Archives pour la catégorie populisme

De quel nom est-elle cette M’Barka Brahmi ?

l

 

De quel nom est-elle cette M’Barka Brahmi la nouvelle égérie de la gauche tunisienne qui confond le Coran avec le Capital aux caprices de diva qui pleure de ses chaudes larmes de crocodile parce que Mohamed Ennaceur le nouveau président du Parlement tunisien n’a pas eu une pensée particulière pour son défunt mari abattu lâchement par les islamistes comme Chokri Belaïd, Lotfi Nagadh et tant d’autres  dont  je salue la mémoire ?

Je ne puis partager personnellement  la douleur et le chagrin  d’une femme qui en fait trop à mon goût qui a l’indécence d’instrumentaliser la mort de son mari pour sa gloire personnelle et en faire son fonds de commerce politique. Une femme sortie du néant comme Mahrzia Labidi et Shem Badi  qui passe son temps à inonder les plateaux de télévision de ses larmes trop vraies pour être sincères.  Mais comme le Front Populaire est en mal d’audience populaire et de projet politique crédible pour séduire l’électorat tunisien qu’y a-t-il de mieux que d’exploiter la souffrance d’une femme  qui en fait trop et qui erre comme une âme perdue au milieu de la faune politique tunisienne pour faire pleurer dans les chaumières la perte cruelle d’un mari devenu héros malgré lui ? Avant son assassinat il était un illustre inconnu et le voilà promu héros dans le Panthéon des grands hommes tunisiens.

Opportuniste comme elle est, elle a compris tout le bénéfice qu’elle pouvait tirer à son profit personnel de ce cirque mémoriel et sur médiatisé.  Devenue l’icône d’une gauche réactionnaire  qui rêve de marier le bolchevisme à l’islam. Voulant faire d’elle  le symbole de cette alliance contre-nature et un attrape-mouches des tunisiennes, une digne héritière du passé glorieux de son défunt mari,   Sandra Ghandi ou une Isabelle Peron  accommodée à la sauce islamo-front-populiste. Que ces dernières me pardonnent cette comparaison ô combien osée et insultante pour elles.

Cette femme qui est passée de l’ombre à la lumière tout en gardant le voile de la négation de soi et de la liberté de la femme, symbole  de son complexe de l’arabo-islamisme et du rejet de l’identité tunisienne veut que toute la Tunisie dépose à ses pieds un hommage solennel appuyé et personnel à  pour ses bons et loyaux services rendus à la nation. Lui  qui avait raté le rendez-vous de l’histoire en se gardant  de prendre ses responsabilités politiques en gravant son nom dans le socle de la Tunisie post 14 janvier 2011 comme étant le premier constituant à avoir mis fin à son mandat à la date de son premier anniversaire conformément à la volonté du peuple.

Comme tout tunisien digne de ce nom je porte le deuil de ma mère-patrie. Ma peine, mon immense tristesse, ma compassion et mon affliction ne sont ni nominatives ni sélectives. Il n’y a pas de mort plus honorable et glorieuse que d’autre. Tous ces morts doivent être  associés dans le même hommage et la Tunisie ne doit pas pleurer un mort plus qu’un autre qu’il s’appelle Mohamed Brahmi ou Socrate. Si elle a un minimum de décence et de pudeur elle doit savoir que son mari n’est pas plus tunisien que tes milliers de morts tombés sous les balles assassines des islamo-rcdistes depuis le geste désespéré de Bouazizi.

De tous les  proches de ces morts elle n’a pas à se plaindre la voilà au faîte de sa gloire elle qui était dans l’ombre de son mari dont je condamne vigoureusement l’assassinat et pour qui je n’ai aucune sympathie tant pour des raisons idéologiques que de morale politique.

Qu’elle le veuille ou non et  au risque de la heurter et de provoquer le courroux de ses nombreux fans Mohamed Brahmi comme je viens de le souligner précédemment aurait pu accéder au rang de leader politique s’il avait écrit sa propre histoire en ce jour  du 23 octobre 2012 date finale des travaux de l’A.N.C.  voire continuer à occuper son siège en renonçant à ses indemnités. Mais l’appât du gain était plus important que l’engagement politique et les intérêts de la Tunisie et tout naturellement en tant que panarabiste de gauche attaché aux valeurs de sa religion celles de l’oppression, de l’exploitation de l’homme, du despotisme, de l’injustice, l’esclavage, de la barbarie humaine,  il avait  préféré jouir du confort de son siège plutôt que de sortir par la grande porte.

Quand on a le sens du devoir patriotique on ménage le porte-monnaie de ses concitoyens.

Je ne peux pas avoir non plus estime et considération pour une femme qui affiche publiquement son assujettissement à sa religion. On ne peut se proclamer des valeurs de gauche tout en étant bigote.

Mise en garde aux abstentionnistes : vous êtes les meilleurs alliés d’Ennahdha et les pires ennemis de la Tunisie

 

Ce n’est pas avec tout sauf Ennahdha que vous allez sauver la Tunisie tout en se gardant de vous abstenir et laisser le soin aux autres de décider à votre place de votre destin. Ne pas voter c’est tout simplement voter contre la Tunisie.
Ne pas voter c’est se rallier à Ennahdha car tout vote non comptabilisé en faveur de la Tunisie est un vote tout bénéfice pour la secte infecte.

Vous seriez deux millions à voter au lieu de 7 millions, Ennahdha disposant d’une réserve de voix d’au moins un million. Résultat 50% de voix est-cela que vous voulez sous prétexte que les autres ne sont pas meilleurs. Quoi que vous en pensiez d’eux, ils ne sont surtout pas pires qu’Ennahdha. La Tunisie est au fond du gouffre à cause de cette secte, Et ce n’est pas la faute à ceux auxquels vous faites des procès en sorcellerie car tellement vous êtes aveuglés par vos préjugés.

Aujourd’hui tout le monde doit s’atteler à la tâche et suer sang et eau pour la sortir de là où elle est. Ce n’est certainement en optant pour le choix de la politique de chaise vide qui est la meilleure alliée d’Ennahdha.

Les absents ont toujours tort et pire encore ils se font complices de leurs ennemis en leur abandonnant délibérément la partie. Quand une équipe déclare forfait à votre avis l’arbitre du match accorde la victoire aux absents ou à ceux qui sont présents sur le terrain au moment du coup de sifflet du début de la rencontre ?

Vous pourrez toujours dire que cela ne sert à rien de voter, alors qu’est-ce que vous proposez comme alternative, comme remède aux maux incurables de la Tunisie ? En vous abstenant vous tendez le couteau à ceux qui vont vous couper le cou avec. Vous avez le droit d’être déçu par ceux pour qui vous avez voté, mais à ce jour vous n’avez voté pour personne pour pouvoir en dire autant.
Vous avez surtout voté pour Ennahdha en ne faisant rien pour lui barrer la route sans savoir qu’avec elle c’est le dernier chant de cygne de la démocratie en Tunisie.

Ennahdha se sert des urnes pour imposer un régime théocratique dans l’esprit de son idéologie fasciste et totalitaire.
Des petits rappels à ceux qui croient que l’abstention est une arme efficace et qui sont toujours les premiers à se plaindre des mauvais choix faits par ceux qui leur ont fait un cadeau empoisonné en votant pour des partis populistes connus pour être ceux qui font le plus écho aux frustrations des masses populaires et dans lesquels ils ne se reconnaissent pas.

A titre d’exemple Marine le Pen qui a gagné les dernières élections européennes en France, savez qu’elle a fait moins de voix qu’aux présidentielles ? Seulement on est passé de 27% lors du scrutin présidentiel à 60%d’abstentions au scrutin européen. Elle n’a pas gagné car elle a réussi sa campagne , elle a gagné grâce à l’abstention massive d’une part et d’autre part ce sont toujours les partis idéologiques et qui tiennent les discours les plus extrémistes et réactionnaires qui savent le mieux mobiliser leur électorat. De même qu’Ennahdha qui remporté une large victoire chez les résidents tunisiens de France tout simplement à cause de 80% d’abstention. Elle a obtenu 39 000 voix sur 120 000 exprimés lors que le nombre des électeurs potentiels représentent plus de 600 000.  Grâce aux abstentionnistes les 8% d’Ennahdha se sont transformés en quasiment 40%. Un sacré jack pot. Pour 1€ placé 5€ empoché.

La démocratie électorale est une aubaine inespérée pour ses ennemis qui ne réussissent que lorsque leurs adversaires se font absents.

L’histoire ne retiendra que le nom des vainqueurs et non l’incivisme, l’indifférence, le défaitisme et la lâcheté des absentéistes.

Front Populaire ou Front de la Honte et de la Capitulation

 

Quand l’histoire nous rattrape et surtout quand il y a des références à l’histoire très lourdes à porter et qui réveillent en nous un des pires cauchemars de l’humanité.
En effet, le Front Populaire tunisien qui a certainement voulu s’inspirer de l’histoire des forces de gauche en France dans les années 30 qui se sont coalisées sous la même bannière appelée Front Populaire, connaît-il au moins les deux épisodes,, il y en a d’autres, qui ont laissé les traces les plus indélébiles dans l’histoire de ce front de la capitulation et la honte nationale : la participation aux J.O. de Berlin de 1936 et Munich 1938.
Une histoire peu glorieuse, à moins que la gauche tunisienne ne la connaisse pas ou plutôt s’imagine que les autres l’ignorent, il est à craindre que ce front ne réédite l’histoire de ses ancêtres gaulois.
Il y a des symboles historiques qu’il vaut mieux les  laisser enfouis dans le musée de la mémoire  de crainte qu’ils ne soient prémonitoires. Dans les années 30 la France avait entamé le processus de sa défaite et de sa collaboration. La Tunisie est entrain de s’inscrire dans son sillage.
Tous les deux ayant pour dénominateur commun : le front populaire. Un très mauvais présage dans le ciel tunisien.
Quand bien même, le front populaire tunisien n’est pas au pouvoir à la différence de sa référence ultime, il y a des comportements et des signaux politiques qui ne laissent rien augurer de positif.
Condamner le coup d’Etat militaire égyptien  appuyé pourtant par le peuple égyptien qui est un inévitable pour éradiquer le mal absolu en dit long sur la conscience citoyenne, patriotique et républicaine du front populaire tunisien dont certains des membres et non des moindres avaient pactisé avec Ennahdha dans le passé.
i