis. Alors que ces derniers sont les maîtres dans tous les domaines, ne leur avaient-ils pas eux-mêmes servis de chair à canon comme ils continuent aujourd’hui à le faire en Syrie pour leurs Seigneurs russes et américains ?
Comment des peuples aussi divisées se haïssant à mort entre eux, dont nombreux  d’entre eux sont sous occupation militaire américaine peuvent-ils se souder entre eux pour partit à la conquête du monde  pour instaurer un nouvel ordre mondial à la couleur de l’islam ? Connus pour leur trahison légendaire de leurs amis et de leur esprit collaborationniste avec leurs ennemis de quels moyens disposent-ils pour réaliser la prophétie de mahométane de faire de l’islam la religion pour tous ? Savent-ils que leur prophète lui-même n’avait pas réussi à rassembler les siens sous la bannière de l’islam, ni laisser un héritage apaisé à ses compagnons qui s’enivraient de sang  ?
Ce ne sont pas les femmes  qui sont dépourvues de foi et de raison comme le prétend criminellement leur coran, ce sont les musulmans mâles qui souffrent de graves troubles psychiques et  mentaux. Leur déficit intellectuel est tel qu’ils sont incapables de raisonner et de penser les choses par eux-mêmes. Ils sont en réalité des sujets vulnérables, influençables, malléables, et sans volonté propre que leurs ennemis experts dans l’art de la manipulation mentale  sachant surfer sur leurs délires mystico-religieux  instrumentalisent à leur guise pour leur faire accomplir des actes auto-suicidaires.
Le monde  non-musulman  a parfaitement compris  tout l’intérêt qu’il peut tirer de la faiblesse chronique de ces peuples, de leur culture négationniste de la vie, de leur incapacité pathologique de s’inscrire dans le sens de l’histoire, de leurs luttes intestines larvées et de cet état d’animosité et de rivalité permanente qui les caractérise.
Au vu de l’état de décomposition psychique, intellectuelle, économique, sanitaire, éducative,de leur manque de volonté politique, de leur absence de discernement et de l’ hiérarchisation insensée et irrationnelle  des priorités où le devoir religieux prévaut sur les exigences de la vie, de leur tempérament consumériste, fataliste et d’éternels défaitistes, nul besoin de mener la guerre ces peuples qui peuvent juste servir de bêtes de cirques à leurs dompteurs qui les fouettent sans arrêt pour qu’ils continuent à se tuer entre eux.  Si guerre il y a demain, ce seront musulmans eux-mêmes qu’ils se livreront entre eux au lieu et place du reste du monde avec toutes les divisions qui les minent.
Une simple lecture de la géopolitique du monde musulman se suffit d’elle-même pour éclairer l’observateur quant à l’impossibilité de ces peuples à former un bloc homogène gouvernée par le seul idéal musulman qui fait de la mort le motus vivendi pour les hommes, en dehors de laquelle point de salut. L’islam a échoué depuis le prophète dans sa tentative de rapprochement et de consolidation des miens entre les peuples, plutôt que de transcender les frontières entre les hommes, il a attisé les clivages entre eux. Il a été et l’est plus que jamais un facteur d’émiettement et de dislocation des peuples et  ne sera ni la Libye, ni l’Irak, ni le Soudan ni la Turquie, ni le Pakistan, pays déchirés par des conflits internes de toutes sortes, ni le Maroc, ni l’Algérie  plus enclins à se mener une guerre fratricide que de faire acte d’union entre eux, et encore moins les pays du Golf protectorats américains qui en diront le contraire. Même un pays comme la Tunisie n’est pas à l’abri d’une sécession.
Tout aussi bien à l’échelle individuelle que d’un pays, l’islam ne fait que nourrir  et exacerber les tensions. Lui-même est né dans un climat de violence  et folie meurtrière. Il ne peut par conséquent être un idéal commun à tous les hommes, aveuglé par ses ambitions abracadabrantes et burlesques il ne se rend pas compte qu’il ne fait que creuser sa propre tombe à l’exemple  de la vie cauchemardesque et mortifère qu’il impose à ses fidèles.
Une religion qui répand les graines de la meurtrissure , du mépris de tout ce qui est différent de soi, antisémite et raciste et remplit le cœur des hommes de rancœur et d’amertume ne sera jamais la religion de ce monde ni ne doit être une religion parmi les religions de ce même monde.

L’islam sème la mort et le monde ne lui dit rien

Seuls les naïfs et les capitulards croient que l’islam est une religion de paix et d’amour de l’humain indépendamment de sa croyance alors que rien ni dans le coran ni dans les Hadiths ne l’attestent et encore moins les faits ne le démontrent bien au contraire il est à des années-lumière d’une religion spirituelle sublimatoire des pulsions violentes et perverses.  Partout dans le monde l’islam déverse des flots de violence inouïe tuant, massacrant, terrorisant, plongeant dans une horreur indescriptible les peuples soumis à sa dictature et tous les autres qu’il rêve de les mettre à ses babouches.  Plus un jour qui passe sans qu’il donne la mesure de sa haine de la vie et répande le sang humain.  Plus aucun pays au monde n’est épargné par les scènes de l’Apocalypse islamique.  Du Kenya à la Syrie, du Pakistan à l’Australie, de la Belgique à la France, de la Libye à l’Irak, du Mali à la Tunisie  et bien d’autres pays l’islam ne cesse d’aiguiser ses crocs et dépecer des vies humaines.
Ses velléités djihadistes à finalité suprématistes et hégémoniques qui ébranlent l’humanité depuis sa Déclaration de Guerre du 11 septembre 2001, et qui ne sont en aucun cas des attentats qualifiés pernicieusement  de terroristes pour occulter la responsabilité de l’islam et les vraies motivations idéologiques de ses auteurs dont la mission était de donner le top du départ officiel de l’entrée en guerre de l’islam contre le monde non-musulman et tous les musulmans qui ne sont pas dans la logique dogmatique guerrière de l’islam;
L’islam sachant qu’il n’a pas les moyens de gagner les guerres conventionnelles, il essaye d’arriver à ses fins par la  ruse comme pour Byzance, la perfidie et  la fourberie, Ce qu’on appelle abusivement attentats terroristes sont en fait  des actes de guerre. Mais une guerre psychologique. une guerre d’usure pour miner  les capacités de résistance de l’ennemi, le tétaniser, lui faire peur, l’intimider,  le harceler à coups de butoirs violents et traumatisants pour l’impressionner et le pétrifier pour mieux le surprendre et lui porter à la fin le coup de grâce sans qu’il ne se rende compte de rien. L’islam joue sur les mécanismes de la peur, toute sa stratégie politico-militaire s’articule autour de cet axe qui est sa pièce maîtresse, son atout majeur pour arriver à ses fins.
Il serait par conséquent absurde de voir dans ce qu’on appelle attentats terroristes des actes isolés et l’œuvre de groupuscules livrés à eux-mêmes. Loin s’en faut.  Le fait de procéder ainsi, leur permet de ne pas laisser croire que c’est l’islam lui-même qui est derrière ces offensives meurtrières tous azimuts. Il en est l’instigateur, l’ordonnateur, le commanditaire et l’organisateur. C’est lui qui fixe le cadre militaire et idéologique de ces opérations dont il est l’instigateur et le bénéficiaire. Elles convergent toutes vers le même but : islamiser le monde pour en faire le Royaume d’Allah.
La liste des horreurs commises au nom de l’islam va  crescendo et ne cessera  de s’allonger. Les innocents continueront de tomber comme des mouches sous les coups de glaive des amis de l’organisation terroriste d »Ennahdha appliquant fidèlement la feuille de route qu’a tracée à tous les musulmans le grand chef guerrier prophète auto proclamé Mohamed.
 
Les organisations terroristes musulmanes appartenant toutes à la mouvance sunnite prolifèrent partout dans le monde comme un champignon venimeux. Semant la terreur et brisant des vies humaines au Kenya, la Syrie, l’Irak, le Pakistan,  la Libye, l’Afghanistan, le Nord du Nigéria après avoir fait subir à l’Algérie dans le Grand Effroi coranique.
Ni l’Egypte ni la Tunisie, propriété inaliénable d’Allah comme vient de le rappeler l’agent djihadiste Dilou, ni l’Occident lui-même qui avait contribué à la création de certaines de ces organisations financées par les deux protectorats américains d’Arabie Saoudite et du Qatar  ne perdront rien d’attendre.
Que le monde sache que l’on ne peut pas contenir la soif hégémonique insatiable de l’islam et son bellicisme dogmatique en le drapant dans les vertus qui ne sont pas la sienne.  L’islam est un fauve indomptable qui ne s’apaisera tant qu’il n’a pas dévoré son dompteur.
 
Ce qui vient de se produire au Kenya n’est pas qu’un simple attentat terroriste, c’est un crime de guerre et un crime contre l’humanité dont s’est rendu coupable l’islam contre le reste du monde, qui n’arrêtera  jamais les hostilités tant que le monde entier ne sera pas soumis à ses lois.
L’islam est dans sa phase de conquête du monde, le djihad,  et le monde le laisse faire en toute impunité. Plus il tarde dans  sa contre-offensive contre l’expansionnisme militaire musulman, plus l’islam gagnera du terrain et le règne d’Allah se précisera. Le monde n’a toujours pas compris que l’islam n’est pas une banale religion, c’est une idéologie totalitaire  qui instrumentalise le sacré à des fins impérialistes et politiques. Ce n’est pas en compatissant pour les victimes de la barbarie musulmane que l’on va pouvoir éradiquer cette peste nazie.

Questions aux musulmans qui veulent soumettre l’humanité tout entière à l’islam

Au lieu d’asséner ce qu’ils croient être des vérités de portée universelle sans être capables de les démontrer, que les musulmans quelles que soient leurs étiquettes, apprennent à se poser les vraies questions de fond :

Est-ce que l’Islam est-il adapté aux exigences de la modernité et au progrès humain ?

Est-ce qu’il est vraiment compatible avec la Charte des Nations Unies ?

Pourquoi les pays musulmans n’adhèrent jamais aux conventions internationales protectrices des libertés et des droits humains et des droits de la femme ?

Pourquoi la femme est-elle assimilée à un champ de labour ?

Pourquoi dans l’islam il n’y a d’amour que celui d’Allah et de son prophète ?

Pourquoi dans la profession de foi musulmane le prophète est vénéré par Allah lui-même qu’il salue et se prosterne devant lui ?

Est-ce à dire qu’Allah est doté d’attributs humains ? Ce qui est de l’anthropomorphisme jugé comme une apostasie dans l’islam ?

Pourquoi brûler le coran par exemple compte plus à leurs yeux que  le respect de la vie humaine ?

Est-ce que l’Islam est en cohérence avec la Charte Universelle des droits de l’homme et du citoyen ?

Est-ce que l’Islam protège les droits de l’enfant contre les prédateurs sexuels ?

Est-ce que l’Islam protège les minorités religieuses en leur octroyant les mêmes droits qu’aux musulmans alors que ces derniers jouissent des droits minimalistes ?

Pourquoi l’islam  punit les victimes des viols et innocente les violeurs ?

Pourquoi l’homme est-il élevé au-dessus de  la femme censée être dépourvue de foi et de raison ?

Est-ce que l’islam est-il vraiment une spiritualité au regard de sa glorification de la violence, du sexe et du viol ?

En quoi l’islam peut-il contribuer au développement humain et au bien-être de tous les hommes indépendamment de leur croyance ?

Pourquoi les musulmans sont prêts à sacrifier leur mère-patrie y compris la trahir  pour la gloire de leur religion ?

Pourquoi appelle-t-on au meurtre des juifs dans les mosquées ?

Pourquoi exalte-t-on la pédophilie et condamne-t-on l’homosexualité ?

N’y a-t-il pas pire crime que les mariages pré pubères où il arrive fréquemment comme au Yémen que des fillettes meurent suite à des lésions vaginales ?

Pourquoi l’islam est tout le contraire de ce qu’ils prétendent et que les attributs comme paix, amour et tolérance, dont on l’affuble ne sont qu’un verni, un voile pour dissimuler sa vraie nature belliciste et suprématiste?

Pourquoi font-ils de la terreur un dogme religieux au point que les terroristes sont censés être les enfants chéris d’Allah auxquels il promet 72 houris et des fontaines de vin ?

Pourquoi ce qu’ils revendiquent en Occident comme droits et libertés au nom de la laïcité et légalité de traitement devant la loi, ne le revendiquent jamais chez eux et allouent le statut de dhimmis aux non-musulmans ?

Pourquoi la vanité et le mensonge qui sont des péchés capitaux ne le sont-ils pas dans l’islam ?

Savent-ils que la vraie liberté est celle qui consiste à respecter la liberté et le droit à la différence alors pourquoi veulent-ils imposer leur volonté aux autres au nom de la supériorité intrinsèque de leurs valeurs ?

En quoi sont-elles supérieures aux autres valeurs même celles qui régissent le monde animal ?

Pourquoi aucun pays membre de l’O.C.I. n’a ratifié la Convention Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1948 si l’islam avait le souci des libertés individuelles et la liberté de conscience et de religion ?

Est-ce que les musulmans ont-ils appris dans leurs écoles coraniques que la vraie religion est celle qui condamne toutes formes de discrimination sexuelle et  religieuse, qui prône l’égalité et l’amour entre les hommes de tous les horizons et les cultures.

Que savent-ils des autres systèmes de croyance et des idéaux de vie communs à tous les hommes pour prétendre que  l’islam est la vérité unique et universelle pour toute l’humanité  ?

Au nom de quoi se verraient-ils dominer le monde, régner en maîtres sur lui et instaurer un nouvel ordre mondial sous la forme d’un califat ? Le respect de l’adversaire est le seul garant de la réussite d’un combat dont les musulmans pensent gagner en présumant de leur force. L’histoire est riche des défaites cinglantes à commencer par les leurs depuis 1948 où ils annonçaient leur victoire et sceller le sort du peuple juif qu’ils promettaient d’exterminer et de le jeter à la mer avant que les premiers coups de feu ne furent échangés.

Ni la loi du grand nombre ni le pouvoir de la terreur ne sont des atouts maîtres dans la conquête du monde. On ne vend jamais la peau du « mécréant  » avant de s’être mesuré à lui.

Il ne suffit de bomber la torse  et de se laisser aller à ses délires fantasmagoriques, guider par ses qui est une plaie mortelle pour l’humanité ?

Pourquoi les musulmans n’ont jamais cessé de tuer entre eux depuis la disparition de Mahomet, qu’ils sont les premiers à se nourrir de la haine d’eux-mêmes et abhorrent autant la vie ?

Quand on prétend appartenir à la plus soi-disant belle communauté  jamais envoyée sur terre, ce qui est du pur racisme primaire et symptomatique d’un ethnocentrisme qui en dit long sur leurs pulsions velléitaires nuisibles à leur intégration dans la communauté internationale, pourquoi les musulmans sont-ils autant désunis, désagrégés, divisés, se menant des guerres « fratricides » sans merci et qui règlent leurs différends au son des canons et de l’effusion du sang  ?

S’ils étaient aussi unis qu’ils ne l’allèguent pourquoi l’Arabie Saoudite a-t-elle expulsé des millions de travailleur clandestins yéménites et érigés un mur long de 1700 kilomètres et haut de 3 m à sa frontière avec le Yémen pour empêcher les candidats à l’immigration illégale et une véritable muraille de Chine longue  de 950 kilomètres à sa frontière avec l’Irak pour se protéger officiellement de sa créature l’E.I. qui menace de se retourner contre elle ?

Les musulmans se font peur entre eux, comment peuvent-ils s’unir alors pour coloniser la terre entière ?

Peux-t-on imaginer un jour marocains et algériens unis sous la bannière de l’islam et abandonner comme par magie leurs contentieux du Sahara occidental ?

Qui peut croire un seul instant que Bachar Al Assad va intégrer l’Oumma islamique et voir les chiites tendre la main à leurs ennemis jurés sunnites ?

Jamais dans l’histoire des religions il n’y a eu autant de guerre inter religieuse incessante qui perdure depuis 1435 ans entre les chiites et les sunnites et d’attentats terroristes contre les lieux de culte au sein de la même communauté de croyants et par ses propres membres.

Plutôt que de se faire passer pour le nombril du monde et proclamer qu’ils sont les meilleurs sans savoir eux-mêmes en quoi le sont-ils, n’est-il  pas plus censé et rationnel pour eux de faire un état des lieux de leur force et faiblesse, afin de mesurer la distance stratosphérique qui les sépare du peloton de tête des grandes nations ?

Qu’ils  fassent leur véritable examen de conscience et sortent de leur leur état de léthargie  chronique, de leur immobilisme, qu’ils apprennent à se décentrer de leur nombril, de faire enfin cette révolution culturelle qui tarde à venir.

Comment vont-ils pouvoir avoir la capacité de dominer le monde alors qu’ils n’existent sur l’échiquier mondial que par la terreur et la violence ?

Il est à craindre que toutes ces questions et bien d’autres ne restent à tout jamais sans réponse  que à cause de leur déni pathologique de la réalité et l’obscurité qui envahit leur cerveau.

Depuis la mort d’Ibn Khaldoun qui était frappé et l’est toujours d’ostracisme et ses œuvres plus ou moins ignorées par la masse musulmane, le monde musulman brille par son aridité scientifique et culturelle.

Les sociétés musulmanes préfèrent  un terroriste façon Ben Laden ou une volontaire du djihad  du sexe qu’une Marie-Curie ou une soeur Emmanuelle.

L’islam comme son clone nazi veut la mort de la démocratie et l’Occident n’a toujours rien compris

 Pourquoi la démocratie ne peut pas exister dans les pays musulmans ? Publié le 16 février 2013 par Salem Ben Ammar –

L’islam et la démocratie sont deux entités antinomiques.  L’une veut créer les conditions pour imposer la souveraineté d’Allah sur la vie de la cité dont il est le seul maître et souverain. L’autre cherche à donner à l’homme les moyens de son émancipation politique afin qu’il soit partie prenante dans la définition de son projet de vie politique. Deux conceptions de régimes politiques contradictoires et opposés. D’une part seul dieu est souverain, il ne peut y avoir une autre voix en dehors la sienne et d’autre part le pouvoir revient au peuple et à son seul profit et dont les modalités de l’exercice sont définies par ses assemblées, mandatées par lui. Seul le peuple est souverain. Un sacrilège aux yeux de l’islam, une hérésie qu’il faut combattre et dont il faut immuniser les musulmans. Lui qui se veut le seul et unique berger, ne pas enlever les barrières de son enclos à un autre berger susceptible de faire égarer son troupeau dans des enclos moins hostiles et à l’herbe grasse et favorables à leur émancipation. L’islam a peur de la contagion démocratique qui peut gagner ses fidèles qu’il assimile à une apostasie. Sa hantise de la démocratie est telle qu’il n’hésite pas à stigmatiser les insolents, tous ceux qui contestent son pouvoir, à les désigner à la vindicte populaire pour les châtier, comme ce fut le cas du leader politique de la Gauche Laïque et Républicaine Chokri Belaîd assassiné parce qu’il rêvait d’un destin démocratique pour la Tunisie.

La cité idéale musulmane est par essence dépouillée de toutes les influences extérieures considérées comme contraires aux dogmes de l’islam. Il a su habilement se servir de la générosité naïve de la démocratie pour rétablir son pouvoir politique par le biais des révolutions, plutôt dévolution, du printemps arabe, comme si ces pays avaient des saisons, eux qui n’avaient connu que sécheresse et aridité. Suivant l’exemple de son clone nazi, il se met à miner le terrain pour empêcher l’éclosion de la fleur démocratique dont pourraient s’enivrer les musulmans.

Pour conserver son pouvoir, il ne recule devant rien. Faucher, brûler, menacer, violenter, clouer au pilori, réprimer, tuer, jeter l’anathème, terroriser, violenter, la fin justifie les moyens, car il y va de sa propre pérennité,. Il est de règle que la théocratie ne peut prospérer que sur l’obscurantisme et les limitations des espaces de libertés, et la et la démocratie prospère sur le recul des pratiques de la religion. Aliéner, castrer, endoctriner et bâillonner, seul moyen pour abrutir les hommes, afin de les rendre plus dociles et prévenir toute réaction de résilience qualifiée de Fitna. Un pêché mortel au regard des dogmes.

La démocratie n’a pas besoin d’artifices culpabilisant et inhibant, ni de paver le chemin des libertés de leurres, de farces et attrapes, elle est l’expression libre de la volonté des hommes de donner un sens commun à leur vie en collectivité. Alors que l’islam se veut le sens, l’essence, la substance, le code et le but ultime de leur vie. Avec des contraintes drastiques et inhibitrices.

Pour exister, l’islam recourt aux méthodes de manipulation mentale pour pouvoir maintenir les hommes dans sa sphère de dépendance. comme toute idéologie totalitaire, il ne laisse aucune liberté de choix aux hommes, tout est mis en œuvre pour les figer dans le marbre du conservatisme. Sa grande hantise est de perdre son pouvoir de contrôle absolu que seule la semence démocratique peut l’affaiblir. L’homme musulman est créé par Dieu pour le servir, lui servir de chair à canon dans le djihad et non de réfléchir par lui-même sur le vrai sens de son existence. N’est musulman que celui qui se soumet sans discernement aux dogmes de sa foi et dont il fait son motus vivendi. S’en écarter est assimilé à un sacrilège qui expose le déviant aux pires châtiments.

Plus proche du bolchevisme et du nazisme que du bouddhisme ou du christianisme, il se veut le seul maître et architecte de l’environnement politique dans lequel doivent évoluer ses adeptes, réglant avec la minutie de l’horloger leur façon d’être, de concevoir, de penser et de vivre jusqu’à leur façon de s’habiller. Les musulmans n’ont pas de prise sur leur propre vie, ni de pouvoir d’agir et de choisir par eux-mêmes. Ils sont des pions sur le grand échiquier élaboré par dieu et dont la finalité est d’instaurer un nouvel mondial dont les musulmans seront le maître.

Dans le cas d’espèce, il est utopique de chercher à implanter une quelconque semence dans un sol où seule la semence musulmane théocratique est censée pousser. C’est un peu comme si l’on avait cherché à greffer l’humanisme sur le nazisme en son temps, ce qui aurait eu pour conséquence de lui donner un visage humain. Or, le nazisme, ne pouvait prospérer que dans la haine, le racisme et l’intolérance, sinon il n’aurait pas perdu son sens et sa substance, ce qui est aussi le cas de l’Islam. Ce n’est pas l’enfant terrible de l’Islam qu’est l’islamisme que les nombreux laudateurs de l’islam veulent en faire le bourreau de l’Islam lui-même, ce fils parricide qui dévoie et dénature l’Islam. Alors que l’islamisme n’est rien d’autre que le bras armé de l’islam dans sa phase de conquête et de reconquête du monde.

En effet, le problème est moins par conséquent l’islamisme qui est plus un moyen de blanchir l’Islam, de le déculpabiliser, de le dédouaner et de l’exonérer de toutes ces dérives terroristes, barbares et ultra réactionnaires. Contrairement aux idées reçues, il n’est pas le ver venimeux dans le fruit musulman, ni sa nécrose, il en est l’organe vital, son cerveau et sa force de frappe. L’islamisme n’est pas l’Islam politique, c’est l’Islam où toutes les composantes qui fondent la vie des hommes doivent être inter reliées et s’inter-agissent entre elles. Il est son esprit et son corps. Tout simplement, c’est l’islam tel qu’il doit être et non pas l’Islam mythifié et légendé par les mystificateurs de l’Islam qui vont jusqu’à pousser la fantaisie en assimilant l’Islam à la paix et à la tolérance.

Dans un sens ils n’ont pas tort, puisque pour préserver son intégrité physique et être accepté par ses semblables il faut être musulman. Seul un musulman soumis aux lois dictatoriales de l’Islam et qui satisfait à la volonté de dieu peu prétendre à cela. Un peu comme un commerçant napolitain qui doit s’acquitter d’un tribut, une jizia, pour avoir acheter sa tranquillité. L’Islam c’est se soumettre ou se démettre. Il ne laisse guère le choix aux hommes, ni d’alternative à repenser ou considérer le choix contraint et forcé, soit une allégeance ad vitam aeternam soit la mort. Aucune rupture de lien n’est possible, c’est un univers carcéral dont on ne sort jamais vivant. On naît musulman, on vit dans l’Islam et on meurt musulman. Un musulman ne peut et ne doit envisager sa vie en dehors des prescrits de sa foi et des règles de vie de sa communauté, qui est sa matrice et son censeur.

C’est pourquoi, il lui est impossible d’emprunter une autre voie non fixée par la feuille de route censée être la meilleure pour lui afin d’atteindre le Graal paradisiaque. Il est évident que pour lui, suivre une autre voie qui ne soit pas d’essence musulmane consiste à commettre un sacrilège, un pêché mortel. Ce que ne manquent pas d’ailleurs de lui rappeler les doctes de sa foi dans leurs oukases, les fatwas. Un musulman n’est pas en droit d’avoir des choix politiques ni d’exercer la liberté de conscience et d’expression, comme s’il était un majeur incapable, il doit accomplir ce que dieu lui a dicté. N’étant pas doté de volonté propre, il n’a pas à être acteur de de sa vie personnelle et politique. Ce que dieu a ordonné et ordonnancé, l’homme n’a pas à l’intervertir ou s’y interférer.

Qui mieux que la démocratie pour permettre d’ôter le carcan du poids étouffant de la religion sur la vie des hommes, et constituer un antidote à leurs maux, mais c’est sans compter sur les gardiens des dogmes de la foi pour lui opposer hostilité et rejet au nom de la pureté des sources de l’Islam et le bouclier canonique des valeurs du sacré. A leurs yeux, la démocratie, concept par essence profane, présente un danger certain pour la pérennité même de l’Islam, la favoriser revient à sonner le glas de l’Islam. L’ennemie à abattre car il risque de faire non seulement de l’ombre au pouvoir despotique de l’Islam mais surtout de provoquer cette onde de choc libératrice des musulmans, les éloignant ainsi du totalitarisme de l’Islam.

Dans ce contexte, l’islamisme devient la ligne Maginot que les musulmans ne doivent pas franchir. Leur cordon ombilical qui les relie à leur plasma originel. L’islam n’est pas qu’un simple système de croyance et de pratiques cultuelles personnelles et communautaires, il est leur cadre de dans la cité et leur mode de gouvernement absolu où il n’y a pas de pouvoir autre que celui de dieu sur les hommes. Il est de à la fois religion, État et monde. Prohibant tout principe séparation entre le sacré et le profane et le séculier et séculaire, le politique du religieux. Ce mélange des genres qui s’articule autour de l’omniscience et l’omniprésence de la parole sacrée, constitue un frein insurmontable à l’éligibilité de la Démocratie dans les pays musulmans.

Dans les sociétés islamisées, seules les lois d’essence divine ont cours toute autre loi n’ayant pas ce caractère sacré est considérée comme une apostasie. L’Islam ne conçoit pas que l’homme responsable puisse agir sur son destin politique, alors que sa mission est la seule et de répandre la parole d Allah sur terre et instaurer le modèle de l’État islamique tel qu’il est défini par le Coran dont les lois sont immuables et intemporelles. Seul Allah a le pouvoir de légifère en opposition totale et absolue avec notre droit positif.

Or, la Démocratie est par définition une doctrine politique, d’essence humaine, par laquelle la souveraineté appartient à l’ensemble des citoyens (notion inconnue dans le Coran) au sein d une organisation qui a souvent la forme d’une République (en opposition à la notion de l’Oumma). Dans un régime démocratique, les hommes sont libres et égaux en matière de leur choix de vie, leur choix politique (droit de vote), leur choix de liberté de conscience (interdite dans l islam). Un État démocratique repose aussi sur le principe inaliénable d’égalité des droits entre les citoyens indépendamment de leur sexe (le coran ne reconnait pas l égalité homme femme) de leurs origines (non fondées sur la foi contrairement à l’islam).

La démocratie protège les citoyens sur des critères autres que ceux définis par le Coran ou la Charia qui autorisent de discriminer le incroyants et leur réserver les pires châtiments. un athée n a pas le droit à la vie en terre d’Islam. Soit la conversion soit la mort, l’exil ou la jizya, une sorte de racket religieux juste pour jouir du statut peu enviable et à forte connotation raciste de dhimmi, une sorte d’intouchable dans le système de castes musulmanes. Dotant les musulmans des vertus de la pureté et des noms musulmans de l’infamie de l’impureté. Différencier les hommes, les catégoriser pour les exclure et les ostraciser voire pire encore, n’est pas sans rappeler le Reich nazi et laisse subsister de sérieux doutes sur la nature même de l’Islam en tant que religion stricto sensu.

L’Islam ne condamne pas non plus les inégalités sociales. Dieu aurait créé les riches et les pauvres, à et nul n’est en droit d’en contester le fondement, les musulmans doivent s’y résigner. De même que l’égalité entre les hommes ne s’applique qu’aux seuls fidèles. Fonder l’égalité sur le seul critère de piété c’est comme si Hitler basait l’égalité entre les hommes sur le seul critère du sang.

En conclusion, une organisation politique quelle que soit son essence, humaine pour la démocratie et divine ou prétendue telle comme dans l’Oumma musulmane qui ne reconnait pas à l’homme ses libertés fondamentales, telle que sa liberté de culte et conscience inscrite en lettre d’or dans la Déclaration Universelle de Droits de l’Homme et du Citoyen de 1948 (jamais adoptée par les États islamiques jugée contraire à leur foi), est indéniablement liberticide, totalitaire et théocratique.

Ainsi l’illusion démocratique sera pour les Musulmans un pur fantasme qui peuplera les rêves des femmes et des hommes qui aspirent à un monde meilleur mais qui ont la malchance de vivre sous le joug du despotisme musulman. Salem Benammar

Chapeau bas Monsieur

J’eusse amer que le Président de la République Française rappelle ces vérités à notre nation.

Blog de cagnarddechaine :NI DIEU NI MAITRE,    MEME NAGEUR, islam et démocratie : huile et vinaigre