Archives pour la catégorie Facebook

L’islam peut être tranquille, Facebook « décapite » ses critiques au nom du délit de blasphème

Afficher l'image d'origine

Il ne faut plus dire que le délit de blasphème a vécu. Il est plus que jamais en vigueur grâce au Tribunal d’inquisition islamo-facebookiene. Plus jour qui passe sans que les bourreaux de la pensée ne s’illustrent en décapitant à tout va les articles qui ébranlent les musulmans dans leur mauvaise à mettent à nu la perversité morale et l’imposture de l’islam, la pire idéologie politique et totalitaire ait jamais existé.

De tous les modes de pensée qu’ils soient matérialistes ou spiritualiste, l’islam est le seul à bénéficier d’une véritable omerta sur ses desseins impériaux, sa nature belliciste et hautement raciste et antisémite et sur son lourd passé génocidaire. Encensé, adulé, flatté, glorifié, comme s’il était une chance pour l’humanité alors qu’il est l’incarnation du Grand Mal. Mais tout se passe comme s’il était un modèle de paix et de fraternité entre les hommes de toutes les origines et de toutes les croyances, drapé dans sa vertu et malheur à c eux qui osent violer le tableau idyllique défendu le glaive à la main par ses encenseurs et à leur tête Facebook le plus grand lèche-babouches que la terre n’ait jamais produite.

Avec ce grand champion de la décapitation de la critique de l’islam et de ses textes fondateurs nauséabonds et qui dépassent en monstruosités le nazisme lui-même, il est de plus en plus fréquent que ce réseau social devenu gardien du Temple de la pensée islamique ne mette un point de déshonneur liberticide à supprimer les articles démystifiant l’islam et clouer au pilori leurs auteurs faisant régner ainsi un climat de chasse à la sorcière.

Afficher l'image d'origine

Au nom de ses soi-disant standards communautaires, une formule abscons et abracadabrantes qui laisse sous-entendre que les membres de sa communauté, l’oumma, sont régis par des règles spécifiques qui sont au-dessus de l’article 19 l’inviolabilité de la liberté de pensée telle qu’elle est définie par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1948 dans et articles 10 et 11 de la Déclaration des Droits de l’Homme de 1789 qui ont aboli la notion de blasphème comme tel, offrant ainsi la liberté de religion. Il ne peut y avoir de sanction que lorsqu’il y a abus ou trouble à l’ordre public : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi » (article X) ; « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté, dans les cas déterminés par la loi » (article XI).

La défense de l’islam n’a de prix que le mépris des lois des pays des membres de sa pseudo-communauté. Son glaive vient de nouveau de s’abattre sur moi en décrétant sans aucune forme de procès et le plus arbitrairement du monde mon interdiction de publication sur mon compte Facebook pour 30 jours et la suppression abusive de l’article ci-après dont le seul tort est de dénoncer le suprémacisme musulman et de rétablir la vérité sur la fable de l’islam des lumières.

Afficher l'image d'origine

J’invite mes amis lecteurs en quoi l’article ci-après est injurieux et irrévérencieux à l’égard des musulmans  dont la religion ne doit pas être exempte de critique comme toutes les autres obsédés par la peur de la vérité sur leur sinistre idéologie qui est pire encore que le nazisme lui-même: « Nous avons supprimé cette publication car elle n’est pas conforme aux Standards de la communauté Facebook » :
Musulmans, vous n’êtes en rien les meilleurs vous êtes les derniers de la classe https://t.co/YCtF8yUX0L via @sabenam93
Musulmans, vous n’êtes en rien les meilleurs vous êtes les derniers de la classe
Si la vantardise avait une religion ce serait incontestablement l’islam. Le dernier des derniers des musulmans se veut supérieur au meilleur des meilleurs des non-musulmans ….

Quand Facebook devient un tribunal de l’inquisition islamique pour décapiter la liberté d’expression

Le blogueur saoudien Raef Badaoui a survécu aux 50 coups de fouet

Voici ce qui attend demain les libres penseurs soumis aujourd’hui à la censure inquisitoriale facebookienne

Il ne passe plus un jour sans que la censure facebookienne ne décapite mes publications et me mettent à chaque fois en quarantaine. Encore aujourd’hui je viens de faire l’objet d’une nouvelle fatwa de Facebook m’interdisant de publier et de partager mes articles sur son réseau. Toujours le même verdict :  » nous avons décidé de supprimer l’une de vos publications car elle contrevient aux standards de notre communauté ». Jamais vous ne saurez en quoi leurs règles de bonne conduite morale à supposer qu’ils en aient, ont été violées ni qu’ils vous donnent le droit à la parole. C’est un verdict sans appel. On juge et on chârtie.

Les droits de la défense est un concept inconnu dans la justice liberticide de Facebook. Il a été décidé arbitrairement et uniatéralement ainsi et force doit rester à la loi facebookienne qui ressemble étrangement à la charia, la loi scélérate et mortifère islamique.

Il suffit désormais que des musulmans  qui se font silencieux quand il s’agit de condamner les décapitations à grande échelle de l’E.I. manifestent leur ire à cause  du caractère peu flatteur d’un article pour l’image de leur religion qui est source pourtant du pire cauchemar de l’humanité pour que facebook s’exécute avec le zèle d’un esclave pour son maître au mépris du droit inaliénable à la liberté d’expression et au droit à la critique d’une religion fusse-t-elle l’islam qui ne doit pas bénéficier d’un quelconque traitement de faveur et de passe-droit mortel à terme pour les libertés politiques fondamentales. A force de censure et de condamnations iniques, le champ des libertés se rétrécit chaque jour en France pour céder la place à l’emprise grandissante de l’islam sur le contrôle de la pensée qui ne peut plus s’exprimer en toute liberté à cause des barbelés érigés ici-et-là pour empêcher loute manifestation  épistolaire critique de l’islam. L’islam est en train de réussir inexorablement son O.P.A. sur nos droits fondamentaux. Bientôt la vie publique sera soumise au plein contrôle de la censure islamique pour se transformer non pas en Goulag mais en camp de la mort pour les libres penseurs.

Facebook plus imprégné de la négation de la liberté dans l’islam a l’excuse de ne rien connaître à la philosphie kantienne de la liberté d’expression  qui est indispensable à la liberté de pensée et plus encore le liquide rachidien de la démocratie: « Certes, on dit : la liberté de parler, ou d’écrire peut nous être retirée par un pouvoir supérieur mais absolument pas celle de penser. Toutefois, quelles seraient l’ampleur et la justesse de notre pensée, si nous ne pensions pas en quelque sorte en communauté avec d’autres à qui nouscommuniquerions nos pensées et qui nous communiqueraient les leurs ! On peut donc dire que ce pouvoir extérieur qui dérobe aux hommes la liberté de communiquer en public leurs pensées, leur retire aussi la liberté de penser »

Facebook ne doit pas savoir que la liberté d’expression est protégée par le droit international

Elle est citée à l’article 19 de la Charte Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1948, ignorée par les pays dont il se fait aujourd’hui le plus ardent procureur comme suit :

« Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit. »

Nous n’avons pas fait en France une Révolution pour se libérer du joug d’une religion  autrement moins génocidaire et concentrationnaire que l’islam pour lui substituer aujourd’hui la dictature de cette religion créée par un être sans foi ni loi, un personnage dévergondé, pédophile, incestueux, zoophile, assassin, chef de meute, épouvantable, cruel, terrifiant et sans morale pour des tribus oisives, divisées entre elles, vandales, destructrices, dévastatrices, velléitaires, qui se livrent des guerres acharnées, se haïssant à mort, vivant de butins et de pillage. Et comme le résume si bien Kamal Atatürk :

« Depuis plus de cinq cents ans, s’écriait-il dans ses moments de colère, les règles et les théories d’un vieux cheik arabe (Mahomet), et les interprétations abusives de générations de prêtres crasseux et ignares ont fixé, en Turquie, tous les détails de la loi civile et criminelle.

Elles ont réglé la forme de la Constitution, les moindres faits et gestes de la vie de chaque citoyen, sa nourriture, ses heures de veille et de sommeil, la coupe de ses vêtements, ce qu’il apprend à l’école, ses coutumes, ses habitudes et jusqu’à ses pensées les plus intimes.

L’Islam, cette théologie absurde d’un Bédouin immoral, est un cadavre putréfié qui empoisonne nos vies. »

Les censeurs facebookiens aux ordres de l’islam auront un jpur à le regretter si jamais les décapiteurs musulmans leur laissent une chance d’avoir péché par naïveté en es^pérant que ce soit pas par pure cupidité et esprit vénal.

.

.