Archives pour la catégorie violence politique

La surmédiatisation de l’agression dont a été victime NKM va-t-elle jouer en sa faveur ?

L’agresseur présumé  de NKM  candidate aux élections législatives dans la 2 e circonscription le jeudi dernier sur le marché de Maubert Mutualité est en garde à vue. Il semblerait même qu’il serait maire d’une commune en Normandie sans que l’on ait pour l’instant la moindre indication sur son étiquette politique.

Un dépositaire de service public coupable de violences volontaires sur un  dépositaire de service public en campagne électorale qui serait un fait inédit en France tout au moins sur un candidat de sexe féminin dont on ignore la gravité en termes d’ITT qui décidera du sort judiciaire de l’agresseur ,  est la suite logique de climat délétère  qui a émaillé la dernière campagne présidentielle où une certaine candidate s’est comportée comme une mufle s’illustrant par un langage outrancier et un manque de politesse flagrant à l’égard de ses rivaux.

Comme si ce 2 e tour scrutin avait besoin d’être le théâtre d’une nouvelle scène jetant le discrédit sur la démocratie français  après l’épisode pitoyable du premier tour du voile de Guigou dans une mosquée en Seine Saint-Denis pour courtiser les électeurs musulmans du Département, véritable attentat contre la laïcité et les valeurs de la République.

Espérons que cette lâche agression ne se transforme pas toutefois en une aubaine électorale pour la candidate des Républicains lâchée par les siens et dont les chances de succès sont des plus incertaines au vu du résultat du premier tour où elle a obtenu 18,3% contre 41,8% à son adversaire Gilles Legendre (LEM). Ce serait la pire insulte au jeu démocratique si à chaque fois qu’un candidat aux élections en très mauvaise posture voit sa côte littéralement exploser suite à une altercation qui a mal tourné pour lui.  Rien que tel pour ouvrir la voie aux spéculations les plus troubles et porter le coup de grâce final à la démocratie élective dans un régime présidentiel.

Il revient aux électeurs de faire la part des choses et de ne pas alimenter les doutes de régularité sur le bon déroulement du scrutin en tombant dans le piège de la compassion.

Les urnes ne doivent pas être l’occasion pour les candidats agressés pendant leur campagne électorale un moyen à leur corps défendant de se refaire une santé politique à bon compte.

Les électeurs ne sont pas les juges des agresseurs pour faire payer x autres candidats la réparation du préjudice.

La crainte est que la surmédiatisation de cette agression où  l’émotionnel a totalement occulté les programmes politiques des deux candidats dans la 2 circonscription ne fausse l’issue du scrutin en faveur de NKM.