Archives pour la catégorie islam

La France ne s’est pas suicidée, elle a creusé de ses mains sa propre tombe

L’ignorance ramollit le cerveau et rend les individus manipulables et influençables et conduit fatalement au fanatisme qui lui-même conduit au terrorisme.

Plus ils sont sont atteints d’uncurie intellectuelle, plus ils perdent le sens de discernement et sont capables du pire.

Totalement lobotomises et ils sont convaincus qu’il n’y a du sens dans leur existence que la destruction de soi et de l’autre.

Tuer et se tuer pour toucher leur Graal devient leur seule raison d’être et d’exister.

Dans leur tête ils se sentent comme investis d’une mission divine qu’ils doivent accomplir quel qu’en soit le prix. C’est leur destin, c’ est écrit sur leur front mais invisible à l’œil nu.

Personne ne peut y aller contre, c’est la volonté de celui qui fait et défait la vie.

Dans le cas d’espèce c’est une chance pour eux d’avoir été choisis par lui pour servir sa cause où en guise de récompense ils seront parmi les vainqueurs de la vie éternelle avec tous les privilèges dus à leur rang.

De perdants de la vie terrestre ils auront les honneurs des vainqueurs dans la vie céleste.

L’amertume de leurs échecs, qui ne sont pas vécus comme tels par eux car ils n’en ont aucune conscience, est savamment et pernicieusment exploitée par les propagateurs du virus de la haine.

Ils leur font croire s’u8ls en sont là, ils n’y sont pas que c’est la faute à l’autre de ce « maudit mécréant » qui est aussi l’ennemi de leur dieu et donc leur ennemi et qu’en le combattant ils auront fait un coup double venger Allah et se venger et s’ils meurent ils mourront en martyrs, la plus belle des morts, une issue heureuse dont tous leurs frères rêvent mais peu d’entre eux pourraient la connaître et la savourer.

Laver l’affront fait à leur dieu et le punir pour les avoir colonisés, l’outrage ultime, et exclus du banquet.

Au nom de la paix sociale et du respect de la préservation de leur spécificité culturelle et cultuelle les pouvoirs publics se donnent bonne conscience en laissant les coudées franches aux marchands de la mort de caractère religieux qui sous couverts d’actions culturelles sont inondés de subventions publiques.

En renonçant à l’exercice de son pouvoir régalien l’Etat se fait complice de ses ennemis qui ont l’art de faire d’un mouton un redoutable fauve.
Des incubateurs djihadistes se créent tous les jours au vu et au su de tout le monde, devenus les vrais pendants de la progression de l’obscurantisme et du repli sur soi communautaire dans ces réserves indigenistes.

Une République défaillante et défaitiste, indifférente à à son propre avenir de plus en plus incertain et inquiétant et qui se dessine à travers ces masses humaines qui sont l’incarnation d’un passé effrayant qu’on croyait à tout jamais révolu

Le retour à la protohistoire et à la loi de la jungle semble inévitable.

Un État protecteur de ses citoyens est d’abord un État qu règne en maître sur tout son territoire et ne doit pas laisser émerger en son sein une nécrose qui pourrait lui être fatale un jour.
La France s’est condamnée elle-même en recréant chez elle ces sortes de caidats et de machaikhats où les les lieux de culte et d’apprentissage de la religion sont plus nombreux que les écoles.

Elle se fait l’alliée de ceux qui complotent contre son unité et sa pérennité et qui œuvrent à sa liquidation en vue de sa dissolution dans le bain acide de leur Oumma.

La dégradation de l’état de l’éducation républicaine est la premier symptôme de la métastase de la France.

Si Daech avait réussi dans son entreprise califienne ils auraient été des centaines de millions à lui faire allégeance

Si  la France était musulmane, elle serait encore présente dans  ses anciennes colonies comme les Arabes en Afrique du Nord au point que les habitants se sentent plus arabes que leurs colonisateurs !

Elle a beau avoir joué la carte de l’islam et de l’arabisme, c’était peine perdue. Elle n’appartient pas à l’Oumma islamique comme les deux autres colonisateurs les Turcs et les Arabes  pour qu’elle puisse s’enraciner dans leur paysage et être acceptée comme si elle était une bénédiction d’Allah pour ce peuple sans mémoire historique et à  l’identité culturelle voilée, niée, occultée et violée.

Qu’importe si sa présence coloniale de quelques décennies semble leur avoir beaucoup apporté sur tous les plans, culture, institutions politiques, éducation, santé publique, transport,  sociale, santé publique, juridique, réseaux ferrées, téléphone, etc. Mais elle n’est pas musulmane pour être être des leurs, comme c’était le cas avec la présence turque pendant 4 siècles qui était venue se  greffer sur celle des Arabes ininterrompue depuis 14 siècles.  

Coloniser c’est aliéner les peuples tombés sous la domination de ses nouveaux maîtres qui avaient tout intérêt à les maintenir dans un état d’ignorance et d’obscurantisme en se  Pour s’attirer la sympathie et l’adhésion de ces peuples en proie au tribalisme, au clanisme, à l’obscurantisme, au fanatisme, à l’ignorance et au charlatanisme, il lui fallait jouer la carte de la séduction de l’arabo-islamisme.  Ainsi, elle n’avait pas lésiné sur les moyens pour favoriser l’arabisation et se faire passer pour l’amie de l’islam pour s’en servir à des fins de propagande coloniale. On lui doit l’explosion des mausolées et des mouvements maraboutiques pour renforcer son influence sur les autochtones tels que les Mourides au Sénégal au point qu’elle s’était trouvée affublée du titre peu honorable de bâtisseuse de mosquées.

De même qu’au Maghreb avec la prolifération des confréries religieuses qui étaient aussi le fonds de commerce des Turcs et que feu Habib Bourguiba avait éradiquées en Tunisie mais qui font aujourd-hui un retour en force.

En tout état de cause et en dépit de ses apports considérables dans tous les domaines et sa politique islamophile  en encensant la splendeur islamique pour flatter l’ego frustré des masses nord-africaines fanatiques et incultes, n’hésitant pas à jouer le rôle de vecteur de l’arabisation aux dépens de la culture Amazigh, tout cela ne lui a guère permis de s’implanter durablement dans la région du fait de son caractère non-musulman.

En effet, les peuples musulmans ne se soulèvent pratiquement jamais contre les puissances musulmanes colonisatrices. Il suffit d’observer l’attitude des Nord-africains qui s’accommodent parfaitement de la domination arabe  aux apports négatifs et qui constituent un réel frein dans leur développement humain.

Nonobstant le génocide et la tragédie écologique dont les arabes s’étaient rendus coupables au XI e siècle décrits contre toute logique historique par les historiens locaux à la notable exception d’Ibn Khaldun  comme étant des épopées alors qu’ils devraient être classés au chapitre des plus grands crimes contre l’humanité.

14 siècles de despotisme barbare, liberticide, ethnocide et « culticide » sans jamais susciter le moindre soulèvement de la part de la population nord-africaine, hormis les Rifiens au Maroc et les Kabyles et les Mozabites en Algérie.   

Malgré le bilan désastreux  de la colonisation arabo-musulmane comparé à celui de la France qui a servi de novateur civilisationnel, les dominions nord-africains  peuples nord-africains témoignent d’un attachement inconditionnel à leur appartenance à la culture moyenâgeuse et rétrograde de leurs maîtres arabes dont ils se veulent les dignes héritiers comme si les arabes étaient des autochtones.

Dans toute l’histoire universelle, jamais un peuple dominé n’a été aussi loin dans son processus d’identification accompagné d’un rejet de soi tel le peuple nord-africain. 

Même s’ils n turco-arabe, les nord-africains ont toujours le regard tourné vers l’Orient et éprouvent un fort complexe à l’égard de leurs anciens maîtres au point qu’ils sont obsédés par leur retour au pouvoir en se faisant leurs alliés les plus zélés pour la ré-instauration de leur domination sur la région  au péril de la souveraineté nationale à l’image des nostalgiques islamistes obsédés par la renaissance du Califat islamique dont ils seront pourtant des sujets de seconde zone. Mais peu importe le statut tant que le maître est ravi de la fidélité de son esclave. Sans les sociétés civiles occidentalisées locales, il y a de fortes chances que leur projet ait fini par voir le jour et faire de nouveau tomber les nord-africains dans l’escarcelle turco-wahhabite.

Les musulmans se proclament  d’abord comme fidèles à leur religion avant d’être nationalistes ou citoyens d’un pays. Ils n’ont de loyauté que pour leur religion. Le sentiment religieux prime sur le sentiment national puisque l’islam l’islam se veut une nation commune pour tous les musulmans, une oumma.

C’est au nom de sa religion que l’on se bat et que l’on doit oeuvrer pour chasser les infidèles de chez soi. On ne défend pas sa terre, on défend sa foi.  C’est elle qui était le moteur de la guerre de l’indépendance de l’Algérie. Et c’est toujours en son nom que l’on châtie ceux qui l’auraient blasphémé  tel que le carnage de Charlie Hebdo qui a coûté la vie à 12 personnes, quand bien même le délit de blasphème est aboli en France.  

On peut parfaitement imaginer que les auteurs dudit attentat n’auraient pas eu un tel recours à la violence terroriste si leurs propres pays étaient caricaturés.  

En toute évidence, le sentiment d’appartenance religieuse prévaut sur l’identité nationale.

 Etre musulman est  un lien de rattachement à la communauté musulmane, appelée oumma, qui transcende les frontières nationales et prohibe toute notion de citoyenneté et d’identité-nationales. Quand bien même il est citoyen d’un pays non-musulman il se considère d’abord musulman et national de ce pays par commodité administrative. Si demain on leur propose de choisir entre une « nationalité » musulmane et la leur ils choisiront majoritairement la première pour témoigner de leur attachement indéfectible à l’islam. 

Malgré les divisions et les conflits armés qui minent le monde musulman, premier foyer de troubles dans le monde, les musulmans rêvent tous de leur Oumma fantasmagorique comme antidote à leurs maux et garante de leur unité et la renaissance de leur prétendue splendeur passée. 

Partout où ils sont ils sont portés par l’utopie de retrouver leur Arche perdue, Le devenir de leurs pays n’est pas leur préoccupation première ils ne vivent que par et pour l’islam. Il y a fort à parier que si l’Etat Islamique aurait réussi sa folle entreprise de fédérer les musulmans sous la bannière du Califat ils seraient des centaines de millions à lui faire allégeance et déchirer leurs passeports en guise de témoignage de leur renonciation à leurs nationalités d’origine.

Le sentiment oummien prévaut sur le sentiment d’appartenance nationale.

Leur seul cordon ombilical avec l’islam et s’ils le perdent ils ont peur de renouer leur état antérieur à leur islamisation.

Les Pakistanais ne le sont que par la religion, ils n’ont plus l’islam ils  redeviennent hindous. Peut-être que le même raisonnement peut prévaloir pour tous les autres peuples ?

 

 

Si le port du voile n’était pas une marque d’infamie les Iraniennes ne se battraient pas contre lui

Des femmes brandissent des foulards pour soutenir le mouvement de protestation des femmes en Iran.

Qu’en pensent les dindes voilées de France, si jamais elles ont une pensée propre ce qui reste à prouver quand on sait qu’elles ne sont que faire-valoir entre les mains de leurs hommes, du combat héroïque des vaillantes iraniennes contre ce symbole de l’infamie qui valent à certaines d’entre elles des condamnations à des lourdes peines et des dizaines de copus de fouet ?

Leur indifférence envers leurs coreligionnaires féminines qui vivent l’enfer sur terre dans les pays musulmans  est aussi  misérable que leur argumentaire fallacieux quant à leurs motivations sur le port du voile. Si elles connaissent la vraie histoire du voile tant par ses origines que par son avènement en islam l’auraient-elles porté et seraient-elles fières d’afficher Ie fer ouge de l’ignominie qui frappe la femme musulmane ?

Quoi qu’elles en disent, son essence est sexiste, machiste et misogyne et bien plus encore un déshonneur pour la femme.

Depuis des millénaires la femme n’en a pas été l’initiatrice, et en aucun cas un choix libre, sauf dans certains cas, et réfléchi non-empreint de  contraintes sociales, politiques, religieuses ou idéologiques.

Comment son port pouvait être libre en France, alors ce sont les prédicateurs salafistes et les imams radicaux qui appellent au port du voile et qui en sont les défenseurs les plus farouches ?

À croire que ces femmes auraient raison, comme si l’islam lui reconnaissait cette faculté, et qu’elles ont choisi ce mode d’identification entre elles en toute liberté, pourquoi l’est-il obligatoire sur ses terres et gare à celles qui refusent de le porter ?

https://www.france24.com/fr/20180307-iran-femmes-port-voile-whitewednesdays-international-droits-journee-8mars

Ces dindes voilées ne sont pas conscientes qu’en se faisant les avocates de leurs bourreaux qui leur imposent le port du voile se comportent comme des victimes qui défendent leurs violeurs.

Si le voile a un autre sens pour vous dites-le nous.

Vous allez certainement nous répondre avec votre arrogance affichée que ces femmes sont les suppôts de Satan car chez vous dès que quelqu’un fait preuve de discernement est aussitôt étiqueté comme tel, mais vous, vous êtes quoi au juste ?

La majorité d’entre vous sont oisives. On sait que certaines utilisent cet accouterment dans le quartier et une fois qu’elles sont loin de leurs réserves elles l’enlèvent pour vaquer à leurs occupations qui n’ont pas forcément toutes un caractère « morale »

Le voile peut servir aussi à cacher des armes, de la drogue voire des marchandise volée dans les magasins.

Nous ne savons franchement pas qui vous êtes et si le voile vous protège vraiment des agressions sexuelles, ce qui est loin d’être le cas en Égypte par exemple.

Êtes-vous des épouvantails ? Des sacs poubelles ambulants ? Des zombies ? Des spectres ? Des ombres chinoises ? Des courtisanes qui se dissimulent sous leur voile pour rejoindre leurs amants ?  Des nostalgiques des prostituées sacrées de Babylone ?  Des esclaves fières d’exhiber leur chaîne ou plutôt des descendantes des esclaves et des domestiques sexuelles du temps du Calife Omar ? Des calamités, n’êtes-vous pas justement pour Mahomet la pire calamité qu’il n’ait laissé derrière lui ?,  pour votre communauté qu’on doit soustraire du regard des hommes incapables de contrôler leurs pulsions sexuelles, et de victimes vous vous trouvez coupables d’avoir éveillé le démon qui sommeille en eux ? Des faire-valoir ? Une insulte à la femme qui est en vous ? Une manifestation de votre profond mal-être et de vos angoisses existentielles ? Une expression de votre aversion de votre société d’accueil ?  

Vous avez tort de croire que son port vous épargnera les feux de l’enfer promis par Mahomet.

Il y a tout lieu de croire que le voile est porteur des germes de la mort des libertés humaines et que vous n’êtes que des port-étendards de l’islamisme arrogant et triomphant.

Vous n’êtes pas plus chastes et vertueuses que la veuve noire de la Riviera.

https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/la-veuve-noire-de-la-riviera-de-retour-devant-la-justice-7796187394

Pourquoi tant de haine envers les Juifs plutôt que de saluer leur force mentale et leur amour de la vie ?

Pourquoi tant de haine du Juif ?

Pourquoi tant de haine pour un peuple dont la particularité est de n’avoir jamais courbé l’échine devant les maîtres du monde tout au long de l’histoire ?

De tous les peuples millénaires il est le seul à s’inscrire dans la continuité de son histoire et qui s’en sort à chaque fois grandi des épreuves où d’autres peuples n’y ont pas survécu.

L’ Égypte pharaonisue n’est que monuments et vestiges, le peuple juif est vivant et témoin de sa propre histoire.

Il est comme un vieux chêne qui plie mais ne rompt jamais.

Pour le discréditer on le couvre d’infamie en l’accusant de tous les maux de la terre. On a fait de lui l’ennemi de l’ombre, le conspirateur qui oeuvre à plonger l’humanité qui est la sienne dans l’horreur alors que depuis 5000 ans il est offert en Holocauste par ses ennemis pour étancher leur soif insatiable du sang du juif et se repaître de sa chair.

A chaque épreuve il s’en sort de plus en plus fort et le coeur plus que jamais rempli d’amour de son semblable humain.

Toujours la tête hors de l’eau rayonnant de savoir et d’intelligence.

Aucune amertume ni rancune il n’a qu’un dessein le droit à la vie et irriguer cette humanité qui a tout à perdre sans lui. Ceux- là-mêmes qui ne jurent que par son anéantissement et le maudissent dans leurs prières jusque pendant leur sommeil sont les premiers à profiter de ses bienfaits et ses innovations scientifiques et technologiques. 

A la haine et l’ingratitude il répond par la compassion et la générosité. Il a compris avant tout le monde que pour avancer dans la vie la meilleure réponse pour vaincre les sables mouvants dans lesquels ses ennemis veulent l’y envoyer est l’éducation, l’éducation et l’éducation.

Plus les hommes sont pris dans le tourbillon de leur aversion du Juif plus ils perdent leur humanité, leur lucidité et leur raison pour s’enfoncer dans le monde des ténèbres et le néant.

 

Pourquoi l’islam est un frein insurmontable au développement

Faute de pouvoir éclairer ses adeptes de la vraie lumière de la science et des connaissances, l’islam les a plongés dans l’obscurité la plus opaque de l’ignorance la plus crasse.  Le pire est que les musulmans croient dur comme fer que sans les lumières de l’islam, le monde végéterait encore dans la protohistoire alors qu’ils y sont encore eux-mêmes depuis 1441 ans.

À trop vouloir se regarder dans leur nombril, ils ne se rendent pas compte qu’ils ont raté les départs de tous les trains du progrès humains. Ils ne figurent nulle part dans le palmarès des progrès humains et des inventions techniques, industrielles, et technologiques . 

Ils brillent surtout pour leur esprit archaïque et rétrograde. 

À chaque fois que l’humanité fait un pas en avant ils en font 100 en arrière. Il suffit  d’observer l’état des pays musulmans pour constater que là où l’islam est loi et foi, les conditions de vie humaine sont  intenables et exécrables. 

Ce n’est pas hasard si les pays musulmans sont en proie à la misère noire et souffrent d’une véritable incurie intellectuelle. 

Ils brillent surtout par la corruption, la violence terroriste, les inégalités sociales et économiques, les retards de développement, les discriminations sexuelles et religieuses, le fanatisme religieux. Absents  dans tous les classements mondiaux de bien-être humain, de  dépôts de brevets industriels, de recherche et développement, de droits fondamentaux et de libertés individuelles, de la protection de la petite enfance, de la liberté de la presse, etc… 

Un goulag à ciel ouvert pour leurs populations sans perspectives aucune que les promesses d’un monde meilleur miroité par Mahomet seulement quand ils auront gagné les rivages du néant. La mort plutôt que la vie, la vie dans l’au-delà plutôt que d’oeuvrer pour les générations futures, des mosquées plutôt que des écoles, des hôpitaux et des routes.

Investir dans la religion plutôt que d’investir dans l’homme. Revenir au passé plutôt que de se projeter dans le futur.

Force est de constater que l’islam est un véritable frein au développement économique, social, culturel, scientifique, éducatif, technologique,

« Pour beaucoup d’analystes, le principal responsable de la situation n’est autre que l’islam. «On ne peut pas comprendre la performance économique de ces nations sans la mettre en rapport avec la foi et la culture musulmanes», tranche, par exemple, l’historien de l’économie David Landes dans son livre «Richesse et pauvreté des nations» (1998). Selon lui, le monde islamique a développé un complexe d’infériorité face à la montée de l’Occident, rejetant les inventions européennes telles que l’imprimerie et écartant «les nouvelles connaissances et les idées modernes, soupçonnées de véhiculer des hérésies». Selon Bernard Lewis, de l’université Princeton, l’influence de l’islam est si envahissante qu’elle empêche de nombreux Etat arabes de s’interroger sur les vraies raisons de leur retard. «Toutes les réponses apportées sont religieuses… Si les choses vont mal, nous sommes punis par Dieu pour avoir abandonné le droit chemin», indique-t-il dans son livre «Que s’est-il passé ?» (2002). L’idée que la religion joue un rôle central dans le dynamisme économique remonte à Max Weber et à son fameux traité sur «L’Ethique protestante et l’esprit du capitalisme», publié en 1905. »

https://www.capital.fr/economie-politique/l-islam-est-il-un-frein-au-developpement-economique-610950

L’islam est  la cause première de tous les maux des sociétés musulmanes. 

Conditionnés mentalement, psychologiquement et idéologiquement, les musulmans sont bourrés de certitudes qu’ils vont toucher le gros lot après la mort. 

Pourquoi doivent-ils suer sang et eau alors que Mahomet leur a fait croire qu’ils seront les vainqueurs du jugement dernier qu’il leur suffit pour ce faire suffit d’être fidèles aux préceptes coraniques ? 

Pour eux la vie terrestre est une parenthèse dans l’éternité de l’homme, un passage éphémère, un épisode évanescent, qui doivent la vivre pas pour eux-mêmes mais pour leur dieu, seul maître et propriétaire de leur vie et de leur choix de vie. 

Dieu fait, dieu choisit, dieu accomplit, dieu crée, dieu décide, dieu pourvoit, dieu juge, dieu innove, leur dieu est partout, il est tout et l’humain n’est rien. On tue et on se tue pour lui afin de percevoir ses gratifications. 

Ils aspirent tous à gagner leur place dans son grand bordel que seuls ceux qui payé de leurs biens et personnes y seront élus. Ils ne peuvent pas imaginer et concevoir le monde et s’y projeter en dehors du canevas de l’islam et les bénéfices qu’ils pourraient en tirer dans l’au-delà. 

Allah n’a rien prévu dans son lupanar lubrique pour les hommes créatifs et inventifs, ce qui est déjà un sacrilège en islam,al-bida’a, cela revient à empiéter sur les prérogatives d’Allah. Il veut des hommes résignés tout voués à sa cause, des êtres zélés et dans le dégoût d’eux-mêmes.

 

Il n’y a qu’un seul islam celui propagé par la terreur par les islamistes

 

Pas un jour qui passe sans que  Daech, les Talibans et  Boko Haram ne répandent la mort au nom d’Allah. 

Il ne fait pas bon d’être non-musulman dans les pays musulmans même dans ceux dits modérés à l’exemple des non-jeûneurs et des convertis au christianisme telle cette famille égyptienne convertie au christianisme condamnée à 15 ans de prison.

Belle image de tolérance et de respect de liberté de conscience. Des terrains appartenant à des coptes expropriés arbitrairement pour la construction de mosquées.

En Tunisie, des jeunes innocents croupissent en prison pour athéisme. Des menaces de mort planent sur certains sur ceux qui critiquent le dogme musulman. 

En dépit du climat liberticide qui y sévit les musulmans affublés du masque de la modération continuent à rabâcher leur leitmotiv : l’islam est innocent, victime d’une mauvaise interprétation de sa loi. Pour eux ce sont les musulmans wahhabites qui n’ont rien compris au Coran comme si eux qui ne l’on jamais ouvert dans leur vie ont tout compris au Coran. 

Sans jamais se poser la vraie question c’est quoi au juste la vraie lecture du Coran surtout que les auteurs de tous ces crimes sont ceux qui appliquent le mieux les prescrits de la foi musulmane ?

Qu’en savent-ils eux-mêmes pour se fairejjuges de leurs coreligionnaires wahhabites qui semblent le mieux outillés pour le lire le Coran dans le texte ?

Des ignorants jouent qui jouent aux avocats de l’islam sans avoir aucune connaissance de son substrat doctrinal. Ils ne sont rien de plus que des hypocrites pires que les mécréants selon le Coran. 

Ce sont ceux qu’ils jugent de ce qu’ils sont eux-mêmes en l’occurrence les Wahhabites qui suivent la vraie voie de l’islam. Comme aucun exégète n’a livré de manière irréfutable la vraie interprétation des texte coraniques sur la violence licite et les perspectives paradisiaques qu’elle offre aux musulmans fidèles aux fondements de leur religion, il y a tout lieu de croire que le vrai islam est celui dont ils se font l’écho avec force et terreur.

De même qu’il n’existe aucune religion au monde capable de rivaliser avec l’islam en matière de violence dans les lieux de culte.

Censés être pourtant des sanctuaires inviolables mais qui sont devenus avec le fondamentalisme musulman des abattoirs pour les humains.

La vraie question que l’on doit tous se poser, pourquoi un chrétien, ou un bouddhiste, ou un protestant, ou un Témoin de Jéhovah, ou un juif, ou un adepte du Vaudou, ou un hindouiste, ou de tout autre culte n’est jamais impliqué dans un attentat meurtrier ou même de tentative contre les lieux de culte sauf le musulman ?

Si l’islam n’a certainement pas armé les bras de ses fidèles, alors pourquoi la violence est devenue le seul mode d’expression de ses fidèles et aucune voix ne s’est jamais élevée non pour la condamner, quand cela arrive c’est du bout des lèvres, mais rappeler les musulmans à leur devoir de respect total et absolu de la vie humaine, puisque leurs propres coreligionnaires sont la cible privilégiée, et le châtiment divin auquel il s’expose. Or, on doit reconnaître qu’il y a un véritable vide dogmatique en la matière. Le jour, où l’on sortira le vrai oukase, une fatwa, pour menacer les djihadistes d’excommunication pu à défaut de se voir privé des gratifications divines, cela donnera du vrai sens à l’islam en tant que religion oeuvrant pour la paix universelle et le bien-être commun de l’humanité. Pour l’instant, l’islam n’y est pas encore. Ce n’est pas de réforme dont l’islam a besoin, c’est de volonté politique affirmée pour apporter sa pierre à l’édifice de la sécurité dans le monde.