Archives pour la catégorie islamisation

Que les électeurs du Front National sachent que leur parti est aussi islamo-compatible que les autres

Nous sommes une poignée d’islamo-incompatibles  dont la vie ne tient  qu’à un fil et dont certains d’entre nous ont été  condamnés par la justice française pour incitation à la haine des musulmans comme s’ils étaient un groupe ethnique ou national sans que cela n’émeuve personne ni les médias collabos ni les politicards de tous bords. Jamais le moindre témoignage de solidarité de la part du FN que ses militants érigent en rempart contre la forte poussée de l’islam en France ni non plus de la part Marine Le Pen plus encline à se faire le chantre de l’islam un bon parti pour la France et la défenseure pathétique des musulmans victimes de l’islamisme « fondamentaliste »  selon ses propos.

Nous sommes des humbles donneurs d’alerte sur la haute nocivité du virus musulman et en aucun cas des propagateurs de la haine des musulmans.  Mais cela ne semble pas politiquement payant  pour Marine Le Pen pour qu’elle prenne parti pour nous.  Nous ne pesons pas lourd sur l’échiquier électoral  par rapport à l’électorat musulman. En toute évidence elle a tout à gagner à le courtiser quitte à lui vendre son âme.

Il y a tout lieu de croire que nous sommes les nouveaux parias de cette France qui renoue avec ses vieux démons collaborationnistes .

Mais plutôt que de faire preuve d’objectivité  et profil bas les partisans de Marine Le Pen pour ne citer qu’eux brillent par un cynisme rare et se comportent comme des inquisiteurs.

En effet, ils  considèrent que tous les islamo-incompatibles sont acquis à Marine Le Pen qui pour eux  incarne le mieux le combat contre l’islamisation galopante de la France. Et si nous n’abandons pas dans leur sens nous sommes forcément suspects et pro-musulmans.

Marine Le Pen est une islamo-compatible invétérée et par conséquent elle ne peut être le porte-étendard idoine de la résistance à l’islamisation de la France.

Marine Le Pen a plutôt tendance à s’honorer de leur fréquentation en mettant un point d’honneur à inviter un représentant de l’islam modéré à sa Convention sur les banlieues. Ce qui est l’illustration parfaite de son virage islamo-compatible amorcé en 2011.

Politiquement nous risquons de desservir son image hybride de néo-chevènementiste socialo-souverainiste en fausse rupture avec son soubassement idéologique frontiste.  Après avoir « tué » ce père « encombrant » qui ne l’est pas pourtant pour le financement de sa campagne électorale elle ne va se brûler les ailes. en prenant le risque de se mettre sur le dos les médias d’une part et d’autre part s’aliéner le rejet de l’électorat musulman alors qu’elle ne cesse de multiplier à son égard les gages depuis 2011 de son islamo-compatibilité.

Peu importe à ses yeux que les résistants à l’islamisation galopante de la France se font l’écho des voix de près de 80 %  de Français hostiles à l’islam elle est convaincue que sa chance de conquête de pouvoir dépend en partie de l’adhésion des musulmans à sa personne.

Elle ne veut négliger aucune voix et surtout pas celle du camp adverse celui qui veut faire de la France une vassale musulmane.  Malgré ses mauvais choix politiques en jouant à la l’entremetteuse entre la République et l’islam   ses partisans croient dur comme fer qu’elle est la seule à pouvoir le combattre.

Leur idéalisation de leur candidate leur fait perdre le sens des réalités et de toute critique constructive.  Pourquoi quand ce sont ses adversaires politiques qui courent après les voix des musulmans c’est mal alors quand c’est elle qui le fait c’est bien ?  A-t-elle la potion magique pour éradiquer le péril musulman en France  ?   Sous prétexte qu’elle pratique à sa manière la takiya islamique elle serait la seule à pouvoir leur damer les pions une fois au pouvoir.  Un argument que ne cesse de brandir ses partisans à chaque fois qu’ on les interpelle sur l’inconsistance et la vacuité de sa tactique et non pas stratégie pour étouffer les velléités hégémoniques de l’islam sur la France.  Elle n’est pas Staline qui avait fait volte face pour sortir victorieusement du guêpier nazi.

On lui prête des vertus politiques et intellectuelles rares alors qu’en l’état actuel des choses ses propos favorables à l’islam et aux musulmans sont loin de rassurer l’opinion publique sur ses capacités de réussir dans son entreprise de désislamisation de la France.

Elle n’est pas plus une candidate providentielle que les autres. Plus on se nourrit d’illusions sur son compte plus les risques de déception sont importants si jamais une majorité des français lui font confiance ce qui loin d’ être acquis.

A moins d’être servile et soumis pour s’engager en faveur d’une candidate qui n’a d’yeux que pour l’islam et ses fidèles qui ne jurent que par la mort des infidèles.

Voter pour Ali Juppé c’est voter pour l’homme de la secte nazislamiste des Frères musulmans

 

Afficher l'image d'origine

Alain Juppé alias Sultan Ali Juppé pour ses amis de l’U.O.I.F ex chef de bande des 40 voleurs de la défunte Chiraquie, est un vieux cheval de retour. Sans foi ni loi, il revient sur la scène politique pour solliciter la confiance des Français qu’il avait trahis dans le passé. A sa place n’importe quel ancien délinquant quand bien même il a payé sa dette à la société il aurait preuve d’une certaine pudeur pour se faire oublier. Mais dans son cas le jugement du peuple le poursuivra au-delà de sa mort. Son nom est gravé dans le marbre de l’infamie.

Au-delà de ses accointances avec les Frères musulmans  qui lui vaut le tire peu glorieux du bouclier de l’islam, et tout particulièrement avec Tareq Oubrouk, admirateur de Hassan al-Banna nazi notoire adulateur d’Adolphe Hitler le fondateur de la Confrérie nazislamiste, qui a produit les pires ennemis du genre humain comme Hassan Tourabi et Ben Laden ainsi que Rached Ghannouchi, c’est sa personnalité qui tranche avec cette image d’homme apaisé véhiculée par les médias.comme en témoigne ses agitations hystériques dans son meeting électoral du 22 novembre 2017:

http://www.alainjuppe2017.fr/direct-toulouse

Son discours d’hier traduit l’extrême nervosité et brutalité qui l’anime et n’est guère rassurant sur le sort qu’il réservera à ses détracteurs si par malheur il a le suffrage de la majorité des électeurs. On doit s’attendre au pire avec un homme à la mauvaise foi digne du fondateur de l’islam lui-même.

Incapable d’assumer sa part de responsabilité dans l’échec du gouvernement Sarkozy-Fillon dont il était un des piliers, il a joué au parfait juge musulman tout en faisant preuve d’une amnésie caractérisée qui devrait lui valoir une place dans un centre de gérontologie. Avec ses propos qui frisent la haine il a atteint le point culminant de la pollution pestilentielle. On ne s’attaque jamais aux hommes on s’attaque à leurs programmes et à leurs idées. Quelle image ce personnage qui a failli à ses obligations morales incarne-t-il aux yeux des Français ? Cet homme ne devrait pas figurer parmi les prétendants de la main de la France si nous étions dans un véritable régime démocratique. Il est porteur des valeurs des plus exécrables et antirépublicaines.

https://francais.rt.com/france/29095-jean-frederic-poisson-alain-juppe-proche-islam

Il est temps aujourd’hui de choisir la femme ou l’homme au-dessus de tout soupçon et à l’intégrité morale infaillible.

Ne faisons pas du positionnement vis-à-vis de l’islam la seule motivation du vote. Aujourd’hui aucun candidat n’a pris une position claire et courageuse pour appeler l’ennemi par son nom en dehors de Fillon.

La France a bien plus de problèmes à résoudre que l’équation musulmane. Et je ne vois pas pour l’instant qui pourrait la bonifier et la remettre en ordre de marche pour relever les défis de la dette publique, sociaux, sociétaux, économiques, culturels, souverainistes, géopolitiques, financiers, migratoires, géo-stratégiques, énergétiques. ..

Faute de grives on se contente des merles. Il faut prendre le moins pire de tous. La France n’est pas un jouet à confier aux aventuriers. Quoi qu’il en soit il faut un vote citoyen, patriotique et responsable. Il revient aux électeurs de prendre leurs responsabilités historiques et de faire le choix de la France plutôt que des partis.

La France ne s’est pas suicidée elle gagne ses galons de catin de l’islam

La mécréante Licra fait du charme aux nobles musulmans aussi imperturbable qu’un saoudien devant une poupée gonflable. Elle a commis un sacrilège   en faisant condamner indirectement Allah pour un écrit dont il est lui-même pour incitation à la haine de ses propres ouailles.  Allah n’a plus désormais le droit de remonter les kamis à  ses créatures sous peine d’être condamné pour d’essuyer le courroux de la justice humaine. Le comble de l’insulte pour lui.

Mais nul est au-dessus de la loi. C’est un justiciable comme un autre et il a été  jugé en vertu de la loi de 1881 qui ne lui reconnaît pas le droit dinvectiver crument ses créatures qui se servent de lui comme paravent pour donner libre-cours à  leurs pulsions charnelles. Il en a ras-les-minarets de voir son nom sali sans arrêt et ses esclaves se défaussant sur lui pour ne pas répondre de leurs actes ignominieux. Ils ne sont ni responsables ni coupables. N’en pouvant plus il m’a dicté un décret au vitriol contre les déviants de son Oumma ce modèle d’intégrité et de probité morale où le bien n’est pas le bien et le mal est la norme.

C’est pourquoi les musulmans n’ont pas la même notion de la morale que les non-musulmans. Ils ne sont pas dans la transgression des interdits de droit humain car leur ordre juridique ne reconnaît pas les interdits non-frappés du sceau d’Allah. C’est pourquoi Allah a voulu mette en conformité sa loi avec la loi de la République mais grand mal lui fasse car l’officine de pacotille des bonnes moeurs musulmanes qui n’a rien compris à  la genèse du texte et à  sa portée canonique s’est faite l’avocate des transgresseurs et des déviants musulmans.

Elle a ainsi commis l’outrecuidance impardonnable de traîner Allah devant le Tribunal  spécial de l’Inquisition de Paristan pour délit de blasphème alors qu’il est le seul juge en la matière.

Dire qu’il doit bénéficier d’immunités diplomatiques dues à son rang.

En me condamnant, elle a condamné Allah lui-même dont je ne suis qu’un humble exécutant.

La Licra s’est rendue coupable d’une bavure diplomatique et a violé ainsi  la nouvelle Convention de Vienne  réécrite par l’O.C.I.qui place les esclaves d’Allah hors la loi.

Un délit d’ingérence caractérisé, plus que ça un  péché mortel attentatoire à  la dignité musulmane qui aurait pu embraser l’oumma islamique dans son ensemble comme pour les caricatures de l’infâme Mahomet.

Au lieu de suivre le bon exemple de neutralité de ceux qu’elle fait passer pour victimes d’injures de caractères racistes qui sont restés muets comme un musulman le soir du 13 novembre 2015, grâce à elle, les voilà désormais une race.

Elle se veut plus musulmane que les associations de défense des musulmans qui sont conscientes qu’il n’y a aucun délit d’outrages à l’honneur des musulmans et certainement pas une incitation à la haine.

L’auteur lui-même qui a prêté juste ses doigts à  Allah est encore  plus musulman que Mahomet lui-même. En injuriant ses nobles coreligionnaires il s’injurie lui-même.  Avec ce jugement infâme et inique, on condamne un musulman qui s’en prend à lui-même.  Mais la Licra est atteinte de cécité mentale s’en est prise les pieds dans mon beau tapis de prière.

Elle se mêle de tout mais jamais de l’essentiel comme se porter partie civile dans les crimes terroristes de mes coreligionnaires et les profanations des cimetières et des église. Mais ça c’est une autre histoire. C’est plus porteur de mener de se défendre les couleurs de mon Allah que les mécréants.

Chacun sa  porcherie  et les porcs musulmans sont bien gardés.  Tous ces bipèdes qui font le mouton 5 fois par jours  sont plus malins que la Licra, ils ne condamnent jamais les leurs qui se défoulent sur les chrétiens  selon les prescrits de mon Allah. La Licra  s’est crue autorisée sans apporter la preuve qu’elle a été dûment mandatée par lui ou ses représentants dont je fais partie, de saisir le tribunal de la charia en vue de décapiter la pensée d’Allah en personne.

En ma qualité de musulman au-dessus de tout soupçon, je suis en droit de sonner les cloches à mes coreligionnaires.

Une vraie pécheresse cette Licra que la malédiction d’Allah la frappe. S’en prendre à un vertueux musulman et pas n’importe lequel,  lcelui qu’Allah a élevé au-dessus de Mahomet en personne. il va falloir qu’elle apprenne par coeur mon Saint Corampf pour une réduction du châtiment qui l’attend en enfer.

La Licra est une intruse, une pécheresse, elle a violé la charia. On ne traîne jamais en justice un esclave d’Allah pour quelle que raison que ce soit. Mon Allah n’aime pas les gens qui mettent leur nez dans ses affaires.  Il est dogmatiquement raciste, ça l’horrifie que des antiracistes se fassent ses avocats.  J’imagine la tête qu’il fera le jour où la Licra se présentera devan lui.  C’est l’enfer assuré.

Il est « pardonneur » seulement avec lui-même. Un principe élémentaire de son droit canonique pour se couvrir de sa propre colère et auto-châtiment.

La plaignante s’est comportée en experte de la charia, alors qu’elle n’a jamais lu la fatiha, cette immense et sublime sourate qui fait de nous autres des êtres purs et de ceux qui ne veulent pas de mon Allah et de mon Mahomet, le prophète de l’amour vache et du sexe de 5 à 77 ans, des êtres impurs.

Je lui conseille musulmanement parlant de lire mon Corampf pour qu’elle sache comment s’y prendre la prochaine fois.

Plus M. Valls se fait l’avocat de l’hydre musulmane plus il fait monter le FN

Afficher l'image d'origine

Mahomet lui-même le père-gourou-fondateur de l’islam qui n’est qu’un système politique qui se sert du « sacré » pour aliéner les hommes pour en faire sa chair à canon en vue d’imposer sa dictature aux quatre coins du monde, n’a jamais osé demander autant à ses sectateurs  alors qu’ils sont sa petite chose et sa pâte à modeler que M. Valls aux Français devenu plus le plus fervent zélateur de cette religion qui ne connaît de n’a plus d’amour pour les non-musulmans voire pour les siens que le nazisme n’en avait pour les Juifs et les non-Aryens.

En effet, il ne rate plus une occasion pour exhorter ses concitoyens de valoriser l’image de l’islam, de le rendre compatible avec la démocratie, ce serait un miracle s’il pouvait arriver car autant concilier l’obscurantisme musulman avec le rationalisme scientifique.

M. Valls qui mériterait à coup sûr de voir son nom graver sur la Ka’aba  n’est jamais à court d’idées pour servir la cause de l’islam qui est devenue une priorité quasi absolue pour lui et ce  malgré ses performances morbides de 2015, 150 morts et près de 400 blessés  outre les coûts financiers des attentats,  il est le seul ou presque à vouloir lui redonner une virginité qui n’a jamais été la sienne. Alors que tout plaide en faveur d’une politique de fermeté extrême à l’égard de cette idéologie mortifère, M. Valls est convaincu que l’on peut draper l’islam dans sa vertu en dépit de sa réputation exécrable.Afficher l'image d'origine

Peu lui importe que la majorité des Français est résolument hostile à l’islam  et qu’il suscite peur, méfiance, suspicion et rejet, à juste titre, il n’en a cure de tout cela. Quand on aime on ne compte pas, ni on ne s’attarde sur les faits et méfaits de l’être aimé qui peuvent pourtant changer le cours de l’histoire.  Pris dans l’ivresse du tourbillon amoureux et on a toujours les yeux embrumés par les fumées des soupirs.

M. Valls comme s’il était d’islamolite aiguë, est dans le déni de la réalité. Pour lui l’islam est victime d’une cabale,  injustement décrié et stigmatisé, il préconise quelques remèdes thérapeutiques pour rendre l’islam fréquentable et un bon parti pour la France. :

-l’aider à  grandir comme s’il était atteint de nanisme, n’est-il pas plus approprié de lui prescrire un traitement à bases d’hormones de croissance ?, peut-être veut-il entendre par là l’aider à étendre ses tentacules empoisonnés pour attraper sa proie française;

  • lui faire une place en France, alors qu’il y en a que pour lui couvé et courtisé comme un Emir débarquant dans un palace parisien, veut-il que les Français lui lèchent les babouches pour qu’ils puissent être promu comme leur  prochain Vizir ?
  • et à la surprise générale, il les appelle à prouver que l’islam est compatible avec la démocratie.  Si tel était le cas, pourquoi la greffe démocratique n’a jamais pu prendre dans les pays musulmans condamnés de vivre sous la dictature de l’islam ?M. Valls n’a pas appris que l’islam est foi et loi, il se veut un système fusionnel englobant toutes les sphères de pouvoirs. S’est-il donné au moins la peine de lire ne serait-ce quelques sourates coraniques pour être éclairé sur la nature inhumaine de l’islam ?  A moins qu’il prenne sur son temps pour lire Ibn Khaldoun.  En se faisant l’avocat de l’islam il prêche dans le désert.

M. Valls n’est pas conscient que son islamophilie maladive est contre-productive sur tous les plans et ne fait que précipiter la chute de la république et la montée des extrémismes de tous bords. Il n’a pas compris qu’il n’y a pas de grandeur que la France dont il doit être un digne représentant et un farouche défenseur. Sa mission n’est pas de bonifier l’islam, c’est de protéger ses concitoyens contre les germes destructeurs de cette idéologie hégémonique, impériale, expansionniste, cosmique, totalitaire incompatible avec tout, car elle se veut elle-même une réponse à tout et une loi pour tout l’univers.

 

L’Algérie à la conquête de l’islam de France ?

La France n’en a pas fini avec la politique agressive, impériale et hégémonique de l’islam. Ne s’étant pas encore remise des attaques terroristes qui viennent de le pire choc traumatique de son histoire, bien plus grave que l’Occupation nazie de Paris, voilà l’Algérie qui use d’un stratagème pernicieux et dangereux pour la souveraineté nationale de cette France qui fléchit chaque jour devant les coups assassins de l’islam.

En effet, l’Etat algérien par la voix de son ministre des affaires religieuses, plutôt des intérêts de l’islam, vient  de faire savoir sa ferme intention d’exercer son OPA sur  la Grande Mosquée de Paris en vertu d’une loi qui reconnaît à un pays étranger qui finance une association de droit français depuis au moins 15 ans la faculté de se l’approprier.

La France qui est pourtant la première contributrice de la GMP  construite aux frais des contribuables français  en hommage aux 100 000 musulmans morts pour elle en 14-18, inaugurée en 1926 et installée sur un hectare de terrain en plein cœur de Paris par le biais de régimes fiscaux très avantageux et un loyer dérisoire doit rappeler à l’Algérie qu’une telle prétention est nulle et non avenue et attentatoire à sa souveraineté nationale.

Arguer d’un principe aussi fantaisiste  qu’inique pour motiver une telle demande est un acte hostile et inamical, un causus belli néfaste,  et l’expression d’un mépris total pour le peuple français. Il est le prélude de la mort programmée de la France. Quel statut juridique va-t-on accorder à cette entité cultuelle ? Un service annexe de l’Ambassade d’Algérie à Paris qui lui verse les fameux subsides qui servent  à la rémunération des 80 imams fonctionnaires de l’Etat algérien ? Elle sera forcément régie par la Convention de Vienne et  politiquement, elle marquera la création officielle d’une enclave algérienne en France et à travers elle tout le réseau des mosquées qui en dépend échappant ainsi à tous les pouvoirs de contrôle et de police, juridique, judicaire, les imams seront désormais  des agents diplomatiques,et fiscal de l’Etat français.

Si par extraordinaire il est fait accès à cette requête scélérate, les juges français vont donner des idées aux Etats étrangers qui subventionnent le développement de l’islam en France qui ne manqueront  de se prévaloir de cette aubaine jurisprudentielle.  Le Maroc, l’ennemi juré de l’Algérie qui convoite la GMP ne va rester un spectateur inactif, ni le Qatar, et encore moins l’Arabie Saoudite et la Turquie qui vont trouver là un moyen rêvé pour faire reconnaître officiellement leur titre de propriété sur leurs enclaves nationales en France qui leur serviront de bases-arrières de leur conquête territoriale de la France.

Les juges doivent juger au nom de l’inviolabilité de la souveraineté nationale s’ils ne veulent pas se rendre complices de l’islamisation définitive de  la France. C’est une sorte d’Anchlusse qui se profile à l’horizon tricolore.   Les enjeux  juridiques et politiques sont autrement plus aigus et laissent présager des sérieuses menaces sur l’indépendance de la France et sa pérennité humaine et civilisationnelle que les simples violations  des lois de 1901 sur les associations et 1905 sur la laïcité.   que L’Algérie veut frapper un grand coup politique et idéologique en se faisant valider par la justice français ses desseins hégémoniques et expansionnistes au sein même du territoire français. Qui mieux que les mosquées pour lui offrir une telle opportunité ?  Elle n’est pas le chevalier blanc tant espéré pour sortir la France du bourbier musulman, elle cherche aussi à prendre sa revanche sur ses anciens colonisateurs.  Il n’en demeure pas moins que sa démarche est mue aussi par des motivations mercantiles, le marché halal dont la labellisation est le monopole de la GMP et  dont  dividendes viendront grossir les comptes off shore de ses dirigeants, idéologiques, être le fer de lance de la propagation de l’islam en France.

 

 

 

 

Un jour viendra où les Français auront à choisir entre l’exil ou l’islam

Afficher l'image d'origine

La France n’appartient ni à une idéologie, ni à une race et encore moins à une religion. Elle est une république, une et indivisible, laïque, démocratique et sociale dont le nom est associé à tout jamais aux droits de l’homme et du citoyen. Un pays phare en matière de libertés humaines et d’égalité entre les hommes indépendamment de leur croyance, leurs origines, leur sexe mais dont le phare est en train de vaciller chaque jour jusqu’à son extinction définitive faute de volontaires pour l’entretenir et le protéger des attaques répétées et scélérates de l’islam, le pire système politico-religieux jamais apparu sur terre l’islam.
Depuis le VIII e siècle, elle n’a jamais cessé d’être soumise à ses attaques répétées et tout laisse à penser que la digue France va finir par s’effondrer sous ses coups de boutoir. L’ennemi ne mène plus ses assauts de l’extérieur, il s’est installé à l’intérieur de son enceinte. Il le mine et la gangrène. Contre les évidences du caractère hautement hégémonique et impérialiste de cette idéologie des plus barbares, intolérante, liberticide et un cancer métastatique, un poison mortel inoculé dans le corps social et humain, des femmes et des hommes politiques de tous bords et une majorité de l’intelligentsia du pays persistent à croire et font croire aux Français que l’islam n’est pas un problème pour la France en dépit pourtant des signaux qui ne doivent tromper personne quant au peu d’enthousiasme manifesté par les musulmans pour les valeurs de la république. Comme si les ports de signes ostentatoires qui se répandent à une vitesse-éclair au sein de la communauté musulmane ne sont pas une marque de rejet ostensible et manifeste de l’idéal républicain.

Afficher l'image d'origine

On a rarement entendu les musulmans manifester pour l’égalité des chances, leurs revendications sont essentiellement communautaristes et cultuelles qui sont bien souvent des atteintes aux règles de la laïcité. Détourner l’espace public et laïque à des fins de prosélytisme religieux et cultuelles est la plus grave insulte jamais infligée à la république.
Seule importe aux yeux des musulmans la loi de l’islam qui ne connaît ni contrainte, ni restriction, ni interdiction. Il n’a pas d’ordre public qui tienne vis-à-vis de l’ordre édicté par le vrai architecte des lois qu’est Allah.
Ainsi, les musulmans n’ont de reconnaissance que pour les valeurs de l’islam et qu’ils doivent par tous les moyens d’imposer partout dans le monde. Leur mission consiste à balayer tous les obstacles qui peuvent entraver la propagation de l’islam dont la laïcité française est sa pire ennemie.
L’islam est à la fois culte, Etat et monde. Il confond et mélange les genres, exerçant une main mise totale et absolue sur la vie des hommes tout au long de leur existence et même au-delà puisqu’il leur dessine ce que sera leur vie dans l’au-delà et le mode de vie qu’Allah leur réserve.
Un système carcéral à perpétuité dont on ne sort jamais vivant. L’homme musulman est esclave de son propriétaire auquel il est redevable de tout, de sa pauvreté et de sa richesse, de sa maladie et de sa santé, de ses échecs et et de sa réussite, de ses malheurs et son bonheur. Il n’est rien et Allah est tout. Une conception de l’homme avilissante et asservissante qui n’a rien de commun avec celle de l’idéal républicain qui grandit l’homme, le protège et l’aide à se réaliser dans son engagement dans la vie publique. L’homme est citoyen et non pas marqué au fer rouge pour l’identifier par rapport à son maître auquel il doit une fidélité sans faille et absolue. D’un côté le citoyen qui pèse sur la vie publique et d’un autre un fidèle musulman qui subit et se résigne.
Dans l’islam, l’homme est dépourvu de discernement et de liberté de choix, il doit juste suivre les recommandations coraniques et prendre exemple sur Mahomet, son seul et unique modèle. Il n’a par conséquent que des devoirs et ses droits c’est l’espoir de jouir après sa mort des prébendes divines de nature épicurienne et sexuelle.
L’islam divisant le monde en fidèles et infidèles conférant ainsi un statut motivé par des considérations exclusivement religieuses ne peut jamais avoir sa place dans un espace républicain.Il est incompatible avec la république qui est censée fédérer toutes les communautés autour d’un socle commun, or, l’islam n’a que faire de ce socle car il veut imposer lui aussi son propre modèle sociétal non seulement à la France mais à l’humanité tout entière.
C’est ni un problème d’adaptation ni un problème d’intégration, c’est un choc frontal entre deux cultures antinomiques. Pour l’islam les hommes ne sont pas nés libres, égaux, dignes, maîtres de leur destin politique et humain et dotés de raison propre. Il est utopique d’imaginer que l’on puisse trouver un compromis entre deux systèmes de valeurs que tout oppose. En toute évidence, la cohabitation entre l’islam et la république est impossible. Soit l’un soit l’autre.
Autant les greffes italiennes, portugaises, espagnoles, polonaises, voire yougoslaves et hongroises étaient possibles du fait de leurs racines communes avec les Français, religion, langue, culture, origines ethniques, qui eux-mêmes sont un patchwork celtes, gaulois, romains, italiens, basques, occitans, germains, normands, etc…mais tous d’origine caucasienne autant la greffe musulmane est une vue de l’esprit, une gageure. Y croire est tout simplement signer l’acte de décès de la république et déclarer l’islam comme l’identité officielle de tous les Français. Et ceux qui ne s’y reconnaissent pas ils ont le choix, l’exil ou le cercueil.

Aux élus de tous bords, les musulmans se servent des urnes pour islamiser la France

Afficher l'image d'origine

Des pans entiers du territoire français sont islamisés et donc défrancisés. Des quartiers parisiens n’ont plus rien ou presque de français. Marseille est la première ville musulmane d’Europe. Le 9-3 est probablement la plus forte concentration urbaine de musulmans en Europe. La France n’est plus la France, bientôt elle sera le 58° Etat membre de l’OCI. Qui va pouvoir donner un coup décélérateur à ce processus? Je doute fort qu’il y ait la femme ou l’homme de la situation.

Tous les partis sans exception courtisent l’électorat musulman comme s’il était la nouvelle égérie de la République, y compris le FN et qui ne semble pas marquer une véritable rupture avec les partis islamo-collabos. Les musulmans ne vont pas tomber dans le piège de la courtisanerie sans contre-partie. Ils sont coriaces et retors pour céder aux chants des sirènes des promesses qui n’engagent que les électeurs qui y croient.

Chaque voix musulmane pour un candidat de tel ou tel parti est forcément le prix d’une concession favorable à l’islam.Certains s’imaginent que tous les moyens sont bons pour gagner leurs voix, ils doivent savoir que les musulmans sont plus malins qu’ils ne les croient, ils sont les rois des faux-semblants et du reniement de la parole donnée. Aucun pacte ne les engage s’il est contraire aux intérêts de l’islam.

Afficher l'image d'origine

La république n’est pas leur préoccupation majeure, elle est juste une aubaine pour eux pour la détruire de l’intérieur en corrompant tous ses rouages jusqu’au jour où ils la feront disparaître au profit de l’islam où ma charia fera loi. Toute politique de main tendue aux chers « compatriotes » musulmans porte en elle tous les germes de la mise à mort de la France.

L’islam est un ennemi potentiel mu par un seul objectif : imposer sa dictature partout dans le monde. On ne doit pas composer avec lui sous peine de lui servir un jour de festin pour apaiser son appétit insatiable de pouvoir. Il a compris qu’il n’y a pas meilleure voix de conquête que les urnes. En en faisant un atout majeur dans leur stratégie électorale, les partis politiques précipitent la France dans les abîmes de l’histoire.