Archives pour la catégorie nazislamisme

Non à la marche contre l’islamophobie, une marche de la haine de la France

La marche du 10 novembre 2019, journée nationale de la honte, cautionnée par la gauche collabo et initiée par les vrais les propagateurs des semis de la haine en France n’est pas qu’une une marche liberticide contre la laïcité et la liberté d’expression sous couvert de la lutte contre l’islamophobie, elle est aussi une marche contre la France, son histoire, son mode de vie, sa culture, son identité, ses valeurs républicaines et les fondements de sa civilisation.

Les 80 % de Français islamo-réfractaires ne sont pas atteints de cette pathologie mentale et psychique appelée islamophobie et ne souffrent pas par conséquent d’aucune affection de cette nature. Ils sont lucides et vigilants.

Avoir la phobie de l’islam, un néologisme inapproprié de surcroît car il n’y a rien d’irrationnel dans leur attitude vis-à-vis de l’islam, ne relève pas toutefois de la loi et ne doit susciter aucune indignation de quiconque ni ébranler les musulmans dans leurs convictions.

Les organisateurs qui devraient être expulsés illico du territoire national pour leurs affinités politiques et idéologiques avec la Confrérie nazislamiste et terroriste des Frères musulmans et leurs idiots utiles feraient mieux de l’annuler par respect de la mémoire des 263 victimes des attentats terroristes en France et les 150 000 dans le monde.

Il est scandaleux que les pires ennemis du genre humain et des libertés auxquels les féministes et les LGBT leur servent de serpillières puissent battre le pavé en toute impunité contre la liberté de critique des religions surtout quand l’une d’entre elles dont la nature religieuse est des plus douteuses et ne fait rien pour améliorer son image et donner des gages quant à sa réelle volonté de se fondre dans la République.

Par cette marche? ils inversent les rôles en se donnant le rôle de victimes et les Français meurtris par les attentats et les atteintes quotidiennes aux symboles de la République et la laïcité sont coupables.

Il faut être pervers et de mauvaise foi que de chercher à les mettre sur le banc des accusés. Ce n’est ni un délit ni un crime que de ne pas accepter l’islam radical et douter de l’innocence de l’islam lui-même. Personne n’est en droit de leur faire grief pour avoir une opinion négative de l’islam et exprimer des sentiments de peur, de colère et d’appréhension fondés sur des faits avérés.

Il faut éliminer les causes qui nourrissent ces peurs si l’on veut que les Français ne soient plus dans la méfiance et la défiance à l’égard de l’islam. C’est à lui de changer et de se réformer s’il veut avoir sa place en France. Mais comme l’islam se veut immuable et irréformable à cause de sa soi-disant essence divine, il ne peut avoir droit de cité sur cette terre qui n’est pas la sienne et qui ne le sera jamais.

Pourquoi le nombre d’au moins 60 000 djihadistes tunisiens n’est pas exagéré

 
La force de frappe djihadiste de la Tunisie est certainement beaucoup plus importante qu’on veuille le dire.  La machine djihadiste tournait à plein régime dans ce pays pour soi-disant engendrer in fine que 5 à 6000 terroristes.  Un chiffre dérisoire et très  en deçà de la réalité dans un pays où près de la moitié des électeurs votent pour le parti nazislamiste d’Ennahdha promoteur du djihad.
En effet, plusieurs paramètres me laissent à penser que le chiffre en question serait vraisemblable pour les raisons ci-après :
-Entre 2012 et 2015 la compagnie aérienne Syphax créée par un député nahdhaoui spécialement pour les besoins des transports de djihadistes à destination de l’Irak et de la Syrie aurait assuré entre 149 et 172 voyages à bord d’un Airbus 319 pour une capacité de 150 places. Ce qui donnerait pas moins de 22 000 djihadistes envoyés dans la zone Irak-Syrie,
-des milliers de départs volontaires par vols réguliers à partir de Tunis Carthage, Enfidha et Djerba, autant d’aéroports qui desservent la Turquie;
-les départs par voie terrestre à travers la Libye probablement par mer et par air à partir de ce pays vers la Turquie ou directement vers la Syrie et l’Irak;
-les volontaires tunisiens venus directement de France, de Belgique et d’Allemagne que l’on fait passer pour des ressortissants de ces pays,
-et enfin en 2014 l’ancien ministre de la justice de la mouvance nazislamiste tunisienne le dénommé Bhiri  a même avancé le chiffre de 100 000 terroristes en attente de son feu vert pour déferler sur la Tunisie.
Nonobstant les centaines de Tunisiens qui combattent dans les rangs de l’Aqmi, Ansar al-Charia, Fajr Libya, et la Qaïda.
Minimiser le nombre de djihadistes reviendrait à minimiser le danger voire l’occulter et le nier.
Que sont devenus les milliers de fugitifs des prisons tunisiennes au lendemain de la chute rocambolesque de Ben Ali ? Il y a fort à parier que ce scénario était destiné pour alimenter le vivier djihadiste.
Des fois je me demande si la farce révolutionnaire tunisienne n’était pas un subterfuge pour faire de ce pays un pourvoyeur de djihadistes pour la Syrie, le Yémen, le Mali, la Libye, l’Irak et l’Algérie ?

Abel Chennouf-Meyer aurait eu 30 ans aujourd’hui mais le soldat d’Allah Mohamed Merah en avait décidé autrement

 

Afficher l'image d'origine

Aujourd’hui Abel Chennouf-Meyer, l’une des 7 victimes du monstre musulman Mohamed Merah, aurait eu 30 ans. Ayons tous pour lui et les siens une pensée particulière.

Ne l’oublions jamais comme nous devons garder vivantes dans nos mémoires les 6 autres victimes des tueries de Toulouse-Montauban du mois de mars 2012 jamais. Massacrés de sang froid au nom de l’islam.  Une idéologie qui ne devrait être bannie de la surface du globe  et combattue comme nos parents et grands parents ont combattu son clone nazi.

L’islam n’est pas une religion comme les autres, il se sert du sacré à des fins politiques et hégémoniques, un poison mortel pour le monde des vivants et le pire ennemi de la vie qui puisse exister. Abel l’avait payé au prix de sa vie en ce jour maudit du 15 mars 21012 tué parce qu’il était militaire au service de cette France « mécréante » que certains musulmans sont obsédés par sa destruction.

Abel était pour Mohamed Merah son bourreau nazislamiste un taghout, un transgresseur qui n’était pas dans l’adoration et l’obéissance d’Allah et son prophète « Certes, vous avez eu un bel exemple [à suivre] en Abraham et en ceux qui étaient avec lui, quand ils dirent à leur peuple : ‹Nous vous désavouons, vous et ce que vous adorez en dehors d’Allah. Nous vous renions. Entre vous et nous, l’inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu’à ce que vous croyiez en Allah, seul›. » [Sourate Al-Mumtahanah, verset 4].

Il est le fils d’un ami cher Albert Chennouf-Meyer, il aurait pu être aussi le nôtre. L’islam ne s’arrêtera pas dans son entreprise mortifère pas tant qu’on continue à le draper dans sa vertu. Abel est mort parce que le Coran l’ordonne. Merah n’a fait qu’exécuter la sentence.

Le nier c’est infliger une nouvelle mort à Abel et plonger les siens dans les affres abyssales de la douleur. C’est se rendre complice de son assassin .

Une pensée aux autres victimes de la barbarie raciste et génocidaire musulmane.

Qu’Abel et toutes les victimes de l’islam soient plus vivants que jamais dans nos coeurs et nos pensées.

Voter pour Ali Juppé c’est voter pour l’homme de la secte nazislamiste des Frères musulmans

 

Afficher l'image d'origine

Alain Juppé alias Sultan Ali Juppé pour ses amis de l’U.O.I.F ex chef de bande des 40 voleurs de la défunte Chiraquie, est un vieux cheval de retour. Sans foi ni loi, il revient sur la scène politique pour solliciter la confiance des Français qu’il avait trahis dans le passé. A sa place n’importe quel ancien délinquant quand bien même il a payé sa dette à la société il aurait preuve d’une certaine pudeur pour se faire oublier. Mais dans son cas le jugement du peuple le poursuivra au-delà de sa mort. Son nom est gravé dans le marbre de l’infamie.

Au-delà de ses accointances avec les Frères musulmans  qui lui vaut le tire peu glorieux du bouclier de l’islam, et tout particulièrement avec Tareq Oubrouk, admirateur de Hassan al-Banna nazi notoire adulateur d’Adolphe Hitler le fondateur de la Confrérie nazislamiste, qui a produit les pires ennemis du genre humain comme Hassan Tourabi et Ben Laden ainsi que Rached Ghannouchi, c’est sa personnalité qui tranche avec cette image d’homme apaisé véhiculée par les médias.comme en témoigne ses agitations hystériques dans son meeting électoral du 22 novembre 2017:

http://www.alainjuppe2017.fr/direct-toulouse

Son discours d’hier traduit l’extrême nervosité et brutalité qui l’anime et n’est guère rassurant sur le sort qu’il réservera à ses détracteurs si par malheur il a le suffrage de la majorité des électeurs. On doit s’attendre au pire avec un homme à la mauvaise foi digne du fondateur de l’islam lui-même.

Incapable d’assumer sa part de responsabilité dans l’échec du gouvernement Sarkozy-Fillon dont il était un des piliers, il a joué au parfait juge musulman tout en faisant preuve d’une amnésie caractérisée qui devrait lui valoir une place dans un centre de gérontologie. Avec ses propos qui frisent la haine il a atteint le point culminant de la pollution pestilentielle. On ne s’attaque jamais aux hommes on s’attaque à leurs programmes et à leurs idées. Quelle image ce personnage qui a failli à ses obligations morales incarne-t-il aux yeux des Français ? Cet homme ne devrait pas figurer parmi les prétendants de la main de la France si nous étions dans un véritable régime démocratique. Il est porteur des valeurs des plus exécrables et antirépublicaines.

https://francais.rt.com/france/29095-jean-frederic-poisson-alain-juppe-proche-islam

Il est temps aujourd’hui de choisir la femme ou l’homme au-dessus de tout soupçon et à l’intégrité morale infaillible.

Ne faisons pas du positionnement vis-à-vis de l’islam la seule motivation du vote. Aujourd’hui aucun candidat n’a pris une position claire et courageuse pour appeler l’ennemi par son nom en dehors de Fillon.

La France a bien plus de problèmes à résoudre que l’équation musulmane. Et je ne vois pas pour l’instant qui pourrait la bonifier et la remettre en ordre de marche pour relever les défis de la dette publique, sociaux, sociétaux, économiques, culturels, souverainistes, géopolitiques, financiers, migratoires, géo-stratégiques, énergétiques. ..

Faute de grives on se contente des merles. Il faut prendre le moins pire de tous. La France n’est pas un jouet à confier aux aventuriers. Quoi qu’il en soit il faut un vote citoyen, patriotique et responsable. Il revient aux électeurs de prendre leurs responsabilités historiques et de faire le choix de la France plutôt que des partis.

L’islam veut créer sa propre race humaine comme le nazisme voulait créer la sienne

Afficher l'image d'origine

Le Führer A. Hitler l’héritier naturel de Mahomet voulait créer une nationalité fondée sur la pureté du sang, les islamistes veulent une nationalité fondée sur le seul lien religieux, sur le modèle wahhabite saoudien.

C’était dans ce sens que la secte polymorphe  et anthropomorphe d’Ennahdha avait le nouveau projet de code nationalité que les islamistes djihadistes traîtres à la patrie vont vous concocter. Aussi le jus solis ou le jus sanguinis c est à dire Le droit de sol et le droit de sang n existeront plus.

Seule la foi en Allah fixe la filiation aux pays de l’Oumma islamique. Une patrie dédiée à Allah et peuplée de ses seuls fidèles. Et ceux qui y sont étrangers à , la charia les exclura du champ de la nationalité tunisienne. Tous ceux qui ne sont plus qualifiés de musulmans tunisiens tels que les Juifs, les chrétiens, les athées, en perdront le bénéfice pour impureté islamique. Ainsi la Tunisie ressemblera à la planète des singes peuplée par des islamistes djihadistes du monde entier.

Grâce à la réforme de son code de nationalité où la foi forge la citoyenneté, la Tunisie post-Ben Ali rendra à sa façon hommage aux Lois Raciales du Führer Hitler adulé par les pères fondateurs de la secte des Frères musulmans qui aurait pu être le père fondateur de l’ hégémonisme islamiste raciste et antisémite dont le système juridique, à supposer que ses lois aient ce caractère, est la négation absolue et criminelle des lois nées des assemblées des hommes.

Aux termes de ce projet  en violation flagrante de la Déclaration Universelle des Droits de l’homme et du Citoyen jamais adoptée ni ratifiée par les Etats membres de l’O.C.I. qu’ils jugent comme contraires au Coran et à la charia et qui ont préférer se doter le 5 août 1990  au Caire de leur propre Charte  appelée pompeusement Déclaration des droits de l’homme en islam, qui consacre la main mise de la religion sur la vie des hommes, des inégalités des droits entre les sexes, la prohibition de la liberté de conscience et la non-transmission de la nationalité à ses enfants par une femme musulmane mariée à un non-musulman.

Ainsi l’attribution de la nationalité dans les pays musulmans est déterminée par l’identité religieuse de la personne. Et jamais on se trouve porteur de la nationalité d’un Etat musulman on est cantonné au statut de dhimmi, national de seconde zone avec tous les interdits que cela implique dont l’exercice d’une activité politique, judiciaire et le service militaire.

La création du lien national doit répondre aux principes du Coran et de la Charia, soit par naissance  soit par allégeance (on ne se convertit pas à l’islam ).

Tout se passe comme si  la qualité de musulman  est synonyme de pureté nationale et ne pas l’être est un acte ignominieux.

NB LA NOTION DE CITOYENENTENEXISTE PAS DNS L ISLAM CE QUI VA DE SOI. Télécharger : La nationalité du musulman c’est la Foi. [Pdf, word, doc]

L’islam n’est pas le nazisme en pire, il est le point culminant de la barbarie humaine

Les islamo-collabos, les lèche-babouches de tous bords, ces pathétiques « experts » du « pas d’amalgame », et la majorité musulmane qui a fait de l’hypocrisie le masque de sa virginité morale sortent de leur boîte comme un diable à chaque fois que le gourou Mahomet est caricaturé. Ils se montrent ainsi plus musulmans que les musulmans dans le sentier d’Allah.

Leur entêtement hystérique à vouloir enfumer l’opinion publique avec leur litanie du « ce n’est pas ça l’islam » est aussi criminel que l’obligation faite à chaque musulman d’oeuvrer pour la propagation de sa foi par tous les moyens – surtout ceux qui installent la peur et l’effroi.

Malgré les évidences théologiques et dogmatiques, et la réalité des faits, ils cherchent à faire passer l’islam pour un enfant de choeur pendant que les djihado-terroristes font tomber le masque de leur belle au bois dormant.

Ils sont persuadés de pouvoir convaincre l’opinion publique majoritairement hostile à l’islam, en criant comme un putois que ces crimes sont étrangers à l’islam.

De que islam s’agit-il ?

Celui de leur mauvaise foi et leur ignorance, celui qui sert de substrat idéologique et théologique aux djihado-terroristes, ou celui qui arme leur main et leur promet l’érection éternelle et l’ivresse ad vitam eternam, comme le fait remarquer  Ghaleb Bencheikh le nouveau chouchou des médias capitulards : « Ah non, ça ne nous concerne pas, l’islam, c’est la paix. »

Pirouette trop facile pour noyer le poisson et sauver la face de l’islam.

Remettre en cause les prescrits violents du Coran, c’est condamner l’islam lui-même et l’amputer de son moteur idéologique.

Voilà pourquoi, à chaque événement tragique portant la signature de l’islam, les musulmans qui pratiquent la takiya, tels Ramadan, Chalghoumi et Boubakeur, plutôt que de venir faire une lecture publique des sourates violentes qui nourrissent les actes terroristes et les légitiment, ainsi que les hadiths qui incitent à la haine et appellent au meurtre, au lieu de proposer des pistes de réflexion sur la refondation impossible de l’islam et de son adaptation aux temps modernes, viennent s’épancher dans les médias pour faire apitoyer l’opinion publique sur le sort de l’islam martyrisé. Du coupable on fait une victime.

Ce ne sont pas leurs bonnes paroles qui vont rassurer l’opinion publique ni calmer la phobie de l’islam, ce cauchemar véhiculé par les organisations terroristes de Daech, Boko Haram, Ansar Charia, Fajr Libya, Hamas, Talibans, Shebabs, al Qaïda, Hezbollah, Ennahdha, AQMI, et occupent les devants de la scène de la barbarie humaine. Ils ont le mérite de faire tomber le masque de l’islam, et mettre la majorité des musulmans en face de leurs mensonges et leur mauvaise foi.

Pendant que l’islam continue à répandre la mort aux quatre coins de la terre, au lieu de le combattre, on veut le rendre fréquentable.

Il est du devoir de chaque être humain qui s’inquiète de la montée du terrorisme musulman, bien pire que le péril nazi, de veiller à ne pas minimiser la réalité criminelle et génocidaire de cette religion, afin de ne pas tomber dans l’angélisme de l’innocence de l’islam.

Cela scandalise et effarouche les musulmans. Tétanisés par leur peur inconscience de l’islam, et leur lâcheté, ils préfèrent dégainer leur rengaine favorite, leur seul argument de défense : « ce n’est pas ça l’islam et honte à ceux qui pensent du mal de notre religion de paix ».

Au lieu de chercher le vrai coupable, l’islam qui empoisonne notre vie, on criminalise et stigmatise ceux qui s’inquiètent du péril musulman.

Dénoncer, informer, alerter, critiquer et faire barrage n’est ni de la haine ni de l’acharnement, c’est un acte de salubrité humaine.

C’est l’islam qui produit la haine et la mort à la chaîne.

Il vaut mieux être l’objet du courroux des musulmans et de leurs nervis, genre Duflot, Juppé, Mélenchon, Eva Joly et tant d’autres à gauche et à droite, que d’avaler notre langue et ranger notre plume pour se murer dans le déni de la barbarie.

Jamais la banalisation de crimes abominables, marque de fabrique de l’islam, ne doit servir d’étouffoir au réveil des consciences et faire taire les hostilités légitimes.

Le crime, c’est la loi du silence que l’on veut instaurer pour faire de l’islam un sanctuaire inviolable pendant qu’il tue.

On doit juger les actes génocidaires dont ont été victimes ces derniers jours des chrétiens au Nigéria, au Pakistan et en Tunisie. On doit se demander pourquoi les musulmans approuvent, par leur silence inquiétant, ces crimes contre l’humanité.

L’image des musulmans changera le jour où ils auront le courage de condamner les hadiths et les versets violents, racistes, antisémites, sexistes, génocidaires, impériaux, pédophiles, incestueux, inégalitaires, discriminatoires et méprisants pour les femmes, nécrophiles et haineux.

Une idéologie qui fait du musulman un symbole de pureté qu’Allah a élevé au-dessus de tous les autres n’a rien d’humaine et égalitaire, elle est tout simplement nazie et doit être bannie de notre humanité.

Marine le Pen fait l’amalgame entre la voie de l’islam et la voie des urnes

Aux fans club de Marine le Pen personne n’est irréprochable et au-dessus de la critique. De la même façon que vous dégainez sur l’UMP et le PS que vous appelez UMPS histoire de faire croire que la France est dirigée par un parti unique et que le FN est la seule alternative politique crédible pour redonner un nouveau souffle démocratique au pays, apprenez à essuyer les critiques sur votre Marine à laquelle vous ne lui rendez guère service en lui vouant un véritable culte de la personnalité propre au régime fasciste et totalitaire.
La France n’est pas la Corée du Nord pour faire de Marine le Pen sa figure tutélaire, son objet d’adulation et de vénération. Tout se passe comme si elle est infaillible et que l’on doit de ne pas l’égratigner pour ne pas subir le courroux de ses supporteurs qui ne jurent que par elle pour sauver la France.
Mise sur la première marche du podium sans qu’elle ait fait ses preuves quant à ses capacités de gouverner la France et la sortir de son bourbier dans lequel elle s’y trouve depuis la fin des 30 années glorieuses à cause d’une politique d’immigration irresponsable et les plaies qui la gangrènent, l’énarchie, la corruption, le clientélisme, les abus de privilèges, les mauvais choix économiques, le recul de la laïcité, l’effritement de l’identité française, la mise à mort de l’idéal républicain, le laxisme et la démission des pouvoirs publics nationaux et locaux face à l’islamisation. Marine le Pen saurait-elle être la maîtresse de la situation, la Winston Churchill de la France, capable de mobiliser les Français pour arracher leur pays des griffes de l’hydre musulmane ?
Elle est très loin de ce profil. Son revirement sur l’islam depuis qu’elle s’est attachée les services de son compagnon et éminence grise Florian Philippot ex (?) chevènementiste avéré qui fait office de mandataire-liquidateur du FN et pour lequel elle n’a pas hésité à « tuer » son père fondateur du parti lui voudrait juste le titre de la femme protée du paysage politique français.

S’attaquer à Marine le Pen c’est comme si l’on commettait un sacrilège aux yeux de ses séides qui doivent s’inquiéter de la teneur de ses différentes déclarations qui frisent l’apoplexie tellement elles sont versatiles, mielleuses et lénifiantes sur l’islam victime de ses fondamentalistes : « A travers sa déclaration, Marine Le Pen (FN) est persuadée que les coupables de l’attentat dans les locaux de Charlie Hebdo sont « des fondamentalistes islamistes » et cela, bien avant toute enquête. Aussi, après avoir bien ancré dans les esprits que Islam = terrorisme, elle termine son communiqué en appelant -pas trop quand même- les Français à ne pas faire l’amalgame entre « compatriotes musulmans attachés à notre nation et à ses valeurs » et « fondamentalistes islamistes »…
A moins que sa dernière déclaration du 29 mai 2015 à l’Université d’Al-Azhar ne soit un gage de sa stature de Chef d’Etat : »Selon al-Azhar, cette rencontre a permis au cheikh Ahmed al-Tayeb « d’exprimer à la présidente du Front national ses réserves concernant ses positions hostiles à l’islam et aux musulmans ». Marine Le Pen a répondu qu’elle était contre « l’amalgame entre islam et actes de violences » et « reconnu le droit des Français musulmans de pratiquer leur foi en toute liberté »
Elle semble oublier qu’il n’y a pas de liberté chez les musulmans que la conversion à leurs idées et de renoncer à son identité et ses valeurs pour se fondre dans les leurs.
En aucun cas elle n’est un recours pour les Français, elle est dans la continuité de l’establishment qui a ruiné la France pour en faire un Emirat-bananier en devenir du futur califat islamique que la Turquie d’Erdogan se rêve de le rétablir.
Le vrai combat que Marine le Pen et tous ceux qui ont la France en eux est de rétablir la laïcité dans les écoles, les rues, les hôpitaux, les prisons et d’interdire l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne.
Le vrai péril qui guette l’Europe est beaucoup plus la Turquie que la gangrène musulmane qui mine le corps politique et social européen. Autant cette gangrène pourrait être stoppée autant le péril turc sera impossible à vaincre à cause de Bruxelles où la Turquie pourrait peser sur la formation des directives, prédominantes sur les lois nationales, mortelles pour les libertés et résolument favorables à l’islam.

Difficile de l’imaginer en résistante face à ce double-défi qui menace la France et met en péril sa souveraineté nationale et sa pérennité humaine. Ses admirateurs se doivent d’accepter la critique au nom des intérêts supérieurs de la nation française. Ce n’est pas en disant amen à tout ce qu’elle dit que la France triomphera de ses ennemis intérieurs et extérieurs.
On l’a pas entendue non plus condamner les propos foncièrement bellicistes et hégémoniques d’Erdogan qui veut ré-islamiser l’Espagne et ré-arabiser Jérusalem.
Grisée par le mirage de la victoire annoncée alors que le chemin est long et la pente est des plus raides, elle choisit un phrasé conformiste et adopte un comportement sarko-compatible convaincue que c’est la seule voie arriver à ses fins.
La France n’a pas besoin de femme qui à chaque fois qu’elle se maquille devant son miroir se rêve en présidente. Elle a besoin d’action et d’un discours tranchant et politiquement incorrect, sans calcul politicien et qui remue les français aux tripes.
Elle est otage elle-même du système qu’elle prétend combattre. Inconsciente qu’elle fait que le légitimer et crédibiliser en démontrant son incapacité à sortir des sentiers battus.
Aucun doute quant à son appartenance audit système tant honni et décrié aussi bien par elle que par son père. Elle n’est pas plus en rupture qu’elle ne le prétend en se voulant par exemple pro Russie poutinienne comme naguère le PCF pro Russie soviétique.
Quand on se veut le rempart contre l’islamisation de la France on ne caresse pas la bête immonde musulmane dans le sens du poil et ni chercher son absolution comme lors de son intervention du 28 décembre 2012 sur la chaîne de la propagande nazislamiste qatarie d’Al-Jazeera où elle louait la compatibilité entre l’islam et la démocratie.
Elle oublie qu’en cherchant à séduire l’électorat musulman elle se tire une balle dans les pieds, car chaque électeur musulman de gagné c’est dix électeurs français de perdu. 75% de Français sont hostiles à l’islam, elle a de
quoi faire pour piocher dedans ce n’est pas en allant quémander les voix musulmans auprès de la kommandantur islamique du Caire qui rêve du
rétablissement du Reich mahométan qu’elle va pouvoir gagner la partie.
Elle reprend à son compte la politique de Sarkozy grand dragueur devant Allah
du vote musulman qui est une vue de l’esprit. A vouloir trop séduire tout le monde on finit par perdre son âme et sa voie.

L’islam et le nazisme deux faces d’un même miroir ?

L’Islam ne connaît de la tolérance que le nettoyage religieux des non-musulmans

Toujours et encore la même cible. Celle des infidèles chrétiens qu’Allah voue aux bûchers de l’enfer et dont il recommande l’extermination. Ses escadrons de la mort forts de leur impunité religieuse donc juridique ne font qu’appliquer scrupuleusement son enseignement et nettoyer leur prétendument terre sacrée de tout ce qui est juif, chrétien et incrédule, les ennemis à battre et avec lesquels Allah interdit toute alliance. Tels des nazis, ils œuvrent pour protéger et immuniser leur espace territorial contre toute forme de présence non-musulmane susceptible de le polluer. La pureté de leur religion est au prix du sang des mécréants. Le sang humain, celui des hommes frappés par la malédiction d’Allah et dont le meurtre est licite, devient le sang purificateur de l’Islam lui-même. Comme s’ils cherchaient à nettoyer avec le sang des innocents les traces de  souillure de leur propre religion. L’islamisation du monde est en marche et avec elle son corollaire de massacre et d’exil force. Les Coptes discriminés et opprimés sont devenus la cible à abattre pour les nazislamistes au pouvoir en Egypte, invités par Mohamed Morsi à choisir entre la valise et l’Islam. Les chrétiens irakiens de rites nestoriens, chaldéens, orthodoxes dont certains appartiennent aux plus vieilles églises chrétiennes au monde, sont en voie d’extinction en Irak. Pour la plupart ils ont choisi l’exil plutôt que la mort ou la conversion forcée. Les chrétiens syriens qui représentent plus de 10% de la population syrienne, ne vont pas non plus échapper au triste sort de leurs frères irakiens, sous l’œil indifférent de l’Occident chrétien qui préfère armer les djihadistes exterminateurs à des fins mercantiles, géo-stratégiques et énergétique plutôt que les défendre contre ces mêmes terroristes agresseurs du peuple syrien. Il serait fastidieux de dresser l’inventaire du martyr chrétien dans les pays musulmans de l’Indonésie au Nigeria en passant par le Pakistan, l’Iran voire l’Arabie Saoudite où des chrétiens risquent la peine de mort pour avoir apostasié l’Islam. Comme si l’Islam est la voie que l’humanité doit emprunter et qu’il ne tolère l’existence d’aucune autre voie différente susceptible d’égarer les bons musulmans qui se trouvent ainsi exposés au châtiment suprême. Il ne se passe plus un jour au Nord du Nigeria sans que des églises locales ne subissent des attaques terroristes de la part de la secte sanguinaire et fétichiste de Boko Haram (boko : livre; haram : illicite) qui veut créer un Etat islamiste dans cette partie du Nigeria se revendique des Talibans et de l’islamisme salafiste mais proche dans son mode opératoire de la Qaïda au même titre que la secte d’Ennhdha en Tunisie rendue coupable le 22 novembre 2012 d’actes antisémites et d’apologie du nazisme. Le salut hitlérien de la police palestinienne (Autorité Palestinienne) en Cisjordanie Tous sont à la poursuite des desseins hégémoniques et messianiques qui nécessitent pour leur réalisation un nettoyage en règle de tout ce qui n’a pas le caractère musulman. Boko Haram qui signifie littéralement l’éducation occidentale est un péché qui sème la mort dans les églises depuis 2002, plus de 1000 morts, préfigure ce que les nazislamistes réservent pour l’humanité non-musulmane, voire les musulmans eux-mêmes qui restent toutefois les premières victimes de la violence terroriste qui prend de plus en plus aussi les mosquées pour cible de ses méfaits. Aujourd’hui, en cette mirifique terre musulmane, havre de paix et sanctuaire de la non-violence, selon les laudateurs zélés de l’Islam humaniste, l’humain n’a plus guère d’autre alternative soit se fondre dans le moule pour sa survie, soit mettre sa vie en péril en traversant la Méditerranée à bord de barques de fortunes qui deviennent la cause bien souvent de son infortune pour finir dans les fonds abyssaux de cette Mer qu’il croyait être la Mer de son salut. Certains ont tendance à chercher à dédouaner les agissements criminels des extrémistes musulmans on y opposant le passé inquisiteur de la chrétienté. On ne justifie pas ses propres horreurs par les horreurs d’autrui. On devrait plutôt en tirer des leçons pour ne pas infliger des nouvelles blessures à l’humanité. Par décence et humanité, ils doivent cesser de regarder dans le rétroviseur d’autrui et de regarder la réalité en face. On ne justifie pas ses propres dérives par les dérives d’autrui. On répond de ses actes et on ne les explique pas par les actes d’autrui non plus. C’est pas une raison de voler ou de tuer parce que les autres l’auraient fait. C’est symptomatique d’immaturité intellectuelle et d’incapacité pathologique à assumer ses responsabilités. Ni responsable ni coupable comme on l’entend souvent est un faux argument et révélateur surtout de l’état de troubles psychiques de celui qui le tient. En droit, un auteur d’un crime reste son auteur et il doit s’en expliquer et y répondre. Quand des terroristes dûment identifiés commettent des attentats aux voitures piégées, ils sont des terroristes et doivent être condamnés en tant que tels. Quelqu’un qui commet un crime est criminel point et ne peut se prévaloir des faits criminels commis par autrui en d’autre temps et lieu pour s’exonérer de ses propres crimes Depuis 20 ans, il y a une véritable recrudescence des attentats meurtriers contre les édifices religieux et les chrétiens un peu partout dans le monde et tout particulièrement en Egypte, l’Irak, la Syrie et le Nigeria et ce sans que ni le Vatican, ni la communauté internationale plus préoccupée à couvrir le carnage du peuple syrien ne s’en émeuvent et ne désapprouvent. Toujours ce silence complice angoissant et inquiétant quand au péril de la barbarie islamiste qui menace dangereusement notre devenir humain. . Quoi dire et quoi en penser ? Ces attentats ne sont pas l’œuvre d’une religion mais celle des hommes qui s’en réclament et qui suivent ses préceptes. N’est-il pas temps que des voix unanimes s’élèvent pour les condamner et désapprouver les agissements barbares de ces brebis galeuses ? S’offenser parce que l’image de la religion a été bafouée est une chose mais ne pas s’indigner, compatir, se révolter et réagir contre les agissements criminels de ses coreligionnaires n’est pas digne d’un pratiquant. Et qui ne condamne pas cautionne et souscrit ? Salem Ben Ammar

La descente aux enfers nazis de la Tunisie

Tunisie-croix-gammee

Article du 4 janvier 2013

Tout laisse à penser  que les événements du 31 décembre 2012 insultants à la morale humaine où des manifestants islamistes arboraient fièrement des drapeaux floqués de la croix gammée marquent le prélude de la nazification de la Tunisie et son entrée dans le cercle fermé des pays de l’axe du mal.

[   ] L’assaut sauvage que les militants d’Ennahdha  nourris au biberon de la haine du juif et nostalgiques du Mufti Al Hussseini, frère musulman notoire, avaient donné à l’hôtel où se tenait un meeting pacifique de Nida Tounes donne froid au dos. En effet, il ressuscite dans le conscient de notre humanité, je dis bien humanité, les souvenirs de la nuit de Cristal du 9 au 10 novembre 1938 et dans la journée qui suivit. Le choix de l’Ile de Djerba n’est pas fortuit ni anodin, n’est-elle pas le 3 ème lieu saint du judaïsme et le témoignage vivant de la présence juive en Tunisie, plus de 11 siècles avant l’invasion dévastatrice arabo-musulmane. [   ]

Lâchant ses fauves de la ligue auto-proclamée de la protection des acquis de la révolution, qui n’est rien d’autre que sa section spéciale d’assaut, sa force de police parallèle, sa Gestapo, dont le but n’est pas d’intimider les opposants, qui sont ses juifs, ses mécréants, c’est d’éliminer physiquement tous ceux qui se mettent à travers son chemin. Si pour Hitler aucun juif ne peut être ton frère de race, pour Ennahdha aucun tunisien non-islamiste ne peut être ton frère musulman. [   ]

Contrairement à ce que disait Béji Caïd Essebssi auquel je rends hommage pour son courage politique et son patriotisme chevillé au corps, la Tunisie n’est pas foutue, elle est nazifiée comme en témoignent les croix gammées taguées sur des édifices publics hier à Jerba. Si le nazisme a échoué dans sa tentative de résurgence en Allemagne, il est en train de renaître de ses cendres dans les pays du Croissant islamiste.

Le monde arabe à défaut d’avoir réussi sa révolution humaine et culturelle, va probablement réussir sa révolution nazie. Il n’y a rien d’utopique dans une telle affirmation quand on connaît les accointances et les collusions historiques et idéologiques entre le totalitarisme islamiste, wahhabiste, et le totalitarisme nazi. Ennahdha en prenant pour cible Jerba la juive, veut la purifier de sa judaïté comme Hitler voulait exterminer les juifs pour purifier l’Allemagne. En voulant mettre à mort les militants de Nida Tounès, elle marque l’amorce de l’entrée de la Tunisie dans le monde des ténèbres, du règne de la haine de l’autre et de son extermination licite.

Lettre de désespoir à cette France qui vend son âme à l’islam

France as-tu fait ta Révolution contre une religion pour te donner aujourd’hui à une autre religion pire que la précédente  qui n’est rien d’autre qu’une idéologie politique  totalitaire visant à asservir l’homme et coloniser sa vie dans les moindres petits détails sous couvert du sacré ?

Je t’ai choisie pour tes valeurs humanistes et universelles qui sont à l’origine de la plus belle ouvre humaine qu’est la Charte Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen mais tu ne sais pas combien je suis déçu de te voir te couvrir de honte et de ridicule pour plaire à cette religion du culte de la mort de la vie.  Tu as manqué de perspicacité, de prudence et de vigilance en ne t’immunisant pas contre le virus mortel propagé par l’islam. 
Toujours là à voler à son secours, à courtiser la bête infâme, inconsciente et insouciante que tu es sans savoir à moins que ce soit délibéré que chaque pouce de terrain que tu lui concèdes est un pas de plus vers la tombe. 
Regarde l’état de tes cités et tes campagnes devenues un cimetière à ciel ouvert peuplées de macchabées  et d’hommes des cavernes.
Toi pays des Lumières te voilà plongée dans le monde des ténèbres.
Tout est devenu laid, disgracieux, effrayant, lugubre et sinistre.
Ton bateau devenu un rafiot depuis le jour où tu l’a pris à bord prend l’eau de toutes parts et ton naufrage est inévitable. Ton histoire vieille de quelques milliers d’années sera dilué dans celle de tes nouveaux occupants comme autrefois celle de la grande Egypte. Tu seras la nouvelle Atlantide car tu l’as cherchée et méritée en pactisant avec l’hydre islamique qui a tours dépecée les peuples qui sont tombés sous son joug. Tu as fait fi de l’histoire des peuples anéantis par ce fiancé que tu adules et chéris tant comme s’il était le meilleur parti pour toi, le comble de l’aveuglement, et auquel tu as tout donné, ton honneur, ta dignité et ton humanité Tu lui as offert en guise d’Holocauste  sans vergogne ni scrupule dans la corbeille des fiançailles tes enfants dévoués, loyaux, qui s’étaient battus comme des fauves pour empêcher ce mariage contre nature et le prélude du début de la fin mais aveuglée par ton amour insensé. Ta vie future sera celle d’une femme cloîtrée  qui ressemble à une ombre noire, un fantôme épouvantable surgi des entrailles de la terre,  lorsqu’elle traverse la rue. Tu as fait le choix d’acter ta propre mort en y entraînant tes enfants qui t’aiment sans que l’on sache pourquoi ? Tu dois nous dire la vérité toute la vérité sur ce choix suicidaire est-ce par lâcheté, cupidité, vénalité, peur, dégoût de soi, naïveté, masochisme, désespoir ? Tu ne dois pas être fière de toi en liant ton destin à ce monstre sanguinaire et jamais repu de chair humaine. Ta bienveillance  coupable à son égard dépasse l’entendement, il massacre et tue tes enfants et tu as l’outrecuidance et l’indécence de l’exonérer de ses crimes en le faisant passer pour la victime bafouant ainsi la mémoire des vraies victimes. Ton louvoiement face à cette idéologie la plus abominable et monstrueuse  jamais donnée à l’homme est le pire affront que tu puisses faire à la mémoire des millions de femmes et d’hommes morts pour ta liberté. Tant que tu as encore les yeux pour voir en attendant qu’il ne te les voile à tout jamais est-ce que les images que tu aperçois sont bien celles de cette France de la lumière de la vie que le monde entier t’enviait il n’y a pas si longtemps ? Tu as vendu ton âme au Seigneur des Ténèbres, le Maître des créatures cauchemardesques et hideuses pour devenir un nouvel Afghanistan. Tu aurais dû tenir  tant qu’à faire le crachoir au nazisme cette autre idéologie immonde plutôt que le tenir à l’islam. Tu t’es battue contre le mal et aujourd’hui le mal que t’as inoculé l’islam s’est transformé en cancer métastasé. 
Tout espoir de guérison est compromis par ta propre faute et ton déni de la vérité. 
Ton pronostic vital est engagé aucune thérapie ne peut te sauver. 
Tu dois jouir de ta propre mort avant que la vie t’abandonne pour toujours. 
Tu es restée sourde aux appels à la résistance contre l’envahisseur Tu ne sais rien de l’islam ni de ses projets hégémoniques et criminels.
Tu as fermé les yeux sur son lourd passé et ses antécédents génocidaires et destructeurs.  Tu es sa nouvelle Byzance et tu finiras comme les autres peuples engloutie dans le ventre à tout jamais fécond de cette bête immonde.
Tu as confondu ses coups de butoir incessants et ses humiliations répétées avec des caresses comme si tu prenais un vilain plaisir dans ces rapports sado-masos.
Tu lui cèdes tout, tu réponds à toutes ses demandes sans contrepartie ni préalable. Tu t’es tirée une balle toi-même dans la tête en prenant l’islam pour un enfant de choeur.

Le gros mensonge des conversions à l’islam

Plutôt que répandre la rumeur que l’islam progresse en France en évitant d’évoquer les désaffections qui le touchent, il serait plus pertinent de décrire le profil psycho-socio-mental des victimes tombées sous l’emprise de cette drogue dure.

Qui sont ces convertis, d’où viennent-ils, quelles sont leurs motivations et leur état de santé mentale au moment de leur passage de la pénombre à l’obscurité ?

A-t-on établi un parallèle entre les modalités de conversion à l’islam – qui n’est pas plus une religion que le nazisme – et celles qui prévalent pour le judaïsme et le christianisme ?

A-t-on comparé le profil du public né musulman qui abjure l’islam à celui qui tombe dans son piège ? Son origine sociale, lieu de résidence, le milieu familial des néo-musulmans ?

L’islam est la religion qui compte le plus de fausses conversions, de conversions en trompe l’oeil.

Ces femmes qui pour plaire à leurs conjoints musulmans, embrassent l’islam sans jamais avoir ouvert le Coran, et qui sont souvent issues de milieux désoeuvrés et incultes.

Ces non-musulmans convolant en juste noce avec des musulmanes, et font semblant de se convertir à l’islam afin d’obtenir la régularisation de leur nouvelle situation matrimoniale auprès des autorités de leurs pays d’origine.

Ce sont des conversions de complaisance, administratives.

Les conversions à l’islam ne présentent quasiment aucun caractère sérieux.

Elles touchent un public en manque de repères sociaux, familiaux, éducatifs, matériels, intellectuels voire spirituels. Quel crédit apporter à des conversions de jeunes, souvent mineurs, presque illettrés, cumulant tous les handicaps ?

Une conversion est censée être dénuée de toute influence extérieure et le fruit d’une réflexion longuement mûrie, une recherche personnelle.

Ont-ils lu le Coran dans le texte ? Bien souvent, les musulmans ignorent la langue arabe, ce qui ne les empêche pas de déclarer que la nature inhumaine de certaines sourates est le résultat de mauvaises traductions !

Et s’ils parlent arabe, comprennent-ils ce qu’ils lisent ? Lisent-ils seulement ?

Il est permis de douter.

Indigestion linguistique du Coran

Alain Juppé, grand allié des Frères musulmans, grand défenseur d’un islam républicain qui n’existe pas, a lui-même avoué n’avoir pas lu le coran parce qu’il est indigeste, impossible à lire…

Si Alain Juppé, agrégé de lettres classiques, n’arrive pas à lire le coran, comment peut-on sérieusement dire que les jeunes des banlieues qui ont décroché des études à la puberté y parviennent ?

Leur ignorance de l’arabe, la méconnaissance de leur propre langue maternelle et leur manque de goût pour la lecture entravent encore plus leur accès au coran.

Il ne suffit pas de dire que l’islam attire des nouveaux adeptes. C’est un attrape-mouches.

La progression des conversions à l’islam, annoncée par les médias au lendemain de l’attentat barbare contre Charlie, a peu de raisons d’être vraiment fondée (sauf pour une minorité traumatisée, qui s’est converti comme le font les otages de l’Etat islamique : pour éviter d’être décapités)

A mon avis, la progression des conversions est une pure désinformation née dans les mosquées, et destinée à faire croire à l’opinion publique française – de plus en plus hostile à l’islam – que malgré les préjugés dont il est victime, il y a bien une frange de la population qui se laisse séduire par lui et croit plus que jamais en lui.

Au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, au moment où son image était la plus exécrable, les manipulateurs de l’information avaient déjà diffusé ces fausses nouvelles. Ils avaient tenté de nous vendre l’image que l’islam séduit les foules, malgré les forts vents violents qui le secouent.

Pourquoi ils se convertissent

L’islam est une idéologie immorale et barbare, fondée sur le sexe, la violence, la luxure et l’oisiveté.

Il a été créé par un homme pour exalter les frustrations psychologiques, la misère culturelle, spirituelle et intellectuelle de son peuple.

Il est sanguinaire et cruel, sans foi ni loi, vivant du pillage, de l’esclavage, de la mort et du butin.

Il est tourné vers la satisfaction des plaisirs charnels, et n’encourage pas au travail.

L’islam ne séduit que ceux qui y trouvent écho à leurs fantasmes lubriques, pédophiles, amoraux et morbides.

Il nourrit et autorise leurs pulsions violentes et extrémistes, justifie et légitime la haine de soi, de l’autre, du juif, du chrétien, et de tous les humains que le Coran ordonne de tuer.

L’islam n’est en aucune manière une religion au sens noble du terme.

Pour exister, l’islam s’est construit sur des promesses qui devraient lui valoir l’enfer.

L’islam est une suite d’insultes et offenses à la morale humaine. Il donne du sens aux plus bas instincts.

L’indécence de cette religion qui n’en est pas une est sans limite.

Il n’a aucun code moral, aucune loi pour réprimer les ardeurs velléitaires et perverses de ses adeptes.

Il est l’école de l’abomination de la vie humaine, en exhortant et sacralisant la terreur dans le coeur des ennemis.

Il promet le Jardin d’Eden à ceux qui n’ont rien fait de bon dans leur existence, et qui bien souvent sont des parasites sociaux, qui plutôt que de se construire par le travail, par le savoir et la connaissance, et oeuvrer pour le bien commun, préfèrent répandre la mort et faire couler le sang.

Ces convertis, des laissés pour compte du système, aigris, frustrés, ratés de la vie, connaissent-ils même l’existence des sourates diaboliques ? En connaissent-ils le sens ? Si oui, c’est qu’elles ont joué un rôle majeur dans leur conversion :

Voici quelques extraits du coran, brûlot humaniste qui fait de l’ombre à Mein Kampf :

  • 4.84 : Combats donc dans le sentier d’Allah, tu n’es responsable que de toi-même, et incite les croyants (au combat). Allah arrêtera certes la violence des mécréants. Allah est plus redoutable en force et plus sévère en punition.
  • 5.33 : La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et Son messager, et qui s’efforcent de semer la corruption sur la terre, c’est qu’ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu’ils soient expulsés du pays. Ce sera pour eux l’ignominie ici-bas ; et dans l’au-delà, il y aura pour eux un énorme châtiment.
  • Coran, sourate II La Génisse, verset 187/191 : TUEZ-LES partout où vous les atteindrez. EXPULSEZ-LES d’où ils vous ont expulsés. La persécution [des croyants] (fitna) est pire que le meurtre. [Toutefois], ne les combattez point près de la Mosquée Sacrée avant qu’ils vous y aient combattus. S’ils vous y combattent, TUEZ-LES. telle est la ‘récompense’des infidèles.
  • Coran Sourate IV Les Femmes verset 102/101 : Les Infidèles sont pour vous un ennemi déclaré.
  • Coran sourate VIII Le Butin, verset 40/39 Appel aux armes : Et combattez-les jusqu’à ce que le culte entier soit rendu à Allah.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

Mr F. Hollande, la France n’a rien à faire à la marche contre le terrorisme à Tunis

S’il y a une marche à organiser contre le terrorisme c’est soit en Syrie soit en Irak en proie au quotidien au Tsunami terroriste cosmopolite musulman instrumentalisé par ceux-là mêmes qui vont se produire sur la scène tunisienne en jouant une nouvelle adaptation de la vierge effarouchée le dimanche 28 mars à Tunisie, ce n’est certainement pas en Tunisie le premier pays au monde producteur du terrorisme et du djihad du sexe dans la voie d’Allah.

Quant au fameux massacre du Musée du Bardo du 18 mars 2012 c’étai un acte motivé par une forte arrière-pensée raciste de nature idéologico-théologique. Il visait des touristes occidentaux ces mécrus qui viennent souiller cette terre d’Allah selon Ennahdha qui souhaite les remplacer par des touristes halal.

On peut effectivement se demander si ces malheureux touristes abattus lâchement par deux tueurs formés à l’école tunisienne de la haine du non musulman étaient des orientaux même si la culture n’est pas leur pisse de chameau il est peu probable que l’attentat ait eu lieu.

Le choix des victimes n’était pas le fruit du hasard. Les assaillants bons musulmans tunisiens avaient pris pour cibles ceux que le Coran appelle les infidèles et dont il recommande l’extermination ( S. 4 les femmes ( al Nissa), V. 74, 75, 76, 77, 84, 89, 90 et suivants).

La tenue d’une telle manifestation dans un pays gouverné par les agents du terrorisme djihadiste est une offense grave à la mémoire des victimes de la barbarie musulmane de par le monde d’une part et d’autre part un nouveau Munich 1938. Comme si l’Occident organisait avec les nazis des manifestations contre les pogroms à Nuremberg au lendemain de l’adoption par le Reichstag des lois raciales visant à exclure les juifs de la citoyenneté  allemande et consolider  l’arsenal génocidaire hitlérien.

Plutôt que d’exiger de la Tunisie devenue une terre de djihad au lendemain de son cirque vaudevillesque  révolutionnaire de nettoyer ses écuries d’Augias encombrées et infestées par par des montagnes de crottins contaminés se couvre une nouvelle fois de honte et de déshonneur en volant au secours de ses ennemis leur offrant l’occasion de se refaire une virginité à bon compte.

Cette marche n’est rien d’autre qu’une marche d’adoubement du terrorisme djihadiste et symptomatique de la décadence et de la capitulation de l’Occident . F. Hollande et Ghannouchi côte à côte pourquoi pas ne pas y convier pendant qu’on y est Daech, Boko Haram, la Qaïda, les Frère musulmans ? Mais comme le cynisme tunisien n’a pas de limite ils vont mettre en tête du cortège leurs mentors idéologiques et leurs bailleurs de fonds, turcs, qatariens et saoudiens.

On ne combat pas le terrorisme en Occident et on le soutient en Tunisie en défilant avec ses maîtres d’oeuvre sous la bannière de l’islam.

Défendre les valeurs de l’islam revient à faire l’apologie de la barbarie nazie

Parlons-en de ces valeurs de l’islam que veulent imposer aux Français les musulmans de France et leurs godillots qui nous gouvernent.

Quelles sont ces valeurs et leur compatibilité avec la république et les exigences du bien-vivre ensemble et de la laïcité ? A-t-on besoin de promouvoir et de défendre ces valeurs si on était soi-même républicain et laïc à moins que l’on soit animé par des arrières-pensées prosélytes et on veut profiter de l’aubaine électorale pour faire de la propagande politico-religieuse ?

Pourquoi pas des Témoins de Jéhovah et des scientologues parties prenantes auxdites joutes électorales ? Si tout un chacun se met à se faire l’avocat de ses convictions religieuses c’est  le début de la fin de la république, un acte de défiance à l’égard de ses institutions, une manifestation des rejets de ses valeurs et une manière machiavélique pour marquer le retour par la grande porte de la prééminence du religieux sur la vie des hommes.

Est-ce que les valeurs de l’islam sont en danger tel qu’elles ont besoin que l’on vole à leur secours et soient mises au coeur du débat politique en France aujourd’hui ? Qui met à mal la sécurité des Français aujourd’hui est-ce la République ou l’islam ? S’il y a des valeurs à défendre ce ne sont certainement pas celles qu’on croit.

Les valeurs de l’islam sont les mêmes pour tous les musulmans, aussi bien en France comme en Arabie Saoudite comme partout ailleurs. Il n’y pas de valeurs modulables et modulées que les musulmans peuvent accommoder selon leur convenance.

Que ce soit l’U.O.I.F., le C.C.M.F. les Boko Haram, les Shebabs, les Talibans, Ennahdha, l’Aqmi, la Qaïda ou l’E.I.  ils professent le même islam et promeuvent les mêmes valeurs sauf que ce sont les moyens de communication qui diffèrent d’un groupe à l’autre mais ils convergent tous vers le même but: instaurer le règne de l’islam et mettre l’humanité tout entière au régime abominable de la charia

En aucun cas ces groupes ne sont porteurs  de valeurs autres que celles qui sont fixées par le Coran et la Sunna. Ils sont dogmatiquement anti-démocrates, anti-laïques et antirépublicains,  il n’y a aucune chance de les voir un jour devenir les défenseurs de la veuve et de l’orphelin et se découvrir des vertus humanistes.

Le monde doit se préparer à un avenir des plus sombres avec l’islam.

Les Français qui ont le droit à juste titre d’être suspicieux et inquiets ne doivent pas être culpabilisés sous prétexte que l’islam est étranger à l’image apocalyptique et sanguinaire que des groupuscules extrémistes renvoient de lui.
Les avocats de l’islam seraient certainement plus avisés de faire lecture aux Français des sourates et des hadiths qui servent de sève idéologique aux activistes musulmans.

Que ces zélateurs-prestidigitateurs-mystificateurs-fabulateurs qui cherchent à enjoliver l’image nauséabonde de l’islam et l’innocenter de ses crimes.

Il est à douter que les valeurs de l’islam soient de portée universaliste comme l’humanisme, la non-violence, la liberté,le respect de la vie, l’amour de l’humain et de ce qui est différent de soi, l’égalité entre les hommes et les sexes, la vertu du travail, le devoir de mémoire, la justice, l’équité, la parité, le féminisme, les droits de la femme au respect de sa vie et son corps et les droits de la petite enfance.
Cette religion sortie tout droit des caniveaux de l’humanité connue pour ses immenses talents de plagiaire croyant pouvoir tout révolutionner qu’au point qu’elle a décapité les Tables de Loi de Moïse se voulant elle-même une Loi avant toutes les lois.

J’ai beau chercher dans la liste des valeurs de l’islam, il n’y a ni modestie ni humilité,L’islam n’aime pas l’individualité et met freins qui peuvent contribuer à l’émancipation de l’homme. Il est contre le libre-arbitre, la dignité humaine, l’honnêteté intellectuelle, l’innovation, le progrès social, le respect des biens des non-musulmans, les droits de l’homme etc..

Les valeurs de l’islam c’est la dhimmitude, la relégation des femmes et le labourage de leurs corps, l’oisiveté, le nombrilisme, le racisme anti non-musulman, le despotisme, l’ignorance, l’obscurantisme, la lapidation, la décapitation, l’hégémonisme, le suprémacisme, le terrorisme, le fatalisme, l’incapacité de se remettre en question, l’ethnocentrisme, le voile symbole de l’état d’infériorité des femmes, la pédophilie, la nécrophilie, la zoophilie

Charlie Hebdo ou l’impossible éligibilité de l’islam en France

Article daté du 29 septembre 2012

Quand bien même la caricature de Mahomet heurterait les musulmans dans leur foi et serait attentatoire à   leur sacré abscons  , mais en terre républicaine  il y a d’autre moyens plus appropriés pour’ y répondre que par le poison de la haine qui dégouline de la bouche de ceux qui sont les premiers qui profitent des bienfaits de la République.

Caricaturer ou portraiturer le prophète sous des traits grotesques et humoristiques n’est ni un délit, ni un crime, elle est l’expression de la liberté dans les limites de l’ordre républicain, mais sur-réagir avec une telle violence et vouloir appliquer la loi de Talion est une violation criminelle des lois républicaines.

L’ultra-violence dont les musulmans radicaux font preuve est autrement plus inquiétante quant à l’avenir sombre qui se profile dans l’horizon des démocraties occidentales. On peut très bien imaginer demain un maire de confession musulmane ou même pas, dans une commune où vit une forte minorité musulmane prendre un arrêté municipal pour interdire la vente sur le territoire de sa commune d’un livre qualifié d’anti-islam au motif qu’il est susceptible de provoquer des troubles d’ordre public parce qu’il est attentatoire à l’honneur de ses administrés musulmans qui sont surtout son fonds de commerce électoral.

Ce qui met à nu les limites le projet du droit de vote dans les élections locales accordé aux étrangers non-communautaires. Evidemment qu’un tel arrêté relève de l’utopie mais rien n’est à exclure pour autant. Si Charlie Hebdo avait commis un délit qui ne pourrait être qu’un délit de blasphème qui n’est pas répréhensible pénalement, il appartient à la justice de qualifier pénalement cette éventuelle offense à l’ honneur du Prophète.

Nul n’est au-dessus des lois, comme nul n’est censé ignorer la loi pour quelque motif que ce soit, surtout quand on veut se prévaloir du sacré pour interdire la liberté d’expression. Quand on vit dans un Etat de droit et que l’on ne manque une occasion pour revendiquer sa liberté de religion, il faut savoir que la contrepartie est le respect total et absolu de l’ordre républicain.

De la même façon que la liberté de religion est inscrite comme la liberté en lettres d’or dans la Charte Universelles des Droits de l’Homme et du Citoyen considérée pourtant comme incompatibles aux préceptes coraniques, les musulmans doivent savoir que la liberté d’expression l’est aussi, et sinon plus du fait de son universalisme et rationalisme.

Elle n’est pas un purgatoire de la vie et oppressante comme la religion ni ne cherche à les aliéner, elle est libératrice et constitue un facteur fondamental d’enrichissement humain et de rapprochement entre les hommes.

La liberté de religion divise les hommes, la liberté d’expression transcende les clivages et les barrières linguistiques, culturelles et ethniques, elle est un langage véritablement universel. La religion est pour la liberté, ce que la mort est pour la vie. Contrairement aux assertions des croyants, il n’y a pas plus sacré que la liberté dans toute ses formes et ses reliefs.

Qu’est ce qu’il y a de plus cher à l’homme et lui rendre la dignité de sa liberté si ce n’est que briser les chaînes de sa prison mentale dans laquelle l’enferme la religion ? Ce n’est pas par hasard que les pays de la théocratie musulmane répriment la liberté d’expression de peur qu’elle ne sert de révélateur à la nature liberticide de la religion.

On réprime la liberté pour mieux dominer l’esprit des gens et maintenir sur eux cette chape de plomb qui obstruent leur voie sur le chemin de la dignité. Un système de croyance ne peut fonctionner et prospérer que sur le sentiment de comptabilité et de rédemption, aussi pour se maintenir et se développer, il ne peut se résoudre à l’existence d’un système réfléchi et raisonné démystifiant son imposture.

C’est pourquoi, la religion censure et prohibe la liberté, jugée comme un sacrilège, car elle donne aux croyants les outils qui leur permettent d’ôter son carcan.

La barbarie humaine est consubstantielle à l’islam

 


L’éclectique George Duhamel disait que chaque civilisation a les ordures qu’elle mérite. Ce qui est d’autant plus vrai quand on sait que les peuples qui ont marqué l’histoire humaine sont ceux qui ont enfanté des ordures en tous genres.
La remarquable civilisation allemande : Adolf Hitler; la grecque : Alexandre le Grand; l’italienne : Bénito Mussolini; la russe : Joseph Staline;  la chinoise : l’empereur Qin; la française : le Maréchal Philippe Pétain; la perse : l’Ayatollah Khomeiny; l’égyptienne : Mohamed Morsi,  la turco-monghole : Tamerlan; l’ottomane : Abdel Hamid II responsable du génocide arménien; et l’arabo-musulmane, qui n’a de civilsation qu’une langue et une religion : Abu al Qasim Muhammed ibn Abdallah ibn Abd al Muttalib ibn Hasham connu sous le nom de Mahomet en Occident et Mohamed chez les fidèles de sa religion.
Une religion qui mérite incontestablement le titre du culte le plus ordurier et ignominieux de toute l’histoire des religions.  Quant à ses prouesses civilisationnelles, fruit d’influences multiples et plurielles, fortement marquée par les sciences et l’art architectural byzantin, les traductions syriaques, la  pensée hellénique, le génie perse, le savoir hindou et l’art militaire berbère ainsi que l’apport conjugué des autres peuples islamisés par le fil de l’épée elles seraient qu’un mirage du désert lunaire arabique et des grains de sable figés dans la météorite noire vénérée par tous les musulmans de la terre. Ce qui en dit long sur la nature polythéiste et fétichiste de cette pseudo religion
Si la chrétienté a vu apparaître en son sein au XII e siècle en France le cancer de l’Inquisition dont elle est immunisée officiellement en 1965 avec la disparition du Saint Office et son remplacement par la Congrégation de la Doctrine de la Foi. Sans pour autant que les pays chrétiens aient attendu le Vatican pour tourner la page de l’Inquisition comme la France qui y a renoncé dès le début du XV e siècle. Contrairement aux idées véhiculées par les musulmans pour justifier les dérives ordurières de leur religion l’Inquisition n’est pas consubstantielle au christianisme. Elle fut une parenthèse dans son histoire mais en aucun cas sa sève nourricière, son liquide rachidien et son souffle de vie comme dans l’islam qui sans elle il est condamné à mort.
L’islam ne peut survivre que dans un environnement liberticide, obscurantiste, inquisitorial, hyper répressif, intolérant, avec une mise totale et absolue des dogmes sur la vie des hommes. C’est une religion de l’interdit et du verrouillage de l’intelligence. Incompatible avec la vie humaine qui ne reconnaît pas à l’homme la faculté de réfléchir, de raisonner et de penser les choses par lui-même. L’homme ne naît pas humain, il naît esclave d’Allah qui est son propriétaire seul maître de sa vie. Exit le libre-arbitre et la liberté de conscience comme le fait remarquer judicieusement le philo nazi Qaradhaoui le prédicateur de la fiente humaine distillée dans les cerveaux des masses musulmanes incultes, analphabètes, abêties par un endoctrinement religieux intensif et permanent, frustes et fanatiques :  « Si l’islam ne tuait pas les apostats il aurait disparu à la mort de Mohamed ».

C’est cette peur de se faire trancher la tête comme au temps de cet Ange noir de la mort  qu’estMohamed qui ne laissait aucunechanceàsesopposants et à tous ceux qui moquaient ou doutaient de l’authenticité de son message à l’image du massacre de latribujuivedesBanuQoreyza  à cause de l’éventuelle menace qu’elle faisait peser sur son ubuesque prophétie dont deux versets du Coran attestent la réalité de manière allusive : « Il [Allah] a fait descendre de leurs forteresses ceux des gens du Livre qui les avaient soutenus, et Il a jeté l’effroi dansleurscœurs. Un groupe d’entre eux,voustuiez, et un groupe vous faisiez prisonniers. Et Il vous a fait hériter leur terre, leurs demeures, leurs biens, et aussi une terre que vous n’aviez point foulée.

EtAllah est Omnipotent » (33.26-27). IbnKathir a commenté à ce sujet :

Le Messager d’Allah a ordonné de creuser des fosses, et on les a creusées dans le sol. Ils ont été emmenés les mains liées derrière le dos et ils ont été décapités. Ils étaient entre sept cent et huit cent. Ceux dont les poils n’avaient pas poussé ont été faits prisonniers, ainsi que les femmes, et leurs biens ont été saisis. ( Tafsir al-Qor’ân al-‘Azîm, volume 6, p.398, sourate 33 verset 26 )

 L’islam a véritablement atteint les sommets himalayens de l’abjection humaine à faire pâlir de jalousie le nazisme cette autre idéologie de l’immondicité humaine. l’islam puise lui directement ses sources dans le caractère aride, cruel, inhumain, sanguinaire, oisif, vulgaire et barbare des Arabes et dand la rigidité de leur pensée dogmatique qui n’est rien d’autre qu’un Maelstrom formé de suprématisme, de racisme, d’antisémitisme, d’ultra-violence, de Solution finale pour les infidèles, les insoumis et les associateurs, de colonialisme, d’inquisition et de terrorisme.

Certaines civilisations sont égales entre elles dans la barbarie humaine, mais il y a certaines qui ont brisé les chaînes de la barbarie et qui ont inondé le monde de la lumière des libertés tandis que d’autres tardent à le faire et qui sont plutôt enclines à éteindre cette lumière pour plonger le monde dans l’obscurité obscurantiste. N’est-ce pas le cas des islamistes dans les pays de l’hiver intégriste et qui inquiètent et effraient leurs compatriotes qui croient en la vertu de la lumière universelle celle des droits de l’homme et du citoyen né dans une terre chrétienne qu’on le veuille ou non mais qui aurait pu être inspirée par Ghandi lui-même.
L’humanisme issu de cette culture judéo-chrétienne tant décriée par les islamo-compatibles n’est certainement pas la valeur la mieux partagée entre les civilisations.
Quand les deux grande figures de ce qu’on appelle exagérément l’âge d’or de l’islam Averroes et Avicennes ont voulu impulser un souffle humain celui de la raison rationnelle, ils ont été cloués au pilori pour hérésie et leurs  livres en grande partie détruits et  les rares qui ont survécu aux flammes du bûcher ardent inquisitorial le furent grâce à des  traducteurs juifs et chrétiens. Galilée et Spinoza pour ne citer que les plus illustres étaient passés par là aussi mais la Renaissance florentine et le siècle des Lumières ont fait oublier les siècles noirs de l’obscurantisme religieux.
On attend toujours qu’un vent humaniste vienne nous envahir du Levant qui est pour l’instant en proie à un torrent de boue nauséabonde déversée sur lui par les djihado-terroristes de Daech fidèles à l’islam médinois pratiqué par Mahomet  lui-même, celui du pillage, du butin, du viol des captives, de la rançon, de l’esclavage, du butin, de la décapitation et de la tête de l’ennemi clouée dans un piquet.
Les musulmans doivent d’abord dépolluer leur terre de ces fermes pétrifiés, mais ils n’en ont ni les moyens, ni le désir ni les capacités. Il est à douter qu’avec leurs neurones  contaminés par 1435 ans de fumée fétide radioactive puissent comprendre un jour le vrai sens premier de la civilisation celle qui apaise et pacifie la vie des hommes et fait de la moitié de son humanité maîtresse de son destin humain et reconnaît les mêmes droits et devoirs à tous les hommes sans exclusive.
Une civilisation est une communauté de destin humain de caractère civil et pluraliste et non de destin religieux hermétique et monolithique entièrement dédiée au divin où l’humanité de l’homme est niée sans perspective aucune que sa totale soumission aux marchands du temple comme c’est le cas de l’islam
 

 

Plaidoyer contre les gouvernements occidentaux qui ont vendu leurs âmes au diable musulman

Ô rage ! Ô désespoir ! Ô gouvernants capitulards ! Pourquoi vous nous avez sacrifiés sur l’autel de votre collaboration avec l’islam ? Qu’avons-nous comme mal pour que vous fassiez de vos infamies nos tombes ? Que trouvez-vous donc de si séduisants dans cette religion de malheur ? Ignominieux que vous êtes vous nous avez jetés de la Roche tarpéienne. Vous déclarez la guerre à la liberté et vous déroulez le tapis rouge  couvert de notre sang aux pieds des ennemis du genre humain.

Ô félons  que vous êtes ! Ne savez-vous pas qu’en nous précipitant dans la mort c’est votre propre mort que vous mettez en scène. Que grande est notre douleur d’avoir été trahi délibérément par ceux auxquels nous avons confiés notre destin ! Notre naïveté et notre apathie sont les munitions que vous employez pour abattre la démocratie ! A cause de vous nous sommes à l’insu de notre plein gré complices de la mise en bière de nos sociétés humaines. 270 millions à l’actif de cette idéologie génocidaire en 14 siècles d’histoire ! Mais de cela vous en avez cure ! Peu importe pour vous que l’islamisation se fasse sur nos cadavres ! Il n’y a pour vous que l’islam, encore l’islam et toujours l’islam ! Quand on vend son âme à cet ogre insatiable et jamais repu de chair humaine  on ne compte pas la vie des siens  pour son festin !

Notre malheur est d’avoir cru en vous et en vos vertus patriotiques ! Nous avons cru que êtes les défenseurs de nos valeurs et nos idéaux ! Nous devons nous prendre qu’à nous-mêmes d’avoir manqué de clairvoyance !  Maudit soit le jour où nous avons confondu les urnes de la démocratie avec ceux de nos futurs cendres ! Qu’immense est notre chagrin de voir les nôtres nous dépouiller de notre âme pour le bien du culte de la mort de la vie ! Votre veulerie et votre cupidité vous font perdre votre dignité et par voie de conséquence la nôtre ! Vous nous livrez pieds et mains liées à des forces destructrices et dévastatrices ! Par où elles passent la vie trépasse plus rien qui pousse sauf le pissenlit !  Vous faites de notre monde un cimetière des morts-vivants pour qu’il n’en fasse qu’un seul avec le leur !

Avec vous l’histoire se répète et vous êtes fermés comme des huîtres ! Vous ne cherchez jamais à tirer des leçons de vos échecs ! Les 60 millions de morts du nazisme le parent génétique de l’islam ne semblent pas vous suffire ! Vous voulez faire une offrande au nazislamisme de 200 millions de victimes pour apaiser ses ardeurs mortifères !   Vous exaltez et encensez l’islam comme s’il était une chance pour l’humanité !  

Ô tristesse ! Ô désarroi ! Ô douleur ! Quel est notre crime ? Quelle faute morale avons-nous commis pour mériter votre mépris et votre courroux ? Nous offensons personne en dénonçant la face cachée hideuse et inhumaine de cette idéologie qui sanctifie la haine et la barbarie ! Vous vous ridiculisez chaque jour en flattant l’orgueil démesuré de ces monstres d’inhumanité ! Vous allez jusqu’à louer leurs efforts en matière de liberté humaines !  De quelles libertés, de quels droits de l’homme, de quel respect de dignité humaine s’agit-il ? Des vôtres dont vous êtes censés être les garants et que vous êtes entrain de dissoudre dans le bain acide de l’islam ? Des leurs où ni l’homme, ni la femme, ni l’enfant, ni le bébé, ni le travailleur immigré n’y ont droit ! Savez-vous qu’il n’y a de droits que pour Allah  leur seigneur et maître mais jamais pour ses esclaves !  Vous voulez faire de la loi de l’islam une loi pour nous !  Vous avez échoué dans votre tentative d’importer chez nous les lois raciales de Nuremberg  ! Vous voulez vous rattraper en nous imposant le régime scélérat et concentrationnaire de l’islam ! Vous en avez assez des libertés dont vous êtes les premiers bénéficiaires allez donc en jouir dans ces terres hostiles à la vie !

 

Grand mal vous fasse ! Votre état de servilité et de lèche-babouches fera de vous un dhimmi, un eunuque, si jamais vous échapperez à leur coup de glaive qui vous tranchera la tête ! Vous rivalisez entre vous de compliments nauséabonds sur un despote qui vient de rejoindre Mahomet là où il est !  Une certaine Christine Lagarde a atteint le degré -mille Celsius de la brosse à reluire comme naguère le  nabot Sarkozy ! Fière de son statut de dhimmie elle a exalté le féminisme d’un roi qui ne connaît du travail que le labourage du corps de ses 21 femmes ! Plutôt que parler de féminicide, de pédophilie, de racisme, de lapidation, de décapitation, de kafala, nos gouvernements de dhimmis commettent de péchés mortels selon l’islam !

Vous êtes des miliciens et nous sommes des résistants. Vous faites voter des lois iniques pour servir la cause de l’islam et nous bâillonner avec ! Vous étouffez la voix des enfants de la république au nom du respect de la foi d’autrui ! Vous savez que cette foi est dénuée de toute spiritualité ! Vous ignorez à moins que vous le saviez déjà que l’islam est une idéologie politique totalitaire nihiliste ! Vous êtes sourds et aveugles, ni honneur ni dignité !  Vous défendez l’indéfendable alors que nos concitoyens meurent par les balles de l’islam ! Vous criez à chaque carnage de l’islam : attention aux amalgames ! Vous seuls les voyez car les musulmans eux-mêmes connaissent mieux que vous la nature guerrière et belliciste de l’islam ! Vous ne les voyez jamais s’indigner car ils ne condamnent ce que le Coran ordonne !

 

Nous nous battrons avec nos plumes que vous voulez tuer avec vos lois imbéciles !  Vous jouez aux picadors sans savoir que c’est vous qui allez recevoir à la fin le coup d’épée qui vous achèvera ! Que votre trahison vous étouffe  comme elle étouffera ces égorgeurs que vous prenez pour des enfants de choeur !

 Que restera-t-il de ce monde ? Un champ de ruine et de désolation peuplé de vos cadavres et de ceux de vos maîtres comme des charognes infâmes.

Dialoguer avec les musulmans c’est comme dialoguer avec les nazis en 1938


Seuls les naïfs et les crédules croient que l’on peut dialoguer avec les ennemis des libertés humaines, murés dans leur seule certitude qu’il n’y a de vérité que la vérité enfermée dans le Coran.

Imperméables et sourds au dialogue, Ils ne tolèrent pas qu’ils puissent avoir d’autre son de cloche que le leur. Leur son de cloche est comme celui des appels à la prière qui vient troubler le silence des villes et des villages au rythme de 5 fois par jour. Assenant le même message qui se veut d’une vérité absolue. Comment peut-on professer dans un contexte de sacralisation dogmatique de la parole dictée avec une force assourdissante et obstruante pour la pensée humaine qu’elle ne laisse pas filtrer un filet de paroles qui n’ont pas une propriété canonique

Avec un esprit façonné par une culture monolithique et fermé à tout débat contradictoire jugé hérétique, on serait plus avisé de dialoguer avec le vent du désert. Jamais, un musulman qui croit en la vertu immanente de la pureté de la parole sacrée dont il se prétend dépositaire, à l’instar de ceux qui prônent la supériorité de l’Islam, ne sera enclin à ouvrir un quelconque débat avec celui qu’il considère comme infidèle et dont l’idée même de dialoguer est avec lui le répugne et le répulse. Et même quand un des leurs, comme le sulfureux et girouette Mourou a feint d’engager un échange avec Youssef Esssidik n’a pas échappé à leur courroux pour voir commis l’irréparable.

Tout dialogue avec les infidèles est considéré comme une offense à Dieu. Comment peut-on dans un tel contexte du refus dogmatique du dialogue pouvoir justement entreprendre un quelconque dialogue avec ceux dont le seul esprit de dialogue qu’ils connaissent est l’étouffement du dialogue par tous les moyens ?

Nombreux sont les pseudos démocrates manquant de discernement, en ayant aucune grille de lecture de l’idéologie extrémiste, qui continuent à prendre les vessies pour les lanternes et prêchent pour le dialogue avec des gens qui font du monologue hermétique leur seule raison d’exister pour toucher leur Graal céleste. Ils vont jusqu’à accuser les esprits avertis et qui appellent à une vigilance extrême, comme c’est mon cas. contre le péril islamiste, de radicalisme et d’extrémisme.

Comme si l’infamie pouvait être combattue avec les chimères de la démocratie. Le monde a joué à plusieurs reprises sa partition d’ouvrir son cœur à ceux qui sont obsédés par sa destruction. On connaît tous les résultats du dialogue avec le nazisme. Si le monde avait preuve de fermeté et de détermination est-ce que l’aurait connu les camps de la mort et l’extermination des minorités et surtout du peuple juif ? Hitler n’avait jamais fait mystère d ses desseins hégémoniques et génocidaires, c’est le monde dit libre qui avait cru qu’il pouvait le pacifier et le raisonner par le dialogue. Alors qu’il n’avait que mépris et aversion pour le dialogue. La même posture qui caractérise les radicaux musulmans.

Or, un extrémiste est par définition celui qui détient une vérité absolue, il est schizoïde-paranoïde, il ne veut entendre qu’une seule vérité, la sienne et encore il n’est même pas à l’écoute de lui-même. Étant pris dans un tourbillon essentialiste de délires psychotiques et messianiques, la seule issue qu’il connaisse soit l’adhésion aux idées qu’ils professent soit la mort. Muré dans ses certitudes mentales, il ne peut se résoudre à l’idée qu’il ne doit y avoir une autre voix que la sienne qui est d’essence divine.

L’extrémiste musulman se sent comme investi d’une mission cosmique et planétaire d’imposer aux quatre coins du monde les dogmes de sa foi contre vents et marées les prophéties de la religion musulmane. C’est un conquérant-colonisateur, qu’il se doit pour le repos de sa propre âme islamiser et ré islamiser le monde. Prosélyte et réfractaire au dialogue, il n’est jamais dans l’échange, d’idées qui va à l’encontre des prescrits de sa foi. Il a peur de commettre un sacrilège, c’est pourquoi il appelle au meurtre quand il ne le commet pas lui-même le meurtre de tous ceux qui doutent du bien-fondé intellectuel de son raisonnement. Dans ce contexte, on peut toujours rêver d’engager un dialogue avec ceux dont le seul but est soit de nous soumettre à leur idéal islamique soit nous tuer. Il est tel un pitbull s’acharnant sur sa proie pendant que cette dernière s’amuse à lui des bisounours.

Le monde a capitulé face au nazisme dans les années 30 en la caressant dans le sens du poil avec l’Holocauste au bout du chemin. On ne combat l’extrémisme qu’avec ses propres armes et jamais celles de la voix de la lâcheté et la démission.

On ne traite pas la folie à dose homéopathique, seule une thérapie lourde, est indiquée. Il faut une riposte graduée pour l’éradiquer. L’extrémiste n’a aucun sens des valeurs humaines, ne soyons pas nous-mêmes dupes de notre angélisme qu’il considère lui-même comme non seulement une faiblesse mais comme une apostasie.

Il ne croit aux valeurs de paix et de compréhension mutuelle, il est obnubilé par la destruction et anéantissement de tous ceux qui tentent de lui opposer le langage humain. S’il était dans le dialogue, il ne chercherait pas à exterminer ses propres coreligionnaires qui font d’Al Ijtihad leur arme contre le jihad.

L’arme de l’intelligence ne peut contenir sa folie meurtrière. On ne neutralise pas un fou en pleine crise de démence en le berçant de bonnes paroles. Seule la camisole chimique est la réponse appropriée dans le cas d’espèce.

L’islamiste est un psychopathe-né, il tue père et mère pour gagner le Lupanar divin. Tout obstacle sur sa route doit être transformé en feu de paille, tel le vrai sens du dialogue chez lui. Il est sur terre pour tuer et non pour échanger avec ce qu’il appelle les ennemis de sa religion, des paroles vaines, superflues et de surcroît attentatoires à ses dogmes. Notre candeur est sa meilleure alliée.

Il n’y a que Charlie Hebdo qui goûte à l’humour de l’islam

 

Article daté du 24 septembre 2012

Charlie Hebdo manie l’humour, la raillerie, la dérision, la satire, la moquerie comme les  musulmans manient l’injure, l’anathème, l’inquisition,  les appels au meurtre, la décapitation, la lapidation, la violence terroriste et l’invective. Entre les deux, il y a un gouffre culturel abyssal  comme celui dans lequel est plongé le monde musulman. C’est pourquoi cette forme d’expression  de l’esprit qui caractérise l’hebdomadaire satirique est perçue par les intégristes musulmans comme une offense et une atteinte à leur dignité.

Mais le plus étonnant dans cette effervescence inquisitoriale et d’appels au djihad pour sauver l’Islam mis en danger par une simple caricature, est l’attitude guignolesque et burlesque du Recteur de la Mosquée de Paris, connu pourtant pour son sens de la mesure, n’a pas hésité à qualifier comme un acte ignominieux et d’incitation à la haine de l’Islam.

Heureusement que le ridicule ne tue, contrairement aux attentats terroristes de ses coreligionnaires radicaux. Cet homme aurait été certainement mieux avisé à appeler les musulmans de France à prier  le 11 septembre jour de commémoration de la mémoire des victimes des attentats des Twin Towers perpétrés par ses propres coreligionnaires, comme il aurait pu associer les musulmans de France à la célébration de la journée des victimes françaises du terrorisme, au lieu de se livrer au  porte-flingue des intégristes.

Que cette caricature  soit blessante, choquante, inopportune, venue attiser les feux de la haine anti-Islam selon certains, cela reste à prouver, mais ce qui n’est plus à prouver aujourd’hui est le fanatisme et frénésie grotesque et infamante  qui gangrènent le monde musulman, voire les démocraties occidentales. C’est moins Charlie Hebdo et son côté trublion qui est à condamner que l’esprit fermé et rigide d’une frange de musulmans devenue de plus en plus contagieuse pour ses propres condisciples. Ce déferlement de violence suscité  par une simple caricature n’est pas à l’honneur des musulmans, il ne fait que jeter l’opprobre sur l’Islam et alimenter les phobies antimusulmanes.

Qui peut encore croire au vu des images inquisitoriales et effrayantes renvoyées par le monde musulman lui même que l’Islam est une religion de paix et d’amour ?

La force de l’homme est de pouvoir se maîtriser mentalement en toute circonstance et de ne pas céder à la provocation, alors que sa faiblesse est dans la manifestation de grande fébrilité face à l’adversité et son recours à la violence qui  n’est rien d’autre que l’expression de sa cruauté mentale dont il fait sa seule arme pour intimider voire détruire son adversaire ou supposé tel. Quand on perd la raison, on ne pense pouvoir exister que dans la destruction de l’autre. Un trait caractéristique chez les schizoïdes-paranoïdes.

De toute évidence, il est impossible de faire l’économie d’une approche de sémiologie psychiatrique pour comprendre et  analyser toutes ces manifestations de signes, de syndromes et de symptômes  observés au cours des états de troubles psychiques et d’hystéries collectives récurrents chez les sujets intégristes musulmans.

En effet,  rien ne peut justifier l’ampleur de leur réaction si ce n’est leur propre mal-être et leur profonde souffrance qui leur font perdre tout sens de la raison, se réfugiant ainsi dans un univers idéalisé  complètement déconnecté de la vie réelle qui serait la  contrepartie de l’amertume de leur existence mais qu’en même temps ce monde fantasmé et halluciné devient accessible s’ils réalisent la mission messianique dans ils se sentent investis.

Oisifs, marginalisés, ghettoïsés, asociaux, borderlines, ils sont comme des corps sans âmes, incultes, assoiffés de revanche sociale pour certains, nourris de la haine de l’Occident et de tous ceux qui n’ont pas leurs attributs psychosociologiques, désuets, réactionnaires, pris dans un tourbillon de délires cosmiques, ethnocentriques et égocentriques ils s’imaginent les maîtres du monde alors qu’ils en sont la lie. Endoctrinés outrancièrement, ils trouvent une compensation dans l’enseignement religieux à la misère sociale et psychoaffective de leur vie. Ainsi, la religion devient un marchepied pour leur gloire future dans un monde meilleur dans l’au-delà. Ils ne peuvent pas par conséquent tolérer que l’on puisse remettre en question, dénigrer ou ridiculiser leur univers fantasmé et idéalisé qui leur permet de transcender leur grande détresse humaine et leur désespoir de la vie. Vouant un véritable culte à la mort sacrificielle, ils se veulent les brigades des martyrs sur la voie d’Allah.

En se muant ainsi en fer de lance de leur religion, ils se dotent d’un statut propre aux organisations sectaires et mafieuses qui leur octroie  des privilèges que la société ne leur a pas donné.  Erigés en protecteurs  et vengeurs de leur foi souvent pour des futilités, alors que leur religion est synonyme d’archaïsme et de sous-développement, ils sortent du bois affublés de leur barbes et kamiss afghans à chaque fois que leur religion fait l’objet de moquerie, comme des rats sortant de leurs tanières, agitant le spectre de la violence réactionnelle, promettant les pires châtiments aux insolents. Dans ce contexte, où deux visions antinomiques du monde s’affrontent, où les uns utilisent le langage de la raison et les autres emploient le langage de l’inquisition, il est somme toute logique que les intégristes musulmans comme les pseudos musulmans modérés puissent répondre de manière appropriée et adaptée à tous ceux que le comportement irrationnel et immodéré des musulmans interpelle.

En répondant d’une manière qui dépasse l’entendement humain, ils ne font que valider les accusations hostiles et inamicales à l’égard de l’Islam. Il est légitime qu’ils expriment leur indignation face aux  griefs de violence, de fanatisme et d’intolérance dont on gratifie leur religion, mais ce qui est surprenant au lieu de les infirmer par une attitude civilisée et républicaine, ils se font fort de les conforter et renforcer la thèse du caractère intrinsèquement violent et liberticide de l’Islam. Au lieu de circonscrire un feu de paille, ils en font un incendie gigantesque capable d’embraser le monde. Voilà comment une simple affaire de caricature prend les allures d’un Tsunami planétaire. Partout dans le monde, on installe des digues pour se protéger du ras-de-marais et des torrents de boue islamiste qui risquent de l’emporter.

Ceci démontre surtout que le monde musulman est immature, à contre-courant du monde contemporain, aux mœurs moyenâgeuses, miné par le sectarisme et la bondieuserie, le plus grave est qu’il est en pleine décomposition cellulaire.  Il ne s’indigne jamais pour les crimes terroristes accolés à sa religion mais il s’indigne pour un simple fait de droit humain qu’est la liberté d’expression. Il est vrai que le mot liberté n’est pas leur vertu première, inconnu du texte fondateur de l’Islam. Le paradoxe chez les musulmans est qu’ils sont les premiers à revendiquer la liberté de religion en Occident mais qu’ils sont aussi les premiers à réclamer la censure de la liberté d’expression, outre leur intolérance dogmatique au droit à la différence et à la liberté de culte au sein de leurs propres pays.

Charlie Hebdo n’a pas tué le Prophète en le caricaturant sous des traits grossiers et humoristiques qui  au sens du droit français n’est ni un délit, ni un crime, il n’a fait que traduire de manière acerbe et authentique l’image que les intégristes brossent eux-mêmes du Prophète. Quant à sa satire qui leur  semble déplaisante, elle est conforme aux lois de la République, mais sur-réagir avec une telle violence et vouloir appliquer la loi du Talion est une violation criminelle des lois républicaines. L’outrecuidance dont les musulmans radicaux font preuve est autrement plus inquiétante quant à l’avenir sombre qui se profile dans l’horizon des démocraties occidentales.

On peut très bien imaginer demain un maire de confession musulmane ou même pas, dans une commune où vit une forte minorité musulmane prendre un arrêté municipal pour interdire la vente sur le territoire de sa commune d’un livre qualifié d’anti-islam au motif qu’il est susceptible de provoquer des troubles d’ordre public parce qu’il est attentatoire à l’honneur de ses administrés musulmans qui sont surtout son fonds de commerce électoral. Ce qui met à nue les limites du droit de vote dans les élections locales accordé aux étrangers non-communautaires. Evidemment qu’un tel arrêté relève de l’utopie mais rien n’est à exclure pour autant.

Quand bien même Charlie Hebdo aurait gaffé, il revient à la justice de qualifier pénalement cette éventuelle offense à l’honneur du Prophète. Nul n’est au-dessus des lois, comme nul n’est censé ignorer la loi pour quelque motif que ce soit, surtout quand on veut se prévaloir du sacré pour interdire la liberté d’expression. Quand on vit dans un Etat de droit et que l’on ne manque pas une occasion pour revendiquer sa liberté de religion, il faut savoir que la contrepartie est le respect total et absolu de l’ordre républicain.

De la même façon que la liberté de religion est inscrite comme la liberté en lettres d’or dans la Charte Universelles des Droits de l’Homme et du Citoyen considérée pourtant comme incompatibles aux préceptes coraniques, les musulmans doivent savoir que la liberté d’expression l’est aussi, et sinon plus du fait de son universalisme et rationalisme. Elle n’est ni pénalisante ni oppressante  pour l’homme, elle le maintien pas non plus dans une armure carcérale comme la religion ni ne cherche  non plus à l’aliéner, elle est libératrice et constitue un facteur fondamental d’enrichissement humain et de rapprochement entre les hommes.

La liberté de religion divise les hommes, la liberté d’expression transcende les clivages et les barrières linguistiques, culturelles et ethniques, elle est un langage véritablement universel. La religion est pour la liberté, ce que la mort est pour la vie. Contrairement aux assertions des croyants, il n’y a pas plus sacré que la liberté dans toute ses formes et ses reliefs. Qu’est ce qu’il y a de plus vital chez l’homme si ce n’est sa liberté seule à même de l’aider à briser les chaînes de sa prison mentale dans laquelle l’enferme la religion ?

Ce n’est pas par hasard que les pays de la théocratie musulmane répriment la liberté d’expression de peur qu’elle ne serve de révélateur à la nature liberticide de la religion. On réprime la liberté pour mieux dominer l’esprit des gens et maintenir sur eux cette chape de plomb qui obstrue leur voie sur le chemin de la dignité. Un système de croyance ne peut fonctionner et prospérer que sur le sentiment de comptabilité et de rédemption, aussi pour se maintenir et se développer, il ne peut se résoudre à l’existence d’un système réfléchi et raisonné démystifiant son imposture. C’est pourquoi, la religion censure et prohibe la liberté, jugée comme un sacrilège, car elle donne aux croyants les outils qui leur permettent de s’en affranchir et entrer dans l’âge adulte.

Salem Benammar

Les 3 voyous de Créteil n’ont fait qu’exécuter la fatwa musulmane qui frappe les juifs ces ennemis de Mahomet

Quelle lecture mes douces et immaculées colombes musulmanes qu’Allah les protège des prédateurs qui les convoitent vont-elles faire cette incroyable expédition purificatrice de Créteil digne des plus grandes razzias mahométanes menée par 3 braves jeunes vaillants djihadistes contre ceux que le Coran traite de singe qui ordonne leur mort, le viol de leurs femmes et l’accaparement de leur richesse ? Ils n’ont commis aucun crime le crime est de les condamner au nom des lois trop imparfaites pour des êtres parfaits qui ne peuvent qu’être jugés que par le tribunal d’Allah. Notre justice inique et aveugle qui plutôt que de condamner les juifs pour leur insoumission à Mahomet  va commettre une erreur judiciaire impardonnable en traduisant devant ses tribunaux 3 des membres de la caste des Seigneurs de l’humanité de la graine de Merah et de Nemmouche.  Heureusement qu’Allah saura réparer cette grave injustice et innocenter ces pauvres victimes de la justice humaine. La France n’a toujours pas compris que ce n’est pas l’islam qui est déviant et transgressif ce sont ses lois qui sont incompatibles avec les prescrits de l’islam. C’est pourquoi il y a une nécessité absolue à les adapter afin de ne pas faire des musulmans qui appliquent scrupuleusement les règles de bonne conduite de cette immense religion du respect de la vie humaine et de la grande fraternité humaine des vulgaires criminels. Un musulman n’a pas à être jugé par des juges qui ne rendent pas justice au nom d’Allah. De quel droit droit les juges français se permettent-ils de qualifier en crime ce que le Coran juge comme un acte licite et donc conforme au droit musulman ? Tuer un juif, le violenter, le voler, lui faire subir des sévices sexuels et corporels, l’humilier, le diaboliser, le discriminer c’est autorisé par le Coran et recommandé par celui que les musulmans désignent comme le Hobereau de l’humanité Ce qui doit rester impuni aux yeux de le justice jute, impartiale et humaine d’Allah ne doit pas être puni par une justice inhumaine, partiale et injustet surtout guidée par ses préjugés anti-musulmans.
Quel sacrilège ! Quel déni de droit ! Quelle offense faite aux valeurs sacrées de l’islam ! Un sacrilège impardonnable dont les juges devront répondre un jour devant le Tribunal islamique présidé par Allah et dont Mahomet est l’avocat général qui requiert  exclusivement contre ceux qui avaient cru en son Message.  Les trois malfaiteurs ne sont en réalité que des justiciers qui n’ont fait qu’exécuter une sentence coranique, frapper les juifs là où ils se cachent y compris chez eux.  Ils ne sont en sécurité nulle part et aucun refuge ne les met à l’abri de la vengeance musulmane. Selon Abou Hourayra  le Messager de d’Allah a dit: L’heure ne se lèvera pas avant que les Musulmans ne combattent les Juifs, au point que le Juif se cachera derrière les rochers et les arbres. Les rochers et les arbres diront alors: « O Musulman! Voici derrière moi un Juif, viens le tuer ».(rapporté par al-Boukhari, n° 3593).

 

Et si les musulmans de France étaient la cinquième colonne ?

Photo non datée de Hervé Gourdel

C’est incroyable combien les musulmans soft défendent l’image de leur islam. Des millions de musulmans de France, on ne dit jamais pourtant les laïcs de France par exemple, vont sortir cet après-midi dans les rues après le grande prière du vendredi non pas pour défendre l’image de l’islam qui serait ternie par les islamistes mais pour condamner expressément les décapitations.

Mais c’est trop beau pour être vrai, ils ne seront guère que quelques uns à s’indigner des dérives sanguinaires de leurs coreligionnaires radicaux.  Quand ils manifestent c’est pour protester contre l’amalgame fait entre l’islam et l’islamisme sans pour autant être capables eux-mêmes de faire la différence entre les deux et s’adonner à leur exercice favori de veuves affligés histoire d’apitoyer l’opinion publique sur leur sort.  Jamais les musulmans ne condamneront les décapitations  des captifs commises au nom de leur religion. Ils ne sont pas suicidaires au point de désapprouver publiquement ce qu’Allah par la bouche de Mahomet ordonne.

A leur place je ferais une lecture publique des versets qui fondent l’action terroriste des leurs. C’est plus parlant et honnête. Dissimuler la vérité est un dogme religieux chez eux. Ils peuvent toujours battre le pavé avec leurs babouches mais ils ne peuvent tromper personne quant à la nature criminelle et barbare de leur religion. 

Ne soyons pas dupes des bonnes paroles des figures médiatiques de l’islam de France, une véritable insulte à l’islam lui-même, qui ne sont en réalité que de vulgaires agents de communication pour faire redorer son blason taché du sang de James, Steven, Hervé et David. 
L’opinion publique a besoin de gages concrets sur la réelle volonté des musulmans de s’intégrer dans l’espace républicain et leur renoncement à la violence terroriste telle qu’elle est stipulée dans le Coran. .

Il ne suffit pas de seriner que les musulmans de France sont attachés aux valeurs de la république et que l’islam est la religion de la paix, comme si la paix avait besoin de l’islam comme porte-drapeau, il faut que les musulmans de France fassent un choix entre l’islam et la république à cause de l’incompatibilité organique entre les deux. Si vraiment ils étaient fiers de leur francéité, pourquoi se définissent-ils tous musulmans d’abord avant d’être français ?
Est-ce à dire qu’ils sont prêts à trahir la France au profit de l’E.I. par exemple ? 

Hervé Gourdel n’a-t-il pas été livré aux djihadistes algériens par son propre compatriote mais qui était avant tout musulman. Son guide présenté comme étant franco-algérien, une avbarration juridique, était surtout infidèle à la France, « terre mécréante et donc de conquête », et fidèle à ses coreligionnaires terroristes dans le pur respect des prescriptions coraniques.

Les musulmans ne sont jamais responsables de rien

Le cheikh explique à ses étudiants que la Terre ne peut pas tourner sur elle-même, pas plus qu'atour du soleil. - / Capture écran Dailymotion

Un torchon électronique tunisien écrivait que c’est la faute aux ennemis des arabo-musulmans que si la majorité des pays « arabes » est en pleine déliquescence humaine.

C’est comme  si les divisions entre les sunnites et les chiites, les querelles intestines,  la haine érigée en dogme religieux, les guerres larvées et la haine viscérale entre les arabo- musulmans qui puisent leur source  de l’histoire originelle de l’islam est un phénomène nouveau et que ce serait la faute d’Israël et des Etats-Unis s’ils en sont là aujourd’hui.

Dès la mort de Mahomet, les arabes islamisés n’ont jamais raté l’occasion de se tuer entre eux comme des fauves se disputant à mort leur proie et à transformer leurs lieux de culte en abattoirs.

Accuser le Qatar, l’Arabie, la Turquie, Israël et les E.U. et pourquoi pas l’Abbé Pierre d’être responsables des 500 000 morts au cours de ces trois dernières années c’est faire fi de la culture crimnogène de l’arabo-islamisme et l’innocenter ainsi de ses centaines de millions de morts au cours de 1435 ans.

Les arabo-musulmans sont blancs comme neige et doux comme un agneau ! Mince alors il n’y a que l’islamo-incompatible de mon espèce qui l’ignore. Il faut être cons et débiles pour victimiser les arabo-musulmans. S’ils en sont là aujourd’hui qu’ont-ils fait pour s’immuniser contre l’obscurantisme, l’ignorance, l’endoctrinement religieux, le pouvoir exorbitant des imams, l’immobilisme, le dégoût de la vie …? A quelle source nauséabonde et polluée s’abreuvent-ils ? Non la vraie cause de ces 500 000 morts  tués au cours de ces dix dernières années au nom d’Allah cette horrible divinité sanguinaire est l’islam lui-même.

Qu’ont-ils fait pour bâtir des sociétés démocratiques et pour l’éducation de leurs peuples ? Israël consacre plus de 12% de son PIB à l’éducation, l’Egypte à peine 2%. Quel est le nombre de brevets d’invention cumulés de tous les pays dits musulmans qui serait judicieux de les comparer avec ceux de la Corée du Sud ? 97000 brevets pour ce dernier contre à peine 2500 pour les pays pollués par les déchets radioactifs de l’islam. Soit 1/40 ième.

Ne voilons pas le soleil avec un tatamis comme le dit si bien un proverbe tunisien. Le ver est dans le fruit arabo-musulman lui-même. Quant aux fameux comploteurs, ils n’ont fait que raviver les foyers d’incendie jamais éteints.  

Le jour où ces peuples soumis à l’islam apprendront  à se remettre en question et auront atteints l’âge adulte, ils comprendront qu’ils sont surtout les victimes d’eux-mêmes et de leur substrat religieux infantilisant et déresponsabilsant.  Le bouc-émissaire est le seul remède aux innombrables maux de ces peuples.

 Tant qu’ils ne sont pas maîtres de leur destin humain et politique,  ils ne pourront guère échapper à leur statut de pions sur l’échiquier de la politique internationale des grandes puissances.  On ne peut pas être acteur de la vie internationale quand on est pas maître de sa propre pensée, de concevoir, d’élaborer et de réaliser les choses par soi-même.  Un musulman n’est pas censé agir par lui-même,  il ne fait qu’accomplir ce qu’Allah lui dicte,  c’est pourquoi il ne peut adopter la moindre stratégie lui permettant de contrer les desseins velléitaires et hégémoniques de ses ennemis. La vraie question qu’il convient de poser pourquoi les musulmans et en l’occurrence les peuples arabisés islamisés sont incapables d’inverser le cours de l’histoire et de renverser les vapeurs ? 

Pour mieux digérer l’amertume de leur défaite plutôt que d’en  tirer les leçons pour ne plus reproduire les mêmes erreurs et se remotiver pour les futures joutes militaires et politiques, ils n’ont d’autre recours que de se défausser sur lsraël dont ils feraient mieux de s’inspirer de son modèle de développement humain et technologique,  les E.U. et ses satellites qataro-saoudiens,  c’est un aveu de faiblesse et d’impuissance. Ca ne fera pas grandir ces peuples, ça les fera  rabaisser davantage.

 

Pourquoi Tarek Ramadhan est un homme dangereux

La gangrène islamiste diffusée par Tarek Ramadhan et son acolyte Qaradhaoui est mortelle pour les sociétés humaines.
Il faut la débusquer, l’attaquer partout où elle se trouve. Il ne faut pas la laisser proliférer avant qu’elle n’ait corrompu toutes ces masses désœuvrées et sans perspectives sauf les promesses de l’érection éternelle et des rivières de vin.
Ces masses incultes et fantisées à outrance consituant un véritable vivier pour les islamistes qui peuvent transformer ces despérados de la vie en autant de bombes humaines.
Ainsi cette gangrène se décline en plusieurs variantes du hard façon Qaradhaoui au bling-bling sur le modèle de ce caméléon de Tarek Ramadan, petit-fils d’un grand admirateur du Führer nazi, antisémite notoire et obsédé par la renaissance (Ennahdha du Califat), le Reich islamique, aboli par Kamel Atatürk. Cet agent djihadiste idolâtré par les élites en herbes musulmanes partout dans le monde, est un orfèvre hors pair dans l’art de la takkiya, donner l’impression à son interlocuteur que tout ce qu’il dit est vrai sans avoir besoin de le justifier lui-même.
Se voulant toujours rassurant publiquement afin de ne pas réveiller la méfiance de son auditoire non-musulman tout en tenant un tout autre discours auprès de ses coreligionnaires. Retors, il use de toutes les manoeuvres pernicieuses pour endormir la vigilance de ses détracteurs en se parant de son sourire de gendre idéal qui cache un prédateur redoutable.
Comme tout islamiste convaincu, il adapte son langage en fonction de ses interlocuteurs et des circonstances.
Se voulant l’héritier de la pensée de ce grand-père maternel inhumaniste, antisémite, créature du colonialisme britannique et philonazi patenté, il s’inscrit dans la continuité de l’œuvre scélérate de ce grand-père auquel les islamistes tunisiens vouent un véritable culte. Non seulement sa visite est indésirable en tous points de vue mais également cet homme devrait être mis en quarantaine à cause du virus wahhabite dont il est porteur et susceptible de provoquer une véritable pandémie mortelle.
Il est insultant à la mémoire des victimes de la barbarie nazie ainsi que la barbarie wahhabite que cet homme soit le chouchou des médias en Occident.
Comment un homme qui n’a jamais renié l’héritage idéologique de son grand-père paternel pouvait bénéficier d’autant d’audience dans les médias occidentaux qui lui déroulent aveuglement le tapis rouge ? De même que les autorités politiques occidentales le laissent répandre son poison haineux dans les cités-émirats.
Adoubé et sponsorisé par l’Emir du Qatar qui lui a acheté sa chaire d’islamologie, comme si l’islam pouvait être bune science fondamentale à moins qu’il ne s’agisse du fondamentalisme musulman fondamental, Tarak Ramadhan est le premier agent de propagande de l’islam ou islamisme modéré.
Au même titre que le P.S.G. il est la vitrine publicitaire de ce caillou désertique qui corrompt tout et achète tout. C’est un véhicule publicitaire, un homme sandwich, dont le rôle de faire la promotion des valeurs idéologiques rétrogrades et ultra-conservatrices.
Il se doit à toutes ses sorties publiques de donner une image idyllique et enjolivée de l’islam modéré comme celle qu’il cherchera à vendre aux Tunisiens.
Séducteur et hâbleur né et bonimenteur il a l’art d’embobiner son auditoire comme un arracheur de dent.
Les premiers bénéficiaires de cette visite qui sera hyper médiatisée seront les islamistes tunisiens.
Cette visite est criminelle et néfaste pour l’identité nationale. Elle ouvre la voie au futur Califat wahhabite.
Ne prenez pas cette visite comme une simple visite de courtoisie, elle est lourde de sens idéologique. Pire que celle de son compatriote le boucher du Caire Wajdi Ghénim . Il n’y a pas de parole innocente chez les islamistes.
Chaque parole porte en elle les germes du poison de la théocratie islamique. Liberticide, totalitaire, despotique, raciste, féminicide et nazie.

Je n’offense personne quand je dis que j’aime cette part de juif qui m’irrigue

Je ne sais pas ce qu’il y a d’offensant, de scandaleux et d’obséquieux d’exprimer mon amour pour le peuple juif dont ma famille est issue et à laquelle les envahisseurs-génocidaires-barbares arabes ne lui avaient guère laissé le choix soit l’islam soit la mort ?
Aimer cette part du juif qui est en moi est légitime et fondé, et quand bien-même je n’aurais pas de parenté génétique avec les juifs ils ont et auront toujours mon respect, je ne comprends pas que celui puisse déclencher un tollé général, déchaînant des passions antisémites et que cela fasse l’objet une véritable campagne de pure calomnie à mon égard sur les réseaux sociaux telle cette crucifixion du style je n’aime pas les sionistes mais j’aime les juifs que j’ai relevée sur Facebook émanant d’une femme-médecin et qui résume l’aversion des tunisiens pour les juifs: « toi qui dénonces la Haine , tu n’es qu’un pur concentré de HAINE …ménages[e] tes propos et soignes[e] ta PARANOÎA [paranoïa] ; tu prétends être humaniste , les humanistes n’incitent pas à la haine de l’autre ..avec ton amalgame « musulmans=islamistes » , tu es à côté de la plaque ..Ouf : ça fait longtemps que je t’ai dans le collimateur , tu es sioniste , donc pire qu’un islamiste ..je te laisses le temps de digérer tout ça , puis exit : mes amis dont beaucoup de juifs qui m’honorent ne sont pas sionistes ». Elle aurait dû plutôt ponctuer son commentaire par « je n’ai rien contre les juifs car j’ai beaucoup d’amis juifs ». Histoire d’occulter ses préjugés anti-juifs.
Je suis au regret de dire que la majorité des tunisiens est viscéralement anti-juive et raciste.
La violence inouïe de leur réaction nauséabonde ne fait qu’apporter de l’eau à mon moulin quant à leur esprit d’intolérance et fanatisme dogmatique.
Ils oublient tous leurs origines plurielles et qu’ils n’ont d’arabes que leur propre haine de la Tunisie et le complexe d’un esclave vis-à-vis de son maître.
Je les laisse à leurs délires anti-juifs et non pas antisionistes comme ils veulent nous faire croire, qu’ils sachent toutefois que je ne suis pas un mercenaire de la plume ni un agent du Mossad. Mes revenus sont transparents et imposables, inutile qu’ils spéculent sur la source de mes moyens de subsistance.
Réputés pour être des défenseurs acharnés de la Palestine qu’ils aillent donc la libérer eux qui ont vendu leur pays au Qatar et qui pratiquent le proxénétisme halal.. Me couvrant d’insultes et d’invectives comme si je les avais outragés dans leur foi inébranlable dans une vérité qu’ils tenaient pour absolue, celle de l’identité arabo-musulmane.
Je suis au regret de dire que la majorité des tunisiens est viscéralement anti-juive et raciste.
La violence inouïe de leur réaction nauséabonde ne fait qu’apporter de l’eau à mon moulin. Ils oublient tous leurs origines plurielles et qu’ils n’ont d’arabes que leur propre haine de la Tunisie. Je les laisse à leurs délires anti-juifs, qu’ils sachent toutefois que je ne suis pas un mercenaire de la plume. Mes revenus sont transparents et imposables, inutile qu’ils spéculent sur la source de mes moyens de subsistance.
Réputés pour être des défenseurs acharnés de la Palestine qu’ils aillent donc la libérer eux que les « vrais » arabes d’Arabie traitent de bâtards et qui ont vendu leur pays au Qatar et qui offrent leurs enfants en offrande humaine et sexuelle pour apaiser l’appétit insatiable de leur divinité cannibale.

Ces trois lycéens israéliens ont été tués parce qu’ils sont juifs comme l’ordonne le Coran

Aujourd’hui des adorateurs  maléfiques d’Allah ont plongé des familles israéliennes et tout le peuple juif dans l’effroi et l’horreur réveillant en eux le cauchemar de la Shoah et la malédiction éternelle qui frappe ce peuple connu pour sa grande faculté à s’adapter aux environnements les plus hostiles et pour son immense contribution dans l’édification de la soi-disant civilisation arabo-musulmane et son apport multiple et incommensurable au bien-être humain. S’il y a un peuple auquel le monde est redevable dans les domaines des sciences médicales, artistiques, biotechnologiques, culturels, sciences sociales et humaines, linguistiques, etc.. c’est bien le peuple tant honni par les musulmans depuis 1435 ans.
3 gamins arrachés à l’affection de leurs familles parce qu’ils sont juifs. Des enfants qui auraient pu être nos enfants comme ceux lâchement abattus à Toulouse. Depuis 17 mois des musulmans tuent le juif partout où il se trouve et appellent à sa mort. Des prémisses d’une nouvelle Shoah commencent à se faire sentir.
Ces trois jeunes juifs sont tués parce que le Coran a ordonné leur élimination. Le conflit israélo-palestinien est un cache-sexe pour pour protéger l’opinion public du virus sidéen musulman.
Depuis 5000 ans que les Juifs sont victimes de racisme et subissent des pogroms et des exactions alors que ce fameux conflit était inconnu de l’histoire.
Pourquoi le monde musulman et pas seulement lui a-t-il tant haine pour leurs semblables humains car ils ils sont tout simplement juifs. Ennemis de Mahomet a-t-on dit ? Mais c’est leur droit de ne pas l’adouber n’est-ce pas ? Pourquoi Mahomet au lieu d’être bon joueur et reconnaissant pour leur accueil à Yathreb, la Médine, n’a pas trouvé pour leur témoigner de sa droiture d’esprit et de sa gratitude que déverser sur eux un torrent de boue nauséabond dans son livre et de les gratifier de tous noms d’oiseaux non sans avoir au passage leur a fait goûter la cruauté de sa personnalité.
Pourquoi n’y a-t-il plus de juifs dans ces terres jadis judaïsées ? Ces pauvres gamins n’ont pas choisi de mourir, des musulmans ont choisi de les tuer pour purifier cette terre colonisée un temps par l’islam mais qui devient musulmane pour toujours selon la loi islamique.

En France on avait condamné Dreyfus parce qu’il était juif, les musulmans tuent aujourd’hui les juifs parce que leur religion en a décidé ainsi. Jugés comme ennemis originels de l’islam il est du devoir de tout musulman d’exécuter la sentence de mort éternelle décrétée par Mahomet.
Paix à leurs âmes ainsi qu’à tous les juifs victimes de la barbarie musulmane partout dans le monde. Chaque humain qu’on tue est une part de moi-même qui s’éteint.

Que deviendraient les musulmans sans le sionisme leur sempiternel alibi ?

A ceux qui veulent m’enfumer, me détourner  et me distraire avec leur théorie nauséabonde du complot sioniste, qui sous-entend juif chez eux, qui tue ses apostats, décapite les otages, se livrent à la prostitution halal, commet des crimes contre l’humanité, mène une croisade acharnée contre les autres religions, opprime et réprime et les libres-penseurs aujourd’hui, je dis bien aujourd’hui, est-ce l’islam ou le sionisme, de l’hébreu Sion, nom des collines de Jérusalem, devenu un mouvement politique de caractère messianique à la fin du XIX e siècle et dont le fondateur Theodor Herzl serait un saint homme en comparaison avec le fondateur de la secte mahométane ?

Qui est un frein au développement humain et  présente un réel danger pour la petite enfance ? Qui massacre les siens en Syrie, en Irak, en Tunisie, en Afghanistan, au Soudan et son lot des millions de morts,  au Pakistan, en Libye et hier en Algérie c’est encore l’islam ou le sionisme ?

Qui pose des bombes dans les lieux de culte et met en péril la pérennité de l’humanité est-ce l’islam ou le sionisme ?

Qui est entrain de somaliser la Tunisie, de liquider physiquement lers hommes politiques, de massacrer ses forces de l’ordre, de transformer ce pays en mouroir à ciel ouvert, de dégrader son image, pour en faire un pays pourvoyeur de main d’oeuvre sexuelle et djihadiste après avoir été un symbole du bien vivre ensemble et un havre de paix pour ses enfants indépendamment de leurs croyances est-ce le sionisme ou l’islam ?

Qui a vendu sa patrie au nom des intérêts supérieurs de son idéologie et s’illustre par l’exécution sommaire et atroce des opposants politiques en Tunisie est-ce des musulmans ou des sionistes ?

Qui défend son territoire et a fait de sa terre un vrai modèle de développement économique, industriel, technologique, culturel, scientifique, éducatif, social, universitaire, bio-médical, sociétal est-ce l’islam ou le sionisme ?

Qui menace publiquement le monde de le mettre à feu et sang, qui tient des propos fracassants et inquiétants quant à la reconquête  l’Espagne, la chute du Vatican, et veux imposer ses lois criminelles, scélérates et racistes  au monde  est-ce l’islam ou le sionisme ?

Qui excise, mutile, égorge, s’enivre du sang des chrétiens syriens et irakiens, appelle au meurtre des « mécréants »,  exalte, sanctifie l’utra-violence ,rackette les les chrétiens, détruit leurs lieux de culte, viole et kidnappe leurs femmes et les assimile à des sous-hommes ainsi que pour les juifs, est-ce l’islam ou le sionisme ?

Qui incite aux pratiques de la pédophilie, de la nécrophilie, du cannibalisme, traite la femme au XXI e siècle comme  objet sexuel, un être dépourvu de foi et de raison, qui ordonne sa lapidation et fait d’elle coupable de son viol, qui la prive de ses droits les plus élémentaires  est-ce franchement l’islam ou le sionisme ?

Qui est le responsable de la quasi totalité des attentats terroristes dans le monde depuis ce funeste jour du 11 septembre 2001 est-ce l’islam ou le sionisme ?

Qui encore ne reconnaît à l’homme le droit à la liberté de conscience et de culte est-ce l’islam ou le sionisme ? Tout parallèle avec le sionisme est inopportun et insultant pour ce dernier qui oeuvre pour la pérennité de la patrie contrairement à l’islam qui n’a de cesse tant qu’il n’a pas détruit les Etats-nations pour leur substituer le Reich islamique, l’Oumma.

La réalité des faits ne plaide aucunement en faveur de l’islam et personne au monde ne peut lui tordre le cou et la travestir, En l’état actuel de la déferlante de la barbarie humaine sur les pays musulmans tout indique que l’islam porte en lui tous les germes de crime contre l’humanité.

Quand bien même le sionisme serait une idéologie satanique, malfaisante, totalitaire et génocidaire ce dont Il est permis de douter, et à supposer que les laudateurs de l’islam soient à même de prouver le contraire, ce n’est pas pour autant une raison pour esquiver la haute toxicité de l’islam et le draper dans sa vertu.  Un criminel doit répondre de ses actes et non pas chercher à les occulter en prenant comme argument les prétendus crimes d’autrui. Les musulmans sont restés des éternels adulescents, immatures et irresponsables. Ils sont comme cet enfant dans la cou de récré que sa maîtresse attrape la main dans le sac entrain de voler des bonbons dans le cartable de son camarade et qui pour sa défense présente comme excuse, pourquoi vous m’incriminez alors qu’il y en a d’autres qui le font. Ces autres n’ont pas pris pourtant en flagrant délit de vol. S’il y a aujourd’hui un coupable avéré c’est bien l’islam.

Ce ne sont certainement pas les musulmans qui vont accuser l’islam d’enrégimenter les brigades de terroristes et de nymphomanes souvent mineures. Les prostituées d’Allah qui livrent leurs corps aux terroristes ne sont pas sionistes, elles sont musulmanes. Les djihadistes tunisiens qui mènent la guerre de la terreur dans les pays du Levant, peu importe l’identité de leurs commanditaires, ne sont pas non plus des sionistes ils sont des musulmans pris dans le tourbillon de l’ivresse du paradis promis par Mahomet aux criminels qui oeuvrent dans la voie d’Allah.

Le sionisme qui n’a jamais fait de l’islam son bouc-émissaire  ne doit pas servir de voile pour masquer les atrocités abominables imputables aux musulmans ni  d’alibi grotesque pour innocenter l’islam.

Et si l’islam est une maladie invalidante ?

Comment peut-on croire en des âneries pareilles ?

Comment peut-on tenir de tels propos aussi nombrilistes et suprématistes et à forte connotation raciste  ?  Que l’on loue les vertus de sa religion dans une chanson, cela est tout naturel mais de  là à faire preuve d’un complexe de supériorité d’une rare violence mégalomane,   cela laisse présager un avenir trouble pour l’humanité et les desseins impériaux de l’islam.

Selon les termes  de cette chanson  propagandiste dans laquelle le mépris de l’autre et le narcissisme pathologique se confondent,  être musulman est une bénédiction et ne pas l’être une malédiction comme il en ressort de ces paroles creuses et sidérantes « Si tu es musulman tu vivras éternellement et tu seras parmi les gagnants. Si tu es mécréant tu finiras dans les feux ardents de l’enfer et tu seras parmi les perdants en tant qu’enfants de Satan ».

Des paroles qui en disent longs sur l’ego sur dimensionné des musulmans et leur morgue suffisante.

Etre homme n’est pas être musulman, c’est d’abord assumer l’humain qui est en soi et être digne de son humanité.

On ne juge pas les hommes à l’aune de leur croyance, on les juge sur leurs vertus humaines. L’Abbé Pierre, à lui tout seul vaut les milliards de Mahomet. Bilan contre bilan. Créditeur pour l’un et très déficitaire pour l’autre à l’image des retards abyssaux du monde musulman sur le reste du monde. 

L’islam est une malédiction pour ses hommes plutôt qu’une chance. Il est un voile sur leur horizon comme le linceul dans lequel on enveloppe les cadavres.

Il est le culte de la mort érigé en dogme religieux.

Quand on veut tirer un trait sur la vie et sombrer dans les affres du désespoir, il n’y a pas que l’islam pour y arriver.

Demander à un musulman de faire preuve d’humilité et de modestie autant lui demander d’abjurer l’islam. Bourré de certitudes inébranlables depuis qu’il est au stade fœtal il ne peut remettre en question sa nécrose congénitale.  Inscrite dans son patrimoine neuro-génétique elle n’est pas sujette à modification comme son brûlot de haine.

Si l’islam était foi il n’aurait pas pavé la voie du ciel par les corps des non-musulmans et aurait sanctifié la violence et faire de la luxure une promesse pour la vie dans l’au-delà.

L’islam n’est pas un prix gagné dans les compétitions humaines pour conférer gloire et honneur à son vainqueur, il est surtout un obstacle infranchissable pour tout humain qui aspire à aller de l’avant dans sa quête du progrès et de son investissement dans le bien commun de ses semblables humains.

L’islam n’enseigne pas aux hommes d’œuvrer pour la vie sur terre et de sa préservation pour la génération future, il est la négation de la vie au profit de la grandeur d’un divin mortifère et jamais repu de chair humaine.

Chantez ce que vous voulez, si cela peut compenser vos frustrations d’avoir tout raté sur terre, mais apprenez que la vanité et la vantardise sont des péchés mortels.

Vous gagnerez du crédit par vos actions en faveur du bien-être commun de l’humanité.

Sans arrière-pensée ni prosélytisme, mais je crains que cela ne soit mission impossible pour vous.

Votre prophète autoproclamé  qui n’est pas absolument pas un  parangon de vertus humaines  pour pouvoir figurer à la tête du palmarès des pires ennemis du genre humain.  Mais pour flatter leur ego d’éternels loosers ils ont décrété  de l’introniser sur la  première  marche du podium de l’humanité, une humanité qui est surtout musulmane, celle du peloton largué à des années-lumière de celui qui est aux avant-postes de la course.

Rien ne plaide en faveur de leurs délires de grandeur sauf les chiffres des performances terroristes et d’autres qu’il convient de passer sous silence pour ne pas ternir davantage l’image de cette religion qui est à l’amour, la tolérance et la paix ce que fut le bolchevisme aux droits de l’homme.

Soyez humbles, modestes et respectueux de votre prochain non-musulman et quand vous aurez compris qu’il n’y a de frère que l’humain qui vous ressemble et en aucun cas celui que votre religion vous désigne comme tel cela fera changer votre image de vous-mêmes et l’humanité saura mieux vous apprécier sur ce que vous êtes vraiment et non pas sur vos fanfaronnade et vos débilités qui feraient de honte les ânes.

Seule importe la réalité des faits et là franchement vous devez avoir l’honnêteté intellectuelle de reconnaître que vous n’êtes pas les forces vives de l’humanité. Tant que vous vous obstinez  à vouloir détruire l’humanité pour pouvoir la dominer vous ne pouvez qu’accélérer votre propre perte.

L’islam n’a pas plus de respect de la vie humaine que le nazisme

Afficher l'image d'origine

« Ne faites pas l’amalgame et respectons  les musulmans dans leur croyance qui sont les premières victimes de la déferlante terroriste ».  Une litanie récurrente à chaque fois que les activistes musulmans plongent le monde dans l’horreur et surtout insultante à la mémoire des vraies victimes de la barbarie musulmane qui puise ses sources dans les textes fondateurs de l’islam.

Pas de souci en ce qui me concerne même si je ne peux pas avoir du respect pour une croyance aussi barbare, sanguinaire et apparenté au nazisme mais je suis prêt à le faire s’ils arrêtent de nous choquer avec ces images effroyables de fin du monde.

Est-ce que l’islam respecte la vie humaine, apaise le coeur de ses fidèles et condamne l’ultra-violence et la haine de ce qui est différent de soi?  Tous les massacres qui jalonnent notre vie quotidienne portent sa signature. Tous les musulmans ne sont pas des terroristes loin s’en faut mais 100% des terroristes sont des créatures de l’islam et louent Allah à chaque crime accompli.

On ne peut pas accepter l’inacceptable et tolérer l’intolérable au nom de notre angélisme qui n’est que l’expression de notre lâcheté et notre aveu d’impuissance face aux monstruosités des meutes de fauves islamiques.

L’islam ne peut pas  faire ce qu’il veut, c’est aux musulmans de le pacifier, de faire le grand ménage en leur sein ou le quitter. Mais que l’on me demande jamais STP essaye de ne pas ébranler les pauvres croyants dans leur foi. Je ne peux pas croire en leur innocence alors qu’ils sont tenus à appliquer à la lettre tout ce que Mahomet attend d’eux sinon ils ne sont pas musulmans.

Ce n’est pas à moi de changer ma vision de l’islam c’est aux musulmans de changer l’image ultra-violente de leur religion. Quant à ceux qui sont attirés par l’islam quel examen psycho-médical ont-ils subi pour savoir si avec l’islam ils n’ont pas trouvé un écho favorable à leurs angoisses existentielles, à leurs tempéraments agressifs, à leurs désirs de tout faire péter et une justification théologique à leur perversité morale ?

La vérité est que l’islam est un désinhibiteur par excellence. Une drogue dure la pire espèce qui puisse exister qui fait anéantit toute forme d’humanité chez l’être humain et le fait ressembler à un charognard. Un passage à l’état de bestialité où l’homme perd la conscience de soi et de toute  notion de morale humaine. Les barrières tombent,  plus d’interdits, où les tabous sexuels tombent ( l’inceste, la pédophilie, la zoophilie, la nécrophilie, les viols collectifs, l’échangisme ) et les crimes les plus abominables deviennent la norme.

Consommés à forte dose l’islamoroïne est un danger mortel  pour l’humanité tout entière à cause de l’état des pulsions suicidaires de  ses usagers totalement lobotomisés capables de se muer en bombes humaines n’importe où et n’importe quand convaincus de pouvoir gagner l’érection éternelle le stade ultime  que veut atteindre les fous d’Allah. Ils sont comme une armée d’anges de la terreur,  des corps sans vie, des êtres déconnectés d’eux-mêmes, désocialisés, ultra-violents,  uniformisés et robotisés,  facilement reconnaissables à leurs colliers de barbes hirsutes et pouilleuses, leurs robes noires et grises et leurs baskets Nike, marchant sur la ville comme des Godzilla en miniature écrasant tout sur leurs passages. Convaincus que grâce à ce cocktail à base de substances hallucinogènes destructrices  pour le cerveau humain produites par à partir d’un mélange de trois plantes semblables au pavot qu’on appelle le Coran, les Hadiths et la Sira qui sont pour tous les musulmans des plus intoxiqués aux moins intoxiqués leurs feuilles de Kit comme pour les arabes au Yémen. Des êtres surestimant leur force se croyant invincibles, incapables de réfléchir par eux-mêmes, impulsifs et ultra-violents,  offrant le visage de fin du monde et à la mine transpirant la haine et la mort.

 

L’islam n’a jamais été synonyme de paix et de tolérance, il est de la famille du nazisme

Si vous êtes aussi inébranlables dans vos convictions, si votre religion est la vérité plus vraie que la vérité elle-même, si vous êtes aussi tolérants que vous voulez nous le faire croire en cherchant à nous avaler la grosse couleuvre de l’islam du bien vivre ensemble, pourquoi  alors vous êtes allergiques à la critique et vous êtes si fermés au dialogue.

Vous vous enflammez comme une torche imbibée d’alcool à 90% dès qu’on vous renvoie aux images intolérables et insoutenables pour la raison humaine alors qu’elles les mêmes que vous projetez fidèlement de votre religion ?

Vous ne savez que tuer, égorger, massacrer, décapiter, crucifier, lapider, boire le sang de vos ennemis et manger les coeurs de vos propres coreligionnaires qui ne veulent pas adhérer à vos valeurs barbares et inhumaines.

Votre cruauté a atteint des sommets inconnus dans l’histoire universelle des horreurs humaines. Caligula, Tibère, Alexandre le Grand, Gensis Khan, joseph Mengele, Adolph Hitler, Staline, Pol Pot,  Attila le Hun, Jack Ripper, le Marquis de Sade,  César Borgia, Ivan le terrible, Richelieu, Souleiman, Hajjaj, et bien d’autres noms illustres qui ont marqué le palmarès sinistre des crimes atroces apparaîtraient comme  des enfants de choeur à  côté des vos coreligionnaires dont le sadisme en Irak et en Syrie est l’exact reflet de l’islam de Mahomet.

De toutes les religions monothéistes, elle est celle qui exalte la mort et ordonne le meurtre des mécrus. Sanctifiant et  récompensant ses fidèles qui répandent le mort et jamais repue de chair humaine. Le paradis n’est pas seulement à l’ombre de l’épée,  il est avant tout la résultante des performances macabres et atroces.

Ne  dites plus jamais que ce n’est ça l’islam et que mes propos sont les délires d’un islamophobe, une pathologie dont je ne suis pas atteint et qui seraient plutôt la vôtre car c’est de votre peur de l’islam qui vous tétanise totalement, dites que nous avons aujourd’hui un avant-goût de la prophétie du Grand Effroi coranique.

Des fois je me dis si les grands sanguinaires et génocidaires de l’histoire humaine s’ils devaient ressusciter ne seraient-ils pas eux-mêmes effrayés pas eux-mêmes étonnés par votre goût immodéré pour l’excès de violence aveugle et gratuite qui n’est en réalité qu’une réédition grandeur nature de la grande terreur islamique au temps de celui qui se faisait passer pour un prophète. Pour s’imposer et s’affirmer comme prophète qui n’arrive pas à l’être, démuni de toute richesse spirituelle et d’arguments métaphysiques, moqué par les membres de sa propre tribu Qoureisch, désavoué par les juifs et les chrétiens, il a choisi la voie de la violence extrême au point de l’ériger comme un des piliers principaux  de son dogme.  De peur de ne pas tenir ses promesses terrestres, il a trouvé une nouvelle parade :  promettre à ses fidèles les plus cruels et meurtriers l’érection éternelle pour jouir des 72 houris.  Ne prenant ainsi aucun risque de se voir démentir un jour.

Tout s’articule dans votre religion autour de la haine, l’ethnocentrisme, la suffisance, le suprématisme, la surestimation de soi, le mépris pour ce qui est différent de soi, les appels au meurtre, les moqueries, les inégalités, l’hégémonisme, la vanité. On est les meilleurs parce que nous sommes musulmans,Allah nous a élus pour être la plus belle des communautés humaines, le monde nous appartient et nous devons en être les maîtres. C’est en substance votre vision du monde et la finalité que vous lui assignez.
Vous avez vaincu les peuples et propagé votre idéologie morbide,hautement toxique, destructrice des cultures, négatrice du droit à la vie, raciste et liberticide non pas grâce à votre art de la guerre mais à cause de votre état de cruauté extrême que Gensis Khan n’aurait pas désavouée.
Même les coupeurs de tête de Bornéo comme ailleurs ne décapitaient pas leurs victimes pour satisfaire leurs pulsions de mort, il avaient du respect pour leurs victimes comme le rapporte le photographe belge Matthias Ghem : » Les Ibans, fameux peuple coupeur de têtes originaire de Bornéo (Malaisie), vivent dans la jungle du Sarawak au sein de villages traditionnels composés de maisons communes appelées longhouse. La chasse aux têtes était un rituel très sérieux vénéré par tous. Après la décapitation d’un membre d’un clan voisin, le guerrier coupeur de tête devait se battre contre l’esprit qu’il venait de capturer. Les têtes étaient ensuite ramenées au village et cachées à l’abri des prédateurs dans le foyer de la longhouse, où elles y étaient vénérées, après avoir été fumées Pour l’anecdote, les têtes les plus estimées étaient celle des femmes et des enfants. »
Ne dites surtout pas que les crimes abominables dont vos coreligionnaires se rendent coupables en Irak, en Syrie et là où votre religion répand son venin mortel et son sel infertile pour nos terres sont étrangers à l’islam de Mahomet, faites surtout votre examen de conscience si vous en êtes encore capable, et apprenez à vous remettre en question et à vous poser les bonnes questions sur la vraie nature de votre religion qui à force de semer la mort autour d’elle ne va-t-elle pas finir par récolter ce qu’elle est entrain de semerE ?
En quoi l’islam est paix et défiguré par les siens alors qu’il est fermé à la compassion et à la pitié humaine ?
A n’en pas douter au vu des images apocalyptiques qui proviennent d’Irak transformé en abattoir à ciel ouvert où l’on égorge les humains comme on égorge les poulets abandonnant leurs cadavres à l’appétit des charognards, nul doute que l’islam n’est pas une religion humaine, elle est d’essence satanique et nazie.

Si la barbarie avait une religion ce serait l’islam

Pour plaire aux musulmans et ménager leur susceptibilité légendaire, je vais apprendre à travestir et enjoliver les images hideuses et effroyables dignes du film d’Apocalypse Now qu’ils nous renvoient eux-mêmes en boucle de leur propre religion.

Désormais, il ne faut plus dire que l’islam n’est pas soluble dans la démocratie, il faut dire que la démocratie est incompatible avec l’islam. Il ne faut plus dire que les musulmans sont achetés par Allah, il faut dire que c’est eux qui en sont les propriétaires.Il ne faut plus dire que les musulmans sont dépourvus de libre-arbitre, il faut dire que l’islam l’école par excellence de la liberté de choix et le stade ultime de la raison humaine. Il ne faut plus dire que le Coran assimile les juifs, les chrétiens et les insoumis aux singes  aux porcs et aux chiens, il faut dire que ce sont les animaux préférés des musulmans. Il ne faut plus dire que l’islam nourrit les siens au biberon de la haine et récompense la violence, il faut dire que l’islam est une religion non-violente et pacifique. Il ne faut plus dire que l’islam est la religion la plus machiste qui soit, il faut dire que l’islam a libéré la femme du joug de l’homme. Il ne faut plus dire que l’islam n’est pas une religion de paix et de tolérance, il faut dire que l’islam n’a jamais fait couler le sang des siens ni classer l’humanité en pure et impure. Il ne faut plus dire que l’islam s’est répandu au fil de l’épée et en commettant des génocides, il faut dire que l’islam a inondé l’humanité par son humanisme. Il ne faut plus dire que l’islam a raté tous les rendez-vous des plus grandes révolutions du génie humain, il faut dire que ces révolutions ont manqué leurs-rendez-vous avec l’islam. Il ne faut plus dire que le voile est un signe de soumission, il faut dire désormais n’est libre que la femme qui affiche sa condition d’esclave.

Ne plus dire que le djihad est un crime contre l’humanité,il faut dire que le djihad est une chance pour l’humanité. Ne plus dire que l’islam a détruit la mémoire des peuples, il faut dire que c’est l’islam qui a fécondé leur histoire. Ne plus dire que Mahomet a profité de la richesse de Khadija, c’est la richesse de Khadija qui est venue vers lui par la grâce d’Allah. Ne plus dire que l’islam a déresponsabilisé et déculpabilisé les siens, il faut dire que les lois des hommes sont trop imparfaites pour les musulmans. Il ne faut plus dire que l’Oumma musulmane s’abreuve du sang des musulmans et des autres, il faut dire que l’Oumma musulmane est une communauté de vie paisible, un ashram d’amour. Ne plus dire que Mahomet était pédophile, égorgeur, chef de bande, pilleur et incestueux, il faut dire qu’il aimait trop le genre féminin de 7 à 77 ans. Il ne faut plus dire que la femme compte pour la moitié de l’homme, il faut dire que l’islam a fait de la femme l’égale de l’homme. Il ne faut plus dire que le corps de la femme est un champ de labour pour le mêle musulman, il faut dire que l’homme y travaille comme un malade pour subvenir aux besoins de la femme. Il ne faut plus dire que dans l’islam le viol conjugal n’existe pas il faut dire que l’islam condamne l’époux violeur à a lapidation. Il ne faut pas dire que l’islam ordonne le meurtre des apostats, il faut dire que l’islam protège la liberté de conscience. Il ne faut plus dire que l’islam est suprématiste, raciste et inégalitaire, il faut dire que c’est lui qui a inspiré la Charte Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen. Il ne faut plus dire que les Etats musulmans sont les plus liberticides au monde, il faut dire qu’ils sont des havres de liberté. Il ne faut plus dire que les musulmans respectent les lois de leur pays d’accueil, il faut dire que les lois de leurs pays d’accueil ne sont pas adaptées à l’islam. Il ne faut plus dire que le Coran est pire que Mein kampf, il faut dire que le Coran est une ode d’amour de l’humain surtout différent de soi.

Les musulmans ne sont ni responsables ni coupables. C’est toujours la faute du sioniste et du chrétien

 

Quand je parle des crimes abominables de l’islam, de tous les meurtres et exactions commis en son nom, des menaces qu’il fait peser sur la paix dans le monde, des délires racistes et rétrogrades de ses prédicateurs, de l’exaltation de la violence et de la pédophilie, et de toutes les horreurs imputables à l’idéologie musulmane, je ne comprends que l’on puisse me renvoyer à chaque fois au sionisme et à l’Inquisition. Le vrai crime est de vouloir blanchir l’islam par les crimes supposés ou réels d’autrui.
C’est lui qui est sur le banc des accusés aujourd’hui, il doit répondre de ses propres crimes. Ce n’est pas le sionisme et le christianisme qui ont massacré les moines de Tibhirine, le prêtre de Homs hier, tué Chokri Bel Aïd et encore moins réduit les femmes à l’état d’esclaves et les enfants en objets sexuels licites ? Ce n’est pas non plus le sionisme et le christianisme qui lapident, égorgent, mutilent, excisent, pillent, répandent la terreur, pratiquent la nécrophilie et la zoophilie, font du Coran la seule source du savoir et des connaissances, se réclament d’un homme qui devrait aujourd’hui être poursuivi pour crimes contre l’humanité et veulent faire de la barbarie la norme de vie en société.
C’est l’islam et l’islam seul qui met en péril le devenir humain des musulmans eux-mêmes et qui s’inscrit dans le sillage du nazisme. Le Coran n’était pas l’oeuvre des sionistes. Il était l’oeuvre d’Allah comme ils le reconnaissent eux-mêmes, ils doivent par conséquent assumer la responsabilité des écrits ignominieux et apologistes de la haine du juif, du chrétien et de tout ce qui est différent de soi.
Le jour où les musulmans auront compris que c’est soi en, face de son miroir, que l’image soit belle ou hideuse ce n’est que leur propre image qui s’y reflètent et jamais les images de leur souffre-douleur et boucs-émissaires, à ce moment-là ils ne seront plus ces enfants qui ont cessé de grandir et qui se croient toujours à la cour de récréation et qui pour justifier leurs bêtises, dans le cas d’espèce leurs crimes, par les bêtises de leurs camarades. Or, leurs camarades ont dû avoir été punis dans le passé, soit plus malins et rusés qu’eux ont su passer entre les mailles du filet et échapper à la punition.

Aujourd’hui ce sont les musulmans qui sont mis en cause dans la majorité des actes terroristes, perpétrés au nom de l’islam qui les ordonne et récompense et c’est eux qui doivent s’expliquer devant les tribunaux de l’opinion publique mondiale de leurs crimes et en assumer les conséquences, et ce n’est ni le sionisme ni le christianisme qui sont jugés et doivent être condamnés pour des crimes qu’ils n’ont pas commis ou faire l’objet de nouveaux procès pour des affaires closes ou sans fondement.

Le drame des musulmans est leur incapacité pathologique à prendre conscience de la gravité de leurs méfaits. Ils ne sont ni responsables ni coupables. Ils sont tels des malades mentaux que la justice des hommes déclare non-coupable à cause de son état avéré d’altération  psychique ou neuro-psychique au moment de la commission de leurs actes.délictuels ou criminels. Les musulmans ne sont jamais maîtres de leurs actes, ils sont comme guidés par une voix qui les commande d’agir pour elle. C’est pourquoi quand ils doivent plaider leur cause, ils  usent de grosses ficelles enfantines avec lesquelles ils pensent pouvoir convaincre leurs juges pour que le procès ne soit plus le leur mais de celui qu’ils désignent comme le vrai coupable. Ce ne sont assurément pas le sioniste et le chrétien qui sont responsables des 300 morts en Algérie et des deux millions de victimes chrétiennes  et animistes du Sud du Soudan. Ce sont des musulmans qui sont entrain de mettre la Syrie en feu et en sang. Peu importe à qui profite le crime et la nationalité de leurs chefs-marionnettistes. Ce qui est retenir à l’islam a suffisamment formaté et conditionné psychologiquement ses fidèles pour les déresponsabiliser de leurs crimes et les rendre malléables et dépourvus de tout discernement, capables de se transformer en bombes humaines.

 

 

 

Pourquoi la démocratie est un sacrilège aux yeux des bigots musulmans ?

Le Bigotisme et la démocratie ou l’overdose de la religion est la seule voie pour une hypothétique vie meilleure dans l’au-delà

Chez les peuples bigots faisant de la surconsommation de la religion leur seule norme d’existence, on vit la mort pendant la vie et on vit la vie après la mort. Obsédés par le Jour du Jugement dernier, la Résurrection, l’Enfer et le Paradis. La vie sur terre est une simple préparation à la vie céleste éternelle. On ne se projette pas dans la vie sur terre et ses oripeaux démocratiques on se projette dans la mort et ses oripeaux fantasmagoriques, cauchemardesques, jouissifs et orgiaques. Toute autre alternative, fruit de la raison humaine est prohibée par l’ordre bigot qui ne reconnait que les règles d’essence divine.

Le despotisme théocratique reste ainsi la seule voie à ces peuples qui font de leur vie un don à leur mort symbolisée par le sacrifice d’Abraham. Entre le culte de la mort de la vie et le culte de la démocratie, ce paradis sur terre, les bigots ne feront pas le sacrifice de l’illusion du paradis et ses bienfaits au profit du monde réel qui est en rupture avec le monde fantasmé et imaginée par la littérature sacrée. Au point qu’ils assimilent le progressisme libérateur et émancipateur à une hérésie vouant ses partisans aux braises éternelles de l’enfer.

La vie est le laboratoire de la mort pour préparer la Grande Rencontre avec le Grand Juge.  Les bigots ne se représentent pas le monde autrement qu’à travers le prisme étroit, réducteur du sacré qui est leur seule norme sociale, politique et intellectuelle qui ne tolère aucune autre source de pensée qui n’a pas un caractère canon comme c’est le cas de la Démocratie, cette œuvre humaine par excellence et jugée subséquemment illicite par la théocratie bigote. Seul le Grand Architecte et législateur est à même de guider leurs pas vers la voie que Lui et Lui seul juge adéquate pour les amener vers le Grand Soir.

Or, la démocratie a un handicap majeur est justement le fait qu’elle risque de les détourner de la voie de Dieu. Eux qui vivent dans la crainte pathologique de perdre la clémence de Dieu et tutti quanti, ils ne vont pas perdre leurs âmes pour emprunter les chemins de lac Démocratie. La voie du Seigneur est incompatible avec la voie de la Démocratie qu’ils ne se privent pas de pervertir par opportunisme comme c’est le cas actuellement tant en Égypte qu’en Tunisie. La Démocratie est pour les bigots ce que la consommation de la viande de porc l’est pour les Musulmans.

Nonobstant leurs caractères diamétralement opposés, ce qui est vertu pour l’un est un vice pour l autre. Tels que les principes chers à la Démocratie, la tolérance, l’égalité des sexes, l’égalité des droits et des devoirs indépendamment des origines et des sexes, le positivisme juridique, l’État de droit, la justice pour tous, le vivre ensemble, la souveraineté populaire, la fraternité non sélective, le refus du racisme et de l’antisémitisme, la citoyenneté etc.

Autant de valeurs considérées comme illicites dans une société bigote. Société d’apartheid fondé sur le sexe, la pureté de la foi, la croyance, de discrimination raciale, la soumission et la fidélité. Absolue à l’Être suprême. Elle est hermétique, monolithique et au pouvoir monopolistique de la gentry religieuse, une noblesse religieuse non titrée mais auto proclamée.  En conclusion la démocratie libère et émancipe, le bigotisme castre et aliène. La démocratie ne va pas se frayer jamais son chemin dans une société bigote tant que celle-ci continue à subir le poids de la religion. Une société humaine à l’écoute de la voie de Dieu ne sera jamais réceptive à la voie des hommes à l’instar de la controverse entre Ibn Roschd connu sous le nom d Averroes et al Ghazali. Controverse plus que jamais d’actualité dans les sociétés bigotes islamisées. Où la raison rationnelle passe pour être l’ennemie à abattre de peur qu’elle éclaire le visage obscur de la passion hystérique et irrationnelle maîtresse de la vie des bigots.

 

Appendice, définition du bigotisme selon GEORGES VIDAL.

BIGOTISME n. m.

« Caractère de ce qui est bigot, c’est-à-dire d’une dévotion outrée, étroite, ridicule. Le bigotisme sévit surtout chez la gent féminine, et en particulier dans les campagnes. Esprits faibles et mesquins, les bigots ont subi l’ascendant dominateur des hommes noirs et, justifiant le proverbe : « Mieux vaut avoir à faire à Dieu qu’à ses saints », sont devenus plus intransigeants que les vautours d’église. Pour l’espèce sinistre des bigots tout ce qui est lumière, liberté, joie ou vie ample est un crime. Leur intelligence bornée ne voit pas plus loin que la sacristie ou le confessionnal. Le soleil et l’amour, le rire et la gaieté, les initiatives hardies et la générosité, tout les choque. Ils vouent à l’enfer tous ceux qui ne partagent pas leur vie monotone et terne. Ils s’indignent contre les mœurs du siècle avec une pruderie comique. Cela ne les empêche pas d’ailleurs d’être bien souvent des amateurs de débauche ; mais, hypocrites, ils savent dissimuler leurs vices sous leurs sempiternelles prières. Ce ne sont pas les plaisirs qu’ils haïssent, mais la franchise dans les plaisirs. Ils sont les ennemis jurés de tout progrès, de toute idée noble. Par contre, il n’est pas de routine ou de pensée étroite dont ils ne se fassent les défenseurs acharnés. Ce sont les auxiliaires de toute réaction. C’est pour cela que les anarchistes ne cesseront de combattre ce fléau qu’est le bigotisme et sa cause première : la religion. »

Le ventre de la bête immonde islamique est plus que jamais fécond

Pour calmer les esprits et en finir une fois pour toutes avec l’avidité démesurée, obsessionnelle  et sanguinaire de l’islam pour le pouvoir, je propose que le monde entier devienne musulman.
Le hic est que depuis les guerres de  religions en France, même si en réalité le monde  musulman baigne dans la barbarie depuis l’avènement de l’islam, on n’a jamais connu autant de haine féroce, de discorde  et d’effusion de sang au sein de la même famille religieuse.  Divisée en chiites et sunnites, lesquels se subdivisent en une  myriade de courants schismatiques qui se veulent chacun d’entre eux le vrai islam, devenu une sorte d’Arlésienne.

Ca fait 1435 ans que cela dure, qu’ils se dévorent entre eux comme des caïmans dans le même marigot. Tout le monde est contre le monde. Tout est prétexte pour s’entre-tuer, s’offrant en spectacle tragique pour le reste du monde. Nés pour s’auto-détruire et s’exterminer jusqu’au dernier, Eux qui rêvent de conquérir le monde et  de tuer tous les mécréants et surtout les juifs et les apostats, ils appliquent les prescrits coraniques à leurs dépens qui les exhortent à nettoyer la terre de tous les infidèles et  les insolents.

N’hésitant pas à se mener des véritables guerres saintes, car à leurs yeux les vrais ennemis de l’islam ne sont pas ceux que le Coran désigne comme tels, ce sont leurs propres coreligionnaires qui n’ont pas une lecture rigoriste et dogmatique de l’islam quand ce n’est pas les chiites auxquels les orthodoxes  leur vouent  une aversion pathologique pire que celle pour les juifs.

Jamais d’accord entre eux, minés et affaiblis par des guerres fratricides qui ont de leur Fitna le sixième pilier de l’islam, tels des schizoïdes-paranoïdes ils  sont pourtant convaincus que l’islam est une chance pour l’humanité  et un facteur de rapprochement entre les hommes, seul capable de les rassembler sous la même bannière alors qu’il est la source majeure de leurs dissensions  chroniques , de leur état d’émiettement et de l’hyper violence qui les caractérise,

De tout cela, ils n’n’en ont cure tant que c’est stipulé dans le Coran que l’islam est appelé à s’imposer à toute l’humanité . Peu importe qu’ils se nourrissent de leur propre chaire et s’abreuvent de leur propre sang tels des charognards.

Le ventre de la bête d’où a surgi un jour maudit pour l’humanité, la bête immonde musulmane est plus que jamais béat,mais inconscients et aveuglés par leurs pulsions meurtrières alimentées par le Coran lui-même et leurs délires mégalomaniaques  et hégémoniques,  incapables d’agir et d’exercer la moindre emprise sur les cours de leur propre destin politique,  ils continuent à regarder la bête musulmane  avec des yeux enamourés, l’encensant comme si elle était la belle au bois dormant.

Atteints de cécité mentale, ils persistent et signent dans leurs allégations que l’ogre musulman enfanté par Mahomet est injustement disqualifié et caricaturé.  Ils sont les seuls à croire en ses vertus humaines alors qu’il est le visage du monde des horreurs  et du grand effroi coranique.

L’islam est une véritable calamité pour eux les premiers au point que leurs vrais chefs-marionnettistes  ont compris tout l’intérêt de les jeter dans la fosse aux lions pour se dépecer entre eux comme des fauves.

Avec les musulmans on atteint aujourd’hui le stade ultime de la bêtise humaine comme c’est le cas en Syrie où ils se font la guerre entre eux au profit des Russes et  des Américains se font la guerre financée par les monarchies pétrolières . Les premiers sans bourse déliée et en se dispensant d’envoyer leurs soldats sur le front sont mus par des intérêts géostratégique s et géo énergétiques, les secondes dépensent sans compter pour rétablir le Califat islamique et abattre les Alaouites et les Chiites jugés comme des gangrènes dont il faut amputer le corps musulman.

Depuis la mort de Mahomet qui était lui-même incapable de réunir les tribus arabes autour d’un même dénominateur commun que pouvait être l’islam, les musulmans font de la détestation de leurs propres coreligionnaires leur seule raison d’être et de vivre.  Rien que l’Algérie et le Maroc qui se livrent depuis 3 décennies à une guerre larvée engloutissant des fortunes colossales dans une course effrénée aux armements  alors que tout rapproche ces deux pays même peuple, même culture, même histoire, mêmes langues, même religion, et pourtant impossible de les faire vivre sous le même toit alors l’islam est leur dénominateur commun.

En Egypte, en Tunisie ils sont tous musulmans paraît-il, ils comptabilisent même ceux qui n’ont pas choisi l’islam et qu’ils l’ont abjuré, l’islam a la faculté de tout nationaliser tout ce qui est né en son sein lui appartient, ils sont divisés en plus musulmans et moins musulmans, quand à la patrie c’est le cadet de leurs soucis, ils vont même se prostituer et prostituer leurs femmes et leurs filles mineures rien que pour s’attirer les bonnes grâces d’Allah.

Si l’islam qui est incapable d’unir les siens, les plongeant dans un état de chaos permanent se nourrissant de leur chair et s’abreuvant de leur sang, et malgré les évidences ses partisans dont certains en Europe vivent de la charité républicaine qu’ils abhorrent tant nous expliquent comment ils vont faire pour unifier le monde sous la bannière noire de l’islam ?
Hitler avait rêvé de le faire, bien avant lui César, tous ont crevé comme des rats, la malédiction de la folie de grandeur frappera aussi bien l’islam.

Que l’islam apprenne qu’il ne sera jamais une patrie pour toute l’humanité

Comme toute idéologie totalitaire et ethnocentrique, l’islam cherche à s’imposer par tous les moyens comme une patrie pour tous les hommes.  Une patrie standardisée et sectaire avec des hommes reliés par le seul sentiment religieux aux couleurs de l’islam à l’exclusion de tout autre.  N’y habitent dans sa patrie que les hommes qui se réclament de lui. Déniant ainsi aux hommes tout droit à la différence, les menaçant des pires châtiments s’ils refusent de se plier à ses règles ou chercher à s’y soustraire.

Une patrie imbécile pour des humains formatés dans le même moule ressemblant à une armée de zombies.  Sortis tous du même moule sans autre perspective de vie que le reniement de sa propre existence pour se transformer en chair à canon ou se vouer en objet sexuel pour satisfaire les desseins impériaux et expansionnistes  de l’islam obsédé par ses desseins cosmiques et impériaux.

Une patrie planétaire soumise aux seules lois de l’islam et dans laquelle les hommes n’ont de salut que dans leur soumission à une religion qui a fait de la contrainte intolérable son seul mode de gouvernement de la vie des hommes, les opposant les uns aux autres, les exaltant à tuer et se faire tuer pour elle pour mériter ses prébendes célestes.

La patrie musulmane édifiée sur le terreau de la violence, de la barbarie, de l’esclavagisme et de la terreur.  Des idéaux inhumains qui mettent en péril le devenir de l’humanité. Plutôt que d’implanter dans le coeur des hommes l’amour du genre humain , l’islam oeuvre à y semer les sèves du racisme et de l’intolérance.

Qu’est-ce qui est le plus important la patrie diversifiée et plurielle qui participe à l’humanisation des hommes et à l’ouverture sur le monde ou l’islam qui répand le virus de la haine de l’autre et qui cultive l’autodestruction de sa propre vie ? Qu’est ce que cette religion vous a-t-elle apporté : déshonneur, indignité, soumission, sous-développement, misère, violence, haine, fanatisme, désunion, mépris de soi, troubles de la personnalité, ignorance, inculture, la perte de son identité, l’irrespect de la vie humaine, trahison, les inégalités, l’oppression mentale, le bannissement des femmes, la pédophilie, les injustices, la barbarie humaine etc… La patrie, l’union, l’amour de sa terre, la fierté, la dignité, l’honneur, le progrès, l’émancipation, le bien vivre ensemble, la prise de conscience de soi, les droits humains, l’éducation, la compréhension mutuelle, la loyauté, le civisme, la morale publique, la citoyenneté, l’égalité des droits, les droits de la femme et la protection de la petite enfance, la justice sociale, le droit à la vie tout simplement. L’islam tue et la patrie protège. Le premier est une tombe pour l’humain, la seconde est la source de la vie.
L’islam est l’ennemi juré de la patrie, en voulant créer lui même une patrie commune à tous les musulmans, soumises aux seules lois de l’islam. C’est la patrie façonnée par Allah et pour les seuls musulmans. La religion et la patrie se confondent pour n’en faire qu’une. Une patrie diversifiée et plurielle est contraire à sa doctrine politique. Une patrie qui ne répond pas à ses normes doit être abolie, d’où le travail de démolition auquel s’attelle les islamistes tunisiens.
En effet, les tunisiens et tous les autres doivent savoir que la survie de leurs mères patries dépend de leur volonté à se battre contre l’impérialisme génocidaire des peuples et des cultures qu’est l’islam. S’il était qu’une simple religion pourquoi ses zélateurs veulent l’imposer comme système de gouvernement de la vie de la cité ? C’est eux qui ont parfaitement raison de ne pas dissocier le religieux du politique, car c’est tout-à-fait ça l’islam. Il n’a jamais été et ne le sera pas non plus un simple culte. Né pour diriger la vie des hommes dans toutes les sphères de la vie dans ses moindre es petits détails. L’erreur impardonnable est que l’on voit en lui une religion inoffensive malgré qu’il a été inventé par un mercantiliste, un chef de guerre et un chef d’Etat, et gourou prônant espèce d’hétérodoxie hybride, un mélo mélo composé de toutes sortes d’ingrédients empruntés par ci par là aux autres croyances monothéistes et polythéistes.
L’islam est religion, monde et cité. Il ne peut exister et prospérer que dans la dissolution de tout système qui ne soit pas marqué par son empreinte, par conséquent, il est illusoire de croire que l’on peut concilier islam et patrie. Soit l’un soit l’autre. Défendre la patrie c’est avant tout se défendre contre l’hégémonisme nihiliste et totalitaire de l’islam.

Appel aux musulmans : laissez tomber vos délires nazis et soyez d’abord humains

Appel aux musulmans : ne faites pas de vos pays une nouvelle Allemagne nazie, par Ben Ammar Salem

Dans cet article publié sur Tunisie Info, Ben Ammar Salem, un tunisien lucide, s’exprime plus librement sur l’islam que ne le fait n’importe quel média français, où la pensée unique et totalitaire interdit ne serait que d’examiner les similitudes qui rapprochent le nazisme de l’islam politique.

Crier sa haine du juif et du non-musulman est un leitmotiv dans le monde musulman et plus encore en Tunisie

Les musulmans sont comme ces coureurs cyclistes du dimanche largués par le peloton qui au lieu de doubler d’efforts et d’énergie pour refaire leur handicap, ils se mettent à vociférer, à maugréer, à vitupérer, à s’agiter comme des forcenés, à stigmatiser et couvrir leurs devanciers d’un torrent de boues d’insultes et d’invectives comme s’ils étaient responsables de leur retard irréversible. Toujours la faute à l’autre, érigeant l’autre en bouc-émissaire de tous leurs échecs pathétiques, se donnant bonne conscience en brandissant l’étendard du religieux pour masquer leur propre insuffisance et se regarder de leur propre miroir. Quand on est incapable de faire sa propre introspection pour comprendre et analyser les causes de sa faillite, on se sert de l’autre comme un criminel cherche à se fabriquer un faux alibi pour échapper aux Fourches Caudines de la justice. Crier sa haine du juif et du non-musulman est un leitmotiv dans le monde musulman et plus grave encore en Tunisie, elle dont ni ses rues ni ses mosquées n’ont été des espaces inquisitoriaux et d’appels au meurtre du juif dans toute son histoire post-1956 et bien avant, à l’instar des scènes de pogroms et des autodafés devenus la marque de fabrique locale depuis le retour du Raspoutine tunisien R. Ghannouchi sur le sol national. Le pays de la douceur de vivre et du bien vivre ensemble ressemble désormais à une cité du monde des ténèbres offrant un visage de la barbarie humaine. Sans âme, ni raison humaine, où seuls dominent les cris des meutes de loups en voie de coloniser son territoire et ses agoras. La Tunisie est en train de perdre inexorablement son humanité et son pacifisme, pour accéder au statut de l’ignominie et l’indignité internationales.

En un temps record, elle vient d’être sacrée terre de djihad et premier pays pourvoyeur de chair à canon dans la guerre impérialiste téléguidée par l’OTAN contre la Syrie. Manquant de discernement, veules, cupides et attirés certainement par l’appât du gain et les prébendes paradisiaques, ils ne se rendent pas compte qu’ils sont des marionnettes, des simples pions, une simple force d’appoint dans une guerre hégémonique néo-impérialiste. Comme ils ne savent pas que ceux-là mêmes qui les manipulent et les soudoie sont les mêmes qui dénoncent la montée du fanatisme et de l’obscurantisme en Tunisie. En vendant leur âme au diable comme ils qualifiaient eux-mêmes leur marionnettiste américain, ils discréditent l’image de leur propre religion qui n’est plus en état de guerre, dar al harb, depuis le 11 ème siècle, et jettent en même temps l’opprobre sur leur propre pays.

Cette violence latente et nourrie par des préceptes coraniques d’un autre temps

Tout ceci leur importe peu tant qu’ils ont l’ivresse de donner libre-cours à cette violence latente et nourrie par des préceptes coraniques d’un autre temps. Se croyant investis d’une mission divine, ils ne ratent plus une occasion pour exhiber leurs crocs et cracher leur venin sur tous ceux qui n’entrent pas dans leur moule idéologique. Aujourd’hui plus aucun espace n’est épargné, la mosquée comme la rue et le terrain syrien voire les cités-ghettos européens, ils sont devenus le théâtre de la catharsis musulmane où l’on joue la tragédie de sa propre vie où l’on fait de l’autre, cet ennemi imaginaire mais personnifié par des versets diaboliques et velléitaires pour exciter leurs pulsions destructrices et attiser le feu de la haine jamais éteint depuis 1430 ans.

Des versets coraniques aussi innocents et humanistes que le nazisme

Dans un tel climat délétère et hostile au droit à la différence, de l’exacerbation du fanatisme religieux, nourri par des versets coraniques aussi innocents et humanistes que le nazisme, auquel les islamistes vouent un véritable culte religieux, les prêches ne peuvent être à contre-courant de ce climat. Ils sont à la fois contaminés par le ver venimeux inoculé dans le fruit tunisien par les forces prédicatives et mercenaires wahhabites, et surtout ils servent d’exutoire à l’âme tourmentée des tunisiens en manque de repère, agonisant et désespérés, sans perspectives d’avenir, sauf les promesses de prébendes divines dont les abreuvent les prédicateurs-charlatans, vendeurs d’illusions et escrocs de la foi. Au lieu du pain et du jeu, on leur distille et on leur sert dans les mosquées un breuvage infect et empoisonné portant en lui tous les germes du poison mortel de la barbarie nazie.

Quand on fait de la haine de l’autre un projet politique, on finit toujours par mourir de sa propre haine. L’histoire ne manque pas d’exemples en la matière. A commencer par la tyrannie arabe elle-même.

– See more at: http://www.dreuz.info/2012/12/appel-aux-musulmans-ne-faites-pas-de-vos-pays-une-nouvelle-allemagne-nazie-par-ben-ammar-salem/#sthash.BXpLvLjf.dpuf

Avec Ennahdha et grâce à Hussein Obama les tunisiens découvrent enfin l’islam authentique

English: Flag for the SS-Heimwehr Danzig, 1939...
English: Flag for the SS-Heimwehr Danzig, 1939, Waffen-SS (Photo credit: Wikipedia)

 

 

 

 

 

 

 

 

L’islamisme qui est la force de frappe djihadiste de l’islam et  son vrai visage.   Il prône le retour aux sources de la barbarie humaine , il est  pour notre époque ce que fut le nazisme et son lot d’horreurs pour le siècle précédent. 

Or, il n’ y a pas lieu de composer avec lui pour quelle que raison que ce soit. Un djihadiste reste un djihadiste.

L’imaginer renoncer à la violence qui est sa mère nourricière autant lui demander d’abjurer la foi musulmane qui elle-même surfe sur la peur et la frayeur pour enrégimenter ses fidèles.

l’islam sans la violence et la haine est comme un corps sans âme, sans elles, il ne peut plus exercer son pouvoir despotique sur les siens et continuer à les  aliéner à ses dogmes. Les musulmans sont comme des esclaves, ‘abid qui est la vraie définition du musulman, si on leur enlève les chaînes qui les entravent, ils retrouvent leur liberté et quittent l’islam.
L’islamisme ne dévoie ni ne défigure l’islam, il en est son témoignage vivant, la reproduction fidèle de ce que furent les mœurs abominables et immorales des arabes islamisés au temps de Mahomet et qui transparaissent parfaitement dans la théologie musulmane.
L’islam n’est pas victime des excès et dérives de ses enfants, il est l’ordonnateur et le commanditaire de leurs actes. Obéissant au doigt à l’œil à ses commandements, ils ne font que rendre visibles ce que les musulmans ont longtemps dissimulé, takiyia, ou ignoré.
L’islamisme a le mérite de tordre le cou aux vérités fantaisistes véhiculées sur l’islam. Le crime est de continuer à affubler l’islam des vertus humanistes et pacifistes qui ne sont pas les siennes.  
C’est pourquoi, il n’ y pas pire crime que d’assimiler leur idéologie terroriste et mafieuse à une banale idéologie politique.
En dignes héritiers d’Ibn Taymiya et de Mohamed Ben Abdelawahhab, ils ne connaissent de la raison que le rejet pathologique qu’elle évoque en eux. Ils sont dans une logique nihiliste et destructrice des valeurs humaines. tels ces Waffen SS, ils sont programmés pour commettre des exactions et répandre la terreur sur leur route.  
Aveuglés par leur seule passion de leur mission messianique dont ils considèrent investis et guidés par leur seule haine de l’autre et du Juif, il est irresponsable et inconséquent de les affubler des habits de la vertu. Comme aussi les couvrir des attributs de la démocratie, comme si cette dernière pouvait être compatible avec l’idéologie nazie dont ils les purs produits.    
Avec les Révolutions kafkaïennes et ubuesques du Printemps arabe, les islamistes se trouvent projetés sur les devants de la scène politique de leurs pays adoubés et couvés par les puissances occidentales et à leur tête la Maison Blanche.                    
Mués par des considérations sécuritaires, économiques et géostratégiques, l’occident  fait les yeux  de Chimène au pitbull islamique. Ainsi, en lui offrant des chenils mieux adaptés à sa nature vorace et prédatrice, l’occident pense pouvoir le neutraliser et le domestiquer, alors que l’on fait pas d’un chien d’attaque un chien de compagnie qui n’est pas non plus considéré comme une race de chiens à proprement parler à cause du fait que c’est une appellation qui désigne un ensemble de chiens de combats qui n’est pas sans rappeler la nébuleuse islamiste.                                                              
 Au nom de la Realpolitik on sacrifie la cause de la démocratie et la dignité des peuples pour une stratégie de courte vue et aux effets des plus pervers et dangereux non seulement pour la pérennité des peuples victimes de ce calcul sordide et morbide  mais aussi pour la sécurité de l’occident lui-même. Il est déplorable que l’occident n’ait toujours pas retenu la leçon de sa capitulation face au nazisme, ni la leçon de la Révolution iranienne dont les premières victimes furent les occidentaux eux-mêmes et les forces progressistes iraniennes et la société civile artisans de cette révolution.
 Il n’a toujours pas compris que les vrais ennemis des organisations fascistes sont les libertés démocratiques qui sont pourtant la source nourricière de ses citoyens. Le voilà qui pêche par simple calcul politique et par pur  égoïsme voire et surtout par mépris des peuples méridionaux ravagés par des siècles de despotisme religieux qu’ils jugent comme incapables d’accéder à la démocratie. Autant jouer la carte des  forces théocratiques qui correspondent le mieux à la culture de ces peuples. Comme si le despotisme est une fatalité et un génome propre à ces peuples. Lui-même qui a fait l’expérience de la Révolution copernicienne et industrielle après  avoir vécu des siècles sous l’emprise du despotisme théocratique devrait aider ces peuples à bâtir des sociétés libérées de la tutelle de la religion plutôt que de contribuer au maintien de ces peuples sous le joug du despotisme théocratique.                                                                                                                        
L’exemple de la Tunisie est assez édifiant en la matière. Un pays connu pour la qualité de sa société civile et sa richesse humaine et culturelle, nonobstant son Islam de paix et de tolérance, est en train aujourd’hui de s’enliser inexorablement dans la voie du despotisme théocratique. Depuis le retour d’exil londonien de l’agent reconnu du terrorisme djihadiste, condamné à mort en Tunisie pour des faits et actes avérés de terrorisme, le visage humain et politique du pays se trouve aujourd’hui complètement défiguré.
Paradoxalement, les tunisiens qui avaient reversé leur ancien despote pour en finir avec les grandes plaies symptomatiques des sociétés arabo-musulmanes : corruption, népotisme, injustice, arbitraire, absence de libertés politiques et… semblent aujourd’hui se battre pour préserver leurs acquis hérités des anciens régimes de Ben Ali et Bourguiba qui sont pourtant à l’origine directe et indirecte de leur grand mal-être actuel. Mais seulement, ils  sont en train de réaliser que les vraies libertés sont d’abord humaines et  que sans elles ils ne peuvent pas fonder une société démocratique du bien vivre ensemble et non de celle de l’apartheid sexuel, cultuel, social et humain.  Ces libertés humaines dont ils jouissaient auparavant sont en réel danger de mort et que c ‘est elles seules qui priment à leurs yeux. Si elles les perdent, ils perdront leur âmes tunisienne.                  
Les tunisiens sont plus que jamais résolus à préserver leurs acquis humains contre les attaques scélérates et inquisitrices initiées par l’organisation fasciste, antipatriotique et terroriste d’Ennahdha. En effet,  l’entité mafieuse et terroriste d’Ennahdha comme toute organisation criminelle et fasciste est caractérisée par le comportement suivant : violent, haineux, misogyne, sectaire, ultra-réactionnaire, passéiste, félon, insipide, misérable, criminel, liberticide, raciste, belliciste, messianique,  despotique, nazi, xénophobe, nombriliste, antisémite, homophobe, pédophile, castrateur, exciseur,  pogromesque, inquisiteur, népotique, arrogant, luxurieux, indécent, arbitraire, mégalomane, corrompu, immoral, familiariste, clientéliste, ostentatoire, suffisant, hautain, méprisant, insultant pour la conscience humaine. Elle s’inscrit dans la logique même de l’idéologie islamiste négatrice de l’Etat-nation, antinationaliste, antirépublicaine, inégalitaire et totalitaire
. Jamais un islamiste à l’idéologie ultra-libérale et nazie, celle de la main invisible de Dieu qui gouverne le monde, la loi de la jungle et de la loi scélérate de la Charia, ne va se préoccuper de la cause du peuple. Pour lui le peuple est un détail de l’histoire. Insignifiant par rapport au vrai signifié foi.
L’islamiste contrairement au nazi qui voue une aversion religieuse aux concepts de la patrie et de l’Etat-nation incompatibles avec sa vision oumienne (communauté des croyants), ce grand Reich islamique fondé sur le seul lien religieux. Exit tous les autres qualifiés de Dhimmis (sous catégorie humaine, la citoyenneté n’existe pas dans l’islam). Ni couleurs nationales, ni hymne national, ni drapeau, ni nationalité, ni communauté inclusive de destin politique et humain. Seul importe à ses yeux, l’appartenance à un même destin religieux fondateur de communauté de fidèles de laquelle sont en toute bonne logique exclus tous ceux qui n’ont pas leur marqueur idéologique.  Ce qui n’est pas sans rappeler les lois raciales  de 1935 de Nuremberg.
 Là où la république intègre et protège, la communauté islamique, le Reich musulman que les islamistes appellent de tous leurs voeux depuis la chute de l’empire ottoman, exclut, discrimine, bannit, relègue et extermine. Transformer le monde en une secte planétaire qui transcende les frontières. Une seule matrice pour le monde un peu comme Hitler voulait le faire avec son IIIème Reich avec la Shoah en prime.   Jamais un islamiste qui rêve d’instaurer un Califat ne va se préoccuper de  la défense de la patrie et des intérêts nationaux . Jamais, un islamiste ne sacrifiera la cause de Dieu pour celle des hommes.  Jamais un islamiste quel qu’il soit ne va se résoudre à respecter l’emblème national et assumer sa citoyenneté.
 Comme il est de cours aujourd’hui en Tunisie où les islamistes locaux, salafistes ou nahdhaouistes c’est blanc bonnet bonnet blanc s’adonnent de plus en plus à leur sport favori : brûler le drapeau national. Un islamiste est en guerre sainte larvée contre les institutions républicaines, et tout ordre juridique non revêtu du sceau de la loi Canon de la Charia. Il n’y ni frontières nationales, ni code de nationalité seule la foi fait loi et nationalité.  Il se sent investi d’une mission cosmique et messianique : imposer la volonté de Dieu à tous les hommes par tous les moyens.  Son répertoire idéologique est synonyme de la Saint Barthélémy : Tuer, violer, jeter l’anathème, exterminer, maudire,  terroriser, brûler, châtier, lapider.  Il n’est pas seulement déconnecté de la réalité et emporté par la frénésie du pouvoir, il est complètement lobotomisé et incapable de penser et de discerner par lui-même. Il est pris dans un tourbillon infernal et  sans fin qu’au lieu de chercher à y échapper, il s’obstine à entraîner  tous ceux qui ne lui ressemblent pas dans sa descente inexorable aux enfers islamistes.
 Au point que l’on peut légitimement se demander si l’enfer n’est pas le reflet de sa vie sur terre. Il est enfermé dans sa prison mentale, torturé par sa grande souffrance psychique qui l’empêche d’assumer son humanité d’où l’impérieux besoin chez lui de couvrir intégralement les corps de ses femmes d’un linceul noir ou gris évocateur du monde des ténèbres et de son refus pathologique du monde extérieur. Convaincu qu’il est le vrai porte-parole de Dieu sur terre qu’au point que Dieu lui-même ne saurait lui porter la contradiction. Il se veut Dieu, Prophète et Ben Laden à la fois.  Il est tel ce moine fou de Raspoutine, dépositaire, justicier et défenseur de la parole sacrée, il n’est à l’écoute que des voix qui hantent et obsèdent ses nuits et jours. Ses hallucinations culminent aujourd’hui à leur haut niveau de paroxysme qu’il est capable de déclencher une nouvelle grande boucherie universelle pour ce qu’il croit être la cause juste de Dieu.                                                                                              
 Une cause obscure et absurde comme son visage transfiguré par la haine d’autrui. Inflexible et hyper psycho rigide, cela relève de mission impossible de  de faire entendre la voix de la raison  à un schizophrène paranoïde tel par exemple  le terroriste  tunisien Farid Khirriji alias  Rached Ghannouchi, le nouvel homo wahhabitus un illuminé sorti tout droit des caniveaux de l’humanité, obsédé par l’idée que la gloire de Dieu ne s’embarrasse guère ni de scrupule ni de décence. Dans sa tête tout se confond et s’entremêle.  
Les frontières entre le mal et le bien disparaissent ainsi l’illégal devient légal, l’illicite est licite, pour  reproduire en pire et en une vitesse- éclair le système népotique de Ben Ali, affamer davantage le peuple tunisien est dérisoire à côté de l’immensité de sa tâche en faveur de l’islamisation du monde. Tant qu’il se considère sur le sentier d’Allah (fi sabil Allah), il n’ y a aucun code de bonne conduite à respecter. Mentir, fabuler, dealer, doler, esbroufer, truquer, frauder, corrompre, c’est du détail . Pour lui, la voie de Dieu n’a pas à composer avec les lois des hommes. La vie humaine devient dérisoire dans l’accomplissement de la volonté d’Allah.
L’homme est une victime expiatoire pour satisfaire les desseins hégémoniques et cosmiques de Dieu sur la terre. Je ne veux pas paraître arrogant moi-même en me livrant à un exercice de diatribe verbale en couvrant les tunisiens d’insultes pornographiques,  parce que cela me frustre d’avoir quasiment avoir été l’un des rares à avoir eu raison, on ne gagne pas en crédit dans le discrédit et la violence verbale.  
Personnellement, je  n’ai jamais manqué de mettre en garde les uns et les autres sur la haute toxicité de cette idéologie et ses conséquences désastreuses sur notre humanité à l’instar de la barbarie nazie , il n’ y a pas de quoi en faire ni un drame ni une gloriole parce que l’on défend notre humanité.

Un musulman modéré est un djihadiste en sommeil qui attend son heure pour passer à l’action

L’islam modéré est un leurre comme si un fasciste pouvait avoir le sens de la mesure

 

Un musulman est par définition celui qui se soumet totalement, intégralement et inconditionnellement à la loi de l’islam qui doit renoncer à sa vie au profit de sa religion. Il doit être tel un esclave fidèle obéissant aveuglement aux ordres de son maître.

Il ne peut y avoir des musulmans à géométrie variable. Soit on est musulman entier, soit on l’est pas. L’islam est comme un breuvage que l’on doit consommer jusqu’à l’ivresse. Il n’y a aucune demi-mesure ni modération dans sa consommation. Et ceux qui font le choix conscient de modérer leur consommation que le Coran désigne par tièdes sont vomis par la bouche d’Allah. Tout musulman qui suit sa conscience est un musulman qui se met en porte-à-faux par rapport aux prescrits de l’islam par conséquent sont musulmans ceux qui témoignent de leur attachement sans limite et inaliénable à la Loi de l’islam, et refusent toute autre loi qui ne soit pas l’expression de la volonté d’Allah. L’islam ne laisse aucune liberté de manœuvre à ses fidèles dans leurs rapports à la foi leur interdisant ainsi toutes formes de personnalisation et d’interprétation.

Seul Allah est interprète de son enseignement (3;7). Or, il n’y a pire hérésie au regard des dogmes que le musulman qui se prétend adapter l’islam à sa personnalité propre. Comme si le musulman pouvait avoir la faculté de réfléchir et de penser les choses par lui-même. Il n’y a de vérité que celle qui est contenue dans le Coran matérialisée dans les Hadiths et la Sira du prophète autoroclamé. Il n’y a qu’une seule voie d’allégeance à la loi de l’islam c’est celle tracée par celui qui s’est fait l’écho de sa parole.

L’Occident sourd et aveugle, naïf et auto-suicidaire, cherchant à se déculpabiliser de son passé colonial dont le bilan est des plus remarquables comparé à celui de l’islam et afin de se donner bonne conscience a créé des catégories de musulmans par pure commodité sémantique.

Ainsi on a vu apparaître différentes catégories de musulmans pour désigner le même objet musulman. Modérés », « libéraux », « laïques », fanatiques, intégristes, fondamentalistes, djihadistes, nazislamistes, collabo-islamistes, islamistes qui se déclinent aussi en modérés et radicaux, comme s’il pouvait avoir des nazis moins nazis ou plus nazis que d’autres. Les uns par leur déni de la réalité et les autres par leurs excès qui puisent pourtant leurs sources dans le Coran, les Hadiths et la Sira.

Au lieu de s’effaroucher et s’offusquer comme une vierge venant de perdre sa virginité de son plein gré et crier au violeur, ne feraient-ils pas mieux de s’interroger sur les relations de cause à effets entre la violence terroriste trait dominant chez les musulmans et les sources fondamentales de la religion musulmane ?

Pourquoi le nom de l’islam est synonyme de phobie et de frayeur ? Pourquoi est-il devenu évocateur de bellicisme, de massacre, de loi de la jungle, d’Apocalypse, au point qu’il est assimilé à une arme de guerre et de destruction massive ?

Comme s’il était le nouveau visage de la barbarie humaine après celle de la barbarie stalinienne u hitlérienne.

Des trois religions monothéistes, la religion musulmane semble la plus apparentée à une idéologie politique totalitaire, c’est incontestablement l’islam, du fait de sa volonté à faire de la religion un mode de gouvernement politique de la vie de ses fidèles, où tout doit s’articuler entre la prière, la démographie galopante et le djihad colonisateur. Réduisant ainsi à néant les champs de réflexion personnelle, de libre-arbitre et les espaces de libertés individuelles et publiques. En toute évidence, le vrai musulman n’a pas vocation à oeuvrer pour le bien-être commun ni de sa communauté et encore moins celui de la communauté internationale.

Toutes les actions entreprises n’ont qu’une seule finalité : imposer la loi de l’islam par tous les moyens aux quatre coins du monde. La fin justifie les moyens, peu importe la nature velléitaire et périlleuse pour sa propre vie et celle d’autrui tant qu’elle est menée pour la gloire de sa religion.

En effet c’est la seule religion au monde qui exalte ses fidèles à devenir des martyrs, combattre jusqu’à la mort et surtout jusqu’à l’extermination définitive des païens terme qui désigne en réalité les infidèles, comme au temps de prophète qui avait massacré les juifs et les chrétiens. Tuer et se faire tuer pour Allah est un devoir qui pèse sur chaque musulman, et celui qui s’y soustrait n’est pas digne de sa religion et subira le même châtiment que les mécréants.

Ce qui est pour un musulman, la pire des infamies, lui qui fait de sa vie ici-bas un apprentissage de la préparation de sa vie dans l’au-delà, ne va commettre un tel sacrilège et se voir privé des prébendes divines.

Se devant avant tout de se conformer aux prescrits de l’islam quand bien même ils sont en violation avec les lois des hommes, un musulman digne de sa foi n’a pas à s’embarrasser de scrupules vis-à-vis des lois jugées comme inférieures aux siennes. Il ne peut y avoir pour lui d’autres lois à respecter en dehors des siennes. C’est pourquoi, il n’a pas à évaluer les conséquences que ses actes peuvent induire sur la sécurité des biens et des personnes, seul compte à ses yeux l’accomplissement de sa mission messianique dont il se considère investie.

Des actes condamnés par la justice des hommes se trouvent anoblis et gratifiés par la loi de l’islam. Ce qui est jugé comme actes terroristes selon les normes de droit interne ou international n’ont pas ainsi la même définition selon le droit musulman.

C’est pourquoi les auteurs des attentats du 11 septembre 2001 n’ont fait qu’agir dans le strict respect de ce droit. Faisant figure de héros aux yeux de leurs coreligionnaires qui les affublent du titre auquel rêve tout musulman de chahid, martyr.

Mourir sur le champ de bataille pour le faire triompher des idées cosmiques et impérialistes de l’islam n’est-il pas le devoir suprême assigné à chaque musulman ? Par conséquent c’est l’islam lui-même qui impulse les élans de violence à des fins idéologiques chez les musulmans. C’est lui qui les instrumentalise et arme leur bras.

Ceux qui passent à l’acte sont les musulmans en action qu’on peut qualifier de musulmans activistes ou djihadistes à la différence des autres qui constituent le gros des troupes sont des musulmans en réserve du djihad, susceptibles de passer en action dès que le besoin se fait sentir où ils s’embrasent comme des torches vivantes : affaire des versets sataniques, l’innocence de l’islam, etc.

Il ne peut y avoir d’islam sans le djihad et donc sans la propagation de la terreur, de même qu’il n’y a pas plus de musulmans djihadistes que de musulmans non-djihadistes, on est d’abord musulman nourri par la sève du djihad, un état de guerre permanent mené contre les non-musulmans jusqu’à ce qu’ils finissent par se démettre et se soumettre à la loi de l’islam.

C’est l’islam lui-même qui engendre la violence dont il abreuve ses fidèles, les uns jusqu’à ne plus en avoir soif et les autres avec modération en attendant que l’achèvement de leur état d’endoctrinement.

La majorité silencieuse musulmane qui n’élève jamais la voix pour condamner les agissements terroristes de ses activistes est cohérente avec elle-même, dans la mesure où elle est susceptible elle-même de passer à l’acte un jour ou l’autre quand elle aura fini elle-même sa phase de mutation doctrinaire.

L’islam sème la mort et le monde ne lui dit rien

Seuls les naïfs et les capitulards croient que l’islam est une religion de paix et d’amour de l’humain indépendamment de sa croyance alors que rien ni dans le coran ni dans les Hadiths ne l’attestent et encore moins les faits ne le démontrent bien au contraire il est à des années-lumière d’une religion spirituelle sublimatoire des pulsions violentes et perverses.  Partout dans le monde l’islam déverse des flots de violence inouïe tuant, massacrant, terrorisant, plongeant dans une horreur indescriptible les peuples soumis à sa dictature et tous les autres qu’il rêve de les mettre à ses babouches.  Plus un jour qui passe sans qu’il donne la mesure de sa haine de la vie et répande le sang humain.  Plus aucun pays au monde n’est épargné par les scènes de l’Apocalypse islamique.  Du Kenya à la Syrie, du Pakistan à l’Australie, de la Belgique à la France, de la Libye à l’Irak, du Mali à la Tunisie  et bien d’autres pays l’islam ne cesse d’aiguiser ses crocs et dépecer des vies humaines.
Ses velléités djihadistes à finalité suprématistes et hégémoniques qui ébranlent l’humanité depuis sa Déclaration de Guerre du 11 septembre 2001, et qui ne sont en aucun cas des attentats qualifiés pernicieusement  de terroristes pour occulter la responsabilité de l’islam et les vraies motivations idéologiques de ses auteurs dont la mission était de donner le top du départ officiel de l’entrée en guerre de l’islam contre le monde non-musulman et tous les musulmans qui ne sont pas dans la logique dogmatique guerrière de l’islam;
L’islam sachant qu’il n’a pas les moyens de gagner les guerres conventionnelles, il essaye d’arriver à ses fins par la  ruse comme pour Byzance, la perfidie et  la fourberie, Ce qu’on appelle abusivement attentats terroristes sont en fait  des actes de guerre. Mais une guerre psychologique. une guerre d’usure pour miner  les capacités de résistance de l’ennemi, le tétaniser, lui faire peur, l’intimider,  le harceler à coups de butoirs violents et traumatisants pour l’impressionner et le pétrifier pour mieux le surprendre et lui porter à la fin le coup de grâce sans qu’il ne se rende compte de rien. L’islam joue sur les mécanismes de la peur, toute sa stratégie politico-militaire s’articule autour de cet axe qui est sa pièce maîtresse, son atout majeur pour arriver à ses fins.
Il serait par conséquent absurde de voir dans ce qu’on appelle attentats terroristes des actes isolés et l’œuvre de groupuscules livrés à eux-mêmes. Loin s’en faut.  Le fait de procéder ainsi, leur permet de ne pas laisser croire que c’est l’islam lui-même qui est derrière ces offensives meurtrières tous azimuts. Il en est l’instigateur, l’ordonnateur, le commanditaire et l’organisateur. C’est lui qui fixe le cadre militaire et idéologique de ces opérations dont il est l’instigateur et le bénéficiaire. Elles convergent toutes vers le même but : islamiser le monde pour en faire le Royaume d’Allah.
La liste des horreurs commises au nom de l’islam va  crescendo et ne cessera  de s’allonger. Les innocents continueront de tomber comme des mouches sous les coups de glaive des amis de l’organisation terroriste d »Ennahdha appliquant fidèlement la feuille de route qu’a tracée à tous les musulmans le grand chef guerrier prophète auto proclamé Mohamed.
 
Les organisations terroristes musulmanes appartenant toutes à la mouvance sunnite prolifèrent partout dans le monde comme un champignon venimeux. Semant la terreur et brisant des vies humaines au Kenya, la Syrie, l’Irak, le Pakistan,  la Libye, l’Afghanistan, le Nord du Nigéria après avoir fait subir à l’Algérie dans le Grand Effroi coranique.
Ni l’Egypte ni la Tunisie, propriété inaliénable d’Allah comme vient de le rappeler l’agent djihadiste Dilou, ni l’Occident lui-même qui avait contribué à la création de certaines de ces organisations financées par les deux protectorats américains d’Arabie Saoudite et du Qatar  ne perdront rien d’attendre.
Que le monde sache que l’on ne peut pas contenir la soif hégémonique insatiable de l’islam et son bellicisme dogmatique en le drapant dans les vertus qui ne sont pas la sienne.  L’islam est un fauve indomptable qui ne s’apaisera tant qu’il n’a pas dévoré son dompteur.
 
Ce qui vient de se produire au Kenya n’est pas qu’un simple attentat terroriste, c’est un crime de guerre et un crime contre l’humanité dont s’est rendu coupable l’islam contre le reste du monde, qui n’arrêtera  jamais les hostilités tant que le monde entier ne sera pas soumis à ses lois.
L’islam est dans sa phase de conquête du monde, le djihad,  et le monde le laisse faire en toute impunité. Plus il tarde dans  sa contre-offensive contre l’expansionnisme militaire musulman, plus l’islam gagnera du terrain et le règne d’Allah se précisera. Le monde n’a toujours pas compris que l’islam n’est pas une banale religion, c’est une idéologie totalitaire  qui instrumentalise le sacré à des fins impérialistes et politiques. Ce n’est pas en compatissant pour les victimes de la barbarie musulmane que l’on va pouvoir éradiquer cette peste nazie.

Hommage à Salem Ben Ammar pour son combat intellectuel contre le nazislamisme, le vrai péril pour notre humanité

Un texte de Mouna Daadouche, journaliste tuniso-danoise et Zak Amazigh Ostmane, militant des droits humains et fondateur du Comité algérien de soutien à Amina Sboui
 .
Un éternel libre penseur , un grand homme de plume, un visionaire qui a  su mettre à nu le vrai visage de l’idéologie obscurantiste et  barbare des théocraties fascistes islamistes dans un franc parler qui lui vaut de mettre sa vie en péril, au point qu’il n’a pas pu rendre se rendre en Tunisie au début de cette année pour accompagner sa maman à sa dernière demeure dont il ne fera jamais le dueil tant qu’il ne se recueillera pas sur sa tombe .
Victime depuis le mois d’Avril 2011 d’injures antisémites et de menaces de mort successives  la provenant de la  Tunisie et de plusieurs pays du monde arabo-musulman. Ce grand homme a fait de sa plume libre et indépendante une arme de révolte et un rempart contre le fanatisme envahissant, il est l’un des plus grands militants de l’intelligentsia tunisienne.
Salem est un électron libre, qui ne s’est jamais laissé séduire contrairement à certains par les chants de sirène de la terrible dictature de Ben Ali. Il est de même l’un des premiers à avoir défendu avec force et conviction l’affaire Amina et apporté son soutien inconditionnel à l’ex Femen tunisienne en donnant un contenu intellectuel à son geste. Et pour citer ses propos sur l’une des affaires qui a fait le plus de bruit en Tunisie « Qu’ Amina ne les représente pas ,  que j’écris trop sur Amina et moins sur la Tunisie comme si Amina n’était pas la Tunisie captive de la barbarie islamique.
En mettant Amina en prison ces barbares ont ôté la vie à la Tunisie ».
Salem a un répertoire de  plus d’un millier d’articles, sa plume corrosive, son éloquence verbale, la pertinence de ses propos , son esprit critique et ses dons de visionnaire, sa perspicacité, sa lucidité et son sens inné de l’analyse, font de lui un érudit précurseur qui s’élève de la masse nébuleuse des êtres humains.
Salem défie l’esprit grégaire , et traite tous les sujets d’actualité , il s’engage dans tous les débats de son temps. Comme le tango est un malheur qui se danse,
Salem a fait de cette danse un pas historique pour prêter allégeance au combat démocratique et au front anti-islamo fasciste.

Rached Ghannouchi, psychopathe hitlérien

In 1934, Hitler became Germany's president und...
In 1934, Hitler became Germany’s president under the title of Führer und Reichskanzler (Leader and Chancellor of the Reich). (Photo credit: Wikipedia)

La Tunisie avec R. Ghannouchi s’est enfin dotée de son Terminator, un personnage des films d’épouvante, un mélange de Dracula, Frankenstein et le boucher Al Hajjaj. Comme l’Allemagne nazie avait eu son Führer, guide, calife,  en la personne de A. Hitler, la Tunisie islamiste, Grâce à sa révolution digne de figurer dans l’anthologie des bêtisiers politiques,  a le sien en la personne du chef milicien wahhabite Rached Ghannouchi, de son vrai nom Ferid Kharriji. En réalité, son manque de charisme et sa propension pathologique à la servilité le rapprocherait plus du profil de Paul Touvier.

Le terroriste Rached Ghannouchi, l'homme qui se rêve en Adolph Hitler.
Confirmant ainsi le postulat que chaque peuple a les ordures qu’il mérite, il est pour les tunisiens ce que fut le Führer pour les allemands. Il n’est  donc pas superflu de tracer un parallèle entre les deux monstres de la barbarie humaine.  Jouant tous les deux dans le registre du messianisme et de l’exaltation des âmes musulmanes et germaniques. A.Hitler se voulait le nouveau messie germanique en voulant créer une nouvelle religion païenne  s’est servi des Jeux Olympiques de Berlin 1936 pour se refaire une virginité de façade grâce à la complicité bienveillante des barons du Comité International Olympique, véritable gouvernement mondial du Sport d’essence raciste et colonialiste.
En effet, cette instance autoproclamée qui semble avoir inspiré l’ I.S.I.E. a attribué en toute connaissance de cause l’organisation des J.O. de 1936 à l’Allemagne nazie en faisant fi des appels au boycott des mouvements des droits de l’homme et le climat délétère et nauséabond régnant en Allemagne avec son point d’orgue les Lois Raciales de Nuremberg de 1935 basées sur la pureté du sang aryen et l’exclusion de tous les non-aryens ou supposés tels de la nationalité allemande : n’est allemand que celui qui est aryen et comme ne cesse de le proclamer l’agent tunisien du terrorisme djihadiste l’illuminé Rached Ghannouchi : n’est tunisien que celui qui est islamiste et non musulman. Lui-même se prétend avant tout islamiste avant d’être tunisien. Que l’on soit nazi ou islamiste, indépendamment de la collusion historique et avérée entre les deux, les idéologies extrémistes sont frappées du même syndrome : la haine de l’autre, la pureté du sang ou de la foi, les délires cosmiques, l’ethnocentrisme, la mégalomanie, le complexe de supériorité, l’exclusion, l’extermination, la purification raciale ou culturelle etc…
Le terroriste non repenti Ghannouchi [Rachid ou Rached de morched, le guide en arabe] remis en selle grâce à la Révolution atypique tunisienne, semble suivre le sillage d’Adolf Hitler qui lui même est passé par l’action terroriste clandestine avant de confisquer « démocratiquement » et définitivement le pouvoir en Allemagne en 1933 après avoir obtenu les pleins pouvoirs du Reichstag et décrétant ainsi le N.S.D.A.P comme le seul parti unique pour entamer la Renaissance [ennahdha en arabe] de la nouvelle Allemagne en condamnant les autres partis politiques à la disparition. Renaissance du Reich l’équivalent allemand du Califat, restauration, résurgence, exaltation de l’âme germanique ou islamique, autant de concepts qui sèment le trouble quant à l’identité organique entre les idéologies nazies et islamistes.
Et c’est en toute logique idéologique et antisémite que les fondateurs en 1928 de la Confrérie des Frères Musulmans avec comme objectif majeur la Renaissance islamique et le rétablissement du Califat, le Reich, aboli par Kamal Atatürk en 1918, s’étaient ralliés aux nazis en 1939-45. En tant que créature des Frères musulmans, R. Ghannouchi ne saurait renier ses attaches idéologiques et cultuelles en adhérant à des valeurs telles que la démocratie ou la laïcité, cette ennemie jurée des Frères Musulmans, considérées comme des sacrilèges par son mode de pensée mystico-mafieux-politique.
De la clandestinité, il se trouve projeté sous les feux des projecteurs, en attendant sa réhabilitation définitive par la Justice tunisienne aux ordres de sa secte, il a été absous le 23 octobre 2011 de tous ses crimes passés par l’électorat populaire fruste, miséreux, tendance fanatique et opportuniste comme A. Hitler lors de sa prise de pouvoir progressive pendant la période 1928-1935. R. Ghannouchi apparaît aujourd’hui comme le vrai pilote et architecte de l’édification de la nouvelle Tunisie laquelle, contrairement à la nouvelle Allemagne qui se voulait maîtresse du monde, sera un dominion wahhabite. Quoi qu’il en soit, il suit scrupuleusement la feuille de route que lui fixent ses mentors et maîtres qui composent le Triumvirat américano-wahhabo-sioniste. A la différence du Führer nazi non-assujetti aux pouvoirs extérieurs, R. Ghannouchi tout en vouant un véritable culte à l’homme adulé par ses maîtres à penser qoutbiste, est surtout un pion zélé sur l’échiquier de la Pax Americana et sa politique d’émiettement des pays arabes. Sa servilité contraste avec sa soif du pouvoir et ses délires mégalomaniaques. Sachant qu’il n’a pas l’envergure intellectuelle, ni les moyens de ses ambitions politiques cosmiques, il se veut un Führer de l’assujettissement et de la soumission. Ses donneurs d’ordre lui font endosser les habits de Super Président de la Tunisie, une sorte de super intendant de la nouvelle réserve islamique en cours de création en Tunisie.
Ainsi, ils lui offrent l’occasion rêvée de flatter son ego surdimensionné qui lui permet de savourer religieusement son triomphalisme sur la scène politique tunisienne grâce à la grotesque mise en scène électorale du 23 octobre 2011. Les américains ont très habilement manœuvré pour faire en sorte que la secte terroriste soit le vainqueur du scrutin de la mise à mort de la démocratie en Tunisie. Un homme comme R. Ghannouchi, à supposer qu’il en ait les attributs, était prêt à plonger la Tunisie dans un bain de sang depuis les années 70 pour satisfaire ses appétits gargantuesques du pouvoir, maintenant que les Américains l’ont couronné Premier Grand Emir de la Principauté islamique de Tunisie, il va enfin vivre ses délires fantasmagoriques hitlériens. Mais tout en restant dans l’ombre du pouvoir officiel puisqu’il est lui-même le détenteur du vrai pouvoir. Maître absolu du pays, il bénéficie de tous les égards dignes de son rang et de son prestige.
Un prestige de pitbull. Immunité diplomatique lors de ses nombreux déplacements à l’étranger. Garde rapprochée. Voiture officielle blindée. Bureau ministériel au Ministère des Affaires étrangères tunisien confié à la bonne garde de son gendre sinistre des affaires qatariennes à Tunis, équipé des moyens de communication les plus perfectionnés relié par une ligne téléphonique avec le Département d’Etat. Outre un salaire présidentiel et tous frais pris en charge par le petit contribuable tunisien saigné à blanc par Ben Ali et que sa secte mafieuse et félonne est en train de saigner à mort. Lui qui a connu les lumières blafardes des geôles de Bourguiba, est désormais sous les ors princiers de la nouvelle Principauté de Tunisie. Se voulant le nouveau Führer dans le sens de Guide de la principauté tunisienne il demeure en arrière-plan du spectacle pathétique et anti-républicain joué par sa Troïka dont il est tout naturellement le vrai chef.
A n’en pas douter R. Ghannouchi vit ses fantasmes hitlériens et les médias étrangers comme la classe politique occidentale, sauf l’allemande et la canadienne, ne sont pas en reste pour l’encenser et le couvrir de toutes les vertus. Comme si son passé terroriste, ses fréquentations criminelles n’avaient jamais existé. Devenu fréquentable au point qu’il était reçu au Forum de Davos de 2011 comme un grand de ce monde. Lui aux velléités terroristes jamais éteintes dans la mesure où il n’a jamais fait acte de contrition. Par la magie de la Pax Americana qui vise à recycler les agents du terrorisme djihadiste, Rached Ghanouchi apparaît comme un apôtre de la paix et la sécurité dans le monde, comme si A. Hitler s’était vu décerner le Prix Nobel de la Paix. Certains n’hésitent pas de voir en lui un bon patriote, alors qu’il a une forte aversion pour la patrie dont il veut supprimer le drapeau et l’hymne national. Son discours d’apparat au fort accent hitlérien et raciste ne relève pas du folklore, il est fidèle à l’idéologie islamiste belliciste, coloniale, cosmique et terroriste [ses appels à la Guerre Sainte et la libération des territoires palestiniens], ses propos inquiétants sur sa conception idéologique de la citoyenneté tunisienne ouvertement racistes et attentatoires à la souveraineté nationale.
A. Hitler n’a pas lésiné sur les moyens pour apparaître aux yeux du monde entier comme étant un homme soucieux de paix en transformant la scène olympique en une véritable opération de marketing politique dupant et abusant de la crédulité et la naïveté des dignitaires de l’olympisme qui lui ont octroyé l’organisation de l’ Olympiade de Berlin 1936, lui permettant ainsi de gagner les faveurs et les sympathies de l’opinion publique mondiale grâce à cette récompense. R. Ghannouchi, qui est loin d’avoir les talents oratoires du Führer et son art consommé de la rhétorique et ses talents d’exalter l’âme germanique et d’haranguer les foules et de provoquer en elles cet état d’extase orgasmique, a su profiter de ce nouveau théâtre démocratique tunisien pour devenir l’acteur principal de sa pièce, purifié de tous ses crimes passés, donnant l’impression qu’il est devenu un homme fréquentable à l’écoute des préoccupations de son peuple et qu’il pourrait constituer une alternative crédible à l’ancien despote déchu. Ce processus irresponsable et dangereux de réhabilitation a été déclenché dès 2006 par  la girouette-opportuniste A.N. Chabbi et  le Dr Mabuse Moncef Marzouki, aussi mégalomaniaques qu’aveuglés par la soif du pouvoir que le Führer en herbe tunisien, dans le cadre d’un pacte national. Une sorte de front commun de bric et de broc contre Ben Ali.
L’opposition tunisienne d’opérette qui a échoué lamentablement dans son combat contre Ben Ali, victime de son incurie politique et intellectuelle, a contribué indirectement voire directement au sacre hitlérien de R. Ghannouchi. Il est devenu incontestablement la figure de proue de la Tunisie post-Ben Ali comme le fut le Führer au lendemain de 1928 jusqu’à sa conquête finale du pouvoir en 1933. En Tunisie, on déroule le tapis rouge aux pieds d’un djihadiste dépourvu de conscience et d’humanité, insensible aux brûlures au  vitriol infligées aux femmes tunisiennes dans les années 80 et la souffrance des  familles des victimes des attentats  terroristes perpétrés  tant en Tunisie qu’en France en 1987, 1986 et 1991. On recense au moins une douzaine d’attentats attribués à son organisation criminelle. On le drape de toutes les vertus, alors qu’il est un monstre de haine, aveuglé par sa soif de revanche sociale. On l’a placé sur la haute marche du podium tunisien, lui qui mérite d’être jeté du haut de la Roche Tarpéienne  à l’instar de celle octroyée  par les barons séniles et  réactionnaires de l’Olympisme coubertinien.
De par leur autisme et lâcheté, ils se sont inclinés devant la figure la plus hideuse et la plus monstrueuse de l’histoire universelle en lui offrant une vitrine pour impressionner le monde par les réalisations du IIIème Reich, en gavant le monde de tableaux idylliques, alors que ces Jeux étaient annonciateurs de la Shoah et  le prélude du plus grand stade au monde, celui de la vision cosmique nazie comparable à celle des islamistes. En dépit des signes avant-coureurs qui avaient précédé ces jeux et les mises en garde des organisations des droits de l’homme, Hitler avait su exploiter cette aubaine olympique pour en faire un hymne à la gloire de la Renaissance allemande. Rachid Ghannouchi, en utilisant de surcroît les mêmes méthodes d’exaltation et de rédemption de l’esprit djihadiste et sacrificiel en sommeil chez ses partisans, n’hésite pas d’ailleurs comme lui à enchanter ses meetings par une orchestration musicale, faisant preuve d’une habileté diabolique et pernicieuse impressionnante.
En effet, il se met au-dessus de la mêlée en dégageant une impression d’apaisement et de sérénité qui tranche avec les agitations et les troubles ambiants dont il est souvent l’instigateur avec son lâcher de fauves salafistes dans l’enclos des brebis tunisiennes. Policé, civilisé, adoptant une posture, qui est surtout une imposture, républicaine et démocratique. Il est comme Hitler dans les années 30 dans une phase de conquête de pouvoir absolu qui nécessite une communication politique de circonstance, sans fausse note qui se veut rassurante mais qui est en réalité un dol, une fourberie, une manoeuvre insidieuse pour abuser de la crédulité de la masse tunisienne endoctrinée et abrutie par les promesses d’un monde meilleur dans l’au-delà. Manipulateur et perfide, il soudoie, corrompt, menace, intimide et séduit pour gagner l’adhésion de l’opinion publique à sa personne, comme Hitler a su le faire avec le C.I.O. pour les résultats apocalyptiques qu’on connaît. Espérons que les citoyens-patriotes tunisiens en se prémunissant contre la rhétorique perverse et venimeuse de ce terroriste jamais repenti ne fassent pas de leur théâtre démocratique un théâtre de tragédie grecque dont ils seront les premières victimes. La barbarie islamiste a un visage celui de R. Ghannouchi et consorts y compris ses affidés de la Troïka, la barbarie nazie avait un visage celui d’A. Hitler.
Il appartient aux tunisiens de ne pas faire de leur futur scrutin non seulement le dernier de leur histoire mais également qu’il ne devienne pas demain synonyme de destin parallèle entre le minotaure tunisien et la figure de l’abjection humaine que fut le Führer nazi. Il n’y a rien de paradoxal à ce que la parenté idéologique de ces deux Guides Illuminés comme les appellent leurs partisans respectifs, soit tellement proche et troublante qu’au point qu’on retrouve dans leurs discours respectifs les mêmes thématiques, celles de la renaissance, la glorification de la mémoire historique quand bien même elle serait apocryphe et insensée, l’exaltation de l’orgueil du sentiment d’appartenance à un groupe ethnique ou à un système de croyance religieuse, l’esprit de combat fécondant une nation puissante ou une oumma fondés sur la même vision messianique et eschatologique, le culte de la pureté de la race et de la foi avec des sociétés débarrassées de ses juifs et de tous ceux qui n’entrent pas dans leurs moules idéologiques, louant et béatifiant l’âme aryenne d’un coté et l’âme islamique d’un autre, prêchant un retour aux vertus morales qui étaient la clé de voûte de leurs grandeurs passées et dont le rétablissement serait la seule voie possible pour faire revivre le mythe de leurs arches perdus, réduisant la femme au seul rôle de pourvoyeuse de valeureux guerriers au service de leurs causes idéologiques etc.
Le monde ne pouvait affirmer à l’époque qu’il ne voyait pas arriver le péril nazi et pourtant il avait feint d’ignorer sa nocivité alors que les coups de tonnerre grondaient dans le ciel allemand depuis 1923, les Tunisiens sauraient-ils se comporter aujourd’hui ou alors passer outre les leçons du passé alors qu’ils ont été victimes des dérives meurtrières de R. Ghannouchi et de certains membres du gouvernement provisoire actuel, dont le Chef est considéré comme terroriste par les autorités allemandes ? Un clin d’œil du destin et ironie du sort ?  Tunisie-Secret Salem Ben Ammar

L’islam est bien la religion la plus violente et mortifère jamais donnée à l’homme

          Zéro attentat  terroriste en Irak au temps de Saddam qui apparaît de plus en plus aux yeux des irakiens comme leur âge d’or malgré la réputation tyrannique de leur ancien Raïs.
Plus de 120 000 morts et des centaines de milliers de blessés  depuis sa chute et des dizaines de milliers d’attentats dont sont l’objet majoritairement les chiites qui sont  à mettre  essentiellement à l’actif des sunnites qui appliquent à la lettre les prescrits de l’islam
Une question, une seule pourquoi tue-t-on à ce point au nom de l’islam ? Celui qui dit que l’islam est étranger à cette boucherie doit savoir que le Coran offre les conditions propices à la terreur dont il fait son premier pilier et offre le paradis et univers de débauche, de beuverie et de luxure à tous ceux qui traduisent par les actes le message du prophète autoproclamé qui était loin d’être lui-même un modèle de non-violence, qui avait fait du glaive la clé de voûte pour y accéder.
Une question, une seule qui s’adresse aux musulmans qui affublent l’ogre musulman du masque de la belle au bois dormant si le Coran avait explicitement condamné la violence dans toutes ses formes et l’avait rendue illicite et synonyme de bûchers de l’enfer est-ce que la violence serait-elle devenue aujourd’hui le symbole de l’islam, ou tout au moins serait-elle accolée à ce point à l’image de l’islam ?
S’il l’avait déclaré comme un péché mortel et promettait les pires châtiments  à ceux qui volent la vie des innocents et qui s’acharnent sur les corps sans vie de leurs victimes est-ce  que les musulmans fanatiques  auraient accompli leurs forfaits en toute liberté dogmatique ?
C’est l’impunité théologique que leur  procure l’islam et son encouragement à emprunter sa voie pour propager, sévir, terroriser, et imposer son message qui la rend légitime.
Une religion non-violence ne recommande pas le meurtre des non-musulmans et condamne à mort ceux qui veulent l’abjurer, ni n’appelle pas à faire couler le sang des impies.
Une religion qui se veut être une loi équitable  pour tous, ne doit pas racketter pas les juifs et les chrétiens s’ils veulent avoir la vie sauve et ne leur octroie pas le statut de dhimmis, une sous-espèce humaine digne du statut des non-aryens dans les années 30 en Allemagne nazie.
A  supposer que le Coran n’en soit pas la source pour ne pas froisser la susceptibilité des musulmans dont la colère latente peut se transformer en volcan en éruption balayant tout sur son passage, aucun des pays musulmans qui appliquent fidèlement les lois canoniques, la charia, ne sont un modèle de non-violence et d’humanisme. Ils sont plutôt un crématorium pour les droits humains.
Tous ces pays accordent une véritable immunité aux violeurs, innocentent les pédophiles et blanchissent les pères incestueux et les maris bourreaux et maîtres de la vie de leurs femmes.
Dans aucun pays au monde, on aurait élu des terroristes qui n’ont de surcroît pas fini de répondre de leurs actes devant  la justice humaine sauf dans les pays musulmans à l’exemple de la Tunisie où il avait suffi à ces criminels de couvrir leurs actes d’un verni religieux pour que le peuple les absolve de leurs forfaits.
Tant que la violence criminelle est accomplie sur le sentier d’Allah personne ne peut s’en faire juge sauf Allah lui-même.
Ben Laden est un héros aux yeux des masses musulmanes, les humanitaires sont maudits.
L’islam ne prône pas l’amour de son prochain indépendamment de sa foi ni d’ailleurs l’amour des musulmans entre eux au vu du jeu de massacre qu’ils se livrent quotidiennement entre eux, il prescrit  la violence raciste et antisémite  pour en faire un dogme religieux telle que la définit le Coran qui assimile les juifs à des singes et les chrétiens à des porcs.
 L’islam n’est pas victime des excès de violence des musulmans, il en est l’instigateur et le commanditaire. Il conditionne théologiquement, idéologiquement et psychologiquement ses fidèles.
Sans aucun doute l’islam est la seule religion au monde qui offre une prime à ses croyants qui tuent en son nom. Il pousse au meurtre et le sanctuarise.
Bientôt le monde musulman  sera envahi par la violence à l’irakienne qui finira par l’ensevelir.
A force de diffuser le poison de la violence, l’islam tel un scorpion périra de son propre poison.
Et s’il est instrumentalisé par ses ennemis, c’est parce  que le terreau musulman s’y prête, qu’il leur suffit juste d’y réinjecter les propres  germes de l’islam afin d’exploiter cette substance organique pour en faire une arme autodestructrice pour les musulmans.
L’Occident sait mieux que quiconque que pour abattre l’islam, il faut accélérer l’état de dépérissement de ses cellules cancéreuses.
Qu’est ce qu’il y a de plus aisé que d’attiser le vent de la haine et de la discorde meurtrière  chez un ennemi qui entretient un rapport nihiliste et suicidaire  avec sa propre vie ?
 L’Occident ne fait qu’utiliser les cartes prises dans le jeu de son ennemi.
Sa force est la faiblesse de cet ennemi déchiré, divisé, émietté, désuni, complètement désorienté, sans capitaine, angoissé par les tourments de la tombe, obsédé sexuel, dépourvu de principes moraux,  sans savoir-faire ni savoir,  fantasmant sur le monde des ténèbres, ergotant depuis 1434 ans sur le nombre des houris promises par Allah, seront-elles des mutantes ou des humaines ?
On ne peut diaboliser un adversaire futé et qui a l’art de s’engouffrer dans la brèche béante ouverte dans le mur poreux de cet ennemi qui avance à contre-courant de l’histoire qui fait de la violence la voie de la félicité, comme on ne peut pas lui faire un procès en inquisition pour avoir attisé le vent de la haine endogène entre les musulmans, sunnites-chiites  et les sunnites entre eux. divisés en obédience et en sectes au point que le monde musulman est devenu un véritable capharnaüm livré à des meutes de loups avec des apparences humaines qui ne connaissent comme pouvoir que celui de la force destructrice et négatrice de la vie humaine.
Le monde musulman est à l’agonie et c’est lui-même qui écrira ses derniers mots de la fin.
Inconscient qu’à force  d’exalter la violence comme si elle était le salut des âmes de ses fidèles , il creuse sa tombe de ses propres mains.
Toutes les idéologies qui ont fait de la violence un modèle de société humaine sont mortes de leur propre mort.
L’islam n’y échappera pas non plus s’il ne s’apaise pas et se pacifie. Ce dont il est douter car il est intemporel et irréformable.
Il doit savoir qu’n corps humain où prolifère une gangrène est condamné à une mort inéluctable, de même que pour le corps musulman si les  musulmans ne font rien pour l’extraire  des sources de leur foi  qui sont les racines de leur mal.
Ils se doivent de s’amputer de cette nécrose qui est en train d’évoluer s un cancer à l’état de métastase rendant tout espoir de guérison impossible.
Ils doivent dépouiller le coran de ses versets racistes, sexistes, inégalitaires et antisémites, cesser  de prendre le prophète comme un modèle de vertu alors que son comportement et ses idées sont des plus immondes et immoraux, le mettre en adéquation avec les exigences de la paix internationale et le respect absolu de la vie humaine, analyser son éligibilité dans les sociétés démocratiques, en partant du principe que si Allah est lui-même vérité comme il l’affirme sans pouvoir le démontrer et qu’il aurait créé les hommes à son image, qu’il accepte alors que sa vérité fasse l’objet de confrontation avec d’autres vérités d’origine humaine.
Si l’on s’en tient à la  seule vérité enseignée par le coran qui ne tolère aucun doute  est que l’humain est né pour tuer l’humain différent de lui  s’il veut bénéficier des faveurs de son créateur.
Que les musulmans comprennent que toute vérité quelle qu’elle soit qui se refuse à l’examen d’une autre vérité est qu’elle n’est pas elle-même vérité.
Une vérité non confirmée  continuera à être sujette à caution et frappée de suspicion.
De la même façon qu’ils font de leur coran une vérité absolue, ils doivent admettre une autre vérité aussi absolue : l’islam et la terreur font bon ménage.

Front Populaire ou Front de la Honte et de la Capitulation

 

Quand l’histoire nous rattrape et surtout quand il y a des références à l’histoire très lourdes à porter et qui réveillent en nous un des pires cauchemars de l’humanité.
En effet, le Front Populaire tunisien qui a certainement voulu s’inspirer de l’histoire des forces de gauche en France dans les années 30 qui se sont coalisées sous la même bannière appelée Front Populaire, connaît-il au moins les deux épisodes,, il y en a d’autres, qui ont laissé les traces les plus indélébiles dans l’histoire de ce front de la capitulation et la honte nationale : la participation aux J.O. de Berlin de 1936 et Munich 1938.
Une histoire peu glorieuse, à moins que la gauche tunisienne ne la connaisse pas ou plutôt s’imagine que les autres l’ignorent, il est à craindre que ce front ne réédite l’histoire de ses ancêtres gaulois.
Il y a des symboles historiques qu’il vaut mieux les  laisser enfouis dans le musée de la mémoire  de crainte qu’ils ne soient prémonitoires. Dans les années 30 la France avait entamé le processus de sa défaite et de sa collaboration. La Tunisie est entrain de s’inscrire dans son sillage.
Tous les deux ayant pour dénominateur commun : le front populaire. Un très mauvais présage dans le ciel tunisien.
Quand bien même, le front populaire tunisien n’est pas au pouvoir à la différence de sa référence ultime, il y a des comportements et des signaux politiques qui ne laissent rien augurer de positif.
Condamner le coup d’Etat militaire égyptien  appuyé pourtant par le peuple égyptien qui est un inévitable pour éradiquer le mal absolu en dit long sur la conscience citoyenne, patriotique et républicaine du front populaire tunisien dont certains des membres et non des moindres avaient pactisé avec Ennahdha dans le passé.
i