Archives pour la catégorie musulmans

L’attentat terroriste contre le TGV Thalys, un nouvel acte de guerre de l’islam à l’Occident

Arras : coups de feu dans un Thalys, deux blessés graves

On a évité le pire hier à Arras dans le TGV Thalys Amsterdam-Paris grâce au courage de 3  Américains deux marines et un civil auxquels nous devons rendre un vibrant hommage, mais le pire est à venir tant que l’islam n’est pas banni de la surface de la terre. On a bien aboli le nazisme, on doit pouvoir en faire autant avec cette idéologie criminelle et génocidaire.
L’islam doit être jugé comme son clone nazi pour crimes contre la paix, crimes de guerre et crimes contre l’humanité devant un tribunal international sur le modèle de celui de Nuremberg.

On ne lutte pas contre le feu en criant au feu et encore moins en léchant les babouches des incendiaires qui enfument l’opinion publique avec leur litanie funeste de l’islam de paix et d’amour. Il faut cesser de leur donner la parole comme si la victime était l’islam et les vraies victimes sont coupables d’avoir eu l’outrecuidance de se mettre sur le chemin de ces malheureux musulmans victimes du système occidental très injuste et discriminatoire à leurs égards. Une rengaine qui ne fait plus florès aujourd’hui.

L’heure n’est plus à l’apaisement, on ne tend pas la main à un cobra comme à une colombe. Il faut d’ores et déjà interdire le Coran en Occident qui est la source nourricière des djihado-terroristes. Il y a suffisamment d’éléments tangibles pour motiver une telle décision d’une part et d’autre part arrêt total de la construction des mosquées, ces hauts lieux de diffusion de la haine, du racisme, de l’antisémitisme, du terrorisme et de la culture de la mort.
La France doit montrer l’exemple s’il en a la volonté politique en décrétant des mesures d’urgence absolue pour rassurer sa population et de ne pas nourrir la peste brune blottie dans l’ombre qui attend patiemment son heure pour en découdre avec la bête immonde musulmane. Ces mesures n’ont absolument rien d’utopiques et d’antirépublicaines si l’on veut circonscrire la pandémie djihado-terroriste avant qu’il ne soit tard:
-fermeture des frontières maritimes et terrestres et arrêt de l’immigration clandestine et régulière
-suspension du regroupement familial,
-arrêt des aides sociales et prestations familiales aux familles des djihadistes et ou dans l’un des membres sont en voie de radicalisation,
-interdiction définitive du port du voile et des signes ostentatoires
-rétablir l’ordre républicain dans les écoles et les espaces publics,
-décréter un moratoire sur les naturalisations,
-interdire les conversions des mineurs à l’islam,
-retrait de la nationalité française à tous les djihadistes, les salafistes et tous ceux qui prêchent l’islam radical,
-limiter l’accès aux emplois aux postes sensibles aux musulmans,
-suppression de la viande halal dans les cantines scolaires,
-expulsion manu militari des imams radicaux et des musulmans qui propagent la haine sur les réseaux sociaux,
-développer les recherches des énergies de substitutions afin d’en finir avec la dépendance énergétique vis-à-vis des pays musulmans,
-bloquer les avoirs des organisations caritatives musulmanes,
-annulation de la légion d’honneur à toutes les personnalités musulmanes,
-déchoir les membres de l’.U.O.I.F. de la nationalité française pour accointances idéologiques avec les Frères musulmans,
-déclarer cette dernière hors-la loi,
Les musulmans n’ont pas à imposer la dictature de leur religion et les pouvoirs publics n’ont pas à leur céder d’un iota, il faut les mettre en face de leurs responsabilités soit le respect total et absolu des lois de leurs pays d’accueil soit qu’ils prennent la direction des pays où l’herbe musulmane est plus grasse.
L’islam ne fait pas dans la dentelle pour massacrer les innocents, pourquoi devrions-nous le traiter alors avec management et civilités ? Aux grands maux les grands remèdes. Nous sommes plus que jamais dans la troisième guerre mondiale et l’Occident continue à faire l’autruche.

Les musulmans et leur indispensable paravent juif pour dissimuler leurs crimes contre l’humanité

Bilan des actes de terrorisme  portant la signature de l’islam  au cours des ces derniers jours :

  • une fillette âgée de 7 ans utilisée par Boko Haram comme bombe humaine  s’est fait exploser au milieu de la foule au nord du Nigéria : 5 morts après une vague d’attentats dans le sud du pays :40 morts.
  • 21 Coptes décapités en Libye dans la pure tradition mahométane.
  • Une attaque sanglante menée par les shababs somaliens contre un hôtel à Mogadiscio : 25 morts.
  • Raid meurtrier des talibans contre une mosquée chiite : 20 morts.
  • Triple attentat à Bagdad : 36 morts.
  • Agression contre des soldats tunisiens : 4 morts.

La majorité des victimes sont des esclaves d’Allah qui retrouveront dans l’au-delà leurs bourreaux pour jouir des d’Allah et s’adonner au plaisir charnel éternel promis.

Les chiffres ont beau être têtus, il n’y a que les musulmans qui refusent d’y croire.

Dès qu’on les titille sur leur propre silence et le caractère hautement criminogène et ultra-violent de leur religion, ils s’effarouchent, s’indignent, se scandalisent et crient à l’injustice. Ils se cachent derrière leurs petits doigts en assénant leur tirade favorite : regardez les juifs ont beau tuer les enfants palestiniens, les privant de nourriture et de soins, personne n’ose les critiquer.

On a beau leur dire que les crimes abominables dans le monde aujourd’hui sont l’oeuvre des musulmans qui professent la même foi qu’eux et appliquent fidèlement la feuille de route mahométane – ce qui est loin d’être leur cas – impossible de leur faire entendre la voix de la raison.

Têtus et obtus, sourds et aveugles, obstinés et rigides, ils restent murés dans leurs certitudes et inébranlables dans leurs convictions qui ce sont les juifs, et les juifs seuls, qui doivent être jugés.

Jamais les musulmans ne regarderont l’islam dans le miroir de leurs organisations terroristes et barbares. Ils prétendent même qu’elles sont une créature sioniste, comme pour Daech. Jamais ils admettront que l’islam est la source de leurs maux et de l’humanité tout entière.

Leur mauvaise foi est sans limite, le coupable est toujours le juif. Il est leur échappatoire pour dévier le débat sur les supposées exactions dont sont victimes les palestiniens de la part d’Israël.

Pourquoi les musulmans ont-ils cette fâcheuse manie de toujours chercher à dévier la discussion sur le sort des palestiniens ?

Savent-ils que le bilan des meurtres entre palestiniens dépasse le nombre des morts du conflit israélo-palestinien?

Plus de 20 000 victimes palestiniennes en septembre 1970 en Jordanie – et ce n’est certainement pas à mettre à l’actif de l’Etat hébreu. Dans leurs délires de persécution, ils seraient encore capables de les leur imputer si on tente de les empêcher d’occulter. Quand un musulman tue, ce qui arrive de plus en plus, il est forcément manipulé par un sioniste.

Quand on interroge l’islam sur ses crimes, les musulmans nous envoient aux crimes fantasmés de leurs ennemis. Ils ont un besoin  pathétique et pathologique du juif tel qu’ils l’auraient inventé pour pouvoir exister. C’est une sorte d’exutoire pour eux qui leur permet d’expier leurs crimes et leur voile pour ne pas se regarder dans le miroir de l’histoire qui illustre la nature sanguinaire de leur idéologie mortifère, leurs échecs et leurs défaites récurrents ainsi que leurs grands ratés de leurs rendez-vous avec le train du progrès humain.

 

Il n’y a de lois pour les musulmans que les lois d’Allah

  • Les terroristes-djihadistes en se proclamant de la justice d’Allah se mettent au-dessus des lois

    Tant que le monde non-musulman n’a pas adopté une grille de lecture de la psychologie  du terroriste musulman et mis définitivement en cause les sources nauséabondes de l’islam lui-même à laquelle s’abreuvent tous les terroristes musulmans, le terrorisme qui est le djihad pour les musulmans fera plus de dégâts à l’humanité que le poison nazi.


  • Chaque jour qui passe ne fait qui passe ne fait que renforcer la phobie de l’islam lui-même qui au lieu et place de témoigner de son implication dans l’édification d’un monde de paix, fait déferler sur la scène mondiale des escadrons de la mort formés d’individus sans foi ni loi, foncièrement racistes, impériaux, hautains, suffisants,  cosmiques, ethnocentriques, ultra-violents, arrogants, engoncés dans leur armure d’hommes parfaits,  schizoïdes, revendiquant l’impunité pour leurs crimes qui de leur point de vue ne le sont pas, parce qu’ils sont légitimes et fondés dans le sens de leur religion.
  • Croyant détenir une vérité absolue dont ils veulent faire une vérité universelle à laquelle tout le monde doit y adhérer, ils ne reculent devient rien pour l’imposer au mépris de la vie humaine.                                                                                                                     ,
  • Ils  appartiennent à la classe, ou plutôt crasse des seigneurs, qui seraient ceux du monde des ténèbres et de la terreur, qui ne peuvent être jugés que par leur pair en l’occurrence leur grand Seigneur Allah.  L’ordonnateur et commanditaire  de leurs crimes et méfaits qui est leur seul juge, alors qu’il a prévu pour eux une villégiature dorée à leur mort sur son sentier. C’est tout le sens philosophique de la justice islamique. Juge, partie et instigateur à la fois.
    Ainsi, les lois humaines ne leur semblent pas faites à leur mesure. Ce dont ils n’ont pas tort eux qui se nourrissent et s’abreuvent de la haine du non-musulman ainsi que du musulman pas tout-à-fait dans leur registre, c’est la Loi de Talion qui paraît la plus adaptée et appropriée à leurs crimes abominables.
    Ce ne sont pas les années de prison qui vont calmer leur ardeur terroriste. Dépourvus d’humanité, de sentiments de culpabilité et de regrets, ils ne feront jamais un acte de pénitence ou demander pardon aux familles des victimes de leurs actes de folie meurtrière.
    Tuer pour Allah est un acte salvateur qui qualifie son auteur au paradis. C’est pourquoi, ils n’ont pas à compatir pour les victimes jugées comme étant coupables de leur propre mort. Leur mode de raisonnement est absurde, irrationnel et illisible.
    Ils ne sont pas des justiciables ordinaires pour une justice républicaine et humaine, alors qu’eux-mêmes ils n’en veulent pas comme vient de le faire l’auteur de l’attentat terroriste avorté de Toronto qui a fait comprendre au juge canadien chargé de l’affaire qu’il reconnait pas la  justice canadienne, trop imparfaite pour lui,  que seul compte pour lui la justice d’Allah qui est son seul juge, maître et guide de ses actes.
    Il est clair que le vrai musulman n’a du respect que pour les lois d’essence prétendument divines jugées parfaites. Comme si les hommes qui les ont codifiées étaient parfaits et que ces lois pseudos révélées n’étaient pas altérées et manipulées.
    Mais murés dans leur croyance absolue en la pureté originelle de leurs lois, les vrais musulmans sont convaincus que le fait d’être fils d’Allah leur confère une sorte d’immunités juridiques les exonérant de toutes responsabilités pénales.

    La progéniture d’Allah ne va pas s’incliner devant des lois indignes de leur filiation divine. Elles sont trop imparfaites et indignes de leur rang et du sang musulman qui les irrigue.

    Quel code pénal va-t-on opposer aux émissaires messianiques d’Allah, alors qu’ils vouent une haine féroce aux lois humaines, n’ont-ils pas piétiné en toute impunité le code pénal de la république, jugé non-conforme à la charia, la loi funeste de l’islam ? Considérant ses dispositions comme contraires aux leurs et dont certaines sont dirigées pour contenir et réprimer leur ardeur velléitaire.

    Ce qu’ils veulent est que le législateur national et international leur taille des lois sur mesure qui prennent en compte leur spécificité religieuse suprématiste et essentialiste, les dotant de statut dérogatoire au droit commun humiliant pour leurs qualités intrinsèques de surhommes.

  • L’Homo Nuevo musulman, ou l’Homo Wahhabitus islamicus ne va se laisser juger par des lois qui ne sont pas l’oeuvre de son Dieu.  Accepter le verdict de la justice des hommes revient à apostasier sa foi.

    Etre condamné par elle c’est comme si Allah lui-même était condamné à travers lui. C’est pourquoi, il ne se résoudra jamais à accepter d’être jugé devant le tribunal des hommes.

    Seul Allah est en droit de juger du bien- ou mal-fondé de son action. Les lois humaines ne doivent pas à ses yeux avoir d’autre finalité que de protéger Allah dont il est le dépositaire sur terre de sa parole sacrée et l’exécuteur de ses desseins terrestres qui visent à instaurer un nouvel ordre musulman pour gouverner le monde.

    Il est là pour faire régner la loi de l’islam sur terre et supprimer tous les obstacles susceptibles d’entraver le chemin d’Allah dans sa conquête du monde. Ainsi, tuer, massacrer, exterminer, terroriser, faire exploser des bombes dans les trains et les avions, kidnapper, razzier, piller, violer les non-musulmanes, ne ne sont pas des actes criminels, ce qui l’est c’est le fait qu’ils soient jugés ainsi.

    L’Homo Wahhabitus Islamicus n’obéit qu’à la loi sacrée de sa religion. Il ne peut par conséquent tolérer d’être offensé par des jugements autres que ceux qui n’ont pas le caractère musulman. Ce que la justice des hommes jugent comme actes terroristes, la justice musulmane exalte et recommande.

    Lui qui se nourrit et s’abreuve de l’aversion des non-musulmans , ces êtres impurs et vils qu’Allah va envoyer aux bûchers de l’enfer préfère la mort, ce qu’il fait souvent, que de répondre aux questions de ses juges. Refusant souvent de se faire assister par un avocat de peur de transgresser la loi de l’islam qui fait par ailleurs interdiction au musulman de se faire assister et se faire défendre par un non-musulman.

    Pour des êtres qui se veulent au-dessus de tout alors qu’ils sont en deçà de ce que  l’humanité peut enfanter comme bêtes immondes, seule une justice de droit canon musulman est compétente pour juger l’Homo Wahhabitus Islamicus.

     Le traduire devant des juridictions non-musulmanes est un sacrilège et une atteinte aux nobles valeurs du sacré de l’islam.

    Il se veut tout simplement au-dessus des lois humaines.

    Ainsi aucune justice non-musulmane ne doit juger les hommes d’Allah sous peine de subir le châtiment suprême.

    Ce que le droit fruit des assemblées humaines qualifie de crime terroriste, le droit canon qui les régit et qui les déculpabilise à la fois, honore, glorifie et récompense.

    Le droit musulman est un droit naturel qui à certains égards est comparable à la loi de la jungle notamment en ce qui concerne son absence de condamnation des crimes terroristes.

    L’Homo Wahhabitus Islamicus est un soldat d’Allah, il se sent investi d’une mission de défense d’Allah contre le péril que présente l’insoumission des non-musulmans à sa volonté. Il se doit de leur mener une croisade, le djihad, pour les amener à lui faire allégeance. Son combat est permanent, il ne cessera que le jour où la terre sera peuplée que des musulmans.
    N’est-il pas dit dans le coran que l’humanité sera un jour musulmane ? Et gare à tous ceux qui ne se moutonneront pas devant lui.

    Jamais au grand jamais un islamiste ou l’Homo Wahhaibutus Islamicus ne se pliera pas aux lois des hommes dont il est le premier à s’en prévaloir pour mieux les achever.

    Ses meilleurs alliés, c’est la naïveté doublée d’une forte dose de cupidité et de servilté et l’humanisme juridique dont font preuve les dirigeants politiques et les juges à son égard, alors qu’il doit être jugé comme un criminel de guerre au même titre que les criminels nazis.

    Faire l’ange avec la bête immonde islamiste c’est faire le sacrifice de sa propre vie à un ennemi obsédé par la mise à mort de celui qui est différent de soi

Ras-le-bol de l’islam et des musulmans source de tous les maux de l’humanité

 

 

Ras-le-bol l’islam et des musulmans.Ras-le-bol de notre naïveté et angélisme républicains. Ras-le-bol de prendre les enfants de Satan pour des enfants de choeur. Ras-le bol de la veulerie de nos gouvernants. Ras-le-bol de notre lâcheté et notre politique de compromission face à l’islam. Ras-le-bol de notre sentiment de culpabilité vis-à-vis des musulmans. Ras-le-bol de la sérénade politico-médiatique sur l’innocence de l’islam. Ras-le-bol de tous ces collabos qui veulent dissocier l’islam de l’islamisme. Ras-le- bol.Ras-le-bol de l’impunité accordée à l’islam. Ras-le-bol de voir les musulmans polluer notre paysage humain. Ras-le-bol du halal. Ras-le-bol de voir les mosquées pousser comme des champignons. Ras-le-bol de notre déni de la haute nocivité de l’islam. Ras-le-bol de notre démission face à la poussée de l’islam. Ras-le-bol de nos juges qui condamnent les défenseurs de la république et innocentent l’islam. Ras-le-bol du refus de nos gouvernants de reconnaître officiellement l’islam comme crime contre l’humanité.Ras-le-bol de l’afganisation galopante de la France. Ras-le-bol de ces islamo-compatibles qui nous gouvernent. Ras-le-bol que des français meurent chaque jour sous les balles de l’islam et que la France continue à caresser la bête immonde musulmane dans le sens du poil. Ras-le-bol qu’à chaque fois que l’islam fait des carnages en France on cherche à le faire passer pour une blanche colombe.

12 morts dont Cabu, Wolinski, Charb et Tignous  et 4 blessés entre la vie et la mort pour venger l’honneur de ce prophète de malheur et à qui on donne la parole sur les plateaux de télévision ? A Chalghoumi la taupe de l’islam mystificateur et dissimulateur. L’islam victimisé et tous ces morts comptent pour du beurre.

En effet, c’est lui que les deux auteurs de l’attentat ont plongé dans l’horreur en ce jour du 7 janvier 2015 et non pas la France frappée pourtant dans sa chair à travers Charlie Hebdo le symbole de la liberté d’expression et de la résistance contre l’obscurantisme envahisseur musulman.

Les français doivent plus que jamais faire l’amalgame et ne pas se laisser prendre par les paroles lénifiantes des avocats du nazislamisme. Ils doivent plus que jamais se mobiliser et se prémunir contre les dangers de plus en plus menaçants et persistants de l’islam que Dalil Boubaker l’encense comme une religion respectueuse de la vie humaine. Comme si cette idéologie du culte de la mort de la vie pouvait avoir des vertus humanistes. L’islam a tellement du respect pour la vie humaine qu’il a fait du terrorisme le vrai pilier de sa foi en comblant ses tueurs de ses bienfaits éternels.

L’islam porte en lui tous les signes précurseurs de la fin du monde

 

Encore et encore ! Plus une minute qui passe sans que l’islam ne fauche des vies humaines et estropie à la chaîne.  Il tue et mutile dans l’indifférence totale de la communauté internationale. Il a  de nouveau plongé l’Afghanistan meurtri depuis 3 décennies par sa puissance de feu meurtrière dans l’horreur en commettant un attentat meurtrier dans le Lycée français de Kaboul. Mais c’est toujours la sempiternelle rengaine que l’on entend, l’islam est blanc comme neige il n’y est pour rien dans toutes ces monstruosités et ceux qui qui les accomplissent en son nom sont des sionistes et des hommes de main de la C.I.A.  Ainsi l’islam et les musulmans sont étrangers  à tous cette déferlante barbare. C’est trop beau pour être vrai si leur soubassement idéologique n’était pas le Coran lui-même. L’honneur de l’islam est au prix de la mauvaise foi et le déni de la vérité  qui sont en réalité les premiers  articles de la foi islamique.

Mais en dépit de l’existence d’une forte corrélation entre l’islam et l’ultra-violence les musulmans et leurs idiots utiles occidentaux n’ont de cesse que de vouloir innocenter l’islam.  Bien au contraire ils font de lui la  victime aux détriments des vraies victimes, d’un complot ourdi par les juifs et le Satan américain qui lui-même otage du lobby juif pour discréditer et diaboliser l’islam. Peu importe si les exterminators sont musulmans, aux yeux des défenseurs de l’islam ils sont des mauvais musulmans qui ont vendu leur âme aux ennemis de l’islam et des musulmans.

Jamais ils n’ont jugé bon d’exprimer leurs troubles quant au fait que l’islam de toutes les religions est le seul à pouvoir transformer ses adeptes en bombes humaines et que les milliers d’attentats terroristes perpétrés depuis le 11 septembre 2001 portent  sa signature ?  Le pire est leur propre ignorance des textes soi-disant sacrés de l’islam qui arment pourtant les mains des terroristes qui sont les premiers à reconnaître qu’ils ne font qu’appliquer ce qu’Allah ordonne, dont ils  font une arme imparable pour empêcher la manifestation de la vérité sur les liens intrinsèques entre l’islam et la barbarie humaine.

Plutôt que de rechercher la relation de cause à effet entre l’islam et le Tsunami de violence qui met en péril la pérennité de l’humanité, Ils se drapent dans leur indignation indécente pour en faire un vernis grossier afin de lui redonner à une virginité qui n’a jamais été la sienne. Jamais ils ne se poseront la vraie question et si la les racines du mal était l’islam lui-même ?  Savent-ils que la charia qui est le liquide rachidien de l’islam et sans laquelle il ne peut pas survivre est une source à laquelle  tous les musulmans doivent tous s’abreuver  ?  Eux-mêmes sont loin de répondre aux exigences dogmatiques de leur foi à la différence de ceux qu’ils jugent comme des hérétiques en l’occurrence leurs coreligionnaires activistes et sur lesquels ils ne font en réalité que projeter leur propre hérésie.

Il n’en reste pas moins qu’au fond le problème n’est pas l’islam car il est lui-même un problème et qu’on a jamais voulu le traiter en tant que tel et prendre les mesures appropriées pour l’éradiquer.

Les vrais responsables ce sont les musulmans sans exception et la classe politique occidentale vénale et capitularde ainsi que les lobbys pétroliers et marchands d’armes qui le bordent comme s’il était une blanche colombe le confortant ainsi dans sa toute puissance .

En effet, l’islam bénéfice d’une mansuétude et bienveillance étonnantes jamais mis en cause dans son enseignement et recommandations à ses fidèles. Aucun procès ne lui a été intenté pour incitations à la haine de tout ce qui est non-musulman, ni les appels au meurtre et à l’extermination des juifs, des chrétiens, des apostats. Pourtant ses textes fondamentaux parlent d’eux-même, ils sont la preuve irréfragable de sa nature belliciste, raciste, antisémite, immorale, périlleuse pour la paix et la sécurité dans le monde.

On a bien aboli le nazisme qu’attend la communauté internationale pour en faire autant avec cette idéologie mortifère et génocidaire qui fait peser de sérieuses menaces sur le devenir de l’humanité ? L’islam est bien pire encore que le nazisme, il n’est pas un crime contre l’humanité, il est sa fin, son extinction, sa mort et son anéantissement. C’est l’Apocalypse finale.

L’islam relève  du champ de l’article VII de la Charte de Rome mais on préfère dresser des bûchers pour y brûler ceux qu’on appelle abusivement les islamophobes.

Les 3 voyous de Créteil n’ont fait qu’exécuter la fatwa musulmane qui frappe les juifs ces ennemis de Mahomet

Quelle lecture mes douces et immaculées colombes musulmanes qu’Allah les protège des prédateurs qui les convoitent vont-elles faire cette incroyable expédition purificatrice de Créteil digne des plus grandes razzias mahométanes menée par 3 braves jeunes vaillants djihadistes contre ceux que le Coran traite de singe qui ordonne leur mort, le viol de leurs femmes et l’accaparement de leur richesse ? Ils n’ont commis aucun crime le crime est de les condamner au nom des lois trop imparfaites pour des êtres parfaits qui ne peuvent qu’être jugés que par le tribunal d’Allah. Notre justice inique et aveugle qui plutôt que de condamner les juifs pour leur insoumission à Mahomet  va commettre une erreur judiciaire impardonnable en traduisant devant ses tribunaux 3 des membres de la caste des Seigneurs de l’humanité de la graine de Merah et de Nemmouche.  Heureusement qu’Allah saura réparer cette grave injustice et innocenter ces pauvres victimes de la justice humaine. La France n’a toujours pas compris que ce n’est pas l’islam qui est déviant et transgressif ce sont ses lois qui sont incompatibles avec les prescrits de l’islam. C’est pourquoi il y a une nécessité absolue à les adapter afin de ne pas faire des musulmans qui appliquent scrupuleusement les règles de bonne conduite de cette immense religion du respect de la vie humaine et de la grande fraternité humaine des vulgaires criminels. Un musulman n’a pas à être jugé par des juges qui ne rendent pas justice au nom d’Allah. De quel droit droit les juges français se permettent-ils de qualifier en crime ce que le Coran juge comme un acte licite et donc conforme au droit musulman ? Tuer un juif, le violenter, le voler, lui faire subir des sévices sexuels et corporels, l’humilier, le diaboliser, le discriminer c’est autorisé par le Coran et recommandé par celui que les musulmans désignent comme le Hobereau de l’humanité Ce qui doit rester impuni aux yeux de le justice jute, impartiale et humaine d’Allah ne doit pas être puni par une justice inhumaine, partiale et injustet surtout guidée par ses préjugés anti-musulmans.
Quel sacrilège ! Quel déni de droit ! Quelle offense faite aux valeurs sacrées de l’islam ! Un sacrilège impardonnable dont les juges devront répondre un jour devant le Tribunal islamique présidé par Allah et dont Mahomet est l’avocat général qui requiert  exclusivement contre ceux qui avaient cru en son Message.  Les trois malfaiteurs ne sont en réalité que des justiciers qui n’ont fait qu’exécuter une sentence coranique, frapper les juifs là où ils se cachent y compris chez eux.  Ils ne sont en sécurité nulle part et aucun refuge ne les met à l’abri de la vengeance musulmane. Selon Abou Hourayra  le Messager de d’Allah a dit: L’heure ne se lèvera pas avant que les Musulmans ne combattent les Juifs, au point que le Juif se cachera derrière les rochers et les arbres. Les rochers et les arbres diront alors: « O Musulman! Voici derrière moi un Juif, viens le tuer ».(rapporté par al-Boukhari, n° 3593).

 

Les Amazighs doivent briser le miroir arabe s’ils veulent recouvrer leur identité

Pour maintenir les Amazighs dans l’ignorance de leur culture d’origine et étouffer toute velléité de retour vers leurs racines, les arabes maîtres de l’Afrique du Nord jouent sur les mécanismes de culpabilisation en traitant tous ceux qui veulent rompre les chaînes de leur état d’asservissement de chien qui renie ses origines sans préciser de quelles origines s’agit-il.

Or, ils ne se rendent pas compte qu’en croyant jeter l’opprobre  sur les Amazighs à la recherche de leur véritable identité ne font en réalité que les encourager à le faire.

Leur message est clair et sans équivoque vous avez le devoir de renouer avec votre culture originelle. Et c’est justement s’il ne veut être assimilé à un chien, kalb en arabe, qui est une insulte dans cette culture infame que chaque Nord Africain doit plus que jamais rompre définitivement avec cette culture  liberticide, culticide et ethnocicide dont le nom est associé à la page la plus sombre et tragique de son histoire.  Aucun historien ou presque,  ni anthroplogue ni écologiste n’a jamais mesuré les conséquences de l’invasion arabe sur l’écosystème de la région, sur le mode de production agricole, sur l’habitat, sur le sytème d’irrigation, sur les mutations biologiques et culturelles, sur le passage du statut de peuples civilisés et sendatarisés à des peuples nomades et sauvages.  D’une zone tempérée et couverte de forêt, elle est devenue une zone aride et lunaire, comme  si elle était ravagée par une bombe atomique comme celle que les américains avaient lâché sur Hiroshima et Nagasaki entre le 6 et le 9 Août 1945.  Sans Ibn Khaldoun qui avait rompu l’omerta sur cet épisode apocalyptique,  l’histoire officielle aurat continué dans son oeuvre mystificatrice et idyllique en enjolivant cette page cauchemardesque d’Ifrikiya. Ibn Khaldoun dit dans les Prolégomènes à propos de l’invasion arabe : « Voyez tous les pays que les Arabes ont conquis depuis les siècles les plus reculés : la civilisation en a disparu, ainsi que la population ; le sol même paraît avoir changé de nature. Dans le Yémen, tous les centres de la population sont abandonnés, à l’ex­ception de quelques grandes villes ; dans l’Irak arabe, il en est de même ; toutes les belles cultures dont les Perses l’avaient couvert ont cessé d’exister. De nos jours, laSyrie est ruinée ; l’Ifriqiya et le Maghreb souffrent encore des dévastations commises par les Arabes. Au cinquième siècle de l’hégire3, les Beni-Hilal et les Souleïm y firent irruption, et pendant trois siècles et demi, ils ont continué à s’acharner sur ces pays ; aussi la dévastation et la solitude y rè­gnent encore. Avant cette invasion, toute la région qui s’étend de­puis le pays des Noirs jusqu’à la Méditerranée était bien habitée : les traces d’une ancienne civilisation, les débris de monuments et d’édi­fices, les ruines de villes et de villages sont là pour l’attester »  Une conquête faite dans le sang et les larmes des Amazighs, leur faisant perdre leur dignité et leur honneur.

De statut d’acteurs de l’histoire, ils sont devenus des éternels soumis aux arabes.  Mettant un voile opaque et sombre sur leur propre identité pour se fondre dans l’identité de leurs envahisseurs. D’un peuple remarquable, noble, brave, entreprenant, ouvert sur le monde, libre et fier, qui a toujours su résister aux tempêtes vandales, romaines qui avaient soufflé sur lui, il s’est laissé prendre après des combats héroïques et épiques dans le piège de l’arabisation qui a fait de lui aujourd’hui un peuple aliéné et assujetti. 

 Mais avec la pesanteur de l’islamisation qui se confond avec arabisation qui est la ruine des peuples et de la disparition des civilisations ainsi que la liquéfaction de la vie humaine, quel réveil Amazighs devrions-nous attendre ? 

Comment faire retrouver sa mémoire à un peuple amnésique et atteint de graves troubles de personnalité.  Le plus grand malheur des Amazighs est d’être tombés sous le joug de la domination arabe qui est le summum de la barbarie humaine qu’Ibn Kahaldoun encore lui considérait comme le Mal incarné : « Tout pays conquis par les Arabes est bientôt ruiné. […] Si les Arabes ont besoin de pierres pour servir d’appuis à leurs marmites, ils dégradent les bâtiments afin de se les procurer; s’il leur faut du bois pour en faire des piquets ou des soutiens de tente, ils détruisent les toits des maisons pour en avoir. […] Sous leur domination la ruine envahit tout. Ils imposent aux gens de métier et aux artisans des corvées pour lesquelles ils ne jugent pas convenable d’offrir une rétribution. Or l’exercice des arts et des métiers est la véritable source de richesses[…]; l’ordre établi se dérange et la civilisation recule. Ajoutons que les Arabes négligent tous les soins du gouvernement; ils ne cherchent pas à empêcher les crimes; ils ne veillent pas à la sûreté publique; leur unique souci c’est de tirer de leurs sujets de l’argent, soit par la violence, soit par des avanies. Pourvu qu’ils parviennent à ce but, nul autre souci ne les occupe. Régulariser l’administration de l’Etat, pourvoir au bien-être du peuple soumis, et contenir les malfaiteurs sont des occupations auxquelles ils ne pensent même pas […]; aussi les sujets d’une tribu arabe restent à peu près sans gouvernement, et un tel état de choses détruit également la population d’un pays et sa prospérité. »

Ainsi le peuple Amazigh ne peut pas faire l’économie de revisiter sa propre histoire et d’en faire la lecture à travers sa propre prisme et non pas celui qui veut le faire pour un peuple originaire du Yémen et donc arabe.  Tant qu’il n’a pas brisé le miroir arabe qui fait office d’écran de fumée et qui embrouille sa vision il y a peu de chance pour qu’il ait la visibilté nécessaire à frayer  une nouvelle voie dans la continuité de celle que les génocidaires arabes avaient démolie pour crée un gouffre avec le passé glorieux du peuple Amazigh.

On ne peut se recontruire dans la négation de soi, tout peuple qui est dans le déni de sa propre identité est un peuple amputé de sa mémoire qui est son véritable moteur pour le propulser dans la marche de l’histoire.

Comment l’Egypte peut-elle renaître un jour de ses cendres si elle ne puise pas se forces dans sa splendeur passée ? Le passé des arabes resté figé dans la pierre noire de la Ka’aba qui est loin d’être un modèle pour l’humanité peut-il être un catalyseur pour sortir le peuple égyptien de la torpeur et la pâralysie mentale dans lesquelles la domination arabe les a plongés depuis 1400 ans ? Comment peut-on faire de l’identité de son maître dominateur un facteur de résilience, pouvoir rebondir en allant chercher les ressources morales, psychologiques, intellectuelles chez l’autre qui est de surcroît la ruine de l’âme égyptienne et source d’un de ses plus graves chocs traumatiques ?

Par quel moyen les égyptiens vont-ils y parvenir, quel phare va éclairer leur future voie alors qu’ils sont enfermés dans sacrophage tchernobylienqui les plonge dans les fonds abyssaux de l’histoire et leur personnalité historique occultée pire encore jugée comme un sacrilège car contraire à l’idéologie dominante ? Le même schéma prévaut pour les Amazighs.

Un chien se rebelle contre son maître quand ce dernier ne prend pas en compte sa nature animale.

Un Amazigh n’a pas de maître, c’est un homme libre, un homme qui doit s’inscrire dans la filation de ses grands aïeux qui ont marqué l’histoire de l’humanité qui ne sont pas Mohamed, Abou Boubaker, Okba, Ali, Omar, ou Fatma et Aïcha que leurs maîtres leur ont imposés comme étant la source de la vie, leurs pères géniteurs, les bâtisseurs de leur pays. Quel mépris pour Saint-Augustin, pour la Reine Didon, pour Hannibal et toutes les figures illustres de Tamazgha ! On bannit les vrais enfants de Tamzgha qui illuminent son histoire et peuvent servir d’effet de levier pour libérer cette terre du joug de la domination arabe et on met sur le piédestal de son histoire des bédouins incultes, milleurs, assassins, pédophiles, nécrophiles, zoophiles, lubriques, sauvages, esclavagistes, oisifs, frustes, irrespectueux de la vie humaine, pervers, bestiaux, dépourvus de toute valeur morale, obésédés par les plaisirs du ventre et de la chair et qui veulent faire du monde des ténébres, de l’obscurantisme et de la luxure  un mode de vie pour les nations.