Archives pour la catégorie nazislamisme

Pourquoi le chiffre d’au moins 60 000 djihadistes tunisiens n’est pas exagéré

 
La force de frappe djihadiste de la Tunisie est certainement beaucoup plus importante qu’on veuille le dire.  La machine djihadiste tournait à plein régime dans ce pays pour soi-disant engendrer in fine que 5 à 6000 terroristes.  Un chiffre dérisoire et très  en deçà de la réalité dans un pays où près de la moitié des électeurs votent pour le parti nazislamiste d’Ennahdha promoteur du djihad.
En effet, plusieurs paramètres me laissent à penser que le chiffre en question serait vraisemblable pour les raisons ci-après :
-Entre 2012 et 2015 la compagnie aérienne Syphax créée par un député nahdhaoui spécialement pour les besoins des transports de djihadistes à destination de l’Irak et de la Syrie aurait assuré entre 149 et 172 voyages à bord d’un Airbus 319 pour une capacité de 150 places. Ce qui donnerait pas moins de 22 000 djihadistes envoyés dans la zone Irak-Syrie,
-des milliers de départs volontaires par vols réguliers à partir de Tunis Carthage, Enfidha et Djerba, autant d’aéroports qui desservent la Turquie;
-les départs par voie terrestre à travers la Libye probablement par mer et par air à partir de ce pays vers la Turquie ou directement vers la Syrie et l’Irak;
-les volontaires tunisiens venus directement de France, de Belgique et d’Allemagne que l’on fait passer pour des ressortissants de ces pays,
-et enfin en 2014 l’ancien ministre de la justice de la mouvance nazislamiste tunisienne le dénommé Bhiri  a même avancé le chiffre de 100 000 terroristes en attente de son feu vert pour déferler sur la Tunisie.
Nonobstant les centaines de Tunisiens qui combattent dans les rangs de l’Aqmi, Ansar al-Charia, Fajr Libya, et la Qaïda.
Minimiser le nombre de djihadistes reviendrait à minimiser le danger voire l’occulter et le nier.
Que sont devenus les milliers de fugitifs des prisons tunisiennes au lendemain de la chute rocambolesque de Ben Ali ? Il y a fort à parier que ce scénario était destiné pour alimenter le vivier djihadiste.
Des fois je me demande si la farce révolutionnaire tunisienne n’était pas un subterfuge pour faire de ce pays un pourvoyeur de djihadistes pour la Syrie, le Yémen, le Mali, la Libye, l’Irak et l’Algérie ?

Abel Chennouf-Meyer aurait eu 30 ans aujourd’hui mais le soldat d’Allah Mohamed Merah en avait décidé autrement

 

Afficher l'image d'origine

Aujourd’hui Abel Chennouf-Meyer, l’une des 7 victimes du monstre musulman Mohamed Merah, aurait eu 30 ans. Ayons tous pour lui et les siens une pensée particulière.

Ne l’oublions jamais comme nous devons garder vivantes dans nos mémoires les 6 autres victimes des tueries de Toulouse-Montauban du mois de mars 2012 jamais. Massacrés de sang froid au nom de l’islam.  Une idéologie qui ne devrait être bannie de la surface du globe  et combattue comme nos parents et grands parents ont combattu son clone nazi.

L’islam n’est pas une religion comme les autres, il se sert du sacré à des fins politiques et hégémoniques, un poison mortel pour le monde des vivants et le pire ennemi de la vie qui puisse exister. Abel l’avait payé au prix de sa vie en ce jour maudit du 15 mars 21012 tué parce qu’il était militaire au service de cette France « mécréante » que certains musulmans sont obsédés par sa destruction.

Abel était pour Mohamed Merah son bourreau nazislamiste un taghout, un transgresseur qui n’était pas dans l’adoration et l’obéissance d’Allah et son prophète « Certes, vous avez eu un bel exemple [à suivre] en Abraham et en ceux qui étaient avec lui, quand ils dirent à leur peuple : ‹Nous vous désavouons, vous et ce que vous adorez en dehors d’Allah. Nous vous renions. Entre vous et nous, l’inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu’à ce que vous croyiez en Allah, seul›. » [Sourate Al-Mumtahanah, verset 4].

Il est le fils d’un ami cher Albert Chennouf-Meyer, il aurait pu être aussi le nôtre. L’islam ne s’arrêtera pas dans son entreprise mortifère pas tant qu’on continue à le draper dans sa vertu. Abel est mort parce que le Coran l’ordonne. Merah n’a fait qu’exécuter la sentence.

Le nier c’est infliger une nouvelle mort à Abel et plonger les siens dans les affres abyssales de la douleur. C’est se rendre complice de son assassin .

Une pensée aux autres victimes de la barbarie raciste et génocidaire musulmane.

Qu’Abel et toutes les victimes de l’islam soient plus vivants que jamais dans nos coeurs et nos pensées.

Voter pour Ali Juppé c’est voter pour l’homme de la secte nazislamiste des Frères musulmans

 

Afficher l'image d'origine

Alain Juppé alias Sultan Ali Juppé pour ses amis de l’U.O.I.F ex chef de bande des 40 voleurs de la défunte Chiraquie, est un vieux cheval de retour. Sans foi ni loi, il revient sur la scène politique pour solliciter la confiance des Français qu’il avait trahis dans le passé. A sa place n’importe quel ancien délinquant quand bien même il a payé sa dette à la société il aurait preuve d’une certaine pudeur pour se faire oublier. Mais dans son cas le jugement du peuple le poursuivra au-delà de sa mort. Son nom est gravé dans le marbre de l’infamie.

Au-delà de ses accointances avec les Frères musulmans  qui lui vaut le tire peu glorieux du bouclier de l’islam, et tout particulièrement avec Tareq Oubrouk, admirateur de Hassan al-Banna nazi notoire adulateur d’Adolphe Hitler le fondateur de la Confrérie nazislamiste, qui a produit les pires ennemis du genre humain comme Hassan Tourabi et Ben Laden ainsi que Rached Ghannouchi, c’est sa personnalité qui tranche avec cette image d’homme apaisé véhiculée par les médias.comme en témoigne ses agitations hystériques dans son meeting électoral du 22 novembre 2017:

http://www.alainjuppe2017.fr/direct-toulouse

Son discours d’hier traduit l’extrême nervosité et brutalité qui l’anime et n’est guère rassurant sur le sort qu’il réservera à ses détracteurs si par malheur il a le suffrage de la majorité des électeurs. On doit s’attendre au pire avec un homme à la mauvaise foi digne du fondateur de l’islam lui-même.

Incapable d’assumer sa part de responsabilité dans l’échec du gouvernement Sarkozy-Fillon dont il était un des piliers, il a joué au parfait juge musulman tout en faisant preuve d’une amnésie caractérisée qui devrait lui valoir une place dans un centre de gérontologie. Avec ses propos qui frisent la haine il a atteint le point culminant de la pollution pestilentielle. On ne s’attaque jamais aux hommes on s’attaque à leurs programmes et à leurs idées. Quelle image ce personnage qui a failli à ses obligations morales incarne-t-il aux yeux des Français ? Cet homme ne devrait pas figurer parmi les prétendants de la main de la France si nous étions dans un véritable régime démocratique. Il est porteur des valeurs des plus exécrables et antirépublicaines.

https://francais.rt.com/france/29095-jean-frederic-poisson-alain-juppe-proche-islam

Il est temps aujourd’hui de choisir la femme ou l’homme au-dessus de tout soupçon et à l’intégrité morale infaillible.

Ne faisons pas du positionnement vis-à-vis de l’islam la seule motivation du vote. Aujourd’hui aucun candidat n’a pris une position claire et courageuse pour appeler l’ennemi par son nom en dehors de Fillon.

La France a bien plus de problèmes à résoudre que l’équation musulmane. Et je ne vois pas pour l’instant qui pourrait la bonifier et la remettre en ordre de marche pour relever les défis de la dette publique, sociaux, sociétaux, économiques, culturels, souverainistes, géopolitiques, financiers, migratoires, géo-stratégiques, énergétiques. ..

Faute de grives on se contente des merles. Il faut prendre le moins pire de tous. La France n’est pas un jouet à confier aux aventuriers. Quoi qu’il en soit il faut un vote citoyen, patriotique et responsable. Il revient aux électeurs de prendre leurs responsabilités historiques et de faire le choix de la France plutôt que des partis.

L’islam veut créer sa propre race humaine comme le nazisme voulait créer la sienne

Afficher l'image d'origine

Le Führer A. Hitler l’héritier naturel de Mahomet voulait créer une nationalité fondée sur la pureté du sang, les islamistes veulent une nationalité fondée sur le seul lien religieux, sur le modèle wahhabite saoudien.

C’était dans ce sens que la secte polymorphe  et anthropomorphe d’Ennahdha avait le nouveau projet de code nationalité que les islamistes djihadistes traîtres à la patrie vont vous concocter. Aussi le jus solis ou le jus sanguinis c est à dire Le droit de sol et le droit de sang n existeront plus.

Seule la foi en Allah fixe la filiation aux pays de l’Oumma islamique. Une patrie dédiée à Allah et peuplée de ses seuls fidèles. Et ceux qui y sont étrangers à , la charia les exclura du champ de la nationalité tunisienne. Tous ceux qui ne sont plus qualifiés de musulmans tunisiens tels que les Juifs, les chrétiens, les athées, en perdront le bénéfice pour impureté islamique. Ainsi la Tunisie ressemblera à la planète des singes peuplée par des islamistes djihadistes du monde entier.

Grâce à la réforme de son code de nationalité où la foi forge la citoyenneté, la Tunisie post-Ben Ali rendra à sa façon hommage aux Lois Raciales du Führer Hitler adulé par les pères fondateurs de la secte des Frères musulmans qui aurait pu être le père fondateur de l’ hégémonisme islamiste raciste et antisémite dont le système juridique, à supposer que ses lois aient ce caractère, est la négation absolue et criminelle des lois nées des assemblées des hommes.

Aux termes de ce projet  en violation flagrante de la Déclaration Universelle des Droits de l’homme et du Citoyen jamais adoptée ni ratifiée par les Etats membres de l’O.C.I. qu’ils jugent comme contraires au Coran et à la charia et qui ont préférer se doter le 5 août 1990  au Caire de leur propre Charte  appelée pompeusement Déclaration des droits de l’homme en islam, qui consacre la main mise de la religion sur la vie des hommes, des inégalités des droits entre les sexes, la prohibition de la liberté de conscience et la non-transmission de la nationalité à ses enfants par une femme musulmane mariée à un non-musulman.

Ainsi l’attribution de la nationalité dans les pays musulmans est déterminée par l’identité religieuse de la personne. Et jamais on se trouve porteur de la nationalité d’un Etat musulman on est cantonné au statut de dhimmi, national de seconde zone avec tous les interdits que cela implique dont l’exercice d’une activité politique, judiciaire et le service militaire.

La création du lien national doit répondre aux principes du Coran et de la Charia, soit par naissance  soit par allégeance (on ne se convertit pas à l’islam ).

Tout se passe comme si  la qualité de musulman  est synonyme de pureté nationale et ne pas l’être est un acte ignominieux.

NB LA NOTION DE CITOYENENTENEXISTE PAS DNS L ISLAM CE QUI VA DE SOI. Télécharger : La nationalité du musulman c’est la Foi. [Pdf, word, doc]

L’islam n’est pas le nazisme en pire, il est le point culminant de la barbarie humaine

Les islamo-collabos, les lèche-babouches de tous bords, ces pathétiques « experts » du « pas d’amalgame », et la majorité musulmane qui a fait de l’hypocrisie le masque de sa virginité morale sortent de leur boîte comme un diable à chaque fois que le gourou Mahomet est caricaturé. Ils se montrent ainsi plus musulmans que les musulmans dans le sentier d’Allah.

Leur entêtement hystérique à vouloir enfumer l’opinion publique avec leur litanie du « ce n’est pas ça l’islam » est aussi criminel que l’obligation faite à chaque musulman d’oeuvrer pour la propagation de sa foi par tous les moyens – surtout ceux qui installent la peur et l’effroi.

Malgré les évidences théologiques et dogmatiques, et la réalité des faits, ils cherchent à faire passer l’islam pour un enfant de choeur pendant que les djihado-terroristes font tomber le masque de leur belle au bois dormant.

Ils sont persuadés de pouvoir convaincre l’opinion publique majoritairement hostile à l’islam, en criant comme un putois que ces crimes sont étrangers à l’islam.

De que islam s’agit-il ?

Celui de leur mauvaise foi et leur ignorance, celui qui sert de substrat idéologique et théologique aux djihado-terroristes, ou celui qui arme leur main et leur promet l’érection éternelle et l’ivresse ad vitam eternam, comme le fait remarquer  Ghaleb Bencheikh le nouveau chouchou des médias capitulards : « Ah non, ça ne nous concerne pas, l’islam, c’est la paix. »

Pirouette trop facile pour noyer le poisson et sauver la face de l’islam.

Remettre en cause les prescrits violents du Coran, c’est condamner l’islam lui-même et l’amputer de son moteur idéologique.

Voilà pourquoi, à chaque événement tragique portant la signature de l’islam, les musulmans qui pratiquent la takiya, tels Ramadan, Chalghoumi et Boubakeur, plutôt que de venir faire une lecture publique des sourates violentes qui nourrissent les actes terroristes et les légitiment, ainsi que les hadiths qui incitent à la haine et appellent au meurtre, au lieu de proposer des pistes de réflexion sur la refondation impossible de l’islam et de son adaptation aux temps modernes, viennent s’épancher dans les médias pour faire apitoyer l’opinion publique sur le sort de l’islam martyrisé. Du coupable on fait une victime.

Ce ne sont pas leurs bonnes paroles qui vont rassurer l’opinion publique ni calmer la phobie de l’islam, ce cauchemar véhiculé par les organisations terroristes de Daech, Boko Haram, Ansar Charia, Fajr Libya, Hamas, Talibans, Shebabs, al Qaïda, Hezbollah, Ennahdha, AQMI, et occupent les devants de la scène de la barbarie humaine. Ils ont le mérite de faire tomber le masque de l’islam, et mettre la majorité des musulmans en face de leurs mensonges et leur mauvaise foi.

Pendant que l’islam continue à répandre la mort aux quatre coins de la terre, au lieu de le combattre, on veut le rendre fréquentable.

Il est du devoir de chaque être humain qui s’inquiète de la montée du terrorisme musulman, bien pire que le péril nazi, de veiller à ne pas minimiser la réalité criminelle et génocidaire de cette religion, afin de ne pas tomber dans l’angélisme de l’innocence de l’islam.

Cela scandalise et effarouche les musulmans. Tétanisés par leur peur inconscience de l’islam, et leur lâcheté, ils préfèrent dégainer leur rengaine favorite, leur seul argument de défense : « ce n’est pas ça l’islam et honte à ceux qui pensent du mal de notre religion de paix ».

Au lieu de chercher le vrai coupable, l’islam qui empoisonne notre vie, on criminalise et stigmatise ceux qui s’inquiètent du péril musulman.

Dénoncer, informer, alerter, critiquer et faire barrage n’est ni de la haine ni de l’acharnement, c’est un acte de salubrité humaine.

C’est l’islam qui produit la haine et la mort à la chaîne.

Il vaut mieux être l’objet du courroux des musulmans et de leurs nervis, genre Duflot, Juppé, Mélenchon, Eva Joly et tant d’autres à gauche et à droite, que d’avaler notre langue et ranger notre plume pour se murer dans le déni de la barbarie.

Jamais la banalisation de crimes abominables, marque de fabrique de l’islam, ne doit servir d’étouffoir au réveil des consciences et faire taire les hostilités légitimes.

Le crime, c’est la loi du silence que l’on veut instaurer pour faire de l’islam un sanctuaire inviolable pendant qu’il tue.

On doit juger les actes génocidaires dont ont été victimes ces derniers jours des chrétiens au Nigéria, au Pakistan et en Tunisie. On doit se demander pourquoi les musulmans approuvent, par leur silence inquiétant, ces crimes contre l’humanité.

L’image des musulmans changera le jour où ils auront le courage de condamner les hadiths et les versets violents, racistes, antisémites, sexistes, génocidaires, impériaux, pédophiles, incestueux, inégalitaires, discriminatoires et méprisants pour les femmes, nécrophiles et haineux.

Une idéologie qui fait du musulman un symbole de pureté qu’Allah a élevé au-dessus de tous les autres n’a rien d’humaine et égalitaire, elle est tout simplement nazie et doit être bannie de notre humanité.

Marine le Pen fait l’amalgame entre la voie de l’islam et la voie des urnes

Aux fans club de Marine le Pen personne n’est irréprochable et au-dessus de la critique. De la même façon que vous dégainez sur l’UMP et le PS que vous appelez UMPS histoire de faire croire que la France est dirigée par un parti unique et que le FN est la seule alternative politique crédible pour redonner un nouveau souffle démocratique au pays, apprenez à essuyer les critiques sur votre Marine à laquelle vous ne lui rendez guère service en lui vouant un véritable culte de la personnalité propre au régime fasciste et totalitaire.
La France n’est pas la Corée du Nord pour faire de Marine le Pen sa figure tutélaire, son objet d’adulation et de vénération. Tout se passe comme si elle est infaillible et que l’on doit de ne pas l’égratigner pour ne pas subir le courroux de ses supporteurs qui ne jurent que par elle pour sauver la France.
Mise sur la première marche du podium sans qu’elle ait fait ses preuves quant à ses capacités de gouverner la France et la sortir de son bourbier dans lequel elle s’y trouve depuis la fin des 30 années glorieuses à cause d’une politique d’immigration irresponsable et les plaies qui la gangrènent, l’énarchie, la corruption, le clientélisme, les abus de privilèges, les mauvais choix économiques, le recul de la laïcité, l’effritement de l’identité française, la mise à mort de l’idéal républicain, le laxisme et la démission des pouvoirs publics nationaux et locaux face à l’islamisation. Marine le Pen saurait-elle être la maîtresse de la situation, la Winston Churchill de la France, capable de mobiliser les Français pour arracher leur pays des griffes de l’hydre musulmane ?
Elle est très loin de ce profil. Son revirement sur l’islam depuis qu’elle s’est attachée les services de son compagnon et éminence grise Florian Philippot ex (?) chevènementiste avéré qui fait office de mandataire-liquidateur du FN et pour lequel elle n’a pas hésité à « tuer » son père fondateur du parti lui voudrait juste le titre de la femme protée du paysage politique français.

S’attaquer à Marine le Pen c’est comme si l’on commettait un sacrilège aux yeux de ses séides qui doivent s’inquiéter de la teneur de ses différentes déclarations qui frisent l’apoplexie tellement elles sont versatiles, mielleuses et lénifiantes sur l’islam victime de ses fondamentalistes : « A travers sa déclaration, Marine Le Pen (FN) est persuadée que les coupables de l’attentat dans les locaux de Charlie Hebdo sont « des fondamentalistes islamistes » et cela, bien avant toute enquête. Aussi, après avoir bien ancré dans les esprits que Islam = terrorisme, elle termine son communiqué en appelant -pas trop quand même- les Français à ne pas faire l’amalgame entre « compatriotes musulmans attachés à notre nation et à ses valeurs » et « fondamentalistes islamistes »…
A moins que sa dernière déclaration du 29 mai 2015 à l’Université d’Al-Azhar ne soit un gage de sa stature de Chef d’Etat : »Selon al-Azhar, cette rencontre a permis au cheikh Ahmed al-Tayeb « d’exprimer à la présidente du Front national ses réserves concernant ses positions hostiles à l’islam et aux musulmans ». Marine Le Pen a répondu qu’elle était contre « l’amalgame entre islam et actes de violences » et « reconnu le droit des Français musulmans de pratiquer leur foi en toute liberté »
Elle semble oublier qu’il n’y a pas de liberté chez les musulmans que la conversion à leurs idées et de renoncer à son identité et ses valeurs pour se fondre dans les leurs.
En aucun cas elle n’est un recours pour les Français, elle est dans la continuité de l’establishment qui a ruiné la France pour en faire un Emirat-bananier en devenir du futur califat islamique que la Turquie d’Erdogan se rêve de le rétablir.
Le vrai combat que Marine le Pen et tous ceux qui ont la France en eux est de rétablir la laïcité dans les écoles, les rues, les hôpitaux, les prisons et d’interdire l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne.
Le vrai péril qui guette l’Europe est beaucoup plus la Turquie que la gangrène musulmane qui mine le corps politique et social européen. Autant cette gangrène pourrait être stoppée autant le péril turc sera impossible à vaincre à cause de Bruxelles où la Turquie pourrait peser sur la formation des directives, prédominantes sur les lois nationales, mortelles pour les libertés et résolument favorables à l’islam.

Difficile de l’imaginer en résistante face à ce double-défi qui menace la France et met en péril sa souveraineté nationale et sa pérennité humaine. Ses admirateurs se doivent d’accepter la critique au nom des intérêts supérieurs de la nation française. Ce n’est pas en disant amen à tout ce qu’elle dit que la France triomphera de ses ennemis intérieurs et extérieurs.
On l’a pas entendue non plus condamner les propos foncièrement bellicistes et hégémoniques d’Erdogan qui veut ré-islamiser l’Espagne et ré-arabiser Jérusalem.
Grisée par le mirage de la victoire annoncée alors que le chemin est long et la pente est des plus raides, elle choisit un phrasé conformiste et adopte un comportement sarko-compatible convaincue que c’est la seule voie arriver à ses fins.
La France n’a pas besoin de femme qui à chaque fois qu’elle se maquille devant son miroir se rêve en présidente. Elle a besoin d’action et d’un discours tranchant et politiquement incorrect, sans calcul politicien et qui remue les français aux tripes.
Elle est otage elle-même du système qu’elle prétend combattre. Inconsciente qu’elle fait que le légitimer et crédibiliser en démontrant son incapacité à sortir des sentiers battus.
Aucun doute quant à son appartenance audit système tant honni et décrié aussi bien par elle que par son père. Elle n’est pas plus en rupture qu’elle ne le prétend en se voulant par exemple pro Russie poutinienne comme naguère le PCF pro Russie soviétique.
Quand on se veut le rempart contre l’islamisation de la France on ne caresse pas la bête immonde musulmane dans le sens du poil et ni chercher son absolution comme lors de son intervention du 28 décembre 2012 sur la chaîne de la propagande nazislamiste qatarie d’Al-Jazeera où elle louait la compatibilité entre l’islam et la démocratie.
Elle oublie qu’en cherchant à séduire l’électorat musulman elle se tire une balle dans les pieds, car chaque électeur musulman de gagné c’est dix électeurs français de perdu. 75% de Français sont hostiles à l’islam, elle a de
quoi faire pour piocher dedans ce n’est pas en allant quémander les voix musulmans auprès de la kommandantur islamique du Caire qui rêve du
rétablissement du Reich mahométan qu’elle va pouvoir gagner la partie.
Elle reprend à son compte la politique de Sarkozy grand dragueur devant Allah
du vote musulman qui est une vue de l’esprit. A vouloir trop séduire tout le monde on finit par perdre son âme et sa voie.

L’islam et le nazisme deux faces d’un même miroir ?

L’Islam ne connaît de la tolérance que le nettoyage religieux des non-musulmans

Toujours et encore la même cible. Celle des infidèles chrétiens qu’Allah voue aux bûchers de l’enfer et dont il recommande l’extermination. Ses escadrons de la mort forts de leur impunité religieuse donc juridique ne font qu’appliquer scrupuleusement son enseignement et nettoyer leur prétendument terre sacrée de tout ce qui est juif, chrétien et incrédule, les ennemis à battre et avec lesquels Allah interdit toute alliance. Tels des nazis, ils œuvrent pour protéger et immuniser leur espace territorial contre toute forme de présence non-musulmane susceptible de le polluer. La pureté de leur religion est au prix du sang des mécréants. Le sang humain, celui des hommes frappés par la malédiction d’Allah et dont le meurtre est licite, devient le sang purificateur de l’Islam lui-même. Comme s’ils cherchaient à nettoyer avec le sang des innocents les traces de  souillure de leur propre religion. L’islamisation du monde est en marche et avec elle son corollaire de massacre et d’exil force. Les Coptes discriminés et opprimés sont devenus la cible à abattre pour les nazislamistes au pouvoir en Egypte, invités par Mohamed Morsi à choisir entre la valise et l’Islam. Les chrétiens irakiens de rites nestoriens, chaldéens, orthodoxes dont certains appartiennent aux plus vieilles églises chrétiennes au monde, sont en voie d’extinction en Irak. Pour la plupart ils ont choisi l’exil plutôt que la mort ou la conversion forcée. Les chrétiens syriens qui représentent plus de 10% de la population syrienne, ne vont pas non plus échapper au triste sort de leurs frères irakiens, sous l’œil indifférent de l’Occident chrétien qui préfère armer les djihadistes exterminateurs à des fins mercantiles, géo-stratégiques et énergétique plutôt que les défendre contre ces mêmes terroristes agresseurs du peuple syrien. Il serait fastidieux de dresser l’inventaire du martyr chrétien dans les pays musulmans de l’Indonésie au Nigeria en passant par le Pakistan, l’Iran voire l’Arabie Saoudite où des chrétiens risquent la peine de mort pour avoir apostasié l’Islam. Comme si l’Islam est la voie que l’humanité doit emprunter et qu’il ne tolère l’existence d’aucune autre voie différente susceptible d’égarer les bons musulmans qui se trouvent ainsi exposés au châtiment suprême. Il ne se passe plus un jour au Nord du Nigeria sans que des églises locales ne subissent des attaques terroristes de la part de la secte sanguinaire et fétichiste de Boko Haram (boko : livre; haram : illicite) qui veut créer un Etat islamiste dans cette partie du Nigeria se revendique des Talibans et de l’islamisme salafiste mais proche dans son mode opératoire de la Qaïda au même titre que la secte d’Ennhdha en Tunisie rendue coupable le 22 novembre 2012 d’actes antisémites et d’apologie du nazisme. Le salut hitlérien de la police palestinienne (Autorité Palestinienne) en Cisjordanie Tous sont à la poursuite des desseins hégémoniques et messianiques qui nécessitent pour leur réalisation un nettoyage en règle de tout ce qui n’a pas le caractère musulman. Boko Haram qui signifie littéralement l’éducation occidentale est un péché qui sème la mort dans les églises depuis 2002, plus de 1000 morts, préfigure ce que les nazislamistes réservent pour l’humanité non-musulmane, voire les musulmans eux-mêmes qui restent toutefois les premières victimes de la violence terroriste qui prend de plus en plus aussi les mosquées pour cible de ses méfaits. Aujourd’hui, en cette mirifique terre musulmane, havre de paix et sanctuaire de la non-violence, selon les laudateurs zélés de l’Islam humaniste, l’humain n’a plus guère d’autre alternative soit se fondre dans le moule pour sa survie, soit mettre sa vie en péril en traversant la Méditerranée à bord de barques de fortunes qui deviennent la cause bien souvent de son infortune pour finir dans les fonds abyssaux de cette Mer qu’il croyait être la Mer de son salut. Certains ont tendance à chercher à dédouaner les agissements criminels des extrémistes musulmans on y opposant le passé inquisiteur de la chrétienté. On ne justifie pas ses propres horreurs par les horreurs d’autrui. On devrait plutôt en tirer des leçons pour ne pas infliger des nouvelles blessures à l’humanité. Par décence et humanité, ils doivent cesser de regarder dans le rétroviseur d’autrui et de regarder la réalité en face. On ne justifie pas ses propres dérives par les dérives d’autrui. On répond de ses actes et on ne les explique pas par les actes d’autrui non plus. C’est pas une raison de voler ou de tuer parce que les autres l’auraient fait. C’est symptomatique d’immaturité intellectuelle et d’incapacité pathologique à assumer ses responsabilités. Ni responsable ni coupable comme on l’entend souvent est un faux argument et révélateur surtout de l’état de troubles psychiques de celui qui le tient. En droit, un auteur d’un crime reste son auteur et il doit s’en expliquer et y répondre. Quand des terroristes dûment identifiés commettent des attentats aux voitures piégées, ils sont des terroristes et doivent être condamnés en tant que tels. Quelqu’un qui commet un crime est criminel point et ne peut se prévaloir des faits criminels commis par autrui en d’autre temps et lieu pour s’exonérer de ses propres crimes Depuis 20 ans, il y a une véritable recrudescence des attentats meurtriers contre les édifices religieux et les chrétiens un peu partout dans le monde et tout particulièrement en Egypte, l’Irak, la Syrie et le Nigeria et ce sans que ni le Vatican, ni la communauté internationale plus préoccupée à couvrir le carnage du peuple syrien ne s’en émeuvent et ne désapprouvent. Toujours ce silence complice angoissant et inquiétant quand au péril de la barbarie islamiste qui menace dangereusement notre devenir humain. . Quoi dire et quoi en penser ? Ces attentats ne sont pas l’œuvre d’une religion mais celle des hommes qui s’en réclament et qui suivent ses préceptes. N’est-il pas temps que des voix unanimes s’élèvent pour les condamner et désapprouver les agissements barbares de ces brebis galeuses ? S’offenser parce que l’image de la religion a été bafouée est une chose mais ne pas s’indigner, compatir, se révolter et réagir contre les agissements criminels de ses coreligionnaires n’est pas digne d’un pratiquant. Et qui ne condamne pas cautionne et souscrit ? Salem Ben Ammar